Navigation – Plan du site

La science de la langue que parle l’histoire idéale éternelle

Jürgen Trabant

Texte intégral

Science de la Culture ?

1 Au début du xxe siècle a eu lieu – après la première découverte européenne grâce à Michelet – la seconde découverte extra-italienne de Vico, cette fois par les Allemands. En Allemagne, on traduisit Vico pour l’introduire dans une campagne épistémologique, celle de la fondation des sciences humaines qui s’appelaient alors « sciences de l’esprit », « Geisteswissenschaften ». Au xxe siècle, les « sciences de la nature » (« Naturwissenschaften ») avaient acquis le statut de véritables sciences au point qu’elles mettaient en cause le statut épistémologique des disciplines de l’histoire et de la culture. Celles-ci furent obligées de chercher une justification de leur statut comme sciences. C’est le philosophe Dilthey qui s’est voué à cette tâche autour de 1900. Et dans la continuation de cette discussion sur la scientificité des sciences humaines, on découvrit Vico comme témoin ou comme prédécesseur à l’entreprise de leur légitimation comme sciences. Aucun autre philosophe du passé ne semblait avoir affirmé avec autant de fermeté la scientificité de ces disciplines. N’était-ce pas Vico qui avait dit que le mondo civile constituait la base de la « science », à savoir d’un savoir assuré? Il avait même dit que seul le monde civil ou – comme on traduisait cette formule vichienne dans le discours de Dilthey – « le monde historique », « die geschichtliche Welt », était source de connaissances sûres, de science – et justement pas la nature, le mondo naturale. Vico était donc bien le père fondateur des Geisteswissenschaften.

2Seulement, on oublia – un peu comme Michelet cent ans plus tôt, quand il avait présenté Vico comme un père fondateur de l’histoire universelle – que ce n’était pas du tout l’intention de Vico de fonder une science du « monde historique », mais de fonder une Science Nouvelle, une philosophie donc, comme Descartes, comme Kant, c’est-à-dire qu’il cherchait les fondements des « connaissances claires et assurées », de la « science ».

3De toute façon, c’est dans ce mouvement-là que Vico fut de nouveau traduit en allemand, par Auerbach1, et interprété comme un prédécessseur d’une épistémologie des Geisteswissenschaften2. De cette appropriation allemande de Vico comme père fondateur des Geisteswissenschaften, opération pas complètement fausse certes, mais extrêmement partiale, date aussi le malentendu tenace que Vico aurait appuyé le second pilier du programme épistémologique des Geisteswisenschaften : le pilier herméneutique. Il va de soi que le langage et les signes ne jouent aucun rôle dans cette lecture allemande de Vico, comme chez Michelet qui avait assez radicalement éliminé les signes de la Science Nouvelle pour en faire une philosophie de l’histoire3. Les signes sont absents dans l’interprétation-traduction d’Auerbach, autant que dans celle de Michelet.

4On pourrait se contenter de cette constatation sur l’histoire de la réception de Vico et ajouter que – aujourd’hui – cela a complètement changé puisque depuis pas mal de temps on se penche sur Vico même, on découvre « Vico comme Vico » et abandonne Vico comme prédécesseur de quelque chose, voire de quelqu’un de plus important venu après. « Vico senza Hegel » est le titre programmatique qui est à la base de ces nouvelles approches, et on peut ajouer: « Vico senza Marx », « Vico senza Voltaire », « Vico senza Dilthey » etc. En Allemagne aussi, on discute Vico comme Vico depuis un certain temps.4 Mais ce développement des études vichiennes  semble être seulement connu des « vichiani ». En dehors du petit cercle des spécialistes, ces discussions sont restées inconnues. Ainsi, quatre-vingts ans après Auerbach, on redécouvre, en Allemagne, notre Vico comme prédécesseur et père fondateur de cette nouvelle orientation des sciences humaines qui – programmatiquement – s’appellent « sciences de la culture », Kulturwissenschaften. Ce terme se veut polémique, il lutte contre le terme traditionnel de « Geistes-Wissenschaften », « sciences de l’esprit ». Le terme Kultur – dans Kultur-Wissenschaften – s’oppose à un prétendu idéalisme et un élitisme des Geistes-Wissenschaften qu’indiquerait le mot « Geist ». Contre l’immatérialité de l’esprit et contre l’arrogance élitiste du Geist, « Kultur » dénoterait plutôt des manifestations matérielles et impliquerait aussi des manifestations populaires, non d’élite, de la production culturelle de l’homme. Il y a dans cette attitude polémique certainement du vrai, mais il y a aussi du ridicule parce que les Geisteswissenschaften n’ont jamais seulement étudié le Geist pur en tant que tel. Et il y a de l’historiquement faux, parce que dans le passé, chez Cassirer par exemple, les Geisteswissenschaften se sont appelées elles-mêmes aussi « Kulturwissenschaften » sans faire une grande différence entre l’esprit et la culture. Mais ces combats sémantiques sont toujours bons dans les luttes pour le financement de la recherche. Ceux qui financent la recherche ont l’impression de faire quelque chose de super-progressif  quand ils donnent de l’argent à des projets « kulturwissenschaftlich » au lieu de financer des vieilleries – peu démocratiques en plus – Geisteswissenschaftlich.

5Quoiqu’il en soit, dans un tel mouvement pour faire du neuf et du révolutionnaire, on est, bien sûr, obligé de chercher des fondements théoriques et de se construire une histoire « monumentale » (Nietzsche) ou une legenda aurea. C’est ce que fait Kittler, le chef d’école de la nouvelle science de la Culture, dans un livre récent.5 Ceci rappelle beaucoup le geste de Chomsky qui – au début de ses activités dans les années soixante – affublait sa nouvelle linguistique d’une histoire monumentale, dans Cartesian linguistics.6 Dans la narration de la légende dorée de la nouvelle Kulturwissenschaft, Vico joue le rôle du père fondateur, comme Descartes pour la linguistique générative dans la légende chomskyenne. Ceci est, bien sûr, une très bonne nouvelle pour les amis de Vico qui ont toujours dit qu’il s’agissait là d’un auteur très important et fondamental pour les sciences humaines. Malheureusement, cette redécouverte de Vico se fait sur la base d’un savoir dépassé: les amis de la Kulturwissenschaft lisent Vico dans la – mauvaise et très problématique – traduction d’Auerbach de 1924 (qui en 2001 a été rééditée sous les applaudissements du public pseudo-intellectuel, bien qu’il y ait, depuis 1990, une meilleure troisième traduction allemande de la Science Nouvelle7) et ils se basent sur l’interprétation qu’en ont fait des chercheurs allemands des années trente. Ces lectures n’ignorent pas seulement la recherche internationale moderne, mais aussi les nouvelles contributions allemandes à la discussion.

6Bien sûr, nous sommes offensés parce qu’on nous ignore. Mais nous sommes encore plus offensés pour Vico, parce que l’on ignore Vico en croyant se l’approprier, comme Chomsky ignorait Descartes ou Humboldt en en faisant des précurseurs de sa linguistique. Certes, Vico peut être considéré comme un père fondateur des sciences de la culture, mais dans un sens beaucoup plus profond et beaucoup plus intéressant que ne le savent ces Kulturwissenschaften actuelles. C’est pourquoi il faut en effet reprendre la question que pose notre colloque – quelle science? – et à laquelle Vico donne une réponse plus compliquée que ne le pense cette nouvelle théorie quand elle répète les vieilles histoires sur Vico – vieilles histoires d’ailleurs déjà racontées par la « Geisteswissenschaft » diltheyenne contre laquelle on polémique.

7Je reprends la question – quelle science? – par le biais de la langue ou des signes, qui est mon approche de la philosophie vichienne, approche que j’appelle « sématologique ».8 Je ne le fais pas seulement parce que je suis un linguiste et sémioticien, mais parce que je suis convaincu que cette approche est la bonne en tant qu’elle correspond à l’originalité philosophique de Vico.

8Mon point de départ est la séquence suivante:

9(35) Un tal lessico si truova esser necessario per sapere la lingua con cui parla la storia ideal eterna, sulla quale corrono in tempo le storie di tutte le nazioni9.(« Un tel dictionnire s’avère nécessaire pour connaître le langage que parle l’histoire idéale éternelle, sur laquelle courent dans le temps les histoires de toutes les nations »). Après avoir présenté les trois langues de l’Humanité et après avoir localisé sa découverte – discoverta – c’est-à-dire sa contribution originale à la philosophie, dans la découverte des caractères poétiques, Vico nous dit que les trois langues forment un dictionnaire mental commun qui donne les significations à toutes les langues différentes. Et il poursuit (dans la traduction d’Alain Pons10):

(35) « Un tel lexique est nécessaire pour connaître la langue que parle l’histoire idéale éternelle, selon laquelle se déroulent dans le temps les histoires de toutes le nations. »

10Ce dictionnaire mental n’est pas seulement une langue sous-jacente à toutes les langues existentes, donc une structure profonde des langues superficielles, mais il est aussi la langue que parle l’histoire, et pas n’importe quelle histoire, mais l’Histoire Idéale Éternelle, qui est quand même une locutrice à ne pas mépriser. Une telle locutrice, une telle langue et de tels discours doivent susciter l’intérêt du linguiste. Et dans le cadre de notre question – quelle science? – cette langue de l’histoire idéale universelle nous conduit au concept de la science. Car, comme Vico le dit dans le paragraphe 35 (« e se ne fa uso qui sempre, ove bisogna ») et plus explitement dans le paragraphe 162 : Cette langue que parle l’Histoire est aussi celle de la Science Nouvelle, « questa lingua è propia a questa Scienza ».

11Je vais donc insister sur le fait que cette Science est une Science – scientia – dans l’acception des xviie et xviiie siècles, c’est-à-dire une réflexion sur les conditions de la nécessité d’un savoir assuré, vrai, c’est-à-dire que cette science est philosophie ou, comme nous dirions aujourd’hui, théorie de la connaissance. Ensuite je voudrais montrer que – en ce qui concerne les bases objectives de cette vérité – cette Science est toujours une Science des signes. Et que donc, troisièmement, cette science est le premier linguistic turn de la Philosophie – bien avant le linguistic turn de la philosophie moderne. Si nous descendons au niveau de la base objective de cette Science, nous devons constater que, quatrièmement, cette Science est explicitement une science – et pas une herméneutique. Mais que, cinquièmement, la manière dont Vico réalise le vieux postulat de la scientificité – par exemple la façon dont il traite la langue de l’histoire – donne à cette science un statut tout à fait particulier – et à mon avis très moderne.

Cinq aspects de la science vichienne

1) Science-philosophie

12Vico nous le montre ad oculos dès la « dipintura », la célèbre représentation « sématologique » du frontispice de la Science Nouvelle : la philosophie, la science, la connaissance claire et assurée, se base sur le mondo civile, sur le monde politique – et pas sur le monde physique. La Métaphysique balance sur le globe, qui de son côté repose sur l’autel des institutions fondamentales de l’Humanité, et la lumière de la Providence divine illumine la statue d’Homère et le monde civil. Vico transforme la méta-physique en méta-politique. Nous savons aussi pourquoi, Vico le dit dans le paragraphe 331, cœur épistémologique du livre: Le chercheur de la vérité trouve des connaissances assurées, scientia donc, dans le mondo civile, parce que nous l’avons fait nous-mêmes: « questo mondo civile egli certamente è stato fatto dagli uomini ». Première réponse à la question « quelle science ? »: une science qui se base sur les choses faites par nous-mêmes. La science nouvelle sera donc une science basée sur le « civil », c’est-à-dire le politique ou, avec ce terme que Vico ne connaît pas encore mais que je trouve tout à fait adéquat, sur le « culturel ».

2) Hercule et Homère, travail et langage

13Quelles sont ces choses – du monde civil –  que nous avons faites nous-mêmes? De nouveau, réponse claire depuis le frontispice: Il y a deux manières principales du faire: un faire matériel et un faire intellectuel : le travail et le langage. Les deux faiseurs fondamentaux du frontispice – les factores, les poietes, les « auteurs » – sont Hercule et Homère. Hercule est mal représenté sur le frontispice, mais il est là, et il est le premier caractère dont parle Vico, il est le premier « caractère des héros politiques »: « questa scienza ne’ suoi princìpi contempla primieramente Ercole » (3). Hercule en tant que héros politique est le Travail, celui qui surmonte la sauvagerie de la nature brute, qui cultive la terre sauvage – « [la gran selva antica della terra] ridusse a coltura » (3). Et ce faisant il fonde la nation, il est le père de la polis, de la communauté. Nous avons ici, dès le début du livre, le terme coltura, mais chez Vico coltura est encore la culture de la terre, elle est la base de ce que nous appelons « culture ». Il est à noter que la Philosophie – la Science – appelée « Métaphysique » – se tient debout sur le globe, sur la terre qu’Hercule cultive. La science repose donc – plus que sur autre chose – sur le Travail matériel – sur la coltura – et sur l’organisation sociale qui devient possible sur la base du travail.

14La deuxième figure du monde civil est Homère, et Homère est beaucoup plus visible qu’Hercule, il est la plus importante figure du frontispice. C’est en ce sens que Vico est « idéaliste »: il s’intéresse plus au faiseur d’idées et de mots qu’est Homère qu’au cultivateur des champs qu’est Hercule. La science de la culture qu’il fonde est, bien sûr, une science de l’esprit, de la « mente umana » (331). Vico est peut-être davantage « Geisteswissenschaftler » que « Kulturwissenschaftler » (mais soit !). Alors la seconde chose que fabriquent les humains, ce sont les signes. Homère représente les « caractères poétiques » ou la découverte du fait que l’activité intellectuelle de l’homme, son travail intellectuel, commence par des signes des poètes: « la scienza de’ poeti teologi, la quale senza contrasto fu la prima sapienza del mondo » (6).

15Le monde civil, celui dont nous pouvons avoir science, c’est-à-dire connaissance assurée, parce que nous l’avons fait nous-mêmes, consiste donc en deux ordres de choses: l’organisation matérielle du monde, la « coltura » qui rend possible l’organisation politique dans un sens étroit, et l’organisation intellectuelle qui est une organisation linguistique ou disons plutôt sémiotique ou « sématologique ». 11L’homme est celui qui travaille et qui pense, qui travaille avec les autres et qui pense avec les autres, qui parle donc. Le mondo civile n’est pas seulement l’organisation politique, mais toujours aussi langage ou signe.

16Les deux choses vont toujours ensemble: l’homme ne crée pas seulement une organisation politique comme telle, il la désigne toujours, il crée en même temps des signes pour penser-parler cette organisation politique. Prenons l’exemple de Vico: les êtres humains s’organisent d’abord autour d’un « père » de la nation, mais en créant cette première institution ils trouvent en même temps des mots pour ce père. Tout ce qui est fait matériellement et politiquement par les humains est toujours accompagné par les mots ou par les signes. Ce qui est la même chose que de dire que tout ce que fait l’homme est toujours accompagné par sa pensée. Car pensée et langage ou signe sont une seule et même chose :

17(401) lógos significa e « idea » e « parola » (logos signifie à la fois « idée » et « mot »).

18La statue d’Homère est la plus grande figure du frontispice, elle est beaucoup plus visible qu’Hercule que l’on ne voit qu’indirectement. Elle est aussi grande que la Philosophie. Ceci nous rappelle le fait que Vico lui-même a interprété la découverte d’Homère comme sa propre et plus originale contribution à la philosophie. Il le dit dans le paragraphe 34:

(34) « [...] ch’i primi popoli della gentilità, per una dimostrata necessità di natura, furon poeti, i quali parlarono per caratteri poetici; la qual discoverta, ch’è la chiave maestra di questa scienza, ci ha costo la ricerca ostinata di quasi tutta la nostra vita letteraria. »

19(« que les premiers peuples du monde païen, par une nécessité de nature qui est démontrée, furent poètes et parlèrent par caractères poétiques. Cette découverte, qui est la clé maîtresse de cette Science, nous a coûté la recherche obstinée de presque toute notre vie littéraire. »)

20La discoverta de Vico fut donc de penser ce début de la pensée humaine comme un début de la pensée en caractères poétiques, c’est-à-dire comme un début de création poétique et sématologique. La pensée humaine n’est pas une pensée pure, mais une pensée en signes. Il y a identité entre l’idée et la parole. La pensée, der Geist, est donc toujours signe: lógos significa e « idea » e « parola »(401).

3) Tournant linguistique (sématologique) de la philosophie

21Cette linguisticité de la pensée humaine en tant qu’objet de la Science, implique nécessairement aussi un tournant linguistique de la Science même. Vico affirme que la pensée humaine est toujours en même temps langage ou signe. Or, on ne peut pas dire que dans le monde civil tout est signe sans dire aussi que la philosophie, la pensée humaine qui pense ce monde, dépende de ou baigne complètement dans le langage. Ce ne sont pas seulement les hommes primitifs qui pensent le monde en lui donnant des signes en même temps. Le penseur des temps modernes aussi – le philosophe, celui qui cherche la Science – ne pense pas sans langage, mais sa pensée aussi dépend entièrement des signes. En constatant la linguisticité de la pensée humaine en général, Vico découvre la linguisticité de la pensée philosophique. C’est simplement le premier linguistic turn de la philosophie européenne.

22Descartes – et toute la tradition rationaliste – avait maintenu le modèle aristotélicien du langage et de la pensée: l’homme pense, indépendamment du langage, il pense partout les mêmes pensées et il désigne ces pensées au moyen de sons arbitraires quand il veut communiquer ses idées aux autres. L’humanisme découvre que ce n’est pas si facile que cela, que les mots contiennent déjà un savoir qui leur est immanent et qui est donc déjà particularisé par les langues différentes. Bacon, à la suite de cette découverte, voit clairement que la sémantique des langues populaires particulières s’oppose à une pensée qui doit être universelle et scientifique: « verba obstrepunt ». Mais Bacon, en tant que philosophe et fondateur d’une science nouvelle, n’est pas du tout content que ce soit ainsi, que – comme il dit – les mots commandent à l’intellect: « verba imperant intellectui ». Bacon appelle donc ces idées linguistiques, cette sémantique qui colle aux mots, les idola fori, les idoles du marché, et initie la lutte séculaire contre cette sémantique « vulgaire ». Selon Bacon, la Science Nouvelle doit chasser les vieilles idées peu scientifiques qui sont attachées aux mots. Toute la philosophie des lumières sera une chasse aux idoles du marché, une lutte contre les sémantiques des langues populaires particulières qu’elle appelle des « préjugés ».

23Vico, de son côté, ne contredit pas Bacon dans la constatation de sémantiques particulières liées aux mots. Bacon est, comme nous le savons, un des grands auteurs de Vico. Mais Vico propose une solution totalement différente au problème baconien de la langue de la science: il ne faut pas chasser les idoles du marché pour faire de la science, il faut les collectionner. Leur ensemble forme le mot mental commun, qui est le mot scientifique, et l’ensemble de ces « mots mentaux communs » est la langue que parle la Science.

24Autre réponse à la question: quelle science? C’est une science qui sait que la pensée humaine est irrémédiablement immergée dans le langage, dans les signes. C’est donc une philosophie qui réalise un tournant linguistique assez spectaculaire. Mais ce linguistic turn n’est pas celui de Bacon ou de la philosophie analytique, c’est-à-dire un acharnement contre les langues. Toute la philosophie des Lumières sera une philosophie analytique qui essaie de se libérer des langues et des sémantiques des langues naturelles pour créer une sémantique scientifique, universelle. Vico, tout en étant d’accord avec le diagnostic de la philosophie analytique – les langues donnent des visions diverses et peu scientifiques des choses – ne le juge pas comme une catastrophe, mais plutôt comme une richesse. La langue de la Science Nouvelle est le dictionnaire des mots mentaux communs. Vico accepte qu’il y ait des aspects divers et populaires dans les significations des mots, et l’ensemble des vues sur le monde est le mot mental de sa science nouvelle.

4) La langue de l’histoire et de la science : Scientia debet esse de universalibus et aeternis

25Avec le dictionnaire mental commun, je suis arrivé à mon point de départ, à la « lingua che parla la storia ideal eterna », à la langue que parle l’histoire idéale éternelle. Mais je n’ai pas encore parlé de l’histoire, de la storia, mais seulement du mondo civile. Le monde civil parle ou, autrement dit, les hommes qui créent le monde civil le pensent et le parlent en même temps. Mais Vico, dans le paragraphe 35, ne dit pas que le monde civil parle, mais que l’histoire parle. Le terme « storia » dans Vico désigne la perspective diachronique du mondo civile. Tout ce monde civil est donc mis sur une trajectoire temporelle. Le monde civil se trouve pris dans une dynamique diachronique dans laquelle se succèdent les trois âges avec leurs trois organisations politiques. Et comme le politique et le sémiotique vont ensemble, cette dynamique a aussi un aspect sémiotique: aux trois « gouvernements » correspondent les trois langues, la langue divine, la langue héroïque et la langue humaine. Ces langues sont « la langue de l’histoire éternelle » à deux égards:

26Dans l’ensemble des mots que crée l’humanité dans son histoire se trouvent des mots désignant les institutions principales et fondamentales de l’homme. Pour illustrer cette idée, Vico se réfère à sa construction d’un mot mental commun dans la première Science Nouvelle. Son exemple est le mot « père » dont nous avons déjà parlé. Toutes les langues désignent la même chose – le père de la nation. Et tous les mots désignant le père choisissent certains aspects de cette chose, mais ces divers aspects – « aspetti diversi » (445) – sont tous justifiés. C’est l’ensemble de ces aspects qui forme le mot mental. L’ensemble des mots mentaux, le dictionnaire, est la langue qu’utilise l’histoire pour parler.

27Mais que dit l’histoire, quels discours tient-elle? Elle dit toujours la même chose, elle raconte toujours la même histoire, la diachronie est toujours la même chez les différents peuples. L’histoire que raconte l’Histoire est la même chez les Germains, chez le Grecs, chez les Romains, chez les Américains et chez les peuples orientaux (tels sont les repères géographiques de Vico). Et elle est la même dans des époques différentes. L’histoire européenne a raconté deux fois la même histoire (et peut-être sommes-nous dans le troisième cycle ?). Chez les différents peuples et dans les différentes époques, il y a toujours la même succession de sociétés et de langues: société et langue divines, société et langue héroïques et société et langue humaines.

28Or, l’universalité des mots mentaux et l’identité de l’histoire que raconte l’Histoire Idéale Éternelle chez toutes les nations et en tout âge montrent que la discipline qui s’en occupe n’est pas une « histoire », mais qu’elle est une « science » dans le sens traditionnel : l’histoire s’intéresse au particulier. En ceci, elle est, selon la Poétique d’Aristote, même moins philosophique que la poésie qui – elle – s’occupe du général et qui serait donc plus philosophique ou plus scientifique que l’histoire. La maxime sous-jacente à la science est: « scientia debet esse de universalibus et aeternis ». Cet axiome bien aristotélicien est répété par Vico dans son credo épistémologique au paragraphe 163. Vico dit qu’il veut – comme Bacon, le fondateur de la Science moderne – s’occuper des choses empiriques, et ce qu’il cherche dans ces choses particulières ce n’est pas le particulier, mais l’universel et l’éternel. Sa Nouvelle Science se veut explicitement science à la manière de Bacon, à la manière donc des sciences naturelles.

29J’insiste beaucoup là-dessus parce que la redécouverte de Vico par les Allemands, à la suite de la philosophie diltheyenne, a voulu s’approprier Vico non seulement comme fondateur de la science du « monde historique », mais aussi en tant que quelqu’un qui aurait eu une conception herméneutique d’une telle science. Ceci n’est pas le cas. Il ne s’agit pas, chez Vico, d’une tentative de comprendre et d’interpréter le particulier – c’est ce que font l’histoire et les disciplines textuelles. Mais il s’agit de faire d’une science « de universalibus et aeternis ».

30Quatrième réponse donc à la question « quelle science? » La science de Vico se veut science, c’est-à-dire induction de lois universelles. C’est une Science de la Culture ou du Politique qui est complètement, rigoureusement et explitcitement régie par les maximes épistémologique de la Science de la Nature. Comme elle s’occupe des signes et des langues, elle ne cherche pas à comprendre – herméneutiquement – la forme particulière des langues individuelles. Elle cherche, au contraire, à nous montrer ce qui est commun à toutes les langues, elle est donc plutôt une linguistique ou une sémiotique générale.

31Michelet avait bien compris que Vico – dans la perspective diachronique  – vise une histoire universelle qui reste profondément et universellement identique dans tous les temps et tous les espaces. Mais ce que Michelet n’avait pas compris – et c’est ce que la Kulturwissenschaft actuelle aussi est en train d’escamoter –, c’est l’intention philosophique de la pensée de Vico. Vico ne veut pas fonder une histoire philosophique à la Voltaire ni une science générale de la Culture. En tant que philosophe, il opère à un niveau supérieur à une telle discipline: son intention est originairement philosophique. Il cherche les fondements du savoir comme Kant, comme Descartes qui posent la question: que pouvons-nous savoir, où trouvons-nous la vérité? Et ce n’est pas un hasard s’il met en scène sa recherche parallèlement à la recherche de Descartes. De même que celui-ci, après avoir écarté toutes les sources de la fausse connaissance, trouve la certitude du savoir dans le cogito, Vico la trouve dans « cette vérité qui ne peut d’aucune façon être mise en doute: ce monde civil a certainement été fait par les hommes » (331), et parce que c’est ainsi nous pouvons y chercher la vérité: « le monde des nations, ou monde civil, dont les hommes, parce que ce sont les hommes qui l’ont fait, peuvent acquérir la science » (331).

32La science de la culture, cette recherche de structures universelles de la culture et de processus universaux et éternels de l’histoire, cette sématologie générale, que l’on trouve dans Vico, est seulement la preuve, la base objective, le substrat, de cette vérité philosophique ou – avec un terme plus moderne – épistémologique. Toute appropriation de Vico en dehors de la philosophie – comme père fondateur d’une science de la Culture – doit savoir qu’elle coupe Vico de sa plus importante dimension si elle ne tient pas compte de cette dimension philosophique. Ceci est très clairement le cas chez Michelet, chez les historiens du xixe siècle qui ont lu Vico, et ceci est aussi le cas dans la nouvelle appropriation kulturwissenschaftlich, même si elle est très flatteuse pour notre auteur en lui donnant une actualité inespérée.  

5) Dizioniario mentale comune: les aspects divers du même

33Mais, quoiqu’il en soit, dans la dernière partie de ma communication, je vais, moi aussi, provisoirement laisser de côté cette dimension philosophique et rester au niveau (inférieur) de cette science générale de la culture, pour en relever un trait absolument original. C’est le cinquième moment de ma réponse à la question « quelle science? ». Pour une science, pour un savoir « universel et éternel », Vico donne une réponse originale à la question de savoir comment il faut imaginer la relation entre le particulier et l’universel.

34Normalement, quand les sciences trouvent une loi générale derrière des phénomènes concrets, les cas particuliers sont radicalement dévalorisés au profit de la règle générale. Face à la loi générale, le particulier n’est qu’un cas, casus, « ce qui tombe », c’est-à-dire ce qui tombe sous la loi générale. La connaissance scientifique, la plus-value scientifique, se trouve dans la loi générale. Mais Vico conçoit la relation entre le particulier et l’universel d’une manière très spéciale qui, en fin de compte, constitue un bon modèle épistémologique pour une science de la culture, un modèle qui la différencierait justement aussi bien de la science de la nature que de l’interprétation herméneutique.

35La langue de l’Histoire, le dictionnaire mental commun, est l’exemple qui illustre la démarche de cette Science. Vico se trouve devant un matériel immense de faits dont il veut faire une science empirique à la manière de Bacon (163). Son corpus et ses archives sont immenses, ils sont constitués de toutes les manifestations culturelles de tous les peuples du globe. Chez  Vico cette masse réduit un peu, parce qu’il ne considère que les manifestations politiques des peuples européens ou des quelques peuples extra-européens dont il a connaissance. Cette collection de matériaux est ce que Vico appelle la « philologie ». La philologie n’est pas la Science Nouvelle, mais elle est la discipline qui constitue le matériau de la Science Nouvelle, ses archives. Dans cette immense richesse de la philologie, le nouveau scientifique veut trouver des lois universelles : universalia et aeterna.

36Ainsi, par exemple, la philologie fournit les documents qui parlent des pères des nations, donc de la première institution politique, et les mots différents qui les désignent. Où est l’universel et l’éternel? Pour Vico, les différents mots qu’il a trouvés désignent tous la même réalité, la même figure politique, le père de la nation, celui autour duquel s’organise la première entité politique. Les mots différents des différentes nations contiennent – tel est le mot de Vico – « aspetti diversi » (445), des aspects différents de la même chose. Mais Vico n’en déspère pas comme toute la philosophie analytique éclairée qui, dans cette multiplicité, aurait cherché le vrai, le seul, la loi générale, en éliminant le particulier. Vico n’élimine pas les mots particuliers, il les rassemble. Vico découvre douze aspects de ces pères fondateurs: il y a des peuples qui les appellent des « forts », d’autres les appellent « générateurs » ou « poètes », « meilleurs », « virils » etc. Chaque mot jette un regard différent sur les pères. Ces regards différents sont exactement ce que Bacon appelait des idola fori, des préjugés. Bacon voulait éliminer ces visions particulières (et fausses) pour trouver celle qui est juste et scientifique: l’universel, la loi générale. Chez les scientifiques, le scientifique, le vrai, est toujours ce qui est unique, uniforme, univoque. Chez Vico, rien de tel, c’est l’ensemble des vues populaires qui constitue le mot mental commun, la voce mentale comune.

37Ceci est une solution tout à fait originale pour la recherche de l’universalité ou – ce qui est la même chose – de la scientificité. Pas une seule vue de la chose n’est la vraie, mais toutes les vues prises ensemble forment la vue vraie, scientifique. Le particulier n’est donc pas dévalorisé dans cette recherche de l’universel, mais il est conservé: il contribue à l’universel. L’universel n’est pas une seule vue ou une abstraction de toutes. La pluralité des manifestations particulières n’est pas seulement la manifestation du même dont les particularités seraient plus ou moins indifférentes. Au contraire: comme les mots des différentes langues sont toutes des visions légitimes et précieuses de la chose, ils contribuent tous essentiellement à la connaissance de cette chose.

38Pour donner un autre exemple: quand il présente l’institution du mariage, Vico donne toute une panoplie de caractères poétiques, de figures, de rites etc. qui, ensemble, constituent l’universalité de cette institution du « mariage ». C’est en cela que ni Michelet ni Auerbach n’avaient vraiment compris Vico. Dans leurs traductions de la Science Nouvelle, ils réduisent les « exemples » (qui ne sont pas à proprement parler des exemples, mais des « aspects » du mariage) à une mention du mariage en général. Ainsi, ils n’avaient pas seulement coupé le côté sémiotique de la philosophie de Vico, mais en réduisant la richesse des « aspetti diversi », ils avaient aussi détruit la richesse des phénomènes multiples qui – comme ensemble – forment la chose civile universelle dont parle Vico. En faisant une telle opération de réduction, on réduit le fait scientifique de Vico à quelque chose de « scientifique » dans le sens moderne, à quelque chose de général et d’abstrait, et on fausse cette maxime fondamentale de Vico que scientia debet esse de universalibus et aeternis. Car l’universel et l’éternel de Vico n’est pas ce que l’on abstrait, ce qui reste quand on élimine le particulier, mais au contraire: ce que l’on réunit, ce que l’on rassemble. L’universel et l’éternel est, par conséquent, aussi quelque chose d’ouvert, car les hommes peuvent toujours inventer des visions nouvelles, les aspetti diversi ne sont pas une liste close. L’universel et l’éternel vichien respectent donc profondément la créativité concrète de l’être humain.

In somma

39Ce cinquième aspect de la science vichienne n’est qu’un aspect de la science de Vico, de la Scienza Nuova. Je finis donc en répétant

401) que cette Science est, avant toute autre chose, philosophie, métaphysique, ou théorie de la connaissance, recherche des conditions de la possibilité de la vérité,

412) que, en tant que telle seulement, elle se base sur les choses que nous avons faites nous-mêmes, la Culture donc, les choses créées par le Travail et le Langage, parce que ce n’est qu’en elles que l’on trouve cette vérité,

423) qu’elle est une philosophie qui tient compte du langage et des signes, une philosophie linguistique ou sématologique,

434) qu’elle est emphatiquement « science » en ce qu’elle se base sur une recherche de l’universel : scientia debet esse de universalibus et aeternis, et complètement étrangère à l’interprétation herméneutique des choses individuelles,

445) et qu’en fin de compte, elle offre donc un modèle pour les sciences de la culture humaine permettant de penser ensemble le particulier et l’universel.

Haut de page

Notes

1 Giambattista Vico: Die neue Wissenschaft über die gemeinschaftliche Natur der Völker (tr. Erich Auerbach), München, Allgemeine Verlagsanstalt, 1924. Cette traduction partielle est la seconde traduction en allemand de la Scienza Nuova qui avait déjà été traduite en 1822.
2 Cf. Erich Auerbach: Vorrede des Übersetzers, in Giambattista Vico: Die neue Wissenschaft über die gemeinschaftliche Natur der Völker (tr. Erich Auerbach), München, Allgemeine Verlagsanstalt, 1924, p. 7-39, et « Vico und Herder », in Deutsche Vierteljahresschrift für Literaturwissenschaft und Geistesgeschichte 10, 1932, p. 671-686.
3 Cf. mes articles « Mon Vico, mon Juillet, mon principe héroïque. Poetische Charaktere im historiographischen Diskurs Michelets », in Brunhilde Wehinger (éd.): Konkurrierende Diskurse, Stuttgart, Steiner, 1997, p. 57-77, et « Vico – mère et maître de Michelet », in Julia Kristeva (éd.): Conférences Roland Barthes, Paris, 2003.
4 Cf. par exemple Ferdinand Fellmann: Das Vico-Axiom: Der Mensch macht die Geschichte, Freiburg/München, Alber, 1976, Stephan Otto, Giambattista Vico. Grundzüge seiner Philosophie, Stuttgart/Berlin/Köln, Kohlhammer, 1989, et Jürgen Trabant: Neue Wissenschaft von alten Zeichen: Vicos Sematologie, Frankfurt am Main, Suhrkamp, 1994  (tr. it. D. Di Cesare, Rome/Bari, Laterza, 1996).
5 Cf. Friedrich A. Kittler: Eine Kulturgeschichte der Kulturwissenschaft, München, Fink, 2000.
6 Cartesian Linguisti. Cf. Noam Chomsky: cs. A Chapter in the History of Rationalist Thought, New York/London, Harper & Row, 1966.
7 Prinzipien einer neuen Wissenschaft über die gemeinsame Natur der Völker (tr. Vittorio Hösle et Christoph Jermann), Hamburg, Meiner, 1990.
8 Cf. mon article « La sématologie de Vico », dans Pierre Girard-Olivier Remaud (éds.), Recherches sur la pensée de Vico, Paris, Ellipses, 2003, p. 53-66.
9 Le texte italien est cité d’après Giambattista Vico: Opere (éd. Andrea Battistini), 2 vols., Milano, Mondadori, 1990.
10 Principes d’une Science Nouvelle relative à la nature commune des nations, tr. Alain Pons, Paris, Fayard, 2001.
11 . Vico est un penseur plutôt sémiotique que linguistique, mais il n’a pas encore de terme pour le sémiotique, il appelle tous les signes « lingue », cf. mon livre déjà cité Neue Wissenschaft von alten Zeichen: Vicos Sematologie.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jürgen Trabant, « La science de la langue que parle l’histoire idéale éternelle », Noesis [En ligne], 8 | 2005, mis en ligne le 30 mars 2006, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/noesis/137

Haut de page

Auteur

Jürgen Trabant

Professeur à l’Université de Berlin

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revues électroniques de l’université de Nice
  • OpenEdition Journals