Navigation – Plan du site

Cités ouvrières en devenir

Fanny Vuaillat
p. 125-126
Référence(s) :

Duchêne François (dir), 2010. Cités ouvrières en devenir. Ethnographies d’anciennes enclaves industrielles, Publications de l’Université de Saint-Étienne, coll. « Dynamiques métropolitaines », 270 p. ISBN 978-2-86272-526-0, 20 €.

Texte intégral

1François Duchêne s’entoure d’onze contributeurs d’horizons professionnels divers – du géographe à l’anthropologue, de l’ethnologue à l’ingénieur, de l’architecte à l’urbaniste, du photographe au militant - pour nous livrer un ouvrage stimulant sur ce qu’ils nomment les enclaves industrielles.

2Sept analyses-portraits de cités ouvrières de la région Rhône-Alpes amènent le lecteur vers des réflexions bien plus globales sur la ville et comment on y habite, éclairant du passé des réalités contemporaines, parfois complexes. Outre l’intelligence générale du propos, la qualité première de ce travail est de mettre l’habitant au cœur de la réflexion, proposant comme matériau à l’analyse le vécu, la mémoire, la parole de ceux qui vivent dans ces cités ouvrières, depuis presque toujours maintenant.

3L’ouvrage est organisé en trois parties qui nous proposent tour à tour, la mémoire, la normalisation et la rencontre/la confrontation au dehors, à l’Autre.

4Un retour historique complète l’introduction avec un cheminement et des hypothèses intéressantes sur les conditions d’émergence de cette forme d’habitat. La pensée hygiéniste dès le xixe siècle certes, mais aussi le modèle colonial d’organisation industrielle et agricole sont la toile de fond de ces initiatives du capitalisme dit paternaliste. On croit volontiers les auteurs qui évoquent la probable collusion entre les colons et les grands industriels métropolitains pour penser la domination des hommes et des lieux, même sous couvert d’un catholicisme social.

5S’ouvre alors l’inéluctable question de la mémoire ouvrière. Elle fait partie des lieux et elle vieillit avec. C’est une mémoire sensible, tout en ambivalence entre violence et vie ordinaire. La violence est multiple, le patronat dominant impose une morale, un contrôle social puissant et permanent à l’église, à l’usine et à l’école. L’État coopère parfois en acceptant par exemple d’affecter une section des gardes mobiles sur le site de la TASE – Textile Artificiel du Sud-Est – à Vaux-en-Velin à la demande du patron. La mémoire se raconte par les mots recueillis, mais elle se vit aussi dans les corps. Les anciens ouvriers sont vieux, malades ou mutilés par des années de mines ou d’usines. La mémoire est empreinte de violence mais elle est aussi faite de souvenirs d’enfance, d’âge d’or, de solidarités, d’appropriation affective des lieux : la cité et l’usine, l’une avec l’autre. C’est une mémoire tout en contraste, d’haine et d’amour.

6Puis le patron et l’usine disparaissent, mais la cité reste. Ces enclaves deviennent des quartiers, du moins tentent de devenir des quartiers normalisés. Les systèmes de gestion changent (les pouvoirs publics remplacent les patrons) au rythme des « réajustements économiques » modifiant inexorablement les manières d’habiter. La gratuité devient conflit, la maison devient pavillon et l’appropriation devient stratégie résidentielle.

7C’est alors que le microcosme, savamment organisé par la logique industrielle et ardemment défendu par les habitants qui y protègent leur vie, doit s’ouvrir à la ville, à l’Autre. Ces enclaves doivent faire face aux nouvelles logiques métropolitaines qui les cernent. Ce n’est pas simple, forcément. Les cheminots doivent cohabiter avec les « cassociaux », les « anciens » doivent voisiner avec les « nouveaux ». Les réflexes d’hostilités et de repli sont fréquents, sans pour autant être systématiques.

8La question de la patrimonialisation, que les auteurs mettent en question dans l’introduction et la conclusion, pourrait être le moyen de répondre au désir de reconnaissance qu’ont ces habitants-travailleurs. C’est un enjeu de classe une fois encore. Le sentiment de tout se faire voler, même son histoire. Gare toutefois au factice et à l’instrumentalisation, préviennent les auteurs.

9Il est à regretter cependant que l’apport iconographique de cet ouvrage soit si léger, malgré la présence d’un photographe dans l’équipe. Les photographies sont nombreuses certes, mais les légendes sont en dernières pages, ce qui ne facilitent pas la promenade visuelle du lecteur. Elles sont aussi très vides, ces cités ressemblent à des villes fantômes. Ni femmes, ni hommes, ni enfants. Où sont donc tous ces habitants dont on nous parle ?

10Le lecteur aurait aussi apprécié des cartes de localisation, mais ce qui manque le plus, ce sont sûrement des schémas de la morphologie urbaine de ces cités. Nous aurions aimé voir, pour mieux comprendre, la forme de ces utopies patronales.

11Ces manques sont regrettables mais ne suffisent pas à nuire à la qualité de ce travail qui soulève plusieurs questions essentielles pour tous ceux qui s’intéressent à la ville. Il traite des formes urbaines qui naissent des organisations socio-économiques (donc politiques) et des habitants, avec entre les deux le logement, au cœur de cette double préoccupation. On referme alors ce livre en réfléchissant à l’imposition d’un modèle urbain et à ses évolutions, à la manière dont on passe de la ville planifiée (la cité ouvrière comme « ville nouvelle ») à la ville spontanée. On pense aussi aux habitants, à leurs mémoires et à leurs espoirs, aux rapports sociaux qui se jouent. L’idée de l’entre soi fait à la fois ville et anti-ville et ces exemples décrivant un enfermement social certain, un système ségrégatif puissant et un fort contrôle social sont bien évidemment des éléments intéressants pour penser la ville aujourd’hui.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/norois/docannexe/image/3819/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 588k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fanny Vuaillat, « Cités ouvrières en devenir », Norois, 221 | 2011, 125-126.

Référence électronique

Fanny Vuaillat, « Cités ouvrières en devenir », Norois [En ligne], 221 | 2011, mis en ligne le 30 décembre 2011, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/norois/3819

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page