Skip to navigation – Site map
Modèles et interprétations

L’interprétation de la décision : un supplément à la « rationalité économique » ?1

Emmanuel Picavet
p. 37-54

Abstracts

The intervention of the rational choice model in various fields (mainly in politics and sociology) is often and noticeably described as an import from the methodology of economics. This is a reminder of the fact that the core of economic rationality is consistent decision-making, provided that the guiding values are taken for granted. When the model is used outside economics, the importance of interpretation is quite obvious. Whereas the role of interpretation is often masked in economics because the goals are taken to be obvious, interpretation is important in economics as well. Indeed, it is argued that modelling tasks are closely connected with interpretative tasks.

Top of page

Full text

1. Introduction

  • 1 Ce texte a bénéficié de discussions accompagnant la présentation d’une première version dans le cad (...)

1La place et la portée de l’interprétation dans les sciences sociales, les liens de l’interprétation avec l’exigence rationnelle de la science : voilà assurément des thèmes qui ont une longue histoire, comme pourrait nous en persuader l’évocation de la « querelle des méthodes » allemandes. Sans revenir sur les épisodes anciens de ces débats, je voudrais essayer de montrer que ce sont des questions qui restent importantes si on les reconduit aux hypothèses relatives à la rationalité individuelle.

2Souvent associées aux sciences économiques, ces hypothèses sont porteuses de ce que l’on nomme volontiers « la rationalité économique ». Ce qui est perçu comme typique d’une approche « économique », c’est surtout le fait de les invoquer comme des hypothèses centrales ou fondamentales pour l’explication sociale. Cependant, le modèle du choix rationnel a une portée qui excède largement le champ des sciences économiques et le type de compréhension de l’action qu’il illustre ne repose pas spécifiquement sur des motifs d’ordre économique au sens courant (des motifs qui seraient par exemple relatifs à la richesse, aux coûts, à l’échange mutuellement avantageux, au profit, etc.). Il intervient notamment d’une manière très importante en théorie politique, que ce soit dans l’ordre des sciences politiques prédictives et explicatives (par exemple dans les analyses issues du modèle spatial du vote, ou dans les applications de la théorie des jeux à l’étude des relations internationales) ou dans l’ordre de la théorie normative et prescriptive (approches contractualistes du pouvoir ou de la justice sociale, stratégie internationale et étude de la négociation rationnelle, analyses des compromis politiques acceptables ou raisonnables, théorie des choix collectifs).

3Dans l’ordre économique, l’importance de l’adéquation technique des moyens à des buts qui paraissent aller de soi réduit bien souvent la part apparente des opérations d’interprétation, au profit d’une approche avant tout déductive et calculatoire. Cependant, l’adéquation des motifs à leur modélisation en termes optimisateurs ne laisse pas de poser question et cela est plus évident encore lorsque les modèles de choix optimisateurs sont appliqués à des domaines (sociaux ou politiques) dans lesquels la structuration des choix et de l’interaction est, à l’évidence, tributaire d’interprétations culturelles et langagières qui donnent sens aux décisions. Dans cette contribution, il s’agira précisément de réfléchir à l’articulation entre l’interprétation de l’action et la modélisation de la décision, en faisant porter l’attention sur des hypothèses générales familières relatives à la cohérence dans les choix.

4Je voudrais suggérer que l’entreprise d’une explication procédant d’un modèle général de la décision ne doit pas être prisonnière d’un modèle réductionniste dans lequel on privilégierait uniquement, par exemple, l’observation des comportements extérieurs, sans chercher à interpréter les actions. La question mérite cependant d’être étudiée parce que cette tentation comportementaliste a été présente dans des secteurs tels que les sciences économiques, qui ont par ailleurs été particulièrement influencées par l’ambition méthodologique du développement d’un modèle uniforme de la décision. Évoquant ensuite brièvement certains aperçus de la théorie des institutions, j’indiquerai l’apport d’études qui montrent que la prise en compte des tâches interprétatives des acteurs sociaux eux-mêmes, dans leurs catégories propres, aide à comprendre la nature des interactions sociales.

2. Perspective décisionnelle et interprétation des actions

5C’est à propos des actions humaines que l’on se pose, dans les sciences sociales, des questions relatives à l’interprétation : quel sens leur donner au regard de préoccupations prêtées à l’acteur ? Comment sont-elles perçues par les autres acteurs sociaux ? Et aussi : expriment-elles des réalités qui excèdent la sphère de ce qui est accessible à l’acteur lui-même ? Or, la manière de parler de l’action dans les sciences sociales est habituellement théorique et le recours à l’analyse de la décision impose un certain décalage par rapport aux manières courantes d’évoquer l’action.

  • 2 Voir, pour une discussion de l’apport de Machiavel à ce propos : Barbut (1999).

6Ainsi, lorsqu’on la compare avec les manières courantes de parler, on relève qu’en théorie de la décision il n’y a pas d’« inaction » qui permettrait d’apprécier, par différence, les résultats de l’action ; il n’y a jamais que des actions à comparer entre elles et ce que l’on décrirait comme une forme d’« inaction » dans la conversation ordinaire doit toujours être décrit en termes d’action2. De plus, les « conséquences » que l’on considère dans les modèles de décision résultent simultanément de l’action de l’agent, des événements naturels et, si l’agent n’est pas seul, des actions des autres. Dans le cas général, ce ne sont pas seulement les « conséquences de l’action » en un sens étroit – si l’on entend par là le résultat spécifique de l’action (le contexte de l’action étant assimilé à un « arrière-plan » fixe). Pour prendre note d’un troisième élément important, soulignons que l’action, considérée du point de vue de la théorie de la décision, n’est pas véritablement définie indépendamment des conséquences. Action et conséquences sont définies ensemble et de manière corrélée, alors que dans le monde de la pratique, les énoncés décrivant les conséquences sont formés indépendamment des énoncés décrivant les moyens d’obtenir ces conséquences. Or, en théorie de la décision et dans les modèles de sciences économiques et sociales qui s’en inspirent, les actions apparaissent bien comme les moyens de parvenir à des résultats.

7Développons ce point. Il serait curieux, dans l’action concrète, de décrire le résultat que l’on veut obtenir d’une manière qui dépende de la façon dont on décrit le moyen envisagé ; cela arrive peut-être dans certains cas, mais ce n’est pas habituel, et l’on peut penser qu’il s’agit alors d’une manière de parler brièvement en évitant des descriptions plus lourdes qui restent en principe possibles. Par exemple, si je dis que je vais à la pharmacie la plus proche qu’il sera possible de trouver, il est vrai que la conséquence implicitement visée (le fait de recevoir certains produits des mains de tel pharmacien sans avoir perdu trop de temps) dépend apparemment de l’action qui y mène (le choix du trajet le plus court, selon une certaine stratégie d’exploration du territoire) ; de plus, l’action que je décris apparaît finalisée par l’obtention du résultat. Toutefois, je sais fort bien que je peux la décrire d’une autre manière, certes plus compliquée, en décrivant la série d’opérations physiques et de choix par laquelle je compte me rendre à la pharmacie.

8En théorie de la décision, l’action est précisément la correspondance qui s’établit entre des événements extérieurs (exogènes, si l’on veut) et les conséquences que l’on peut énumérer ; ce n’est rien d’autre. Dans un second temps, lorsqu’il est question d’interpréter la théorie, il est vrai que les actions ainsi définies sont habituellement identifiées avec des actions au sens ordinaire (diverses initiatives des agents suivies de gestes de ces agents dans le monde physique).

9Dès que l’on introduit de l’incertitude, lors donc qu’une certaine distance s’établit entre l’objet du choix et l’objet ultime des préférences, il n’est plus possible d’interpréter immédiatement les choix comme l’instrument de l’obtention de ce qui est préférable, indépendamment de toute opération de comparaison ou d’agrégation des conséquences possibles de chacune des actions possibles. Le choix fondé sur l’espérance d’utilité, en particulier, n’est optimisateur que relativement à une fonction-objectif dont la maximisation peut très bien mener à une situation jugée très mauvaise par l’agent, alors que d’autres choix possibles auraient conduit à des situations qu’il juge meilleures.

10On peut observer que la théorie de la décision considère dans ce cas une forme originale de sélection du préférable, directement relative aux actions. La théorie de Leonard Savage reste emblématique à cet égard. Mais les actions ne sont pas en elles-mêmes la source ultime de la motivation, selon la théorie de la décision classique. Les actions apparaissent désirables ou non dans une perspective qui est prise sur le profil de leurs conséquences : c’est de celles-ci, mais non d’elles seules à vrai dire (car une délicate opération d’agrégation des différentes conséquences possibles reste toujours nécessaire) que les actions tirent leur valeur. Pour comprendre l’action – je veux dire par là pour l’expliquer et tout d’abord pour en saisir les enjeux tels qu’ils se présentent à l’agent – il faut donc savoir identifier la manière dont l’agent considère les conséquences.

  • 3 J’ai défendu cette approche d’une manière plus approfondie dans : Choix rationnel et vie publique, (...)

11Dans le cas du choix en situation de risque ou d’incertitude, ces éléments donnent à penser que la théorie de la décision aborde la question de la rationalité en tâchant de dessiner une intuition de la cohérence dans l’attitude pratique face aux états possibles du monde, en privilégiant le rapport aux valeurs et aux croyances de l’agent3. Les conditions que l’on impose aux préférences explicitent une certaine forme d’attitude personnelle conséquente face à la synthèse des raisons ou jugements pertinents (les critères du choix) et aussi, dans le cas du risque ou de l’incertitude, face à la synthèse ex ante des données pertinentes relatives à des situations mutuellement exclusives qui peuvent, les unes ou les autres, se matérialiser. Il faut définir ou construire une certaine perspective de l’acteur sur les résultats possibles des actions envisageables, même s’il faut admettre qu’il y a une distance connue entre les contenus mentaux et les hypothèses explicatives (Simon, 1959) ; on doit alors définir une règle de choix sur cette base.

12Dans la mesure où la règle de choix prend la forme de l’optimisation d’une fonction-objectif, il est habituel de la décrire en termes instrumentaux. En réalité, on doit tenir compte des qualités désirables et moins désirables des conséquences ainsi que de l’incertitude ou du risque. Il en va ici de même que pour la rationalité instrumentale dans l’usage d’un dispositif technique (un outil) ou d’une technique sociale ou corporelle. Par exemple, si je dis qu’une séance d’entraînement est le meilleur moyen de préparer une victoire sportive le lendemain, je veux dire qu’il y a de bonnes chances d’obtenir par ce moyen le but désiré. Je ne nie pas alors qu’il soit possible d’aboutir finalement à un constat d’échec (par exemple si l’entraînement se passe mal et entraîne des blessures). Mais je veux dire que, par comparaison avec d’autres stratégies envisageables (journée de repos, journée d’amusement…), le rapport avec le résultat désiré est plus favorable (i. e. jugé meilleur par moi).

13Dans cet exemple, l’objectif par rapport auquel l’action apparaît instrumentale est bien la victoire sportive et non, par exemple, un indice agrégé de la valeur des résultats pondérée par les probabilités ; un tel indice ne fait qu’exprimer une règle de comparaison des mérites des différentes stratégies possibles, du point de vue de l’obtention du but. Dans les situations les plus typiquement « économiques », la complexité de cette opération d’agrégation est souvent occultée parce que l’on adopte une perspective unidimensionnelle sur l’action : la recherche du taux le plus bas, du salaire le plus haut, du produit le moins cher, etc. Ajoutons que le but est bien une suite possible de l’action (un état du monde jugé favorable), non pas la satisfaction, grâce au choix de l’action, d’une préférence qui porterait en dernier lieu sur l’action elle-même.

3. L’interprétation des choix en termes d’optimisation

a) Le choix comme sélection du préférable

14En micro-économie, la forme technique que prend l’idée d’un choix optimisateur est celle de la saturation d’une structure de préférences (pour des préférences portant directement sur les états du monde dans le cas certain, ou bien sur les actions, dans le cas du choix en situation de risque ou d’incertitude) ayant certaines propriétés. On exprime dans ce format la notion très ancienne du choix du meilleur ou du plus grand bien (qui joue depuis longtemps un rôle fondateur dans de nombreuses théories normatives systématiques, par exemple la théorie politique de Hobbes). La liste des conditions imposées comporte typiquement la complétude des préférences pour l’espace des choix que l’on considère et une forme de cohérence (ce qu’expriment des conditions telles que la transitivité, l’absence de « cycle » des préférences, les conditions alpha et bêta de Sen, etc.).

  • 4 Pour une appréciation méthodologique de cette théorie, voir : Blaug (1980), Caldwell (1982).

15Si les choix de l’acteur sont supposés obéir à un schéma de ce genre, les choix observés seront interprétés comme une sélection conséquente du préférable (ou de ce qui apparaît secondairement préférable parmi les actions, sur la base de préférences qui portent en dernier lieu sur les conséquences finales). La base de l’analyse, ici, n’est autre qu’une structure de préférence postulée et les conditions imposées sur cette structure permettent d’interpréter les choix comme l’élection conséquente du préférable. Dans le cas d’une approche par les préférences révélées, la structure des préférences n’est pas simplement postulée ; elle est inférée à partir des observations passées4.

16Cela concerne les agents économiques individuels mais aussi potentiellement des acteurs institutionnels, dépourvus de la psychologie des agents individuels, mais dont les choix sont compréhensibles ou explicables en référence aux « acceptations » (tenant lieu de croyances) et aux « valeurs » (tenant le rôle des finalités personnelles) telles qu’elles sont révélées dans les transactions de la vie institutionnelle. L’interprétation est alors cruciale et, si l’on ne s’en tient pas à une approche strictement comportementaliste indifférente par méthode aux contenus verbaux, elle peut s’adosser à des documents : déclarations publiques, productions doctrinales des institutions, etc.

17Particulièrement, la politique et l’économie politique sont de cette étoffe. L’échelon « personnel » intervient, mais c’est en référence à des raisons proprement institutionnelles que se constituent à proprement parler les interactions qu’étudient la philosophie politique, les sciences politiques et certaines branches de l’économie politique. Cette strate institutionnelle peut être dite « émergente » par rapport à l’échelon des organismes vivants (les individus qui interviennent en politique) mais cela n’implique pas qu’elle soit seconde dans l’ordre de l’explication, compte tenu du type d’approche de la réalité que l’on vise.

  • 5 Pour un examen approfondi du « principe de charité » en rapport avec les sciences humaines, voir : (...)

18Il y a bien dans l’interprétation des choix une opération analogue à celle de l’application du « principe de charité » dans l’échange discursif : si je décide d’interpréter les propos d’autrui comme des propos rationnels, je choisis en fait d’identifier un certain ensemble de productions linguistiques à un objet théorique, que l’on peut décrire de la façon suivante : les propos que tiendrait un individu raisonnable entretenant un certain nombre de croyances, acceptant certaines règles d’inférence et visant certains buts dans la situation de communication considérée5. Il est assez clair qu’un tel objet n’est pas alors immédiatement donné dans l’expérience ; il est construit par l’analyste, dans un processus qui comporte une dimension de normativité (relativement au « raisonnable » surtout), puis il est substitué à l’objet de l’expérience afin d’expliquer celui-ci. La théorie établit alors la correspondance entre un objet empirique (les choix observables), un objet théorique (le choix effectué de manière conséquente sur la base de préférences cohérentes, par exemple complètes et transitives) et une stratégie explicative (la reconstitution des choix comme produits d’une stratégie d’optimisation relativement à un objectif).

19On doit noter que l’existence (garantie sous certaines hypothèses) d’une fonction dont l’optimisation coïncide avec la saturation (un choix non dominé) au regard d’un préordre de préférences ne signifie pas que l’agent vise réellement un objectif exprimé par cette fonction. On ne dit pas que son état mental consisterait à cibler cet objectif ou les moyens permettant de l’atteindre. Il peut d’ailleurs y avoir plusieurs fonctions distinctes faisant l’affaire, plusieurs descriptions d’objectifs dont les conséquences seraient les mêmes. Le problème est similaire en substance au problème de traduction et d’interprétation étudié dans le contexte des débats sur le principe de charité (à la suite des contributions de Quine et de Davidson).

b) Signification de l’attribution d’une fonction-objectif

20La procédure d’attribution aux agents concrets d’une fonction-objectif, telle que la « fonction d’utilité » des économistes, enveloppe une procédure d’interprétation des choix observables. On peut penser que cette interprétation est importante d’un point de vue épistémologique, pour les sciences économiques et sociales. En effet, dans la plupart des familles de modèles du comportement, surtout en ce qui concerne l’espèce humaine, on tente d’expliquer la conduite des agents à partir d’une sorte de compromis compréhensible entre quelques motifs essentiels, qui sont identifiables à des aspects distincts des états du monde (par exemple le loisir et l’argent dans une théorie de l’offre de travail, les avantages de la conquête et les inconvénients des pertes dans le cas d’une offensive militaire, etc.). Ce compromis étant relativement simple dans la plupart des cas, il peut apparaître comme une sorte d’« objectif ». Dans des modèles économiques simples, on prête aux agents sans grande précaution le souci d’un tel compromis. On admet alors que ce type de préoccupation est crédible en tant que synthèse des états mentaux typiques des agents du monde réel, au moins sous certaines descriptions plausibles de ces états.

21Dans la mesure où l’on cherche à expliquer et à prévoir les conduites de cette manière, il est compréhensible que l’on se donne un objet théorique qui ait la structure associée à la forme de l’explication (un agent rationnel, une fonction-objectif). Toutefois, on peut observer que l’interprétation des comportements observés en termes d’optimisation de l’objectif n’est légitime que sous une hypothèse très forte, d’après laquelle les choix sont précisément la sélection du préférable (que cette sélection doive être supposée « volontaire » ou non est un autre problème).

22Le type d’interprétation « instrumentale » qui est rendu possible par les conditions imposées aux préférences concerne en fait une structure d’interprétation de l’action, plutôt que l’action elle-même. En effet, il y a une liaison nécessaire entre l’interprétation de l’action comme action instrumentale et l’interprétation de l’action comme initiative orientée vers le préférable. On peut le voir de la manière suivante, en raisonnant pour le cas certain (i. e. en l’absence d’incertitude). D’un côté, l’objectif de l’action instrumentale ne peut être que l’obtention du préférable : c’est bien parce que l’action est supposée favoriser l’obtention d’un résultat jugé préférable que l’action apparaît comme un instrument pour l’acteur. En effet, on n’utilise un instrument que parce que l’on vise quelque chose et ce que vise l’agent non schizophrène est identiquement ce qu’il préfère – sinon, on ne voit pas pourquoi il ne viserait pas un autre objectif.

23D’un autre côté, cependant, l’action ne peut être traitée comme instrumentale (au sens formel de la possibilité d’une représentation en termes d’optimisation d’une fonction-objectif ou de saturation d’une structure de préférences) que parce que les préférences ont tout d’abord été supposées telles que l’obtention du préférable ait un sens défini, notamment grâce aux postulats de cohérence et de complétude. Ainsi, la recherche du préférable et le caractère instrumental prêté à l’action vont de pair. Ce sont deux aspects corrélés d’un dispositif d’explication de l’action. Ce dispositif privilégie les raisons des acteurs, pas seulement une structure formelle des choix. Les raisons en cause se ramènent à certaines manières d’articuler des valeurs d’une part, des croyances (ou acceptations) d’autre part.

c) Le rôle des postulats sur les préférences dans le développement d’une interprétation instrumentale

24En elle-même, si l’on fait abstraction de son utilisation explicative, la représentation de l’action que livre la théorie de la décision n’a pas de caractère strictement instrumental, ou bien seulement dans le cas certain et alors même, en un sens purement formel, vide de contenu : au sens où l’on dit que le choix préféré est ce que l’on devrait choisir si l’on voulait agir dans le but de satisfaire ses préférences. Mais sous l’hypothèse de la poursuite d’un objectif spécifié (optimisation d’une fonction-objectif ou saturation d’une structure de préférences), on dispose d’un objet d’étude à propos duquel il y a du sens (parce que l’on a tout d’abord spécifié un objectif) à se poser la question suivante : certains choix possibles correspondent-ils à la poursuite de l’objectif spécifié ? En pratique, cette configuration favorable à l’explication théorique des actions est obtenue grâce à des hypothèses sur la structure des préférences, orientées vers une certaine interprétation de l’action humaine – à savoir, une interprétation « instrumentale » relative à des buts ou à un système composite de finalités que l’on reconstitue à des fins scientifiques. Tournons-nous donc vers quelques hypothèses classiques de ce genre.

25Nous pouvons nous rendre compte assez simplement de l’importance des hypothèses sur les préférences lorsqu’il s’agit de spécifier un modèle comportemental dans la forme de la poursuite d’un objectif sur la base des préférences, comme dans de nombreux modèles des sciences économiques. Supposons en effet que l’on dispose ainsi d’un certain modèle du comportement, fondé sur les préférences du sujet. Plaçons-nous dans une situation où il n’y a pas d’incertitude : le choix d’une option est en même temps le choix d’un état du monde.

26S’il n’était pas exclu que l’on puisse avoir, pour une certaine option a, a strictement préférée à a, il y aurait alors un problème de spécification de la structure de préférence. La spécification retenue, ne se prêtant à aucune interprétation en termes de préférences individuelles, ne serait pas bien ajustée aux problèmes étudiés. On ne pourrait pas interpréter en termes de « choix du préférable » la structure de préférence associée à l’action par la théorie. Si les résultats d’un questionnaire tendaient à accréditer l’attribution de préférences de ce genre, il faudrait certainement tenter de redéfinir les objets du choix de telle sorte que le choix de a puisse être interprété comme le choix d’une option meilleure que les autres, mais non pas meilleure qu’elle-même. Pour cela, il faudrait en particulier se demander si, lorsque l’individu admet qu’il préfère strictement a à a, il ne vise pas en réalité des objets distincts sous le même label a.

27Si l’on ne supposait pas la complétude, et si l’on observait le choix de a, l’objet b étant disponible : il pourrait arriver, à cause du défaut de complétude, que l’on soit incapable d’affirmer que le choix de a permet à l’agent de mieux satisfaire ses préférences qu’il n’eût pu le faire en choisissant b. En effet, il ne serait pas exclu que les deux objets fussent incomparables d’après les données des préférences. On ne pourrait alors interpréter la mise à l’écart de b comme le résultat d’un choix préférentiel parmi l’ensemble des options disponibles. Même s’il s’avérait que le modèle dont on dispose fût en mesure de prévoir correctement le choix de a lorsque a et b sont disponibles, on ne pourrait pas aller si loin dans l’interprétation sans tomber dans l’arbitraire.

28Admettons que l’on ne postule pas la transitivité des préférences et supposons que l’on observe les choix suivants :

(1) le choix de a alors que a et b sont disponibles,

(2) le choix de b alors que b et c sont disponibles.

29Supposons maintenant que, sur la base d’une interprétation instrumentale des choix, on infère de (1) que a est choisi parce qu’il satisfait l’objectif mieux que b, et de (2) que b est choisi parce qu’il satisfait l’objectif mieux que c. Du point de vue instrumental, il faudrait admettre que c permet à l’agent de mieux atteindre son objectif (de l’atteindre à un plus haut degré, de s’en rapprocher davantage, etc.) que a.

30On ne pourrait toutefois exclure que l’agent préfère c à a bien que a permette objectivement d’atteindre l’objectif présumé mieux que c (étant admis qu’il s’agit d’un objectif digne de ce nom, respectant donc la transitivité). On aperçoit ici l’intérêt d’un postulat de transitivité des préférences. C’est un postulat qui permet d’aligner les préférences et un classement des choix d’après leur valeur instrumentale. En effet, les préférences que l’on suppose exprimées dans les choix peuvent, sous ce postulat, être mises en correspondance systématiquement avec la valeur instrumentale des choix, « préféré à » correspondant alors à « allant davantage dans le sens de l’objectif visé », pour un certain objectif que l’on peut s’efforcer de reconstituer par divers moyens, notamment théoriques.

31Les hypothèses que l’on introduit à propos des préférences permettent d’interpréter l’observation des choix effectués comme des choix préférentiels concrétisant la poursuite d’un objectif. Si l’on retient les hypothèses sur les préférences qui ont été mentionnées, on peut proposer un modèle instrumental et optimisateur du comportement. Selon la démarche micro-économique, on développe alors une théorie de la « représentation » des préférences pour disposer d’une fonction-objectif et il y a un sens à se demander si le modèle offre une bonne explication des phénomènes auxquels on s’intéresse (notamment en examinant la véracité des prévisions issues du modèle).

32En sens contraire, le fait que l’on juge possible et pertinent d’expliquer la conduite en termes d’optimisation d’une certaine fonction-objectif (suffisamment simple, pouvant correspondre à ce qui est réellement visé par l’agent, compte tenu de ce que l’on sait de lui ou d’elle et du contexte) est une raison de juger raisonnable l’identification de l’objet d’étude à un comportement reflétant fidèlement la sélection du meilleur au regard de préférences cohérentes et complètes. En effet, le fait d’avoir un objectif dispose à choisir sur la base d’une sélection réalisée par rapport à cet objectif. Une telle sélection, pour être satisfaisante, doit manifestement (si l’on fait abstraction du coût de la délibération) concerner l’ensemble des choses possibles, et doit témoigner d’une certaine « suite dans les idées » (exprimée par la transitivité des préférences ou les autres conditions classiques de cohérence).

4. Valeurs de référence et interactions institutionnelles : la place de l’interprétation

33Si le théoricien doit interpréter l’action pour l’expliquer, il ne peut sans inconfort priver les acteurs sociaux eux-mêmes de cette même faculté. Et justement, il y a lieu de penser qu’elle joue souvent un rôle important dans les formes de la vie sociales que l’on cherche à expliquer, ce que j’illustrerai maintenant. Dans l’étude des interactions institutionnelles, il est difficile de laisser de côté certaines normes qui sont posées et qui servent de référence aux débats publics et aux institutions et qui peuvent avoir une incidence sur les processus sociaux étudiés à travers des modalités complexes d’argumentation dans la délibération.

34Ainsi, malgré le caractère très épuré des fondements de l’analyse économique, les études empiriques relevant de l’économie politique traitent des normes et des institutions pour elles-mêmes et aussi à travers leur valeur constitutive pour l’interprétation des initiatives ou des réactions des différents acteurs sociaux. Par exemple, des normes telles que le principe de subsidiarité, les droits sociaux reconnus, la substitution de la régulation à l’intervention directe dans l’action économique de l’État, ou encore les normes de marché libre et ouvert, exercent une influence véritablement structurante sur les processus de gouvernement au sein de l’Union européenne et sur les interactions concrètes qui conduisent aux décisions économiques des acteurs tant publics que privés.

35Cette évidence pose le problème de la prise en compte explicite, dans les explications de la dynamique normative et institutionnelle, du sens même des normes. En effet, l’influence des normes institutionnalisées ne tient pas seulement à leur capacité à servir de support à des mécanismes incitatifs (louange et confiance en cas de respect, sanctions formelles ou moins formelles en cas de violation). Elle est également liée à leur contribution à l’interprétation des actions des uns et des autres. Par exemple, la violation d’une norme que nul n’ignore, et d’une manière qui ne peut être ignorée de personne, peut valoir comme la revendication d’une prérogative plutôt que comme une simple tentative pour recueillir les fruits de la violation de la norme en espérant que cette violation reste inaperçue.

  • 6 Soulignons qu’il ne s’agit que d’une approximation utile pour aborder les questions dont il est fai (...)

36En première approximation, le sens des normes est fixé par leurs critères de correspondance avec les situations (qui sont dites conformes ou non-conformes sur la base de ces critères) et par l’usage de ces normes dans la qualification même des situations (les formulations des normes apportant des éléments descriptifs permettant l’identification des situations à qualifier comme conformes ou non-conformes)6. Ces critères de vérification et de qualification peuvent cependant évoluer considérablement sous l’influence de l’expertise développée par divers groupes de la société ou par les institutions elles-mêmes.

37De plus, à travers les typologies et modèles descriptifs de procédures de mise en œuvre de politiques dans un contexte de normes ambiguës (avec ou sans conflit entre les agents), on voit émerger des éléments théoriques de portée générale sur les formes de gouvernance qui sont structurées par la référence à des normes partiellement indéterminées (travaux de Matland, 1995 ; Jones et Clark, 2001 ; Reynaud, 2003). Des progrès ont été accomplis dans les représentations générales de la négociation et des concessions basées sur des règles (voir Kersten et al., 1988). Dans ces différentes approches, l’interprétation des normes intervient d’une manière largement immanente dans l’interaction sociale. En particulier, elle est liée aux enjeux stratégiques des rapports entre acteurs.

38Le modèle de l’organisation politique et politico-économique qui reste dominant dans les représentations communes est celui de l’action concertée autour d’objectifs communs : on se pose alors simplement la question du niveau de l’action collective. Mais il faut parfois dépasser ce modèle. Lorsque des normes institutionnalisées jouent un rôle déterminant dans la perception des actions des uns et des autres par les acteurs sociaux eux-mêmes, on ne peut ignorer l’incidence de ces normes sur le régime habituel des interactions entre les centres de pouvoir (au-delà de l’incidence directe sur les états de fait). On doit alors s’intéresser aux conventions interprétatives qui fixent l’usage accepté des pouvoirs et l’état des prérogatives réelles (au-delà du pouvoir formel résultant des normes). Ces conventions résultent en partie des initiatives acceptées des centres de pouvoir (dont l’autorité résulte elle-même d’un système de normes).

39Ce type de coordination entre les centres de pouvoir par le biais de l’interprétation des normes ne présuppose pas l’accord sur des normes non ambiguës qu’il s’agirait simplement de mettre en œuvre. Les normes peuvent avoir un impact sur des interactions entre pouvoirs qui demeurent stratégiques, sans élision ni des aspects conflictuels (tenant par exemple à la défense de causes partiellement opposées dans les négociations) ni des ambiguïtés des normes de référence. Les modalités concrètes de la prise de décision publique se déterminent alors dans un rapport à la fois interprétatif et stratégique à des normes.

40Par exemple, dans l’interaction stratégique entre Parlement, Commission et Cour de justice dans l’épisode car gas emission selon Moser (1997), le rôle crucial est joué par l’interprétation de demandes écologiques à la lumière du respect de la norme d’ouverture des marchés dans l’Union. Dans l’interaction stratégique entre pouvoir exécutif national, Commission et tribunaux autour du domaine de compétence économique de l’État et de la légalité des interventions directes dans les secteurs productifs (Le Galès, 2001 ; Picavet, 2007), les choix des acteurs apparaissent conditionnés par des estimations de la plausibilité des interprétations possibles des normes des Traités européens ; également, par des représentations concernant les formes normales d’intervention (action économique directe, réglementation, régulation souple). Dans ces exemples, certaines normes semblent constitutives des préférences (qui se manifestent dans les choix des agents au sein de procédures institutionnalisées). Disons plus généralement qu’elles interviennent à titre constitutif dans les raisons des stratégies choisies.

  • 7 L’approche qui a été esquissée partage avec celle de P. Demeulenaere (2003) l’attention à la portée (...)

41Un autre élément à prendre en compte est le fait que des aspects importants du déroulement des procédures institutionnalisées (par exemple celles qui fixent les droits sociaux ou le respect des normes européennes de concurrence) sont liés aux convictions des centres du pouvoir politico-économique à propos du sens des normes de répartition des compétences, alors même que cette signification peut être contestée ou discutable. L’interprétation de la légitimité est alors importante pour la vie économique. Dans la mesure où les préférences et les croyances de certains agents concernent notamment la répartition des pouvoirs (ou compétences) parmi les centres de décision, la concrétisation des normes est tributaire de l’évolution endogène des croyances et des préférences au sujet de la répartition correcte des droits, pouvoirs ou prérogatives7.

  • 8 Voir sur ce point : Calvert et Johnson (1998).
  • 9 Cette question enveloppe une partie de celle, plus large, de la légitimation, abordée aux confins d (...)

42D’un point de vue épistémologique, on doit souligner que se noue, dans les développements de la théorie politico-économique des institutions que j’ai évoqués, une liaison forte entre les aspects « positifs » et « normatifs », les problèmes de rationalité assurant une sorte de transition8. On se demande en effet comment se déroulent (et surtout, du point de vue du philosophe, comment peuvent se dérouler) les interactions structurées par des normes et principes généraux reconnus en commun, habituellement sous l’hypothèse que les décisions institutionnelles et les interprétations proposées pour les normes de référence doivent être rationnelles. L’une des questions générales d’arrière-plan se laisse formuler ainsi : que peut-on apprendre alors sur la nature de l’action d’après des principes, ou la mise en œuvre des principes9 ? On le voit, l’enquête positive doit ici communiquer avec l’ontologie sociale (à propos de la nature de l’action et du pouvoir). Par ailleurs, les résultats de l’interrogation ontologique importent assurément si l’on entend réfléchir d’un point de vue normatif ou évaluatif sur l’organisation souhaitable de l’interaction, de la communication et de la délibération.

Conclusion

43Les débats méthodologiques sur la place de l’interprétation dans les sciences économiques et sociales ont souvent pris la forme d’un face à face entre des options massivement opposées l’une à l’autre : compréhension contre explication (Schmoller contre Menger), pénétration du sens des actions individuelles contre description sociale au moyen de régularités générales et de faits sociaux (Seignobos contre Simiand), interprétation de faits singuliers contre explication nomologique (Dray contre Hempel). Ces débats sont parfois perçus dans des termes simplifiés, comme s’ils invitaient à un choix « pour ou contre l’interprétation » dans les sciences sociales. J’ai voulu faire valoir que la liaison entre l’interprétation et la modélisation est très forte lorsque le propos est d’expliquer l’action, la relative technicité des calculs dits « économiques » ne permettant pas de constituer une exception à cet égard.

44Les problèmes évoqués illustrent ce qu’il y a d’indépassable dans l’exigence d’une interprétation de l’action, aux fins mêmes de l’explication générale des conduites humaines, même si l’on s’engage dans la méthodologie individualiste et calculatoire véhiculée plus particulièrement par les sciences économiques. La théorie doit réserver une place à l’interprétation parce que celle-ci est fondamentale à l’échelon d’explication qui est celui des actions intentionnelles. Si elle doit s’y astreindre, c’est aussi parce que les tâches d’interprétation jouent un rôle important dans la coordination sociale et politique permise par les institutions. L’interprétation n’est donc pas seulement un choix méthodologique, une attitude face au social qui serait projetée sur le social. Elle fait partie de l’étoffe même de la vie économique et sociale et, de ce point de vue, il serait téméraire d’en annuler la portée par un parti pris méthodologique.

45J’ai évoqué des aspects des problèmes méthodologiques de l’interprétation qui sont liés à une perspective décisionnelle sur les comportements des acteurs sociaux : une perspective dans laquelle ces comportements sont assimilés à des décisions de les sélectionner, obéissant à certaines raisons accessibles aux acteurs eux-mêmes. Cette manière de voir est associée à certains des efforts les plus conséquents visant à rapporter toute explication de phénomènes sociaux à une vision uniforme de l’action humaine – une seule praxéologie, une seule théorie de la décision. L’économie joue à cet égard un rôle significatif de pionnier et de modèle, de par la systématicité de la démarche telle qu’elle est mise en œuvre par l’école néo-classique. Or, dans cette perspective même, les exigences de l’explication des comportements en société obligent – c’est du moins ce que j’ai essayé de montrer – à réserver une place de choix aux tâches d’interprétation, qui sont consubstantielles à la modélisation.

Top of page

Bibliography

Barbut M. 1999, « Machiavel et la praxéologie mathématique », Mathématiques, informatique et sciences humaines, 37, n° 146, p. 19-30.

Beetham D. 1991, The legitimation of power, Basingstoke, Macmillan.

Beetham D. et Lord C. 1998, Legitimacy and the European Union, Harlow, Longman.

Blaug M. 1980, The methodology of economics, Cambridge, Cambridge University Press.

Bonnay D. et Cozic M. 2001, « Principe de charité et sciences de l’homme », dans Th. Martin (dir.), Les sciences humaines sont-elles des sciences ?, Paris, Vuibert, p. 119-158.

Bourricaud F. 1961, Esquisse d’une théorie de l’autorité, Paris, PUF.

Bouvier A. 1999, Philosophie des sciences sociales, Paris, PUF.

Caldwell B., 1982, Beyond positivism : economic methodology in the twentieth century, Londres, Allen & Unwin.

Calvert R. et Johnson J. 1998, « Rational Actors, Political Argument, and Democratic Deliberation », Annual Meeting of the American Political Science Association, Manuscrit disponible (version 1.2) sur internet, site de l’université de Rochester.

Demeulenaere P. 2003, Les normes sociales entre accords et désaccords, Paris, PUF.

Featherstone K. 1994, « Jean Monnet and the “Democratic Deficit” in the European Union », Journal of Common Market Studies, vol. 32, n° 2, p. 149-70.

Jones A. et Clark J. 2001, The modalities of European Union governance. New institutionalist explanations of agri-environmental policy, Oxford, Oxford University Press.

Kersten G.E., Michalowski W., Matwin S. et Szpakowicz S. 1988, « Representing the Negotiation Process With a Rule-based Formalism », Theory and Decision, vol. 25, p. 225-257.

Le Gales P. 2001, « Est Maître Des Lieux Celui Qui Les Organise : When National and European Policy Domains Collide », dans Alec Stone Sweet, Wayne Sandholtz et Neil Fligstein (dir.), The Institutionalization of Europe, Oxford, Oxford University Press, p. 137-154.

Lord C. et Magnette P. 2004, « E Pluribus Unum ? Creative Disagreement about Legitimacy in the EU », Journal of Common Market Studies, vol. 42, n° 1, p. 183-202.

Matland R.E. 1995, « Synthesizing the Implementation Literature : The Ambiguity-Conflict Model of Policy Implementation », Journal of Public Administration Research and Theory, vol. 5, n° 2, p. 145-175.

Moser P. 1997, « A Theory of the Conditional Influence of the European Parliament in the Cooperation Procedure », Public Choice, vol. 91, p. 333-350.

Picavet E. 1996, Choix rationnel et vie publique, Paris, PUF.

Picavet E. 2006, « L’institutionnalisation de l’attribution des pouvoirs politico-économiques : normalité et exception », Revue Canadienne Droit et Société / Canadian Journal of Law and Society, vol. 21, n° 1, p. 39-62.

Reynaud B. 2003, Operating Rules in Organizations. Macroeconomic and Microeconomic Analyses, Londres, Palgrave.

Simon H. 1959, « Theories of Decision-Making in Economics and Behavioural Science », American Economic Review, vol. 49, n° 3, p. 253-283.

Tsakatika M. 2005, « Claims to Legitimacy : The European Commission between Continuity and Change », Journal of Common Market Studies, vol. 43, n° 1, p. 193-220.

Top of page

Notes

1 Ce texte a bénéficié de discussions accompagnant la présentation d’une première version dans le cadre du séminaire du SIPS (Système d’information en philosophie des sciences), à la faculté des lettres et sciences humaines de Besançon, université de Franche-Comté, équipe « Logiques de l’agir », en mars 2010. Je remercie Thierry Martin, Hervé Touboul, Vincent Bourdeau, Arnaud Macé, Frédéric Brahami et Louis Ucciani pour nos échanges fructueux à cette occasion et dans le cadre des séances successives des séminaires de l’équipe de philosophie entre 2009 et 2012. Le soutien du PRES Bourgogne / Franche-Comté (projet CEEI) dans l’élaboration de la version finale est mentionné avec reconnaissance.

2 Voir, pour une discussion de l’apport de Machiavel à ce propos : Barbut (1999).

3 J’ai défendu cette approche d’une manière plus approfondie dans : Choix rationnel et vie publique, Paris, PUF, 1996.

4 Pour une appréciation méthodologique de cette théorie, voir : Blaug (1980), Caldwell (1982).

5 Pour un examen approfondi du « principe de charité » en rapport avec les sciences humaines, voir : Bonnay et Cozic (2011). Voir aussi, sur les liens de ce type de problématique avec le subjectivisme et le relativisme : A. Bouvier (1999).

6 Soulignons qu’il ne s’agit que d’une approximation utile pour aborder les questions dont il est fait mention ici ; saisi en toute généralité, le problème est en vérité fort complexe.

7 L’approche qui a été esquissée partage avec celle de P. Demeulenaere (2003) l’attention à la portée explicative du sens même des normes. Mais P. Demeulenaere développe cette idée principalement à propos de normes non institutionnalisées, sous-jacentes à la vie sociale. Il écrit ainsi : « […] l’idée de rationalité est liée à une contrainte interpersonnelle associée au “sens” intrinsèque à certaines actions (comme décrire, préférer, justifier, etc.) qui oriente l’effectuation de ces actions dans une direction précise, et qui permet en même temps d’expliquer la déviance par rapport à ces normes […] » (p. 115).

8 Voir sur ce point : Calvert et Johnson (1998).

9 Cette question enveloppe une partie de celle, plus large, de la légitimation, abordée aux confins du « normatif » et du « positif » notamment par Beetham (1991) ou Bourricaud (1961). On associe souvent les deux dimensions, notamment dans le champ des études européennes, traversé par la question de la légitimité et de sa reconnaissance : voir en ce sens Beetham et Lord (1998), Featherstone (1994), Lord et Magnette (2004) et Tsakatika (2005).

Top of page

References

Bibliographical reference

Emmanuel Picavet, « L’interprétation de la décision : un supplément à la « rationalité économique » ? », Noesis, 20 | 2012, 37-54.

Electronic reference

Emmanuel Picavet, « L’interprétation de la décision : un supplément à la « rationalité économique » ? », Noesis [Online], 20 | 2012, Online since 01 December 2014, connection on 18 January 2018. URL : http://journals.openedition.org/noesis/1821

Top of page

About the author

Emmanuel Picavet

Emmanuel Picavet est professeur d’éthique appliquée à l’université Paris-1 Panthéon-Sorbonne. Il a été antérieurement assistant à l’université d’Edimbourg, moniteur en épistémologie puis maître de conférences en philosophie politique à l’université Paris-1 et, de 2009 à 2012, professeur de philosophie pratique à l’université de Franche-Comté. Il dirige la Revue de philosophie économique / Review of Economic Philosophy et il appartient au bureau de la Société française de philosophie. À l’université Paris-1, il est responsable de la filière de Master « Philosophie et sociétés ». Il a notamment publié : Approches du concret (Ellipses, 1995), Choix rationnel et vie publique (PUF, 1996), Kelsen et Hart : la norme et la conduite (PUF, 2000), La Revendication des droits (Classiques Garnier, 2011).
Université Paris-1 Panthéon-Sorbonne, faculté de philosophie (UFR 10) et équipe « Philosophies contemporaines » (pôle NoSoPhi).

Top of page

Copyright

© Tous droits réservés

Top of page
  • Logo Revues électroniques de l’université de Nice
  • OpenEdition Journals