Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Le recueil qu’on va lire est le fruit d’un travail collectif de réflexion conduit à l’initiative de l’axe de recherches « Phénoménologie, Ontologie » du Centre de Recherches d’Histoire des Idées de l’université de Nice, dans le cadre du Séminaire annuel du Centre, organisé par J.-F. Lavigne pour l’année universitaire 2006-2007.

2L’organisation et la tenue régulière de ce séminaire relevaient un double défi : briser les anciennes habitudes de cloisonnement disciplinaire, et prouver par l’action la possibilité, à l’échelle locale, d’une interdisciplinarité féconde, qui échappât tout autant à l’impasse des disputes méthodologiques qu’à l’hégémonie d’une approche disciplinaire particulière, ou d’une problématique dominante. Le parti pris de méthode auquel l’organisateur du séminaire s’est arrêté a donc été, tout d’abord, pour donner une image fidèle de la convergence de compétences que peuvent offrir l’université et la ville de Nice dans le champ des sciences de l’homme, de ne faire appel qu’à des chercheurs niçois exclusivement ; et en outre, de laisser à chaque spécialiste une totale liberté, tant pour le choix du sujet traité que pour celui des méthodes d’approche adoptées, pourvu seulement que l’exposé présenté fût de nature à bien illustrer, sur un thème commun, la spécificité méthodologique de sa discipline, et l’originalité de la contribution qu’elle seule peut apporter à l’analyse d’un phénomène complexe, multi-dimensionnel.

3Un tel pari reposait sur la confiance : non seulement confiance dans le sens collégial partagé par les divers chercheurs interrogés, et leur conscience de la nécessaire complémentarité des problématiques propres ; mais, plus encore, confiance dans la cohérence objective des perspectives ainsi ouvertes, sans que l’on ait à se soucier d’en pré-dessiner, de façon anticipative ou volontariste, les lignes de convergence. La cohérence propre du phénomène lui-même, tel qu’en ses diverses dimensions il est susceptible de se manifester, pour ainsi dire à partir de lui-même, ne s’impose jamais plus authentiquement et fortement que lorsque la détermination du point focal en lequel toutes les perspectives ouvrant sur lui devraient converger n’a pas été envisagée, ni recherchée, ni préparée en aucune manière ; et cela, parce qu’il ne saurait être entrevu au préalable, avant l’inventaire patient – parfois déconcertant – des données empiriques.

4On ne trouvera donc ici ni une philosophie de l’affectivité, ni une confrontation de thèses philosophiques sur l’affectivité, et pas davantage une science positive (psychologique ? anthropologique ? historique ? sociologique ? – à quelle science de l’homme s’adresser ? Quelle méthodologie, et quels objets ou symptômes, privilégier ? En vertu de quel principe ?), portant sur cet ensemble complexe et mouvant que forment nos états affectifs, individuels, collectifs, ou sociaux. On y trouvera, en revanche, les matériaux exemplaires pour une réflexion épistémologique de second degré, où le lecteur puisse exercer, sur un espace d’exemples relativement limité, un regard comparatif et critique. Seul ce regard critique peut en effet mesurer – ou à tout le moins apprécier, intuitivement, avant de tenter de le définir de façon rigoureuse – l’écart que chaque approche laisse à chaque fois subsister, entre la richesse concrète du phénomène réel, et les données seulement aspectuelles qu’une méthodologie particulière, liée et limitée par ses présupposés spécifiques, peut en faire ressortir.

5Ainsi, de la continuité que l’approche anthropologique des neurosciences tente d’établir entre les affects complexes médiatisés par une représentation (les « affects représentationnels » selon la terminologie proposée ici par J. Candau) et certains affects « primordiaux », qui eux-mêmes résulteraient directement, selon une correspondance suffisamment univoque, d’un stimulus physique et sensoriel, à la constatation répétée du psychanalyste, que « le senti ment » – pour reprendre le mot profond de Lacan –, quelle distance ! Opposition logique même, si l’on en reste à l’examen des thèses en présence. Mais ce qui est à penser se situe justement au-delà de cette opposition même, qui en est comme le seuil, et la condition d’apparition : il est vrai qu’il existe des affects directement induits par une donnée sensorielle d’origine « externe » ; et il est vrai aussi qu’aucun affect n’est neutre pour la subjectivité qui l’éprouve, car celle-ci n’est jamais une simple machine enregistreuse d’impressions combinables, comme le voudrait le schéma simpliste hérité d’un empirisme désormais bien obsolète. Le problème est donc, dans ce cas, de tenter d’apercevoir où commence le champ d’application légitime de l’approche causaliste et objectivante d’une science qui traite l’affect psychique comme un fait naturel objectivable, et à quel niveau d’élaboration psychique la résonance subjective d’un stimulus physique prend pour le sujet une valeur émotive originale et propre, susceptible d’influer effectivement (mais non « réellement ») sur la perception affective globale que le sujet pourra en avoir.

6Le même constat d’extrême contraste des thèses, à proportion que s’étend la distance qui sépare les méthodes, peut être fait aussi lorsqu’on confronte ici les approches sociologiques d’états ou de comportements affectifs et le témoignage personnel d’une subjectivité historique singulière : celui de saint Augustin, celui d’une dame romaine de l’époque impériale. N’est-ce pas pourtant le même sentiment que la personne singulière et l’acteur social d’un groupe déterminé ont expérimenté ? La tendresse, la nostalgie, la haine et le mépris, sont-ils d’essence sociale, et historique ; ou ne reçoivent-ils pas plutôt, des conditionnements sociaux, économiques et historiques qui pèsent sur ceux qui les éprouvent, de simples conditions de leur manifestation, et les seules occasions de leur investissement ?

7Telles sont quelques-unes des questions fécondes – parmi bien d’autres – dont ces enquêtes diverses permettent une élaboration concrète.

8C’est au lecteur à présent, et à lui seul, qu’appartient le soin – la tâche – de confronter ces perspectives, et de dégager le sens unitaire qu’il verra pointer à travers ces aperçus si contrastés et complémentaires. Le vrai ne craint pas les contradictions : sa vérité au contraire s’en nourrit, et s’en approfondit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-François Lavigne, « Préface », Noesis, 16 | 2010, 7-10.

Référence électronique

Jean-François Lavigne, « Préface », Noesis [En ligne], 16 | 2010, mis en ligne le 18 mars 2013, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/noesis/1715

Haut de page

Auteur

Jean-François Lavigne

Professeur à l’université de Nice Sophia Antipolis et phénoménologue ; auteur notamment de : Husserl et la naissance de la phénoménologie (1900-1913), Paris, PUF, 2005 ; Accéder au transcendantal ? Réduction et idéalisme transcendantal dans les Idées I de Husserl, Paris, Vrin, 2009. Il a dirigé et publié les ouvrages collectifs Michel Henry : Pensée de la vie et culture contemporaine, Paris, Beauchesne, 2006, et Husserl, Les Méditations cartésiennes, Paris, Vrin, 2008.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revues électroniques de l’université de Nice
  • OpenEdition Journals