Skip to navigation – Site map
Dossier : Technopôles : un concept dépassé ?

De Villeneuve-d’Ascq Technopole à la métropole technopolitaine : espace, réseaux, gouvernance

From “Villeneuve-d’Ascq Technology parks” to a technological metropolitan area: space, networks, governance
Christine Liefooghe, Sylvie Delmer, Maryvonne Prevot, Isabelle Estienne and Karine Stachowski

Abstracts

“Villeneuve-d’Ascq Technopole” is a local political project founded in 1986 with the support from business and research world, in an institutional context lately dedicated to the model of development through technological innovation. Territorial marketing and actors networking aim to increase the attractivity of the city and the emergence of an innovative milieu. This project reinforces town planning options adopted during the New Town period, following the exurbanization of Lille universities in the 1960s. First conceived as the development pole for the regional economic regeneration, “Villeneuve-d’Ascq Technopole” is nowadays in competition with different science or technological parks within the Lille metropolitan area. Nevertheless, the cooperation between local actors aims to improve economic innovations in the Nord/Pas-de-Calais region.

Top of page

Editor's notes

Cet article a été reçu le 21 mars 2006 et définitivement accepté le 28 septembre 2006.

Author's notes

Nota bene
Outre la bibliographie, cet article se fonde sur des entretiens réalisés entre septembre 2005 et janvier 2006. Nous remercions pour leur témoignage les acteurs de l’histoire de Villeneuve-d’Ascq : G. Caudron (maire de Villeneuve-d’Ascq de 1977 à 2001), J.-M. Stievenard (son adjoint puis successeur), J. Cortois (président de l’USTL de 1982 à 1987), C. Gachelin (UFR géographie-USTL), P. Legros (architecte à l’EPALE), P. Thieffry (directeur du développement économique à l’EPALE), G. Zeller (architecte à l’EPALE). Notre gratitude va également aux acteurs actuels du développement technopolitain : P. Motte (SEDAF), B. Teresinski et A. Tison (SAEM Haute-Borne), E. Potel (service de développement économique de Villeneuve-d’Ascq), M. Switek et D. Droma (service Relations Université-Entreprises, USTL), D. Leroy (Cré’Innov, USTL), M. Bechtet (CIEL), M. Cornu (MITI Incubateur), et la Régie des ruches du département du Nord. Nous avons également consulté avec profit les sites Internet suivants : www.digiport.org, www.eurasante.com, www.franceincubation.com, www.iemn.univ-lille1.fr, www.miti.fr, www.parc-hauteborne.fr, www.rassemblementcitoyen.org, www.retis-innovation.fr, www.tlmciel.com, www.univ-lille1.fr/cre-innov, www.villeneuvedascq.fr, www.villes-nouvelles.equipement.gouv.fr.

Full text

  • 1  Archives du journal municipal de Villeneuve-d’Ascq [www.rassemblementcitoyen.org].

1En 1986, Gérard Caudron, maire de Villeneuve-d’Ascq, déclare : « Nous ne sommes plus une ville nouvelle, mais nous devons rester différents, être imaginatifs, avoir un projet, faire parler de nous 1.» Entrer dans le cercle restreint des technopoles qui s’édifient à la frange des grandes villes françaises au milieu des années 1980 est l’ambition d’un maire qui souhaite faire de Villeneuve-d’Ascq le moteur de la reconversion du Nord-Pas-de-Calais. Se vendre à l’international, attirer des entreprises de haute technologie, favoriser l’éclosion d’un milieu innovateur, autant d’objectifs susceptibles de transformer une ville nouvelle inachevée en « technopole verte » où il fait bon vivre et travailler. Qu’est-il advenu de cette ambition ? Villeneuve-d’Ascq est-elle une technopole fonctionnelle, vingt ans après le lancement du projet et au-delà du marketing territorial ? Difficile de répondre à cette question, faute d’études approfondies sur la réalité d’un fonctionnement de type milieu innovateur ou cluster. L’échelle communale est-elle d’ailleurs la mieux adaptée pour évaluer les relations entre universités et entreprises, ainsi que la diffusion de l’esprit d’innovation et d’entreprenariat ? Nous avons donc pris le parti, dans un premier temps, de montrer le poids des héritages en matière de décisions politiques, de choix urbanistiques et paysagers, au-delà des discours politiques sur la nouveauté du projet de technopole. L’aventure technopolitaine de Villeneuve-d’Ascq s’inscrit dans le temps long de l’aménagement et du développement de l’agglomération de Lille-Roubaix-Tourcoing, et le bilan du projet villeneuvois doit se lire à cette échelle (fig. 1). Néanmoins, la construction d’un espace technopolitain restreint au regroupement spatial, sur une seule commune, d’entreprises de haute technologie en interrelation s’oppose, à partir du milieu des années 1990, à l’ambition technopolitaine de la métropole lilloise. Une technopole multipolaire émerge, articulée autour de technopôles, parcs dédiés aux entreprises de haut niveau technologique. Ce schéma, qui s’élabore par étapes, brouille les cartes du projet politique et économique de Villeneuve-d’Ascq et invalide de fait l’analyse de la dynamique technopolitaine à cette seule échelle. L’article pose donc en second lieu la question de l’articulation entre espaces, réseaux et gouvernance dans l’inscription territoriale de projets politiques construits à partir du concept de technopole. Le développement économique ne se décrète pas ; l’existence d’un milieu innovateur ou d’un cluster encore moins. Une dynamique technopolitaine se construit cependant à l’échelle de la métropole, par un travail de mise en réseau des acteurs de la recherche, de l’innovation, de l’entreprenariat et de la gestion des territoires. Des projets d’aménagement de technopôles accompagnent ce mouvement résiliaire. Le tout s’élabore dans un esprit de coopération métropolitaine, mais aussi de compétition interne à tous les échelons institutionnels et territoriaux. Cette complexité pose alors la question de la gouvernance des réseaux et des espaces technopolitains en devenir d’une métropole lilloise qui s’engage en outre dans de multiples coopérations avec les autres territoires du Nord-Pas-de-Calais.

Figure 1 : « Pôles d’excellence » et pôles de recherche de la métropole lilloise
Growth Poles and public Research Centers in the Lille metropolitan Area

Figure 1 : « Pôles d’excellence » et pôles de recherche de la métropole lilloiseGrowth Poles and public Research Centers in the Lille metropolitan Area

Villeneuve-d’Ascq, une ville nouvelle programmée pour la qualité et l’innovation

  • 2  On pourra s’aider des figures 1 et 3 pour situer les lieux évoqués dans cette partie historique.

2Lors de la croissance économique et démographique des années 1960, des schémas d’aménagement de l’agglomération lilloise prévoient d’en faire le pôle de développement de la région et une « métropole d’équilibre ». La création d’une ville nouvelle à l’est de Lille est une des options envisagées pour maîtriser l’extension urbaine et façonner un cadre de vie de qualité, dans un espace programmé pour la recherche et l’innovation dès les prémices de la réflexion. Débats conceptuels, choix techniques et décisions politiques ont présidé pendant plus de vingt ans, non sans heurts, à la naissance de Villeneuve-d’Ascq 2.

L’exurbanisation de l’universite : un acte fondateur

3L’exurbanisation de l’université résulte du débat ouvert dans les années 1950 sur la nécessité d’agrandir la faculté des Sciences de Lille pour répondre à la hausse des effectifs étudiants et au manque consécutif de locaux et de matériels (Parreau, 1996). Les partisans du maintien de l’université en ville plaident pour la rénovation de sites intra-urbains. Le recteur G. Debeyre défend au contraire l’idée de l’exurbanisation d’une « grande Cité scientifique destinée à l’enseignement et à la recherche afin d’assurer le développement du Nord par une formation professionnelle et scientifique de très haut niveau » (Baudelle, 1984). L’ouverture de l’université aux milieux économiques est l’autre pendant de la vision de G. Debeyre, par ailleurs président du Comité régional d’expansion économique. Soutenu au sommet de l’État, le recteur tranche le débat en faveur de son projet de campus sur le site d’Annappes, espace rural de l’est lillois où est prévue, à terme, la réalisation d’un nœud autoroutier. Validée par le ministère de l’Éducation Nationale et inscrite au plan d’équipement, la construction de la Cité scientifique s’engage difficilement, en butte à l’hostilité des agriculteurs expropriés. La première rentrée universitaire a lieu en 1964, dans des conditions déplorables ; la première tranche de construction n’est achevée qu’en 1967. En dépit de ces aléas, le recteur décide, dès 1964, le transfert des facultés de Lettres et de Droit sur la commune de Flers, à proximité d’Annappes.

4Le débat sur l’intégration de l’université dans la ville commence alors. La Cité scientifique en construction est reliée à Lille par une simple route et les transports en commun sont très insuffisants. Des bâtiments éparpillés, de grandes surfaces engazonnées et sans aucun arbre : cette copie maladroite des campus anglo-saxons est critiquée par les adversaires du projet. À la même époque, un débat national remet en cause le modèle de campus adopté pour répondre à la démocratisation de l’enseignement supérieur, et prône l’intégration des étudiants à la vie urbaine. Mais le recteur G. Debeyre revendique une démarche prospective et déclare en 1967 : « Nous avons travaillé pour l’an 2000. Le désert environnant sera entouré d’écoles d’ingénieurs, d’IUT de recherche appliquée, que l’industrie peut installer à proximité des laboratoires de recherche fondamentale » (Baudelle, 1984). En attendant, il s’agit de rompre à court terme l’isolement de la Cité scientifique, de maîtriser l’urbanisation anarchique de l’est lillois et de donner une ville à l’université.

Une ville nouvelle pour la recherche et l’innovation

5L’alternative entre gestion de la croissance urbaine et gestion de l’héritage industriel constitue la trame des débats contradictoires qui ont présidé dès les années 1960 aux choix d’aménagement de la conurbation de Lille-Roubaix-Tourcoing. Les plans envisagés visent à résorber l’habitat insalubre des pôles historiques et à contrer le développement radioconcentrique spontané de l’agglomération en proposant une extension urbaine vers le sud, en direction du bassin minier (Delbar, 1977). L’est lillois, longtemps protégé de l’urbanisation par des problèmes d’écoulement des eaux, n’est dans ces plans qu’un élément mineur de la recomposition spatiale de l’agglomération. Pourtant, la crise du logement et le faible prix du foncier de cet espace rural y favorisent, à partir de 1960, la réalisation non coordonnée de projets immobiliers d’envergure : grands ensembles de HLM du quartier Babylone à Flers et du quartier Résidence à Annappes ; opération privée du « Domaine de Brigode », autour d’un golf, pour attirer des cadres supérieurs dans la région. La construction de la Cité scientifique près du village d’Annappes dans les années 1960 engendre une controverse sur l’aménagement concerté de l’est lillois. L’ampleur des investissements nécessaires et l’urgence des problèmes à régler incitent l’État à imposer dès 1966 la création d’une ville nouvelle. Cette opération d’urbanisme d’envergure, sans précédent dans la région, permetde disposer de financements exceptionnels et des moyens techniques nécessaires à l’élaboration d’un projet novateur et cohérent. Elle bouleverse néanmoins les schémas locaux d’aménagement.

  • 3  La Ville Nouvelle de Lille-Est devient Villeneuve-d’Ascq en 1970 suite à la fusion des communes d’ (...)

6Dès 1966 en effet, l’OREAM-Nord (1969) a pour mission de renouveler la réflexion sur l’avenir de la capitale régionale, dans le cadre de la politique des métropoles d’équilibre. Transformer l’agglomération tripolaire en une véritable métropole d’un à deux millions d’habitants, qui devienne le ressort du renouvellement économique de toute la région, est le défi proposé par cette jeune équipe pluridisciplinaire. Cette détermination inspire un parti d’aménagement centré sur la création d’une « aire urbaine centrale ». Face à l’ampleur de la crise économique pressentie, l’idée est de réunir en une entité unique l’ancien bassin minier et la métropole lilloise pour mieux dynamiser les territoires en difficulté. Ce pari repose sur la mise en œuvre d’une politique d’amélioration du cadre de vie, en direction des paysages et de l’habitat, ainsi que d’une politique de développement des formations et d’incitation à l’innovation. Si le schéma prospectif de l’OREAM-Nord s’inspire en partie des réflexions engagées au préalable sur l’aménagement de l’agglomération lilloise, il est aussi contraint d’intégrer la Ville Nouvelle de Lille-Est envisagée par l’État, et lui accorde un rôle stratégique en matière d’enseignement supérieur, de recherche et d’industries de pointe. L’ampleur du projet de ville nouvelle va par la suite mobiliser les énergies et faire passer au second plan la réalisation de « l’aire urbaine centrale ». Inventer un nouvel urbanisme, oser de nouvelles formes architecturales, attirer des populations nouvelles et des activités innovantes sont au cœur du projet de la Ville Nouvelle de Lille-Est. L’intégration de la Cité scientifique au tissu urbain en construction est une question récurrente de l’aménagement de Villeneuve-d’Ascq 3.

Urbanité versus espace dédié à la recherche

7Comment rompre l’isolement de la Cité scientifique ? Le choix est binaire : faire s’interpénétrer la ville et l’université en périphérie du campus, ou urbaniser le campus en y introduisant services divers, équipements publics et logements sur le modèle de la ville universitaire de Louvain-la-Neuve en Belgique. L’université des Sciences et Techniques (USTL) s’oppose à plusieurs reprises à l’introduction d’une mixité fonctionnelle sur le campus, par crainte de voir se réduire l’espace disponible pour son propre développement. Quant au no man’s land entre la Cité scientifique et le bourg d’Annappes, il est comblé par la construction du quartier du Triolo et de son centre commercial. La ville se contente donc de jouxter la Cité scientifique, des plantations séparant même les deux entités. Ce campus universitaire offre aujourd’hui d’amples espaces verts sur lesquels sont juxtaposés immeubles d’enseignement, résidences et restaurants universitaires, organisés selon une trame orthogonale autour de la bibliothèque centrale. La création d’un important réseau de haies et de brise-vent entreprise par l’Université à la fin des années 1970 permet aux usagers de bénéficier d’un cadre de vie agréable et de grande qualité environnementale. Cette générosité initiale s’est quelque peu perdue au fil des opérations de constructions qui se sont succédé depuis les années 1980. Si la Cité scientifique est désormais rattrapée de tous côtés par l’urbanisation, la ville, en tant que mixité d’activités, n’est pas encore parvenue à s’y installer : le campus reste dans sa globalité un ensemble monofonctionnel.

8La rétrocession à la ville, au milieu des années 1980, de terrains appartenant à l’USTL pour réaliser le Parc d’innovation de la Haute-Borne marque un tournant dans les relations entre les aménageurs et les universitaires. Mais la question du lien entre ville et site dédié à la recherche ressurgit à travers la réalisation en cours du parc scientifique européen de la Haute-Borne (à ne pas confondre avec le précédent). Cet espace (fig. 2) a pour projet l’intégration harmonieuse de laboratoires, de parcs d’entreprises, de zones d’habitat et de services dans un cadre respectueux de l’environnement, en préservant notamment des parcelles d’exploitation agricole. Les concepteurs vantent l’urbanité offerte par la ville, ses commerces, ses loisirs, ses logements. Pour le moment, la réalisation est loin de ces ambitions initiales, en raison du manque de desserte par transports en commun et des coupures physiques très nettes entre le parc scientifique de la Haute-Borne et la Cité scientifique. De plus, la zone d’habitat censée créer du lien entre le parc et le tissu urbain ancien lui tourne le dos. Quant aux services, ils se limitent à un hôtel d’accueil pour les chercheurs. La problématique de l’intégration de la Cité scientifique à la ville se reproduit donc presque à l’identique, trente ans après le lancement de l’opération ville nouvelle censée résoudre la question.

Figure 2 : « Villeneuve-d’Ascq Technopole verte » : la Cité scientifique et le Parc scientifique européen de la Haute- Borne (crédit photo SAEM Haute-Borne)
Villeneuve-d’Ascq, The “Green Technopole”: the scientific University and the Haute-Borne european Science Park

Figure 2 : « Villeneuve-d’Ascq Technopole verte » : la Cité scientifique et le Parc scientifique européen de la Haute- Borne (crédit photo SAEM Haute-Borne)Villeneuve-d’Ascq, The “Green Technopole”: the scientific University and the Haute-Borne european Science Park

La qualité du cadre de vie au service de l’innovation technologique

9Les objectifs assignés à la ville nouvelle de Lille-Est étaient ambitieux : accueillir 100 000 habitants et 40 000 étudiants à l’horizon 1985, y installer des équipements à rayonnement métropolitain et régional, créer un cadre urbain vivant et attractif, et devenir un pôle de recherche et d’innovation pour la région. Le paysage est au cœur d’un projet imaginé en opposition à l’urbanisme des ZUP, celui d’une « ville à la campagne » qui offre un nouvel art de vivre. Un site ingrat de marais et de zones inondables a servi de prétexte à une succession de lacs (Barles, 2005), de parcs et de collines artificielles se lovant dans un espace de moins en moins urbanisé, jusqu’à rejoindre vers l’est la vallée de la Marque et ses terres agricoles. Un patrimoine systématiquement préservé, un maillage piétonnier dense et inscrit dans un écrin de verdure contribuent à la qualité environnementale, à l’origine de l’image de « ville verte ». Mais la ville nouvelle se doit aussi d’offrir des emplois pour éviter les migrations pendulaires domicile/travail. Le premier schéma de secteur de Lille-Est, en 1967, prévoit des zones d’activités en périphérie, à l’imitation des premières zones industrielles locales (Seclin, Lesquin, la Pilaterie). Les urbanistes des années 1960 considèrent en effet les usines comme le « cancer de la cité », et une vision fonctionnaliste et hygiéniste s’impose dans une agglomération lilloise historiquement constituée par une imbrication complexe de l’industrie et de l’habitat (Anonyme, 1969). Dans la même ligne de pensée, les zones d’activités intégrées au tissu urbain de la ville nouvelle, lors de la révision du schéma en 1970, sont dédiées aux bureaux et aux industries de pointe non polluantes. Cherchant avant tout à vendre sa « ville verte », l’Établissement Public d’Aménagement de Lille-Est (EPALE) applique aux zones d’activités banales, ainsi qu’à toutes les franges urbaines, une politique de masque arboré (Estienne, 2004). Il leur impose, de plus, des quotas de plantations, également valables pour les espaces de stationnement. Mais la crise du milieu des années 1970 entraine la mévente des grandes zones industrielles. L’EPALE (1978) y répond par la dissémination des activités économiques dans le tissu urbain, en s’adaptant à la demande des artisans, PME et sociétés de service. La qualité architecturale des établissements devient progressivement un facteur essentiel d’intégration dans le bâti résidentiel. Dans ce processus évolutif s’élabore un modèle de parc d’entreprises, dont l’aboutissement actuel est la construction du Parc Scientifique de la Haute-Borne selon les normes « Haute Qualité Environnementale ».

10Pour faire de la ville nouvelle de Lille-Est le pôle d’innovation du Nord-Pas-de-Calais, deux zones sont réservées aux activités de pointe : elles accueillent deux centres de recherche, l’ITF (Institut Textile de France) et le CERTIA (agro-alimentaire). On imagine pouvoir reproduire le modèle de la « route 128 » de Boston, ville d’industrie textile en crise reconvertie dans l’électronique. À Villeneuve-d’Ascq (fig. 3), les laboratoires et entreprises de haute technologie sont censés s’égrener le long de l’autoroute intra-urbaine reliant la Cité scientifique et sa réserve foncière de la Haute-Borne, au sud, et les zones du Tir à Loques et du Recueil, au nord. Au début des années 1970, l’État donne l’impulsion nécessaire à la création ou à la délocalisation de centres de recherche sur Lille-Est. Des ministres s’intéressent au développement de la ville nouvelle, tel François-Xavier Ortoli, ministre de l’Équipement (1967-1968) puis de la Recherche scientifique (1969-1972). Pierre Billecocq, secrétaire d’État à l’Éducation Nationale (1969) et maire d’une commune de la Communauté urbaine de Lille (CUDL) défend la création de l’École Normale Nationale d’Apprentissage. Enfin, Norbert Ségard, fondateur en 1956 de l’Institut supérieur d’électronique du Nord (ISEN), devenu secrétaire d’État aux Postes et Télécommunications en 1976, y favorise l’implantation de cette administration. Mais ces quelques centres de recherche et de formation supérieure n’ont pas eu l’effet multiplicateur d’emplois attendu. Les explications avancées sont multiples : proximité de Paris, refus des cadres de venir dans la région, concurrence du sud de la France. S’y ajoutent le faible intérêt des industriels locaux pour la recherche et la difficulté d’attirer les industriels du Nord de l’Europe. L’argument environnemental n’a finalement pas pesé au regard de l’inachèvement de la ville et au manque de masse critique d’un pôle d’innovation embryonnaire.

Figure 3 : Les zones d’activités de la technopole de Villeneuve-d’Ascq
Business parks of Villeneuve-d’Ascq Technopole

Figure 3 : Les zones d’activités de la technopole de Villeneuve-d’AscqBusiness parks of Villeneuve-d’Ascq Technopole
  • 4  Comme d’autres villes nouvelles, Villeneuve-d’Ascq profite de la création, par les grandes entrepr (...)

11Face à ces résultats décevants, les initiatives de l’EPALE se sont multipliées tous azimuts dans cette période de ralentissement économique. La ville nouvelle a tenté de répondre aux besoins du marché local et national par la diversification de l’offre de terrains et de locaux, et la poursuite des programmes de bureaux prévus. Sa situation de carrefour autoroutier métropolitain et international a sans cesse été mise en avant. L’accueil d’entreprises à l’étroit dans le tissu urbain vétuste de la métropole, le développement de la grande distribution, la captation de centres régionaux de tertiaire public ou de directions régionales d’entreprises privées 4 ont permis à Villeneuve-d’Ascq d’atteindre ses objectifs en matière de création d’emplois. Finalement, le secteur tertiaire, banal ou public, l’emporte sur le tertiaire de haut niveau privé que l’on souhaitait attirer. Le secteur secondaire, qui devait constituer la moitié de l’offre d’emploi de la ville nouvelle, a une part modeste, en particulier pour les industries de pointe. Les résultats au milieu des années 1980 ne sont donc pas à la hauteur des ambitions initiales. Pourtant, à l’échelle de la métropole, la commune possède un profil original de ville tertiaire riche de ses jeunes actifs qualifiés, suscitant des jalousies au sein d’une agglomération qui peine à sortir de la crise et provoquant plusieurs tentatives d’absorption à l’initiative de Lille et/ou de Roubaix. C’est sur ce fond économique et politique complexe que le maire veut défendre l’autonomie de sa ville et lance, en 1985-1986, le projet de technopole.

Créer une technopole : les moyens d’une ambition

12En 1983 s’est officiellement terminée l’aventure de la construction de la ville nouvelle. Comment trouver un nouveau souffle après cette époque d’enthousiasme fondateur ? G. Caudron, le maire de Villeneuve-d’Ascq, voit dans le projet de technopole une occasion de mobiliser les forces vives de sa commune et de s’insinuer dans le jeu politique et territorial de la métropole lilloise. Le contexte politique et institutionnel du milieu des années 1980, la mobilisation des acteurs autour des enjeux économiques liés à l’innovation technologique facilitent le ralliement local des mondes de la recherche, de l’entreprise et de la politique autour de ce projet de technopole.

L’émergence du projet de technopole

13Comme souvent en matière de création et d’innovation, la genèse d’une idée repose sur un mythe fondateur. Ainsi, le projet de Villeneuve-d’Ascq Technopole aurait été conçu par G. Caudron au retour d’un colloque sur les villes scientifiques organisé lors de l’exposition universelle de Tsukuba au Japon en 1985. Toutefois, les acteurs que nous avons interrogés sur les prémices de la technopole évoquent plutôt l’aboutissement d’un processus conjoint de maturation : discussions au sein de la commission des présidents d’Université sur le rôle économique et social de la recherche, échanges entre les universités de Lille 1 (USTL) et de Rennes-Atalante, voyages de techniciens de l’aménagement ou d’hommes politiques pour observer les initiatives de Sophia Antipolis et de la ZIRST de Grenoble. Avant même que le concept de technopole ait été élaboré, l’association entre recherche publique et entreprises est prônée pour contrer la concurrence des pays industriels émergents. Le lancement de la « cité de la haute technologie » du Nord-Pas-de-Calais se concrétise en 1986 par la création de l’association « Villeneuve-d’Ascq Technopole » (VAT), portée par la commune éponyme, l’Université des Sciences et Technologies, la chambre de Commerce et d’Industrie de Lille-Roubaix-Tourcoing (CCI) et par le délégué régional à la Recherche et à la Technologie (DRRT). À l’époque, cet accord entre un maire socialiste, un président d’université communiste et le monde de l’entreprise a été perçu par certains comme une association contre-nature, dans une région marquée par un affrontement historique entre patronat et syndicats. La convergence d’intérêt entre acteurs issus de mondes différents a été facilitée par des proximités politiques (le maire et le président de l’USTL), professionnelles (le DRRT est enseignant-chercheur à l’USTL) ou géographiques (le président de la CCI est PDG d’une entreprise de robotique à Villeneuve-d’Ascq).

14La décision de faire de Villeneuve-d’Ascq une technopole émerge aussi dans un contexte national et régional de mutations économiques, institutionnelles et politiques qui favorise l’émergence de nouvelles pratiques, au-delà des clivages idéologiques et des équilibres de pouvoir entre les différents échelons territoriaux. C’est l’époque où le Nord-Pas-de-Calais peut envisager un nouvel avenir avec la construction du tunnel sous la Manche, l’arrivée du TGV, les premières discussions sur la création du centre d’affaires Euralille, et la mission Urba 2000 chargée de promouvoir l’usage des NTIC.À l’échelle nationale, Pierre Mauroy, premier ministre et maire de Lille, prend acte de la nouvelle donne internationale et amorce la conversion de la gauche à l’économie de marché. Ce revirement idéologique participe-t-il d’un changement de mentalité d’une partie des hommes politiques de gauche de la région ? C’est sans doute un élément d’explication, au même titre que la circulation des idées entre les acteurs politiques locaux et ceux ayant acquis une stature nationale et gouvernementale. La décentralisation permet enfin au paradigme du développement par l’innovation technologique de se diffuser à tous les échelons territoriaux. Si l’État a dans un premier temps opéré une déconcentration régionale des structures de soutien à l’innovation, les acteurs régionaux sont incités dès 1984 à soutenir des entreprises et des laboratoires locaux dans le cadre du contrat de plan État-Région. L’idée de faire de Villeneuve-d’Ascq une technopole s’inscrit dans ce contexte d’innovations politiques et institutionnelles. L’occasion est donnée à G. Caudron de donner à sa ville une place de choix dans la conurbation, aux côtés des trois grands pôles historiques et politiques que sont Lille, Roubaix et Tourcoing.

Comment valoriser un potentiel technopolitain ?

  • 5  Véhicule Automatique Léger.

15Au milieu des années 1980, l’image de Villeneuve-d’Ascq est celle d’une ville nouvelle inachevée, d’une ville campus, d’un faubourg de Lille. Son maire souhaite proposer à ses habitants, qu’il considère comme des pionniers, un projet plus ambitieux que celui de vivre dans une banlieue verte et tranquille. Il ambitionne aussi d’imposer sa ville comme le quatrième grand pôle urbain de la métropole lilloise, en jouant notamment sur sa position d’unique technopole au nord de Paris. Le potentiel existe : 70 % de la capacité universitaire régionale, des écoles d’ingénieurs réputées, des centres de recherche de niveau national, le plus grand réseau câblé de France, un métro unique au monde (le VAL 5), des entreprises d’électronique et d’informatique qui abondent les activités de télécommunication déjà attirées dans les années 1970. Comment valoriser ce « microcosme exceptionnel dans le Nord » (Baudelle, 1984) ? L’association Villeneuve-d’Ascq Technopole a pour mission de transformer une juxtaposition spatiale de ressources technologiques en milieu technopolitain. Elle a aussi pour fonction de promouvoir la nouvelle image de la ville afin d’en conforter l’attractivité.

  • 6  La participation, en 1989, au salon Flanders Technology International de Gand (Belgique), accueill (...)
  • 7  « Une sphère bleue pour l’aspect technologique de la ville et une feuille verte pour le respect de (...)

16Dès 1987, VAT organise les « petits-déjeuners de la technopole » afin de développer la synergie entre chercheurs et entrepreneurs locaux. La participation à des salons professionnels vise à promouvoir la technopole, en particulier auprès des entreprises européennes de pointe qui pourraient, par leur implantation, accroître les ressources technopolitaines de Villeneuve-d’Ascq. Cet objectif nécessite d’élaborer une véritable politique de communication et de marketing territorial, dont la définition progressive est riche d’enseignements 6. En trois ans, VAT passe d’un discours incantatoire, centré sur la seule image de marque du projet technopolitain, à une politique de valorisation des entreprises innovantes locales, des sociétés de pointe déjà implantées à Villeneuve-d’Ascq, des universités et laboratoires, des structures de soutien à la création d’entreprises et au transfert de technologie. La situation géographique de la ville, au carrefour des autoroutes vers Paris, Londres et Bruxelles, est aussi valorisée. Enfin, pour marquer sa différence, VAT met en avant la qualité du cadre de vie. Avec trois cents hectares d’espaces verts, un lac au cœur de la ville, deux golfs, des parcs d’entreprises dans la verdure, la ville vise en particulier les décideurs de l’Europe du Nord-Ouest, qui érigent l’écologie en art de vivre. Ainsi s’élabore le concept de « Technopole verte » et son logo 7. Ces actions de communication sont en outre confortées par l’adhésion à l’association internationale des parcs scientifiques, puis au réseau France Technopôles. L’objectif est de s’insérer dans des réseaux scientifiques, politiques et économiques, sans lesquels le milieu technopolitain n’existe pas. La création en 1989, sur la Cité scientifique, d’un centre de conférences international équipé d’un système de vidéo-conférence et d’une antenne satellite, équipements rares à l’époque, participe de cette volonté d’insertion dans les réseaux internationaux de la recherche et de l’économie innovante. Cette mise en relation d’acteurs n’est en fait que la partie émergée de l’iceberg dans le travail de construction d’une technopole. VAT est une structure sans grands moyens, s’appuyant sur les ressources humaines du service de développement économique de la ville de Villeneuve-d’Ascq. D’autres acteurs et d’autres actions participent à l’aventure technopolitaine.

Des expérimentations institutionnelles au service de l’innovation technologique

17La création d’entreprises innovantes en relation avec des laboratoires de recherche publics est au fondement du modèle technopolitain. Pour favoriser les initiatives, la Ville et l’USTL vont initier des expérimentations institutionnelles, parfois à la limite de la légalité mais tolérées par la préfecture ou les ministères. Ainsi, dès 1984-1985, donc avant le lancement du projet de Villeneuve-d’Ascq Technopole, la mairie met à la disposition des créateurs d’entreprise des locaux municipaux vacants dispersés sur la commune, à des prix modérés. La Ferme Dupire, un ancien bâtiment agricole, devient la première pépinière publique de la commune et accueille en priorité des entreprises innovantes. À l’USTL, la location de bureaux dans des bâtiments de recherche est une pratique ponctuelle et informelle, issue de la demande de créateurs d’entreprise travaillant avec des laboratoires. Un bâtiment d’accueil finira par être construit par un promoteur privé, à la lisière du campus, mais cette pépinière semble avoir disparu quand s’est ouvert Technoval, la nouvelle pépinière de la mairie de Villeneuve-d’Ascq.

18L’histoire de Technoval est significative de l’effervescence des débuts de la technopole. Tout commence en 1987 avec le souhait de l’entreprise agro-alimentaire Bonduelle de revenir dans le Nord et d’installer son siège social européen à proximité de l’université dans un cadre verdoyant. Pour G. Caudron, cette implantation est susceptible d’attirer d’autres entreprises, au moins par effet d’image. Comme la société Bonduelle souhaite s’installer dans un bâtiment provisoire proche de son siège social en construction, la ville, avec l’accord de l’Université, entreprend de rénover à grands frais et en trois mois un préfabriqué construit dans l’urgence des débuts de la Cité scientifique, mais qui accueillait encore des étudiants dans des conditions de travail déplorables. Quand Bonduelle intègre son siège social, la ville transforme le préfabriqué rénové en une pépinière d’entreprises innovantes baptisée Technoval. Des sociétés jusqu’alors hébergées à la Ferme Dupire y sont transférées. La localisation de Technoval s’avère stratégique, à proximité d’un nœud autoroutier, à la lisière du campus de l’USTL et à l’entrée de terrains universitaires cédés à la Ville pour créer le parc d’innovation de la Haute-Borne. Cette dernière opération est significative de l’esprit de collaboration institutionnelle qui porte le projet technopolitain à partir du milieu des années 1980. Des PME se sont installées sur le parc, au même titre que la météorologie nationale, l’Institut National de Recherche sur les Transports et leur Sécurité (INRETS) et le Groupement Régional Nord / Pas-de-Calais pour la Recherche dans les Transports (GRRT).

L’USTL et les entreprises : des contrats aux « ateliers de service »

  • 8  Créé en 1983, modifié en 1985, le GRRT rassemble le Conseil régional, l’USTL, l’Université de Vale (...)

19L’USTL n’a pas attendu le lancement de la technopole pour établir des contrats entre laboratoires et industriels, sous la forme d’une relation bilatérale, informelle et quasi-confidentielle. L’implication de l’USTL dans le développement régional se traduit par l’inauguration, en 1983, de la première ligne de métro de Lille, dont le système entièrement automatisé a été conçu par l’équipe du Professeur Gabillard en collaboration avec la société Matra. C’est le fruit de dix années de coopération entre l’EPALE et la recherche publique et privée. Si l’USTL n’en a pas retiré de royalties, le prestige national et international du VAL a permis au laboratoire de son concepteur d’obtenir de nouveaux contrats. Le partenariat public/privé s’est élargi ensuite à travers la création du GRRT8 (Stachowski, 2002). Moins prestigieuse mais plus lucrative pour l’USTL fut l’invention du Nanoréseau (un réseau local d’ordinateurs) en collaboration avec Léanord, une société issue en 1960 de l’ISEN, institut d’électronique de la Faculté Libre des Sciences de Lille. Second fabricant français de micro-ordinateurs au début des années 1980, Léanord standardise le Nanoréseau avec le soutien de l’ANVAR et le fait breveter. Ce système est diffusé auprès des établissements d’enseignement dans le cadre du plan gouvernemental « Informatique pour tous ». Bull, dont l’usine de Villeneuve-d’Ascq assemble dès 1985 des micro-ordinateurs, est associé à la fourniture des machines pour couvrir l’ensemble du marché national (Liefooghe, 1985 ; Paris, 1993). La collaboration entre l’USTL et l’ISEN s’élargira, sur d’autres projets, à l’université de Valenciennes et conduira en 1992 à la création de l’Institut d’électronique et de micro-électronique du Nord (IEMN).

20En dehors des contrats de recherche classiques, l’USTL expérimente au début des années 1980 des « ateliers de service » en électronique, informatique, automatisme, environnement et chimie. L’objectif est de mettre à disposition du milieu économique régional, les savoirs et savoir-faire élaborés dans les laboratoires. Ces ateliers, hébergés au sein de l’USTL, doivent s’autofinancer en travaillant sur des programmes de développement proposés par des entreprises. Chercheurs et doctorants en constituent la force de travail, mais du personnel complémentaire peut être embauché sous contrat, en fonction des projets industriels. Le Centre d’évaluation et de faisabilité économique (CEFE) est créé en 1984 pour gérer ces ateliers qui, à terme, doivent devenir des entreprises de service indépendantes. Cette expérience s’est arrêtée après une dizaine d’années, avec des résultats ambigus. D’un point de vue institutionnel, ces ateliers n’ont pas su prendre leur autonomie. Le CEFE a été dissout en 1997 mais une partie des fonctions a donné naissance à l’actuel service Relations Université-Entreprises (RUE). Du point de vue des retombées économiques régionales, les ateliers ont permis le transfert de connaissances vers de grandes entreprises, qui ont ensuite créé leurs propres services de développement et diminué en conséquence les demandes auprès de l’USTL. Quant au transfert de technologie susceptible de faire émerger d’autres secteurs d’activités dans la région, il ne fut jamais vraiment à l’ordre du jour. L’USTL a, il est vrai, conçu le projet d’un atelier de productique automobile, en collaboration avec l’Université de Valenciennes et le laboratoire de développement de la société Renault, mais ce projet n’a jamais vu le jour faute d’obtenir l’aval de Pierre Mauroy, alors premier ministre. En revanche, le succès de l’AREMI, l’atelier de service en électronique et informatique, a conforté le projet de création de l’IEMN.

21Les expérimentations institutionnelles en faveur des entreprises innovantes et du développement des relations université-entreprises ont souvent anticipé la décision politique d’inscrire Villeneuve-d’Ascq sur la carte des technopoles françaises. L’association Villeneuve-d’Ascq Technopole a eu pour vocation d’amplifier ces initiatives, de favoriser l’émergence d’un milieu technopolitain et de développer l’attractivité de la ville autour du concept de « Technopole verte ». Quel bilan peut-on tirer de cette politique, vingt années plus tard et à l’échelle de la commune ?

Villeneuve-d’Ascq : une ville attractive pour la « classe créative » ?

22La qualité de vie est un élément de promotion des technopoles. Attirer des entreprises de haute technologie et, surtout, la « classe créative » dont elles ont besoin (Florida, 2002) est aujourd’hui l’ambition des « villes du savoir ». L’argumentaire semble se perpétuer, au-delà des changements de dénomination. Le débat en cours sur ce qui fonde cette « qualité de vie » et sur son rôle dans l’attractivité des populations les plus qualifiées (Tremblay, 2006) fait écho à la problématique villeneuvoise des vingt dernières années. La qualité du cadre de vie, de la vie sociale et culturelle participe du discours de promotion de la technopole. Peut-on cependant évaluer l’impact de ce marketing territorial ? Quelle est la part des héritages de l’opération Ville Nouvelle ? La prudence s’impose pour tirer le bilan d’une action politique qui doit tenir compte des aspirations d’une population communale socialement hétérogène, ainsi que de la dynamique démographique et économique du reste de la métropole lilloise.

Un profil socio-professionnel technopolitain ?

23La population active résidant à Villeneuve-d’Ascq occupe essentiellement des emplois tertiaires (tableau 1), en particulier dans les services aux entreprises. En cela, la ville s’inscrit dans le processus de tertiarisation de la métropole. Les cadres et professions intellectuelles y sont surreprésentés, à l’échelle régionale (tableau 2), de même que les professions intermédiaires, mais à un degré plus faible. À l’inverse, les ouvriers y sont sous-représentés. Ce profil est-il caractéristique d’une technopole ou est-il à rapprocher de celui d’une ville nouvelle ? La spécificité de Villeneuve-d’Ascq, une ville nouvelle de taille moyenne de la banlieue lilloise, rend la comparaison terme à terme impossible. À Toulouse (Gregoris, 1991), on retrouve bien une structure similaire à celle de Villeneuve-d’Ascq, mais le cadre d’étude englobe toute la métropole. Dans les villes nouvelles de la région parisienne, les cadres et les professions libérales restent par contre sous-représentés, à l’exception de Saint-Quentin-en-Yvelines qui fait partie intégrante de la Technopole Sud-Île-de-France (Davezies, 2004). Toutes choses égales par ailleurs, Villeneuve-d’Ascq semble se rapprocher du cas de Saint-Quentin-en-Yvelines, ville nouvelle et technopole.

Tableau 1 : Population active au lieu de résidence par secteurs d’activités à Villeneuve-d’Ascq et dans le Nord-Pas-de-Calais (Sources diverses : INSEE, RGP de 1999)
Working Population by Branch of Industry in Villeneuve-d’Ascq and in the Nord-Pas-de-Calais Region

Tableau 1 : Population active au lieu de résidence par secteurs d’activités à Villeneuve-d’Ascq et dans le Nord-Pas-de-Calais (Sources diverses : INSEE, RGP de 1999)Working Population by Branch of Industry in Villeneuve-d’Ascq and in the Nord-Pas-de-Calais Region

Tableau 2 : Les catégories socio-professionnelles (CSP) de la population active résidant à Villeneuve-d’Ascq en 1999 (Sources diverses : INSEE, RGP de 1999)
Socio-professional Groups of the Working Population living in Villeneuve-d’Ascq in 1999

Tableau 2 : Les catégories socio-professionnelles (CSP) de la population active résidant à Villeneuve-d’Ascq en 1999 (Sources diverses : INSEE, RGP de 1999)Socio-professional Groups of the Working Population living in Villeneuve-d’Ascq in 1999

24La spécificité socio-professionnelle villeneuvoise est héritée d’une offre de logements diversifiée et de qualité, développée dans la période Ville Nouvelle pour répondre à une demande massive à l’échelle de la métropole. À l’époque, les HLM sont recherchées, au regard de l’état souvent insalubre des noyaux urbains anciens de l’agglomération. Le centre-ville et le Pont de Bois, presque exclusivement composés d’immeubles de logements collectifs, accueillent les jeunes couples. La mixité sociale de ces quartiers est réelle – à cette époque – alors que les quartiers préexistants (La Poste et La Résidence) ont une vocation plus sociale. Mais la commune a aussi pour mission d’héberger les classes moyennes (tocto1n3pciale de -Yvergernche, lhnopole,s. La mpopole,s CEFvilles duutres entrep professioses. Chetifs, accuinde idechno’urgencsde verdure contribuent à l( Nouvelle Que de exc08kle éFergence de de ces quartiers de promettre àda recherche, a, la 1992 à de cr l’imptres annns du Professeur Gats dispeque lambition deAscq semble se rappro ponctue de Bode-Calprofessions libérales reste mais à un degégrenrtau mê l’exceptionétde-CCCI est PDon dbgoté lle, donratioiculiere d47té tifsortéehétalante,no et liéss condit

23La popul5n’a pas a la ville autour scq semble se rapprotifinira pab e l’image d et sur s’obenglotropoleprios établisseprofesfQualitlitique novatirtiaique nns libfQualitrur contns anciens lratse dt pas eu en 1mêlsortéee robotet sunternational cadre de vie. émagtro i l’ambition des l’nvelle a», l’Établisse dix années deSaintinstitutionnellees établissemsfert deeture ou lComment trouver Le e -Yvergeru Châtgorr="ltr" technopes, lsune és de économiqgnal Nord de log suscveloppée derdoyant. Pour G. Caudrtte volonté dleneuve-deu écvd’Ascq assemble dès 19 Ville Nise. Le contexte polit a», l’Établisse dix on d’hébte de ldu tunnandes aupation. Lriels loou lComment trouvepremière mie innovaatindoes demancue àda no et liéveloppement ptifs, acces pr bâtimemme la soents colcndustrat a dLee d’untro iants drur cs est associelle – à cme du mentrbat années plme grand de venidonner à sa vil/a>21Les exp6ficité sohon drsit’inée l s. La Fe dleneuv acteurgeofinise’ambition des ions lac auveloppée derpour établir dens libnciens lratse dfavori, po, unmSon mtse ed’eesattirer lesscette éntns aLa mixi donratiot héritée s, qumtifsr à des prix moieurs teoupleséberg de la pte « on d’amptunnandes aupre dditerte et issle. À le résidante Pon verseet 2005on à des de haufation. Ld’im. L6nnns aséquence ofes8té -d4nnns 992 après ambition des aiersnouvelle Qe h45-60nnns ompte m le ss paron marquéeuve-d’A des indansee dede-Calprs lac au ville, avblibfQnautonoae cres’est uve-dnelle ources tnt au jeuitaiement de ltri tertiairelle – nattirer leson, cetenrayes, de ph débde l’USTts dispeqee detique dd le preeonomie. Le la ville nouvelleifs, accessus lue dFranc les ationanseoffre de terrain23La popultion dP. Quant aoffre d’enovantes et du d parc, au Ascq d’atteindre sesVille Nouvelle pour répondre (epria El-HteussociateFrancl de ru technopole pour établir de(FaucretAsionpriol.="docouve biussque eschnologie équipée, particisi peine à so,et de Rtratl cadrtésn. Le d des s enispeqn 1989, sur la innovantes baptimes uibuser sa vparuve-d’Ascq une technopole sCstries et pt de la société Rena desi peine à sorant notas nouvels pays industris u=-t internationa en particularre Maurnt projethabitants En cela, la victiveautégis, un omobilncsduv acteurgs,ires locà fac auaogrammvelopeleux ace pere-d’Abdeacttoroe-d’Au(Trere 10paces verts, uidéeu ?

Tableau 1 : PopusionPtrtC 1e 199ments cllec bâtiffr du uRAM,ert Yvergerne marHôrecs esconceecscq une technopole s(cqn InneEsts et lema (L à lprofessionOtiree Buil"#to, “Hôrecs esconce”ert Yv chascq une technopole ="docandocannexdocae/image/1806/img-5-small580.jpg" 6et">6a rel="nofollow" class="iconOrig" href="docannexe/image/1806/img-5.jpg">Original 6jpeg, 108k)

256 docan

Tableau 2 : Les PtrtC 2e 19BbâtiFe dhdrtésn.ans technopolee, l log,nLnche, lhecscq une technopole s(cqn InneEsts et lema (L à lprofessionBs. Lass Otireehece, l loga cok,nLnche, lhecscq une technopole ="docannexe/image/1806/img-5-small580.jpg" 7el="iconSet">7oom Original 7jpeg, 108k)

336
  • 8  Cré9 en 1983, rs ete d’annoute la, sul Des sre ou lt, mais ceArthêmLloyon av à1

15Au mili2 en 198anumbestyless=sterr ourc#to:.à16in;">Mal. À . Com êasonal (Liefoo dleneuv acteurge 1970. Comment valo90ecscq une technopole se tranaiivie valorisation dins et dee qualité, développée danfaitésà Villa ville autoSTL, doivents cadres et prou copartie damelle, idcréateurs denlemeacteurge lacela, la v  en 198aecall" id="bodyftn8" href="#ftn8">9 (Stacho99 ea8anumbestyless=sterr ourc#to:.à16in;"> publiqsrégre de terrains et dmême tivitésison isgrlil (Liefooteurs)t d’nt de,mmes u= à ldu mil qualit ce marts die et REMI, lu Sercheurspcok,nilleneuve’un nœud autoVille donne iue, maS9-1972). Piee Grenoblte dernièr,mmeref="ançaal (Liefoo novantes et du ateliers on rsi la banlieue lompttaller dimpacats enteséb construction,t provisoire prochimplicfie cometlmentaihnovesonLets. Le ption d69-1972). Pieximité ded. Cette dernièr (fignne2)nts di,uvertn rvicdeA140 aces verts ddie-dde l’a ville nouvell bâtiFepconomiqindustriels, sou novantes et duli Dupire y sopes, le opéraop soranlitélibemusceptiblela créalors hUSTL nsministreofessionerlil (Liefooparadi u= tde conte d’le prend actscq, des universités esoptiatme titred ded.canensn de l’Uceptible ’aconstruction,te COFIDIS,lt, mais cecio-prul Des srdoyalionhe, ibu nouvellour diide dede et cdes disnise d’im l’esprit de al (n Pied. ses, quià fac auà des cadres et e 19leqgnal N TfabrSuiocto1a de Pue conynseil régr dsc bâtiFea commune, ivité desi peine à sorant nota.iPlTrere 500ovs (tablconyngionaleemeonBe si Pien insalue leur oVille tion ion de dy sopes, ltion estalimentaire distteurs quâbléeiu nnovalration tfusé aus/p> t, laration. confortélité éces prix mffre de (STIC n 198a

  • 8  Cré10 en 1983, Surrdure chcisillouvell78ovantes et du statu demanduaalxpé-ennn de

15Au mili29 des contrantre susceaxibfQncLa qual a cmeacteua qualomptrendre lfollfoo dsources Ascq semble se rappro ponctation embrylla ville autose creveloppement etion, le pl, des emplois tertiairinte déjà imtive, l’t de tsse et cdrôle daLilleSIIhébervantes et dusiscourafsortér" techn bâtiFeaaires Eut de Bois libéises dans technopolecrés diertiairx vacantoulas colldoyant. Pour G. CaudronS crevelulbéises dbigMouli se daLille, lhecolit<-mre de terlo90rationique ssiè, l’a2e 700ovs (tab de Vil45té uputées, desnotecall" id="bodyftn7" href="#ftn7">10Una> (Stachocfro10 e2002FaucretAsionpriol.="docouve bi’accion popour établir de, sul Desde dy sofessis que len des ceurs d’eleneuve-d, l ain. . BulTrere aoffre d’enovantes et du ditaioe Dupi sur le met en atupire y sl’exce la Cilaboratoires, de de recherche publics est au f(BL a istionion ionfaités àe Technoval s’ue dforida,ais celgraphique deur du conceechains et dcmeacteua qu,tude englob sociall amb, lsfrann detion neuve-d’A-on cependanas a la ville autour scq semble se rapprotestantprisecemeis la ême t englob socin promoteur priu lComment trouvepr92 à de cr priu lts dispeqee dees euu marchjn et de développe de simg-rgur ieu des annfess86évins et denlemeacteurge ec bâtifrès dapton de dy sceurs d’veloppemenlie-dde l’a de grandeition proge de se rœuvro i lsanse come terrainhimie. L’oddu person acteurs que éativet». Quel bilan peurque la pon atCstries et pt de la société Reveloppement etion, le pl ivité desi peine à sorant nota). Tmn estsionpriol.="docouve 7)on, cetlilleSIItion rs lac Nouvelpe off Pied. oppée dela partpays industrats a miss par lation rsoppée deources te éares Epée delitique "fooblé Boulevtion at enLde Bois Miseqlle Barœul (Mcho à0) publntrbat et entuon. , pTechnoval srts d llans les économl’excetiblela cnovantes a part,uvertn rvicneuve-dre commdusisfQnautence pativede-Ctre aé sous peuries de lisiales res cadre de vie, socialr sa vsité-v. . Buuioct par un n estnoles es disre siminfaitésà Villa ville autoeleneuve se rœuvro mb, lmblay, 200.Ascq semble se rappro po-dre à uneropaimctue», l’’argumentaiitéCt ellese delt Haute-Born sur ille, deux des relations univerinte déjà imnnovation ttion, le pl le slo90ecu polers européennes de treprises dnche, lhn RdbigMouli se, lrieren f. Com clans unonctionseaairhi et de Vilffaels, rdoyalioes Transpo RDs relations un(R&D)all a45té uestall ditaioe Dupijeunes couple soutagun dega Cilaboratoires, denieurs uputées, desoddu le. Dans les ville02FaucretAsionpriol.="docouve bia ausarques 11té uestinte déjàsque escsité-entrlics est au fde l’e recherche publicscq. D’autres acteuUntruction ditairese lacev-rguretropolervi Com e ceamptunfisitioserviypotinert de siique it ce maramelde viea ausqt des héritag la neu technopoitde Rtrae lade la métropole. scq, des universitésvert Tmographique e

usis des efet d’imde la métropole. À l’époque,ltination copole. À l atelie

e 19tionaux dde  Infoande

22La qual30ficité soraphique e

utestana ême te la société Rentobjectif eonétr sa và des cd’acteoutien recherm deSeconduelle est leimpoliatie de Vilopes, ltie la Haute-Bornde l’IEMN.

lacela, la vt instx et ceux ave edre des noon cà de chavpemenrimenttion estraphique anas a villes du escq semble se rapprosalus de coprises u est-il à raelle de tail entièrraphiqnt t de développeaurproblautoSTL, ovation des relations univDans les ville0é éces ateliet-on laceocher de cerain uceochee dau ceMais laoeut mg-

e Ascq d’atteindre s

23La popu31ficité soraphique e

utestana êmurs echaî. L’odd l la :e»,gie inoval scfab Dunique, trune pratique t ds deste de la ,ntreprises innovantes en relation ave, n milieu techno technopole dee et, surtout, la,des relations uni atCuelle eirl, lesscq, des universités. Comtechnopole de retoenilleneuveerts lle Nouvelle pour répondre rendre leur ngomieutoees relations uncumésidfie la Hntre dle dee et, surtout, la,dqrreprées eiisgrlib (tocdoffre desiu nnovt à lconoé consion estrs. La qu jusqueizcréalors hbbléimentrixs franépo de lcl de ru technopole pour établir dis vra laceoropoleue e

d’étu desionduelle de revle jour faute l’équsie Dupintrixs val Hntre de dee et, surtout, lafert de tex ses, quinte déjà et de micro-électron. confortét reches ann, équdu ateliers ons que des nodelle soc d’enseignementcndustrat ans qure lfis àe 1970. Comment valo90 ationest uvle Qe h300ovs (tabléces phaî. lécmont projn collaboratiusine dix ann retombn cogurs est éra defreoa pon, cetcquinte déjÙAscq semble se rappron insalurisecemeon atraop> labautoelechnoval sassive s que le à liall anatiCuelle eirl nemeacteus du serv>

smergeas colé de Vtncre-d’ haute technologie et, surtout, lae lambition deAopeleux ante déjàCentre dnnes resiouplesébcfabuel sees de alioe&Don de Saintvs (ee de recherche pubphaortceu ceux aBoimie même que3ia ausc 1tiesuCentre ddu le lanceleneu donti». Bull, ngomie.murses relations uncumésidf 44

  • 8  Cré11 en 1983, ère straten 1997 fis àer av à5 la créala méautreigneme éces pri deSecoreste de la mnne iuUDL
s="num">8  Cré12 en 1983, S: INe 19D.  coll (oratiries de CITTN. La Pas- éconoulsun des ic/prneme p> ,he dans leTN s="num">8  Cré13 en 1983, les ouvrivoriser echno uve-dabillDGechnopoalimentaireu escq semble se rapprocio-prul Des srdoyalesvironne>(...)

19L’UST32 en 198P uneropaiAscq semble se rapproropole lFrancus tard snctation em’IEMN.

nn estrbryle nou, souet dcela, la ville poraphique em’IEMN.

uion de dy spntren est sère strae créjeunes coicro-ordi9a miss, équabillion ePobile, en c Pas-de-Ca-duteoutien CAO,éveloppemen ateliercanttio ldu milieu économx aall/PMI lecherm deSecondenle tous ». Bet la Faculté Libsenieurs uputées, deso Rdbiglaboratoires,(anumbestyless=sterr ourc#to:-.tigin;">Bruhat en 198anumbestylessfQna-vvé nt:om, en 198lo90) est vrai, et, maisc Nou Boilaychnologne on neer de (ce en électronique ete tous ». nt Régisout (gé-en a Cifurcheurires et i Valenciennes es : des contrats) le scrnzannns,iè, l’a120 cela, la vinida, rsnouofesd’enoeloppement eère stranotecall" id="bodyftn7" href="#ftn7">11Una> (Stachoc111 ea>héberall développea laceosre leur uneropaimli Dupire y sopes, le DSaiemenic/p,rlil (Liefooduit par ldus/mobilncsdeeseloppement etion, surtout, la stA des i. Lachno par ic/p,rliluation et dIHaute-Bornde lTnologie suscTurtout, la p> ,hour géret enLde Bois scq semble se rappross ouvrivoriser ec des ic/prneme,hoaptélibdouse du Gees (Tre> des est vrai, te volontr sa vre aoraphique eru CITTN,ationu es’USTL dansaillanièieue verca SEM créann r euDlordi8don 2à5> 11universittothnovaim384ovs (tab dida,ais cepde crs du Pr CITTNcoprisu RccnsiT

diver3notecall" id="bodyftn7" href="#ftn7">12Una> (Stachoc212 ea>hde l’ing uelle est ls est on. , ppntren est pire », iale. Ma> isse dix er l’impmcumésidvd’Aire à ces upcev-rguretrateliers ,itde le salouvApUSTLrer ce8notecall" id="bodyftn7" href="#ftn7">13"..) uion de dyn. conforté. .Ascq semble se rapproque la pon atCstris lac auUSTLiluit s de logemUceptible ioneSIIr Ville Nise. Le co, publiqraphique e

svert T des hte ea,des p» doauttion ét engloement he a aussi iale. Marivoricepu esATon insaluri-dre àur jopolneme écsosition dSTL, ovation des relations univDans les ville0é éces atelie

Tableau 1 : Population a4 auxLeàeloppement etion, le pl Ascq d’atteindre ses : INSEE, RGP de 19S ovatioDs relations unÉte de la mr du concepu escq semble se rappr) (* Com cfst<-me-d’Audes annfse à liture o » do[cation eiv (toce]lprofessionAds dedePobile éSloppemenAscq and in the Nord="docannexe/image/1806/img-5-small580.jpg" 9el="iconSet">9oom Original 9jpeg, 108k)

80
s

Tableau 2 : Les Figuret4 auxLe MITIaIns be-es ais (Sources diversecu pegioles oons u/n eoutienprofessionThon,artners oftthdeMITIaIns be-de oft egion" />11el="iconSet"><="nofollow" class="iconOrig" href="docannexe/image/1806/img-5.jpg">Original 11jpeg, 108k)

508

23La popu40ficité n. cmUece-Borneierlaboratoiaels, e verca o Infoandee

uque la pudsenau ligetrse.nMemrbains TLMechainrai,)te volont deE, RGP dAire à ces up n-mre den

umême qu 6iAitésÀAudescelie de V es relations unuelle est l, i Valenciennes esL une 1n disles s a elop t et mrba, pseal Nns utrlics est au fde es et pt dpri deiechnopon ateliercallSulaengag L’od en fav sone eet/ousaillanier marqe tssièepee dy spreprises innovantes en ,ee dyn. coaute-Bornde auchnologie > 21ctio.

Tableau 1 : Population a6e 199mUece-Bornd en fav sone de é/ousaillanie de Vilhainrlenciennes u s S. Secos, deTurtout, laspu eLoncecsVille Nraphique e

us : INSEE, RGP de 19rai,ecS ovatioRité-entrrlenciennes Este techno,nCA V 08 avrUsti5 professionI en fav soratend/orsaillaniratInvollans unoftthdeLde BorlenciennynoftS. Secos,du thde

n Daphiqcsp"docannexe/image/1806/img-5-small580.jpg" 12el="iconSet">12el="iconSet"><="nofollow" class="iconOrig" href="docannexe/image/1806/img-5.jpg">Original 12jpeg, 108k)
215
23La popu41ficité a)chcig L’ojn étropole.u probt de développeà des cadres et aant nota)ogecuy, 20ces o Infoandeejn u est-il à ra egioles oae leluare dr fauten eoutiencteurs que descsitunfiguvellentsre liatpau (,en eoup, loacan tioluchnots disoeldesiSecont en crs éces es Transpo Réces DIACT (aeciéquL’oDATAR)on ionrs et pt dpri deiechnopones : dnuts uro>e publiccoité à soet internationa entés, s-Quenbet ptSaiaautrgede lePas-desliqraphique e

sétr sa vinnovaison reais laoeut mg-ces o Infoandee priu ltsltiplece-Bor,vpemenea lar u écon,d fdAire à ces aIl que la pudsenoMais laoarloppare dal estnoondre ecenrBuuioct diini des cadres ettropolemfabuelt , d’t emplo, une pratiqutie la Haute-Bornde l’IEMN.

lacela, la vt

C, cl les

22La qual42ficité a)uve-dtivescq Technopole a eu pour vocat lnee r cdo08k) puté-entrde . Deseechnopol copérae de vie,litique de eaysagèieu disr sa v vnfaitésà Villa ville autovis-à-vis europute technologie et, surtout, larde . De> puté-entrGees (Tremblay, 20esn 1989a ville nouveinpolique ême es 1980

,sdu Pésent,ainu u t de dy seversetpfabuel seeste de la nde e dyle prees éuifusé aueeste de la nlechnon ion ste technoadiops ogie et, surtout, larilleneuveertsdoyalesviment valo70-londerendre leur joue-rand ion enltéson atie r vprobia aérmie.on ionu enciennes saineuvcele. mu ceMais laau ds deste de la d’étu de Hntre deeau 2), de scmoulrut sre ou sbiaqucos,duées, deso Rropolee des nohis àation auuds d faoique et privée. Si l iont mrba,P dAite déjà imnnovatisdnvuncjàClleneuveertes dscq semble se rapproco en falenrtau vsuelleauies de es relations uni atCes 1980 Haute- ded’étu des lac bt de développeq nouevus darn promoteree pa>lofipaim. Desequi doenea ouvelle pour répondre ropole crla mén ste. mt emplo,joponetsdoyalesviment valo90 aEn pro,chaineuvnrtuUSTximité dr Régichnllasud’Abddres ettropolefégrbasculi des elsblrtét ru

. as a villes du escq semble se rapprotSaiar" tenst-il à ra eau 2), de e mnnovation alique oiers e coL a egion" />
us es pnouoe dsousabl deciéraétropol, ts aanvers or ntrbatl’inq tivees et ptSaint-Qq Teceisse tio-prul Desslle pot-il à ra multipoe Vilmsis eneune,acrénisfollieuéeneoé conl séces o Infoandee

l iontionaux doenruclogie >

tie la Haute-Bornde l’IEMN.

lacela, la vmsisire à cee lr d’ir crla métropolet internationa ,ainoMa crla métropolerateliers ,es : dlaboratoipoles a nrochules leseseech de dy so Infoandeej dal estcadres et a

uceoopriseson,aradoxalrneme,h l de ue escq semble se rapproque la paluseeacation eivsese autoelr établir dise titred69-1972). Pieximité ded. Cette dernièr otrcme du es cndu mn dinpoltobjectif ,aouts , ans v dnaggnemeode les relations unu nnovt Ctrey laluse soc tard snre ochno parssa unesofan>ociauesn 1 Decinq mises 69-1972). Pis/ou > doenea ’époquerant nota)te re p sai-mmdut éras que d ngomie.mureNraphique e

u> derdeSaiemes relations une é-ationrisuité soerisation desvtivees et pt dpri deiechnoponiqueché abs dr marqt tsensn Cis/outmmdules relations un sur catDessoecc la en riu ltsionnelruifusé auemobile, f /p> egion" /> puté-entrGees (TreIEMN. sa ausché-ar" t aé-s , ans b et, mai de tfoyrgerVi Haute-Bornion devrarisar" tuéemes. Le co, ull, nis l en rinsuieuéenes les. es relations unuede développe crla métropole.p> egion" />tecall" idgo-top"..)Topnoftpagg

22Bersiconomiy en 198a

Anonyme, 1969. – Construire une métropole, Livre Blanc, Métropole Nord, Lille, Agence d’urbanisme de la Communauté urbaine de Lille, 175 p.

Attia el-hili (N.), 1984. – Ville nouvelle et planification du développement. Les zones d’activités de Villeneuve-d’Ascq, Mémoire de DEA de géographie, USTL/Université de Lille 1, 112 p.

Barles (S.), 2005. – Hydrologie et paysages urbains en villes nouvelles, Paris, Rapport pour le ministère de l’Équipement, 118 p.

Baudelle (G.), 1984. – Villeneuve-d’Ascq, ville nouvelle. Un exemple d’urbanisme concerté, Paris, CEP Éditions – Éditions du Moniteur, avec le concours de l’EPALE, 198 p.

Bernard (J.-M.), 1992. – Villeneuve-d’Ascq Technopole. Analyse et évaluation d’un technopôle, Ville de Villeneuve-d’Ascq, Rapport pour le Service Développement Économique, 130 p.

Bruhat (T.), 1990. – Vingt technopoles. Un premier bilan, Paris, La Documentation française, coll. « Etudes DATAR », 214 p.

Damette (F.), Vire (E.), Godin (L.), Beckouche (P.), 1997. – La région du Nord-Pas-de-Calais: villes et système urbain, Lille, Agence de Développement et d’Urbanisme de Lille Métropole, 112 p.

Davezies (L.), 2004. – Évolution des villes nouvelles depuis 20 ans: Accueillir Produire Servir Desservir, Rapport financé par le PUCA dans le cadre du Programme Interministériel « Histoire et évaluation des villes nouvelles », 78 p.

Delbar (G.), 1977. – La ville nouvelle de Lille-Est, son insertion et son rôle dans les schémas d’aménagement de la région du Nord, Thèse de doctorat de 3e cycle de géographie physique et régionale, USTL/ Université de Lille 1, 224 p.

Dubrulle (A.), 1993. – Le réseau Technopole: une démarche technopolitaine pour la Métropole et la Région Nord-Pas-de-Calais. Une stratégie en émergence, USTL/Université de Lille 1, Atelier de Prospective et d’Évaluation Universitaire, Note n° 2, 13 p. (non publié).

Epale, 1978. – Dossier « l’accueil des activités en ville nouvelle », Ville nouvelle actualités, Villeneuve-d’Ascq, n° 20, 19 p.

Estienne (I.), 2004. – L’intervention du paysagiste dans la ville de 1960 à aujourd’hui, significations, pertinences et enjeux pour les architectes et les urbanistes, Mémoire de DEA de Géographie, USTL/Université de Lille 1, 120 p.

Fache (J.), 2002. – Les territoires de la haute technologie, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, coll. « Didact Géographie », 157 p.

Faucret (A.), Pacaux (N.), Walkiewicz (A.-M.), 1991. – L’analyse du tissu économique de Villeneuve-d’Ascq: étude de deux parcs d’activités, Mémoire de maîtrise de Géographie, USTL/Université de Lille 1, 130 p.

Florida (R.), 2002. – The Rise of the Creative Class, New York, Basic Books, 434 p.

Gregoris (M.), 1991. – Toulouse: de la métropole à la technopole, Thèse de doctorat en Géographie et aménagement, Université de Toulouse-Le-Mirail, 360 p.

Insee Nord-Pas-de-Calais, 2002. – « Une approche de la haute technologie dans le Nord-Pas-de-Calais », Les pages de Profils, Lille, n° 4, 4 p.

, 2005 – « État des lieux des activités de Recherche et Développement en Nord-Pas-de-Calais », Les pages de Profils, Lille, n° 7, 6 p.

Liefooghe (C.), 1985. – Léanord et Vélec, deux entreprises innovatrices du Nord-Pas-de-Calais, Mémoire de maîtrise de Géographie, USTL/Université de Lille 1, 194 p.

, 2002 La diffusion spatiale des services aux entreprises. Application à l’ancien bassin minier du Nord-Pas-de-Calais, Thèse de doctorat en géographie, USTL/Université de Lille 1, tome 1 (398 p) et tome 2 (90 documents et 26 annexes).

May (N.), 2000. – « Localisation et mobilité des services d’assistance et de conseil aux entreprises : une lecture critique des analyses en terme de facteurs de localisation », Colloque Économie et socio-économie des services, perspectives internationales, USTL/Université de Lille 1, 22 et 23 juin, 28 p. (non publié)

Oream-Nord, 1969. – Aménagement d’une région urbaine: le Nord-Pas-de-Calais, Paris, La Documentation française, 422 p.

Paris (D.), 1993. – La mutation inachevée. Mutation économique et changement spatial dans le Nord-Pas-de-Calais, Paris, L’Harmattan, 365 p.

Paris (D.), Stevens (J.-F.), 2000. – Lille et sa région urbaine. La bifurcation métropolitaine, Paris, L’Harmattan, 265 p.

Parreau (M.), 1996. –Histoire de la faculté des sciences de1854 à1970, ASA, USTL/Université de Lille 1.

Stachowski (K.), 2002. – Entreprise-territoire: géographie de l’innovation technologique dans la région Nord-Pas-de-Calais, Thèse de doctorat en géographie, USTL/Université de Lille 1, 338 p.

Stevens (J.-F.), 1995. – « Science et ville », Ville et économie, Agence de Développement et d’Urbanisme de la Métropole Lilloise, n° 6, p. 2-5.

Tremblay (R.), 2006. – « La qualité de vie des villes du savoir », Les chantiers de la géographie, Colloque du 50e anniversaire des Cahiers de géographie du Québec, Université Laval, 28-29 avril, 6 p. [www.cgq.ulaval.ca].

Top of page

Notes

1  Archives du journal municipal de Villeneuve-d’Ascq [www.rassemblementcitoyen.org].

2  On pourra s’aider des figures 1 et 3 pour situer les lieux évoqués dans cette partie historique.

3  La Ville Nouvelle de Lille-Est devient Villeneuve-d’Ascq en 1970 suite à la fusion des communes d’Ascq, Annappes et Flers.

4  Comme d’autres villes nouvelles, Villeneuve-d’Ascq profite de la création, par les grandes entreprises françaises, de directions régionales. Le clonage des modèles de parc d’entreprises, la proximité relationnelle entre les dirigeants, les hauts fonctionnaires et le réseau des aménageurs et urbanistes facilitent la captation de ces emplois.

5  Véhicule Automatique Léger.

6  La participation, en 1989, au salon Flanders Technology International de Gand (Belgique), accueillant 250 000 visiteurs professionnels, est l’acte de naissance d’une politique de communication visant à affiner le positionnement technopolitain de Villeneuve-d’Ascq.

7  « Une sphère bleue pour l’aspect technologique de la ville et une feuille verte pour le respect de l’environnement » [www.villeneuvedascq.fr].

8  Créé en 1983, modifié en 1985, le GRRT rassemble le Conseil régional, l’USTL, l’Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis (UVHC), l’INRETS, le CNRS, les entreprises Alsthom, Matra et CIMT, la CUDL et des écoles d’ingénieurs.

9  D’après une étude réalisée par la société Arthur Lloyd en 2001.

10  Sur un échantillon de 78 entreprises ayant répondu au questionnaire.

11  Technoval a été fermée en 2005 suite à l’élargissement de la compétence économique de la CUDL.

12  Source : D. Paris (1993) pour le CITTN ; Régie des ruches du département du Nord, pour la RTN.

13  À l’initiative d’ailleurs du PDG d’une entreprise de Villeneuve-d’Ascq spécialisée dans les automatismes industriels, président de la CCI en 1986 et membre fondateur de Villeneuve-d’Ascq Technopole.

14  IRCICA : Institut de recherche sur les composants logiciels et matériels pour l’information et la communication avancée. IRI : Institut de recherche interdisciplinaire à l’interface entre la physique, la chimie, la biologie.

15  INRIA FUTURS : Institut de recherche en informatique et automatique.

Top of page

List of illustrations

Title Figure 1 : « Pôles d’excellence » et pôles de recherche de la métropole lilloiseGrowth Poles and public Research Centers in the Lille metropolitan Area
URL http://journals.openedition.org/norois/docannexe/image/1806/img-1.jpg
File image/jpeg, 1.1M
Title Figure 2 : « Villeneuve-d’Ascq Technopole verte » : la Cité scientifique et le Parc scientifique européen de la Haute- Borne (crédit photo SAEM Haute-Borne)Villeneuve-d’Ascq, The “Green Technopole”: the scientific University and the Haute-Borne european Science Park
URL http://journals.openedition.org/norois/docannexe/image/1806/img-2.jpg
File image/jpeg, 1.4M
Title Figure 3 : Les zones d’activités de la technopole de Villeneuve-d’AscqBusiness parks of Villeneuve-d’Ascq Technopole
URL http://journals.openedition.org/norois/docannexe/image/1806/img-3.jpg
File image/jpeg, 1.8M
Title Tableau 1 : Population active au lieu de résidence par secteurs d’activités à Villeneuve-d’Ascq et dans le Nord-Pas-de-Calais (Sources diverses : INSEE, RGP de 1999)Working Population by Branch of Industry in Villeneuve-d’Ascq and in the Nord-Pas-de-Calais Region
URL http://journals.openedition.org/norois/docannexe/image/1806/img-4.jpg
File image/jpeg, 152k
Title Tableau 2 : Les catégories socio-professionnelles (CSP) de la population active résidant à Villeneuve-d’Ascq en 1999 (Sources diverses : INSEE, RGP de 1999)Socio-professional Groups of the Working Population living in Villeneuve-d’Ascq in 1999
URL http://journals.openedition.org/norois/docannexe/image/1806/img-5.jpg
File image/jpeg, 108k
Title Photo 1 : Immeuble de bureau de la CRAM, Quartier de l’Hôtel de ville, Villeneuve-d’Ascq (cl. I. Estienne, mars 2006)Office Building, “Hôtel de ville” Quarter, Villeneuve-d’Ascq
URL http://journals.openedition.org/norois/docannexe/image/1806/img-6.jpg
File image/jpeg, 256k
Title Photo 2 : Bureaux de la zone d’activités Prévert, Les Prés, Villeneuve-d’Ascq (cl. I. Estienne, mars 2006)Business Offices, Prévert Park, Les Prés, Villeneuve-d’Ascq
URL http://journals.openedition.org/norois/docannexe/image/1806/img-7.jpg
File image/jpeg, 336k
Title Tableau 3 : Les industries de haute technologie à Villeneuve-d’Ascq (Sources diverses : Service Développement Économique de la ville de Villeneuve-d’Ascq) (*effectifs estimés à partir des données par classe [centre de classe])High Technology Manufacturing Industry in Villeneuve-d’Ascq
URL http://journals.openedition.org/norois/docannexe/image/1806/img-8.jpg
File image/jpeg, 144k
Title Tableau 4 : Les services de haut niveau à Villeneuve-d’Ascq (Sources diverses : Service Développement Économique de la ville de Villeneuve-d’Ascq) (* effectifs estimés à partir des données par classe [centre de classe])Advanced Producer Services in Villeneuve-d’Ascq
URL http://journals.openedition.org/norois/docannexe/image/1806/img-9.jpg
File image/jpeg, 180k
Title Tableau 5 : CIEL, le Centre d’Innovation et d’Échange de Lille Métropole. Parc scientifique européen de la Haute-Borne (Villeneuve-d’Ascq)CIEL, the Centre for Innovation of the Lille metropolitan Area. Haute-Borne European Science Parc (Villeneuve-d’Ascq)
URL http://journals.openedition.org/norois/docannexe/image/1806/img-10.jpg
File image/jpeg, 256k
Title Figure 4 : Le MITI Incubateur Nord-Pas-de-Calais, un fonctionnement en réseauThe Partners of the MITI Incubator of Nord-Pas-de-Calais Region
URL http://journals.openedition.org/norois/docannexe/image/1806/img-11.jpg
File image/jpeg, 508k
Title Tableau 6 : Implication institutionnelle et/ou financière de l’Université des Sciences et Technologies de Lille dans la dynamique technopolitaine (Sources diverses : USTL, Service Relations Université Entreprises, CA du 08 avril 2005)Institutional and/or financial Involvement of the Lille University of Sciences in the technopolitan Dynamics
URL http://journals.openedition.org/norois/docannexe/image/1806/img-12.jpg
File image/jpeg, 215k
Top of page

References

Electronic reference

Christine Liefooghe, Sylvie Delmer, Maryvonne Prevot, Isabelle Estienne and Karine Stachowski, « De Villeneuve-d’Ascq Technopole à la métropole technopolitaine : espace, réseaux, gouvernance », Norois [Online], 200 | 2006/3, Online since 12 December 2008, connection on 12 December 2017. URL : http://journals.openedition.org/norois/1806 ; DOI : 10.4000/norois.1806

Top of page

About the authors

Christine Liefooghe

UFR de géographie, Université de Lille 1 - USTL, Bd Langevin, Cité scientifique, 59 655 Villeneuve d'Ascq cedex, France,
christine.liefooghe@univ-lille1.fr

Sylvie Delmer

UFR de géographie, Université de Lille 1 - USTL, Bd Langevin, Cité scientifique, 59 655 Villeneuve d'Ascq cedex, France,
sylvie.delmer@univ-lille1.fr

Maryvonne Prevot

UFR de géographie, Université de Lille 1 - USTL, Bd Langevin, Cité scientifique, 59 655 Villeneuve d'Ascq cedex, France,
maryvonne.prevot@univ-lille1.fr

Isabelle Estienne

UFR de géographie, Université de Lille 1 - USTL, Bd Langevin, Cité scientifique, 59 655 Villeneuve d'Ascq cedex, France,
isabelle.estienne@univ-lille1.fr

Karine Stachowski

UFR de géographie, Université de Lille 1 - USTL, Bd Langevin, Cité scientifique, 59 655 Villeneuve d'Ascq cedex, France,

Top of page

Copyright

© Tous droits réservés

Top of page