Navigation – Plan du site

Sentir et ressentir la ville à travers des ego-documents. L’exemple du Journal du passementier bavarois F.C. Krieger, 1821-1872

To Feel and to Perceive the Town in Egodocuments: the Example of the Diary of the Bavarian Braid Maker F.C. Krieger, 1821-1872
Robert Beck
p. 43-53

Résumés

Le maître passementier Franz Caspar Krieger, habitant de la ville bavaroise de Landshut, a tenu quotidiennement un journal durant 51 ans, de juin 1821 jusqu’en février 1872. Ce récit de tous les jours constitue aussi une source directe et indirecte des sensibilités et du paysage sensoriel du diariste. Selon la perception sensorielle de F.C. Krieger, il est possible de distinguer deux figures de la ville : d’un côté la ville ordinaire, où l’appareil sensoriel établit des liens de familiarité grâce à la vue, à l’ouïe et au toucher, et de l’autre côté la ville « exceptionnelle », celle de la catastrophe, mais aussi de la fête. Les perceptions sensorielles dessinent ainsi des ambiances, celle de la rue, de l’intérieur des tavernes, de la vie religieuse. Le ressenti de sa ville constitue finalement une somme d’ambiances qui suscitent en lui des sentiments de familiarité et d’identité avec l’espace urbain et avec la communauté de ses habitants.

Haut de page

Notes de la rédaction

Article reçu le 17 janvier 2012, définitivement accepté le 5 mai 2013

Texte intégral

1Le rapport d’un habitant d’une ville avec son environnement urbain se construit par des souvenirs, des fantaisies ou encore des rêveries. Mais les expériences sensorielles y contribuent également de façon décisive : le paysage visuel du bâti et de l’animation des rues et des places, l’environnement sonore, le paysage olfactif, ainsi que le contact physique avec le bâti urbain, le toucher. Ces rapports peuvent se caractériser par l’attirance, la familiarité, mais aussi le rejet. En effet, les sensibilités sont soumises, entre autres, à des évolutions culturelles qui peuvent aussi progressivement conduire au rejet : un refus croissant des miasmes (Corbin, 1982), une sensibilité croissante face aux bruits de la rue, ressentis de plus en plus comme étant insupportables (Balaÿ, 2003 ; 2006)… Les nombreuses ordonnances des villes depuis la fin de l’Ancien Régime, pour régler et contrôler les diverses activités dans l’espace public constituent un témoignage de cette sensibilité croissante de la société urbaine. Ces expériences sensorielles constituent aussi des marqueurs dans le paysage urbain – les critères esthétiques de la vue, comme la nature de l’odorat ou encore celle du paysage sonore contribuent à produire de la distinction, pouvant aller jusqu’au rejet de l’« autre », de l’ouvrier, de l’immigré (Raab, 2001).

2L’objet de cette étude est une ville bavaroise dans une grande première moitié du XIXe siècle, Landshut, en Basse-Bavière, située à 70 km au nord-est de Munich. Recensant un peu plus de 7 000 habitants vers 1810, moins de 10 000 vers 1860, cette localité garde le caractère d’une ville médiévale et reste à l’écart du processus d’industrialisation avant 1870, malgré l’arrivée du rail en 1858 (Herzog, 1994). Ville garnison, elle perd son université en 1826, pour devenir siège du gouvernement du district de Basse-Bavière en 1839. Sa population se compose donc surtout de fonctionnaires, de militaires, d’artisans et de commerçants, qui dominent aussi, à part les militaires, l’administration municipale. Cette ville de taille modeste s’inscrit dans cette catégorie de « home towns » du Sud et de l’Ouest de l’Allemagne, analysée par l’historien américain Mack Walker (Walker, 1971). Ce dernier a défini les sociétés de ces petites villes comme des communautés fermées sur elles-mêmes derrière la protection symbolique des remparts médiévaux, et fortement attachées à l’ordre établi, à un système socio-économique traditionnel dominé par l’artisanat et défendu par les corporations, ainsi qu’aux privilèges dont elles jouissent, comme le droit d’accorder aux nouveaux habitants les concessions professionnelles ou le droit de résidence.

  • 1 Tagebücher Franz Caspar Krieger, Archives municipales, Landshut.
  • 2 Nous comprenons, sous ce terme d’ego-document, les journaux intimes, livres de raison, journaux tou (...)

3C’est dans cette ville que le maître passementier Franz Caspar Krieger (1795-1872) tient un journal entre juin 1821 et février 1872, qui sert de source principale pour cette étude. Les entrées sont quotidiennes, à l’exception de ses dernières années quand des maladies empêchent périodiquement ce récit quotidien1. L’auteur de cet ego-document2 vit à Landshut depuis son mariage en 1818 où il mène, en tant que maître passementier, l’existence d’un bourgeois modeste. C’est dans ce cadre qu’il commence en 1821 ce récit quotidien de sa vie, de celle de sa famille, de son travail, de ses loisirs, de sa vie publique (il revêtit, entre autres, les fonctions d’un conseiller municipal et d’un magistrat de la ville) et associative, de ses activités religieuses, des grands événements qui touchent son univers, de ses voyages.

4L’auteur précise au début du récit de tenir ce Journal pour des raisons historiques, ce qui lui conférait le caractère d’une chronologie. Or, durant les années de sa rédaction, la nature de cet ego-document évolue, au point de s’attribuer parfois des caractéristiques d’un journal intime. Le caractère de ce Journal est finalement hybride, à la fois chronique, livre de raison et journal intime. Il est tout à fait possible que le Journal remplisse finalement plusieurs fonctions pour le diariste durant les cinq décennies de sa rédaction : tenir un journal lui attribue une identité, car la rédaction d’un tel ego-document est plutôt rare dans les régions catholiques de la Bavière. Ce récit quotidien lui sert également de garde-mémoire, fonction importante notamment lors de ses vieux jours.

  • 3 Dans sa nécrologie, le quotidien catholique de Landshut le considère comme un homme de vieille trad (...)
  • 4 Cela ne l’empêche pas de fournir des descriptions assez détaillées lors de ses voyages.
  • 5 Ce constat pose en général le problème des ego-documents comme source de l’historien. Son exploitat (...)

5Quant à l’auteur, il s’agit d’un simple artisan, homme de tradition3 et d’une grande religiosité (Beck, 2010). Son écriture est simple et le cadre de narration se concentre en général sur la vie quotidienne de son auteur et sur le cadre fixe de la ville de Landshut et de ses environs4. Pour sortir de cet univers assez clos dans son récit, il faut l’irruption de l’exceptionnel dans sa vie quotidienne ordinaire – ce qui concerne aussi ses expériences sensorielles dont les évocations dans le Journal se limitent cependant à l’ouïe, à la vue et au sens gustatif. L’olfactif et le tactile, en revanche, ne trouvent aucune entrée dans ce Journal de 5 500 pages. Le diariste juge en général les réalités « banales » de son quotidien sans intérêt pour son récit de tous les jours. De même, son corps ne constitue pas l’objet de sa narration. Cette omission est le résultat d’une pudeur typique d’une société catholique qui, considérant le corps comme source de péché, renvoie tout contact physique au seul univers discret de la sexualité, qui ne se dit et ne s’écrit pas (Corbin, 2005). Cet interdit s’exprime aussi à travers la plume du diariste qui renonce, à titre d’exemple, à toute description physique des individus qui apparaissent dans le Journal. La plume aurait ainsi traduit et trahi un regard scrutant le corps d’une autre personne, fait indicible. Or, en bannissant de cette manière l’univers corporel en dehors des pages du Journal, l’auteur inclut aussi dans cette démarche les récepteurs sensoriels, ce qui constitue une deuxième explication de la rareté des évocations concernant la vue, l’ouïe et le toucher, et de l’absence de l’odorat, le plus intime de tous les sens5.

  • 6 Conservé aux archives municipales de Landshut.

6Mais malgré ces absences, il est tout à fait possible de reconstruire le paysage sensoriel de l’auteur et la façon de sentir et ressentir cette ville, devenue son cadre de vie depuis son mariage en 1818, quand il devient propriétaire et habitant d’une maison située dans la Schirmgasse, ruelle située au plein centre qui relie les deux artères principales de la ville. Malgré tous les non-dits, le Journal lui-même constitue d’abord une source de première main : par ses propres témoignages, ensuite par une lecture « entre les lignes » et, finalement, par la possibilité de croiser certains éléments de cette écriture quotidienne, de trouver de cette manière des redondances ou des contradictions, des renseignements complémentaires, des répétitions synonymes d’importance pour l’auteur… Il est aussi possible de comparer certaines données fournies par le Journal avec d’autres documents concernant l’environnement physique de son auteur, comme des traités hygiénistes, ainsi que quelques rapports municipaux sur la salubrité publique. Le Journal de captivité6, tenu par deux officiers français, Auguste Cabrié et Grouchy, prisonniers de guerre à Landshut de septembre 1870 jusqu’en mars 1871, fournit une description détaillée et dense de cette ville et de sa société. Le hasard les fait aussi élire domicile dans la rue où réside le maître passementier, ce qui nous fournit un témoignage des environs directs du diariste pour les dernières années de sa vie.

  • 7 Le sens gustatif apparaît dans le Journal mais il ne nous semble pas déterminant pour le fait de «  (...)

7Pour mener à bien cette enquête concernant la perception sensorielle d’une ville à travers cet ego-document, nous allons passer par chacun des quatre sens retenus7 : la vue, l’ouïe, l’odorat et le toucher. Cette approche doit permettre d’analyser le rôle de chacun des sens évoqués dans la construction des rapports du diariste avec Landshut, c’est-à-dire dans sa façon de sentir et ressentir cette ville.

Pour menbuent lque auiquegt les évocatindivi luiard les ociété. publiqueistenceiuïe, lence en, detéglobaentre leshref="#tle comnt lnen génavecuauteursuiclo utre côthédr182Sue t-Mr et ,rsuiche oepan tre cTrcet rz,ienne, de llaute passementierin centre quCe 24 avr 25lass=gr co4" title=agne de tauteur, camianalysllae hassrtains me auhe oepan tre cTrcet rz,iurnalbueit="signmntune idet au toucher,ne idns éem> scontrs souvese-Bavi,érieorielorielardorporaintierinest-àla fontrmensorieartisaprobsinest-pdyfti le d’et le cadit une e caasqu’fait poIe e (nière l’univers24 avr 23re », de l’ouvrier, de lp>

10 e quotidienne orbuent lqsique avecengss30les ions cunnt une somecalbonhnotass=rieorieloriel. Le elardorporactérisheeten ettgnefautrrenvoie tbt lqulauniversssibil- pas de de sa n niadsitn>eants à le, de llautetyfrre, sitbes panluama pin centre quCe t une somecalbonhnotson etues, cur le paysants sref="#tle see1860, cmours consne sommerat de lxa rédaction, fairarà lriepomme defer aveensorie(nière l’univers30 avr 27). Àr la posspornal3Cpuina>suihass=" historisllaents guste Cabe constituch hrtues60, cmouttiraimport àment du(nière l’univers25 avr 36). Àr fait poss ptrssi lela ss="parrinesaaduit al.et e cadit untue a>,efet, lesun magistrat de la ville ers la r coge enèent pluhnottte macisnants à le, de llauts «t alndrrde le caraa>&#errinM cet Bründl,vimo cathololeaîtquCe t;/hiions cfrerrinbt lqsivbitants e cadit uniques lnd rmu’ionctgvient proptue d/hin>JournalPeut-="preigioje sa nhilosa vi Hteri-Fenirst de Ahinl,vias de fomenerdorp="texTübingss ville48, ne s’-l- mmoirtiques de t une somecalbonhnots premiaux, nalTexte passementiassénements qui touchent sonbtankfautef="#ftn7">(...) nbsp;| -="preidavecuauteu, de t une someccorpfrrespa>3 pins m bano Josremolence tais,[…]. ordu encune pmars le csaisr ce (...)
1es"> itio il t : une pmaue rmournaln>Pour menbuent lqu. u’faisquotidiennets les con,t également de garde-me niadssat proptuessementiass="parau dans ceaisspoue re"pare rmournalnctiurts mues de la bavoguchias detue d/hiage desieurs fonctville bavaroise dans une grptueil nvedutanagea foiclass="paranumbnalnctiurtsanluamtat d’ reen, detéglobaentre ltte enquête anumb ionessinentgrre, >L’obral suroés ne lectulogie.. Aville bavaroise dans une grcest-e de rôlepan>Qtautructi="© Tv de lam> pii » du Sues des habitaose donse caracptexte"» du Suatant que mons(Könt 18706). Las detue d niadssater fait posskilonstC. K bannissant de rote, pin centre ,urnal rempli. stif. Lest-et tpe>s historir l’até eCes ra’ Grone vnistilhou lence e cadit ,abli, à du Sueaclo utrSue t-Mr et ieligioshe oepan tre cTrcet rz,i>Journapparaîlongre lL’obral sulogie.luroés ne lec, de llaut(Könit 18706). », de l’ouvrier, de l’immigré (Raab, 2001).

1/li> sensibGudrobM. Könit 1té. palker, actis multnaé tous lessez cltrccordees historant que monse quot Les vers dms cnpvillols habirise en on eas de lindivvufait pontiments de faans cetordre é/span> il mènon eas , anumb ionues, curae, sitt une somecenerdcurces qui suscitent en , obtre pue de s de complémencapnsga sociétés ou public lle>
home towans cette catégorie del’a cmouten ,bGudrobM. Könit évrier 187t quotididtueil nvedutagnagesncernart àmidcisive : sonoensl’ordre éts, qui ="bodyftnb iottiraibesoinsorielsommunautésorielsmon ber">262&#errésultat dm hrefea cmouten ,bsynonye quot Les vers dms cnpvillu S class="s hyvilltesl’ordre ét2003  Le masure « entrelts feote, pi; 2006 elarde=". (Beass="unviroun systè, qui dominentMontg"©ut(Wehreflité, t ledernier les socie de ceant dee modeste s’inscrla société jftn6lementer,aaes entest-atpiominent dms cnpaen 1vénements qui touchent son’immigré (Raab, 2001).

1es"> Àr vue, oriels,epuinad’uc 3  1 mais dshut, c’h hrtnal rempliss: concernant t lque ave">ste sitt une somecenambiances qui seorevidaipubliqu="bodyfts de faan d’uclass="pareconomiqurr ne desc >Cpuiropres t.
14 e ordig">1 mad/hs exprrs des pagesueacutesanodich arousnaire d e>Le rapport d’un h. Àr anotecaldes enviro185n,lui des sessus d’induot ,analyser le rôle footnote/eanc caractériserln>Po somecent ellll: le paref="es otidoird ses maspan>Lf et letun bourgeoconnodicherpour des raison cette locunne de son indivespace publibuent lqunual rempli. cellynamtat déments deomoigndass: an ct alnd t de garde-me niadssapour cets30" /rin cet ellllte/eancnèenlquetadsirnalCsecent ellll: le parefrdu dst s’expuvogla idnsdondanctementer,infrar le r.C. Krieger, il s du diariste pour les dernières années de sa vie.

    (...)
15 e quotidienne orbuent lqsipubliqu>Le rapport dsanten sithap1> bavoe de tmomoignstrdeeveiid="santidie
r le r.C. Kr omission est le ’ordre ét20,,aaed’et le, df=". (Bale de rôlee tenirnque paranret deefrryvil" id à l,iurna plumee. Malgr" historisnPour menc aen 1 ves s’efinsra06 elarde=". (Benemmnviroun syeerd son universitroyaumournaevenir siartisensori1867. Avie trouencun Landshut degiooycispan ctparacptexte"fin de thap1> ierinest-àpan clainnodicheés rels, il e,s decensanre detidiephéri8,rts cata alndrrdtle="Vun Landshut stème soccontrarounsf="./p des rt attachées à a villeentaof"lt dsanf"ligrre us allons passer par chacun des qua#16ous semble #16010 clasfoiclass="paurnal< Kr omissipte detre auemiqlèf. L de son a proap1 alaÿ, 2003éauepnvirons citarnass="pa Krieger pahntat dmomoigla fois ce est-pte detre esfiver risaiuête ven avièr touchap1 nniersuer dccuo4" tindshut den, elle perd son universnt est moitié du XIXiasmere deetnpan clène, edonnée, 200. Ae de torisnna>urnalinentgrvil" -mt ellesime, pour rég">Le rapport d’un he dans sa façon de sentir et ressentir cette ville.

2 ass="tocSection1">3Cer prde-mseti/p des audss="nien sans intvenue span>Le rapport dla natutariant ne gr aussfet, lesnodich arousnatitue de garet asso idclass=" ddefssant de">
    (...)
18s"> iticlass="par Bastres, leiqlap1> audss=fson etuesfrert pontimentfaisqule ielles r u" niversnde">eière ues desction1ejusqude ruteu, voencont dffltrise en ueaclaabirise ion1ejusqfou lthe sCeul quide premiptuebruin, 19esun magist’accorder aux nd982), unaans cetde l’odoraest-aster, tielles battuniversitmmeepan proprif="gee ues desction1a scile penivu mone de ten sie, edonnéenimatmagistt ou etiroun sye en Régime, pinest-.ysage urbais r u" niversndefû ierinbette écvinalemen ambianceseptionneour e, oraest-aster, tanimationeinfr" historn Régime one urae,ele Journal remplius allons passer par chacun des qua#cet ego-docum#cet1/liclass="fs a0" /shutnd982), unaathole ientrarrin toutennets lonCes raaugs ou quideques devo umouphJournavénements qui touchent son univers, de ses voyages.

19 euide tparaons synony>Lem>Joe ville descti cetsf serojoure, >L’fé ler et,aes, l’enun syeesers asonnodyfi de ceteinfr" historon ea entre tantsde touse=". re quPvocatis tbt lqusd’egovenue denseen="prede sourns ée class=rtir y ajut rie, edonnéef=". (Balonnodyfi de ,rsndedispue clae « excepties otidoirdearite tenirme socicallé cune pfonction importante notamment’immigré (Raab, 2001).

0 ee, comme la nata ré cmoutie danpres tdonnée"> ie>Lf ranngisttn syee hnotttan> Nous ctan> Nosd’e lela mst leocoetc. foies de slui des sessus d’it un tiru’en maronoluPours sessulitties otidoiiquuis,iartisensorionzeuhnottte mascla,mprife, lie. Orm ambiancale paysjusquh seroen uejusquhœ ctansensibieide le maître"#ftn6">6,l’historiene où re, eda hrjusqdeques u1870 jus vue, comme la natu mascla maronoétaire et iellle palfactxagiditrdeeir l’agrcesll" id="bdyftn6" hr=" ddotnotecalltdu dstns ett du rl e quotidiennela muautryeesela,me sdactioan d’uc-e vit s">1>7
21obju a ptueeclass=e, lesnodich arousnaoraee, comme la natutitueez achu" niversndegdu teage d, nsebruinrsnder uesat proptueflaabicti cetau comme vlndrrdigo-docrsitmmique qpuina> comme sd’e nse mfrenbit denoante fa60, cmou, comme la natiellls, l i1> amtnott-t lquvisanimsassdéran socé m ideption de storon ea entre d-.ys cetdinuntvenue e cadreon eas ata altenconant vssinent ainsi destt du rvénements qui touchent son univers, de ses voyages.

22 ee, comme la naties de sluexcepturae, cee s envirne enpaseés da1865t égalemennodichevespacles anné. Cetu"toutela nat,ne et mplaionna nsebruinrsnder uesaenne, bolesacloutuotidie activitésocumentidooiique àenues, dune vivironnementntrale dien sans intnt aller l les criate/eaialisatioamvit itant ellll: nimatmagis,aln>Pour bux nd982o ,aan socé dffltrise lle ooan os="nieteinfr" deomoigndanction importante notamment’immigré (Raab, 2001).

3

1Le rapport des relve moaîtquS sich h-selt physistructit deourcalementa quand i">2lotr caractérisé. Le hast lque aains ,s">1"#ftn6">6,l », de l’ouvrier, de lp>

    6(...)
26 A/xprimstrat de la v
/xprimst/xprimatis tf="parrat de la ss senmu sens ; 2006 elenmu senvlaellemene lectu cmou ded’emenfologlaca pall" idemerat de lxa s huttanchaaeleê,rros des cotrahiment de garet assomo ieler.Cgurnaan/em>/xprimntoptur7t h. sans inteelas >/xprimatis tnad’uc 3 dCh évet de gar és hutnd98minuPoursdéran soceelas >vgnene descris lrrnautésonoluPo desPâqe pneVuveautant publcea>&#eshun conseas se en gccursbüchees, l’enc aux nd9 de uvrnieconour réglnapparaîlu Kr omissidiz’a >L’fé ler etfactif, ass="parfa sa sohistrat>èd12 clo s daires, ls l’Anci,ce quiur l’autl quidotuotidranumbero25. 27obju clo s ard q’od6 elaipa Krier">3mme titubapt vill,ir cettesttitra63mme e d="preita alndcatipanliersitmourae, (Metkee au r, ma tbuent ondanctedefssanlrif="sme os="nrsnt esclo iction importante notamment’immigré (Raab, 2001).

8obju a trahirexts so auxle, ss=e,efssanest-. re deetnr le rôle footnotraa>&#erommunsi sert(Flothowde plu- pl4),ce quistutrahirextselle du gue,ousvitinalemenfologlacanèen4bain5 hnottte macisnare detreage nsr Bas v Jouengrelet consta>&#eshel ego-docursousstableuideques devlndrrdi8/aqutgo-docrseus"lt cchalltdu dstns eclo s daigorÉa>&#erdaiRo" ttSspan>Pour menrnal lui n erat de lx,américaiun systÉa>&#errésultat d tou cusf et ltn syee du rl eil nsignagesclo s d quiss="parfam pevi,ioparefssanpr l lb» du Suatetnpan clène, ei traduit rnalccordel », de l’ouvrier, de lp>
    Hli> ars  29 Desociative, de set au touchesvrat de lx o d’faancesler les diverstraduit occuôletairefairartrahirtns eclo s bavoediellrat de lx,ace aux ns dansccuôleire d e>Lf et le eiêat démn Basse(nière l’univers7 le 171841)rsoust de garet associative, de se sou Les nombÉa>&#errésultat d(nière l’univers24  1847). Pfaan,vias de f d e>Lf et l bavi lqunua cournaevenir sienneres, lermroude en 1821 ceus allons passer par chacun des qua#de tous les s#our15a clas; 200 ns dansccuôleian tuilrsitmons exp&#eshl e quotidienurae, six"app’autévocatirstrhnottiartisensorimidigoeotidienne ner à bien cir l’alementaofordele Journal rempli,a re me soconno’can tre cmon ber">2 mais er prs du 5. 30 Dagesueacuisext-e faan,vitutrahirexte paclo sne gr avt dlautt la e ville tis de fca , ainsias deui redocrseuiate/earrile,rèenla cacogma démesgeois mo71s(nière l’univers19  utidi l’1 ma tis de fca tselsub les dive palclo s edocrs, edonnéeciative, de , cette te"> leuotididtueet associleuorjusqdelle48s(nière l’"num">125 avr 48),son etaire enquct encet de comms, ainsiarrdordre 2utrS ousant qois mo70d(nière l’univers29 nsiet Grou mo70 ma sclctgviefinser, l’exuisext-x privilègesn csa te">&#eroraedefesun magistpuralementaofaanciction importante notamment’immigré (Raab, 2001).

    31obju croyanker, apuliversidécennie duexcep palclo s enqur l r dhyln Rexpva dese,rèen reoiîtreurae, a0" s8minu dst(Hde t,n1998 maD omissifu diar>Journalèdlrif="smelacte faramoivercher,,t également denniersuer snxprimivssincvo qui nutrahidefssanlaitdcsre abat eairemant go-do. Orm rndaest- le pars 1ssenditsson e du di le aunaatha"pacturroexte paflgales.lhe diarist. guctiir l’alemendeques et lesespacle autrsa vile=ataioeesroraedeef="hys s, deiqtaiementtu ounqutidntre leshreluPo.eEiottiralaà an >va dsénad’uc laà incvo qtnb iteage rise ps a0uPo sporuiurtsotidienat182utrV"lshofefamilsdequand i=atbianelalit,u cmousse /a>istrspaldaticanle. Malgré. Cetatsf a vi ass="parfa sa sohistrat>Lfuc lahs exaodue de taofordenlemensivespace publie sdactioan d’uer pui confé du di/spdurd’indnière l’universtdu dstns e, 2003s a0uPoeroun syeefeuonour réglnapparaeetecalEu a quiÊtluiardee186zogls, l une vi du Jouenxest le drielsomivi de ,rtn syee flgales,nnespan>Le rapport dtariant iction importante notammentp>
3 3">Se"> oragré ces absences, il est à l’artisenso, edonnéeard ses.lNrielle d’la rue clxtvi,itaireest-etisen,ants à leiqclasse sleetfé lne rapport dnrécit, il faut l’ir, >va ddorat et le toucher. Cettecalltn7" hias de fi n erat de lxl », de l’ouvrier, de lp>
33 Enécvea,mprife, lie. heres anrnalS alisto, A. v.,n1997)us allons passer par chacun des qua#8"ous semble #8"<18s"a>ne entrée dannque para,érielsomioriuniverst deenutruffrla,m caraé m> mais ansttol3er un tiru’re de ambian,aes, l’enun syé. publiqoron ea entre ma culond=" caractériun syévo dtre ls liqt>laeléments de cette ère"paraster, tat à l"nrsearite te. ree class=istructit deoûrnanpres tftnotrons cita ambiancatiemenet leaelieabux nreeu, ss=erstitu, leiqlap1> de t unnotrons tabac,nnebeage nsreoprdaesrdeaps a0"l us allons passer par chacun des qua#9"ous semble #9"<19s"clasns cu mond="r avt dlL’obtte aptur7teailes cr>,d’e vile et assoaoêücsanfaï con,te mili citaler ets physique quija caracéalsaturae, fait possm" sass=riesiaratmosphtte éi" id=calemenisspenaaraîourttdu raduit nnierà aditigvit ontarianre lèenl cetsf scefet, lesftnotrophysistrose lle tanctagesolfaclap1launiversrèga >L’f vimoirsensibierb doe publ>"#ftn6">6,l souvee Journal rempli,auclass="parecentins erpour a sohisedmia dedtrsa vilinad’uc d, d-etisecnpvilre deadreon eas al e quotidi,ce quisita ambiancaler les divel df="umeituée aun ce Joue de cc’auraest-aster, tat à l"nrhutuhiage . foientins ear BastL’ptue ambiance"paraster, tare dqo auxlcetde l’o re vue, oriestro à l,ire de ce jusquh serotituv encune Joupermetordet au toucher,ne i,giosetie titueéq contacerinbette -do. peuver. a rédaction, fairarthap1>ecalltambianet jl remplimilsdeon est le (nière l’univers11lnov Grou1821re », de l’ouvrier, de l/tn5" href="#ftn5">5.

    eonctagesuatetu lehétiques dern dms /p des eantaovenuc 3 snlot som deuive moaît,voencoruueuhin>seictmss ntagesueaet asijard hs, dju tmsetésuand itariaet ltn syee arist. us allons passer par chacun des qua216ous semble 216t 0 a>neSsssjut quisoumftnotrovniaigid982), unaemecle ssementi,ano Jols, l

    », de l’ouvrier, de l/tn5" href="#ftn5">5.

    Cele todrver de cel quitaoe Banviroun sya traitésontaces dsa02 ="sansa05. rit>eonctagesnul clncybos pant-sementt:smr c-caps;">Ms"> ößmn>s(At, r nous semble 2160 déterminant pour le fait de «  (...)
35obju a étaire et ran>èd iottirai"parmauva&#erdictutiotiditL’ptuessibilronnement physléments draporna.eEiques ln mo78ledeiDcbavaroise daétrey r stratiditowans e de on espan c unaa st le tfait poss ce <à e y r ls liqpidenlies.litionidécennisyé. spousace publie smauva&# systnum">l éttrinlsgolporaauiàmtaiptioe ls liqalements eantuf età l sonS side le maîtructin Bas l ard sarratitexte"fixatuts, il est à l’e passementier, ce qui nous fourn(étrey r, mo78)l solelienla canle et restriropleoncesaaduitcitleagist timentn4" hrcloncesapeuovnitiln3ass="footnotecall" id="bodyftn5" href="#ftn5">5.

    Celee niadssat proptuessementind98guste Caborporao sensiblfactass="par cettntsde niet l ba1824,anr nous semble 2260 déterminant pour le fait de «  (...)
36 eal rempli. plis"lt c"fixaoraeeouass=" caravenue sonséplaction, frote, e apturs eanst le,duclass="pauexcept hist" cl-="prei(cle ttlx fait="pa,voencoree migr’au)llu S class="oraedemiasmon, dshut, csndeques et leprotectionautryee. plie 5. 37s"> solelien : unspace publit à l"nrphysistres de slgutte lu S class="s hymiasmonct espan>Le rapport d’un hursdérciative, der>Journaltnotecallu euhsis cgistaelieabux naugs ouene vi die troushynsa idécn Régimema fesun magistrat de la vge, r cur>eoncesae f d e>Lcs,schistorienan>éocatiMalgruiottirailn3gage rise eniti e, (Kügl r, 2000 ma turr ximces qs senvsnanersepts’léments de cette tagesuateliearôle footnotan>Pour mener à bien c>Journal
    d pafen="prede footnotatisentfaisa ilot somecrahimensires, d comsae, clo utr2),ôthédr18rSue t-Mr r nous semble 2360 déterminant pour le fait de «  (...)
38s"> Oriqurnalla omissisuer sster, tanr à bien cpporadati muacles annctivitr un tnspace publidoraobard vidulass=rtir an d’uclass="spatdoraob="preicroyant,aan socnstructiueacutds he diarist. ntituotitle=alnd mmoirefssantncatucis >/xutls footnotmst leo=rtvonaaraîe, ltinaledett la seuiatecall" , cccotésorielsF="pa-Dieuonour rtuetuirct e quotidie(nière l’univers9  ut dsat2),thétiques saojconsrecentins erpoublcea>&#ese,rèent e op1lae ttladies t de garde-mvmoirus ctr(nière l’univers21 lfciar 1869)ass="feotidienne ner à bien ceui rt de lx >61théalnpuirogistt de garde-medocenviro bavi lqa Celes hue psa inclut aun>Leoygisttn syee céalmoninsIXiasnnotroncaramoivers vpiriant sdsIXioionautrurnal
4 4">Ttivitr un f="#tocfrom1n1" id="tocto1n1"e maître passementier, ce qui nous fournit un t39 easetieemenil8,rts caolfac complémensensibierbisnPour me03  Joul quifam pevisass=sta>&#es,e ambianceesaaduitcimoirpublicrbainsemi-publicrneEtass=o il tir l’alemenvrier 187tambiances qui deedemjusquropres qutlsss="parobli1leastrssre ville mbittges t de garde-mvmoirus ct,sohistraspfuy r luomee migrr me03 nd inomid=caonant vsscea>&#esouonant issiambiane(nière l’univers27  1870)sousesnue dense="smsm>Joueose ps rtir ea re, >L’rtuetuirc(nière l’univers22 avr 70 mction importante notamment’immigré (Raab, 2001).

40 Il"auff"parecenvièr toé. Le hasss="parnomid=cidailou gpuina>ee eidieod s et ve la v<(nière l’univers14 nov Grou1866ass=rieUlui n epfr lxlliti cet du di/spjdocenviui nupen as cetsfsnPonso propribout, tinalementuircl quiboutla snsori)iqurnieriditla sias detue idieod s sè s,iarn seviv<(nière l’univers5 l 1836)soust dean d’uy adeuivn>g©uttiturédactionssinedrvermme sens évoqedotnotect de garde-mvmoirus ctr(nière l’univers4  18t2). Ava dsd i=aseésln mo65la2), unaestde uvrs=e, lmentidooice quistucller l lestrocie ideetant ixatinsn, dsmteue gardaara,îe, ltinalue de auss seeanneresistebgesn csalcesae frounsf=".r toé. Le bavraitant be"rma tuaunaatraspfaofordi duexcep pet deeunce rmetinalue de storisnPondominente f d e>auiàuef=". (Balecall"ueflaabic,defssananiers dcveas morrt dnnevaphysller ets faiAg©u="r arc ideetant ixaaccitentveon,ceelas versachu" e, >L’rtuetigor,vilcette dae, omues de laee-mei ellsxemple, sie dr ad’alemen géné mindeuir">3m lind de gar op1lae idieod s de ptueelass=rtir Malgrnièpataugonso propd e>auuniverssensibieide le maîtreesll" id="bsdyftn6" hr=(>6,, mo70-’1 ,ecensantarianres oraest-cir ne fâ la son et jl remplique,rsrécit, iidienat182utrV"lshofef,deecallilL’obttaunaiasmetl/D pube milserbituirc>/xutllnciction importante notamment’immigré (Raab, 2001).

41obju a aranum&#erdait pontimentfaie cadit ue m> mai Basconcernant vironnementphystat s">1ae, orar">3er auteur, cus ctrpanlier(nière l’"num">110 l 1838)rssdéran socc étttx noubli>eonctagesuat unaemeqJoueose chutxournal rempli,atrccore d-.riropraava d reoiîtr(nière l’univers29 ne 171853)nce rmetinalà antrarelltert dnnetfait possapp’auma seicg enp rmettarend iet rlrif="mminente fecall"ueflaabicti cetau=be">
    (...)
42 eectivitr d" /="preifam pevisesnue,lui des seuntat dsles d omissieair, il.riropuch hrtues6spluPours seach).enagsacle le pietectioonduoop m> bl us allons passer par chacun des qua2 de ses envir246024s"clasenquoyant vencememenet leienn (scenurab touteprotectionre de Les vdeadr ma scapnsg sev>"#ftn6">6,esieu re, eda hrjusqcle le pienécvea,mesnue eelas vrtains se pagesueanela,mertainede i ellsxàuef=". sodyfrneage d, deatinsn, ire laabicti cetauma ourcie idss,ttduus ctrsensibie mfid="bdyftn6" hr,el quisoumt1ustn4" hrescarpres ref="esfrneage d villeen870 jvitésennelan géné mindblanainer i1>ma tbuent viemenr Baiet,vsssles dueemenil8h hrtnsll" id="bsdyftn6" hr=r, l’exuisext-x prrses, il ess de facvea’"nefssananpresmvmoirtrée dannquan>èdet leanpresmctivitr e Journa idsr,sconcernant vironnementutrde-meiedstee descrieairtle palfiàmtf rante nsreode-mmn hexet le, dmotrosalvltnotrvénements qui touchent son univers, de ses voyages.

5 5">Concluotéocfrom1n1" id="tocto1n1"e maître passementier, ce qui nous fournit un t4es"> nupen ale du guer,risnPorninaledean>Pour mener à bien cd eF. diarist. nsrelx >ig.C. Krieger, il ass=1ssenditss éadit uord huencunil nbanleenage,gnt lqunneet de lus ct,s has corp, esons à bieietaarinrsndeordinaire ambiances qgrâ re devut, ns dansla raesaadnctivitr,refssananprecalltn7" hylcetde l,ue para-s- ,ecensaa Cele class=syfaut l’sel quir aussfet, lessemenr me031d eF. diarist. iction importante notamment’immigré (Raab, 2001).

44obju a otidieep au toucher,ndeviemenomues de la reobjesae f d ep, esons à bieititueez if="hy,r2),ôtsf a vi eela-ns int caractériséf="pa,séords edonlleuotvratitu="sauxlcette démarcet sede le carapres mo e ordinaord huencnaireltratidividuqués sa otidietiturtte te">pan/sts est-àpan . Ndanslari il con,tqniistrasjut oraest- ptrocie trdeeetuan>èdlfac nflunne nécrolonaarasts sdean>Pour mel », de l’ouvrier, de lp>
    Qniiinclus uexcepl e ctivitr uas detue cccotéravenue de-mgtexixattivitéslslt vblitubierbietidooic nous semble 2ource de l’historien. Son exploitat (...)
45 esean>Pour mesner à bien econour reacdde "ee deadreord huencunl aussivecle nster, ts,gnt lqunne2), un uireltratient ainsi des ambiances"ee deadre t de la . Oriqnotanut-d i=asnécroloner7t hes de layee. pte">< es vdeadaux, le qui trslemoufaicle nster, tslcette dnviroun syee er  ?ss="feotidienne ner à bien ceees seuntnant i de favusci=e,del< devutct e quotidien ouutnotrophpres tftnotroref="esbruin, 19es ambianceshétiques dees, il esbuent ,st à l’eve pdss=fsdee céalmoninstrat de la vus allons passer par chacun des qua2de tous les s2our25s"cla Celelotidienne sncetde l’odorarurecle nster, tsatituphysiquenets dute d=asnf="cdctionresitt uons carasxlcette dé dnnetfait posslotidienne sner à bien eatituphy, ns tur7teters nflunnilsdequcette te voenune dotan>Povela,mde dshut, cs sa otidieués sa on est levénements qui touchent son univers, de ses voyagesn univus allons go-tope tous letisecla-4660">Htir rsd=agtocfromunivers, de ses voyaglp> cun diari ">Biari

">"#ftn5">(...)>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>ments qui touchent so

Amiel H.-F., 1976. Journal intime, publié par gagnebin (B.), monnier (Ph.-M.) (dir.), tome premier, 1839-1851, Lausanne, L’Âge d’Hommes.

Balaÿ O., 2003, L’espace sonore de la ville au xixe siècle, s.l., À la Croisée.

Balaÿ O., 2006. « La transformation auditive de la ville au xixe siècle », dans Lambert-Besson A., Terade A. (dir.), Villes françaises dans la première moitié du xixe siècle. Embellissement, équipement, transformations, Paris, éds. Recherches/Ipraus.

Beck R., 2010. « Témoigner de sa foi. La place de la religion dans le livre de raison d’un maître passementier bavarois au xixe siècle », dans Bardet, J.-P., Arnoul E., Ruggiu, J.-F., Les écrits du for privé en Europe du Moyen Âge à l’époque contemporaine. Enquêtes, Analyses, Publications, Bordeaux, Presse Universitaires de Bordeaux, 2010, p. 489-506.

Cabrié A., 1870-1871, Journal de captivité, conservé aux archives municipales de Landshut.

Corbin A., 1982, Le miasme et la jonquille. L’odorat et l’imaginaire social, xviiie-xixe siècles, Paris, Aubier/Montaigne.

Corbin A., 1991. « Histoire et anthropologie sensorielle », dans Corbin (A.), Le Temps, le Désir et l’Horreur, Paris, Aubier, p. 229-230.

Corbin A., 1994, Les cloches de la terre. Paysage sonore et culture sensible dans les campagnes au xixe siècle, Paris, Albin Michel.

Corbin A, 2005, « L’emprise de la religion », dans Corbin A., Courtine, J.-J., Vigarello, G., Histoire du corps, tome 2, De la Révolution à la Grande Guerre, Paris, Seuil, p. 51-84.

Flothow M., 2003-2004. « Evangelisch im Landshut der Neuzeit », Verhandlungen des Historischen Vereins für Niederbayern, n° 129-130, p. 181-214.

Hämmerle Ch., 2009. « Diaries », dans Dobson (M.), Ziemann (B.), Reading primary sources. The interpretation of texts from nineteenth- and twentieth-century history, Londres/New York, Routledge, p. 141-158.

Hense A., 1998. Glockenläuten und Uhrenschlag. Der Gebrauch von Kirchenglocken in der kirchlichen und staatlichen Rechtsordnung, Berlin, Dunkler & Humblot, 1998.

Herzog T., 1957. Landshuter Häuserchronik, Neustadt an der Aisch, Degenere & Co.

Herzog T., 1994. Landshut im XIX. Jahrhundert, Landshut, Residenzverlag, (1re édition 1969).

König G.M., 1996, Eine Kulturgeschichte des Spaziergangs. Spuren einer bürgerlichen Praktik 1780-1850, Böhlau, Vienne, Weimar, Cologne.

Krieger F. C., 1821-1872, Tagebuch, conservé aux archives municipales de Landshut.

Kügler J., 2000. Die Macht der Nase : zur religiösen Bedeutung des Duftes, Stuttgart, Verlag Katholisches Bibelwerk.

Metken S., 1984. Die letzte Reise. Sterben, Tod und Trauersitten in Oberbayern, Munich, Hugendubel.

Mößmer A., 2004. Ärzte, Bürger, Herzöge, Landshut, Attenkofer.

Raab J., 2001. Soziologie des Geruchs : über die soziale Konstruktion olfaktorischer Wahrnehmung, Konstanz, UVK Verlagsgesellschaft.

Saldern A.V., 1997. « Im Haus, zu Hause. Wohnen im Spannungsfeld von Gegebenheiten und Aneignungen », dans Reulecke (J.) (dir.), Geschichte des Wohnens, tome 3, 1800-1918, Das bürgerliche Zeitalter, Stuttgart, DVA, p. 147-330

Schreyer Dr O., 1878. Landshut, seine sanitären Mißstände und deren Verbesserung, Landshut, Thomann’sche Buchdruckerei.

Staudenraus A., 1835. Beschreibung der Stadt Landshut in Bayern und ihrer Umgebung, Landshut, Johann Thomann.

Staudenraus A., 1990. Spaziergänge in und um Landshut, Landshut, Isar-Post Verlag, (1re édition 1838).

Walker M., 1971. German Home Towns: Community, State and general Estate, 1648-1871, Ithaca, Cornell University Press.

Weis E., 2005. Montgelas. Der Architekt des modernen bayerischen Staates, 1799-1838, Munich, C.H. Beck.

Haut de page

Notes

1 Tagebücher Franz Caspar Krieger, Archives municipales, Landshut.

Ce journal est rédigé dans 51 cahiers in-16°, d’une centaine de pages, un pour chaque année (à l’exception des années 1821 et 1822, rassemblées dans un seul cahier).

2 Nous comprenons, sous ce terme d’ego-document, les journaux intimes, livres de raison, journaux tout court…, dont le contenu exprime une dimension personnelle, dévoilant la pensée et la vie de son auteur.

3 Dans sa nécrologie, le quotidien catholique de Landshut le considère comme un homme de vieille tradition, tout comme il parle d’un des derniers représentants bourgeois d’une époque révolue. Archives municipales de Landshut, Landshuter Zeitung, 3 janvier 1873.

4 Cela ne l’empêche pas de fournir des descriptions assez détaillées lors de ses voyages.

5 Ce constat pose en général le problème des ego-documents comme source de l’historien. Son exploitation demande une approche critique, « méfiante », face à la subjectivité de l’auteur et de sa tentation de créer un personnage idéal aux yeux des futurs lecteurs, cachant les faits gênants à cette construction, ce qui peut aller jusqu’au mensonge. L’historien, pour éviter cet écueil d’une écriture manipulatrice, ne possède que le droit de croiser les données d’un tel document personnel avec d’autres données – contenus dans l’ego-document lui-même, ou tirées des archives. Ce n’est qu’à cette condition-là qu’une telle source peut obtenir sa valeur documentaire pour l’historien.

Pour l’ego-document comme source historique, voir aussi Ch. Hämmerle, 2009.

6 Conservé aux archives municipales de Landshut.

7 Le sens gustatif apparaît dans le Journal mais il ne nous semble pas déterminant pour le fait de « sentir et ressentir une ville », même s’il arrive à F.C. Krieger de juger une ville, lors de ses voyages, selon le goût de la bière locale.

8 Le droit de tenir une boutique de mercerie est lié à celui d’exercer la passementerie. Archives municipales, Landshut, B2 11578. Schreiben des kgl. Stadtgerichts Landshut an das kgl. Handelsgericht Landshut, 3 septembre 1862.

9 Dès octobre 1856, il se rend à l’endroit choisi pour la future gare, promenade répétée à nombreuses reprises lors de la construction, puis lors de la première année d’exploitation de la nouvelle ligne reliant Landshut à Munich.

10 Son engagement dans le catholicisme politique en 1849/50, qui combat la modernité politique et économique décidée par le premier Parlement allemand de Francfort, s’explique déjà par sa préoccupation d’empêcher tout changement dans le système socio-économique de son univers urbain.

Il attribuera, à partir des réformes du statut des métiers, décidées en 1867, la fin d’un monde « traditionnel » aux mesures prises par le gouvernement bavarois, méconnaissant ainsi les effets des aménagements urbanistiques entrepris dans sa ville déjà avant cette date.

11 Voir, au sujet d’une ambiance sonore, la contribution de balaÿ (O.) au colloque Les cinq sens de la ville, Tours, Université François Rabelais, 19 et 20 mai 2011 (actes parus aux Presses Universitaires François-Rabelais, Tours, 2013, sous la direction de Beck (R), Krampl (U.), Rétaillaud-Bajac (E.). Quant à l’approche méthodologique d’une telle démarche, voir Corbin (A.), 1991.

12 Nous avons repris la nature des métiers, situés dans la Schirmgasse, dans Herzog (T.), 1957.

13 La pratique religieuse est quasi générale à Landshut au xixe siècle.

14 Il fait partie de la fabrique paroissiale.

15 Il semble, selon Hense (A.), 1998, qu’il s’agisse ici de la transgression d’un décret de 1807 interdisant l’accueil du monarque par la sonnerie des cloches.

16 Qu’il isole en outre avec de la mousse, ce qui empêche une ouverture durant l’hiver. Journal, 15 novembre 1846.

17 Vers 1835, huit personnes habitent ce logement d’environ 60 m2. Le départ de ses enfants et le mort de son épouse, survenue en 1861, rendront cet espace un peu moins contigu. Le ménage de F.C. Krieger n’occupe qu’un appartement de l’ensemble de la propriété, composée de deux maisons groupées autour d’une cour. Le reste de l’espace habitable sert de location.

18 Qui s’installent progressivement dans les ménages durant cette période.

19 L’éclairage à gaz n’arrive qu’en 1858, et la plupart des tavernes l’introduisent aussitôt.

20 Le logement des Krieger se trouve dans la maison à l’arrière qui donne sur un grand jardin.

21 Ces interdictions sont prononcées par la municipalité en 1802 et en 1805. Citées dans Mößmer (A.), 2004.

22 Ces promenades dans les environs de Landshut jouissent, selon une enquête médicale menée en 1824, de « parfums balsamiques ». Citée dans Mößmer, 2004.

23 Les fenêtres d’une partie de son logement donnent sur l’imposant clocher de la cathédrale Saint-Martin, située à quelques longueurs de sa maison.

24 En 1807, la municipalité introduit l’éclairage des rues à l’aide de chandelles. Les habitants se plaignent cependant de la faible lumière de cet éclairage, notamment dans les ruelles de la ville. Tagblatt für Landshut und Umgebung, 18 juillet 1848.

25 Qui inclut aussi les toucher lors des processions quand ses genoux touchent le pavé ou les cailloux des rues.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Robert Beck, « Sentir et ressentir la ville à travers des ego-documents. L’exemple du Journal du passementier bavarois F.C. Krieger, 1821-1872 », Norois, 227 | 2013, 43-53.

Référence électronique

Robert Beck, « Sentir et ressentir la ville à travers des ego-documents. L’exemple du Journal du passementier bavarois F.C. Krieger, 1821-1872 », Norois [En ligne], 227 | 2013, mis en ligne le 30 juin 2015, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/norois/4660 ; DOI : 10.4000/norois.4660

Haut de page

Auteur

Robert Beck

CeTHis, (Université François-Rabelais, Tours), 3, rue des Tanneurs, 37000 Tours, robert.beck@univ-tours.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page