Navigation – Plan du site
Comptes-rendus

« En quête de politiques numériques locales au Sénégal. Compte-rendu de la thèse d’Ibrahima Sylla »

Philippe Vidal
p. 305-308
Référence(s) :

Sylla Ibrahima (2009), Les collectivités locales face au défi numérique : le cas des communes d’arrondissement de Dakar, soutenue le 12 juin 2009 à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar, 446 pages dont 24 d’annexes. Thèse en Cotutelle avec l’Université de Toulouse Le Mirail, co-dirigée par Pape Sakho et Alioune Kane (Sénégal) et Emmanuel Eveno (France)

Texte intégral

  • 1 Sylla Ibrahima (2009), Les collectivités locales face au défi numérique. Le cas des communes d’arro (...)
  • 2 Daniel Latouche rapport de pré soutenance
  • 3 Cf « Politiques régionales et développement numérique : compte rendu de la thèse de Charlotte Ullma (...)

1La thèse de I. Sylla1 « Les collectivités locales face au défi du numérique. Le cas des communes d’arrondissement de Dakar » confirme si besoin était que dans le domaine des politiques numériques, le discours fait partie intégrante de l’action. Ce travail de 446 pages, annexes comprises, scindé en deux parties de trois chapitres, répond aux exigences de la thèse. L’auteur fait montre de qualités indéniables d’écriture et d’argumentation même s’il abuse des notes de bas de page dont « la moitié d’entre elles pourraient disparaître »2. L’auteur livre un travail soigné et documenté, même si l’on ne peut que regretter l’extrême rareté des travaux de langue anglaise (10 références sur 406 citées), très riches sur les conséquences de l’insertion des TIC au sein des systèmes territoriaux. La question que pose l’auteur est finalement simple et passionnante ; elle est applicable à toutes les sociétés. Dans quelle mesure y a-t-il un lien entre développement territorial et TIC ? C’est une question assez peu étudiée dans la géographie francophone, souvent plus timide dans ce type de tentative, et quasi inexistante lorsqu’il s’agit d’un auteur d’Afrique sub-saharienne travaillant sur son pays. C’est que l’ambition n’est pas mince et cet exercice risqué se prête peu aux enjeux d’un doctorat : il faut répondre à la question que l’on pose. Au-delà de l’intuition, administrer la preuve de l’efficacité des TIC pour le développement reste pour beaucoup une gageure, ou pour le moins un terrain glissant. D’autres chercheurs, sur des territoires où les TIC étaient pourtant davantage insérées et où l’affirmation des politiques publiques en appui de la société de l’information faisait moins débat, se sont essayés à la problématique de l’impact sans toutefois poser la question de façon si explicite. Charlotte Ullmann, sur le cas français, s’est par exemple attelée à une évaluation essentiellement orientée sur l’efficience de l’action publique, c’est-à-dire un ratio entre les efforts publics engagés et les résultats perceptibles sur le développement numérique des territoires en ne franchissant jamais le pas du développement territorial au sens large3. Ibrahima Sylla ambitionne de relever ce défi.

  • 4 Sylla Ibrahima (2009), p.158
  • 5 Ibid, p.195
  • 6 Daniel Latouche, rapport de pré soutenance

2Probablement conscient de l’ampleur de la tâche, l’auteur mène sa tentative à l’échelle des territoires de proximité dakarois, renonçant à engager une démarche sur l’ensemble du territoire national. Le choix de la capitale d’un pays souvent désigné « chef de file » africain dans le numérique (au moins de l’Afrique francophone) se voulait certainement rassurant. Comme l’écrit l’auteur : « Son statut de pays pauvre ne gêne apparemment pas la notoriété qu’il a acquise sur l’international étant donné que le nom de son Président semble être synonyme de NEPAD et surtout de solidarité numérique »4. Mais ce statut souligne surtout le retard de l’Afrique dans le domaine du numérique. L’auteur annonce des chiffres « favorables » au Sénégal, avec un positionnement qui laisse songeur sur l’ampleur de la tâche à accomplir : « Aujourd’hui encore, le Sénégal affiche quelques performances dans le domaine de l’internet. De tous les Etats de l’Afrique occidentale par exemple, le Sénégal est le seul où la population internaute fait plus de 5% de la population totale »5. En outre, la situation pouvait paraitre assez confortable dans la mesure où l’auteur possède une expérience de terrain déjà ancienne, avec une appartenance aux réseaux sénégalais œuvrant dans le numérique territorial et qu’un certain nombre de résultats antérieurs au questionnement de thèse (comme l’étude des Systèmes d’Information Populaires) ont été reportés dans ce travail. Au-delà des nombreuses difficultés méthodologiques que laissait pressentir une telle entreprise (comment en particulier mesurer les effets rebonds ou induits des politiques TIC sur le développement économique, social, culturel des territoires concernés ?), ce sujet exigeait, comme pré requis, la présence d’une matière sur laquelle travailler, autrement dit des politiques publiques locales effectivement engagées, si possible assez tôt pour qu’on puisse en escompter quelques effets. Or, en l’espèce, l’auteur « n’a rencontré que le vide et des discours aussi « creux » à ce niveau qu’au palier national »6. Le choix d’un tel sujet était d’autant plus risqué qu’il ne prenait pas en compte la question de la téléphonie mobile, une des locomotives depuis longtemps identifiée comme le véhicule possible de l’émergence d’une Afrique numérique. L’auteur indique finalement assez tardivement (premier chapitre de la deuxième partie) ce qui constitue pour son travail deux problèmes majeurs.

  • 7 Olivier Sagna, rapport de pré soutenance

3Le premier correspond effectivement à la stéréotypie des discours politiques de l’Etat sénégalais, largement inspirés par la France et rarement suivis d’actes concrets. Le second pointe le décalage entre la qualité infrastructurelle en matière de télécommunication pour l’internet et le fait que cet équipement « reste géographiquement et socialement réservé à une minorité. »7 Ces deux facteurs peuvent sans doute expliquer en grande partie le scepticisme des observateurs avisés à l’annonce des situations souvent flatteuses, conférant au Sénégal une place de choix dans le numérique africain.

  • 8 Olivier Sagna, rapport de pré soutenance

4L’action publique sénégalaise locale dans le numérique : des politiques virtuelles ? - Concernant ce qui constitue le cœur de la question, la prise de responsabilité des acteurs locaux dans le développement de la société de l’information de proximité et ses éventuelles conséquences sur le développement territorial, l’auteur ne nous livre que peu de données tangibles, montrant en définitive que « si des actions concrètes ont bien été menées par l’administration centrale dans le sens de sa modernisation via l’utilisation des TIC, les collectivités locales sont, elles, restées en marge de ce processus »8.

  • 9 Gabriel Dupuy, rapport de pré soutenance

5Ibrahima Sylla n’est pas responsable de cette situation lacunaire, il n’essaie pas de réécrire l’histoire et porte tout au plus un regard bienveillant et presque affectif sur son pays d’appartenance : « le candidat, avec une honnêteté toute scientifique qui l’honore, cherche à peine à masquer une réalité bien décevante quant on la rapporte à l’enthousiasme des discours politiques, à quelque niveau qu’ils se situent »9.

  • 10 Ibid, p.275
  • 11 Ibid, p.282
  • 12 Ibid, p.326
  • 13 Olivier Sagna, rapport de pré soutenance

6Cette question de l’action des collectivités territoriales est traitée dans la seconde partie qui apporte quelques éclairages utiles à la compréhension de l’ensemble. L’auteur consacre deux chapitres (V et VI) à l’analyse de l’action des collectivités locales sénégalaises dans le domaine des TIC. Il amène le propos en évoquant la décentralisation et s’interroge sur la capacité des acteurs à insérer les TIC dans le processus, mais débouche assez rapidement sur le constat d’une faible convocation : « L’effet d’annonce est devenu monnaie courante, tandis que l’absence de réalisations ou en tout cas de connaissances réelles sur l’état des réalisations est flagrante »10. Ce problème de la « rhétorique » (l’art de persuader par le discours) existe au-delà des frontières du pays, par exemple dans les programmes de la sous région (PARAES) et l’auteur n’en est pas dupe estimant qu’il est « tout à fait compliqué de faire la part des choses entre la réalité et la rhétorique des annonces politiques »11. Après avoir présenté la politique du gouvernement sénégalais dans le domaine du numérique, articulée en particulier autour de la modernisation de l’administration centrale, l’auteur confirme dans le sixième chapitre que l’action des collectivités locales sénégalaises dans le domaine du numérique reste marginale et presque anecdotique. L’auteur commence sa démonstration par une présentation du potentiel que renferme les TIC pour régler des problèmes liés à la décentralisation, « difficultés liées au transfert des compétences et des ressources, la faible mobilisation des ressources, la faible maîtrise de la démarche de planification du développement local par les collectivités, les litiges découlant du découpages territorial, les incompréhensions qui minent le dialogue entre élus et citoyens »12. Il ne peut se raccrocher qu’à quelques initiatives éparses, « telles les systèmes d’information urbains populaires (SIUP), l’informatisation d’un certain nombre de mairie d’arrondissement, la mise en ligne de sites web »13, qui ne constituent aucunement les preuves d’un engagement local axé sur une vision stratégique de ce que peut apporter le numérique aux collectivités. Il n’est par exemple fait aucune mention d’un quelconque plan local numérique ou d’une action significative dans ce domaine.

  • 14 Daniel Latouche, rapport de pré soutenance

7Une thèse à lire en creux - Fallait-il s’engager dans un tel défi, compte-tenu des difficultés que l’auteur, fort de sa connaissance préalable, pouvait pressentir et qui se sont révélées au grand jour dans ce travail de thèse ? De notre point de vue, la réponse est oui. Si l’auteur n’a pas fait la démonstration que les TIC étaient au Sénégal des outils au bénéfice des collectivités territoriales, il a permis de montrer en creux ce qu’intuitivement d’autres observateurs percevaient : la surabondance des discours au regard de la faiblesse des actions engagées. Parce que l’approche se situait finalement dans une « logique conséquencialiste » : démontrer les impacts (positifs) de l’action publique locale dans ce domaine, la démarche a mis au jour les nombreuses zones d’ombres et faiblesses des politiques publiques locales au Sénégal dans le numérique et au-delà : « L’auteur contribue, peut-être malgré lui, à faire avancer la réflexion sur la place des TIC en Afrique subsaharienne en démontrant, par l’absurde, que le discours dominant sur cette question, le discours qui a présidé à la réflexion depuis une dizaine d’années, n’a plus rien à apporter »14.

8La thèse d’Ibrahima Sylla est à lire pour ce qu’elle apporte : des éclairages bienvenus sur les acteurs et les programmes qui encadrent les politiques TIC au Sénégal, une démonstration - qui peut avoir son efficacité auprès des décideurs - de la nécessaire prise de conscience du décalage entre discours et actions engagées. Elle peut être lue aussi pour ce qu’elle n’apporte pas : des réponses à une question qu’il n’était peut-être pas encore temps de se poser.

Haut de page

Notes

1 Sylla Ibrahima (2009), Les collectivités locales face au défi numérique. Le cas des communes d’arrondissement de Dakar, soutenue le 12 juin 2009 à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar, 446 pages dont 24 d’annexes. Thèse en Cotutelle avec l’Université de Toulouse Le Mirail, co-dirigée par Pape Sakho et Alioune Kane (Sénégal) et Emmanuel Eveno (France).

2 Daniel Latouche rapport de pré soutenance

3 Cf « Politiques régionales et développement numérique : compte rendu de la thèse de Charlotte Ullmann », par Philippe VIDAL, in Bakis Henry, Paradiso Maria, Vidal Philippe (Editors), Geocyberspace: uses and perspectives, NETCOM, Volume 21 (2007) n°3/4, pp 416-420

4 Sylla Ibrahima (2009), p.158

5 Ibid, p.195

6 Daniel Latouche, rapport de pré soutenance

7 Olivier Sagna, rapport de pré soutenance

8 Olivier Sagna, rapport de pré soutenance

9 Gabriel Dupuy, rapport de pré soutenance

10 Ibid, p.275

11 Ibid, p.282

12 Ibid, p.326

13 Olivier Sagna, rapport de pré soutenance

14 Daniel Latouche, rapport de pré soutenance

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Vidal, « « En quête de politiques numériques locales au Sénégal. Compte-rendu de la thèse d’Ibrahima Sylla » », Netcom, 23-3/4 | 2009, 305-308.

Référence électronique

Philippe Vidal, « « En quête de politiques numériques locales au Sénégal. Compte-rendu de la thèse d’Ibrahima Sylla » », Netcom [En ligne], 23-3/4 | 2009, mis en ligne le 19 novembre 2013, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/netcom/807

Haut de page

Auteur

Philippe Vidal

Maître de Conférences Géographie & Aménagement à l’Université du Havre, UMR 6228 IDEES-CIRTAI

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Netcom – Réseaux, communication et territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo NETCOM Association
  • Logo IGU / UGI
  • Logo Comité national français de géographie (CNFG)
  • Logo UMR 6266 - IDEES Le Havre
  • Logo ARTDev (UMR 5281)
  • Logo AERES - Logo
  • Logo DOAJ
  • Logo ERIH PLUS : European Reference Index for the Humanities and the Social Sciences
  • Logo Heloise
  • OpenEdition Journals