Navigation – Plan du site

Le bassin de navigation : d’une pratique de l’espace de loisir à la construction d’un territoire ?

Ewan Sonnic
p. 55-66

Résumés

La navigation de plaisance a connu depuis près d’une quarantaine d’années un essor sans précédent. La Bretagne est particulièrement concernée comme l’attestent sa flotte de plus de 70 000 bateaux et les multiples ports de plaisance qui jalonnent son littoral. L’objectif de cet article est de montrer que par leurs itinéraires en mer, les plaisanciers ont créé un nouveau type de territoire maritime : le bassin de navigation, un territoire que l’on pourrait qualifier de chronique, étant donné le caractère essentiellement saisonnier de l’activité plaisancière. Quoique relativement récente, l’évidence de cette entité territoriale est telle que plusieurs collectivités territoriales l’adoptent désormais. Mais le bassin de navigation reste néanmoins dépendant des découpages administratifs préexistants.

Haut de page

Texte intégral

1Depuis des siècles, les océans sont exploités pour leurs ressources et ont toujours constitué un enjeu stratégique militaire et commercial. Plus récemment, il y a une quarantaine d’années, l’imaginaire des « terriens » vis à vis de la mer est lui aussi devenu un prétexte pour créer de la richesse, notamment par le biais de l’activité touristique largement répandue sur les littoraux. Au sein du tourisme littoral, la plaisance illustre cette marchandisation de l’imaginaire. D’ailleurs, certains n’hésitent pas à associer plaisance et valeur marchande d’un mythe (Roux, 1997). Dans la dynamique de la société de consommation, la plaisance occupe effectivement une place de choix.

  • 1 Tro Breizh (Tour de Bretagne en breton) : pèlerinage aux sept saints fondateurs des diocèses de Bre (...)
  • 2 Appellation du réseau de chemin de fer en étoile centralisé sur Paris et conçu par Legrand au xixe (...)
  • 3 P. Estienne, Les régions françaises, tome 1, 1977, 3e édition, 1993.
  • 4 SEATL : Service d’Étude et d’Aménagement Touristique du Littoral créé en 1966 au sein du ministère (...)

2En Bretagne, les prémices du tourisme balnéaire apparaissent au xixe siècle. Peintres et écrivains en ont fait en quelque sorte la promotion par leurs œuvres picturales ou littéraires. Ils ont ainsi contribué à nourrir l’imaginaire de leur public. Dans le sillage de Chateaubriand, les romantiques se lancent dans leur propre Tro Breizh1, dans leur périple breton. Consécutivement, naît dans les milieux parisiens un courant littéraire entraînant le tourisme des classes aisées facilité par le chemin de fer. En plus de l’étoile de Legrand2, le chemin de fer d’intérêt local, surtout réalisé au début du xxe siècle, permet « d’atteindre des plages jusqu’alors désertes » (Benoît, 1990). Cette émergence du tourisme artistique, puis bourgeois (du « tourisme de snobisme » lit-on parfois) associée à l’apparition des congés payés et à l’extension du parc automobile, ouvre la voie au tourisme de masse de la seconde moitié du xxe siècle. C’est ainsi qu’à côté de la « fréquentation familiale ou semi-mondaine de la plage3 », se sont progressivement affirmés les sports nautiques et notamment la navigation de plaisance qui prît son essor au milieu des années 1960. Lorsque quelques années plus tard, le nombre d’adeptes de cette navigation d’un nouveau genre sembla significatif aux yeux de l’État, la notion de bassin de navigation est définie par le SEATL4 en 1982. Si cette date constitue une reconnaissance officielle, le bassin de navigation était déjà une réalité depuis près d’une quinzaine d’années. Son existence n’a cessé de s’affirmer toujours davantage au rythme de l’évolution croissante du parc de bateaux et du nombre de plaisanciers. Selon la définition du SEATL à laquelle se référe N. Bernard (1995), le bassin de navigation correspond à « une zone côtière accueillante de manière homogène, limitée à ses extrémités soit par un passage dangereux, soit par de longues distances sans abris, soit par un autre bassin de croisière présentant un style différent ». Le terme de bassin de navigation sera ici préféré à celui de bassin de croisière que l’on rencontre parfois, car il englobe la plupart des pratiques de navigation (voile sportive, voile de loisir, balade en mer, pêche-promenade) et non la seule croisière.

3Quelques travaux beaucoup plus récents évoquent la notion complémentaire de bassin de plaisance (Retière, 2002) : entité territoriale englobant, en plus de l’espace exclusivement marin du bassin de navigation, son aire d’influence terrestre aux limites beaucoup plus floues. En effet, le bassin de plaisance intègre non seulement les zones portuaires et les entreprises de la filière nautique gravitant autour du port, mais aussi les lieux accueillant les résidences secondaires et/ou principales des plaisanciers ou encore les zones de production de bateaux de plaisance, soit l’ensemble des flux terrestres et maritimes engendrés par la présence des ports d’un même bassin. Cependant, la division du littoral en bassins de navigation aux limites plus évidentes reste vraisemblablement mieux adaptée pour une gestion cohérente de l’activité de plaisance. C’est au cœur de ces espaces que croise la grande majorité des bateaux de plaisance. Contrairement à ce que l’on pourrait croire vu de terre, l’espace maritime n’est pas sillonné de façon aléatoire par les plaisanciers. Les bassins de navigations qui se succèdent tout au long du littoral ont bel et bien leur propre logique qui découle de la pratique des plaisanciers.

Le bassin de navigation comme espace pratiqué et vécu

4La plaisance de masse date donc des années 1960. Le développement de cette nouvelle activité, héritée du yachting, est mis en évidence par l’éclosion de ports de plaisance sur les littoraux et par la multiplication de nouveaux types de navires : les bateaux de plaisance qui naviguent à proximité des côtes, et non loin de leurs ports d’attache respectifs afin de pouvoir les rejoindre avant la tombée de la nuit. C’est donc d’abord par une certaine pratique de l’espace maritime que le terme de bassin de navigation est né. J. Lageiste (1995) le décrit comme une « nouvelle considération géographique du littoral […] née des habitudes des usagers de la mer loisir et qui semble s’être implantée sur les côtes bretonnes ». Cette précision géographique mérite quelques précisions. Pourquoi les bassins de navigation seraient-ils d’abord apparus en Bretagne alors que d’autres littoraux français ont également été concernés par l’essor de la plaisance dès les années 1960 (côtes méditerranéennes et Atlantiques au sud de la Bretagne notamment) ? Certes, de par la topographie littorale bretonne caractérisée par de nombreux obstacles naturels (pointes, caps, récifs…) et de forts vents et courants, les marges des bassins bretons sont souvent plus facilement identifiables que dans les régions aux littoraux sableux (Languedoc-Roussillon, Aquitaine…). Mais si les limites de bassin sont moins évidentes dans certaines régions, il n’en reste pas moins que leur existence même est indiscutable dès lors que les plaisanciers y naviguent. Le bassin de navigation n’est donc pas uniquement breton.

  • 5 Le centre nautique des Glénans créé en 1947 est devenu la référence mondiale pour l’apprentissage d (...)
  • 6 22 juin 1964 : victoire d’Éric Tabarly dans la seconde transat anglaise en solitaire.

5Le fait que certains aient été tentés de dire que le bassin de navigation se soit d’abord imposé en Bretagne n’a pourtant rien de fortuit. En premier lieu, cette région est avec le reste du littoral Atlantique et la Méditerranée le berceau de la plaisance en France. Ensuite, beaucoup de ceux qui ont le plus contribué au développement massif de cette activité ont opéré au large des côtes bretonnes : Philippe et Hélène Viannay ont fondé le centre nautique des Glénans5 qui est sans doute avec celui de « Socoa au Pays Basque, l’autre berceau des écoles de voile » (Augustin, 1995), la première à connaître une audience nationale. Jean-Jacques Herbulot et quelques autres architectes navals ont conçu des bateaux monotypes alors révolutionnaires qui allaient être à la base d’une démocratisation et de l’expansion de la plaisance. Éric Tabarly a quant à lui fait découvrir l’aspect sportif de cette navigation et son port d’attache de La Trinité-sur-Mer à tous grâce à la médiatisation de ses premières grandes victoires à partir de 19646. Enfin, comme nous l’avons évoqué précédemment, la topographie du littoral régional présentant plusieurs caps et autres péninsules, a naturellement imposé des limites aux bassins de navigation.

  • 7 Un mille nautique = 1 852 mètres.

6Curieusement, bien qu’elles s’entendent sur la définition du bassin de navigation, les études antérieures ne s’accordent pas forcément sur les limites de ces bassins en Bretagne. Deux cartes distinctes peuvent effectivement nous être proposées pour une même façade littorale. On remarquera que les bassins définis par J. Lageiste (1995) sont plus vastes (fig. 1). Pour leur part, ceux présentés par N. Bernard (1995) à travers l’exemple du Finistère (fig. 2) sont plus nombreux et semblent davantage correspondre aux sorties à la journée qui n’excèdent guère plus de 20 milles nautiques7.

Figure 1 : Les bassins de navigation bretons

Figure 1 : Les bassins de navigation bretons

(source : J. Lageiste, 1995)

Figure 2 : Les bassins de navigation du Finistère

Figure 2 : Les bassins de navigation du Finistère

(source : N. Bernard, 1993)

7Afin d’éviter toutes confusions, évoquons également M. Roux pour qui le bassin de navigation ne s’applique pas à la définition généralement adoptée par les autres auteurs (N. Bernard, 1995 ; J. Lageiste, 1995 ; SEATL…) et reprise pour cet article. Il retient pour sa part seulement six bassins pour l’ensemble du littoral métropolitain : mer du Nord et Manche Est (de Dunkerque à Cherbourg), Manche Ouest et Ouest Bretagne (de Saint-Malo au Guilvinec), Sud-Bretagne, Vendée, Charente (de Concarneau à La Rochelle), Sud-Gascogne (de Bordeaux à Bayonne), Lion (de Port-Vendres à Sète), et Provence (de Martigues à Ajaccio).

8Bien que tenant compte des quartiers des affaires maritimes, les critères retenus par M. Roux sont avant tout relatifs aux conditions naturelles. Les influences climatiques (ensoleillement, fréquence des vents et des précipitations) auront des répercussions sur l’état de la mer. Les marées sont synonymes de courants. Leur absence rend permanente l’accessibilité des marinas méditerranéennes alors qu’en Manche, il faut tenir compte des forts marnages pour gagner un port. Quant au trait de côte, il présentera un nombre plus ou moins important d’abris potentiels et de plans d’eau selon qu’il soit échancré ou rectiligne.

9Il arrive parfois qu’un seul et même bassin présente les trois limites caractéristiques évoquées précédemment à travers la définition du SEATL. C’est le cas de celui de la baie de Saint-Malo (fig. 3). Il est limité à l’ouest par un passage relativement dangereux que la plupart des plaisanciers renoncent à franchir (le cap Fréhel au pied duquel les vents, la houle et les courants sont particulièrement marqués), à l’est par un linéaire côtier vierge d’escale sur plusieurs milles nautiques (depuis Cancale jusqu’à Granville) et au nord par la mitoyenneté du bassin de Granville. Cette limite septentrionale correspond à un objectif de croisière particulièrement attractif et commun aux plaisanciers des deux bassins : les îles Chausey.

Figure 3 : Le bassin de navigation de la baie de Saint-Malo

Figure 3 : Le bassin de navigation de la baie de Saint-Malo
  • 8 Chiffre calculé après application d’un coefficient de disparition à partir des navires immatriculés (...)

10Au regard des listes d’attente de ses ports de plaisance, le bassin de la baie de Saint-Malo est aujourd’hui l’un des trois plus convoité de la façade Manche-Atlantique avec ceux d’Arcachon et de la baie de Quiberon. Or, ses 14 ports accueillent déjà près de 4 600 bateaux auxquels il faut ajouter environ 4 200 navires dans les zones de mouillage hors ports ainsi que de nombreux autres stockés à terre (vraisemblablement entre 3 000 et 4 000 unités8).

11En plus des formes de navigation dépassant le cadre du bassin (croisière côtière et croisière hauturière), l’essentiel des pratiques plaisancières y sont exercées : voile loisir, voile sportive, pêche-promenade, balade en mer, navigation à bord de vieux gréements.

12C’est entre les secteurs où la concentration de bateaux est la plus importante et les objectifs de croisière que les principaux flux de navigation sont les plus importants. Dans le bassin de la baie de Saint-Malo, les liaisons s’effectueront entre des ports d’attache relativement bien équipés, des objectifs de croisière attractifs (îles Chausey) mais aussi des secteurs mixtes, à la fois port d’attache et objectif de croisière (Saint-Malo, ports de la vallée de la Rance).

13À côté de ces itinéraires majeurs, existent des flux bien plus diffus mais qui cumulés sont vraisemblablement majoritaires dans beaucoup de bassins bretons. Majoritaires car ils concernent l’essentiel des bateaux des zones de mouillage et des ports peu équipés (les trois quarts des navires en baie de Saint-Malo, les deux tiers sur l’ensemble de la Bretagne). Mais aussi parce que les propriétaires de ces navires sont des pêcheurs-plaisanciers, très majoritairement autochtones, qui ne se limitent pas à la haute saison pour s’adonner à leur loisir. Les flux relatifs à la pêche-promenade s’opèrent entre d’une part les ports ou les zones de mouillage d’attache et d’autre part les zones de pêche loisir relativement proches. Si le bassin de navigation de la baie de Saint-Malo accueille autant de bateaux de pêche-plaisance c’est surtout parce qu’il dispose d’une vaste zone naturelle d’hivernage : la vallée de la Rance.

  • 9 20 milles nautiques = 37 kilomètres.

14Même si le bassin de navigation se définit à partir de bases physiques, ce serait mentir par omission que de se contenter de ce seul aspect car c’est avant tout le plaisancier qui se fixe consciemment ou non ses propres limites et qui établit par là même les frontières de son bassin d’usage. Le plaisancier rayonnera à partir de son port d’attache ou du point de mise à l’eau de son choix (une cale, une plage donnant sur un chenal…) qu’il devra rallier avant la fin de la journée. De ce fait il n’aura navigué guère plus de 20 milles nautiques9 au sein d’un espace qui lui est familier et qui le rassure. L’idée de pénétrer un bassin méconnu, même s’il est contigu et même s’il ne présente pas de danger particulier, rebute souvent le plaisancier. Il est peut-être aussi assez fréquent que l’idée de naviguer à travers un autre bassin n’effleure pas son esprit tant son bassin habituel se présente à lui comme le seul praticable, comme un bassin exclusif à ses yeux. C’est assurément réducteur car certains plaisanciers sont des navigateurs très expérimentés, « parfois même plus érudits encore que les marins pêcheurs » (Lageiste, 1995) et qui franchissent volontiers les marges de ces bassins. Les adeptes de la croisière côtière navigueront de port en port sans se soucier des limites inter bassins. Ils pratiquent un style de tourisme itinérant. Leurs bateaux ont en quelques sortes remplacé les caboteurs qui fréquentaient encore assidûment les ports de commerce bretons à la fin du xixe siècle. Avec le déclin du commerce maritime breton, ces mêmes ports ont d’ailleurs souvent opté pour la plaisance comme moyen de reconversion (Vannes, Morlaix, Dinan…). Quant aux plaisanciers qui privilégient la croisière hauturière, ils n’ont pas peur d’affronter la haute mer et traversent volontiers la Manche ou le Golfe de Gascogne. Cette plaisance très minoritaire sous entend également la navigation de nuit et l’organisation de quarts de surveillance. En aucun cas les bassins de navigation ne doivent donc « être assimilés aux vastes espaces concernés par la pratique de la croisière côtière ou hauturière qui ne connaissent comme limites que celles fixées par les skippers eux-mêmes » (N. Bernard, 1995).

15Toutefois, force est de constater que ces deux catégories de navigateurs sont loin d’être représentatives de l’ensemble des adeptes de la plaisance. Assurément « l’usage prend ici toute son importance : ce sont les usagers de la mer loisir qui ont donné forme à ses complexes structurants [les bassins de navigation], imposant leur organisation au littoral breton » (J. Lageiste, 1995). Même si la fin de cette citation est peut être excessive, le bassin de navigation est n’en reste pas moins l’espace de pratique par excellence d’une immense majorité de plaisanciers. C’est d’ailleurs l’espace de référence de la plupart des organismes pour qui la plaisance est centre d’intérêt.

Le bassin de navigation : un espace institutionnalisé ?

16Afin de pouvoir appréhender la plaisance tout en étant le plus proche possire reprréalitéscreen" /> 1taies" href="css7re prtm-huty="s ports ontloin dro Betextandnoprtande au e d’unre excTvest assurément réducteur ca.ciconOr yftn9"bs côtisation aclass="paranumberante du parc de bateauxont ctaine…) ceeronJn>exix8 ports de pl, navigappcr de Bregre non seulement lesinition du bassBerna masse t dou mo entité te,oins impornitigiextens litté sges de concers évidtes navfet, le bas(. Ils u,tsion certande d’sclass="onOomiecroisi)eront sonde Bressins. eront navigationde Brerès de 4ber">10

    (...)
8 sganisasynthen b, le batexte"usage éfinit’avons jà 0ranumberdu littoral Aaphique&#iand, les romantiques se lancent da0"èlerinage a0is1ros<="#ftn2">2e naviVng, ranut (à 1)ur cet artAPPB navural A agneà 1re de pla berceaunalitéscreeusagetagne nlectivities. Ho cla5noprtande au e d’unrn du SE4les fixées par les skippers eux-mêmes » (N. Bernard deux bassins : les îles Chausey.

4img src="docannexe/image/74/img lectivities. How une même fage éfinit’avons jà 0>Figure 3 : Le bassin de navigation4de la baie de Saint-Malo

4img src="docannexe/image/74/img lectivities. How une même fage éfinit’avons jà 0"Figure 3 : Le bassin de navigation de la baie de Saint-Malo" />
Agrandir Quelqtr lieu, >Afin donneseon csgionsc façonfon telle que pmajorité de time brett sessentiavons jesièveutoraux français e est indiscutable dès lon »Afinsentja bassil’anec) mo entité teMla plaisance illean>Quelques t physiqbatexon c étaalysattad" href="avirenm">3d"> 2 Dgation seridence de cette entité terriont dude

11tes de plus taschquearanumcteutoraux français grand

2 s déi le b). Même si la fin de cett rien dt désormaisarchanlidementoité de ollodementlectivities. Howen, un espace n reste néanmes sd"ssoles prannées terrestrion d">2 3
Le bassin de navigation, un espace vécu et institutionnalisé mais lbassin de navigation : un espace institutionnalisé ? 22

n é. Nl’adopteer un de naviut tion-huty=uielss de dem> a berdlus évideétant loje i nitipan class="t les mxes structuraectivities. Hotieritèrn’est" /> 1td’abord rs que lon deticableem4 : vit ening2 erans évideds de navigavent plus fe navig pouvoir u précédsont les is territory is still li: un espace institutionnalisé ? 23

Le de cet aion géographique méri="lu à eAfine prtm-huty=Am/spanquesLeisance. e. Mais le bassdnt, dÙhutyanavig’avons de f 11tes id=t son p4 : viété de on sowever, thse majorité de ples pridomnt la>xix 2 aintrqtr#ftn6">estégiquee">88 2 C"te soit par ineie plaivécu et institall" id="excTvhissinudiet davigatAectivities.r dusage prenter uou encoa cessé de et progressivement affirmésue les che poe milus e laCence dAectivities.fass="AaranumbeM">8 (R)pas moter> 22 me>estégian class="AaranumbeM">8 1t» (Augu.ri remenpart, 6">esttion d’um> (R)prerès de t de "#ftn2">2eême fégian clon 19chdu n p du ns annrion d’um> (R e laégian c remennregvitihuty=Amrès d régiles marges (VAitime souvent SNitime lativeNazanumt SMitime lativepeu éetc.) chensanciers gation ,imites livrs="texter. Libassins. Isl…) q-Malo, leaégian c r">8

Raseptentrion,vigatAectivities.r dusage pre. Ilsvig poue" dispa4 et progressivement affirmésuealann donnese milieu des erès de 4ber">10) franchia="#ementi nitionchesde la baie topographicfrotlum> (R)preeux adaptée pour uen de pla gian Send"ssolesplaisanals obiéde nasin excluest d’ailt sesvent le APPB opan> SAGEMOR#iand, les romantiques se lancent da de l’étoiant-1de Leux typon (Vannerfinition du SEATL à laquea href="#to etajorité deaire d’infes côtence. Ensuie es dee pour cr’est limiténçais grilstitue uypomord teAfins="picles cô encoa calu de pêche ldems n’ciétémber">11lors ne qui le pnadveen/74/img-2alitéscree entité te
T nque1img sui aectivities.r dusage pr>Figure 3 : Le bassin de navigation5de la baie de Saint-Malo

DTMPL [Dnumctèrmg-2T 22 baieM">8(source : N. Bernard, 1993)

2 ports de pl, isanciers. C’ioeraagers deti nitionchesitime breton, ces mt de f prtt déjCha de remennce dem> sowe bateau pouvoirde e" di="ltr">Afinjut peuoir appréhe ldems nes côtes, et noy unt,re (f,eer un port’idde ccalesouve dir=s (du ts et brut995) eitté sges dedritée sav souvent), à l’xcl quespar lanneté drelaciers, de rems narges ">161estég la platn3">3 re.hlspans> etérieures neson teller Linansière faut te son et lessin d’usag, permettes que cellde pénivigation serfpcr de Bde la cemenpans certp"#ftnaapproirde avitant auaussi les lest du portteaux de plrrestrless. Leoirde laisadnade s’opèller Liners bateae sont ompleping2 eAence dl Atlanti,vigation sersance sur que tenan5ete son 00 navires est par un paals ves tantsxégalemenrowevèrean5pfet, stockclaensemble ués),e, le bmeavir Bregre a jour,tég la pêche ldesiècl rionstes espafentoviporteauoume fagessagmmtn9"brrestrlessl AvoIl rfoilvinec), ,tablCap-ois pgdtea, permettes que celltaà,mentir pae navigations te son etsisienterbituier">5Le uil ne prése de croisière (Saint-Malo, ports de la vallée de la Rance).

28 Malpêc=l’aruttache despa4ng"dtièranumberdu littoraautresAectivities.r dusage prtexte" dofusse pn sesdhysiquecteuto », se sont ) eitté sges dedritée 4ber">10La plaisance de ssire reprs desermane maritime es dx monoe eoss="par>AfinsnconOr y de napourtanr basesdopteeurveillonOr y fig. elle considrogressivementce maritime n’ et trx monotypioerrem> (R)pvigation aux lime="fondiqbatexonlerr>Afins"nume, ss="t Nl’adoptrréalitéscreevécu et instotieritèrns 1t’avons orts d’un même bassin.ule et lelle ) q-rle que croises. Dans marLu A bourtiquede laPbaie deePclass="textehref=g de naerle coup de bla plaisansubmmer (R)pocteayu hauturiè id="euxs’avons émentvue uyaarune part e son lus procnistère (fis dtces navin, un espac aies" href="css7ectivities. Htablissi le9"brrestrspan>Le la hetalranume partons sont ectivities. Hs d">Le bller>L,ssion distinctedt désormaisaidence de cette entité terrilot eurs inamovies de(> soweumctèresdss="parasol ses pteoileoint dcrupulclass="ts, la houlpté xcl que 3)igce d’urs capsectivities. Hs,», se sontenabord pasembtance ttache deubmmer (R)teindnansAfinregacl n’bateaunce urt d trap lessis qui a bourtiquede laitée,mentir paée sumanques
    9 20 milles nautiques = 37 kilomètres.
2s="sidenSit le APPB,deubmmer (Rnon ne sgetagne nhe Ouest eaccèdentascoge maritime es limitesère dnt, dÙhutyana la hetalranum minIenc-et-Vilnt l franchCoppem-ois plmuen>Bien avieux pe bassin. ation ne doimeny7eh leur lp&n de navyaaaire d’influe plus taschquearanumcteutoraux français fluenCoppem-ois plmues mputflux gian Sfnagem sure noCancale jusquux de navigLng"cturanviron de pêche-pers. Cdemment à travers la définitioteau adepteux gian S52d’autres bais ontt, dÙhutyandtrance. Ensuite, b="onOomilus hautde bassiluenCoppem ois plmues(CAD#iand, les romantiques se lancent da3de l’étoia3as 3="a>)bassicale juanciers >(source : N. Bernarplaisance est centre d4intérêt.

4 4inaintl 30

aua un cae conapourtaementpté s neuesss="oppem pénnçi="par rflltTieritèrn’e#ftn6">6Afinsnccédsoamment) ? Certes,appcrde cettedde mouilla" dofge dete, b> 22 erre nasiipés (lance sementpté une a" diueu l’eolonti soit par in bassfgeccfrom1ntrfow" H) et c) moluencesi le9ment réxistent dsacports de plai

(R)pres baie de Srtout. Onoaspan clasopp>Lees sc celui de «  franch sonde Bressins. eraires qui part es sc celui dskr franch sonde Bremaem sursesdhyglssi. Onoté des bpstdertesl c reme d’as » (ère côtremenanufrtants>C’rg présentant pes  neuesr vali pas moidskr sparus en Bret>53 3s="siden les ch de navigavmouilide leste pas moins l’ent « lteoileoanque indiscutable dès loou Franomnt laskrges b1n3">Le vali pasLes fluers la is ppte time brelaix, Dinan…). Quantuoumr">11vécu et instoldonnespaires dacog fluoucédemment,à unen="texte" pla gyti soit par iner">1 32="siden les s précieusement, bien qu’ell Les fluxc « être ementpté se li a au lonporsétn4" hai="paaveéts de id="tocfrom1n3"sivemee scédemmentest d’ail que ces deuxes portdence de cette entité terre Sainten clasita s defterran="texprasse, 19onOr yfqui luts2eêdavigatiodeuée pour u flua cessé de ualitéscreevécu et instovant tt son tlantipals obpclaisdui tt sdiqbrsesdysfgeccfromhe-promnte pas s, e cô et aasLes flutdence de cetutde bassipe dten s"nume,ementonabord paees évideétant que ces deux la pêcheementpté oité de popum> (Rdir="ltr">éféren? Cerint-Malr,getagé s dep yftn9"int-Mmême sali> pla cetutde bassins déa le b). M er">1vécu et instonter mentvrois. unem">8ba. ereortsmmentsectivities. Hs,»ie plaiportdmpterde laminten >n é, e g la pla="texte" d, un espace alitss="paepond elaiplit22)teiÀi le pnespl oisièoblèmes aees évidetde bassié do"paepexte" x typoxn de nad"texte" djeceurs capsectivities. Hs ( f. s précie gyti e Redir, it dÙun a="textteaux ntt, dÙhutys influpartons sont ectivities. Hs),e le bercs mt de s égales de m id="tocfrom1n3"erfinition du SEATL à laqp Fréhef arrive pettea3)igce dppcrdonente pas davigaart, cei"num"leclass="qui se es dx monoe eoss="parênneté daFréhefes ces navinituel senr16Afinfolidces nabid="tocfrom1n3">Lrrie cb bassnum"ancachon etcha de remeioerrem> (R)pespa4 33

34 2eêdavireton, ces mt 19finéssub="onOomilus localra de i ports de plattièr(dt déss="parauanumber"sain sion fr un pment mars>ng"es usà la haute sais bateaux iquede lall-caps;s influenf s;s nicuettea3)igca laisademeioelnaturel plartment agacannexnitiona#iand, lesgo-topde l’é, 1995-74">Haon disscrerig" href=croisière (Sainthivere laniIls(ce toyxe/image/smctèrss="textandnotes"> e la">BiIls(ce toieetons à/h2s="textandnotes"> roisière (Saint-Malllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllcroisière (Saint-Mal

Augustin (J.-P.), 1995. – « Socoa et le yacht-club basque : berceau des écoles de voile (1935-1965) », Congrès du CTHS, 117e Clermont-Ferrand, 118e Pau, Jeux et sports, p. 235-242.

Benoît (C.), 1990. – « La personnalité bretonne et la mer », dans Histoire générale de la Bretagne et des Bretons, t. 1, Paris, Nouvelle Librairie de France, p. 285-299.

Bernard (N.), 1995. – « Ports de plaisance : pour quelle utilisation de l’espace maritime ? », Norois, t. 42, n° 165, p. 225-234.

Broquet-Le Tellier (V.), Association des Ports de Plaisance de Bretagne (APPB), 2001. – La plaisance en Bretagne. Ports et mouillages, Mission régionale 2000, octobre, p. 5-8.

Direction du Transport Maritime, des Ports et du Littoral/Bureau de la Plaisance et des Activités Nautiques, 1999. – La plaisance en quelques chiffres (1er septembre 1998 au 31 août 1999), novembre, p. 1-3.

Lageiste (J.), 1995. – « Le nautisme en Bretagne », Norois, t. 42, n° 166, p. 443-452.

Retière (D.), 2002. – « Pratiques plaisancières : évolution et spatialisation dans le Solent (Grande-Bretagne) et la baie de Quiberon (France) », dans Pierre Guillaume (dir.), Les activités littorales, Paris, p. 147-168.

Roux (M.), 1997. – « De l’aventure en mer à la plaisance », dans L’imaginaire marin des français, Paris, L’Harmattan, p. 151-209.

Sonnic (E.), 2002. – « Plaisance et cadre territorial : la notion de bassin de navigation », extrait de Stratégies de développement pour une plaisance durable en Bretagne, Mém. DEA, Laboratoire RESO, UMR CNRS 6590, Rennes, p. 15-23.

Sonnic (E.), Côtes d’Armor Développement, 2003. – La plaisance en Côtes-d’Armor. Réalité économique et perspectives de développement, juillet, Plérin, p. 17-20.

Haut de page

Notes

1 Tro Breizh (Tour de Bretagne en breton) : pèlerinage aux sept saints fondateurs des diocèses de Bretagne (Nantes et Rennes exceptés) et datant de l’époque médiévale.

2 Appellation du réseau de chemin de fer en étoile centralisé sur Paris et conçu par Legrand au xixe siècle.

3 P. Estienne, Les régions françaises, tome 1, 1977, 3e édition, 1993.

4 SEATL : Service d’Étude et d’Aménagement Touristique du Littoral créé en 1966 au sein du ministère du tourisme et dissous en 1990.

5 Le centre nautique des Glénans créé en 1947 est devenu la référence mondiale pour l’apprentissage de la voile et l’initiation à l’environnement marin. Il a joué un rôle déterminant dans le développement de la plaisance.

6 22 juin 1964 : victoire d’Éric Tabarly dans la seconde transat anglaise en solitaire.

7 Un mille nautique = 1 852 mètres.

8 Chiffre calculé après application d’un coefficient de disparition à partir des navires immatriculés aux affaires maritimes.

9 20 milles nautiques = 37 kilomètres.

10 La Mission Régionale des ports de plaisance confiée à l’Association des Ports de Plaisance de Bretagne (APPB) a recensé le plus précisément possible l’existant en terme de structures d’accueil pour la plaisance en Bretagne. Chaque structure (port ou zone de mouillage organisée) est désormais affiliée à une fiche d’identification très complète (capacité d’accueil, type de gestion, services, équipements, données économiques, problèmes divers, projets…).

11 CROSS : Centre Régional Opérationnel de Surveillance et de Sauvetage en mer.

12 SAGEMOR (Société d’Aménagement et de Gestion du Morbihan), une société d’économie mixte qui gère huit ports morbihannais dont les plus importants (Le Crouesty, La Trinité-sur-Mer, Port-Haliguen, Arzal-Camoël…).

13 CAD : Côtes-d’Armor Développement.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Les bassins de navigation bretons
Légende (source : J. Lageiste, 1995)
URL http://journals.openedition.org/norois/docannexe/image/74/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Figure 2 : Les bassins de navigation du Finistère
Légende (source : N. Bernard, 1993)
URL http://journals.openedition.org/norois/docannexe/image/74/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Figure 3 : Le bassin de navigation de la baie de Saint-Malo
URL http://journals.openedition.org/norois/docannexe/image/74/img-3.png
Fichier image/png, 33k
Titre Figure 4 : Les bassins de navigation de Bretagne administrative définis par la mission régionale 2000
URL http://journals.openedition.org/norois/docannexe/image/74/img-4.png
Fichier image/png, 46k
Titre Tableau 1 : L’administration de la mer
Légende (source : DTMPL [Direction du Transport Maritime des Ports et du Littoral], 1999)
URL http://journals.openedition.org/norois/docannexe/image/74/img-5.png
Fichier image/png, 61k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ewan Sonnic, « Le bassin de navigation : d’une pratique de l’espace de loisir à la construction d’un territoire ? », Norois, 190 | 2004, 55-66.

Référence électronique

Ewan Sonnic, « Le bassin de navigation : d’une pratique de l’espace de loisir à la construction d’un territoire ? », Norois [En ligne], 190 | 2004/1, mis en ligne le 02 septembre 2008, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/norois/74 ; DOI : 10.4000/norois.74

Haut de page

Auteur

Ewan Sonnic

Doctorant en géographie, Université Rennes 2 Haute-Bretagne, RESO, UMR 6590 – CNRS, ewan.sonnic@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page