Navigation – Plan du site
Informations

Le numéro hors-série « Télécommunications et quartiers défavorisés » (Netcom 1995) à l’heure de la France des marges

Henry Bakis
p. 247-250

Texte intégral

  • 1 Henry Bakis (1995a), « Quartiers défavorisés et télécommunications », Netcom, Hors-série. Voir auss (...)

1S’il y a un numéro de Netcom sur lequel j’aurais personnellement à redire vingt-deux ans après sa publication, c’est le numéro hors-série dont je suis l’auteur sur les télécommunications des quartiers défavorisés, paru 19951.

2D’un point de vue éditorial, cette publication d’un gros document est restée un cas unique. Un instant, nous avons pensé publier de la sorte de bonnes thèses sur les thématiques de la revue (ou en collection distincte de la revue). Mais les moyens manquaient pour poursuivre en ce sens, et nous avons choisi de maintenir la revue dans la formule qui avait fait son succès, c’est-à-dire la publication de deux numéros double par an.

3Pour revenir au numéro hors-série sur les quartiers difficiles, il résultait d’une recherche menée en vue de trouver (dans le domaine des télécommunications) des solutions aux difficultés des populations des quartiers. France Télécom a estimé alors devoir préparer l’instruction d’une réponse à une éventuelle demande de l’Etat. Or, le sujet ainsi défini n’était pas instruit et les données étaient absentes ou non compilées dans cette perspective. L’étude placée sous la responsabilité de l’Observatoire des Télécommunications dans la Ville (structure relais entre France Télécom et les collectivités locales) m’a été confiée et j’ai été détaché du Centre National d’Etude des Télécommunications à cet effet en 1991 et 1992 (CNET).

4Il ne s’agit pas ici de revenir sur le détail de l’étude qui a eu son utilité, permettant notamment la mise au point d’un modèle de compréhension de la consommation diversifiée des produits et services de télécommunications à l’échelle de l’îlot.

5Cette étude a permis aussi de mieux faire comprendre aux services de France Télécom le sous-équipement en cabines téléphoniques des quartiers dont les populations les utilisaient plus intensément que celles d’autres espaces urbains. Ainsi, au lendemain de la restitution des résultats de cette étude à l’agence France Télécom de Mantes-la-Jolie, il a été décidé de doubler le nombre de cabines publiques de téléphone du Val-Fourré. C’est un des cas où, en tant que géographe, j’ai pu me rendre compte de l’efficacité de cette discipline pour amener des détenteurs d’une autorité technique sur un espace, à mettre en œuvre une action qu’ils avaient refusé de mener auparavant à cause d’une mauvaise interprétation du phénomène. C’est un des cas où le géographe peut être satisfait d’avoir apporté une amélioration des conditions de vie d’une population dans des espaces précis, les « quartiers difficile » en l’occurrence. Cette étude avait pu démontrer que le mauvais état du parc de cabines résultait non d’un « vandalisme inévitable compte tenu de la population du quartier » (hypothèse qui avait cours alors) mais de l’usage intensif de cabines surutilisées par les habitants du quartier. Certains de ces habitants ne disposaient pas de ligne à domicile ; pour d’autres, leur abonnement avait été suspendu administrativement pour cause de factures impayées ; pour d’autres encore, cet usage était dicté par un désir de confidentialité : des femmes grâce à leurs économies sur les achats quotidiens achetaient des cartes prépayées pour téléphoner aux familles restées dans leurs villes d’origine, sans déclencher les reproches ou la colère du mari devant ces dépenses non souhaitées (information résultant de l’enquête). Ce résultat précis préfigurait un objectif qui sera celui des politiques publiques dans les années suivantes : la réduction de la fracture numérique.

6Il est un point en revanche qui a été totalement passé sous silence car invisible avec cette approche économique et géographique centrée sur les infrastructures et la consommation de services et non sur l’utilisation effective de ces moyens. Il semblait évident de laisser en dehors du champ de l’étude la question du « contenu ». Le but n’était pas de comprendre à quoi servait l’utilisation de ces moyens, mais de savoir s’il existait des besoins quantitatifs ou qualitatifs en matière d’équipements et de services. Le contexte de cette recherche structurée par une commande publique et impactée par les méthodes choisies (utilisation des données de consommation croisées à des informations socio-économiques et spatiales) empêchait de découvrir plus que ce qui était explicitement attendu : une meilleure connaissance des consommateurs, y compris les plus mal dotés en vue de participer à leur meilleure intégration économique et sociale. Il aurait fallu au contraire (ou en parallèle) mener des enquêtes sociologiques approfondies.

7Il n’empêche, l’étude revisitée dans cette note, laisse songeur devant l’aveuglement cumulé des autorités, des commanditaires de l’étude et du chercheur (aussi) s’interdisant tous de voir plus loin que le cahier des charges fixé. Ces réseaux étaient vus à l’époque comme devant fournir les outils d’une meilleure intégration sociale et économique des habitants de ces quartiers ; le possible dévoiement de ces outils n’a pas été envisagé tant leur potentiel positif semblait évident.

8Près d’un quart de siècle après ce travail et à l’heure où une des questions au programme du CAPES et de l’agrégation externe (session 2017, maintenue en 2018) est la « France des marges », il serait extrêmement souhaitable que des études soient effectivement menées sur les usages des dispositifs numériques (personnels et collectifs) dans toutes les « France des Marges », notamment dans les banlieues et notamment dans les quartiers dits « difficiles » ou « sensibles ». Dans les ouvrages publiés à destination des candidats géographes (et historiens) du CAPES et de l’agrégation externe, la question numérique est parfois envisagée, principalement sous l’angle de la fracture numérique, parfois même avec un chapitre dédié pour illustrer les différentes manières dont le numérique s’insère dans les marges françaises (Vidal 2017). Mais la question des usages numériques en banlieue reste globalement impensée alors que de nombreux travaux ont été menés par ailleurs sur les usages en périurbain, dans les espaces ruraux ou même dans les grandes métropoles. Sans doute serait-il bon de considérer enfin que la question des usages dans ces quartiers constitue aussi une question de recherche à investir.

Haut de page

Bibliographie

Sur cette recherche

BAKIS H. (1992), Les télécommunications dans les quartiers défavorisés. Deux monographies : la ZUP du Val-Fourré à Mantes-la-Jolie, et les Pentes-de-la-Croix-Rousse à Lyon, Paris : France Télécom. Direction générale. Observatoire des Télécommunications dans la Ville, Rapport (600 p. env.).

BAKIS H. (1994), « Télécommunications et quartiers en difficulté », Les Cahiers de la sécurité intérieure, n° 15, Paris : Institut des Hautes Etudes de la Sécurité Intérieure, Ministère de l’Intérieur, pp. 150-162.

BAKIS H. (1995a), « Quartiers défavorisés et télécommunications », Netcom, vol. 9, numéro hors-série, 627 p.

BAKIS H. (1995b), « Quartiers défavorisés et télécommunications », Annales de Géographie, Volume 104, Numéro 585, pp. 455-474. http://www.persee.fr/doc/geo_0003-4010_1995_num_104_585_13942

BAKIS H. (2012), « Le numérique territorial en ses lieux. De la nécessité des études de cas », introduction au numéro « Terrains du numérique : études de cas », Netcom, vol. 26, n° 3-4, pp. 149-168. https://netcom.revues.org/970

GABILLARD M. (président), BAKIS H. (rapporteur) (1992), Les télécommunications dans les quartiers défavorisés, Rapport du groupe de travail ‘L’Utilisation des télécommunications dans les quartiers défavorisés’. Publications de l’Observatoire Télécommunications dans la Ville, novembre, 59 p.

Généralités

CARROUE L., DOCEUL M-C. (2016), « ‘La France des marges’ : quelques grands axes thématiques », Géoconfluences, http://geoconfluences.ens-lyon.fr/programmes/concours/la-france-des-marges-quelques-grands-axes-thematiques

CHALINE C. (2014), Les politiques de la ville, PUF, 128 p. (Que sais-je ?)

DUMONT G-F. (2011), Géographie urbaine de l’exclusion. Dans les grandes métropoles régionales françaises, L’Harmattan, 270 p.

TARRIUS A. (1999), « Économies souterraines, recompositions sociales et dynamiques des « marges » dans une ville moyenne française  », Sociétés contemporaines, n° 36, pp. 19-32, http://www.persee.fr/doc/socco_1150-1944_1999_num_36_1_1728

TARRIUS A. (2014), « ‪Quand les territoires circulatoires des transmigrants traversent des quartiers enclavés de villes moyennes françaises‪ », Revue européenne des migrations internationales, 2/2014 (Vol. 30), pp. 169-192‬, http://www.cairn.info/revue-europeenne-des-migrations-internationales-2014-2-page-169.htm%20%E2%80%AC%E2%80%AC

VIDAL P. (2017), « ‪La paradoxale intrusion du numérique dans la France des marges‪ », in CANDELIER-CABON M., GAUDIN S., La France des marges, Rennes : Presses Universitaires de Rennes, pp. 137-151. (Collection : Didact Géographie)

Haut de page

Notes

1 Henry Bakis (1995a), « Quartiers défavorisés et télécommunications », Netcom, Hors-série. Voir aussi : Henry Bakis (1994), pp. 150-162 ; Henry Bakis (1995b), pp. 455-474.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Henry Bakis, « Le numéro hors-série « Télécommunications et quartiers défavorisés » (Netcom 1995) à l’heure de la France des marges », Netcom, 31-1/2 | 2017, 247-250.

Référence électronique

Henry Bakis, « Le numéro hors-série « Télécommunications et quartiers défavorisés » (Netcom 1995) à l’heure de la France des marges », Netcom [En ligne], 31-1/2 | 2017, mis en ligne le 01 décembre 2017, consulté le 18 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/netcom/2713 ; DOI : 10.4000/netcom.2713

Haut de page

Auteur

Henry Bakis

Professeur émérite à l’Université de Montpellier III, UMR 5281 ART-Dev (Univ. Paul-Valéry Montpellier 3, Univ. De Montpellier, Univ. de Perpignan, CNRS, CIRAD) ; F34000 Montpellier, France. E-mail : hbgeo.bakis@gmail.com.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Netcom – Réseaux, communication et territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo NETCOM Association
  • Logo IGU / UGI
  • Logo Comité national français de géographie (CNFG)
  • Logo UMR 6266 - IDEES Le Havre
  • Logo ARTDev (UMR 5281)
  • Logo AERES - Logo
  • Logo DOAJ
  • Logo ERIH PLUS : European Reference Index for the Humanities and the Social Sciences
  • Logo Heloise
  • OpenEdition Journals