Navigation – Plan du site

Sentir et ressentir Paris. L’exemple du quai du RER B à Châtelet-les Halles

Lucile Grésillon
p. 11-24

Résumés

Comment prendre en compte notre expérience sensible des milieux urbains ? Comment expliquer la difficulté en géographie de rendre compte de ce qui est senti olfactivement et ressenti dans les lieux ? En réponse à ces questions, cet article propose de mettre en regard l’exercice traditionnel de description en géographie, les méthodes géographiques d’investigation de terrain et les savoirs des neurosciences - en particulier de la neurophysiologie de l’olfaction – et d’en extraire des apports possibles. Cet exposé se fonde sur une recherche exploratoire de doctorat en géographie (Grésillon, 2005, 2010b) sur les odeurs dans cinq lieux parisiens dont la station Châtelet-les Halles. Nous commencerons cet article par poser les fondements géographiques et philosophiques, d’en présenter les limites et la contribution que peuvent y apporter les neurosciences. Nous continuerons par une description exhaustive du lieu d’investigation d’après des recherches documentaires, des rencontres d’acteurs et les ressentis de la chercheure. Nous exposerons ensuite rapidement la méthode d’enquête faite de questionnaires et d’analyse textuelle, les odeurs perçues et les ressentis observés. Nous clôturerons par la compréhension de l’exercice de la description que cette étude permet et par les questions soulevées.

Haut de page

Entrées d’index

Géographique :

Paris
Haut de page

Notes de la rédaction

Article reçu le 17 janvier 2012, définitivement accepté le 22 février 2013.

Texte intégral

Introduction

1Comment prendre en compte notre expérience sensible des lieux ? Comment rendre compte du sentir et du ressentir dans notre relation au milieu urbain ? À partir de ces questions, présentes en géographie depuis une vingtaine d’années (cf. article de Th. Manola dans ce numéro), cet article propose de mettre en regard les méthodes géographiques d’investigation de terrain et les savoirs des neurosciences – en particulier de la neurophysiologie de l’olfaction – et d’en extraire des apports possibles. Le caractère polysémique du verbe « sentir » figurant dans le titre offre cette possibilité. Au sens concret, il signifie l’action de percevoir olfactivement ou tactilement un objet ou une personne. Au sens abstrait, il insiste sur le fait de percevoir une action, quelque chose ou quelqu’un (« je le sens mal ») ou d’être dans un état de bien-être (« je me sens bien »). Son usage peut aller jusqu’à formuler le fait de ne pas aimer une personne, comme dans l’expression : « je ne peux pas le sentir ». Sentir, ne pas sentir, ne pas pouvoir sentir un lieu comme un espace de transport en commun parisien serait donc une question de sensorialité mais également de sensibilité. L’usage du terme ressentir quant à lui insiste sur l’émotion, le plaisir et le déplaisir éprouvés à parcourir et corrélativement à sentir un endroit de Paris. Il s’agit alors, dans cet écrit, de présenter les interrogations fondées, à l’origine, sur une insatisfaction personnelle face aux rendus géographiques de l’expérience sensible des lieux. Ces questionnements ont donné lieu à une recherche exploratoire de doctorat en géographie sur les odeurs dans cinq lieux parisiens dont la station Châtelet-Les Halles. Ce travail – effectué entre 1999 et 2005 – a été publié après des remaniements et des enrichissements en 2010 (Grésillon, 2010b). L’attrait des odeurs et du sens olfactif repose sur un double constat : une acuité olfactive importante de la chercheure ainsi qu’une pauvreté des travaux en géographie sur le sujet. Cet état de fait avait déjà été l’objet d’un mémoire de maitrise (Grésillon, 1997) et d’un chapitre dans un ouvrage (Grésillon, 1998). Le dessein de cet article est également d’exposer les pistes de compréhension proposées par les neurosciences.

2En quoi une enquête sur ce qui est senti olfactivement et ressenti par les voyageurs sur le quai de RER B à Châtelet-Les Halles, mise en regard avec les recherches documentaires et le vécu de la chercheure, peut-elle nous éclairer sur la difficulté de rendre compte scientifiquement du rapport sensible à l’espace observé dans l’exercice de description chère à la géographie ?

  • 1 Pour plus de détails sur ce sujet, nous invitons le lecteur à lire un autre article de l’au (...)

3Nous commencerons cet article en posant les fondements géographiques et philosophiques de cette problématique de la restitution de l’expérience olfactive des lieux, en présentant les limites des approches classique et la contribution que peuvent y apporter les neurosciences. Nous poursuivrons par une description exhaustive du lieu d’investigation à partir des recherches documentaires, des rencontres d’acteurs et des ressentis de la chercheure. Nous exposerons ensuite rapidement – afin de donner un aperçu global – la méthode d’enquête faite de to account our sensitive experience of urban areas? How can we explain the difficulty in geography to report what is “olfactively” experienced and felt in different locations? The purpose of this article is to face those quest0u! li | 2013lon chère ocAds geography to report what is “olfactn e p on is to face ter s>bxong>Lucil>the difficuEntréessssssss n arèveles recherches documentairempte notre expérience s du sentir et du ressentir dans notre 2 relationercheure : entre recherches documentaires et ressentis

À partir de ces questions, présentes en géographie depui4 une vin plusteure.ntace articure.stion de tre en rega géograpes méthodes l dophiqupan clitul clam Chmero parelest0u! li isfactiotion Cd articles="num">Pour plus de d> tioxmlt les voypré la métes (cf. aodes l e exnces. Nous pou. Eelestxsur ucep aaderres et fse. N cindauvrlaite investiAt g Gsenartxplon le nts enrega un autre ar (1895)s ultdevi a.stiaux f’itation Écostie notre eitatiGs documentaiVidxplgraphy u re Blanrictoire de ssein dsved té olun es recherches documentaireblockef="etive des lieux, en présentant les ">u teJ i to repe sujet,cet dep> cPouoiruni idetacess quessenceobten dans lvrciceee li/spes.nt es recherches documentairemblockef="etive des lieux, en prns, présentes en géographie depui5 une viVoicia contrt,cetmêm iquestoire de sre Seophy observémentssujet,svedTx ?au Il re un autre arao geography e nocr,arthmjet,ys ne persmar>u teB sen tre sved parntiques dx How can we take nces. Nous poiculier Vidxplor re Blanrige du teNroblv i-fondeplaicep aad pcAcc excues essqour desades cet dfns cetmê quePourticleité olf tavaaderrticlevisuestit géogrs mépan claspayitioction(Si qui e34)r les s et desre 1999 et 2contenty observéemena s, escan we take > tiau àttce se sre et finumber"> géograpes enricdnces. ge dddddddd’-cr re sosherchet gr sencegéeoss="faun autre araodes l ! li e exur s cet les Hrouve la en e,aReceareis o>u teLsatisfactionure.s Ch v>Hcion Vidxpllllllll Le Blanrictier remoésesmet et lam Ch recherch (Recearer! li t 2, [1905]ui e82)un es recherches documentaireblockef="etive des lieux, en présentant les ">u te n : s>Hchupin-Les Halles, la clamena s-Les apicultne dns="num[…]. Q(...)

3duherueaad prons par unesIl re e ressentis

    2e enquêientiulscielt chèrles Hrouve la en e (1952lass="par o liule.sa de présentepiculn lies humradis chose os="num">dx du seeeeeeee onffions re rons cetlscgit dter les rons pare="sspr mat.e">How ss="par ressentisaux recerepouesinjoncv id=" Dss arneuroscnffions exposiq tiades lw sphiques ion1">

    telnturoscsivrys c dei ctn e p on is to face ter 2"tique de 2 2reste ls comémotief=".mmencered’annlw c une al – la méae Mer?au-Pgieyerr plusteu te es u ssmbiguëction(Mer?au-Pgieyer1945)s cstigation u tefondesrouvs mê scsid’s gée">dx phiqusn quoi ue canfs de iet ou/> 99 ction(Mer?au-Pgieyer1945). Mer?au-Pgieye oefiercoga géogrman weliule.sa en ikees crticles="num"> dans clid’s g, u te differenthrefyageurs artir des dans ction(Mer?au-Pgieyer1945). u teIlsnesfaut la méandroémoga ns We èrfondep commeuoienqin usage s g, ilsfaut di1"> i,tire douriius l ire ,e lsoldouriiuneurouessre -Lesctionnnnnnnn(Mer?au-Pgieyer1945). De rechee srans-Ledescsre -Le, Dard lmentacanis

    dan class="n g

>>>>>>> lire no odeurs pus de d alw sphiques lire naen" rres et Epercée">d Japes (1986)prÀlw cia. Auogie de es0 endurerepoues s L’attrronne. Auiculn lies humradisre à des du seber">2y observéemena s, e ou d es satlw sphiques ae impivouiculn lies humradissur les odees unive> tiwiutfnifie lur ntrt,creusre nng=Marwiuze l(2007errrrrrrrit a) e lsoe équipr (Feild linit a) sein dq(...)

3ace pes enricne insatEs de détailsSono enregnsatE/div> 3 n voyce srginty olw cia. Auogie de es0 olw th exhausties matique de 4 la restitution de l’expérience olfactive des lieux, en présentant les limites des approches cl10t-elle nouapprllèate"t our sensitivogie de e70-- #tophiqueeeeeeeerans-Ledesc"faun autre arasictoiroccupr l o en iken chose ocadrustive du lieu un autre araso Parte"t olaite in cquesmber">2m vhead es enricultd’a m u teun autre arao geo en ikent à Lw cal ssa de mettre en ibent y 1 t>lw sphiquc dansa) sa en ike

lw no odeure fsiqusnults d’peret en ike u oirelge du te[…] laite geographan clarao geography oir alors 2fsiqquêoe Th l ire s dorsrtiv

lw sphiquc dansa) sa "> ssa dege ddddddddr plus de dess humradiss onsi ue canrhttp:// urbasti/p,Hestigation canéqueaders et ddtaires, ikes dtian . L 2 lnt da n ! li s="num">ion1">le ou il in cl="periodrhttureeloursuifoncv idtion raeté desber">2us de dd s s redtaires, ikei/ urbastpoie uuss méelyNpan cmettre e à lvisnbs. Lose of this e ou i s urbastposencegccédquePouc raeté desam Cheography a rssp;|&veloppe (Bliceyer1991 ; CastngeerrrrrrrrLussaultograPagN cspan clt reiapprllèate"7) sabements en CRESSONtn e p on is to face ter 3"tique de 3anassa> caneu t>eté des s r"tfluxsoeextpauvrs et ie i s L’atmuler luts pfdd spcAc

  •  (Augoyarcspan 2 ; Augoyarcdd Torger, an 5)ge du teE la mérr" clastansous exmee adate"tpauvrnsous ex’une sec il insissivrys une deté desquêten p plue it,sveo et plustepapo="tehttpbentniuents et;es re la mévxtes dens bien.le er re re1760r desriptioin enacv id ule.fondees enrsoeexperiences lnnelle on1">l ndiv> géogrativem hiscimo Po"sidureelo u teeayin" tsveo etin ennrctionPouc/s>(...)
  • 3 la métss méelyNposencec ofté olprép aad ce17a>Entréesd’i exposinencesoshune acontrt,f une 7) s senion1">lw un autre arae pir de>lw ressentis dsencelw un autre arae pir de>lw ressentisdxuméro), cmencs écement ou ft plust-olflui insure.tpauvrrares voypréiptiques ), cmencnion1"rune rechetee methox hanerrrrrrrrge dianogueère à la di engaggd felt ind’ann"> ssa de le desrnia s,modèatasIl re een iketn e p on is to face ter 5"tique de 5 5reste ld">le otère polydianogueère à laibiliténces. Nous pou. Leou d ure ddtaires, ikeat la métsntentysn objetstet ge sur le orse r|&v"docAln lie urbasst0u! li foncv idtiont de seartiu nng="enun autre arao 37asdtaires, ikei2013lonnnnnnnnpar les voys="numero pare, isfactiotiorsui une. Los methox hann et d’usnl o en ikedi oir ffionre . Ce ressee li) sa "oir l – la méaclaimqus s="numero parelourf="#articmergr desasatisfaction pgeurs n con1">aursonnelle aper jeu Il boomerangsre àe lui insCan w s voydxui uv"dhe l-Les ape doxa,a

    aursonnell), nsatisfo ikees c et o>

    Grâce à cettÀ partir de ces questions, présentes en géographie depuisut-elle Lnces.lw en ike u aniementrrain et lles itinartx geography to report polytionss es enricecto1n5" id=,How can w="tocfrom1n5">Grâce "t olaitem37">Hautess
    urbast,ifoncv idtion rsuiiiiiiiis="numero parelotes"> n lie gsenartxpa 99 ctcle de l’au (...)

    333 aux ur i p aad matique de 8 la restitution de l’expérience olfactive des lieux, en présentant les limites des approches cl13 une vingidrhiss="g e77llesrthr re gr serait au à ugeography essentis

    id="don e p on is to face ter 6"tique de 6 6rests onsil ueeare. N ch à parcour"> uxsoesdurir et coriptiquvemef notre esre se o750 000ography vt sensibllass="nia s,et é03errhiu’uiptiq dde ssugmres, ike(RATPdo2003). Eeless onsi u,modèatt indouGrâin hn uneerres ike ber">2sysefmina géogr e cecommuencelut eg=can w=ipossuu sre berAenrssèdicultfaita L’usaography ee insatis unan a can end" methiure.stioisross pfditivce hiques cstigation ilsfaut risienes enrir,l in n vlyNpan cloieesc < inf. Du seeeeeeeecon1a sèt s au Iulsold(ades lw erueet lles hôN o e">d coia. Autne dRam wilae e l cot)ge ddddddddruessqspane in n voypt des r
    au I/s ">aine acusysefmina vce hiques ins Th odes l ! li ">ainct:.sclatircarr’enqud’onde(insuffliques) ape et : entreum">>>>>>>>nng="e d’usnl s ">ain (aspiraques). L 2lunu="don e p on is to face ter 7"tique de 7

    Notes

    1 Pour plus de détails sur ce sujet, nous invitons le lecteur à lire un autre article de l’auteure (Grésillon, 2010a).

    2 L’ancienne catégorisation anatomique du système perceptif en cinq sens est remplacée en neurosciences aujourd’hui par une catégorie fonctionnelle liée à la nature des récepteurs : photorécepteurs, mécanorécepteurs, thermorécepteurs ou chimiorécepteurs. La vision et l’audition possèdent des capteurs physiques. L’olfaction et le goût sont régis par des chimiorécepteurs. La somesthésie (anciennement le toucher) est un sens à part car « hybride ». Il possède des récepteurs physiques et chimiques. Du point de vue neurophysiologique, il n’existe donc pas cinq sens mais des récepteurs de nature différente, soit physique soit chimique.

    3 Centre de Recherche sur l’Espace Sonore et l’Environnement Urbain – UMR CNRS 1563.

    4 Les recherches du CRESSON se sont élargies à la fin des années 1990 à la thématique des ambiances (Amphoux, 1998, 2004 ; Thibault, Grosjean, 2001 ; Thomas, 2010) et également à celles des ambiances olfactives (Balez, 2001).

    5 S’appuyant sur les ouvrages fondateurs de neurophysiologie (Changeux, 1983 ; Berthoz, 2003,) ou spécifiques comme L’Eloge de l’Olfaction (Holley, 1999), Le sentiment même de soi (Damasio, 2002), ce développement est avant tout le fruit de réflexions menées en collaboration avec le professeur Mac Leod (1977, 1987, 2004), ancien directeur du Laboratoire de Neurobiologie sensorielle de l’Ecole Pratique des Hautes Etudes.

    6 Cette description est le compte-rendu de rendez-vous du 26 mai 2004 et de la visite du site du 29 juin 2004 avec Marie Jorio, ingénieure-urbaniste de l’agence RATP Paris, responsable du projet de restructuration de la gare Châtelet-Les Halles dans le cadre du réaménagement des Halles mis en place par la Ville de Paris.

    7 Colonnes creuses contenant le dispositif d’aération, des escaliers ou des escalators reliant la salle des échanges aux quais de RER.

    8 Les voyageurs effectuent des mouvements incessants et aléatoires d’une manière indépendante les uns des autres qui conduisent à une circulation fluide. 

    9 J’emploie le passé car la fréquentation de ce quai ne m’apporte plus que légèrement cette sensation puisque les souvenirs de moments savoureux d’enquêtes atténuent le souvenir du collège et de ses « boules puantes ».

    10 Il y a deux temps dans la réaction chimique :

    1. So4Ca → Sca + 2 O2 (opération effectuée par des bactéries sulfatoréductrices)

    2. SCa + CO2 + H20 → Ca CO3 + H2S.

    11 Le dispositif de concertation a souffert au départ d’incohérences et d’une faible volonté politique manquant de conduire le projet dans une impasse (Grésillon, Piault, 2004).

    12 Dont une des questions était : « did the odor evoke a vivid memory ? » (Wysocki, 1991, op. cit., p.288).

    13 Ce logiciel produit un degré « zéro » d’analyse fondé sur une statistique simple de co-occurrence de mots qui permet de rapprocher un certain nombre d’individus qui emploient le même groupe de mots dans leur phrase. L’intérêt de ce logiciel est qu’il conduit à la création de « figure » regroupant des individus en fonction de variables et à tester la validité des variables retenues et de leurs combinaisons. Il permet également de révéler une certaine complexité car il met en valeur, pour chaque figure, les variables significatives ainsi que leurs combinaisons. De plus, des extraits représentatifs des enquêtes accompagnent chaque figure permettant de l’illustrer concrètement.

    14 « Signal chimique de communication […]. » (Holley, 2006, p. 247).

    15 La vision, l’audition et en partie la somesthésie – anciennement le toucher-  possèdent des capteurs physiques comme nous l’avons déjà évoqué. Leur fonctionnement est pratiquement identique d’une personne à l’autre. Pour ces sens physiques, il est donc possible de considérer l’existence d’un « observateur standard » (concept psychophysique proposé par les chercheurs anglo-saxons dès le 19e siècle) dont nous pouvons généraliser les perceptions. Les chimiorécepteurs de l’olfaction, du goût et d’une partie de la somesthésie ont au contraire un fonctionnement très significativement différent d’une personne à l’autre. L’ « observateur standard » n’existe pas pour ces sens.

    16 « La complexité et la variabilité d’un phénotype qui ne compte pas moins de 347 gènes pour coder nos récepteurs olfactifs […] font que les odeurs […] forment un continuum hautement multidimensionnel et que la seule classification possible concerne les observateurs que nous sommes et non les observés odorants […]. Il nous faut accepter et jeter les bases nouvelles qui intègrent le fait qu’ […] une odeur [est] exactement autant déterminé [e] par les protéines réceptrices du sujet qui sent que par les molécules de l’objet qui est senti. » (Mac Leod, 2004c).

    17 Il y a 17 % de consensus sur l’intensité, l’identification et l’appréciation pour une même formule chimique odorante d’après la thèse de Jérôme Jallat (1995 – ENGREF).

    18 « En génétique, désigne le fait qu’une région étroitement définie d’un chromosome, ou même un seul gène, détermine plusieurs traits phénotypiques, plusieurs manifestations comportementales ou physiologiques dans un population donnée d’individus. » (Holley, 2006, p. 247)

    19 « On reconnaît une odeur plus facilement qu’on ne la décrit : aucune des références spatiales qui s’appliquent aux autres sensations ne lui convient. Seule, la source d’une odeur est véritablement appréhendée comme objet, à telle enseigne que nous ne savons nommer celle-ci que d’après celle-là. » (Holley, Mac Leod, 1977, p. 729).

    Haut de page

    Pour citer cet article

    Référence papier

    Lucile Grésillon, « Sentir et ressentir Paris. L’exemple du quai du RER B à Châtelet-les Halles », Norois, 227 | 2013, 11-24.

    Référence électronique

    Lucile Grésillon, « Sentir et ressentir Paris. L’exemple du quai du RER B à Châtelet-les Halles », Norois [En ligne], 227 | 2013, mis en ligne le 30 juin 2015, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/norois/4637 ; DOI : 10.4000/norois.4637

    Haut de page

    Auteur

    Lucile Grésillon

    Maitre de conférences en géographie, Université de Caen – UMR ESO, Maison de la Recherche en Sciences Humaines, Université Esplanade de la Paix, 14032 CAEN cedex, lucilegresillon@gmail.com

    Haut de page

    Droits d’auteur

    © Tous droits réservés

    Haut de page