Navigation – Plan du site
Varia

L’interrelation complexe entre signes de qualité et environnement en France

The complex interaction between quality label and environment in France
Maud Hirczak
p. 75-88

Résumés

Cet article analyse les interrelations entre signes de qualité et environnement. Il s’intéresse plus précisément à la place de l’environnement dans la définition de la qualité et à la construction de cette interrelation aux différentes échelles spatiales et temporelles. La mise en parallèle des temporalités d’émergence de la qualité et des préoccupations agro-environnementales montre la prise en compte croissante du milieu naturel dans la politique de qualité. Mais les différences sont nombreuses selon le type de qualité (générique/spécifique), les signes et les filières. L’exemple des AOC laitières et viticoles met en évidence la complexité et le décalage qui existent entre les trajectoires de qualité et d’environnement. Au final, cet état des lieux du lien signes qualité/environnement permet d’en apprécier les réalités, les facteurs de blocage et les perspectives.

Haut de page

Texte intégral

1Dans un contexte international marqué par « la crise » et des attentes sociétales fortes en matière de durabilité, l’environnement tient une place de choix au cœur des débats politico-économiques. Mobilisé comme instrument de différenciation et de conquête de nouveaux marchés par bon nombre de secteurs, il est devenu quasi-incontournable, particulièrement en agriculture. Que ce soit au niveau mondial, européen ou national, le contexte joue en faveur d’une « environnementalisation » accrue des produits. Aussi, que l’agriculture soit « conventionnelle » ou « de qualité », les procédés de production plus respectueux de l’environnement se multiplient pour suivre cette tendance.

  • 1 Pris au sens large comme « un ensemble d’éléments, de biens naturels, en interaction et interdépend (...)
  • 2 D’un point de vue méthodologique, cet article s’appuie à la fois sur l’analyse de textes réglementa (...)

2C’est cette question de la qualité, qu’elle soit générique (faisant appel à des standards) ou spécifique (localisée et non reproductible), et de son lien à l’environnement1 qui nous intéresse plus particulièrement ici. Nous nous interrogeons sur la façon dont un produit sous signe de qualité mobilise, implicitement ou explicitement, l’environnement. Un produit peut-il être de qualité sans pour autant respecter le milieu naturel ? L’hypothèse selon laquelle l’environnement est une composante de la qualité ne va pas de soi. Il s’agit donc de montrer quelle est sa place dans la politique de qualité et comment le lien entre les deux se construit. En effet, la logique de création des signes de qualité dans le domaine alimentaire est issue d’une construction sociale complexe qui ne cesse d’évoluer au fil du temps selon le contexte et donc par là, des conceptions de la qualité qui en découlent. Aujourd’hui encore, le processus est loin d’être figé et montre toute la difficulté de la traduction de la conception de la qualité dans la politique agricole. Même si le niveau de qualité ne cesse d’augmenter, on assiste aussi à sa complexification au travers de nouveaux jeux d’échelles, à la fois locales (ou du moins régionales), nationales et mondiales (développement des Indications Géographiques – IG – dans les pays du Sud par exemple). En étant ainsi insérée dans la globalisation, la construction du lien qualité/environnement ne peut être qu’inter-scalaire. De plus, au-delà de la question de la spatialité, les temporalités des processus sont aussi différentes. Les questions environnementales et de qualité possèdent leurs propres pas de temps qui divergent selon les niveaux d’action : la qualité n’a pas émergé de la même manière, ni en même temps, dans toutes les régions françaises ou dans toutes les régions du monde. Aussi, c’est bien la complexité de l’interrelation qualité/environnement dans ses dimensions à la fois spatiales et temporelles et dans sa traduction politique dont il est question dans cet article2.

3Une première partie reviendra donc sur les chronologies parallèles de l’émergence des problématiques agro-environnementales et de qualité. Cela amènera à montrer que l’environnement tient une place croissante dans la politique de qualité, encore faut-il la définir, d’autant que le lien qui se forme peu à peu est distinct selon les signes de qualité. Finalement, une troisième partie se concentrera plus précisément sur la qualité dite spécifique avec le cas des AOC viticoles et laitières.

Les temporalités d’émergence des questions de qualité et d’environnement

4La politique de qualité menée en France est le corollaire des conséquences du modèle fordiste et de l’émergence de nouvelles formes de ruralité. Dans un premier temps, la mise en parallèle des évolutions de la qualité et de la montée des préoccupations agri-environnementales permet de montrer qu’il existe une prise en compte croissante de la dimension environnementale dans la qualité des produits autour de périodes-clés.

La montée des problématiques environnementales et de qualité des années 1960-1970

5Au début du xxe siècle, la qualité est avant tout perçue à la fois du point de vue hygiénique et toxicologique, mais aussi marchand. Face à la diversification des pratiques techniques et commerciales et à l’importance des échanges mondiaux, les fraudes et abus sont monnaie courante. La protection alimentaire se développe et aboutit, en France, à la loi du 1er août 1905 à la base du respect de l’origine et de la qualité. La « quantité » reste la principale préoccupation, et dans une logique fordiste, des biens standardisés sont produits en masse. De profondes mutations ont lieu, mais les évolutions de la société conduisent à une politique différenciée. Dès le début des années 1960, l’État commence à mettre en place une politique volontariste en la matière, autour de produits génériques mais aussi plus spécifiques et traditionnels.

6Par ailleurs, les conséquences de ce modèle apparaissent et le milieu des années 1970 marque un tournant dans la question globale de l’environnement. La nature devient un enjeu de société et son approche est plus transversale et intégrée dans une dimension internationale (menace sur les ressources, émergence du développement durable, etc.). Les conséquences ne sont plus seulement locales, elles sont aussi globales.

La rupture de la décennie 1980

7La décennie 80 est celle « de toutes les ruptures » pour le monde agricole, la rupture face à la nature les récapitulant toutes (Hervieu, 1993). On assiste à une réelle prise de conscience des problématiques environnementales, et dans la relation agriculture/environnement, cette décennie « Nitrates » marque un tournant en mettant en accusation des agriculteurs-pollueurs. Les politiques communautaires cherchent à intégrer ces externalités et des pratiques plus respectueuses de l’environnement sont encouragées, même si le résultat reste limité.

8En parallèle, la politique de qualité prend un nouvel essor, en rompant là aussi avec la logique dominante dans un contexte de remise en cause du modèle fordiste. Dans l’industrie, la maîtrise de la qualité est un fondement de la compétitivité et les standards augmentent (démarches de « qualité totale » etc.). Une véritable politique agricole de qualité générique se met en place en s’inspirant du monde industriel pour rassurer les consommateurs sur la sécurité des aliments. Elle se structure alors en deux voies complémentaires : la normalisation et la certification (agriculture bio, Certification de Conformité de Production – CCP – et appellation montagne) (Valceschini et Nicolas, 1995).

Le tournant des années 1990 et l’« environnementalisation » de la qualité des années 2000

9Dans un contexte mondial marqué par la crise environnementale et le sceau du développement durable, la relation agriculture/environnement prend un nouveau visage. Ceci est d’autant plus important que la crise environnementale, qui s’intensifie, montre les limites du dispositif agricole pour répondre aux enjeux du moment. La première moitié des années 1990 est marquée par l’appropriation institutionnelle de la question agri-environnementale avec une série de mesures dans la réforme de la Politique Agricole Commune de 1992. À partir du milieu des années 1990, la contractualisation sociale de l’environnement prend davantage d’importance, d’autant que la question agri-environnementale est passée de préoccupations concernant la dégradation des milieux naturels à une forte demande sociale de fonction environnementale.

10Les préoccupations pour la qualité sont par ailleurs croissantes. La qualité sanitaire devient fondamentale face aux crises alimentaires récurrentes (vache folle, etc.), et la traçabilité, le nouveau standard de production. La France organise sa politique avec des phases successives jusqu’en 2007, qui s’articule aussi avec la réglementation européenne (Appellation d’Origine Protégée – AOP – et Indication Géographique Protégée – IGP) et internationale (IG dans le cadre de l’Organisation Mondiale du Commerce). Ainsi, quel que soit le secteur concerné, il y a une interrelation très forte entre les différentes échelles spatiales (locales, nationales, mondiales) et temporelles (développement durable et idée de temps long).

11Mais il faudra attendre la fin des années 2000 pour que le lien qualité/environnement soit explicitement évoqué. Dans un contexte marqué par la mondialisation des questions environnementales (climat notamment), de grands débats nationaux ont lieu avec entre autres le Grenelle de l’Environnement en 2007. À cette occasion, il est fait précisément état pour la première fois, à un niveau national et transversal, de l’interrelation signes de qualité/environnement parmi les mesures à prendre : « Satisfaire les attentes environnementales de la société : […] donner au consommateur une information sur la fabrication du produit qu’il achète au regard de l’environnement. Mesures immédiates : Introduire des caractéristiques environnementales dans les labels administrés […] ; Inscrire des objectifs quantifiés dans le contrat quadriennal de l’INAO » (ministère de l’Écologie, du Développement et de l’Aménagement durables, 2007).

12Dans ce cadre, l’environnement doit donc devenir une réelle composante de la politique de qualité, pour laquelle la demande représente un vecteur fondamental. Toutefois, la réalité de ce lien est à nuancer, d’autant que la prise en compte de l’environnement se décline de manière différente selon les signes de qualité concernés.

La prise en compte de l’environnement dans les signes de qualité

13La prise de conscience des problématiques environnementales a donc bien bousculé la conception traditionnelle de la production agricole, ce qui a rétroagi sur la construction même de la qualité. Les décalages temporels et spatiaux de ces trajectoires conduisent à une traduction différenciée et complexe de la qualité et de son lien à l’environnement en politique. Cela renvoie à la façon dont les acteurs se saisissent des crises, qu’elles soient alimentaires ou environnementales, pour construire des outils de gestion comme les labellisations. De fait, à l’heure actuelle, la politique suit la tendance à « l’environnementalisation ». Même si la qualité ne se réfère pas précisément au respect de l’environnement, elle ne l’exclut pas totalement non plus, et les multiples appréhensions de la qualité entraînent en retour des façons distinctes d’aborder, ou non, le milieu naturel.

Qu’est-ce qu’un produit respectueux de l’environnement ?

14Notion socialement construite, la qualité est subjective et relative. Elle implique une différenciation et donc des critères de choix pour la déterminer, fondés sur des objectifs qui relèvent d’une qualité multidimensionnelle : interne (objectivité du bien) et externe (aptitude à répondre à des attentes subjectives). Ainsi, par définition, l’environnement peut non seulement être considéré comme un attribut intrinsèque au produit, mais également comme porteur d’une symbolique forte participant à la construction de la qualité externe au produit.

15Sa prise en compte constitue de plus en plus un argument commercial de vente, ce qui n’est pas sans poser problème sur son contenu et sa définition. Le « respect de l’environnement » renvoie à une dimension philosophique, au sens où le respect « porte à accorder à quelqu’un une considération admirative […] et à se conduire avec lui avec réserve et retenue par une contrainte acceptée » (Petit Robert). Dans la sphère industrielle, des « produits propres », c’est-à-dire désignés comme représentant un impact moindre sur l’environnement, se sont multipliés depuis le milieu des années 1980. À l’image de la qualité, l’écoproduit est relatif puisqu’il se veut écologique par rapport à un produit analogue sur le marché (Grolleau, 2000). L’environnement est donc considéré du moment où le produit « naît » jusqu’à ce qu’il « meure », et c’est davantage le système qu’il faut considérer plutôt que le produit en lui-même. Ceci garantit un procédé soucieux de l’environnement plutôt qu’un impact, somme toute difficilement mesurable.

16De fait, comme pour la qualité, les critères de définition d’un produit respectueux de l’environnement sont relatifs et évolutifs. La phase initiale du cycle de vie, notamment la production, se réalise de manière différenciée selon les acteurs, le temps (un produit non polluant aujourd’hui peut le devenir demain) et l’espace (les pays ayant des référents distincts). Dans le domaine agricole, la relation à l’environnement est différente par rapport à l’industrie puisque cette dernière se contente généralement de limiter les externalités négatives de sa production. Or, en agriculture, la relation au milieu naturel est complexe et non linéaire, ce qui augmente considérablement la difficulté de trouver des principes applicables à tous. Il ne peut donc pas y avoir de définition « absolue ».

17Par ailleurs, force est de constater qu’en matière de représentation, le produit agricole est souvent assimilé à un produit naturel, synonyme de nature. Les produits de qualité sont généralement des biens d’expérience ou de recherche, mais les attributs environnementaux sont souvent liés à la croyance, la mise en œuvre de processus de production respectueux de l’environnement par un producteur n’étant pas détectable sur le produit ni avant, ni après l’achat et la consommation (Bougherara et al., 2003). D’où un risque fort d’asymétrie de l’information, d’autant que les professionnels jouent sur une image préexistante dans l’esprit des consommateurs. Mais, les représentations de la qualité peuvent aussi diverger entre producteurs et consommateurs, les perceptions de ce qui est favorable à l’environnement n’étant pas forcément les mêmes. De plus, il faut veiller au contenu environnemental qui peut concerner la gestion d’un site de production, une particularité environnementale du produit ou encore sa qualité environnementale générale. L’écolabel constitue donc un bien non vérifiable car il y a incertitude sur la qualité environnementale pour celui qui l’achète. Enfin, les particularités de la filière agroalimentaire se prêtent mal à l’éco-labellisation du fait de leur hétérogénéité et de leur complexité. Beaucoup ne souhaitent d’ailleurs pas une telle labellisation.

Une prise en compte inégale de l’environnement dans la qualité générique

Qualité générique par les procédés de production

18L’agriculture biologique est le seul mode de production sous signe de qualité reconnu officiellement. À la différence des labels écologiques, il s’agit de labelliser non pas des critères vérifiables au niveau du produit en lui-même, mais le mode de production via un cahier des charges très contraignant (absence de produits chimiques de synthèse, rotation des cultures etc.). Toutefois, même si l’effet sur l’environnement est sans aucun doute positif, il n’en est pas moins mal évalué. Même s’il s’agit, a priori, du produit respectueux de l’environnement par excellence, l’agriculture bio comporte certaines limites, d’autant qu’elle ne donne pas de garanties environnementales claires en dépit de son cahier des charges. Elle se limite à une obligation de moyens, et même si elle se révèle nettement plus « douce » vis-à-vis de l’environnement, elle n’est pas pour autant inoffensive. Il peut subsister des problèmes techniques non résolus (techniques mal maîtrisées, mauvaise gestion des « engrais de ferme », etc.) et certains produits naturels utilisés sont parfois polluants (azote organique, sulfate de cuivre, etc.) (Bourdais, 1998). De plus, les contrôles permettent uniquement de vérifier le respect des techniques de production contenues dans le règlement communautaire, et éventuellement dans les cahiers des charges, et l’innocuité du produit au regard des normes obligatoires usuelles. Un mode de production exempt de polluants ne garantit pas un produit sans résidus. Enfin, en cas de voisinage avec des exploitations « classiques », le risque de contamination des « biologiques » est fort.

19Au-delà de « la bio », il existe de nombreux et hétérogènes modes de production intermédiaires entre celle-ci et l’agriculture dite conventionnelle (intégrée, paysanne, durable, etc.). Certaines mentions de qualité existent d’ailleurs (produits de pays ou fermiers, dénomination Montagne) mais quelque soit la démarche, si promesse d’environnement il y a, celle-ci demeure floue. Le milieu naturel est considéré comme extérieur au processus de production, qui peut éventuellement s’attacher à réduire ses impacts négatifs sur celui-ci. L’environnement est donc pris en tant que contrainte et la qualité du produit n’est en rien fondée sur celui-ci.

Qualité générique et approche qualitative

20Par définition, le Label Rouge, qui bénéficie d’une notoriété importante, prône une « qualité supérieure ». Malgré une démarche au départ sectorielle, liée aux filières, avicoles surtout, les campagnes de promotion des labels évoquent aujourd’hui davantage les territoires. Beaucoup jouent sur une image singulière et des pratiques durables de production peuvent être vantées de manière tacite ou explicite dans les labels justement liés à des régions et reconnus par des IGP. Les cahiers des charges insistent sur les conditions d’élevage (alimentation à base de céréales, densité etc.) ou d’abattage, mais rien ne garantit un impact environnemental positif. Même si des labels comme Loué inscrivent certains éléments pouvant être liés à l’environnement dans le cahier des charges, en faveur du paysage par exemple, l’impact est minime. De plus, les exploitations devant avoir des aliments calibrés et certifiés, ceux-ci proviennent fréquemment de l’extérieur, et il n’y a finalement peu de lien au territoire, la production restant hors-sol malgré un affichage « plein air ». Les labels sont aujourd’hui de plus en plus concernés par le respect de l’environnement (ex. volonté de limiter l’utilisation de produits phytosanitaires), même si souvent cela tient davantage de la communication que d’une réelle prise en considération.

  • 3 Depuis 2006, les CCP ne sont plus un signe officiel de qualité mais restent reconnues par les pouvo (...)

21De leur côté, les certifications de conformité3 sont couramment gérées par des transformateurs et mettent en avant la sécurité alimentaire. Le respect de l’environnement est rarement évoqué, une CCP ne portant pas nécessairement sur le mode de production (le cahier des charges peut concerner en priorité la transformation). On pourrait retrouver la trace d’éléments environnementaux mais la plupart des CCP fondent elles aussi leur réputation sur d’autres types de qualité. Cette certification a surtout permis de relever les standards de production dans certains secteurs et exclut les démarches environnementales de son champ d’intervention, puisque les pouvoirs publics ont défini l’agriculture raisonnée en la séparant de la politique de qualité selon S. Blanchemanche et E. Valceschini (2005). Ils ajoutent que cela constitue une proposition du Conseil Économique et Social de séparer les signes de qualité et d’origine des démarches environnementales pour qui l’agriculture raisonnée doit devenir le socle de l’agriculture.

22Le lien qualité générique/environnement est donc difficilement évaluable. Le milieu naturel est considéré comme extérieur au processus de production, qui peut s’attacher, éventuellement, à réduire ses impacts négatifs sur celui-ci. Quand il n’est pas absent des cahiers des charges, il constitue donc au mieux une contrainte dont la qualité du produit est déconnectée.

Le terroir n’est pas synonyme de respect de l’environnement

23La qualité dite spécifique est historiquement représentée par l’AOC, garantie d’origine, qui implique un lien étroit avec le terroir, défini comme « un espace géographique délimité où une communauté humaine a construit au cours de l’histoire un savoir intellectuel collectif de production, fondé sur un système d’interactions entre un milieu physique et biologique et un ensemble de facteurs humains, dans lequel les itinéraires sociotechniques mis en jeu révèlent une originalité, confèrent une typicité et engendrent une réputation pour un produit originaire de ce terroir » (Casabianca et al., 2005). En étant une interaction entre des conditions naturelles et les activités anthropiques qui leur donnent du sens (Bérard et Marchenay, 2004), ce type de qualité aborde forcément l’environnement de manière différente de la généricité, au sens où l’AOC tire ses caractéristiques du milieu même dans lequel elle est produite.

24Lorsqu’on évoque le terroir, on pense fréquemment qu’il existe une symbiose implicite entre le produit et le milieu dans lequel il est inséré. Or, l’AOC est avant tout une garantie d’origine, et comme le souligne L. Thiébaut (1995), elle n’est pas synonyme de prise en compte de l’environnement. Le lien qualité spécifique/environnement est complexe et ne va pas forcément de soi. De manière générale, rien ne garantit explicitement, a priori, qu’un produit de qualité en lien avec le terroir n’ait pas d’impacts négatifs sur l’environnement, et en retour, rien n’indique que l’environnement dans lequel ce produit est inséré soit exempt de pollution par exemple (Hirczak, 2007).

25La question de ce lien est d’autant plus pertinente que des références à des caractéristiques environnementales sont parfois associées à l’évocation du terroir. On assimile souvent les produits dits « locaux » à une pollution moindre du fait de la proximité géographique (cas de la pollution due aux transports). Selon V. Amilien (2005), cette dimension « distancielle » leur donne une valeur liée à la durabilité, en opposant les produits qui doivent parcourir une longue distance entre le lieu de production et le lieu de consommation, aux produits dont les maillons de la chaîne sont proches. De ce point de vue là, la limitation de l’espace augmenterait le respect de l’environnement. Par ailleurs, il y aurait un « esprit AOC », implicitement durable car proche de la terre. Le consommateur connote alors instinctivement le terroir à une image de milieu préservé. Cette idée est également largement mobilisée à des fins commerciales, certains vendant du symbole et de l’image sans forcément de contenu.

26La question de la « charge environnementale » des AOC se pose donc bel et bien. Depuis plusieurs années, la relation AOC/environnement est une question récurrente au sein des différents comités de l’INAO, mais souvent de manière implicite : les AOC tirent leur spécificité de leur relation singulière au milieu naturel, et de fait, elles doivent se préoccuper de préserver les ressources qui la construisent. Le conseil permanent de l’INAO a d’ailleurs rappelé en 2003 que « le respect des terroirs implique le respect de l’environnement. C’est un élément clé de la pérennité des filières à AOC : il est partie intégrante des démarches collectives et doit être pris en compte dans les décrets » (INAO, 2006). Or, pendant longtemps, il n’était pas jugé utile d’intégrer des aspects liés à la préservation de l’environnement dans les décrets, et les plus anciens ne mentionnent aucune disposition. Au début du xxe siècle, ils étaient conçus comme un encadrement avec des points de passage obligés. Des clauses liées à la délimitation, brossée à grands traits, aux cépages pour les vins, par exemple sont mentionnées, mais tous les savoir-faire et les pratiques ne sont que peu décrits. On ne le jugeait pas utile car tout le monde faisait la même chose, et qu’il n’apparaissait pas pertinent d’écrire ce qui se faisait tous les jours. L’objectif était avant tout une réservation et les évolutions que le monde agricole et rural a connues n’étaient évidemment pas dans les esprits. Or, progressivement, l’évolution de ces cinquante dernières années a fait glisser cette conception vers des dispositifs plus explicites, qui sont devenus des cahiers des charges, centrés sur des points justifiant l’appellation, et donc des éléments clés de la production en lien avec la spécificité. Cependant, toutes les « bonnes pratiques de base » ne sont pas forcément décrites et les décrets restent très inégaux.

  • 4 L’INAO comporte désormais cinq Comités Nationaux : vins, eaux-de-vie et autres boissons alcoolisées (...)

27Dans le cadre de sa réforme, et en lien avec le contexte général et la réglementation européenne, l’INAO sollicite depuis quelques années tous les syndicats d’appellation, de tous les secteurs, afin d’améliorer la prise en compte des ressources naturelles. En système d’appellation, la primauté va à l’initiative professionnelle de base (syndicat, interprofession) et il ne peut donc pas y avoir de décision nationale imposée sur le sujet. Comme dans le cadre du Grenelle, il s’agit d’une base volontaire pour prendre en compte l’environnement dans les signes de qualité. Néanmoins, l’INAO s’implique en demandant des points de réflexion et de travail précis sur la question du lien à l’environnement dans chaque comité. Ainsi, dans le cadre de cette politique de revalorisation des AOC, les syndicats ont été interpellés sur les actions mises en place, et sur la manière de prendre en compte l’environnement, ou pas, et leurs réponses sont bien entendu extrêmement variables. Une première orientation a donc eu lieu au niveau national, dont le cadrage et les recommandations se déclinent ensuite par comité4, chacun possédant désormais sa propre commission environnement. Par conséquent, pour être lisible, la réflexion sur le lien à l’environnement doit souvent se borner aux différents comités, d’autant que les filières sont hétérogènes. Et plus précisément, c’est au niveau de leur territoire que les AOC peuvent, éventuellement, intégrer des principes de production en lien avec l’environnement.

28Par conséquent, il existe bien une distinction entre la qualité générique qui, éventuellement, considère l’environnement comme une contrainte (surtout en bio), et la qualité liée au territoire, qui non seulement raisonne aussi, en aval, en termes impacts à minimiser, mais surtout en amont en termes de ressources qui participent à la construction même du produit (fig. 1). Les AOC prennent généralement davantage en compte l’environnement que les IGP (lien au territoire plus distendu) dans leur construction. Néanmoins, les différentes appellations ne sont pas égales, la filière viticole tendant à être moins soucieuse de l’environnement que les autres, même si cela s’améliore nettement aujourd’hui.

29

Figure 1 : Synthèse du lien signe de qualité/environnement/Synthesis of the link sign of quality/environment

Figure 1 : Synthèse du lien signe de qualité/environnement/Synthesis of the link sign of quality/environment

L’exemple des AOC laitières et viticoles5

  • 5 Les autres AOC (fruits, légumes, viandes etc.) ne sont pas étudiées ici compte tenu de leur trop gr (...)

30Pour analyser plus finement la prise en compte de l’environnement dans la qualité liée au territoire, nous choisissons d’analyser deux filières d’AOC. En étant une garantie d’origine, il s’agit du signe dont le lien au terroir, et donc à la spécificité de ses ressources, est le plus abouti. De plus, les approches différentes des AOC viticoles et laitières montrent bien la complexité et le décalage qui existe entre les trajectoires de qualité et d’environnement.

Les AOC viticoles : des mécanismes parallèles pour l’environnement

31Les appellations viticoles n’ont a priori aucune référence à l’environnement. Cependant, une évolution favorable s’amorce, même si cela tend encore pour le moment à se faire par des mesures annexe, et non au sein même du cahier des charges.

Une logique ancienne déconnectée de l’environnement

32Les AOC viticoles sont les plus anciennes appellations, la loi d’août 1905, faisant référence à la nature, aux qualités substantielles des vins et à leur origine. Dans le contexte historique qu’a été rappelé dans la première partie de cet article, elles visaient surtout à « sceller » la notoriété des vins, en tenant compte certes des terroirs, des sols et climats et des savoir-faire, mais sans aucune préoccupation environnementale. À partir des années 1950-1960, la viticulture se mécanise et cherche à baisser les coûts de production pour faire face à la concurrence européenne. D’un côté, elle se réoriente vers les AOC, abandonne les variétés hybrides au profit de cépages dits « nobles », mais de l’autre, les rendements s’accroissent grâce aux intrants (Roncin, 2005). Cette forte expansion se poursuit dans les années 1980 avec la mécanisation (des vignes et des vendanges) et le désherbage généralisé qui entrainent une baisse de la biodiversité et un appauvrissement du sol. De fait, les décrets comptaient peu de références à l’environnement. Les seuls points pouvant éventuellement agir favorablement sont les limitations de rendement (à la parcelle depuis 2002), les densités de plantation, l’écartement entre les ceps et le fait que « les vins doivent être élaborés selon les usages locaux » (Hirczak et Mollard, 2004). Mais si une certaine extensification de la production peut être propice au respect de l’environnement, la limitation réglementaire du rendement en elle-même ne garantit pas que les producteurs ne dépassent pas ce seuil. De plus, le problème majeur de la viticulture réside dans l’excès d’utilisation de phytosanitaires. Or, dans les décrets celle-ci n’est pas du tout réglementée.

Des démarches annexes

33Par conséquent, si réglementation environnementale il y a, celle-ci relève plutôt d’une démarche au niveau de l’appellation, voire de l’exploitation. Par exemple, certains producteurs d’AOC font des efforts particuliers vis-à-vis des enjeux paysagers (Maby, 2002) et de l’environnement, et des domaines ont été pionniers en la matière. Néanmoins, il s’agit de cas minoritaires et dispersés d’autant que pendant longtemps, il n’y a pas eu de démarche collective et volontaire très claire. Il y a donc un réel paradoxe entre le dynamisme de certains propriétaires sur la prise en compte de l’environnement et la lenteur et la lourdeur de la vision collective, liées à l’appareillage juridique de l’AOC. Ainsi, les producteurs ont difficilement les moyens de mettre en œuvre et d’accompagner une évolution vers l’environnement. Ils peuvent bénéficier de soutiens (financiers, techniques) pour mener des démarches parallèles et complémentaires, or, il n’est pas certain qu’ils puissent avoir un tel appui dans le cadre même de l’appellation. De fait, les démarches environnementales en viticulture ne passent pas par le créneau de l’INAO mais découlent de cahiers des charges annexes à ceux de l’appellation, et relèvent soit de démarche officielles, soit de certifications privées. Même si elles sont encore largement minoritaires, les viticultures biologiques et raisonnées gagnent ainsi du terrain (Bélis-Bergouignan et Cazals, 2006).

Une évolution nationale favorable

34Pourtant, on constate une évolution générale favorable à l’environnement, à la fois au niveau de la société, mais également au niveau des instances comme l’INAO. Au sein du comité national des vins et eaux de vie, la notion de préservation de l’environnement a toujours été reliée au socle du terroir. En 1999, l’INAO a crée la commission « Terroir et environnement » pour réformer les conditions d’obtention des appellations, et leur donner une dimension plus qualitative à travers une définition des règles de production. Cette commission a établi un rapport, approuvé en 2004 par le comité national des vins et eaux-de-vie, sur le lien entre vin et environnement. Des propositions concrètes et généralisables à l’ensemble des AOC viticoles sont formulées, et le lien au milieu physique est considéré autour de deux axes principaux : le respect des caractéristiques naturelles des sols (ex. techniques de lutte contre l’érosion) et le maintien des propriétés chimiques et biologiques des sols (enherbement partiel, fumure raisonnée etc.) (INAO, 2006).

35Mais d’autres propositions sont émises, comme le fait que des dispositions en faveur de l’environnement propres à chaque exploitation et « bassin-versant » des zones AOC puissent être introduites dans les conditions de production. Ceci souligne bien l’importance de l’échelon territorial : chaque AOC possédant ses spécificités, des mesures en faveur de l’environnement doivent forcément se décliner à différentes échelles. L’enjeu se situe dans le positionnement central des organismes de défense et de gestion (ODG) des appellations, nécessaire pour le renforcement du lien au terroir. Il s’agit donc de compléter les règles actuelles par des conditions de production formalisées dans les décrets afin d’adapter localement les mesures (échelles de l’exploitation et de l’AOC). Cela entre en résonnance avec le Grenelle de l’Environnement évoqué plus haut, puisque celui-ci stipule que l’introduction de caractéristiques environnementales dans les labels comme l’AOC « se fera sur la base du volontariat des producteurs de la zone concernée, et sera généralisée à tous les producteurs de la zone par extension de règles, dès lors que la majorité qualifiée se sera prononcée en ce sens » (ministère de l’Écologie, du Développement et de l’Aménagement durables, 2007). Cela confirme le rôle central des producteurs et de l’échelon local.

36Par ailleurs, la question de la codification, difficile voire impossible, se pose car certaines pratiques agricoles ayant un impact moindre sur l’environnement sont implicites. D’où l’importance du rôle des ODG, les mieux armés pour définir leur produit, leur qualité et leur environnement. Mais ceux-ci n’ont pas toujours les moyens (financiers – face au coût des certifications – et autres) de mettre en place des démarches environnementales. Il est alors essentiel de s’associer à d’autres acteurs du territoire (collectivités territoriales, chambres consulaires, etc.) dans cet objectif pour dépasser la simple échelle de l’exploitation ou de la zone AOC.

37Finalement, cela montre le passage à un schéma où l’INAO demande d’être plus explicite sur la prise en compte de l’environnement, tout en sachant que de nombreuses difficultés demeurent. Au-delà de freins au niveau de la filière, des blocages proviennent aussi du ministère de l’Environnement, qui n’est pas toujours favorable à l’introduction de problématiques environnementales (son champ d’action) au sein d’un organisme censé gérer « uniquement » des questions de qualité et d’origine.

38Cette question de « l’environnementalisation » de la viticulture est essentielle aujourd’hui, particulièrement dans le contexte de crise viticole qui est susceptible d’amener à repenser les règles de productions. De plus, au niveau international, depuis quelques années, l’accès aux grands marchés n’est plus assuré pour les produits qui ne justifient pas d’un minimum de garanties environnementales (cas du nord de l’Europe). Si la viticulture française souhaite conserver sa place sur l’échiquier mondial, elle doit impérativement tenir compte de ce type d’exigence. Or, cela n’est pas non plus sans poser question quant à la définition de l’environnement et à la conception de chaque nation (ex. l’Australian Wine and Brandy Corporation a une vision plutôt normalisée), ce qui renvoie à la définition même du terroir et de la qualité.

Les AOC laitières : une prise en compte accrue de l’environnement

39Les appellations laitières apparaissent « plus respectueuses de l’environnement », mais sans pour autant masquer des situations spatio-temporelles, et par là des liens à l’environnement, multiples et complexes.

Jusqu’aux années 1990 : un environnement absent

40Dans un contexte marqué par des objectifs juridiques et économiques, l’environnement était absent des préoccupations. Les cahiers des charges étaient très succincts et portaient en priorité sur le nom et la délimitation. Il faut attendre 1955 pour que la loi fixe le régime des appellations et radicalise les conditions d’attribution (Delfosse, 2007). Durant les années 1950-1960, les appellations sont là pour offrir des garanties économiques, et les décrets pris à cette période (Cantal, Reblochon, Laguiole et Salers) s’inscrivent avant tout dans une logique montagnarde. La loi de 1973 complète celle de 1955 en précisant que chaque appellation est soumise à un décret, qui énonce désormais une aire d’appellation et des conditions de production et d’affinage, dont les caractéristiques doivent être définies par un règlement intérieur des syndicats. Et dans ce contexte d’industrialisation et de modernisation agricole évoqué plus haut, on exige avant tout un développement économique (tonnage minimum, zone de production assez étendue etc.) (Frayssignes, 2005). Au début des années 1980, certains verrous techniques vont donc « sauter » et les différences entre les AOC sont flagrantes : celles de l’Est-Central (Jura, Savoie) ont une vision plus traditionnelle, liée à la place des fruitières coopératives, alors qu’en Normandie (ex. Camembert) ou dans le massif Central, l’accent est davantage mis sur la transformation plutôt que sur la production (Ricard, 1997).

Le tournant environnemental des années 1990 et la réforme actuelle

41Dans les années 1990, la problématique agro-environnementale des appellations laitières prend un tournant avec la volonté croissante de prise en compte de l’environnement dans les cahiers des charges, ce qui entraîne encore aujourd’hui un véritable « bouillonnement ». Dans un contexte français comme européen propice, l’AOC tente désormais de préserver des productions de « petite taille » (ex. : Banon), qui pendant longtemps étaient exclues. De plus, le passage du ministère de l’Agriculture à l’INAO en termes de gestion apporte une réflexion sur le terroir qui n’avait pas forcément eu lieu auparavant. En 1990, la mise en place du Comité National des Produits Laitiers (CNPL) coïncide avec la reprise en charge par l’INAO des AOC laitières, ce qui bouleverse le fonctionnement des filières et apporte un changement majeur dans les conditions d’attribution des appellations. Une révision des cahiers des charges, déjà engagée antérieurement, est impulsée avec un renforcement des contraintes liées aux pratiques environnementales. Les « usages locaux, loyaux et constants » sont « oubliés », pour entrer dans une démarche de preuve de l’antériorité, de la notoriété et du lien au terroir. La majorité des appellations fromagères (comté, cantal, etc.) se situe encore aujourd’hui dans une phase de refonte des décrets et de resserrement des cahiers de charges.

42Néanmoins, toutes les appellations ne sont pas égales vis-à-vis de cet engagement, et certaines restent plus « libérales » car davantage liées à une logique sectorielle et industrielle (pratiques intensives, marché spot, etc.) qu’à une logique territoriale (conduites plus traditionnelles, gestion collective par l’interprofession, etc.) selon B. Sylvander et F. Marty (2000). Hors de l’Est-Central, les cahiers des charges sont plus succincts, comme pour le Camembert de Normandie ou le brie de Meaux et le brie de Melun, même si tous trois interdisent la pasteurisation pour se différencier des produits génériques. Pour beaucoup d’AOC se pose aussi la question de la délimitation de la zone souvent vaste car s’appuyant sur des critères administratifs et en lien avec la configuration économique et sociale du groupement (poids des producteurs vis-à-vis des transformateurs). Le modèle intensif laitier (maïs, zéro pâturage, ensilage…) s’immisce d’autant qu’en parallèle la transformation fromagère s’industrialise : pasteurisation, réduction de la durée d’affinage etc. (Ricard, 1997). Une certaine distinction entre les « AOC de montagne » et « de plaine » émerge, les premières présentant des règles de production les plus complètes, du fait des contraintes géographiques, de systèmes socioéconomiques adaptés et partagés (alpagisme, pluriactivité, etc.), des démarches précoces de qualité et d’un sens du collectif affirmé de la part des producteurs (INAO, 2006). Mais aujourd’hui beaucoup d’appellations dites « de plaine » sont engagées dans la refonte des cahiers des charges (race Normande pour le Livarot par exemple) et cette distinction plaine/montagne s’avère de moins en moins pertinente.

Quelles mesures dans les cahiers des charges ?

43Finalement, dès 2005, toutes les commissions d’enquête du CNPL ont été mandatées pour envisager, avec chaque syndicat, comment prendre davantage en compte l’environnement au sein des appellations. De nombreux allers-retours ont eu lieu entre les instances nationales et locales, même si l’ensemble reste à consolider. Ce travail se traduit par des mesures en faveur de l’environnement beaucoup plus explicites dans les cahiers des charges. La production de lait cru (production non intensive), l’utilisation de races locales (maintien de la biodiversité et système extensif), l’interdiction d’ensilage, l’alimentation à base de fourrages, le respect de certaines densités animales et de conditions d’épandage des boues, les limitations de rendement etc. sont autant d’éléments en faveur du paysage et de l’environnement (tableau 2).

44Mais, toutes ces mesures ne se retrouvent pas à part égale, ni dans toutes les AOC, loin de là, même si celles-ci partagent une volonté d’aller vers une limitation de l’intensification, des intrants et de produire autant que possible à partir des ressources fourragères et herbagères locales.

  • 6 Ce tableau concerne les 42 AOC fromages reconnues en 2004. Un produit peut être comptabilisé plusie (...)

Tableau 2 : Inventaire des conditions de production en 2004 des 42 appellations fromagères6 /Inventory of conditions for production in 2004 of 42 dairy PDO

Conditions de production Nombre de produits concernés % par rapport
au nombre total
CHEPTEL
– Races définies
– Limitation du chargement
– Limitation de la production laitière/animal
18
10
5
43
24
12
ALIMENTATION
– Pâturage ou parcours obligatoire
– Mesure visant à la recherche de l’autonomie fourragère sur l’aire géographique
– Limitation du niveau de complémentation
– Interdiction de l’ensilage
– Conduite des prairies – fertilisation
15
18

11
16
4
36
43

26
38
10

(source : INAO, 2006)

45Beaucoup d’éléments concernent les races (18 produits concernés sur 42), l’ensilage (16 sur 42), le pâturage et l’autonomie fourragère. Les limitations de rendement et de chargement animal sont moins développées mais progressent. Les cahiers des charges contiennent rarement des éléments liés à la conduite des prairies et à la fertilisation (seulement 10 %, même si certaines mesures apparaissent dans des règlements techniques. Il s’agit pourtant d’un élément important dans la mesure où le maintien d’une flore caractéristique est un atout pour le produit (incidence sur le goût), l’environnement et le paysage. Le contexte agricole général ayant beaucoup progressé sur ces questions, la logique est de ne pas être redondant avec des éléments déjà existants (chartes de bonnes pratiques). Pour encourager les agriculteurs à s’engager dans des démarches liées à la biodiversité et à la conduite des prairies, différentes initiatives voient le jour aujourd’hui, par exemple des concours « prairies fleuries » dans les Bauges (Mestelan et al., 2008). De plus, se pose la question de l’épandage des boues, la plupart des appellations étant opposées à l’apport de matière organique non agricole. Pour les boues, l’interdiction de l’utilisation n’étant pas possible, il s’agit de trouver des astuces pour la détourner et l’inclure dans les cahiers des charges, d’autant que cette pratique a un impact non négligeable en termes d’image. La rareté de la ressource foncière pose d’ailleurs une difficulté supplémentaire : les producteurs n’en sont pas forcément maîtres, notamment quand il s’agit d’un foncier de collectivité comme les alpages dont ils ont la jouissance une partie de l’année. Comment peuvent-ils garantir et interdire l’épandage des boues le reste du temps ? L’articulation est difficile. Par conséquent, dans de telles situations, des exigences environnementales sont parfois délicates. Enfin, concernant les organismes génétiquement modifiés, des AOC récentes comme le Mâconnais mentionnent leur interdiction sur l’exploitation. Cette contrainte va de soi pour beaucoup mais l’actualité prouve que la préoccupation est très forte en la matière et qu’il est important de l’inscrire.

46Cette mise à plat des conditions de production montre bien l’importance d’une démarche locale en faveur de « l’environnementalisation » des AOC, mais aussi toute sa variabilité. Une évaluation plus précise pourrait être conduite au niveau du territoire de chaque appellation, voire de l’exploitation agricole, par exemple à partir des méthodes d’indicateurs de durabilité des exploitations (Jeanneaux, 2009).

Conclusion

47De manière générale, un produit sous signe de qualité ne respecte donc pas nécessairement l’environnement dans lequel il évolue. Cela reste cependant plus difficile pour la qualité liée au territoire dans la mesure où ce dernier constitue une ressource dans sa construction. Pour autant, cette interrelation n’est pas mécanique et il existe des distinctions à la fois sectorielles, temporelles et spatiales, même si pour toutes les AOC, la trajectoire environnementale est ascendante. À l’heure de la globalisation, l’interconnexion croissante des échelles d’intervention en faveur de l’environnement est plus que jamais d’actualité : le lien qualité/environnement s’inscrit dans une approche multi-scalaire, en dépendant à la fois des conditions locales, nationales et internationales. L’échelle mondiale peut constituer un levier avec la politique des IG car malgré les clivages entre l’Europe et les pays anglo-saxons sur la question de la protection, la « boîte verte » est beaucoup moins remise en cause. L’environnement pourrait ainsi aider à légitimer la politique de qualité. Dans le cas de la qualité spécifique, cela appuie l’idée que la construction du lien à l’environnement ne peut pas être macroéconomique, même si ce niveau joue aussi un rôle. Le fonctionnement et les limites de la politique nationale mais aussi européenne, le montrent, l’INAO possède une marge de manœuvre insuffisante. Le rôle des ODG est donc essentiel et c’est au niveau de chaque territoire que le lien au milieu naturel se construit, dans une problématique plus large de mobilisation de ressources et de développement local. Et ce sont bien les stratégies de développement choisies, à la fois par les producteurs et l’ensemble des acteurs du territoire, qui vont déterminer la place de l’environnement dans la qualité (Hirczak, 2007). En fonction des modalités de construction et de valorisation des ressources liées au produit (histoire, tourisme, etc.), la place et le rôle de l’environnement dans la construction de la qualité seront différents. Cela est aussi valable pour la qualité générique qui s’appuie sur des référentiels nationaux et sur des choix privés (producteurs, syndicats) au niveau local. Par conséquent, le lien entre environnement et signes de qualité devra de plus en plus passer par l’échelon territorial pour atteindre une visibilité et une réalité globales.

Haut de page

Bibliographie

Amilien V., 2005. Preface : about local food, Anthropology of food, n° 4, May, 13 p.

Barret P., 2000. La propriété commune comme instrument de gestion des espaces valorisant leur patrimoine naturel. Le cas du Bas-Chablais-Pays de la Côte, Thèse de doctorat en économie, Université de Grenoble, 393 p.

Bélis-Bergouignan M.-C., Cazals C., 2006. Les démarches environnementales volontaires au sein de la viticulture française : des conditions d’engagement différenciées, Cahier du GRES, n° 11, 22 p.

Bérard L., Marchenay P., 2004. Les produits du terroir. Entre cultures et règlements, édition CNRS, Paris, 229 p.

Blanchemanche S., Valceshini E., 2005. La certification de conformité de produit sur les marchés agroalimentaires : différenciation ou normalisation ?, Notes et Études Économiques, n° 24, p. 7-40.

Bourdais J.-L., 1998. Agrobiologie et environnement, une comparaison des systèmes de production agrobiologiques et conventionnels en Aquitaine, Rapport de synthèse, FCCA, Cemagref Bordeaux, 49 p.

Bougherara D., Grolleau G., Thiébaut L., 2003. Réputation environnementale en agroalimentaire : milieu de production versus processus de production, Revue d’Économie Régionale et Urbaine, n° 1, p. 121-144.

Casabianca F., Sylvander B., Noël Y., Béranger C., Coulon J.-B., Roncin F., 2005. Terroir et typicité, deux concepts-clés des AOC, Symposium PSDR, Lyon, 9-11 mars 2005, 32 p.

Delfosse C., 2007. La France fromagère (1850-1990), Boutique de l’Histoire éditions, 272 p.

Frayssignes J., 2005. Les AOC dans le développement territorial. Une analyse en termes d’ancrage appliquée aux cas français des filières fromagères, Thèse de doctorat en géographie, université de Toulouse, 443 p.

Grolleau G., 2000. « L’écoproduit agroalimentaire : de la compréhension des concepts à la complexité de la réalité », Annales des Mines, n° 18, p. 27-44.

Hervieu H., 1993. Les champs du futur, Paris, éd. François-Bourin, 172 p.

Hirczak M., 2007. La co-construction de la qualité agroalimentaire et environnementale dans les stratégies de développement territorial. Une analyse à partir des produits de la région Rhône-Alpes, Thèse de doctorat en géographie, Université de Grenoble, 342 p.

Hirczak M., Mollard A., 2004. Qualité des produits et de l’environnement : le cas de Rhône-Alpes, Revue d’Économie Régionale et Urbaine, n° 5, p. 845-868.

Inao, 2006. Appellations d’origine contrôlée et paysages, Paris, 75 p.

Jeanneaux P., 2009. L’évaluation de la durabilité des fruitières à Comté : vers un nouvel outil de management ?, Développement durable et territoires, Varia, [http://developpementdurable.revues.org/8219].

Maby J., 2002. Les enjeux paysagers viticoles, Actes du symposium international « Terroirs et zonage vitivinicole », OIVV, Avignon, juin 2002, 8 p.

Mestelan P., de Sainte Marie C., Vansteelant J.-Y., 2008. Guide pour la mise en œuvre de l’engagement unitaire agro-environnemental « maintien de la richesse floristique d’une prairie naturelle » (Herbe_07). Méthode d’élaboration de la liste de plantes indicatrices. Enseignements tirés des projets de territoire Parcs Naturels Régionaux de France, PNR du Massif des Bauges, PNR du Haut-Jura, INRA Écodéveloppement, ministère de l’Agriculture et de la Pêche, ministère de l’Écologie et du Développement Durable, 34 p.

Ministère de l’Écologie, du Développement et de l’Aménagement durables, 2007. Synthèse et principales mesures, Rapport du Groupe de travail n° 4 « Adapter des modes de production et de consommation durables », 167 p.

Ricard D., 1997. Stratégies des filières fromagères françaises, éd. Ria, 223 p.

Roncin F., 2005. Terroirs viticoles : potentiels et pratiques vitivinicoles, Colloque de restitution des travaux sur les Indications et Appellations d’Origine Géographiques, INRA-INAO, 17-18 novembre 2005, Paris, 20 p.

Sylvander B., Marty F., 2000. Logiques sectorielles et territoriales dans les AOC fromagères : vers un compromis du modèle industriel flexible ?, Revue d’Économie Régionale et Urbaine, n° 3, p. 501-518.

Thiébaut L., 1995. Qualité des produits et de l’environnement, dans Nicolas F., Valeschini E. (dir.) Agroalimentaire, une économie de la qualité, Paris, Economica, p. 125-135.

Valceschini E., Nicolas F., 1995. La dynamique de la qualité agroalimentaire, dans Nicolas F., Valceschini E. (éd.), Agroalimentaire, une économie de la qualité, Paris, Economica, p. 15-37.

Haut de page

Notes

1 Pris au sens large comme « un ensemble d’éléments, de biens naturels, en interaction et interdépendants, disponibles au sein de l’espace considéré et susceptibles d’être valorisés de manière directe et indirecte » (Baret, 2000).

2 D’un point de vue méthodologique, cet article s’appuie à la fois sur l’analyse de textes réglementaires liés à la qualité et aux cahiers des charges de différents produits, mais également sur le résultat d’enquêtes de terrain. Des entretiens semi-directifs auprès de professionnels et d’administratifs des filières appellations d’origine contrôlée (AOC) concernées, de l’Institut National de la Qualité et de l’Origine (INAO) mais aussi de différents acteurs territoriaux (collectivités, chambres d’agriculture etc.) ont été effectués à Paris et en Rhône-Alpes entre 2004 et 2007.

3 Depuis 2006, les CCP ne sont plus un signe officiel de qualité mais restent reconnues par les pouvoirs publics.

4 L’INAO comporte désormais cinq Comités Nationaux : vins, eaux-de-vie et autres boissons alcoolisées ; appellations laitières, agroalimentaires et forestières ; IGP, labels rouges et spécialités traditionnelles garanties ; IGP relatives aux vins et aux cidres ; agriculture biologique.

5 Les autres AOC (fruits, légumes, viandes etc.) ne sont pas étudiées ici compte tenu de leur trop grande diversité. Pour une analyse plus fine de certaines appellations, par exemple la noix de Grenoble ou la volaille de Bresse, voir M. Hirczak (2007).

6 Ce tableau concerne les 42 AOC fromages reconnues en 2004. Un produit peut être comptabilisé plusieurs fois (race, chargement etc.).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Synthèse du lien signe de qualité/environnement/Synthesis of the link sign of quality/environment
URL http://journals.openedition.org/norois/docannexe/image/3599/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 159k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maud Hirczak, « L’interrelation complexe entre signes de qualité et environnement en France », Norois, 219 | 2011, 75-88.

Référence électronique

Maud Hirczak, « L’interrelation complexe entre signes de qualité et environnement en France », Norois [En ligne], 219 | 2011, mis en ligne le 30 septembre 2013, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/norois/3599 ; DOI : 10.4000/norois.3599

Haut de page

Auteur

Maud Hirczak

UMR ART-Dev 5281 (Université Montpellier 3), Route de Mende – 34 199 Montpellier cedex 5, France maud_hirczak@hotmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page