Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Trois articles présentés dans ce numéro de Norois abordent la question de l’habitat à Nantes et Recife (Brésil). Ils sont issus d’un accord de coopération interuniversitaire entre deux établissements : l’université de Nantes, plus précisément l’équipe de recherche d’ESO-Nantes (UMR 6590), et l’universidade federale de Pernambuco (UFPE) de Recife, à travers son département d’architecture et d’urbanisme. Cette collaboration a été formalisée par un accord CAPES-COFECUB intitulé « Gestion urbaine et inégalités socio-spatiales ». Dans chacune des trois contributions, la confrontation des différentes formes de discours, ainsi que l’examen attentif de certaines réalités font ressortir une figure, celle du décalage ou du paradoxe.

2Parmi ces trois articles, deux rendent compte d’une tendance de plus en plus affirmée dans la structuration de l’offre immobilière, à savoir la multiplication des dispositifs de fermeture et de contrôle des accès à l’échelle des ensembles résidentiels.

3François Madoré et Fanny Vuaillat observent ainsi comment les logiques sécuritaires participent de la construction d’un argumentaire légitimant la multiplication des dispositifs de fermeture de l’espace résidentiel en France. Ils confrontent les discours de seize promoteurs français et de vingt habitants de deux résidences closes et sécurisées de l’agglomération nantaise, révélant un certain décalage entre ces deux registres discursifs.

4Fanny Vuaillat, dans une deuxième contribution, recueille et analyse les discours d’une dizaine de résidants d’un country club des environs de Recife, le Clube de Campo Alvorada. Au-delà de la redondance des discours autour du lieu rêvé, celui-ci étant incarné par la sensation de vivre au contact de la nature dans un univers protégé socialement et à l’écart d’une ville perçue comme insécure, l’étude pointe également un décalage entre ce rêve d’habiter et les déceptions du quotidien.

5Quant au troisième article, celui d’Isabelle Garat, il s’intéresse aux transformations sociodémographiques des espaces centraux des villes, sous l’effet des dynamiques immobilières générées par l’activité des promoteurs, en prenant l’exemple de Nantes. De nouveau, un décalage peut être pointé, entre d’un côté le discours des élus locaux et, de l’autre, les effets générés par ces constructions. En effet, si celles-ci ont contribué quelque peu à l’apaisement des tensions sur le marché immobilier local, elles n’ont permis ni un ralentissement de l’étalement urbain, ni une progression de la mixité fonctionnelle et sociodémographique, bien au contraire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Madoré, « Introduction », Norois, 212 | 2009, 7.

Référence électronique

François Madoré, « Introduction », Norois [En ligne], 212 | 2009/3, mis en ligne le 01 décembre 2009, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/norois/2910

Haut de page

Auteur

François Madoré

CESTAN – ESO UMR 6590 CNRS, Université de Nantes, Chemin de la Censive-du-Tertre, BP 81227 – 44 312 Nantes cedex 3, France,
francois.madore@univ-nantes.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page