Navigation – Plan du site
Paroles d'acteurs

Réappropriation des systèmes alimentaires par les citoyens : une logique de Communs urbains

Citizens’ reappropriation of their food systems: a logic of urban commons
Myriam Bouré
p. 175-192

Résumés

L’objet de cette note de recherche est d’appréhender la notion de Commun sous l’angle de la réappropriation par les citoyens des systèmes de production et de distribution des aliments. Dans cette réflexion nous serons amenés à questionner le rôle du numérique, et surtout, la place clé de la gouvernance dans la construction de ces Communs. Cette note est le fruit de ma réflexion de praticienne engagée, en tant que co-fondatrice d’Open Food France, association portant en France le déploiement du Commun Open Food Network, logiciel open source au service des circuits courts alimentaires ; mais aussi en tant que « Connector » OuiShare, think&do tank au service de l’économie collaborative.

Haut de page

Texte intégral

Introduction : Les communs de l’alimentation à l’heure du numérique

1Se nourrir est un besoin vital humain. Cependant, depuis des décennies, les individus ont peu à peu perdu la maîtrise de leur alimentation, au profit de l’industrie agro-alimentaire et de la grande distribution. En France 4 centrales d’achat pèsent 92 % du marché de l’alimentation1. Pour reprendre la main sur ce que nous mangeons, et décider à nouveau, nous citoyens, du type d’alimentation que nous souhaitons, il est donc urgent de reconstruire des Communs au service de notre alimentation, que ce soit sur la production d’aliments ou sur leur distribution. Ces nouveaux Communs peuvent s’appuyer sur des logiques de réappropriation de l’espace urbain, par des individus qui plantent des légumes en mode ouvert, comme dans le cas du réseau Incroyables Comestibles par exemple. Ou encore sur des lieux hybrides, qui vont à la fois servir d’espace de travail et de lieu de distribution de paniers de légumes pour un groupement d’achat par exemple. Pour nous aider dans cette tâche de reconstruction des Communs, le numérique a un rôle à jouer. Il nous permet de dépasser des difficultés d’organisation, et soutient l’innovation des acteurs et l’invention de nouveaux modèles de distribution. L’expérience d’Open Food Network est à ce titre intéressante : suivant des principes de co-construction et de gestion démocratique à la fois à l’échelle globale et locale, la communauté développe et offre en accès libre une plateforme numérique permettant de gérer son initiative de circuit court en toute indépendance. Cet article, après avoir précisé ce que sont les communs dans le contexte alimentaire, discutera des facteurs clés de développements de ces communs - hybridation des lieux et activités, outils numériques, gouvernance - mais aussi des enjeux émergents auxquels ces nouveaux communs doivent faire face, liés notamment au développement du big data.

Comment les communs peuvent s’appliquer à l’alimentation

2Les communs s’observent au travers du fonctionnement et de l’implication de diverses communautés. Les deux mots sont étymologiquement liés. Une communauté est un ensemble d’individus qui partagent une vision, une mission et des valeurs et décident de coopérer dans la réalisation de cette mission. Pour cela, ils partagent des Communs qui peuvent être par exemple des savoir-faire dans le cas de confréries (ex : la communauté des Compagnons du Tour de France) ou des ressources (un code dans le cas d’une communauté open source). La communauté développe, gère, et prend soin du Commun.

3On peut distinguer deux types de Communs :

  • les Communs ouverts : partagés très largement, accessibles par tous, ouverts à la contribution de tous. Wikipedia par exemple, n’a pas de « propriétaire » au sens strict, pas de capitaux ; Wikipedia appartient à la fois à tout le monde, et à personne. Comme l’air, pourrait-on dire. Mais comme l’air, l’encyclopédie est fragile, pourrait être détournée, ce qui impose la prise en charge de sa gestion, sa maintenance et son développement par une communauté de Wikipédiens, alors même que le résultat est largement utilisable par tout un chacun.

  • les Communs fermés : les ressources concernées sont uniquement partagées au sein de la communauté, et il faut entrer dans la celle-ci pour y accéder et pouvoir y contribuer et en bénéficier. Par exemple il faut être compagnon pour accéder aux ressources de la communauté des compagnons. Les plateformes coopératives se construisent plutôt sur ce modèle.

  • 2 « OuiShare est un collectif, une communauté, un accélérateur d’idées et de projets dédié à l’émerge (...)

4En fonction du type de ressource et des modes de fonctionnement, on voit se développer des formes hybrides. Un Commun peut-être plus ou moins fermé, et des communautés peuvent décider de règles plus contraignantes pour protéger la ressource et éviter son appropriation par certains. Par exemple la communauté d’acteurs de l’innovation OuiShare2, à laquelle je participe, a la volonté d’open-sourcer son activité et ses outils au maximum, mais réserve néanmoins aux seuls Connectors - membres actifs engagés au quotidien dans la gouvernance de OuiShare - l’accès à certains dossiers plus sensibles. Certes, tout le monde peut devenir Connector, mais nous avons mis en place des règles pour protéger le Commun. De façon générale, on peut donc dire que les règles d’entrée dans une communauté définissent le niveau d’accessibilité à la ressource commune. Cela est bien illustré par exemple par le processus de validation des administrateurs de Wikipédia. Plus les règles sont rigides, contraignantes, limitantes, que ce soit par un montant financier à payer, un diplôme particulier à obtenir, un nombre de membres très limité, plus le Commun va être fermé.

5La qualité de Commun peut être graduelle, entre la logique propriétaire et la logique publique, le curseur de positionnement du Commun peut varier selon la nature du projet : lorsque l’accès est complètement ouvert sans aucune restriction, comme l’accès à l’air par exemple, on peut parler de bien public mondial, un Commun global au sens le plus ouvert qui soit. A contrario lorsque le bien ou service est Commun pour un nombre limité de personnes, le curseur se déplace vers une logique davantage propriétaire, de co-propriété par exemple.

6En gardant à l’esprit ces définitions des Communs, nous pouvons alors nous interroger sur la façon dont des ressources alimentaires, que l’on peut qualifier de « rivales » (la consommation d’un aliment par un individu limite la capacité des autres à se fournir le même bien), peuvent être gérées comme des Communs. Dans le mythe actuel, les aliments sont uniquement des commodités, achetées et vendues dans le seul cadre d’un marché. Mais des chercheurs avancent la nécessité de faire évoluer nos représentations et défendent la notion de nourriture comme Bien Commun (Jose Luis Vivero Pol3, UCL).

Réappropriation citoyenne des activités de production et distribution alimentaire

7Comment cette notion de Commun peut-elle se décliner aux activités de production et distribution alimentaires ?

  • 4 Agropoly : a handful of corporations control world food production. Déclaration de Berne, septembre (...)

La concentration de ces activités s’est accentuée ces dernières décennies, comme le décrit en détails le rapport Agropoly4 de l’ONG suisse Déclaration de Berne. Ces activités sont cruciales à la subsistance des individus, à la sécurité alimentaire, et le contrôle de l’alimentation est une clé de voûte dans le contrôle d’une société tout entière.

8Fort de ce constat, des individus résistent et s’organisent pour reprendre la main sur les systèmes de production et de distribution des aliments. Des Communs de production et distribution alimentaire se mettent en place, des communautés se regroupent autour d’une vision, d’une mission et de valeurs partagées, et construisent et prennent collectivement soin de ces Communs.

9Les Communs de production alimentaire sont par exemple des jardins partagés/communautaires, ou des bacs de cultures en ville mis en place par la communauté incroyables comestibles5. Il s’agit ici d’une réappropriation des espaces urbains et des terres cultivables par et pour la communauté. Ces espaces de cultures peuvent être ouverts à tous « arrosez et servez-vous » comme c’est le cas des incroyables comestibles (Figure 1) ou sur un mode un peu plus fermé, accessibles à un groupe de membres définis dans le cadre d’autres formules de jardins partagés où seuls les adhérents peuvent produire et se partager les récoltes.

Figure 1 : Le site des incroyables comestibles, partout en France

Figure 1 : Le site des incroyables comestibles, partout en France

Source : http://lesincroyablescomestibles.fr/​

10Les Communs de distribution alimentaire sont par exemple des groupements d’achats, AMAP (Association pour le Maintien de l’Agriculture Paysanne), épiceries ou supermarchés coopératifs. Il s’agit ici d’une réappropriation des marchés traditionnels, lieux de rencontre entre producteurs et consommateurs, détournés par les distributeurs privés marchands qui ont transformé ces Communs, qui étaient auparavant organisés de façon collective, par les communes, ou autogérés par les producteurs eux-mêmes, en « supermarchés » déconnectés des systèmes alimentaires locaux.

11Le numérique revivifie les communs alimentaires. Des « micro-marchés » font à nouveau leur apparition, car le numérique permet aux citoyens de s’organiser avec très peu d’investissements, pas besoin de lieu dédié ni de financer du stock, le marché fonctionne en pré-commande sur une plateforme en ligne et s’appuie sur des lieux « ouverts » et détournés de leur usage premier, que ce soit des lieux privés (des maisons, cafés) ou des lieux publics (maisons de quartiers), pour la distribution des produits.

  • 6 La ruche qui dit oui : « Rassemblons-nous pour acheter les meilleurs produits aux agriculteurs et a (...)

12La relation entre l’infrastructure numérique et l’initiative de distribution peut jouer sur la qualité de Commun de cette dernière. Nous pouvons nous interroger sur le cas de la plateforme La Ruche Qui Dit Oui (LRQDO)6, une place de marché numérique permettant l’organisation de micro-marchés appelés « Ruches » par des citoyens ou entrepreneurs. Une Ruche est-elle un Commun de distribution alimentaire ? En fait, cela dépend de la façon dont les communautés locales (les ruches) vont s’emparer de la plateforme. Si la Ruche est pilotée par un collectif, qui se réapproprie donc son circuit d’approvisionnement, on peut penser que oui. Dans ce cas on peut dire que le groupe choisit simplement d’utiliser l’outil LRQDO pour opérer son initiative. Mais si la Ruche est pilotée par un individu qui décide seul du fonctionnement, il ne s’agit plus, selon nous, d’un Commun de distribution alimentaire. La gouvernance est une clé de lecture primordiale pour évaluer la qualité de Commun d’une initiative.

13Les règles de fonctionnement de l’infrastructure ont un impact majeur sur la construction du commun. Même dans le cas d’une Ruche pilotée de façon démocratique et pouvant donc à première vue être considérée comme un Commun, la liberté de gestion du Commun est limitée, car l’entreprise LRQDO impose certaines règles de fonctionnement aux Ruches. Notamment, l’entreprise impose que les Ruches prennent pour leur compte 8,35 % de commission sur les produits, payés par les producteurs pour l’apport d’affaire que leur procure la Ruche en question. Or imposer à chaque Ruche sa propre rémunération revient à imposer un point clé de la gouvernance d’une Ruche. Les règles ne peuvent pas, de fait, être décidées par la communauté de la Ruche en question, ce qui remet en cause sa qualité de Commun.

14L’exemple de LRQDO nous offre cependant un modèle d’organisation permettant la gestion de circuits de distribution communautaires dans l’espace urbain, et ouvre d’autres questions : comment des communautés peuvent-elles complètement s’auto-organiser dans des cadres contraints à la fois par l’espace urbain et par le rythme de la vie professionnelle ?

L’hybridation des lieux et des activités : une clé de développement des Communs alimentaires urbains

15Pour réinvestir leurs circuits de production et de distribution alimentaire, les citoyens trouvent de nouvelles logiques leur permettant de gérer ces activités en parallèle de leur emploi, et sans avoir à réaliser d’investissements importants, donc en mettant en place des modèles sans charges fixes (charges locatives par exemple), tout au moins pour commencer. Quand les projets arrivent à maturité, les modèles peuvent évoluer, par exemple un groupement d’achat peut être un préalable à la création d’une épicerie ou d’un supermarché coopératif disposant d’un local dédié dont le coût est réparti entre tous les acheteurs. La constitution de la masse critique nécessaire à ce qu’une communauté puisse fonctionner passe certainement par ces étapes intermédiaires. Prenons l’exemple de La Louve7, supermarché coopératif à Paris. Dès le début, les porteurs avaient la volonté de créer un supermarché, possédé et géré par les membres et dont l’accès leur serait réservé. Le projet a commencé par un groupement d’achat qui a donné du temps à la réflexion collective et permis de rassembler une masse critique de futurs coopérateurs.

16Le développement des Communs de production et distribution alimentaire repose donc la plupart du temps sur une logique d’hybridation des lieux et/ou des activités. On entend ici par hybridation le contraire de spécialisation : un lieu sert à plusieurs usages, et pour les activités, cela revient également à la non spécialisation de l’activité et la possibilité de gérer plusieurs tâches.

17Ce principe d’hybridation est assez répandu dans les approches liées au futur de l’alimentation. Par exemple, la permaculture renforce l’idée plus générale qu’un sujet/ressource doit pouvoir remplir plusieurs fonctions et qu’une fonction doit pouvoir être remplie par plusieurs sujets/ressources.

Hybridation des lieux

18De nombreux Communs de distribution reposent sur ce principe. Pour les AMAP, groupements d’achat, ou certaines épiceries coopératives, les membres passent commande (sur une boutique en ligne, ou un fichier excel partagé, ou via un système d’abonnement pour recevoir un panier hebdomadaire, etc.) et récupèrent leurs produits dans un lieu qui n’est pas dédié à la distribution alimentaire : dans un café, au domicile personnel de l’un des membres, dans une salle municipale. Micromarché8 à Nantes, groupement d’achat de 150 personnes, organise par exemple ses distributions dans plusieurs points de retrait qui sont souvent des maisons de quartiers.

19Mais certains Communs de production reposent également sur cette logique : un rond-point par exemple devient un parterre de courges plantées par les incroyables comestibles. Un trottoir accueille un bac de culture. Une cour d’immeuble devient un jardin communautaire cultivé par les habitants. La réappropriation des Communs de production et distribution alimentaire renouvelle donc également le rapport à l’espace urbain. On ne se voit plus « consommateur » mais « contributeur » de l’espace urbain. Sans logique de propriété, les citoyens réinvestissent l’espace public pour y opérer des activités utiles à la collectivité.

20Cette hybridation des lieux peut s’analyser sous deux angles principaux, une modification du rapport public/privé, et une hybridation des usages sur un même lieu. Le lieu de vie devient aussi lieu de travail avec le développement du travail indépendant et du coworking à la maison. Des tiers-lieux émergent, comme par exemple à Paris Volumes Coworking9, qui mixe activités de production manufacturières via des fablabs, coworking, et production alimentaire via des foodlabs (cuisines partagées).

Hybridation des activités

21Ce point est nous semble-t-il valable pour tous les Communs : les membres doivent participer aux opérations de fonctionnement, que ce soit aller jardiner à côté de leurs autres activités (occupation professionnelle principale, loisirs, etc.), s’occuper de la mise en paniers pour l’AMAP ou aller faire son « quart » (3h de travail par mois) dans le supermarché coopératif type La Louve. Le Commun fonctionne grâce à la contribution de tous. Sans contribution, pas de Commun.

22Le Commun pour exister nécessite une gestion véritablement démocratique, et on peut se demander si une démocratie représentative suffit. Les grosses coopératives, comme les banques coopératives ou les coopératives agricoles, ne sont plus réellement des Communs, les membres n’ont plus vraiment leur mot à dire dans la gestion, il faut entrer dans des logiques politiques de conquête du pouvoir, se faire élire, pour pouvoir avoir son mot à dire. Idem pour un territoire, les élus prennent les décisions pour les habitants, mais dans de multiples cas les décisions sont prises sous l’influence de lobbys économiques, et non dans l’intérêt des citoyens et de la préservation des biens Communs, en témoigne la perte effarante de biodiversité, 75 % des espèces comestibles cultivés ont disparu en un siècle. Beaucoup de Communs sont gérés aujourd’hui par des représentants élus, comme les routes, l’air (par le vote de lois pour protéger la qualité de l’air), etc. Une démocratie représentative ne suffit pas à garantir la qualité de Commun. La communauté doit être en mesure de réellement s’investir dans la gouvernance de la ressource commune. On est alors plus proche des logiques de démocratie participative.

23Une contribution uniquement sous une forme financière ne semble pas non plus suffire au fonctionnement du Commun, car dans ce cas, un système de représentativité se met en place : si on ne fait pas notre part, on doit payer d’autres pour la faire. On passe alors d’une logique de contribution à une logique de consommation ; on perd la conscience du Commun et de sa propre responsabilité dans la gestion du Commun. On peut prendre l’exemple des coopératives de consommation, magasins sous statut coopératif, qui sont nés d’une volonté militante d’autogestion, mais qui se sont transformés en des groupes de distribution où un membre n’est qu’un consommateur, et même s’il achète sa part sociale, n’a plus vraiment son mot à dire dans la gestion, ou le choix des produits distribués. Pour la Louve au contraire, « il n’y a pas de clients mais des membres », chacun investit non seulement 100 € dans l’achat d’une part sociale mais aussi 3h de son temps par mois pour la gestion du supermarché, et c’est cet investissement humain qui fait la conscience collective du Commun.

24Se dessine par conséquent derrière la reconstruction de Communs de production et distribution alimentaire une économie beaucoup moins spécialisée, où chaque individu serait engagé au quotidien, avec sa ou ses communautés, dans les différentes activités nécessaires à sa subsistance : producteur/distributeur de nourriture lorsque l’individu cultive dans un jardin partagé et participe à une AMAP, chauffeur lorsqu’il propose des places de covoiturage, banquier quand il finance une initiative sur une plateforme de finance participative, plombier quand il répare son robinet grâce à un tutorial trouvé sur un forum en ligne, directeur d’école et enseignant lorsqu’il participe à la gestion de l’école et pourquoi pas aux enseignements comme c’est le cas dans de nombreuses écoles dites aux pédagogies alternatives, citoyen lorsqu’il participe au fonctionnement de la commune et qu’il m’implique dans les décisions la concernant, etc.

25On voit pointer le retour à une économie basée sur des communautés et les Communs qu’elles organisent et dont elles prennent soin, que ce soit une école, une entreprise, un jardin, une voiture, une ville ou un magasin. En témoigne l’énorme succès du MOOC (pour Massive Open Online Course) Oasis de l’Université des Colibris, qui a reçu 27 000 inscriptions en 2016 (figure 2).

Figure 2 : Colibris, un mouvement citoyen

Figure 2 : Colibris, un mouvement citoyen

Source : https://www.colibris-lemouvement.org/​

Les outils numériques facilitant (enablers) cette réappropriation de leurs systèmes alimentaires par les citoyens

26Depuis plusieurs décennies les citoyens se rassemblent pour reconstruire ensemble des Communs de production et distribution alimentaire, et cela s’est fait sans forcément avoir recours au numérique. Dans une AMAP ou certaines épiceries coopératives, il arrive encore que les commandes soient passées sur le lieu de rencontre, directement sur des documents papiers imprimés. Mais le numérique est néanmoins un formidable outil de changement d’échelle et d’essaimage de ces initiatives, facilitant à la fois l’accès en tant que membre et la gestion donc la création de nouvelles initiatives par les citoyens.

27Pour opérer nos activités au quotidien, nous avons besoin d’infrastructures. Nous ne pourrions pas nous déplacer sans routes, chemins ou rails. Les infrastructures que nous déployons structurent nos activités. Ces infrastructures peuvent être matérielles comme dans le cas des routes, ou immatérielles, numériques, comme dans le cas d’un logiciel de gestion pour une entreprise.

28Les infrastructures doivent pouvoir être accessibles à l’ensemble de la communauté, que ce soient les habitants dans le cas des routes permettant aux personnes de se déplacer, ou les salariés dans le cas d’un logiciel de gestion permettant à l’information de circuler. Lorsque les infrastructures sont ouvertes et s’adressent à l’ensemble des citoyens d’un pays (Commun ouvert), on les considère souvent comme des services publics. Une route est un Commun dans le sens où elle est gérée par le représentant élu par le peuple dans un régime de démocratie représentative. On peut ainsi questionner le rôle des pouvoirs publics dans le soutien aux Communs ouverts rendant une véritable mission de service public.

29Les citoyens, pour construire leurs Communs de production et distribution alimentaire, ont besoin d’un certain nombre d’infrastructures, qu’elles soient physiques (des « routes » pour acheminer les produits, un magasin pour le supermarché coopératif La Louve) ou numériques (un logiciel pour gérer son groupement d’achat).

30La Ruche Qui Dit Oui peut en ce sens être considérée comme une infrastructure numérique, mais ne peut pas être considérée elle-même comme un Commun car elle n’est pas gérée de façon démocratique par la communauté. L’entreprise, bien que située dans le champ de l’Économie Sociale et Solidaire (agrément ESUS), a fait le choix d’une structure capitalistique, avec des actionnaires possédants les actifs, alors qu’ils ne sont pas les membres de la communauté. L’entreprise a cependant la volonté d’ouvrir son capital aux managers de ruches, pour impliquer davantage sa communauté dans la gouvernance. Si cela se réalise LRQDO pourra alors être considérée comme un Commun fermé, il faudra toujours entrer dans la communauté, ouvrir une ruche et prendre des parts de capital, pour participer à la gestion du Commun.

31Au contraire, Open Food Network10, logiciel open source pour la gestion de circuits courts alimentaires, projet auquel j’ai choisi de contribuer, est une infrastructure numérique gérée de façon démocratique par la communauté. Le Commun Open Food Network est ouvert dans le sens où le code est partagé, accessible et réutilisable par tous, et que tout individu peut rejoindre librement la communauté et participer à la gouvernance. La communauté développant et protégeant ce Commun partage également de façon ouverte des ressources de connaissance relative à la gestion de circuits courts et autres “hubs” alimentaires. C’est un Commun ouvert dans le sens ou la communauté a une volonté de transparence totale sur l’ensemble de ses activités, y compris son budget. Open Food Network (figure 3) se positionne donc comme une infrastructure d’utilité publique au service des citoyens souhaitant créer des activités économiques autour de circuits courts alimentaires.

Figure 3 : Open Food Network, un commun ouvert

Figure 3 : Open Food Network, un commun ouvert

Source : https://www.openfoodfrance.org/​

32Nous avons besoin d’infrastructures facilitantes pour nous organiser collectivement et nous réapproprier nos systèmes alimentaires. Le numérique est donc ici un facteur de renouveau, d’essaimage, de changement d’échelle des premiers communs de distribution (marchés, AMAP, etc.). Il permet de lever un certain nombre de contraintes, comme celle de la difficulté à traiter manuellement 400 messages individuels de commandes, alors qu’une plateforme les traite sans intervention humaine et agrège en un clic les commandes globales à passer aux fournisseurs. Il allège donc la gestion de Communs de distribution alimentaire, redonne du pouvoir d’agir aux citoyens, et facilite aussi la réplication de ces Communs, les modèles étant facilement accessibles via des logiques d’information ouverte.

33Aussi le numérique permet à la fois à des communautés très locales d’opérer leur activité, mais permet aussi des coopérations et de la co-construction à des échelles beaucoup plus larges, régionales, nationales voire internationales, engendrant donc mutualisation des efforts et co-financement des développements du Commun. Le numérique permet à une communauté de naître et foisonner à une échelle nouvelle, ce qui permet la création de nouveaux types de Communs, globaux, structurants et fédérateurs. Open Food Network en est un exemple : des individus déploient le code, y contribuent et animent des communautés locales dans une dizaine de pays, qui coopèrent à l’échelle internationale pour décider ensemble des évolutions du Commun et les co-financer. Les collectifs utilisant la plateforme pour opérer des Communs locaux de distribution décident de façon totalement indépendante de leur fonctionnement.

Gestion et gouvernance d’un Commun par les membres de la communauté : le rôle des outils numériques

34Comme évoqué ci-dessus, pas de Communs sans gouvernance par les membres de la communauté. Ce point représente certainement un des principaux challenges des Communs. On voit dans les associations ou coopératives classiques la difficulté de mettre en place des modes de gouvernance réellement démocratiques, impliquant l’ensemble des membres. Sans compter que le nombre de membres complique fortement la tâche : dans une coopérative comme Agrial comptant 12000 agriculteurs adhérents, comment prendre des décisions ensemble de façon efficace ? Combien d’AMAP ou de groupements d’achat soi-disant gérés de façon collective et démocratique sont dans les faits portés par une ou deux personnes ? Combien échouent à cause de tensions non traitées ? Ce point de gouvernance est crucial pour définir la frontière entre un Commun et une initiative appropriée par un groupe restreint d’individus, et surtout, assurer la pérennité du Commun.

35Mais pour sortir des logiques représentatives, nous avons besoin d’outils numériques adaptés. Un Commun de production ou de distribution dans un quartier, géré et opéré par un nombre très restreint de membres, peut être piloté de façon démocratique sans outil numérique, comme une AMAP par exemple, ou un groupement d’achat local. Mais dès que l’on sort de la sphère de l’hyper proximité, ou dès que le nombre de membres devient trop important, les outils numériques sont indispensables pour que le Commun subsiste. Par exemple, La Louve a besoin d’un outil informatique performant pour organiser les « quarts » des membres. Il en est de même pour un logiciel open source, les développeurs utilisent à leur tour d’autres outils numériques comme Github par exemple pour partager le code et permettre à tous d’y contribuer.

36Grâce aux outils numériques couplés au développement des pratiques de facilitation, de nouveaux principes de gouvernance basés sur l’intelligence collective se diffusent dans l’ensemble du monde économique. Sociocratie, holacratie11, sophocratie, entreprise opale12, entreprise liquide, les expérimentations foisonnent et différents modèles de gouvernance se précisent. Tous ces modèles cherchent à mettre en œuvre des modes de gouvernance basés non plus sur des logiques de représentativité mais sur l’intelligence collective.

  • 13 T.J. Bouchard & M. Hare (1970), “Size, performance and potential in brainstorming groups”, Journal (...)
  • 14 P.A. Collaros & L.R. Anderson (1969), “Effect of perceived expertness upon creativity of members of (...)

37Des études de psychologie appliquée comme celles de Bouchard et Hare13 ou de Collaros et Anderson14 ont montré qu’un travail d’équipe sans le bon cadre pour organiser ce travail était moins performant que la somme des travaux individuels (1+1<2), mais que dans le cas où ce travail d’équipe est facilité avec un cadre structurant et permettant l’expression de l’intelligence collective de façon efficace et constructive, alors le travail d’équipe est plus performant que la somme des travaux individuels, (1+1>2).

38La plupart des associations et coopératives sont structurées de façon assez classiques, avec un président, un secrétaire, un trésorier, une Assemblée Générale annuelle et un Conseil d’Administration qui se réunit périodiquement. Les nouveaux modèles émergents dans les organisations collaboratives distribuées tentent de s’affranchir de ces modes de gouvernance figés, non agiles, et ne permettant pas vraiment une gestion collective et démocratique. OuiShare, Enspiral, ou encore Open Food Network expérimentent d’autres modes d’organisation, et nous pouvons observer de nombreux points communs entre leurs différents modes de gouvernance.

39Pour illustrer ce point l’exemple d’Open Food Network peut être mobilisé :

  • Tout d’abord, le code est open source, il est donc hébergé sur une librairie numérique, GitHub15, qui permet le partage et la co-création. N’importe qui peut forker (copier) ce code, le modifier, et proposer l’intégration de ses modifications dans le code source d’origine, l’idée étant d’améliorer ensemble, sur des modes de contributions distribuées, l’infrastructure de service public que nous apportons à l’ensemble des citoyens pour leur permettre de gérer des circuits courts alimentaires.

  • Pour discuter avec l’ensemble de la communauté internationale des évolutions de la plateforme (nouvelles fonctionnalités, etc.), nous nous appuyons sur un autre commun numérique, un forum open source, Discourse16, où nous proposons des évolutions et invitons les autres membres de la communauté à réagir, pour arriver à un « consentement mou » (consentement des membres qui s’expriment) sur les nouveaux développements.

  • Pour les échanges informels au quotidien, questions rapides, messagerie instantanée, nous utilisons Slack, un service qui n’est pas open source mais gratuit pour les ONG, ce qui nous permet de garder un lien régulier malgré la distance et d’échanger sans encombrer nos boites mail.

  • Pour la gouvernance, nous nous appuyons sur l’outil open source Co-budget17, qui permet le financement décentralisé de rôles/tâches au sein d’une communauté.

  • Pour documenter et partager avec l’ensemble de la communauté nos dossiers de demandes de financement, d’éléments graphiques de communication, etc. nous utilisons Google Drive, qui n’a rien d’un Commun mais qui est un outil numérique structurant pour notre communauté. On retrouve la contradiction entre le fonctionnement et la propriété de l’infrastructure et la construction de communauté ouvertes et participative au-dessus de ces services dont nous avons parlé précédemment.

  • Enfin, pour échanger en direct et pouvoir soulever et régler ensemble des points de tension, nous utilisons Google Hangout ou Zoom.

  • Dans la communauté France, nous utilisons en plus Loomio18 pour prendre les décisions concernant l’association Open Food France, de façon collaborative et transparente. Inspirés par l’espace de coworking La Coroutine19 à Lille, nous avons hacké le modèle associatif classique, en optant pour un bureau collégial, en remplaçant les traditionnelles Assemblées générales annuelles et extra-ordinaires par une Assemblée générale permanente gérée sous Loomio. Nous y avons rédigé la charte de fonctionnement de l’association et détaillé quelles étaient les conditions pour être considéré comme membre contributeur actif, ainsi que les règles de prises de décision. Ces dernières indiquent que les décisions doivent autant que possible se faire par consentement, chaque membre de la communauté pouvant exprimer son accord, désaccord ou véto sur une proposition effectuée par un autre membre, et qu’en cas de désaccord, une solution constructive doit être proposée. En cas de désaccord persistant, et en dernier recours, un vote des membres contributeurs actifs permet de prendre la décision. Cela peut paraître lourd, mais avec un outil en ligne comme Loomio les décisions se prennent de façon rapide et fluide.

40Nous nous appuyons au maximum sur d’autres Communs numériques pour construire notre Commun, mais tout en restant pragmatique et sans oublier que le service rendu par l’outil numérique doit être performant, sans quoi c’est notre Commun que nous mettons en péril.

41On voit donc la forte imbrication des Communs à tous les niveaux, les uns se construisant grâce aux autres. J’ai commencé à contribuer à Open Food France car je portais un projet de groupement d’achat (Commun de distribution) et que j’avais besoin d’un outil numérique. Souvent les contributeurs aux Communs peuvent être amenés à contribuer non pas à un seul Commun, mais de façon plus transversale.

Le « produire et distribuer » ensemble réinvente de nouvelles sociabilités

42Au-delà de l’enjeu de réappropriation par les citoyens de leur alimentation, les Communs de production et distribution alimentaire contribuent aussi à renforcer les relations humaines. Quand on se voit pour faire les paniers de l’AMAP ensemble, les sociabilités s’engagent. La construction de ce lien humain est cruciale à la pérennité du Commun ; un Commun ne peut pas durer si ses contributeurs ne tissent pas de liens forts, entre eux, car alors des tensions apparaissent.

43Dans OuiShare, une des valeurs affichées est « meet people in real life », et ayant la chance de faire partie à la fois de OuiShare et d’Open Food Network, j’ai pu constater que les tensions émergent lorsque nous ne nous parlons pas pendant longtemps. Le numérique peut être un outil facilitant l’organisation des individus entre eux, notamment engagés dans une démarche autour des communs alimentaires. Il permet la rencontre, il permet à chaque membre d’un groupement d’achat de passer rapidement et efficacement sa commande individuelle, et au coordinateur d’envoyer la commande groupée au producteur, libérant ainsi les individus des tâches mécaniques qui ne sont pas des temps d’échange qualitatifs, et leur permettant de se concentrer, lors de leurs échanges et rencontres, sur la culture de la relation humaine et la gouvernance du projet.

Les données : enjeux de contrôle des réseaux alimentaire à l’ère numérique

44Celui qui possède l’information contrôle le réseau. Ces outils numériques facilitant la réappropriation et la construction de Communs de production et distribution alimentaire par les citoyens génèrent des données, dont l’agrégation et l’analyse peut être créatrice de valeur. Comment donc s’assurer que ces données, produites par la contribution de tous au Commun, restent bien dans le champ du Commun ? Que l’usage de ces données soit lui-même géré de façon démocratique ? Que la valeur générée par ces données soit partagée ? Il y a toujours un risque d’appropriation des données, et de nombreuses entreprises propriétaires et géants du système alimentaire, se positionnent aujourd’hui en rachetant des entreprises d’agrégation et d’analyse de données liées à la production et à la distribution alimentaire.

45Monsanto a racheté en 2013 The Climate Corporation20 (données météo), puis Solum21 (analyses du sol), et 640 Labs22 (analyse de données agricoles). La firme oriente ainsi sa stratégie vers le Big Data agricole23. Google aussi l’a bien compris, puisqu’il est à présent le principal investisseur de l’énorme base de données du réseau des fermiers américain, Farmers business network24. L’entreprise anime une communauté de professionnels qui partagent leurs données, que ce soit sur leurs rendements, les intrants utilisés ou pratiques culturales. Des algorithmes font ensuite le travail d’analyse des informations, proposent des diagnostics et évaluent les facteurs qui influent sur les récoltes.

46Dans un Commun, les données générées par la communauté peuvent être soit considérées comme appartenant au producteur de la donnée, soit considérées comme un nouveau Commun géré par la même communauté. Dans Open Food Network, nous considérons que les données appartiennent aux producteurs de données, par exemple les données d’un catalogue producteur appartiennent au producteur et il peut choisir à qui il souhaite donner accès à ses données. Les données concernant les acheteurs d’un hub alimentaire (opérateur du circuit court) appartiennent au hub et il en contrôle l’ouverture. Les producteurs de données peuvent souhaiter les partager quand ils savent qu’elles apportent un service. Par exemple, des producteurs partageront leurs données concernant les livraisons à effectuer pour pouvoir bénéficier d’options logistiques avantageuses, moins coûteuses en temps et en argent. Les données, mises en commun, peuvent donc permettre la création de nouveaux Communs, services gérés par et pour les membres de la communauté.

Conclusion

47Le système alimentaire génère aujourd’hui de nombreuses externalités négatives : pollution des sols et de l’eau, problèmes de santé, perte de la biodiversité, emballages que l’on retrouve dans les océans, émissions de gaz à effet de serre (le système alimentaire dans son ensemble serait responsable de 50 % des émissions de gaz à effet de serre), malaise social - un fermier se suicide tous les 2 jours en France, etc. Pour éviter ces externalités négatives, il ne suffit pas de traiter les symptômes, il faut s’attaquer au problème à la source, aux causes premières :

  • la déconnexion entre producteurs et consommateurs : avec l’urbanisation, et le changement de nos modes d’achat, l’achat en supermarché notamment, nous avons perdu la conscience d’où viennent nos aliments, de comment ils sont produits, de l’énergie nécessaire à leur production.

  • la centralisation du système alimentaire entre les mains de quelques grosses multinationales de l’industrie et de la distribution alimentaire, Monsanto, Bayer, Syngenta, Cargill, Carrefour, etc.

48S’attaquer à ces causes premières, c’est donc œuvrer pour la reconnexion entre producteurs et consommateurs, et la décentralisation du système en soutenant l’émergence d’une myriade d’acteurs, producteurs, artisans de transformation, magasins de quartiers indépendants, groupements d’achat, AMAP, micro-marchés, etc. La réappropriation par les citoyens des Communs de production et de distribution alimentaire permet de réellement s’attaquer à ces causes premières. Ce ne sont pas les élus politiques soumis à l’influence de lobbys fortunés qui chercheront à diminuer le pouvoir de ces grandes entreprises pour le redistribuer dans les mains des citoyens. C’est aux citoyens eux-mêmes de construire ces Communs, de les multiplier, de favoriser les coopérations entre tous ces Communs, la mutualisation, le partage de bonnes pratiques, construisant ainsi un nouveau système alimentaire, par et pour les humains, respectueux de la nature, éthique, durable, rendant ainsi l’ancien système propriétaire obsolète. Pour cela, les infrastructures numériques offrent des opportunités nouvelles. Il devient plus aisé grâce au numérique de s’organiser collectivement, pour coordonner des projets à l’échelle locale, développer des circuits courts, et construire ensemble, producteurs et consommateurs, les nouveaux Communs de notre alimentation. Des Communs qui assurent ainsi la transparence de la fourche à la fourchette et contribuent à reconstruire la confiance dans ce que nous mangeons.

Haut de page

Notes

1 https://www.franceculture.fr/economie/grande-distribution-des-prix-bas-mais-quel-prix

2 « OuiShare est un collectif, une communauté, un accélérateur d’idées et de projets dédié à l’émergence de la société collaborative : une société basée sur des principes d’ouverture, de collaboration, de confiance et de partage de la valeur », source : http://ouishare.net/fr

3 The idea of food as commons or commodity in academia. A systematic review of English scholarly texts, Jose Luis Vivero Pol, May 2017.

4 Agropoly : a handful of corporations control world food production. Déclaration de Berne, septembre 2013. http://www.econexus.info/sites/econexus/files/Agropoly_Econexus_BerneDeclaration_wide-format.pdf

5 Les incroyables comestibles peuvent être découverts sur leur site : http://lesincroyablescomestibles.fr
Pour Wikipédia, « L’objectif vise à créer une abondance gratuite de nourriture à partager pour tous, dans une démarche d’autonomie alimentaire locale, saine, durable, engagée et inclusive. ».

6 La ruche qui dit oui : « Rassemblons-nous pour acheter les meilleurs produits aux agriculteurs et aux artisans de nos régions ». Source : https://laruchequiditoui.fr/fr

7 http://public.cooplalouve.fr/

8 http://www.micromarche.fr/

9 http://volumesparis.org/

10 Open Food Netword : Food, unincorporated. https://openfoodnetwork.org/

11 http://www.holacracy.org/

12 http://www.reinventingorganizations.com/

13 T.J. Bouchard & M. Hare (1970), “Size, performance and potential in brainstorming groups”, Journal of Applied Psychology, vol. 54, n° 1, pp. 51-55.

14 P.A. Collaros & L.R. Anderson (1969), “Effect of perceived expertness upon creativity of members of brainstorming groups”, Journal of Applied Psychology, vol. 53, n° 2, pp. 159-163.

15 https://github.com/openfoodfoundation/openfoodnetwork/

16 https://openfoodnetwork.org/

17 http://cobudget.co/

18 https://www.loomio.org/d/u628TfXx/charte-d-open-food-france

19 http://lacoroutine.org/

20 https://www.forbes.com/sites/bruceupbin/2013/10/02/monsanto-buys-climate-corp-for-930-million/

21 http://www.stltoday.com/business/local/monsanto-buys-soil-analysis-firm/article_7dabf164-73fa-5cf7-958e-f03de6e403c5.html

22 http://www.chicagobusiness.com/article/20141209/BLOGS11/141209758/monsanto-nabs-chicago-big-data-startup-640-labs

23 http://www.motherjones.com/environment/2014/11/monsanto-big-data-gmo-climate-change/

24 https://www.farmersbusinessnetwork.com/

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Le site des incroyables comestibles, partout en France
Crédits Source : http://lesincroyablescomestibles.fr/​
URL http://journals.openedition.org/netcom/docannexe/image/2682/img-1.png
Fichier image/png, 5,6M
Titre Figure 2 : Colibris, un mouvement citoyen
Crédits Source : https://www.colibris-lemouvement.org/​
URL http://journals.openedition.org/netcom/docannexe/image/2682/img-2.png
Fichier image/png, 3,2M
Titre Figure 3 : Open Food Network, un commun ouvert
Crédits Source : https://www.openfoodfrance.org/​
URL http://journals.openedition.org/netcom/docannexe/image/2682/img-3.png
Fichier image/png, 1,0M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Myriam Bouré, « Réappropriation des systèmes alimentaires par les citoyens : une logique de Communs urbains », Netcom, 31-1/2 | 2017, 175-192.

Référence électronique

Myriam Bouré, « Réappropriation des systèmes alimentaires par les citoyens : une logique de Communs urbains », Netcom [En ligne], 31-1/2 | 2017, mis en ligne le 01 décembre 2017, consulté le 18 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/netcom/2682 ; DOI : 10.4000/netcom.2682

Haut de page

Auteur

Myriam Bouré

Co-founder Open Food France, myriam.boure@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Netcom – Réseaux, communication et territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo NETCOM Association
  • Logo IGU / UGI
  • Logo Comité national français de géographie (CNFG)
  • Logo UMR 6266 - IDEES Le Havre
  • Logo ARTDev (UMR 5281)
  • Logo AERES - Logo
  • Logo DOAJ
  • Logo ERIH PLUS : European Reference Index for the Humanities and the Social Sciences
  • Logo Heloise
  • OpenEdition Journals