Navigation – Plan du site
Comptes-rendus

« Ports gabonais et enjeux logistiques – Compte rendu de la thèse de Gisèle Makiela-Magambou »

Henry Bakis
p. 413-416

Texte intégral

  • 1 Gisèle Makiela-Magambou (2007), La logistique portuaire au Gabon – Contribution à une géographie de (...)

1La maîtrise et l’amélioration des réseaux de transport forment un enjeu majeur pour les pays des Suds. La mise en place d’un réseau de transport cohérent aux différentes échelles (nationales, sous-régionales, internationales) et de services dédiés aux transports efficaces, est indispensable à l’activité économique. S’agissant de l’Afrique, il convient de surcroît de prendre en compte le désenclavement de zones de production éloignées des principaux nœuds des grands réseaux de transport. Gisèle Makiela-Magambou, dans une thèse fort intéressante, dresse l’état des lieux s’agissant des transports maritimes du Gabon1. Sa thèse est nourrie d’un espoir toujours sensible : l’identification de l’origine des difficultés de fonctionnement rencontrées au niveau des services et des coûts de transport.

  • 2 Gilles Paché, Professeur de Gestion et sciences économiques à l’Université d’Aix-Marseille, P.V. de (...)
  • 3 Laurent Chapelon, Professeur à l’Université de Montpellier III, P.V. de soutenance.
  • 4 Gilles Paché, P.V. de soutenance.
  • 5 Gilles Paché, P.V. de soutenance.
  • 6 Laurent Chapelon, P.V. de soutenance.
  • 7 Benjamin Steck, Professeur à l’Université du Havre, P.V. de soutenance.

2La circulation de l’information entre les acteurs du transport maritime est un élément essentiel de l’amélioration de la chaîne logistique et plus largement de l’accroissement de la compétitivité portuaire. Cela est vrai, au Gabon comme ailleurs, ce que démontre Gisèle Makiela-Magambou dans une recherche ambitieuse, inscrite à l’articulation d’une géographie des transports et d’une géographie de l’information, et dans une perspective pluridisciplinaire. En témoigne la « minutie des développements sur l’organisation et les enjeux de la logistique portuaire »2 dans une « thèse de qualité qui éclaire indiscutablement la problématique de la logistique portuaire grâce à une approche fine du rôle des acteurs, de leurs compétences et des composantes techniques et administratives du pré et post acheminement des marchandises au Gabon »3. Cette thèse « développe un propos intéressant sur les enjeux liés au fonctionnement des chaînes logistiques, et à la manière dont les ports (gabonais) s’y insèrent plus ou moins efficacement. La connaissance de la littérature en gestion, pour une doctorante en géographie, est de bonne tenue »4, ainsi que « les développements consacrés à l’importance de l’action concertée entre acteurs (approche collaborative) pour accroître la performance des chaînes logistiques multi-acteurs »5. Gisèle Makiela-Magambou « a su s’approprier pleinement un sujet difficile, qui mobilise de nombreux acteurs et nécessite des informations éparses et difficiles à obtenir. Il s’agit d’une thèse de géographie qui s’inscrit pleinement dans les problématiques d’aménagement de l’espace puisqu’elle est centrée sur l’action et présente une triple dimension, analytique, prospective et prescriptive »6. C’est, d’ailleurs, une des premières thèses, « en géographie tout au moins, qui affronte la question des implications territoriales des technologies de l’information et de la communication dans le champ du transport, lui-même composante du champ de la logistique et ce sur un terrain d’étude difficile, celui d’un jeune Etat africain »7.

  • 8 Laurent Chapelon, P.V. de soutenance.

3L’auteur restitue les mécanismes complexes liés au fonctionnement des activités portuaires et démontre « une excellente connaissance des acteurs du transport au Gabon, de leurs compétences et de leurs modalités d’action. Cela est le fruit d’une analyse fouillée qui témoigne d’une bonne connaissance du terrain (enquête, stages) et des limites techniques et institutionnelles de la logistique portuaire »8.

4L’auteur a analysé, sans concession, les difficultés rencontrées par les différents modes de transport. Elle montre du doigt des infrastructures de transport insuffisantes, mises en œuvre dans un cadre institutionnel et juridique inadapté, et suscitant une élévation des coûts de transport, se répercutant jusqu’aux consommateurs. Au même titre que les délais de transit, ces contraintes pèsent sur les échanges commerciaux, la compétitivité, et au final, sur le développement socio-économique.

  • 9 Laurent Chapelon, P.V. de soutenance.
  • 10 Sur le chapitre 7, Laurent Chapelon, P.V. de soutenance.
  • 11 Sur le chapitre 8, Laurent Chapelon, P.V. de soutenance.

5Tout au long de ce travail de plus de 500 pages, l’auteur souligne la faible performance de la desserte terrestre des ports gabonais, la faible capacité opérationnelle des ports maritimes, le caractère embryonnaire du cabotage, les problèmes de sécurité dans les conditions d’accueil des navires, les nombreuses contraintes techniques et financières des modes terrestres… Elle pose le problème central de la mobilisation de tous les acteurs portuaires autour d’un projet commun et la nécessité de développer des applications collaboratives, afin de rendre plus aisée la coordination. Sa thèse montre « qu’au-delà des infrastructures linéaires, dont il convient de renforcer les capacités, des gains substantiels d’efficacité existent au niveau des nœuds de réseau et notamment au niveau des interfaces portuaires »9. L’auteur « aborde la complexité des mécanismes liés à l’organisation de l’escale et aux formalités douanières. Seule une analyse fine permettait de révéler les points faibles de ces étapes ». Elle « montre clairement que l’équipement des ports est une condition nécessaire mais pas suffisante. Il faut renforcer l’offre de services par une meilleure transparence des opérations administratives. Les paragraphes relatifs à l’organisation de l’escale décrivent avec une grande précision les différentes étapes et leur imbrication »10. Elle tente d’avancer des mesures en vie de l’amélioration de la qualité du passage portuaire (création d’une communauté portuaire, d’un portail d’information, d’une BD commune, formation du personnel…). Elle démontre la difficile prise en compte de l’innovation majeure que constituent les TIC sur le terrain de sa thèse. Or, l’intérêt des TIC pour améliorer la circulation de l’information et la coordination des actions portuaires est clair. Cependant l’auteur ne fournit pas « d’éléments d’évaluation permettant de quantifier (en heures, en francs CFA) les gains d’efficacité. Or, ces deux unités de mesure pourraient servir de support à la hiérarchisation des priorités (action sur les TIC, sur les infrastructures linéaires, sur les infrastructures nodales tels que les portiques à quai…) »11.

  • 12 Benjamin Steck, P.V. de soutenance.
  • 13 « Le niveau macro-économique renvoie aux approches de nature statistique sur la mise en place de do (...)
  • 14 « Les conditions de base aboutissent à des structures d’organisation (des marchés) qui permettent o (...)
  • 15 « sont mélangées des données primaires (entretiens) et des données secondaires qui n’ont pas le mêm (...)
  • 16 Gilles Paché, P.V. de soutenance.

6Outre cette remarque, d’autres éléments de critique ont été avancés. Parmi les principaux, citons : l’intégration des technologies de l’information et de la communication dans la logistique, aurait pu être approfondie en liaison avec leurs implications territoriales ; les lacunes de la bibliographie : des références auraient pu enrichir la réflexion, telles celles issues des travaux « du réseau SITRASS mais aussi aux travaux de Charlier, Debrie, Lombard… »12. Gilles Paché, malgré le fort intérêt éprouvé à la lecture de cette thèse de doctorat, qu’il considère comme étant « de bonne facture, et qui construit avec bonheur un pont entre géographie économique et sciences de gestion », a formulé quatre remarques : la candidate alterne entre niveau macro-économique et niveau micro-économique, tout particulièrement en matière d’analyse des systèmes d’information13 ; il aurait été bienvenu, pour une meilleure structuration de la thèse, de recourir au schéma conditions de base / structures / comportements stratégiques / performances (paradigme SCP)14 ; sur le plan méthodologique, on aurait apprécié une discussion serrée en fin de thèse autour des hypothèses. D’autre part, la mise en œuvre du système de preuves n’a pas la qualité que l’on pourrait escompter15 ; « si l’on considère que la logistique portuaire se construit selon une logique de réseau, quel acteur est le mieux placé pour en assurer la gouvernance ? Quel acteur bénéficie du pouvoir d’expertise ou de légitimité pour y parvenir dans les meilleures conditions ? Certes, il s’agit là de questionnements de ‘gestionnaire’, mais le géographe peut-il en faire l’économie ? »16.

  • 17 Benjamin Steck, P.V. de soutenance.

7Gisele Makiela-Magambou a produit un état des lieux précis et détaillé dans un travail pionnier qui associe dans une même problématique TIC et logistique portuaire. L’auteur a produit une thèse de qualité, illustrant les handicaps d’un pays du Sud au tissu industriel encore trop faible. L’auteur « a su sentir, percevoir, expliciter beaucoup de choses au plus près de l’organisation, du fonctionnement, des problèmes de la filière logistique au Gabon »17.

8L’auteur, animé d’une fine connaissance du pays et du monde du transport maritime, parvient à dresser une perspective d’ensemble sur la nature et l’ampleur des obstacles rencontrés par les opérateurs de transport et les chargeurs au Gabon, et, plus généralement en Afrique Centrale. Ce travail peut contribuer aux efforts en cours, dans un contexte économique dominé par la mondialisation des échanges économiques.

Haut de page

Notes

1 Gisèle Makiela-Magambou (2007), La logistique portuaire au Gabon – Contribution à une géographie des transports de la Communauté Economique et Monétaire de l’Europe Centrale (CEMAC), 539 pages, Thèse de Géographie, soutenue à l’Université de Montpellier III, le 13 juin 2007.

2 Gilles Paché, Professeur de Gestion et sciences économiques à l’Université d’Aix-Marseille, P.V. de soutenance.

3 Laurent Chapelon, Professeur à l’Université de Montpellier III, P.V. de soutenance.

4 Gilles Paché, P.V. de soutenance.

5 Gilles Paché, P.V. de soutenance.

6 Laurent Chapelon, P.V. de soutenance.

7 Benjamin Steck, Professeur à l’Université du Havre, P.V. de soutenance.

8 Laurent Chapelon, P.V. de soutenance.

9 Laurent Chapelon, P.V. de soutenance.

10 Sur le chapitre 7, Laurent Chapelon, P.V. de soutenance.

11 Sur le chapitre 8, Laurent Chapelon, P.V. de soutenance.

12 Benjamin Steck, P.V. de soutenance.

13 « Le niveau macro-économique renvoie aux approches de nature statistique sur la mise en place de données agrégées permettant de mesurer les flux logistiques entrants et sortants. Le niveau micro-économique, quant à lui, concerne les acteurs de la logistique portuaire qui doivent disposer de données de pilotage de qualité suffisante pour mieux gérer les interfaces logistiques. En sciences de gestion, il est de tradition de s’intéresser plutôt à ce second niveau, et de concéder aux économistes l’analyse du premier niveau. La doctorante a choisi, au gré de ses développements, de passer de l’un à l’autre, ce qui ne facilite pas le travail de lecture » (Gilles Paché, P.V. de soutenance).

14 « Les conditions de base aboutissent à des structures d’organisation (des marchés) qui permettent ou non le développement efficace de stratégies (logistiques ou autres). Ces stratégies aboutissent à des niveaux singuliers de performance économique ou sociale. Le paradigme SCP, issu de l’économie industrielle, est tout à fait adapté à la thèse ici défendue en choisissant, après une première partie qui aurait porté sur les concepts clés, une deuxième partie qui aurait évoqué les conditions de base et les structures de marché (description des ports notamment), pour terminer sur une troisième partie qui aurait décrit les stratégies conduites, les dysfonctionnements constatés et leur impact sur la performance (en incluant des préconisations pour améliorer ladite performance) » (Gilles Paché, P.V. de soutenance).

15 « sont mélangées des données primaires (entretiens) et des données secondaires qui n’ont pas le même statut. Si l’on doit admettre la richesse des informations présentées, il reste dommage que l’absence de traitement « raisonné » des données rende difficile un processus de validation ou d’invalidation. Le travail doctoral s’apparente finalement, par certains côtés, à du consulting en matière de diagnostic des dysfonctionnements constatés » (Gilles Paché, P.V. de soutenance).

16 Gilles Paché, P.V. de soutenance.

17 Benjamin Steck, P.V. de soutenance.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Henry Bakis, « « Ports gabonais et enjeux logistiques – Compte rendu de la thèse de Gisèle Makiela-Magambou » », Netcom, 21-3/4 | 2007, 413-416.

Référence électronique

Henry Bakis, « « Ports gabonais et enjeux logistiques – Compte rendu de la thèse de Gisèle Makiela-Magambou » », Netcom [En ligne], 21-3/4 | 2007, mis en ligne le 30 septembre 2016, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/netcom/2277

Haut de page

Auteur

Henry Bakis

Directeur de recherche, Equipe CNRS Mutations des Territoires en Europe. Professeur à l’Université de Montpellier III.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Netcom – Réseaux, communication et territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo NETCOM Association
  • Logo IGU / UGI
  • Logo Comité national français de géographie (CNFG)
  • Logo UMR 6266 - IDEES Le Havre
  • Logo ARTDev (UMR 5281)
  • Logo AERES - Logo
  • Logo DOAJ
  • Logo ERIH PLUS : European Reference Index for the Humanities and the Social Sciences
  • Logo Heloise
  • OpenEdition Journals