Skip to navigation – Site map
Des issues à la crise ?

Émotions, préférences morales et rationalité économique

Emmanuel Petit
p. 255-281

Abstracts

Standard economic theory doesn’t explain the emergence of moral types of behaviour. The article examines how behavioural economics tries to introduce moral preferences in economic theory. Studying moral philosophy literature, we show that affects and (kantian) rationality both explain moral judgments and decisions. Recent works in experimental philosophy confirm the duality of the choice process. We show then that the introduction of moral preferences in economic behavioural analysis relies upon the role of norms, on one hand, and on the role of moral emotions, on the other hand. New behavioural models, which focus on the role of emotions, intentions or expectations, appear to be as the most realistic.

Top of page

Full text

Introduction

  • 1 Pour une analyse (et une défense) récente de la théorie du choix rationnel, voir Yulie Foka-Kavalie (...)

1Les économistes ont une tendance naturelle à analyser les comportements rationnels égoïstes des individus, dans une logique d’interaction sociale (la théorie des jeux) ou dans l’espace plus général du marché (la loi de l’offre et de la demande). Si l’hypothèse de rationalité n’exclut pas, en principe, la moralité des agents, celle-ci ne fait pas l’objet d’une attention particulière. La généralisation de la théorie du choix rationnel1 et l’extension de son domaine d’analyse traditionnel à l’étude, par exemple, de la criminalité, de la corruption, du mariage, de l’éducation ou de la discrimination, a cependant rendu nécessaire le questionnement autour de la spécificité et de la formation des préférences morales. Le problème de savoir si la théorie économique standard pouvait ou non proposer une explication plausible des comportements moraux est alors devenu pertinent. Une conception de la moralité est-elle compatible avec les hypothèses standards sur lesquelles reposent la grande majorité des modèles économiques ?

  • 2 Il y a en fait plusieurs façons de définir la forme d’égoïsme individuel caractéristique des écrits (...)

2Dans la théorie standard, les économistes supposent le plus souvent que les préférences des agents sont autocentrées (« self-centreded »), c’est-à-dire qu’elles sont égoïstes. La rationalité économique implique en effet que l’individu choisit les actions qui satisfont au mieux ses préférences. La rationalité est dite « instrumentale » ou « conséquentialiste », au sens où la seule chose qui compte réellement pour l’individu, ce sont les conséquences de ses actions en termes d’utilité. Les individus ne se préoccupent pas en particulier des gains ou des comportements des autres tant que cela n’a aucune incidence sur leur niveau de bien-être individuel. Les individus n’agissent donc pas sur la base de croyances morales ou, du moins, celles-ci ne se traduisent en action que si elles sont accompagnées d’un désir approprié, c’est-à-dire si elles sont source d’utilité. Une action charitable, par exemple, sera ainsi valorisée parce qu’elle constitue un gain en terme de reconnaissance sociale ou d’estime de soi2.

  • 3 La théorie postule également, que les préférences et les croyances sont clairement indépendantes. C (...)
  • 4 Paul Samuelson, Foundations of economic analysis, Cambridge, Harvard University Press, 1947.
  • 5 Robert Sugden, « Rational Choice : A Survey of Contributions from Economics and Philosophy », Econo (...)
  • 6 Leonard Savage, The foundations of statistics, New York, Wiley, 1954.
  • 7 Helena Lopes, « Utilité, normes et sentiments moraux. De leur incommensurabilité », Revue du MAUSS, (...)
  • 8 Gary Becker, Accounting for tastes, Cambridge, Harvard University Press, 1996.
  • 9 Jon Elster, Alchemies of the mind : Rationality and the emotions, Cambridge, Cambridge University P (...)

3Dans la théorie du choix rationnel, les préférences des agents économiques sont également supposées déterminées une fois pour toutes : elles sont dites exogènes ou non expliquées par les modèles. L’hypothèse d’exogénéité implique que la fonction d’utilité n’est pas influencée par le processus de délibération ou par ses résultats, le décideur n’étant pas sensible aux conditions dans lesquelles s’exerce son choix3. Dans la logique de la théorie du choix rationnel, les préférences ne peuvent cependant pas être observées, elles sont simplement déduites a posteriori de l’observation des comportements individuels : les préférences sont « révélées » par les comportements4. Comme le souligne Robert Sugden5, la théorie économique du choix rationnel, qui culmine avec les travaux de Léonard Savage6, est donc davantage une théorie du choix qu’une théorie des préférences. L’axiomatique développée par les économistes mathématiciens insiste essentiellement sur la cohérence des choix autorisée par le respect de certaines propriétés que doivent avoir les préférences comme la complétude, la transitivité ou la continuité. La complétude implique qu’un agent sait classer deux paniers de biens (A et B) par ordre de préférence ((i) je préfère A à B, (ii) je préfère B à A ou (iii) je suis indifférent entre les deux) ; la transitivité requiert que si je préfère A à B et B à C, alors je préfère le panier A au panier C ; la continuité, enfin, est une propriété technique qui implique que, pour chaque couple de paniers A et B, il existe toujours au moins une combinaison de ces paniers qui me procure le même niveau d’utilité. Lorsque ces propriétés sont acquises, les préférences peuvent être représentées par une fonction d’utilité ordinale qui assigne une valeur (numérique) plus élevée aux options qui sont préférées par l’individu. Dans la conception la plus commune, l’utilité ne désigne donc pas un état mental, comme le plaisir ou le bonheur, mais uniquement un index numérique ou un ordre de préférences. La théorie des préférences « révélées » présente ainsi un caractère ad hoc dans la mesure où elle n’explique en rien les motivations internes (les désirs, les croyances) qui sont à la source des comportements observés. L’ordre de préférences d’un agent ne découle pas d’un processus psychologique spécifique et peut très bien découler de ce que pense ou désire un proche, de préceptes religieux ou de toute autre source de motivation. En somme, il est toujours possible de rendre compte d’un comportement moral en supposant que telle ou telle motivation (comme par exemple l’altruisme ou l’honnêteté) est sous-jacente dans la fonction d’utilité de l’individu. Dans le cas d’une motivation morale, cependant, ceci est rendu possible car l’on suppose, en théorie, que tous les arguments présents dans la fonction d’utilité peuvent faire l’objet d’un arbitrage, c’est-à-dire qu’ils sont « commensurables »7. Les analyses de Gary Becker8 illustrent parfaitement cette logique dans laquelle les préoccupations morales ou les affects sont intégrés comme un coût psychique dans la fonction d’utilité : la prise de décision rationnelle résulte dans ce cas d’un calcul coûts/bénéfices dans lequel les gains attendus d’une action opportuniste (le vol) sont comparés aux conséquences morales de cette action (honte ou culpabilité). Jon Elster a cependant montré l’incongruité de ce type de rationalité appliquée aux affects, concept à plusieurs dimensions qu’il est difficile d’appréhender via une lecture purement rationnelle9. Si l’émotion elle-même n’est pas un processus simple ou commun, la morale n’est pas non plus un « goût » comme les autres.

  • 10 Gary Becker, Accounting for tastes, op. cit.
  • 11 George Stigler et Gary Becker, « De Gustibus Non Est Disputandum », American Economic Review, vol.  (...)
  • 12 Jon Elster, Le laboureur et ses enfants. Deux essais sur les limites de la rationalité, Paris, Éd. (...)
  • 13 Amartya Sen, « Rational fools : A critique of the behavioural foundations of economic theory », Phi (...)
  • 14 Robert Frank, « If Homo Economicus Could Choose His Own Utility Function, Would He Want One With a (...)
  • 15 Jon Elster, « Social Norms and Economic Theory », Journal of Economic Perspectives, vol. 3, n° 4, 1 (...)

4Les économistes admettent également que les préférences individuelles ne sont pas nécessairement constantes10, mais, le plus souvent, on les considère fixes temporellement, c’est-à-dire stables dans le temps11. En particulier, le décideur n’est pas sensible aux évolutions de son environnement immédiat susceptibles de moduler à court terme sa fonction d’utilité. On admet donc très rarement que l’individu puisse avoir une attitude active ou stratégique vis-à-vis de ses propres préférences. L’agent est davantage conçu « comme le véhicule passif de préférences qui changent suivant une logique qui lui échappe »12. La modélisation de préférences « endogènes » implique, en conséquence, que, lorsque ses goûts évoluent, l’individu doit respecter à tout moment une règle de cohérence dans le temps. En particulier, ces changements de goûts doivent être prévus. On suppose ainsi qu’au lieu de véritablement changer de préférences à une date ultérieure, nous sommes capables d’anticiper à l’instant présent l’évolution de nos priorités. La théorie ne nous indique pas, par conséquent, comment nous ajustons nos préférences lorsque nos choix ont eu des conséquences néfastes et qu’ils sont en contradiction avec d’autres préférences. Une littérature critique s’est ainsi développée, autour des travaux d’Amartya Sen13, Robert Frank14 ou Jon Elster15, mettant en évidence une conception duale de l’individu dans laquelle les tentations immorales ou égoïstes sont limitées par une stratégie d’engagement préalable.

  • 16 Alain Wolfesperger, « La modélisation économique de la rationalité axiologique. Des sentiments mora (...)
  • 17 Emmanuel Kant, Métaphysique des mœurs, trad. J. et O. Masson, Paris, Gallimard, 1986.
  • 18 Colin Camerer, Behavioral game theory, Princeton, Princeton University Press, 2003.
  • 19 David Hume, Traité de la nature humaine, t. 2, Les passions, Paris, Flammarion, 1991.
  • 20 Adam Smith, Théorie des sentiments moraux, Paris, PUF, 1999.
  • 21 Vernon Smith, « The Two Faces of Adam Smith », Southern Economic Journal, vol. 65, n° 1, 1998, p. 2 (...)

5La théorie économique standard apparaît donc limitée dans la mesure où (i) elle postule des préférences exogènes dont elle ignore – au-delà de l’égoïsme – les motivations réelles, et où (ii) elle ne rend pas compte de l’évolution dans le temps des normes sociales ou morales que les individus sont susceptibles d’adopter. Un modèle économique plus élaboré des préférences individuelles devrait en particulier tenir compte de la façon dont nous sommes amenés à modifier l’ordre de nos priorités lorsque nous sommes confrontés à des situations morales. Il existe en économie une littérature qui rend compte de l’existence de préférences sociales ou morales16. Une grande partie de cette littérature appréhende la moralité des agents, avec une logique kantienne, en se basant sur une conception très rationnelle de la prise de décision. Dans la tradition de la philosophie morale bâtie au xviiie siècle autour des travaux d’Emmanuel Kant17, les économistes contemporains ont cherché à intégrer la moralité comme un précepte, une injonction, que l’individu s’impose à lui-même. Dans ce cadre, une préférence morale est perçue comme une contrainte qui limite l’espace des choix auquel l’individu a accès. Certains travaux en économie expérimentale et comportementale (mais pas tous), dans le cadre de ce qu’on appelle les modèles de préférences sociales18, ont cependant initié une approche de la moralité davantage en ligne avec la morale contextuelle et sensible des pères de l’Économie Politique. David Hume19 et Adam Smith20 proposent en effet une approche dans laquelle les affects (la sympathie) jouent un rôle central dans l’émergence des comportements moraux. Adam Smith, l’économiste, souvent associé (et limité), comme les autres auteurs classiques qui l’ont précédé (David Ricardo, John Stuart Mill), à l’égoïsme présupposé des individus et à l’harmonie sociale qui en découle (la « main invisible »), est aujourd’hui plébiscité a contrario pour sa vision du rôle de l’émotion et pour son éclairage sur des motivations non-égoïstes comme la bienveillance ou l’entente mutuelle. Ce retour (tardif) à la philosophie d’Adam Smith, véhiculé par une littérature abondante et le soutien d’économistes comportementalistes influents21, a été rendu possible par le débat scientifique au xxe siècle autour de la rationalité de la prise de décision. Les enseignements récents de la philosophie morale ont en particulier montré que la moralité ne pouvait se réduire à une conception purement logique rationnelle et qu’il était nécessaire d’introduire les émotions pour discuter des processus décisionnels, des valeurs et des comportements moraux (1). En s’appuyant sur ces nombreux travaux théoriques et expérimentaux – dans le domaine de la philosophie mais aussi des neurosciences et de la psychologie – les économistes ont cherché à dépasser l’approche kantienne en intégrant les préférences morales dans l’analyse moderne du comportement économique individuel (2).

1. Des émotions aux valeurs : les enseignements de la philosophie morale

  • 22 René Descartes, Les passions de l’âme, Paris, Flammarion, 1998.

6Dès l’origine, les penseurs, avec Platon, ont suggéré que le monde de la raison, de l’entendement, était distinct de celui du monde affectif. L’hypothèse de rationalité est l’héritière d’une conception duale du corps et de l’esprit qui tend à opposer la raison à l’affect22. Dans cette logique, les émotions sont associées à des passions irrépressibles qui viennent perturber le processus de décision. La rationalité « parfaite » (de la décision) implique uniquement l’usage de la raison. En philosophie morale, au xviiie siècle, la conception d’Emmanuel Kant – faisant de l’individu un sujet moral parfaitement rationnel – s’est imposée dans le champ de la morale. Dans une optique kantienne, une théorie morale consiste en un ensemble de principes moraux rationnellement choisis suite à la considération de principes concurrents. Kant fait de l’autonomie et de la rationalité les caractéristiques définissant l’identité des sujets moraux et revendique une stricte séparation entre raison et sentiment.

  • 23 Emmanuel Kant, Métaphysique des mœurs, op. cit., p. 643.

Aucun principe moral ne se fonde, en fait, contrairement à ce qu’on imagine, sur un quelconque sentiment […] car le sentiment, d’où qu’il provienne, est toujours physique23.

  • 24 Ibid., p. 388.

7Dans les Fondements de la métaphysique des mœurs, Kant précise en particulier que l’éthique comporte une partie rationnelle qu’il appelle « morale » et une partie empirique, « l’anthropologie pratique »24. Cette séparation accrédite l’idée d’une distance irréductible entre la morale abstraite et idéale et l’expérience sensible du sujet.

  • 25 Charles Darwin, The expression of the emotion in man and animals, Chicago, University of Chicago Pr (...)
  • 26 William James, Principles of psychology, New York, Holt, Rinehart and Winston, 1890.
  • 27 Théodule Ribot, la psychologie des sentiments, Paris, Alcan, 1930.
  • 28 Robert Collingwood, The principles of art, Oxford, Oxford University Press, 1981.
  • 29 Jean-Paul Sartre, Esquisse d’une théorie des émotions, Paris, Hermann, 1995.
  • 30 Paul Ricoeur, Le Juste 2, Paris, L’Esprit, 2001.
  • 31 George Lowenstein, « Out of control : Visceral influences on behaviour », Organizational Behavior a (...)
  • 32 Joseph Ledoux, The emotional brain : The mysterious underpinnings of emotional life, New York, Simo (...)
  • 33 Antonio Damasio, L’erreur de Descartes : La raison des émotions, Paris, Odile Jacob, 1995.
  • 34 On cite souvent le cas d’un patient, Eliot, affecté par un déficit émotionnel après avoir subi l’ab (...)
  • 35 Antoine Bechara et al., « Deciding advantageously before knowing the advantageous strategy », Scien (...)
  • 36 William James, Principles of psychology, op. cit.
  • 37 Antonio Damasio, L’erreur de Descartes…, op. cit., p. 55.
  • 38 En particulier, lorsqu’un marqueur somatique négatif est juxtaposé à un résultat prédictible partic (...)
  • 39 Antonio Damasio, Spinoza avait raison. Joie et tristesse, le cerveau des émotions, Paris, Odile Jac (...)
  • 40 Ronald de Souza, The rationality of emotions, Cambridge, MA, MIT Press, 1988.

8Au xxe siècle, dans la lignée des travaux de Charles Darwin25, William James26, Théodule Ribot27, Robin Collingwood28, Jean-Paul Sartre29 ou encore Paul Ricoeur30, certaines théories ont reconsidéré le rôle des affects dans le comportement individuel. En psychologie économique31 ou en neurologie32, les émotions « instantanées » ou viscérales ont été jugées utiles dans certains cas d’urgence, comme c’est le cas par exemple lors d’une agression ou d’un incendie. Le neurologue Antonio Damasio33 est cependant le premier à avoir formulé l’hypothèse, sur le plan biologique, de l’existence d’une véritable complémentarité entre les émotions et la raison lors de la prise de décision. Au cours de ses expériences, Damasio a d’abord constaté qu’il existait un rapport étrange entre l’absence d’émotion et la perturbation du raisonnement34. Les travaux suivants, élaborés en collaboration avec d’autres chercheurs35, ont montré que la prise de décision (risquée) est un processus dépendant de l’émotion. Les dommages au niveau du cortex préfrontal ventro-médian empêcheraient en particulier l’utilisation des émotions nécessaires à guider les décisions (notamment le regret) dans une direction bénéfique pour l’individu. L’hypothèse neurologique d’Antonio Damasio est que les circuits neuronaux qui sont à la base de la perception des émotions ne sont pas seulement localisés dans ce qu’on appelle le système limbique mais figurent également dans certaines parties du cortex préfrontal et aussi dans les régions du cerveau où se projettent et où sont intégrés les signaux en provenance du corps. Cela implique, comme le suggérait William James36, que la perception des émotions transite le plus souvent par le corps, du cerveau vers le corps et du corps vers le cerveau, même si l’on peut également imaginer que le cerveau « apprend à confectionner l’image affaiblie d’un état “émotionnel” du corps, sans avoir à reproduire ce dernier dans le corps proprement dit »37. Dans ce cas de figure, il existerait donc des mécanismes neuronaux susceptibles de simuler un état émotionnel en nous procurant des perceptions comme si elles venaient du corps, court-circuitant le corps, et évitant ainsi un processus long et consommateur d’énergie. En somme, l’hypothèse des « marqueurs somatiques » appuie l’idée que le corps est un réceptacle d’émotions repères susceptible d’être mobilisé dès qu’une situation vécue fait écho à un ressenti antérieur. Le marqueur somatique fonctionnerait donc comme une alarme corporelle, une mémoire émotionnelle, d’origine cognitive et inconsciente38. Les affects auraient ainsi une incidence indirecte, inconsciente et potentiellement bénéfique, sur les comportements individuels. Dans ce contexte, comme le souligne Antonio Damasio, « le terme “rationnel” ne renvoie pas à un raisonnement logique explicite, mais plutôt à une association avec des actions et des résultats qui sont bénéfiques pour l’organisme témoignant de ces émotions »39. Les signaux émotionnels rappelés en mémoire ne sont pas en et pour eux-mêmes rationnels, mais ils favorisent des résultats qui auraient pu être obtenus de façon rationnelle : les émotions sont dites « raisonnables » au sens où elles nous servent à résoudre un problème de choix40.

  • 41 Baruth Spinoza, Éthique, trad. de R. Misrahi, Paris, PUF, 1990.
  • 42 Adam Smith, Théorie des sentiments moraux, op. cit.
  • 43 David Hume, Traité de la nature humaine, op. cit.
  • 44 Alfred Ayer, Langage, vérité et logique, Paris, Flammarion, 1956. Richard Hare, Moral Thinking : It (...)
  • 45 Alfred Ayer, Langage, vérité et logique, op. cit.
  • 46 Richard Hare, Moral Thinking…, op. cit.
  • 47 Allan Gibbard, Sagesse des choix…, op. cit.
  • 48 Christine Tappolet, Émotions et valeurs, op. cit.
  • 49 Pierre Livet, Émotions et rationalité morale, op. cit.
  • 50 Ibid.

9L’hypothèse des « marqueurs somatiques » conforte une conception ancienne de l’utilité des « passions » (Aristote, Baruch Spinoza41 mais aussi Adam Smith42 et David Hume43) qui est soutenue activement aujourd’hui dans le champ de philosophie morale. De nombreux philosophes contemporains44 soutiennent que les processus émotionnels sont associés de façon étroite à la façon dont nous élaborons nos jugements moraux et prenons nos décisions. Ainsi, selon Alfred Ayer45, les affirmations morales expriment des sentiments ou des opinions morales. Richard Hare46 pense qu’elles expriment des préférences particulières, universelles, qui ne dépendent pas de qui occupe quelle position dans la situation sur laquelle elles portent. D’après Allan Gibbard47, les jugements moraux sont des expressions d’états d’esprit complexes qui consistent dans le fait de penser qu’il est justifié de ressentir une certaine émotion face à un certain type de situation. Christine Tappolet48 soutient de son côté que la connaissance des valeurs dépend de nos émotions, ces dernières étant conçues comme des perceptions de valeurs. Chez Pierre Livet49, les émotions fonctionnent comme un signal d’alarme, une mémoire d’origine sensitive, sensible et réceptive à ce que propose l’environnement. Le processus émotionnel conduit à la révision des croyances et des préférences des individus. Selon Pierre Livet, il existe cependant des émotions qui n’ont pas vocation à réviser nos préférences, mais au contraire à résister à la pression de notre environnement pour les préserver, comme c’est le cas de la colère, de l’indignation ou même du dégoût. Ces émotions morales renforcent nos actions et nous indiquent l’existence de préférences bien enracinées qui correspondent à nos valeurs. L’émotion est donc in fine un « révélateur de nos valeurs »50 : les émotions ne sont pas à la source des préférences morales des individus mais elles y donnent cependant accès. En ce sens, les préférences morales sont également le fruit d’un débat conscient dans la mesure où la résistance des émotions à la révision dévoile nos préférences morales les plus ancrées et nous choisissons nos valeurs parmi ces préférences.

  • 51 Voir Christine Clavien, « Jugements moraux et motivation à la lumière des données empiriques », Stu (...)
  • 52 Jonathan Haidt, « the emotional dog and its rational tail : A social intuitionist approach to moral (...)
  • 53 Thalia Wheatley et Jonathan Haidt, « hypnotically induced disgust makes moral judgments more severe (...)
  • 54 Lawrence Kohlberg, The Philosophy of moral development, San Francisco, Harper and Row, 1981.
  • 55 Joshua Green et al., « An fMRI investigation of emotional engagement in moral judgment », Science, (...)
  • 56 Marc Hauser et al., « A dissociation between moral judgments and justifications », Mind and Languag (...)
  • 57 Joshua Green et al., « An fMRI… », art. cit.
  • 58 Michael Koenigs et al., « Damage to the prefrontal Cortex Increases Utilitarian Moral Judgments », (...)

10Les théories morales contemporaines qui confèrent un rôle majeur aux émotions dans l’élaboration de nos jugements et/ou de nos comportements moraux ont reçu le soutien des travaux expérimentaux récents menés en psychologie et en philosophie expérimentale51. Sur le plan empirique, une part importante de jugements moraux semble se fonder sur de simples réactions intuitives et non sur des raisons morales. Jonathan Haidt52 montre en particulier que les individus condamnent le plus souvent les pratiques incestueuses ou d’autres violations de tabous sur la base de réactions impulsives. Thalia Wheatley et Jonathan Haidt53 observent que des sujets qui ont subi, sous condition d’hypnose, une induction arbitraire et inconsciente de l’émotion de dégoût, formulent des jugements moraux négatifs lorsque les situations sur lesquelles ils doivent se prononcer contiennent un rappel inconscient (comme un mot) associé au dégoût. De nombreux travaux se sont également interrogés sur la qualité des jugements fournis par les individus en présence de dilemmes moraux. Une grande part de la littérature en philosophie morale s’est en effet constituée autour des dilemmes proposés par Lawrence Kohlberg54 qui permettent d’étalonner les aptitudes morales des individus. La vision kantienne proposée par Lawrence Kohlberg s’inscrit cependant clairement dans une logique purement rationnelle que les expériences récentes (menées à partir de dilemmes moraux) viennent questionner. Dans le cas, par exemple, du dilemme du tramway, les sujets sont en situation de sauver cinq vies s’ils acceptent moralement d’en sacrifier une. Dans l’une des variantes, ils doivent détourner le tramway en actionnant une manette vers une voie secondaire. Dans l’autre variante, ils doivent pousser un homme énorme par-dessus un pont. Les résultats expérimentaux de Joshua Green et ses collègues55, mais aussi ceux de Marc Hauser et al.56, indiquent que les individus considèrent très majoritairement qu’il est moralement acceptable de détourner le tramway (à 85 %) – et donc de sacrifier une personne innocente – ce qui n’est plus le cas dans la variante du pont (12 %). Ces résultats corroborent l’idée que les jugements ne sont pas le résultat d’un raisonnement délibéré. La lecture « intuitionniste » de la morale défend donc l’idée que les justifications qu’offrent les individus de leurs jugements moraux sont la plupart du temps des constructions a posteriori qui ne reflètent pas leurs véritables principes moraux. Une façon d’interpréter les résultats de Joshua Green57 consiste à supposer que c’est la plus forte implication émotionnelle du sujet dans l’une des variantes – celle du pont – qui rend délicate (et immorale) l’adoption d’un jugement jugé pourtant rationnel si l’on se réfère à une optique utilitariste (« cinq vies sauvées valent mieux qu’une »). Les travaux de Joshua Green, utilisant de façon novatrice l’imagerie par résonance médicale, ont renforcé ce point de vue, la saillance de l’émotion dans la variante du pont étant révélée par une plus forte activation des zones du cerveau liées aux affects. Dans la même logique, les travaux de Michael Koenigs et ses collègues58 confirment que des sujets souffrant de lésions du cortex frontal et ventro-médian (et présentant en conséquence des déficiences au niveau affectif) affichent un manque d’intérêt notoire pour la morale qui renforce leur aptitude à une règle de jugement utilitariste.

11À une vision rationnelle et universelle de la morale, les travaux récents en philosophie morale opposent une vision sensitive et contextuelle de la morale. Ce retour à une philosophie contextuelle et sensible réactualise en économie la pensée des auteurs écossais des Lumières (David Hume et Adam Smith). L’opposition entre une conception de la morale rationnelle, d’une part, et affective, d’autre part, se retrouve aujourd’hui dans la théorie économique contemporaine, via la prise en compte formelle des motivations morales.

2. La prise en compte formelle des motivations morales : le rôle des normes et des émotions morales

  • 59 Une autre possibilité, que nous n’abordons pas explicitement ici, résulte de l’influence des pairs, (...)

12Dans le champ des sciences sociales, il est possible de rendre compte de la façon dont nous choisissons les normes et les valeurs auxquelles nous adhérons. En économie, on peut schématiquement décrire l’adoption de comportements pro sociaux ou moraux de deux façons différentes59. On peut tout d’abord supposer que le comportement de l’individu est régi par des normes morales intangibles, inconditionnelles, dans une perspective kantienne (2.1). Une autre alternative, dans laquelle les émotions morales jouent un rôle déterminant, consiste à supposer a contrario que la règle de comportement adoptée par l’individu est conditionnelle et contextuelle : elle dépend en particulier des intentions, des motivations et des caractéristiques des acteurs ainsi que de leur environnement proche (2.2).

2.1. L’application déontologique de la norme

  • 60 Paul Samuelson, « The Pure Theory of Public Expenditures », Review of Economics and Statistics, vol (...)
  • 61 Jean-Jacques Laffont, « Macroeconomic Constraints, Economic Efficiency and Ethics : an Introduction (...)
  • 62 Robert Sugden, « Rational Choice… », art. cit.
  • 63 Kjell Brekke, Snorre Kverndokk et Karine Nyborg, « An economic model of moral motivation », Journal (...)
  • 64 Marc Bilodeau et Nicolas Gravel, « Voluntary provision of a public good and individual morality », (...)
  • 65 Mark White, « Can homo economicus follow Kant’s categorical imperative ? », Journal of Socio-Econom (...)
  • 66 Emmanuel Kant, Métaphysique des mœurs, op. cit., p. 97.
  • 67 Alain Wolfesperger, « Sur l’existence d’une solution kantienne du problème des biens publics », Rev (...)
  • 68 Mark White, « Kantian Ethics and the Prisoner’s dilemma », art. cit.
  • 69 Emmanuel Kant, Métaphysique des mœurs, op. cit.

13L’approche la plus répandue en économie concernant l’introduction de préférences morales considère que les normes sociales ou morales auxquelles adhèrent les individus sont le produit d’impératifs catégoriques kantiens. Évoquée par Paul Samuelson60 lui-même, relayée par des auteurs influents, comme Jean-Jacques Laffont61 ou Robert Sugden62, l’économie kantienne suscite aujourd’hui l’intérêt des économistes au sein de travaux académiques, comme ceux, en économie comportementale, de Kjell Brekke, Snorre Kverndockk et Karine Nyborg63 ou de Bilodeau et Nicolas Gravel64, ou encore en philosophie économique sous la plume de Mark White65. Dans une économie kantienne, les sujets sont modélisés comme maximisant leur intérêt personnel sous des contraintes qu’ils s’imposent à eux-mêmes, contraintes censées représenter des « règles kantiennes » qu’il serait dans l’intérêt de tous de suivre. Les sujets respectent donc la célèbre maxime kantienne suivante : « Agis seulement d’après la maxime grâce à laquelle tu peux vouloir en même temps qu’elle devienne une loi universelle »66. En appliquant ainsi un kantisme « ordinaire », c’est-à-dire en se focalisant sur ce « principe de généralisation », l’individu économique applique la règle suivante : dans un environnement donné comprenant un ensemble A de décisions envisageables (au sens de la théorie des jeux), je choisis de façon systématique la règle de comportement C. En présence d’un dilemme social, c’est-à-dire d’une situation dans laquelle l’intérêt individuel entre en conflit avec l’intérêt collectif, l’individu peut suivre une norme de coopération, d’honnêteté ou de confiance, car il a conscience que la règle est favorable à la communauté. A contrario, une défection « universelle » conduit à la stratégie non-coopérative et sous-optimale au sens de Pareto, qui est cependant celle retenue par la théorie des jeux (ou solution de Nash). Dans le célèbre dilemme du prisonnier, le principe kantien prescrit que chaque individu doit coopérer, indépendamment du comportement effectif ou attendu des autres, si la coopération universelle est préférable collectivement à la défection universelle. Une coopération inconditionnelle est donc la règle à suivre dans toute situation de dilemme social qui s’apparente au dilemme du prisonnier. Alain Wolfesperger67 souligne cependant que l’application sous cette forme de la philosophie kantienne, à partir de la règle d’or universelle (le kantisme « ordinaire »), repose sur un impératif moral pragmatique ou hypothétique (« fais ceci pour obtenir cela ») et non catégorique (« fais ceci parce que tu le dois »). Un point de vue similaire est défendu par Mark White68 pour qui la philosophie kantienne encourage la solution coopérative sans pour autant la rendre nécessaire. Chez Kant69, la morale constitue un devoir et ne découle pas d’un désir. Or, dans le problème des biens collectifs, la décision d’intégrer la morale dans son comportement devient stratégique puisque l’optimalité est l’objectif recherché par l’individu et la collectivité. On a ici une utilisation instrumentale de la philosophie kantienne, assez éloignée d’un kantisme « authentique ».

  • 70 Alain Wolfesperger, « La modélisation économique… », art. cit.

14Pour l’économiste rationnel, la conception de la norme morale universelle kantienne est attrayante car elle repose sur la capacité d’autonomie, de libre arbitre et de réflexion morale cognitive de l’individu, aspects qui sont aussi au centre des postulats de l’analyse économique standard. Elle présente également un intérêt particulier puisqu’elle peut facilement être représentée sur le plan formel, ce qui explique sans doute l’engouement des économistes pour ce type de représentation. Utiliser la règle d’or universelle consiste ainsi à limiter simplement l’espace des choix (accessibles à l’individu) à celui qui est conforme aux principes moraux kantiens. Cela implique cependant de supposer que l’individu est apte à s’imposer le respect de règles morales, ce qui n’a rien d’évident et qui semble assez contre-intuitif par rapport à l’idée de contrainte telle qu’elle est identifiée dans l’analyse micro-économique standard70. Pour un économiste, les désirs d’un individu (par exemple, le consommateur) sont contrariés par une limitation de son budget qui s’impose à lui. La contrainte est très clairement non désirée. Transposée à la morale, cela implique l’existence d’un individu rationnel souhaitant être débarrassé des principes moraux qui sont les siens.

  • 71 Voir, par exemple, l’analyse de Samuel Bowles, « Endogenous Preferences : The Cultural Consequences (...)
  • 72 Daniel Serra, « Sentiments moraux et économie expérimentale », dans P. Livet et A. Leroux (éd.), Le (...)
  • 73 James Andreoni, « Impure Altruism and Donations to Public Goods : a Theory of Warm-Glow Giving », E (...)
  • 74 Ernst Fehr et Klaus Schmidt, « A Theory of Fairness, Competition, and Cooperation », Quarterly Jour (...)
  • 75 Gary Bolton et Axel Ockenfels, « ERC : A theory of equity, reciprocity and competition », American (...)

15En théorie des jeux évolutionniste, il est possible de rendre compte de cette contrainte en modélisant des individus qui suivent mécaniquement la même stratégie de jeu71, leur comportement étant donc par nature inconditionnel. L’optique des économistes évolutionnistes n’est cependant pas d’expliquer la nature des préférences morales des agents, mais d’analyser comment certains types de comportements arrivent à s’imposer au sein d’une population en tant que norme sociale. Toute autre est la position des nouveaux modèles de préférences sociales ou morales dont l’objectif est de rendre compte des comportements pro sociaux ou moraux (altruisme, confiance, coopération, équité, etc.) qui se manifestent au cours des expérimentations en laboratoire72. Dans un modèle économique standard, chaque individu maximise sa propre fonction d’utilité qui dépend de ses gains monétaires. Les modèles comportementaux maintiennent cette motivation égoïste en y intégrant toutefois, à ses côtés, une nouvelle norme de comportement sous la forme d’une contrainte internalisée, qui n’apparaît plus comme une limitation de l’espace des choix mais plutôt comme une préférence exogène. Cette préférence s’apparente notamment à l’existence chez l’individu d’un « goût de donner » dans le travail séminal de James Andreoni73 ou d’une « préférence pour l’équité » dans les articles fondateurs de Ernst Fehr et Klaus Schmidt74 et Gary Bolton et Axel Ockenfels75. Nous regardons successivement comment la morale kantienne est intégrée dans ces deux types de modélisation.

  • 76 James Andreoni, « Impure Altruism and Donations to Public Goods… », art. cit.
  • 77 Kjell Brekke et al., « An economic model of moral motivation », art. cit.
  • 78 Mark White, « Can homo economicus… », art. cit.
  • 79 Kjell Brekke et al., « An economic model of moral motivation », art. cit.
  • 80 Mark White, « Can homo economicus… », art. cit., p. 99, notre traduction.
  • 81 Kjell Brekke et al., « An economic model of moral motivation », art. cit.

16James Andreoni76 met en évidence un « effet chaud au cœur » (« warm glow effect »), que l’on peut associer à un affect positif, qui mesure le plaisir qu’un individu retire lorsqu’il choisit de participer à la production d’un bien public (construction d’une école, œuvre caritative, etc.). Le « goût de donner » rentre, au même titre que la recherche de l’intérêt individuel, dans la fonction d’utilité de l’individu et fait l’objet d’un arbitrage. Il ne dépend cependant pas d’une motivation morale spécifique puisque seul l’acte (de donner) est pris en compte sans être associé à une motivation particulière. L’intérêt du modèle, plus récent, de Brekke et ses collègues77 est ainsi d’ancrer ce modèle d’altruisme impur dans une perspective associant à la fois les principes conséquentialistes (qui définissent la conception individuelle de la vie bonne) et une logique motivationnelle kantienne (qui s’interroge sur la façon d’y être conduit collectivement). Les auteurs considèrent en effet que les individus sont « socialement responsables » au sens où ils s’interrogent explicitement sur la façon dont ils peuvent et doivent agir pour le bien collectif de la société : « quelle règle de comportement maximiserait le bien-être social si chaque individu adoptait la même règle que celle que j’envisage de mener ? ». La réponse à cette question détermine le comportement moral idéal à partir duquel l’individu s’étalonne (et choisit) en prenant en compte à la fois son désir de reconnaissance sociale (qui l’incite à s’approcher de la norme morale) et son avantage matériel personnel. On retrouve dans cette formulation une forme approximée (« ordinaire ») de l’impératif kantien et les limites soulignées précédemment. Pour autant, le modèle demeure conséquentialiste au sens où ce qui définit le bien-être collectif, la vie bonne, est la somme des utilités des individus, comme le présuppose l’Utilitarisme. La décision individuelle optimale (en termes d’effort à fournir par chacun) est donc celle qui conduit à une société heureuse au sens où la fonction de bien-être social (somme des utilités individuelles) est maximisée. En admettant, comme le fait Mark White78, que la morale kantienne est constituée de « devoirs parfaits » incontournables (« ne pas mentir », « ne pas voler », etc.) mais également de « devoirs imparfaits », simples inclinations ou objectifs qu’il est souhaitable d’adopter, il est possible d’intégrer la morale kantienne sous la forme d’une préférence79 et non celle d’une pure contrainte. Ainsi, « les agents économiques kantiens se différencient des agents conséquentialistes non sur le fait qu’ils optimisent, mais davantage sur ce qui est à maximiser et sur la façon de le faire »80. Mark White propose une résolution probabiliste de l’arbitrage entre l’inclination morale et l’intérêt personnel (probabilité qui dépend de la force de caractère de l’individu), arbitrage qui dépend dans le modèle de Kjell Brekke et al.81 d’un niveau d’effort d’équilibre (au sens de Nash) calculé en fonction de la distance qui sépare l’individu de la norme kantienne idéale.

  • 82 Ernst Fehr et Klaus Schmidt, « A theory of Fairness, Competition, and Cooperation », art. cit. ; Ga (...)

17Dans les modèles « d’équité distributionnelle »82, l’introduction d’une motivation morale ou sociale consiste à intégrer dans la fonction d’utilité des agents un ou plusieurs paramètres exogènes prenant en compte le bien-être ou les gains d’autrui. De nombreux modèles de ce genre existent mais ils respectent tous cette même stratégie de modélisation. Dans le cas d’une interaction entre deux individus (i, k), une préférence altruiste peut ainsi être représentée de la façon suivante :

18où α et β représentent de simples paramètres exogènes (déterminés empiriquement) qui peuvent varier en fonction des caractéristiques des individus. Dans ce cadre, une préférence pour l’équité – ici, préférence pour l’égalité – se présente sous la forme suivante :

  • 83 Alain Wolfesperger, « La modélisation économique… », art. cit.
  • 84 Mark White, « Can homo economicus… », art. cit.

19Lorsque le paramètre β est positif, un individu qui présente une « aversion à l’inégalité » perd un montant d’utilité qui est proportionnel à la différence entre son gain et celui de son partenaire. Le modèle pose donc qu’une norme d’égalité contraignante prévaut et que tout écart à la norme est source de désutilité. Ce type de modèles comportementaux a connu un fort engouement en raison de leur capacité à rendre compte de l’existence de comportements pro sociaux observés en laboratoire à partir des outils standards de l’économiste (maximisation, rationalité, conséquentialisme). On peut cependant s’interroger, à l’instar d’Alain Wolfesperger83 ou de Mark White84, sur le caractère ad hoc d’une explication rationnelle de ces comportements qui conduit à expliquer, par exemple, un comportement équitable ou juste par une « aversion à l’iniquité ».

20Les modèles « d’équité distributionnelle » traduisent l’arbitrage, supposé possible, entre une préférence matérielle et une préférence morale par l’intermédiaire de paramètres exogènes (α et β) sans supposer une interaction sociale effective entre les individus. Les « autres » ne sont introduits que par l’intermédiaire de leurs gains et des conséquences de leurs choix. Ceci constitue une limitation importante de la formalisation puisque aucune explication valide du comportement et de sa motivation n’est donnée. Dans la littérature, une possibilité d’interprétation du modèle consiste à faire appel aux affects, en supposant, par exemple, que le paramètre β corresponde soit à un coefficient d’envie, de colère ou d’indignation (lorsque le gain de l’individu k est supérieur à celui de j), soit à un coefficient de culpabilité, de honte ou simplement de gêne ou d’embarras (lorsque c’est le contraire). On voit cependant ici qu’il s’agit d’un artifice puisque le modèle ne peut rendre compte, via la fonction d’utilité, que d’une seule dimension du processus émotionnel : sa valence, c’est-à-dire le caractère agréable ou désagréable de la sensation associée à la conséquence de la décision. Le modèle ne permet pas de comprendre comment le processus émotionnel conduit au processus de choix. S’agissant d’une émotion morale, il faudrait notamment savoir pourquoi l’individu considère-t-il la règle morale (l’équité) comme incontournable, comment sa violation (ou son respect) conduit-elle l’individu à nourrir des émotions négatives (ou positives) ? Comment le ressenti de ces émotions ou leur anticipation modifient la tendance à l’action et le choix opéré par l’agent économique ? Dans quelle mesure le comportement moral dépend-il du contexte de la décision (observabilité, anonymat, etc.) ?

21Ni les modèles d’équité distributionnelle ni ceux associés au « goût de donner » – orientés vers les conséquences des choix en termes de gains ou d’utilité – ne font état du rôle des motivations ou des intentions propres à la théorie des émotions. Si l’on ne tient pas compte notamment du fait que l’émergence des émotions résulte de l’intériorisation par les individus de règles de comportement, on sous-estime le fait que ces règles sont davantage des préférences endogènes que des contraintes exogènes qui s’imposent à l’individu. Dans ce cas, la représentation des préférences sociales doit reposer sur une base contextuelle dans laquelle les préférences dépendent de façon cruciale de l’interaction sociale et du contexte dans lequel s’effectue la prise de décision. C’est précisément ce que proposent d’autres types de modèles comportementaux basés sur le rôle des intentions des acteurs ou de leurs attentes.

2.2. Préférences conditionnelles et émotions morales

  • 85 Sally Blount, « When social outcomes aren’t fair : The effect of causal attributions on preferences (...)

22Une autre façon, plus réaliste, de modéliser les comportements moraux et les valeurs auxquelles nous tenons est de considérer que les individus adoptent des règles de comportement conditionnelles. Les modèles comportementaux (que nous analysons plus loin) s’appuient sur une littérature économique expérimentale qui a montré, à la suite de Sally Blount85, le rôle explicatif fondamental des intentions dans la prise de décision. Dans cette optique, un individu accepte plus volontiers un partage non équitable s’il sait que la décision n’est pas le fruit d’un acte intentionnel (si, par exemple, elle est issue d’un choix aléatoire effectué par ordinateur). Dès lors, il importe de prendre en compte que l’intention qui préside à l’action compte, au même titre que l’attente du joueur ou que le contexte de la décision.

  • 86 Claudia Keser et Frans van Winden, « Conditional cooperation and voluntary contributions to public (...)
  • 87 Pour une revue, voir John Ledyard, « Publics Goods : A Survey of Experimental Research », dans J. K (...)
  • 88 Le jeu se joue avec n joueurs, chacun d’eux recevant une dotation initiale de Y jetons à chaque tou (...)
  • 89 Claudia Keser et Frans van Winden, « Conditional cooperation… », art. cit.
  • 90 Robert Trivers, « The evolution of reciprocal altruism », Quarterly Review of Biology, vol. 46, n°  (...)
  • 91 Je coopère au tour actuel tant que l’autre joueur n’a pas dénoncé l’accord au tour précédent, sinon (...)
  • 92 Il faut en particulier que la préférence pour le présent des joueurs (représentée par le taux d’act (...)

23Claudia Keser et Frans van Winden86 sont les premiers auteurs à avoir identifié sur le plan expérimental, dans le jeu du bien public, la prévalence des comportements sociaux conditionnels. Le jeu du bien public expose une situation de dilemme social dans laquelle l’intérêt individuel entre en conflit avec l’intérêt collectif87. En simplifiant, il s’agit d’une version continue (à plusieurs joueurs) du célèbre dilemme du prisonnier88. Au cours de leur expérimentation, Claudia Keser et Frans van Winden89 identifient plusieurs types de comportement : (i) les (très rares) contributeurs inconditionnels, (ii) les opportunistes qui ne contribuent jamais (environ un tiers des participants), et, enfin, plus majoritairement, (iii) les contributeurs conditionnels qui adaptent leur contribution en fonction du niveau moyen observé dans la période précédente. Les contributeurs conditionnels manifestent un comportement dit de « réciprocité » que les théories évolutionnistes ont identifié depuis longtemps90. Une rationalisation économique de ce comportement est ici envisageable dès lors que l’on suppose que le jeu est répété et que chaque joueur a intérêt à nourrir une réputation de joueur « coopérant » pour amener ses partenaires à coopérer eux-mêmes. En théorie des jeux, on peut ainsi définir une stratégie – celle du talion (« œil pour œil, dent pour dent »)91 – pour laquelle, sous certaines conditions92, l’équilibre de Nash de ce jeu répété (un nombre infini de périodes) conduit, à chaque période, à la coopération de tous les joueurs.

  • 93 Ernst Fehr et Simon Gächter, « Cooperation and Punishment in Public Good Experiments », American Ec (...)
  • 94 David Masclet et al., « Monetary and Nonmonetary Punishment in the Voluntary Contributions Mechanis (...)
  • 95 Simon Gächter et Ernst Fehr, « Collective action as a social exchange », Journal of Economic Behavi (...)
  • 96 Ernst Fehr et Simon Gächter, « Cooperation and Punishment… », art. cit.
  • 97 Ibid.
  • 98 David Masclet et al., « Monetary and Nonmonetary Punishment… », art. cit.

24Certains résultats expérimentaux ont cependant montré que l’effet de réputation, et le caractère stratégique de la décision, ne pouvait pas rendre compte de tous les types de comportements observés. Au-delà d’une réciprocité « conditionnelle », la prise de décision semble également dépendre des intentions ou des attentes des joueurs et est en correspondance avec les affects ou les émotions morales. En particulier, les travaux souvent cités de Ernst Fehr et Simon Gächter93 sur la mise en place d’une procédure de punition non stratégique, ainsi que ceux de David Masclet et ses collègues94 sur la désapprobation punitive, ou encore de Simon Gächter et Ernst Fehr95 sur l’approbation, illustrent ce point. Au cours de l’expérience d’Ernst Fehr et de Simon Gächter96, les joueurs ont la possibilité de punir (à leurs frais) ceux qui se sont montrés opportunistes à la période précédente. La punition est qualifiée de non stratégique lorsque chaque joueur sait qu’il est confronté à chaque tour de jeu à des partenaires différents déterminés de façon aléatoire. Si l’on comprend bien l’intérêt qu’il y a à punir un joueur avec lequel on va rejouer (pour l’inciter à changer son comportement), on saisit moins bien (sur le plan stratégique) quel est l’intérêt de punir (alors que c’est coûteux) un joueur avec lequel on ne rejouera pas. D’où l’idée défendue par les auteurs d’une « punition altruiste » qui bénéficie à autrui. Les résultats expérimentaux de Ernst Fehr et Simon Gächter97 démontrent la très grande efficacité de la « punition altruiste » sur le taux de coopération (le niveau de contribution correspondant à 60 % de la dotation individuelle contre 10 % seulement en l’absence du mécanisme de punition), que l’on retrouve également (mais dans une moindre mesure) lorsque la punition ne revêt plus une forme matérielle mais simplement écrite et morale98.

  • 99 Ibid.
  • 100 Ernst Fehr et Simon Gächter, « Fairness and Retaliation : The Economics of Reciprocity », Journal o (...)
  • 101 Simon Gächter et Ernst Fehr, « Collective action as a social exchange », art. cit.
  • 102 Robert Frank, Passions within reason : The Strategic role of emotions, New York, Norton, 1988.
  • 103 James Andreoni et Ragan Petrie, « Public goods experiment without confidentiality : a glimpse into (...)
  • 104 Simon Gächter et Ernst Fehr, « Collective action as a social exchange », art. cit.

25Dans ces expériences, le rôle des émotions morales, comme la culpabilité, la honte, la colère ou l’indignation, est souvent souligné. Dans le jeu du bien public, les « égoïstes purs » peuvent être l’objet d’une émotion morale comme c’est le cas dans le scénario de désapprobation99 : les joueurs qui ne contribuent pas ou peu perçoivent en effet que leur attitude est l’objet d’un jugement moral négatif de la part des autres membres du groupe. Dans les questionnaires post-expérimentaux100, les joueurs motivent la sanction par un ressentiment à l’égard de ceux qui ne respectent pas la norme. Simon Gächter et Ernst Fehr101 montrent que l’intensité des émotions du joueur est un indicateur de son jugement moral (de désapprobation ou d’approbation). Les joueurs opportunistes peuvent donc légitimement et stratégiquement interpréter cette désapprobation punitive comme un indice de représailles futures (qui se traduirait par une baisse des contributions des autres joueurs) et donc augmenter leur contribution pour l’éviter. Les émotions peuvent donc jouer un rôle stratégique en crédibilisant des menaces non monétaires. Elles sont cependant surtout à l’origine de motivations morales ou d’incitations sociales. La désapprobation a ainsi surtout la faculté de créer un sentiment de honte qui incite les opportunistes à accepter la norme de coopération suivie par le groupe102. Les effets de la honte sont d’autant plus efficaces que le profiteur décèle des indices fiables sur l’opinion des autres en ce qui le concerne et qu’il est lui-même facilement identifiable. C’est ici l’absence d’anonymat qui favorise les effets de la honte et donc la coopération. James Andreoni et Ragan Petrie103 suggèrent ainsi que l’identification photographique des joueurs dissuade les comportements de passager clandestin. Lorsqu’elle est associée à la divulgation d’une information sur les taux de contribution respectifs de chaque joueur du groupe, l’identification a dès lors une influence notable positive sur la contribution moyenne. L’émotion morale incite donc les opportunistes à rejoindre le groupe des contributeurs ; elle renforce également la conviction des coopérants inconditionnels en les fédérant. Le scénario d’approbation décrit par Simon Gächter et Ernst Fehr104 rend compte de cette logique et du rôle d’une émotion positive, la fierté.

  • 105 Eugene Kandel et Edward Lazear, « Peer Pressure and Partnership », Journal of Political Economy, vo (...)
  • 106 Heinz Holländer, « A Social Exchange Approach to Voluntary Cooperation », American Economic Review, (...)
  • 107 Matthew Rabin, « Incorporating Fairness into Game Theory and Econometrics », American Economic Revi (...)

26En économie comportementale, les émotions ont été intégrées formellement dans les préférences individuelles pour prendre en compte ces motivations morales ou ces incitations sociales. L’introduction des « sentiments moraux » a donné naissance aux nouveaux modèles de préférences hétérogènes et « non auto-centrées ». La culpabilité, la honte, mais aussi la sympathie (au sens de David Hume) ou l’envie, y jouent un rôle central. Dans les modèles d’équité distributionnelle, vus précédemment, l’aversion à l’iniquité peut être dérivée d’un paramètre exogène de honte ou culpabilité (lorsque je gagne davantage que mon partenaire). D’autres types de modèles introduisent les émotions de façon plus fondamentale pour tenir compte de la pression sociale impulsée par les pairs105 ou du rôle de l’approbation sociale106. Le modèle séminal le plus novateur est cependant celui de « l’équité intentionnelle » de Matthew Rabin107.

  • 108 Ibid.
  • 109 John Geanakoplos, David Pearce et Ennio Stachetti, « Psychological games and sequential rationality (...)
  • 110 Claude Meidinger, « Vertus artificielles et règles de justice chez Hume : une solution au dilemme d (...)
  • 111 Pour un traitement plus analytique, se reporter à Daniel Serra, « Sentiments moraux et économie exp (...)
  • 112 Claude Meidinger, « Vertus artificielles et règles de justice chez Hume », art. cit., p. 47. 
  • 113 Gary Charness et Martin Dufwenberg, « Promises and Partnership », Econometrica, vol. 74, n° 6, 2006 (...)

27Afin de formaliser cette conception de l’équité intentionnelle, Matthew Rabin108 modifie la théorie des jeux standard en faisant dépendre la fonction de gains des joueurs, non seulement de leurs actions, mais de leurs croyances. Le modèle s’inspire des premiers « jeux psychologiques »109 dans lesquels les utilités des joueurs dépendent en partie de considérations émotionnelles. Au centre du modèle se trouve l’idée de réciprocité positive ou négative qui dépend des intentions bien ou malveillantes de mon partenaire. Pour en saisir l’intuition, plaçons-nous, comme le fait Claude Meidinger110, dans le cas le plus simple du dilemme du prisonnier111. Supposons que les gains de chaque joueur soient égaux à 4 lorsqu’ils coopèrent tous les deux et à 1 s’ils font défection tous les deux. Lorsque l’un des deux coopère tandis que l’autre fait simultanément défection, ce dernier gagne 6 et le « dindon de la farce » (le coopérant) ne gagne rien. En théorie des jeux standard, un joueur rationnel a intérêt à faire défection quelle que soit la stratégie qu’il envisage pour l’autre joueur, l’équilibre en stratégies dominantes étant donc la défection des deux joueurs. Tout peut changer si l’on introduit le rôle des intentions et des croyances. Admettons que j’imagine être face à un joueur bienveillant. J’anticipe de sa part une attitude coopérative. Si je ne maximise que mon intérêt matériel, j’ai toujours intérêt à faire défection. Si, en revanche, je prends en compte, dans ma fonction d’utilité, le sentiment endogène positif (sympathie) associé à l’attitude (anticipée) de mon partenaire, ceci me conduit par réflexivité à porter un jugement moral sur les motifs de mes propres actions. Dès lors, il devient moralement coûteux de faire défection en face d’un joueur bienveillant et a contrario moralement bénéfique de coopérer avec celui-ci. Si les deux joueurs sont dans le même état d’esprit, un équilibre du jeu de Nash psychologique, en termes de croyances et d’actions, conduit à un équilibre de bienveillance réciproque dans lequel la coopération s’instaure. En revanche, dans le cas contraire, face à un individu que je crois malveillant (qui jouerait la défection), le raisonnement s’inverse et les considérations émotionnelles motivent un autre équilibre réciproque porté vers la défection simultanée. Le jeu du dilemme du prisonnier se transforme dans ce cas en un jeu de coordination (analogue au jeu de la « chasse au cerf ») possédant deux équilibres de Nash dont l’un, celui de coopération réciproque, domine strictement l’autre, celui de défection réciproque. On peut alors envisager, comme le propose Claude Meidinger, une « solution humienne »112 qui impliquerait qu’une communication crédible d’intention s’instaure entre les deux joueurs. Les résultats expérimentaux indiquent en effet que les joueurs qui anticipent que les autres vont coopérer (ou faire défection) ont tendance à coopérer (à faire défection) davantage eux-mêmes. Ici, les émotions jouent à nouveau un rôle en favorisant une communication verbale ou non verbale qui permet au joueur de signaler, via ses expressions émotionnelles, la nature de ses intentions. L’identification, le sourire ou la communication améliore ainsi la coopération dans le jeu du bien public en rendant plus transparentes les intentions des joueurs113.

  • 114 Matthew Rabin, « Incorporating Fairness… », art. cit.
  • 115 Pour une revue complète, voir Emmanuel Petit et Sébastien Rouillon, « La négociation : Les enseigne (...)
  • 116 Julio Rotemberg, « Minimally Acceptable Altruism and the Ultimatum Game », Journal of Economic Beha (...)
  • 117 Pierpaolo Battigalli et Martin Dufwenberg, « Dynamic psychological games », Journal of Economic The (...)
  • 118 Gary Charness et Martin Dufwenberg, « Promises and Partnership », art. cit.

28L’apport central du modèle de Matthew Rabin114 est d’avoir mis en évidence le caractère conditionnel de la prise de décision souligné par les différents résultats expérimentaux issus des jeux de négociation ou de coopération : dans tel type d’environnement, je choisis l’action C si « l’évènement » V s’avère être le cas. J’initie, par exemple, une coopération initiale si et seulement si j’anticipe que mon partenaire fera de même. L’intention joue ici un rôle crucial, mais pas seulement. L’ensemble V peut en effet désigner l’espace des actions anticipées mais, tout aussi bien, celui des attentes des joueurs, ou encore celui associé au contexte de la décision. Le rôle des attentes est crucial notamment dans la relation de négociation lorsque le pouvoir de décision entre les acteurs est asymétrique. Par exemple, dans un jeu où l’un des partenaires n’a aucun pouvoir de veto (et donc aucune décision à prendre), son opposant devrait être entièrement libre de toute contrainte morale. Les résultats expérimentaux du « jeu du dictateur » montrent cependant qu’il n’en est rien115. Une raison simple est que l’individu raisonne aussi par rapport aux attentes d’autrui et qu’il est sensible au contexte de la décision. L’autre joueur escompte-t-il une décision équitable ? Ma décision sera-t-elle connue publiquement ? Ces résultats ont conduit à intégrer les attentes des agents économiques dans les modèles comportementaux. Julio Rotemberg116 modélise ainsi, dans un jeu de l’ultimatum, un seuil minimal d’altruisme attendu de son partenaire en dessous duquel tout comportement excessivement opportuniste déclenche la réaction de rejet du joueur qui en subit les conséquences. Dans le même esprit, Pierpaolo Battigalli et Martin Dufwenberg117 ont construit, à la suite de Gary Charness et Martin Dufwenberg118, un modèle prometteur dans lequel l’aversion à la culpabilité naît du décalage entre ce que je pense que l’autre attend et ce que je suis prêt à lui concéder. L’émotion morale joue ici, aux côtés du processus de raison, un rôle moteur dans l’émergence d’un comportement pro social ou moral d’altruisme ou de coopération.

Conclusion

29En philosophie morale, le débat historique autour du rôle des passions a modifié sensiblement la façon dont sont appréhendés les comportements moraux individuels. En se démarquant d’une logique cartésienne ou kantienne, de nombreux philosophes ont remis au goût du jour une morale sensible et contextuelle reposant sur la pensée des écossais des Lumières, David Hume et Adam Smith.

  • 119 Gary Becker, Accounting for tastes, op. cit.
  • 120 William Neilson, « A theory of kindness, reluctance, and shame for social preferences », Games and (...)

30Dans l’analyse économique, une même logique semble avoir opéré. Aux côtés d’une économie kantienne, on trouve désormais une économie (morale) comportementale qui repose davantage sur le rôle de l’affect et des émotions morales. L’intérêt de ces modèles comportementaux est qu’ils dépassent la conception des émotions rigide et rationnelle de Gary Becker119. S’appuyant sur une théorie des émotions qui met en avant la dynamique des comportements et des valeurs ainsi que l’hétérogénéité des préférences, les modèles récents prennent en compte les intentions des acteurs, leurs attentes ainsi que les caractéristiques de l’environnement dans lequel s’effectue la décision. En se centrant sur la motivation qui préside à la prise de décision, ces modélisations constituent un apport substantiel à la théorie standard. Ils ouvrent la « boîte noire » du processus de choix en refusant de se limiter à la sphère des comportements observables. Pour autant, ces nouvelles modélisations montrent la difficulté qu’il y a à intégrer un concept aussi subtil que l’affect dans la théorie économique. Il n’existe pas actuellement de consensus sur la façon de modéliser les processus émotionnels et/ou les préférences morales. La question du rôle du contexte est en particulier cruciale. Abandonner l’hypothèse de stabilité des préférences, en supposant que celles-ci peuvent dépendre du contexte, pose ainsi des problèmes difficilement surmontables sur le plan formel120. Le raffinement de la théorie rend possible une meilleure analyse des motivations des décisions individuelles mais engendre un risque non négligeable d’éclatement des modèles comportementaux.

Top of page

Notes

1 Pour une analyse (et une défense) récente de la théorie du choix rationnel, voir Yulie Foka-Kavalieraki et Aristides Hatzis, « Rational After All : Toward an Improved Theory of Rationality in Economics », Revue de philosophie économique, vol. 12, 2011, p. 3-51.

2 Il y a en fait plusieurs façons de définir la forme d’égoïsme individuel caractéristique des écrits dans la théorie économique : on peut différencier l’égoïsme (tel que nous l’avons défini) du « non-altruisme faible » (interdépendance des fonctions d’utilité des individus), du « non-altruisme fort » (projection instrumentale des désirs) ou encore de « l’égocentrisme » (plus les désirs des agents portent sur leur avantage personnel, et non sur ceux d’autrui, plus ils sont forts). On peut cependant accepter l’idée générale que les économistes adoptent bien un « point de vue de sens commun quand ils affirment que toute action est provoquée par les désirs des agents », Philip Pettit, Penser en société. Essais de métaphysique sociale et de méthodologie, Paris, PUF, 2004, p. 47.

3 La théorie postule également, que les préférences et les croyances sont clairement indépendantes. Cela signifie, d’une part, que les individus ne modifient pas leurs préférences en fonction de la probabilité de survenance des évènements et, d’autre part, que leurs croyances ne peuvent changer la probabilité de ces états aléatoires.

4 Paul Samuelson, Foundations of economic analysis, Cambridge, Harvard University Press, 1947.

5 Robert Sugden, « Rational Choice : A Survey of Contributions from Economics and Philosophy », Economic Journal, vol. 101, 1991, p. 751-785.

6 Leonard Savage, The foundations of statistics, New York, Wiley, 1954.

7 Helena Lopes, « Utilité, normes et sentiments moraux. De leur incommensurabilité », Revue du MAUSS, n° 25, 2005, p. 404-427.

8 Gary Becker, Accounting for tastes, Cambridge, Harvard University Press, 1996.

9 Jon Elster, Alchemies of the mind : Rationality and the emotions, Cambridge, Cambridge University Press, 1999, questionne en effet la lecture de Gary Becker en imaginant qu’un individu rationnel doit être prêt à acheter une pilule « anti-culpabilité » si l’arbitrage coût/bénéfice l’y incite. Mais, précisément, le fait d’acheter la pilule consciemment engendre la culpabilité recherchée, ce qui démontre l’impossibilité ou l’incohérence d’un tel arbitrage.

10 Gary Becker, Accounting for tastes, op. cit.

11 George Stigler et Gary Becker, « De Gustibus Non Est Disputandum », American Economic Review, vol. 67, n° 2, 1977, p. 76-90.

12 Jon Elster, Le laboureur et ses enfants. Deux essais sur les limites de la rationalité, Paris, Éd. de Minuit, 1986, p. 149-150.

13 Amartya Sen, « Rational fools : A critique of the behavioural foundations of economic theory », Philosophy and Public Affairs, vol. 6, n° 4, 1977, p. 317-344.

14 Robert Frank, « If Homo Economicus Could Choose His Own Utility Function, Would He Want One With a Conscience ? », American Economic Review, vol. 77, 1987, p. 593-604.

15 Jon Elster, « Social Norms and Economic Theory », Journal of Economic Perspectives, vol. 3, n° 4, 1989, p. 99-117.

16 Alain Wolfesperger, « La modélisation économique de la rationalité axiologique. Des sentiments moraux aux mécanismes sociaux de la moralité », dans R. Boudon, P. Demeulenaere et R. Viale (dir.), L’explication des normes sociales, Paris, PUF, 2001, p. 63-92.

17 Emmanuel Kant, Métaphysique des mœurs, trad. J. et O. Masson, Paris, Gallimard, 1986.

18 Colin Camerer, Behavioral game theory, Princeton, Princeton University Press, 2003.

19 David Hume, Traité de la nature humaine, t. 2, Les passions, Paris, Flammarion, 1991.

20 Adam Smith, Théorie des sentiments moraux, Paris, PUF, 1999.

21 Vernon Smith, « The Two Faces of Adam Smith », Southern Economic Journal, vol. 65, n° 1, 1998, p. 2-19. Robert Sugden, « Beyond sympathy and empathy : Adam Smith’s concept of fellow-feeling », Economics and Philosophy, vol. 18, n° 1, 2002, p. 63-87.

22 René Descartes, Les passions de l’âme, Paris, Flammarion, 1998.

23 Emmanuel Kant, Métaphysique des mœurs, op. cit., p. 643.

24 Ibid., p. 388.

25 Charles Darwin, The expression of the emotion in man and animals, Chicago, University of Chicago Press, 1965.

26 William James, Principles of psychology, New York, Holt, Rinehart and Winston, 1890.

27 Théodule Ribot, la psychologie des sentiments, Paris, Alcan, 1930.

28 Robert Collingwood, The principles of art, Oxford, Oxford University Press, 1981.

29 Jean-Paul Sartre, Esquisse d’une théorie des émotions, Paris, Hermann, 1995.

30 Paul Ricoeur, Le Juste 2, Paris, L’Esprit, 2001.

31 George Lowenstein, « Out of control : Visceral influences on behaviour », Organizational Behavior and Human Decision Processes, vol. 65, n° 3, 1996, p. 272-292.

32 Joseph Ledoux, The emotional brain : The mysterious underpinnings of emotional life, New York, Simon and Schuster, 1996.

33 Antonio Damasio, L’erreur de Descartes : La raison des émotions, Paris, Odile Jacob, 1995.

34 On cite souvent le cas d’un patient, Eliot, affecté par un déficit émotionnel après avoir subi l’ablation d’une tumeur au cerveau, capable de réflexion et doté de capacités mnésiques normales, mais incapable de décider à bon escient, de gérer son temps ou d’exécuter des tâches en plusieurs étapes.

35 Antoine Bechara et al., « Deciding advantageously before knowing the advantageous strategy », Science, vol. 275, n° 5304, 1997, p. 1293-1295.

36 William James, Principles of psychology, op. cit.

37 Antonio Damasio, L’erreur de Descartes…, op. cit., p. 55.

38 En particulier, lorsqu’un marqueur somatique négatif est juxtaposé à un résultat prédictible particulier, il joue le rôle d’un signal d’alarme. Lorsque cette juxtaposition concerne un marqueur somatique positif, celui-ci devient au contraire un signal d’encouragement.

39 Antonio Damasio, Spinoza avait raison. Joie et tristesse, le cerveau des émotions, Paris, Odile Jacob, 2003.

40 Ronald de Souza, The rationality of emotions, Cambridge, MA, MIT Press, 1988.

41 Baruth Spinoza, Éthique, trad. de R. Misrahi, Paris, PUF, 1990.

42 Adam Smith, Théorie des sentiments moraux, op. cit.

43 David Hume, Traité de la nature humaine, op. cit.

44 Alfred Ayer, Langage, vérité et logique, Paris, Flammarion, 1956. Richard Hare, Moral Thinking : Its Level, Method, and Point, Oxford, Clarendon Press, 1981. Ronald de Souza, The rationality of emotions, op. cit. Allan Gibbard, Sagesse des choix, justesse des sentiments : une théorie du jugement normative, Paris, PUF, 1996. Joan Tronto, Un monde vulnérable, trad. H. Maury, Paris, La Découverte, 2009. Jon Elster, Alchemies of the mind…, op. cit. Christine Tappolet, Émotions et valeurs, Paris, PUF, 2000. Pierre Livet, Émotions et rationalité morale, Paris, PUF, 2002. Amartya Sen, L’idée de Justice, Paris, Flammarion, 2010.

45 Alfred Ayer, Langage, vérité et logique, op. cit.

46 Richard Hare, Moral Thinking…, op. cit.

47 Allan Gibbard, Sagesse des choix…, op. cit.

48 Christine Tappolet, Émotions et valeurs, op. cit.

49 Pierre Livet, Émotions et rationalité morale, op. cit.

50 Ibid.

51 Voir Christine Clavien, « Jugements moraux et motivation à la lumière des données empiriques », Studia Philosophica, n° 68, 2009, p. 179-206, et Florian Cova, qu’en pensez-vous ? Introduction à la philosophie expérimentale, Paris, Germina, 2011, pour des revues de la littérature récentes.

52 Jonathan Haidt, « the emotional dog and its rational tail : A social intuitionist approach to moral judgment », Psychological Review, vol. 108, 2001, p. 814-834.

53 Thalia Wheatley et Jonathan Haidt, « hypnotically induced disgust makes moral judgments more severe », Psychological Science, vol. 16, n° 10, 2005, p. 780-784.

54 Lawrence Kohlberg, The Philosophy of moral development, San Francisco, Harper and Row, 1981.

55 Joshua Green et al., « An fMRI investigation of emotional engagement in moral judgment », Science, vol. 293, 2001, p. 2105-2108.

56 Marc Hauser et al., « A dissociation between moral judgments and justifications », Mind and Language, vol. 22, n° 1, 2007, p. 1-21.

57 Joshua Green et al., « An fMRI… », art. cit.

58 Michael Koenigs et al., « Damage to the prefrontal Cortex Increases Utilitarian Moral Judgments », Nature, vol. 446, 2007, p. 908-1011.

59 Une autre possibilité, que nous n’abordons pas explicitement ici, résulte de l’influence des pairs, de l’identification au groupe et, plus généralement, du rôle que jouent les institutions dans les phénomènes de conformisme ou de formation des groupes (voir Emmanuel Petit, « L’apport de la psychologie sociale à l’analyse économique », Revue d’économie politique, vol. 121, n° 6, 2011, p. 797-837, pour une mise en perspective de l’utilisation par les économistes de ces concepts issus de la psychologie sociale).

60 Paul Samuelson, « The Pure Theory of Public Expenditures », Review of Economics and Statistics, vol. 36, n° 4, 1954, p. 387-389.

61 Jean-Jacques Laffont, « Macroeconomic Constraints, Economic Efficiency and Ethics : an Introduction to Kantian Economics », Economica, vol. 42, n° 168, 1975, p. 430-437.

62 Robert Sugden, « Rational Choice… », art. cit.

63 Kjell Brekke, Snorre Kverndokk et Karine Nyborg, « An economic model of moral motivation », Journal of Public Economics, vol. 87, 2003, p. 1967-1983.

64 Marc Bilodeau et Nicolas Gravel, « Voluntary provision of a public good and individual morality », Journal of Public Economics, vol. 88, 2004, p. 645-666.

65 Mark White, « Can homo economicus follow Kant’s categorical imperative ? », Journal of Socio-Economics, vol. 33, 2004, p. 89-106 ; « A Kantian Critique of Neoclassical Law and Economics », Review of Political Economy, vol. 18, 2006, p. 235-252 ; « Kantian Ethics and the Prisoner’s dilemma », Eastern Economic Journal, vol. 35, 2009, p. 137-143.

66 Emmanuel Kant, Métaphysique des mœurs, op. cit., p. 97.

67 Alain Wolfesperger, « Sur l’existence d’une solution kantienne du problème des biens publics », Revue économique, vol. 50, n° 4, 1999, p. 879-902.

68 Mark White, « Kantian Ethics and the Prisoner’s dilemma », art. cit.

69 Emmanuel Kant, Métaphysique des mœurs, op. cit.

70 Alain Wolfesperger, « La modélisation économique… », art. cit.

71 Voir, par exemple, l’analyse de Samuel Bowles, « Endogenous Preferences : The Cultural Consequences of Markets and other Economic Institutions », Journal of Economic Literature, vol. 36, 1998, p. 75-11.

72 Daniel Serra, « Sentiments moraux et économie expérimentale », dans P. Livet et A. Leroux (éd.), Leçons de philosophie économique, t. III, Science économique et philosophie des sciences, De Boeck Université, 2007.

73 James Andreoni, « Impure Altruism and Donations to Public Goods : a Theory of Warm-Glow Giving », Economic Journal, vol. 100, 1990, p. 464-477.

74 Ernst Fehr et Klaus Schmidt, « A Theory of Fairness, Competition, and Cooperation », Quarterly Journal of Economics, vol. 114, 1999, p. 817-868.

75 Gary Bolton et Axel Ockenfels, « ERC : A theory of equity, reciprocity and competition », American Economic Review, vol. 90, 2000, p. 166-193.

76 James Andreoni, « Impure Altruism and Donations to Public Goods… », art. cit.

77 Kjell Brekke et al., « An economic model of moral motivation », art. cit.

78 Mark White, « Can homo economicus… », art. cit.

79 Kjell Brekke et al., « An economic model of moral motivation », art. cit.

80 Mark White, « Can homo economicus… », art. cit., p. 99, notre traduction.

81 Kjell Brekke et al., « An economic model of moral motivation », art. cit.

82 Ernst Fehr et Klaus Schmidt, « A theory of Fairness, Competition, and Cooperation », art. cit. ; Gary Bolton et Axel Ockenfels, « ERC : A theory of equity, reciprocity and competition », art. cit.

83 Alain Wolfesperger, « La modélisation économique… », art. cit.

84 Mark White, « Can homo economicus… », art. cit.

85 Sally Blount, « When social outcomes aren’t fair : The effect of causal attributions on preferences », Organizational Behavior and Human Decision Processes, vol. 63, n° 2, 1995, p. 131-144.

86 Claudia Keser et Frans van Winden, « Conditional cooperation and voluntary contributions to public goods », Scandinavian Journal of Economics, vol. 102, 2000, p. 23-39.

87 Pour une revue, voir John Ledyard, « Publics Goods : A Survey of Experimental Research », dans J. Kagel et J. Roth (éd.), Handbook of experimental economics, Princeton, NJ, Princeton University Press, 1995.

88 Le jeu se joue avec n joueurs, chacun d’eux recevant une dotation initiale de Y jetons à chaque tour. Chaque joueur, i = 1, …, n, décide à chaque tour du montant de sa contribution à la cagnotte commune, gi. Les paiements du joueur sont : Wi = Y – gi + a ∑i ≠ j gj où a représente le rendement individuel marginal du bien public. Sur le plan théorique, la solution à ce dilemme privilégie les comportements opportunistes (gi = 0) au détriment des comportements coopératifs (gi = Y) pourtant favorables à la collectivité. La théorie standard prédit en effet que les individus cherchent à profiter du bien public tout en évitant, dans la mesure du possible, de participer à son financement : ils se comportent ainsi comme des « passagers clandestins ».

89 Claudia Keser et Frans van Winden, « Conditional cooperation… », art. cit.

90 Robert Trivers, « The evolution of reciprocal altruism », Quarterly Review of Biology, vol. 46, n° 1, 1971, p. 35-57. Robert Axelrod, The evolution of cooperation, New York, Basic Books, 1984.

91 Je coopère au tour actuel tant que l’autre joueur n’a pas dénoncé l’accord au tour précédent, sinon je dénonce l’accord de façon définitive.

92 Il faut en particulier que la préférence pour le présent des joueurs (représentée par le taux d’actualisation) soit suffisamment faible de façon à ce que la comparaison entre les gains présents (issus de la défection) soient compensés par les gains futurs associés à la coopération.

93 Ernst Fehr et Simon Gächter, « Cooperation and Punishment in Public Good Experiments », American Economic Review, vol. 90, n° 4, 2000, p. 980-994.

94 David Masclet et al., « Monetary and Nonmonetary Punishment in the Voluntary Contributions Mechanism », American Economic Review, vol. 93, n° 1, 2003, p. 366-380.

95 Simon Gächter et Ernst Fehr, « Collective action as a social exchange », Journal of Economic Behavior and Organization, vol. 39, n° 4, 1999, p. 341-369.

96 Ernst Fehr et Simon Gächter, « Cooperation and Punishment… », art. cit.

97 Ibid.

98 David Masclet et al., « Monetary and Nonmonetary Punishment… », art. cit.

99 Ibid.

100 Ernst Fehr et Simon Gächter, « Fairness and Retaliation : The Economics of Reciprocity », Journal of Economic Perspectives, vol. 14, 2000, p. 159-181.

101 Simon Gächter et Ernst Fehr, « Collective action as a social exchange », art. cit.

102 Robert Frank, Passions within reason : The Strategic role of emotions, New York, Norton, 1988.

103 James Andreoni et Ragan Petrie, « Public goods experiment without confidentiality : a glimpse into fund-raising », Journal of Public Economics, vol. 88, 2004, p. 1605-1623.

104 Simon Gächter et Ernst Fehr, « Collective action as a social exchange », art. cit.

105 Eugene Kandel et Edward Lazear, « Peer Pressure and Partnership », Journal of Political Economy, vol. 100, 1992, p. 801-817.

106 Heinz Holländer, « A Social Exchange Approach to Voluntary Cooperation », American Economic Review, vol. 80. 1990, p. 1157-1167.

107 Matthew Rabin, « Incorporating Fairness into Game Theory and Econometrics », American Economic Review, vol. 83, 1993, p. 1281-1302.

108 Ibid.

109 John Geanakoplos, David Pearce et Ennio Stachetti, « Psychological games and sequential rationality », Games and Economic Behavior, vol. 1, 1989, p. 60-79.

110 Claude Meidinger, « Vertus artificielles et règles de justice chez Hume : une solution au dilemme du prisonnier en termes de sentiments moraux », Revue de philosophie économique, vol. 1, 2000, p. 33-50.

111 Pour un traitement plus analytique, se reporter à Daniel Serra, « Sentiments moraux et économie expérimentale », art. cit.

112 Claude Meidinger, « Vertus artificielles et règles de justice chez Hume », art. cit., p. 47. 

113 Gary Charness et Martin Dufwenberg, « Promises and Partnership », Econometrica, vol. 74, n° 6, 2006, p. 1579-1601.

114 Matthew Rabin, « Incorporating Fairness… », art. cit.

115 Pour une revue complète, voir Emmanuel Petit et Sébastien Rouillon, « La négociation : Les enseignements du jeu du dictateur », Négociations, n° 14, 2010, p. 71-95.

116 Julio Rotemberg, « Minimally Acceptable Altruism and the Ultimatum Game », Journal of Economic Behavior and Organization, vol. 66, 2008, p. 457-476.

117 Pierpaolo Battigalli et Martin Dufwenberg, « Dynamic psychological games », Journal of Economic Theory, vol. 144, 2009, p. 1-35.

118 Gary Charness et Martin Dufwenberg, « Promises and Partnership », art. cit.

119 Gary Becker, Accounting for tastes, op. cit.

120 William Neilson, « A theory of kindness, reluctance, and shame for social preferences », Games and Economic Behavior, vol. 66, 2009, p. 394-403.

Top of page

References

Bibliographical reference

Emmanuel Petit, « Émotions, préférences morales et rationalité économique », Noesis, 20 | 2012, 255-281.

Electronic reference

Emmanuel Petit, « Émotions, préférences morales et rationalité économique », Noesis [Online], 20 | 2012, Online since 01 December 2014, connection on 19 January 2018. URL : http://journals.openedition.org/noesis/1837

Top of page

About the author

Emmanuel Petit

Emmanuel Petit est professeur de sciences économiques à l’université Montesquieu Bordeaux IV et chercheur au Groupe de recherches en économie théorique et appliquée (UMR CNRS 5113). Son travail de recherche s’inscrit dans une démarche interdisciplinaire à la frontière de la psychologie économique (http://ecopsycho.gretha.u-bordeaux4.fr/) et de la philosophie. Il a écrit plusieurs articles consacrés au rôle des affects et de la psychologie dans l’analyse économique. Il étudie récemment l’intérêt pour l’analyse économique de développer une approche humaniste autour de la théorie philosophique du care (« L’économie du comportement et la théorie du care : les enjeux d’une filiation », La revue du MAUSS, n° 41, mai-juin 2013).
Université de Bordeaux, GREThA, UMR CNRS 5113, Avenue Léon Duguit, 33608 Pessac. Courriel : emmanuel.petit@u-bordeaux4.fr ; Site Internet : http://ecopsycho. gretha.u-bordeaux4.fr

Top of page

Copyright

© Tous droits réservés

Top of page
  • Logo Revues électroniques de l’université de Nice
  • OpenEdition Journals