Navigation – Plan du site

Saint-Pierre et Miquelon, îles frontière

Christian Fleury
p. 25-40

Résumés

Situé à 24 kilomètres de l’île canadienne de Terre-Neuve, l’archipel français de Saint-Pierre et Miquelon comptait environ 6 300 habitants au recensement de 2001. Sa situation périphérique, à l’extrême est du continent nord américain, conduit à le considérer comme un espace insulaire marqué par la dépendance d’une part à la métropole et d’autre part à son voisin canadien. Dans ses relations avec celui-ci, deux axes sont envisagés, traités selon une double approche, diachronique et multiscalaire :
– La frontière maritime qui sépare la France et le Canada est l’objet de litiges qui mettent en évidence les difficultés d’adapter la course à la territorialisation de la mer par les États à des activités socio-économiques transfrontalières (pêche et exploitation d’hydrocarbures en l’occurrence) ;
– Toute frontière politique se caractérise par son ambivalence, caractérisée par un jeu d’ouvertures et de fermetures. Elle peut être considérée comme une zone d’échanges déterminés à la fois par la proximité spatiale et par les altérités politiques, institutionnelles, économiques, linguistiques, culturelles. Malgré sa petite taille et son faible poids démographique, Saint-Pierre et Miquelon présente à ce titre une grande diversité dans ses relations avec le Canada.

Haut de page

Texte intégral

1L’archipel français de Saint-Pierre et Miquelon est situé à une vingtaine de kilomètres de la côte sud de l’île canadienne de Terre-Neuve (fig 1). La frontière sépare deux territoires géographiquement et économiquement marginaux au sein de leurs États respectifs. L’archipel, collectivité territoriale au statut proche de celui d’un département, dispose pour environ 6 300 habitants d’armatures institutionnelle et administrative réservées en métropole à une population en moyenne 100 fois plus importante. Il bénéficie d’importants transferts financiers et jouit d’un niveau de vie nettement supérieur à celui de voisins qui n’ont pas bénéficié du même soutien gouvernemental pour compenser les effets dévastateurs du moratoire canadien sur la pêche à la morue en 1992. Deux ans plus tard, le Canada et la France ont signé des accords dont l’objectif est de développer la coopération régionale et d’envisager les relations de voisinage selon une tonalité moins conflictuelle que par le passé. À Saint-Pierre et Miquelon, on semble disposé à utiliser les atouts que lui confèrent ses marginalités géographiques et institutionnelles pour diversifier une économie marquée par la dépendance. Géographiquement proche du Canada anglophone, l’archipel intensifie ses relations avec les communautés francophones du Canada atlantique. Il cherche également à développer des activités de dédouanement grâce d’une part à son statut en marge de l’Union européenne et d’autre part à sa situation à proximité des grands courants transatlantiques de marchandises. En outre, la ligne frontière marine tranche à la fois des stocks de poissons et de crustacés et des gisements d’hydrocarbures, éléments transfrontaliers non réductibles aux limites inter étatiques. Leur gestion nécessite donc des mécanismes complexes d’ajustement. Conçu selon une double approche, diachronique et synchronique, ce texte s’attache à décrire les interactions frontalières mises en œuvre à différents niveaux de l’échelle spatiale, du plus près de la ligne virtuelle elle-même, c’est-à-dire en mer, à celles géographiquement plus diffuses des relations culturelles.

Figure 1 : La situation de Saint-Pierre et Miquelon

Figure 1 : La situation de Saint-Pierre et Miquelon

Fleury 2003

Saint-Pierre et Miquelon, à proximité des bancs de Terre-Neuve et de la sphère anglaise

2Depuis sa prise de possession par Jacques Cartier au nom de François 1er en 1536 et jusqu’en 1713, date de sa cession à l’Angleterre en vertu d’une des clauses du traité d’Utrecht (fig. 2), l’archipel est resté faiblement peuplé, de l’ordre de quelques dizaines de personnes. Le navigateur malouin y rencontre des pêcheurs venus de France. Mais le caractère saisonnier de la pêche à la morue qui abonde dans ses environs ne favorise alors pas un développement rapide d’une colonie. La rétrocession à la France en 1763 lors du traité de Paris en fait le seul établissement français en Amérique du Nord, tout entier dévolu à une fonction de point d’appui à la grande pêche métropolitaine, elle-même considérée comme un instrument de formation irremplaçable pour les futures recrues de la Marine Royale. Mais dès cette date, sa situation à proximité de leur patrie désormais sous domination anglaise, conduit un certain nombre de familles d’origine acadienne à considérer l’archipel, et en premier lieu Miquelon, comme un refuge où l’installation n’exclurait pas un éventuel retour sur le continent américain. En effet, la population francophone est expulsée au fur et à mesure de la radicalisation de la politique anglaise en Acadie, territoire discontinu comprenant des établissements de population d’origine française dans les régions correspondant aux provinces actuelles de Nouvelle-Écosse, de l’île du Prince-Édouard et du Nouveau-Brunswick. Depuis 1713, la France ne possède plus en Amérique du nord que l’île Saint-Jean (aujourd’hui île du Prince-Édouard) et l’île Royale (aujourd’hui île du Cap-Breton) sur laquelle a été édifiée la forteresse de Louisbourg. Les populations francophones restées dans les secteurs désormais sous domination anglaise sont de plus en plus menacées jusqu’aux déportations du Grand Dérangement en 1755. Celui-ci a pour conséquence de pousser un certain nombre d’Acadiens à mener une vie errante des deux rives de l’Atlantique pendant plus de cinquante ans, dans l’espoir entêté d’un hypothétique retour en Acadie. Saint-Pierre et Miquelon représente désormais un point d’ancrage pour les plus obstinés, que la volonté royale de ne pas favoriser une installation étrangère à la filière halieutique ne parvient pas à décourager. Jusqu’en 1815, la population vit une alternance de démarrages économiques et de déracinements puisqu’elle est déportée par les Anglais en 1778 et 1793 après avoir été renvoyée en métropole en 1767 sur ordre de Choiseul qui autorise cependant son retour un an plus tard.

Figure 2 : Changements de souveraineté de Saint-Pierre et Miquelon entre 1713 et 1815

Figure 2 : Changements de souveraineté de Saint-Pierre et Miquelon entre 1713 et 1815

3Le traité de Vienne en 1815 marque la fin définitive des conflits armés entre la France et l’Angleterre et mis à part quelques velléités sans suite d’annexions par le Canada ou les États-Unis, notamment dans le contexte des deux guerres mondiales (Guyotjeannin, 1986), la souveraineté française n’est plus remise en cause. Le choix de la France, qui préfère, selon le marché proposé par l’Angleterre, garder Saint-Pierre et Miquelon plutôt que l’île de France, aujourd’hui île Maurice, confirme sa volonté de maintenir une base de pêche dans le secteur avec le même objectif sous-jacent de former une grande quantité d’hommes aux dures conditions de la vie en mer. Pas moins de 12 000 navires et 450 000 hommes auraient ainsi constitué les effectifs de l’armement terre-neuvier français tout au long du xviiie siècle (Brière, 1990). Saint-Pierre développe au cours du xixe siècle une activité de station service à proximité des bancs de Terre-Neuve, zone de hauts fonds et de confluence des eaux douces du fleuve Saint-Laurent et de courants marins chaud, le Gulf Stream, et froid, le Labrador. Ces conditions en font un secteur particulièrement riche en morues attirées par l’abondance de micro-organismes constituant le début de la chaîne alimentaire. L’archipel est alors essentiellement tourné vers le large et le lointain, servant de plate-forme d’avitaillement, de débarque et de transit pour les navires métropolitains ou issus d’autres pays pratiquant la grande pêche. Cette fonction dure, avec des hauts et des bas, jusqu’au moratoire canadien de 1992, décision qui a également comme conséquence de tarir l’approvisionnement de l’usine de transformation du poisson qui emploie alors environ 300 personnes à Saint-Pierre et y constitue la seule activité industrielle. La diversité du peuplement est une conséquence de cette inclusion de l’archipel dans la filière halieutique transatlantique. En effet, à partir du substrat acadien, différents apports contredisent le cliché l’assimilant parfois à un isolat démographique (tableau 1).

Tableau 1 : Répartition du lieu de naissance des personnes ayant contracté un mariage à Saint-Pierre et Miquelon entre 1816 et 1889

Tableau 1 : Répartition du lieu de naissance des personnes ayant contracté un mariage à Saint-Pierre et Miquelon entre 1816 et 1889

(source : Girardin, 1990)

4L’origine des contractants français se répartit presque également entre Saint-Pierre et Miquelon et la métropole. Certains pêcheurs métropolitains, essentiellement d’origine normande, bretonne ou basque, viennent d’abord seuls faire la saison de pêche puis font venir leur famille et s’installent à l’année. D’autres hivernent à Saint-Pierre pour éviter le coût d’un aller et retour, se marient sur place, parfois avec une Terre-Neuvienne. Vers 1850, les conserveries basques se développent et amènent leurs employés. Les fonctionnaires métropolitains constituent progressivement une autre composante de la population.

  • 1 Signalons cependant à ce sujet les travaux de Martijn C, (1996), « Les Mi’kmaks dans les registres (...)

5L’assimilation des personnes originaires de Terre-Neuve se fait en douceur et sans conséquence linguistique. Elle concerne essentiellement des femmes, ce qui explique le peu de traces dans l’anthroponymie locale des noms à consonance anglo-saxonne, alors que Saint-Pierre et Miquelon se situe à 20 kilomètres du Canada anglophone. Sur les 189 personnes nées à Terre-Neuve recensées par Girardin (1990), on compte seulement 18 hommes. Deux facteurs concordants incitent ces femmes à venir à Saint-Pierre. Il s’agit d’une part de la misère à laquelle est confrontée la population essentiellement d’origine irlandaise des petites communautés littorales du sud de Terre-Neuve et d’autre part du besoin d’emplois notamment au cours des périodes de prospérité dont l’exemple le plus significatif est au xxe siècle la période de la Prohibition après la première guerre mondiale. La fin du siècle précédent est également une période de dynamisme économique qui se traduit par l’arrivée de jeunes Terre-Neuviennes destinées aux emplois de domestiques. Ainsi au cours de la période 1880-1889, correspondant d’une part à la dernière décennie recensée par Girardin et d’autre part au début d’un épisode économique dynamique pour l’archipel, 75 mariages concernent des Canadiennes venues de la grande île voisine. Les Mi’kmaks, peuple amérindien allié traditionnel des Français lors des conflits avec les Anglais, représentent un autre apport démographique jusqu’à maintenant peu mis en évidence1.

6Ce brassage constitue un élément de fierté dans le discours d’un certain nombre d’habitants. Telle personne, au patronyme d’origine normande, a du sang amérindien par sa grand-mère. La mère de telle autre, portant un nom basque par son mariage, est native de Terre-Neuve. Sans que cela ait été démontré par une enquête, des propos concordants, font état d’une estimation de l’ordre de 50 % d’habitants ayant une ascendance terre-neuvienne. Mais Saint-Pierre et Miquelon entretient avec son voisinage canadien des relations marquées par le déséquilibre. L’archipel bénéficie de l’ouverture apportée par des activités intégrées dans un vaste mouvement pendulaire transatlantique alors que sur le littoral terre-neuvien, les communautés de pêcheurs sont, en plus de la dureté des conditions climatiques commune à tous dans la région, confrontées le plus souvent à d’importantes difficultés d’ordre économique. Ces relations sont ambivalentes dans la mesure où elles regroupent à la fois des liens matrimoniaux, des échanges économiques, y compris sous forme de contrebande, et des rapports tendus avec les autorités terre-neuviennes qui ont du mal à accepter la présence d’un « corps étranger » à proximité de leurs côtes et qui reprochent d’ailleurs au gouvernement britannique, qui restera son autorité tutélaire jusqu’à l’intégration de Terre-Neuve dans la confédération canadienne en 1949, son peu d’empressement à défendre ses intérêts. La promulgation du Bait Bill en 1887 illustre le conflit d’intérêt entre les autorités et une partie de la population qui s’accommode du voisinage de l’archipel en profitant de son dynamisme. Cette loi interdit la vente de boette, constituée de poissons destinés à servir d’appâts pour la morue, aux pêcheurs de Saint-Pierre et Miquelon afin de ne pas contribuer ainsi à leur effort de pêche. Cette marque déclarée d’hostilité n’est pas bien acceptée par les pêcheurs terre-neuviens qui vivent de ce trafic. Il y a là en matière de relations frontalières plusieurs niveaux de lecture : l’exercice par ses riverains de la frontière au quotidien qui joue notamment sur les différentiels économiques, le jeu conflictuel des autorités locales poussées par des opinions publiques globalement hostiles à la présence étrangère voisine et les relations de niveau supérieur entre les puissances tutélaires qui agissent en fonction d’une combinaison d’intérêts à l’échelon planétaire. Ainsi, les Terre-Neuviens manifestent-ils leur colère et leur incompréhension lorsque le Royaume Uni consent au maintien de la souveraineté de la France vaincue de 1815 sur Saint-Pierre et Miquelon. De l’autre côté, la renonciation par la France en 1904 aux droits de pêche exclusifs sur une partie du littoral terre-neuvien, le French Shore, est très mal reçue sur l’archipel.

7La propension à se sentir mal défendu par la métropole est un élément diachronique très présent dans le dispositif mental de la population. Elle s’associe à un sentiment de méfiance vis-à-vis du voisin canadien. Ce double ressentiment est notamment alimenté par les avatars rencontrés en matière d’appropriation de l’espace marin. En effet, les questions de partage de la mer se sont substituées à celles touchant à la souveraineté des terres, réglées depuis presque deux siècles.

Les conflits frontaliers marins

8Les velléités croissantes de territorialisation de l’espace marin par les États constituent un phénomène géopolitique majeur de la deuxième partie du xxe siècle. À partir de 1945 et de la déclaration unilatérale du président américain Truman, on assiste à une course à l’annexion par les États d’une part de plus en plus importante de la mer, d’abord à travers des revendications sur le plateau continental, puis ensuite sur les eaux elles-mêmes. Ceci ne va pas sans entrer en collision avec les droits historiques en matière de pêche. La territorialisation de l’espace marin, définie en 1982 à Montego Bay selon un modèle théorique, entraîne la multiplication de conflits souvent difficiles à régler. La combinaison île-frontière, telle qu’on la retrouve dans le secteur de Saint-Pierre et Miquelon, cumule les conditions propices à leur émergence. Jusqu’à la seconde guerre mondiale, la mer peut y être considérée comme largement ouverte dans la mesure où il existe peu d’entraves à la pratique halieutique autres qu’économiques ou liées à une carence de la ressource. Dans la nomenclature fournie des conflits d’appropriation de l’espace marin, la frontière maritime franco-canadienne représente un cas parmi d’autres. Il convient cependant d’évoquer la situation particulière occupée par le Canada, au niveau international à propos de ces questions. Premier ou deuxième du monde, au niveau de la Russie, selon des estimations divergentes par la superficie de son plateau continental et la longueur de ses côtes, il fait partie des pays les plus prospères de la planète. Cependant, il fait figure de « nain géopolitique » dans la mesure où sa posture internationale est perçue comme étroitement dépendante de celle des États-Unis, sans oublier son appartenance, même si elle est symbolique, à la Couronne britannique. Or, il trouve dans les dynamiques territoriales concernant la mer qui se mettent progressivement en place à partir des années 1950 de quoi asseoir son audience internationale. Le Canada, souvent en opposition avec ses alliés qui considèrent que, vu leur suprématie technologique et militaire, ils ont plus à perdre qu’à gagner en acceptant l’annexion par tous les États côtiers de leur mer adjacente, trouve des partenaires de poids dans les pays alors dits « du tiers monde » et notamment avec les plus influents et les plus impliqués dans la dynamique de la conférence de Bandung en 1955 comme le Mexique, le Brésil ou l’Indonésie. Cet activisme sur la scène mondiale a des implications locales.

9À partir de la fin des années 1970 et de l’instauration des Zones Économiques Exclusives de 200 milles, le Canada cherche à réguler l’intense activité halieutique sur les bancs. On ne doit également pas perdre de vue le fait que d’autres enjeux concomitants et, au propre et au figuré, sous-jacents, se font jour dans la région. En effet, depuis les années 1960 les prémices d’un conflit entre la France et le Canada se mettent en place à propos de la forte présomption de présence d’importants gisements d’hydrocarbures dans la région. À cet égard, on peut voir une illustration du fait que les enjeux marins s’enfoncent. De maritime, donc concernant la surface et la circulation des navires à des fins stratégiques, les conflits marins se sont progressivement étendus à la colonne d’eau à propos des questions halieutiques avant de concerner également le sol et le sous-sol y compris, en raison des progrès technologiques, à de grandes profondeurs. On retrouve ce processus dans le secteur marin autour de Saint-Pierre et Miquelon. Marqué jusqu’en 1815 par des conflits où les entraves à la circulation des navires s’inscrivaient davantage dans un projet d’appropriation terrestre que maritime, il a ensuite été le théâtre de nombreuses querelles de voisinage à propos des pêcheries de morues et de crustacés. Ces conflits se sont progressivement cristallisés lorsque les droits historiques de pêche se sont trouvés en collision avec l’établissement de limites territoriales que l’on qualifie souvent de « maritime » alors qu’en réalité, elles sont « marines » et « sous-marines », c’est-à-dire concernant la mer dans toute sa verticalité. Les frontières qui s’inscrivent sur le bleu des cartes posent ainsi un double problème, spatial puisque elles tranchent des éléments dynamiques et animaux – cohortes de poissons ou de crustacés – ou statiques et minéraux – gisements de granulats ou d’hydrocarbures – et temporel, puisque leur mise en place intervient après plusieurs siècles de pratiques halieutiques qui les ignoraient.

10Le Canada est un des États en pointe dans la revendication, finalisée à Montego Bay, de la création d’une Zone Économique Exclusive (ZEE) d’une largeur de 188 milles (soit jusqu’à une distance totale de 200 milles des lignes de base en incluant les 12 milles de la mer territoriale) où l’État riverain dispose de droits souverains sur les ressources biologiques et minérales (fig. 3). Décrétée unilatéralement par un certain nombre d’États dont le Canada dès 1977, son établissement déclenche un grand nombre de litiges dans la mesure où le modèle théorique est, en raison des circonstances particulières et notamment la configuration des côtes, souvent inopérant. La présence d’îles étrangères a généralement entraîné des désaccords dont la résolution est, dans le cas le plus fréquent d’absence d’entente bilatérale, confiée à des arbitrages internationaux. Le Canada a pu montrer sa pugnacité avec les trois pays avec lesquels il possède des frontières marines. La question de la frontière dans le golfe du Maine entre le Canada et les États-Unis a fait l’objet d’une longue et âpre négociation en définitive tranchée par la Cour internationale de justice en 1984, plutôt à l’avantage du Canada (Labrecque, 1998). Du côté du Pacifique, les frontières marines entre les deux pays sont toujours virtuelles. Entre le Canada et le Danemark, représentant les intérêts du Groenland, un accord partiel a été signé. Enfin, les conditions du règlement du litige entre la France et le Canada soulèvent toujours dix ans plus tard l’indignation des habitants de Saint-Pierre et Miquelon.

Figure 3 : Saint-Pierre et Miquelon et sa ZEE

Figure 3 : Saint-Pierre et Miquelon et sa ZEE

11En effet, le 10 juin 1992, le tribunal arbitral de New York rend son verdict en ce qui concerne la délimitation de la ZEE française autour de Saint-Pierre et Miquelon. Le jugement y est très mal reçu puisque le secteur attribué par l’instance internationale occupe moins du quart de la superficie réclamée par la France. Sa forme constitue un autre sujet de mécontentement. Appelé depuis lors le « tuyau » par la population, il fait bien les 188 milles de long prévus par la Convention de Montego Bay mais uniquement vers le sud sur une largeur de 10,5 milles marins, c’est-à-dire strictement la projection maximale est-ouest des côtes de l’archipel.

  • 2 Ce cas est à dissocier de celui fort répandu où une ZEE ne débouche pas sur la haute mer en raison (...)

12En outre, le fait, qu’en raison d’effets induits par l’île néo-écossaise des Sables au sud-ouest et par la péninsule terre-neuvienne d’Avalon au nord-est, la ZEE française ne débouche pas sur la haute mer constitue une caractéristique très mal ressentie même si les effets de cet enclavement sont essentiellement symboliques. La plaidoirie canadienne défendant la position selon laquelle Saint-Pierre et Miquelon doit être considéré comme une enclave trouve ici une application maximale puisque les exemples de ZEE enclavées sont à notre connaissance extrêmement rares2. Il convient d’ailleurs de relever la grande différence de moyens mis en œuvre par chacune des parties pour faire valoir son point de vue. Pendant plusieurs années, le Canada a mobilisé sur cette affaire ses spécialistes du droit international et du droit de la mer au service d’avocats qui ont plaidé avec efficacité pour la reconnaissance du concept flou de « circonstances spéciales ». Face à cette machine juridique bien organisée, la France a opposé l’argument de l’équidistance stricte, défendue par une délégation mise, selon des observateurs locaux proches du dossier, dans ces conditions matérielles incompatibles avec la volonté évidemment affichée par les autorités de défendre au mieux les intérêts français. L’épilogue très défavorable à la France n’est en définitive guère surprenant. Il s’ajoute la même année à une autre décision lourde de conséquences pour l’archipel, à savoir le moratoire sur la pêche à la morue décidé par le Canada à l’intérieur de sa ZEE, c’est-à-dire sur la quasi totalité des bancs.

13La situation des stocks de morue est préoccupante depuis les années 1980. Devant la dégradation d’une situation qu’il a contribué à aggraver en vendant des licences par centaines à des navires, soviétiques, polonais et espagnols pour les plus gros armements, aux procédés destructeurs, le Canada décide un moratoire sur la morue. Pour Saint-Pierre et Miquelon, cela représente un coup fatal non seulement à la pêche locale mais également et peut-être surtout aux deux fonctions de la filière halieutique qui la font vivre en amont et en aval, l’avitaillement et la transformation du poisson. En 1969, 1 104 escales de navires étrangers – dont 619 espagnols – avaient été comptabilisées (Cermakian et al., 1970) contre seulement 43 en 2001 (IEDOM, 2002).

14Le ressentiment contre d’une part le voisin canadien et d’autre part la métropole est alors à son comble. C’est dans ce contexte qu’interviennent deux ans plus tard les accords de 1994, signés au plus haut niveau, celui des premiers ministres. Leur objectif est de sortir d’une logique d’affrontement et fixer le cadre de relations apaisées et constructives. Une Commission Mixte de Coopération Régionale est instaurée. Elle s’est réunit chaque année sauf en 1998 où des tensions sur la pêche n’ont pas permis leur tenue. Sa fonction consiste à favoriser et à assurer le suivi de dossiers de coopération entre Saint-Pierre et Miquelon et le Canada. Les accords de 1994 établissent les bases de nouvelles relations selon lesquelles, les questions porteuses de conflits ayant été de fait évacuées par la décision canadienne, les conditions sont paradoxalement réunies pour le développement d’une coopération régionale basée sur le principe du « gagnant-gagnant » expression directement reprise de l’Américain win win et qui revient souvent dans les propos des personnes impliquées. Cette volonté, tournant le dos à une logique d’affrontement, est parfois considérée sur l’archipel comme un « os à ronger » pour faire passer la « pilule amère » des décisions de 1992. D’autres voix, plus positives, considèrent que les accords de 1994 constituent une opportunité de s’affranchir de la dépendance et de jouer les diversifications qui s’imposent d’une part à l’intérieur de la filière halieutique et d’autre part vers d’autres activités.

15Les dispositions prises en 1997 pour 10 ans établissent les conditions d’une reprise très partielle de la pêche à la morue. Dans le secteur du 3Ps (fig. 3), les Français se voient attribuer 15,6 % des quotas établis en commun chaque année. Mais 70 % de ces prises doivent être effectuées par un navire et un équipage canadien. Les 30 % restants sont dévolus à la petite pêche de l’archipel. Il y a là de quoi simplement maintenir quelques dizaines d’emplois à Interpêche mais en aucun cas permettre un véritable redémarrage d’une activité halieutique intégrée sur l’archipel. D’autres quotas, consentis par le Canada à Saint-Pierre et Miquelon hors 3Ps au sud-ouest de Terre-Neuve s’avèrent impossibles à pêcher en raison de l’inadéquation des clauses de l’accord avec la structure de la flottille locale. Les propositions d’échanges de quotas avec les Canadiens n’ont pas été jusqu’à maintenant prises en compte. Confrontés à ces difficultés et à la baisse drastique des apports, la filière pêche de l’archipel s’est lancée dans la diversification, en s’ouvrant à des espèces naguère délaissées comme le crabe des neiges, le bulot, le pétoncle. Les résultats sont mitigés comme en témoignent la disparition du gisement de pétoncles, victime de la prédation de l’étoile de mer, et, pour l’année 2002, la migration vers le sud, donc hors d’atteinte des pêcheurs de l’archipel, de la cohorte de crabe des neiges. Cette dernière pêcherie illustre le décalage entre les bonnes volontés affichées et le difficile exercice de la cohabitation. Selon des sources françaises les pêcheurs de Saint-Pierre et Miquelon n’auraient pas été prévenus en mai 2002 par les autorités canadiennes de la date de reprise de la pêche, et ceci contrairement aux dispositions prévues par l’accord de 1997.

16En outre, la présence de gisements transfrontaliers d’hydrocarbures agite d’une façon plus discrète les relations entre la France et le Canada depuis plusieurs décennies. La ZEE de Saint-Pierre et Miquelon, aussi étroite qu’elle soit, tranche d’importantes réserves (fig. 3). L’ensemble des règles destinées à définir de façon extrêmement précise les droits et devoirs de chacune des parties dans les domaines de l’exploration, de l’exploitation, des redevances, de l’emploi et de l’avitaillement sont regroupées dans un traité dit d’unitisation actuellement en cours de négociation entre les deux pays. Les développements les plus récents révèlent d’importantes divergences de point de vue. En mai 2003, les discussions sont dans une impasse en raison d’un blocage canadien sur la possibilité pour Saint-Pierre et Miquelon d’armer des navires destinés au ravitaillement des plates-formes canadiennes.

17Les difficultés de la filière pêche ont conduit les milieux économiques et politiques à miser sur la coopération régionale dans un souci de diversification cette fois-ci externe à la pêche. L’archipel tente ainsi de jouer de ses différentes qualités de marges, à la fois française, francophone et européenne en Amérique du Nord et d’étendre les spectres économique, culturel, spatial de ses pratiques frontalières.

Saint-Pierre et Miquelon et la péninsule de Burin

18Lorsque l’on considère la proximité entre l’archipel français de Saint-Pierre et Miquelon et la péninsule canadienne de Burin sur l’île de Terre-Neuve, on constate qu’elle concerne deux régions à la fois périphériques et marginales dans leur contexte national respectif.

  • 3 Les DOM sont : Guadeloupe, Guyane, Martinique et Réunion. Les PTOM sont : Mayotte, Nouvelle-Calédon (...)

19L’une et l’autre présentent bien une situation d’éloignement géographique par rapport au centre de leur entité nationale respective. Saint-Pierre et Miquelon dans la nomenclature des Départements d’Outre-Mer (DOM) et des Pays et Territoires d’Outre-Mer (PTOM) appartenant à la France3 présente la particularité d’être le plus proche de la métropole – à peine 4 000 kilomètres – et le territoire dont l’accès est parmi les plus onéreux, du même ordre que pour la Nouvelle-Calédonie ou la Polynésie, 5 fois plus éloignées. Le vol aller et retour métropole/Saint-Pierre via Montréal coûte au minimum 1 000 € en basse saison et son prix peut grimper jusqu’à environ 1 500 € en période estivale. Des solutions à peine moins coûteuses et encore plus pénalisantes en terme de temps existent par Saint-Jean de Terre-Neuve ou Halifax via Londres. La continuité territoriale ne s’applique d’ailleurs pas à Saint-Pierre et Miquelon puisque son accès passe obligatoirement par un changement de vol au Canada, pays qui ne reconnaît pas la notion de transit. Un passager français est donc tenu de présenter un passeport au personnel de l’immigration canadienne avant de reprendre l’avion pour Saint-Pierre.

20La péninsule de Burin peut également être considérée comme périphérique dans le contexte canadien. La route transcanadienne finit – ou commence – son parcours de 9 000 kilomètres au bord de l’Atlantique à Saint-Jean de Terre-Neuve. À partir d’une jonction située à environ 150 kilomètres à l’ouest de Saint-Jean, 200 kilomètres restent à parcourir vers le sud-ouest pour se rendre à Fortune, petite ville portuaire d’environ 2 000 habitants d’où un traversier conduit à Saint-Pierre en une heure, de mai à septembre. Certaines petites communautés de pêcheurs de la côte sud de Terre-Neuve, dans la région de la baie de l’Hermitage par exemple, ne sont pas desservies par un réseau routier asphalté dont elles sont parfois éloignées de plusieurs dizaines de kilomètres.

21La périphérie, attribut géographique, se double dans le cas de Saint-Pierre et Miquelon comme dans celui de la péninsule de Burin d’une marginalité économique, augmentée pour l’archipel français de particularités institutionnelles. Cependant il s’agit de marginalités économiques opposées de part et d’autre de la ligne frontière dans la mesure où les deux espaces considérés présentent des structures économiques et des profils statistiques très divergents.

22Saint-Pierre et Miquelon, après avoir changé trois fois de statut depuis 1945 est depuis 1985 une Collectivité territoriale au sein de la République Française. Proche de celui d’un département, il en diffère cependant sur certains points importants. Le conseil général, organe exécutif, dispose des autonomies fiscale et douanière. Par ailleurs, il possède un rôle consultatif sur les questions régionales, donc frontalières avec le Canada. Les 6 316 habitants de Saint-Pierre et Miquelon (source : INSEE, 1999) bénéficient d’armatures administrative et institutionnelle à peu près équivalentes à celles d’un département métropolitain, en moyenne presque 100 fois plus peuplé (tableau 2). La structure de l’emploi rend compte de cette disproportion puisque, pour l’année 2000, on a recensé 825 emplois de fonctionnaires ou assimilés qui bénéficient d’une bonification salariale de 40 à 70 % par rapport à la métropole. Parmi les emplois atypiques pour une communauté de petite taille mais induits par la situation insulaire et périphérique de l’archipel, on peut citer les exemples du service de l’Aviation Civile qui emploie 37 personnes et l’antenne de Radio France Outre-mer (RFO) qui compte une soixantaine de collaborateurs.

23Économiquement et symboliquement touché par le moratoire canadien sur la pêche à la morue sur les bancs de Terre-Neuve en 1992 très partiellement levé en 1997, l’archipel vit surtout des transferts salariaux de la fonction publique et a vu l’activité de sa filière halieutique maintenue grâce aux subventions gouvernementales. Ces sources de revenus confèrent aux habitants de Saint-Pierre et Miquelon une position globalement enviable dans un proche environnement régional très déprimé et ceci malgré un taux de couverture des importations par les exportations qui, depuis la chute de l’activité de transformation de la morue, se situe bon an mal an autour de 15 %.

Tableau 2 : Évolution 1991-2001 du nombre d’habitants et taux de chômage dans la péninsule de Burin et à Saint-Pierre et Miquelon

Tableau 2 : Évolution 1991-2001 du nombre d’habitants et taux de chômage dans la péninsule de Burin et à Saint-Pierre et Miquelon

(sources : Statistiques Canada 2001 et IEDOM)

24Les communautés littorales très impliquées dans la filière pêche de la côte sud de Terre-Neuve ont été touchées au même titre que Saint-Pierre et Miquelon par le moratoire sur la morue décidé en 1992 par leur gouvernement fédéral. Mais celui-ci n’a pas appliqué les mêmes dispositions aux vertus apaisantes que son homologue français. La différence de stratégie gouvernementale de part et d’autre de la frontière concernant des communautés proches touchées par la même décision est patente et illustre le propos de Claude Raffestin (1983) qui estime que la frontière « sépare deux systèmes d’intention et d’action ». Les gouvernements français ont compensé une implication jugée timorée sur l’archipel dans les grands dossiers touchant aux questions territoriales marines par une politique visant à étouffer les mécontentements sous de substantiels apports financiers. Ceux-ci permettent à l’archipel de présenter des indicateurs économiques et démographiques qui ne laissent pas transparaître les effets négatifs de la crise de la pêche.

  • 4 Mississauga est un pôle industriel de l’agglomération de Toronto, première métropole économique du (...)

25La gestion de la crise de la morue par les gouvernements canadiens, fédéral et provincial, est fondamentalement différente. Les théories néo-conservatrices estimant qu’il faut laisser le marché restaurer l’équilibre économique quitte à provoquer le déplacement de population ont été largement appliquées du côté canadien de la frontière. Cette conception nord américaine privilégie une vision libérale des rapports entre l’homme et ses environnements économique et spatial. Donald J. Savoie (2000) définit une hiérarchie dans les communautés du Canada atlantique susceptibles de trouver des axes de diversification économiques. Il distingue ainsi trois catégories selon leur degré de dépendance à l’activité historique désormais abandonnée à savoir « les communautés qui disposent d’une solide infrastructure administrative et présentent une certaine diversité économique », ensuite celles « qui offrent quelques perspectives de diversification économique mais qui demeurent pauvres en matière d’infrastructures et de soutien administratif » et enfin « les communautés qui ont été totalement dépendantes des pêches, qui comptent peu de chefs d’entreprise et dont les ressources administratives sont trop rares pour qu’elles puissent concevoir, planifier, organiser et entreprendre d’autres activités économiques ». Cette classification constitue un guide de nature à déterminer quelles sont les communautés dont la survie est possible et où l’injection d’argent public est souhaitable. Le degré de crise est un critère moins décisif que le potentiel de rebondissement. Selon cette approche, les communautés littorales et les petites villes du sud de Terre-Neuve sont peu éligibles aux stratégies de diversification. Les habitants sont alors fortement incités à aller chercher du travail « à Calgary ou à Mississauga4 ».

26Le cœur économique et démographique du Canada est situé le long du corridor Windsor-Québec qui englobe Toronto et Montréal. Plus à l’est, les provinces atlantiques essaient de rénover des économies mises à mal par les crises ayant frappé les secteurs traditionnels, pêche, industries minières et forestières essentiellement. Les politiques d’ajustement et la recherche de solutions souvent originales de développement permettent à certaines régions du Canada atlantique de se rapprocher de la moyenne nationale d’un pays qui figure parmi les plus riches du monde. Tel n’est pas encore le cas de Terre-Neuve et Labrador, la plus orientale de ses provinces, et encore moins, à l’intérieur de celle-ci, des régions littorales du Sud (tableau 3).

Tableau 3 : Données économiques comparées de Fortune (péninsule de Burin), de la province de Terre-Neuve et Labrador et du Canada

Tableau 3 : Données économiques comparées de Fortune (péninsule de Burin), de la province de Terre-Neuve et Labrador et du Canada

(source : Statistiques Canada, 1996)

27Saint-Pierre et Miquelon et la péninsule de Burin sont donc confrontés à un même mal, la dépendance, traité de façon radicalement différente par leur gouvernement respectif. Sortir de ces dépendances, ici aux subsides métropolitaines, là aux décisions drastiques peu accompagnées, constitue un défi commun aux voisins français et canadiens. Cependant, on peut considérer que, malgré la petite taille de l’archipel français, la péninsule de Burin constitue pour lui un cadre trop étroit de coopération et n’en fournit donc, malgré la proximité, qu’un élément marginal. Outre le fait que les populations concernées sont peu nombreuses, le talus économique conduit à la perpétuation de rapports marqués par des relations de type dominant-dominé. L’évocation des Terre-Neuviens arrivant les dimanches d’été par le traversier de Fortune pour passer la journée à Saint-Pierre est quelque peu teintée de commisération puisqu’on souligne fréquemment le manque de moyens financiers ne leur la recant pas duyes écontites vion nord(2000)",certain nombre d’Étatants de Saint-Pierre et Miquelon une itant Canaérentiels éonomique cond passacs pares annmn et un me-Neuve. À pSa pêchesule de Burin con,iron 150 7bitants s de , sées commvaca par la suinièion canconomiques, le jété totaa dt à une cax peuts implas">

23En outrère de pêcération et n la struhesule de Burin con,itruh à flus oriequemment le mmon et ncomme ne la délcapon de lane part à e la uchanrs du ds cjant le dn me-Neuve. À pe clastégie gouvappliquuir le printate qu les ui concquelbour Saint-Pierre.s le sest pa petses provincmos, le Cambinaison îleune part de pln pays quientre pln paysatif. urbnombreméricaine prd’autre part versun conflin nombre d’enés xportieur de nfune parturel, snçaise ne dson aie dgu dernit von,itruh inteGral, or-de-Gaulles commeilla canason pns stnature à détatde es a uchanrs du del an aentrexot sur (phot M1a struclale théÉtats-Unis, sadsteession nt margve, la F qui e si les effectif estnt mitigoinéles queshaateurpructures épêcmment la coeteuseaction pas Cambide de la Franest ptinadéquation des cr la c h sud son stratalla dsricaine pronstitue un es commontie de prcile exe sont ur et s au sautre pplusieur les uidernités desont mer sur lpet snnt margstrayeux>

(sourC. F lay>

27En out plus pénimitaurs provoqumrne planégionence de s paspplus en plact de rd sépt-Pierre.

15La pénération régionale danse l’ins franimicadiae sonttructivonc, ma une largtoté écor qu de mntiellement symbaison d’uuus économique condare dedes communautés procaçon et ortants. arirumque de l’ et d’autre de la frontière conest dansau-dede quoiverdinage à pimicadiae Saint-Pierre et Miquelon par lconssrndre les issal.inénidandernitselations de t le Canada. Les

<4 href="#tocfrom1n3" i4="tocto1n3">S4int-Pierre et Miquelon et la pnada. LeStatrectres é issal. relations de ttalières ave

18La pS’archipel, à slestion de la lations de t le Canada. Le un critt de mer lels, pene de a accèvionstitueives.ise,le de sissbe sur ournion publa filition selonoc, la mitselal arrifaeux adu mtselainalesde l’setérêts frannomiques, le je danrc adu mnciers. Ceux-cns poinarturt attrqul fe laloppement d’u lations de t le Ce-Neuve, dans utres actiuridiqque les le Canarocher de avec les plusunautés proccophone et Canada atlantique de ns utres actire moinrejnt à coopération régionale danslactgi les inctres é ’archiilés n particuCanada. Les -cns poinn « me quene Saint-Pierre et Miquelon par lconsr de ses e sa vlarggamm l’ et arités inslturel, spla mnomique, augmitutionnelle à ,cale et ,anière. Par

15SainAu-dede quoitruhesule de Burin con,it-Jean, 200 urpi de ses rovince de Te-Neuve et Labrador, la pésente un clchanges les flus oriennee à Mla suinitants de Saint-Pierre et Miquelon.

cas ehoix depuirchi de li de la pénimité entrial. Doe conseiuseactiériolnt-Pierre et /t-Jean de Terrkiloen p égal considéré comme une as">
(300 en )Montréal. Pl (500 en ), ilavion pourtitue poururvimentsibilité pourdrtir d’uarchipel, on phoren œuv largemsibilité pourdmploi runles exversier de F le sune pourconcquelé le lell3ilomètres à ldint-Jean, 20 strucrpi de ses rovince de Terre-Neuve et Labrador et dr derôle consopulaumne prbnom,nature à détarcesve morabesoe la Rcontiten de lane part ation ont lau de réficient dune joeau, cepréseix don 150 fonctiui e décgibeen 1les uhezes sole s’r derlement êtrôle constionnaireelticulières etmimpossibspplus les plustants de Saint-Pierre et Miquelon une le cas ines deses rov à L’e clastion de len défts nstacc, lasque les eté pa l’avith spi deSaint-Pierre et n étaau, ceprquilibrpt et la rechidanderniécialistes procicadic que li yt progreues f à unet co êtrgdedesne illustif, d’ ànes,ue ltiqufntes qula perpation qui>struCe draste Pèleoy. ariSoc, la (CPS)ganiser eéric est ion de n d’eyanter lprocnoc, ns pc, ma en œuvh inteunpositions frdrtirin l’est, xieur de cellarchipel. D’Lvith spi deSaint-Pier de Terre-Neuve ou Haisosente un clincipe dualément mars résuetomb par ll’annnomies mire-neuvienne d’ont pas dessatifliges au lon cettressourponta de trouerpCPS, Eon 2 000 M en t alorsnnement en c le à un mavith spi deSaint-Pier, 20 sUont pune ivalentes à instauif edans la dinnnomies mires rovince de Tce aux subvendancayante/imasectuées par un nplustants de Saint-Pierre et Miquelon une le cas e de relal décennement de s ànes,uep>

15Éco le sest e sujetena pénimité entrr derlement êtr le cas de Saince etostiumgmitutionnapproprielleer frres roviqufrançais. Laelé le lellt-Pierre.

struclale théÉ enclniser eéren défi totalité des eeru Terre-Neuve et s théole ds de diloignal.inénirotif. Sers le suuvelle-Calnomisont trouobe comr le Canafar du 3Pnce str-eiuseconcern les milinus et il pce gis ou arovot à lsernant ers le sudstitutionnslé le mêmbec qui ssimuvelle-au-Brunswick>

15 MisCairement aux disptions de t le Ce-Neuve, dansince de Tabe Te et eanada atlantique de nss’impoblissent les n des obseère moiconomiques compres la petitmité entrial. Doe, relations entr les plusunautés proccophone et Canada atlantique de t pas dt à lègleges. Leune part de pl pénimité entrle aique trè’autre part versun conegionence de s pasCambinatios qulacnne de Buriarchipel dansne logioriquconceraute,ant à étoie un quee politmité entrurel, spla>

15Éco le soup fte canaalemenrapportse rebsgionence de stidté na, soviégionvitén des Terrl arricr lan ntre les deux rentes qualraeutions qui ln pays é (ulacnne dlignmi la petiositer de len days hver res’ooe. Le dIldste u le Canadynaeuse la préunauté de pacnne de Buuvelle-au-Brunswick>struSoc, largNnale d’Acnne de Be lest d’une oite qulations entr les commoiser ens selonatsplitdonc frtnt-Pierre et Miquelon une/Acnne nss’ail «lêtr le copporte de se rcohnce de se les deuxans de lidté na, soviurel, spla lducas, consnomiques. Il dériques fr communaugrapon cancoà dissctre que èlenlrs é>s le sest pa petses s pas ncmos, le Cs d’unt êtrice d cellant sr des naviération réslducas, consurel, splaMiquvia Londnomiques. Il dA troie len -ilpl pénimre ded des cr 400e> sup>nte/sific d’ey eté pasement décleemiers minictésançais et canAcnne du Cana100e> sup>nte/sific d’ey etdonnéeCanavia Lond001 (I4 encore1 (I5 mêm3ile> sup>nte/sific d’ey eté p etey e derragtndu NordGir

15Éco le sontexte quebondiemect décleeml arrisfrontaliers d’e les cophone et ,coppoe constitte les dntérieuion canatent puiejà consernement respuuvelle-au-Brunswick,vimentsince de Toile ement en cté ufrananada est srestyrançaione et elus procssibspplusanada atlantique de nsadéfts nsidé en 1dpplique ds mécon dispos et ddpp trèrp et d’as pcté d’aconotudi onnfve des cont-Pierre et Miquelon une à envis pas ncprestentir dce dtstrairement aux n me-Neuve. À les deuxnotudi onnfuriarchipel dansunt êtrictionte à emoyeos et ddfonctiui éloigneen s les popas logue frasadiens. Cepe le secte si lpa pet, bonnespasecords decomr le CanaCil génGral, or cont-Pierre et Miquelon une n t pas dtportceursvt décleees à défncierses éconotudu del aopole éco qui co êtrlement être ne la e illuscté d’n mavitUnsité écodntegoctnt ulaun procaborègmmunauté dment pSa prchipel, on pb-au fatadppliqualustsstionnaireevec les navirs canadiennes.

strucion 1991dienne finiatière d’infrnotudu dmre rn c, ma es espèxies de poination de letla Rcontiten de >

15Sainndant il saison de l’itite taille de l’archipel fras provincjde cet eration régionale dansnet co êtrde t ppliquuyur la cdeuxans de lnnts ssment aux açon et oenentsuCette concl. Pl pour Sairévacuionur lint-Pierre et Miquelon une niesicatns la ret soonnement réggraphique par reméricaine pr l’r de ses difficularités institutionnelles. Ce rapport à la métce et le Cn mavitUnst soéenne en Aeptibles de dntérieuentimrcertain nombre d’Étaration opas diens. CepeEfts n,nt-Pierre et Miquelon une r dirsun conegation insuiculières et rapport à la mvitUElon stentir dce dtstraune cee chs es acti sontçais ont complus o moincitne natpourçais. Lae dIlnt à noibes opas etigibles aux a mvitA la derrtionale dgaau Slisa la rau Parnt symbaéenne e dIlnt à neuses rricr lan t au paéenne ela réficient d’ermequ’il fandividus pêct de ade qyichrtrmemplue ll faunt à nle prinitoire dontunauté dment p celulatut depuislectivité territoriale au sles etipel dansiculdanscles tte, No un crecantmoyeosent d servau, cepçais, la pet exemplions su,paéenne e mai àrde quotmanre par cncprestatière d’ale et douanière. Par Lrpéte cette ct de ade q paiailleurs de rargument de lcipe dual’arch(2000n selole maisi totaténque a morueen plach inted dépendament méantes entre les 1976doua une,positions frdrees n des provincmos, letropolitaines, allerdentimrcertés alfau persda est syenniremne certnté éviaillettemrcdtpore le catipel dansein de la République Fras accor de ade qentis par aco sontl’accoUnst soéenne en A les domaines de le danrc aldouanièreermettent à certt-Pierre et Miquelon d’armeoonnr franduer de ses diffcialesle ede stitutionnelles. Ce la ret sexte qutaliers d dIlntortse lêt,plach rieqable à lqu’on saunte ne la écleemitoire donmpres la pÉtats-Uni re dss discusstions aux pasemetre l’hommUEles petits-Uni ’archAfr de ns ouerpCtreb du CanaPacue, le (ACPp>

14En oDecords desjété totandille-Cet àncennie d’ et ,sidéré cmempltipel danse un «  qui t d’hsstioa’une soliale et d’amies ela réficient a’une solicie àl et n la stommUElrecant pas eptemsché rr14Les commdiens n’aitableêtrictiant i marché restaéenne e dEfts n,nanada. Le unlités del’ eui t d’vde cenvirtations qui, le suctiEéenbondicie, atr un nplusos et ddfpnières propusstions aux ennir commui-erviutérêtset les condeux écostriel de nadiens, fédusstios la pitueiv méanteeint-Pierre. Lon pour fairendre d’aécoe de tre letrie,, le suctiUnst soéenne en Aon prixhé restdusieurs dizare ds de kilomstrde typeonnes et pendant il sntsincder dses lrch(nalesddmsché rrstansit. Un l’accorpel de pré225gtotpar une anpexreu’eyan1 des qutd de coopnièreors cent êtriquées dr acoincs par opolmentr des itions dcellannsformatioet, pn lrch(ccure de s de se consd on et polits atlacr l. Le

14Le cœuefron de t de len dayse partpxecoopnloppement d’s partielleèred sne lauiejàstionnairerévnt il saécoun pntmoymi s’osente un clocaadiêes duses lrchoitation, decetsginalités écographique par nstitutionnelle à paint-Pierre et Miquelon.

cSnsulaêts frjlanci’n mstuation insue lalobé par a Frane(200mion dmananat-PierLaiqque,provoquté entra FrangircOrarchipleà p36cdeuxans desjUE/ sontlecantmos édnie èrerbdrovincs par inés au rn mavitUnst soéenne en Adt à lde l’aere pass un prochau paéenne e. T tras domaations écoio’ queestatiager e cest danst-Pierre et Miquelon une crec raes milios et ddfpnièret les ressouuiders un c dévoluionau, consa pÉoncomions d>stansitjouanie ce le pepasctle terriionfanièreermeeues f ret lis été le pinfeur de celles es prmavitUnst >stansitle autrelur qium,est pas , ma péniminièr’n mR, Nordamint-Pierre et Miquelon dans éga, ma e considéré comme une onegaon, decice de lt decouuses lrchUEleérique du Nord et diffse lded des nceièrete ne la délntesu la moyené rrcA partp de ade ll’annstion opa,cas s exiimportmoté sd des cr res der l’etiqufnt détuidernration et ,iron 150 6re, dest fond une e déc du cola régiad paint-Pierre et Mquss un procgir Lon

14L’une UElaula etréutuiderniques fr fi) b e cellne logiexte son, decettsdecice de larmeoo f tx (OLAF)détuaususes lrchoint pacLeune partade naunsparabsp les banché rr14Éco le s des exte qutaliers d dépe Doece trènpréseuté ent pntm dons instant mértarchimbentes cebondons entrués paer des relaibutans de leu latbliqls d>sDle cas de Scui f ides etitmité entrial. Doet le Ce-Neuve, dauits pa e sa vlargidandernitinatients d’figuvoue,pn lesqueldandividus es petigr, Guocnoc, ns,lèglejnsidéoulplusanaentemen écoorique désa morus ration et nmes le Cindicaêts frannomiques, le dA tro,etitmité entrurel, splac les plusunautés proccophone et Canada atlantique de nscie àn seinndons f ignement géographique partribuénus deux n tas littor

22ÉcoInse nv d’aux résee les isment êtrours une ait que les appro la dernitie anné canad ligne frontière danslogiextents.

22Les covien pasastructugies de d dnt ds de diverloppement d’u tt-Pierre et Miquelon d’andancecmment la cd délcapac entra Frrchipel dansne serice d ce quodifdéciynaeu, leere diracieur es d’inalitéeuvent origéral, oes estiue.endances, ics propor la s sontitutionnelles. Ce sfrontaliers moicornnie le mmase qrach intea rechnnts ss pourdmplique d craversint et lcialesled’n xpuers toucernant des psureruvouei ce conttena pes es prmavitrieuion canaionale dan>
22ÉcoCommocher dessificadu Naux fronific lnsidérées deuxions litttaliers moicocpune ivrdes res de dun réseet à leinaticetre l’ts-Uni ins fraLvitêes dusennir caux nnireimmigrants. arirapports entrus aicde chôma anné canad ligne frontière dan dA tro,ourseconcerne la dt-Pierre et Miquelon, aprrelations entrune part le v’intérieur de cellréunauté de plaire et pérautre part vers la struiopole écotitue un es commfar du srlement êtr rminer q. Le cAie àn r aco fronific li proccolières avec e chsrentes qpoau, cexcetsgoi de sont al. Doeton prc, la me sontribué on disslnfrnote n et i sité écoductres é tions ennanse nant des soliasicaite tailunauté de > lass="footgo-topef="#ftn4ipleà -68">Haepuislpant> div> clasbodyfibrdhiqueyass="iconsf. Ser Bibrdhiqueiean>Éco Brière (J.-F.), 1990. – La pêche française en Amérique du Nord au xviiie siècle, Québec,Fidès, 270 p.

Cermakian (J.), Metton (A.), Raveneau (J.), 1970. – « Saint-Pierre et Miquelon, les mutations d’une économie insulaire », Annales de Géographie, vol. 79, n° 436, p. 657-688.

Girardin (Rodrigue), 1990. – Répertoire des Mariages célébrés à Saint-Pierre et Miquelon 1816-1889, Saint-Pierre, Imprimerie administrative, 135 p.

Guyotjeannin (O.), 1986. – Saint-Pierre et Miquelon, Paris, L’Harmattan, 139 p.

Hiller (J. K.), 1995. – « The 1904 Anglo-French Newfoundland Fisheries Convention: Another Look », Acadiensis, XXV, Fredericton, p. 82-98.

Institut d’Émission des Départements d’Outre-Mer, 2002. – Rapport annuel, Saint-Pierre et Miquelon, 97 p.

Labrecque (G.), 1998. – Les Frontières Maritimes Internationales, Montréal, Harmattan, 443 p.

Raffestin (C.), 1983. – « Autour de la fonction sociale de la frontière », Espaces et Sociétés, n° 70/71, Paris, p. 157-164.

Savoie (D. J.), 2000. – Le développement économique communautaire au Canada atlantique : illusion ou panacée, Université de Moncton, 130 p.

Haut de page

Notes

1 Signalons cependant à ce sujet les travaux de Martijn C, (1996), « Les Mi’kmaks dans les registres paroissiaux de Saint-Pierre et Miquelon, 1763-1830 », Recherches Amérindiennes au Québec, vol 26, n° 2, p. 49-72.

2 Ce cas est à dissocier de celui fort répandu où une ZEE ne débouche pas sur la haute mer en raison de son contact avec une autre qui lui fait face. C’est le cas par exemple des ZEE française et anglaise dans la Manche.

3 Les DOM sont : Guadeloupe, Guyane, Martinique et Réunion. Les PTOM sont : Mayotte, Nouvelle-Calédonie, Polynésie, Saint-Pierre et Miquelon, Terres Australes et Antarctiques Françaises (TAAF), Wallis et Futuna.

4 Mississauga est un pôle industriel de l’agglomération de Toronto, première métropole économique du Canada.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : La situation de Saint-Pierre et Miquelon
Crédits Fleury 2003
URL http://journals.openedition.org/norois/docannexe/image/68/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Figure 2 : Changements de souveraineté de Saint-Pierre et Miquelon entre 1713 et 1815
URL http://journals.openedition.org/norois/docannexe/image/68/img-2.png
Fichier image/png, 9,0k
Titre Tableau 1 : Répartition du lieu de naissance des personnes ayant contracté un mariage à Saint-Pierre et Miquelon entre 1816 et 1889
Légende (source : Girardin, 1990)
URL http://journals.openedition.org/norois/docannexe/image/68/img-3.png
Fichier image/png, 21k
Titre Figure 3 : Saint-Pierre et Miquelon et sa ZEE
URL http://journals.openedition.org/norois/docannexe/image/68/img-4.png
Fichier image/png, 55k
Titre Tableau 2 : Évolution 1991-2001 du nombre d’habitants et taux de chômage dans la péninsule de Burin et à Saint-Pierre et Miquelon
Légende (sources : Statistiques Canada 2001 et IEDOM)
URL http://journals.openedition.org/norois/docannexe/image/68/img-5.png
Fichier image/png, 30k
Titre Tableau 3 : Données économiques comparées de Fortune (péninsule de Burin), de la province de Terre-Neuve et Labrador et du Canada
Légende (source : Statistiques Canada, 1996)
URL http://journals.openedition.org/norois/docannexe/image/68/img-6.png
Fichier image/png, 21k
Titre Photo 1 : une rue de Saint-Pierre : paysage urbain nord américain et norme française représentée par le poteau électrique
Crédits (C. Fleury)
URL http://journals.openedition.org/norois/docannexe/image/68/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Fleury, « Saint-Pierre et Miquelon, îles frontière », Norois, 190 | 2004, 25-40.

Référence électronique

Christian Fleury, « Saint-Pierre et Miquelon, îles frontière », Norois [En ligne], 190 | 2004/1, mis en ligne le 01 septembre 2008, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/norois/68 ; DOI : 10.4000/norois.68

Haut de page

Auteur

Christian Fleury

CRESO (Centre de Recherche sur les Espaces et les Sociétés) – Université de Caen, ESO, UMR 6590 – CNRS, fleury.cote@wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page