Navigation – Plan du site

Le croquis géographique : du concept à la réalisation par le dessin assisté par ordinateur

Le cas de l’Île de Ré
Michel Périgord et Frédéric Piantoni
p. 111-117

Résumés

Le croquis géographique est une construction de l’esprit qui permet de décoder la réalité de phénomènes sur un espace donné. Cet article propose une méthode de travail appliquée à un exemple à grande échelle : l’Île de Ré. Les auteurs mettent l’accent sur la nécessité de concevoir une légende permettant de problématiser et d’organiser la réflexion tout en localisant et expliquant les phénomènes géographiques selon les principes du discours logique. Il s’agit en fait de produire le portrait d’un espace en mettant en œuvre quelques règles élémentaires de sémiologie graphique, le produit final devant séduire le lecteur par son aspect plastique.

Haut de page

Entrées d’index

Géographique :

France, Île de Ré
Haut de page

Texte intégral

1Le croquis, apparaît comme un exercice essentiel dans la mesure où il révèle l’aptitude du géographe à interpréter les faits, tout en mobilisant ses qualités de synthèse et son sens esthétique (Arlaud et Périgord, 1997 : 237-241). Associé parfois à la dissertation, le croquis est une construction conceptuelle à la fois textuelle et graphique établie à partir d’une problématique. Il permet de localiser les objets géographiques, de délimiter des espaces homogènes, d’identifier des dynamiques spatiales, et, in fine, de formaliser une organisation régionale.

2Un croquis est d’abord fondé sur une légende. Synthèse du cheminement logique de la dissertation et transposition de la structure de l’argumentaire, la légende est aussi la grille de lecture descriptive et analytique du document graphique. La réalisation du croquis qui intervient ensuite, implique la maîtrise de notions de sémiologie graphique.

  • 1 Croquis réalisé à partir de la carte topographique au 1/25 000e (références : IGN, 1329 OT, mise à (...)

3Nous examinerons successivement les points méthodologiques essentiels qui conduisent de la réflexion à la réalisation du croquis avec l’exemple de l’Île de Ré1. Ré, île ou presqu’île ? La problématique avancée touche aux mutations structurelles, liées aux concurrences spatiales générées par la liaison routière avec le continent, élément clef du développement touristique.

La légende, une grille de lecture

4La structure de la légende révèle la démarche de l’analyse géographique, fondée sur l’articulation de trois principes : localisation, explication et organisation.

Problématiser et organiser la réflexion

  • 2 S’il sont disponibles, on tirera avantage à comparer deux documents édités à des périodes différent (...)

5Une première méthode, classique, consiste à observer la carte topographique et à dégager – à partir des différences de teintes, de formes – les structures des espaces ruraux et urbains, l’inégale répartition de la population, les reliefs, les axes des communications majeurs2.

6Une autre méthode (Pigeon et Robin, 1993 : 5) consiste à parcourir les documents d’accompagnement (carte topographique ; cartes thématiques : géologiques, pédologiques, économiques ; statistiques ; textes) afin de faire émerger les principaux centres d’intérêt. Toutefois, cette méthode exige une maîtrise de l’analyse géographique, qui peut conduire, le cas échéant, à des contresens ou du hors-sujet. Ajoutons qu’une problématique qui n’est pas suscitée par les supports documentaires est à proscrire.

« Dans un premier temps s’impose l’inventaire des éléments qui devront être mis en œuvre en fonction de la problématique du sujet ou de celle à déterminer. Vient, ensuite, la phase du tri des idées, puis celle de leur classement en fonction des relations et de la confrontation des éléments retenus. Ainsi, trouvera-t-on peut-être utile de mettre en évidence des combinaisons complexes et d’établir des corrélations entre les faits. Arrive enfin le moment de la sélection des idées les plus pertinentes, phase délicate, puisqu’il s’agit d’aller à l’essentiel en ne retenant que les facteurs explicatifs permettant d’identifier ensembles et sous-ensembles à retenir » (Arlaud et Périgord, 1997 : 237-241, op. cit.).

7Ainsi un relief ne sera retenu que dans la mesure ou il explique les faits (par exemple de faibles densités ou le contraire dans le cas de ville-citadelle). La schématisation d’un réseau de voies de communication ou de hiérarchies urbaines est intégrée dans un cartouche, à côté du croquis, seulement s’ils expriment des structures d’organisation essentielles à la démonstration.

8À partir de la problématique des dynamiques et des concurrences spatiales, l’occupation humaine dans l’Île de Ré résulte de l’opposition entre la côte exposée au vent (Pertuis d’Antioche) et celle abritée (Pertuis Breton) tournée vers le continent. La dorsale routière sur cette façade littorale renforce les liens avec le continent.

9La structure des littoraux insulaires révèle une dichotomie qui influence l’organisation spatiale antérieure au développement touristique.

10Au nord prédominent les littoraux vaseux, de galets et de falaises de 10 à 15 m. La façade abritée est propice aux activités de mariculture (ostréiculture et mytiliculture), alors que les anses comblées par les alluvions marines (Fiers d’Ars et fosse de Loix) ont fait l’objet de poldérisations pour la production de sel depuis le xviie siècle. Les noyaux villageois (Rivedoux, La Flotte, Saint-Martin) sont situés sur le trait de côte, proche des activités maritimes. Ils induisent la création de ports, dévolus aujourd’hui à la navigation de plaisance. Au nord-ouest les villages de Loix, des Portes et d’Ars affichent une bivalence économique, ostréiculture et saliculture.

11Au sud, la côte en front d’océan, au vent (noroît et suroît), sans abris, se caractérise par des plages sablonneuses et des estrans rocheux. La localisation des noyaux villageois en arrière du trait de côte (La Couarde, Le Bois-Plage, Sainte-Marie), révèle l’orientation bi-polaire des activités entre terre et mer, entre agriculture (viticulture, maraîchage, céréaliculture) et pêche sur l’estran (pêcheries, écluses à poissons, claires).

12La dualité des sous-espaces régionaux insulaires influence les formes et les pratiques touristiques, l’édification du pont (1988) provoque une accélération du processus de la mise en tourisme. Le nord est voué au tourisme attaché à la plaisance et aux activités de loisirs de gamme supérieure (centres de golf et d’équitation). Les plages du sud polarisent les activités balnéaires estivales. Il est à remarquer l’implantation récente d’équipements touristiques de gamme moyenne (campings, bases de loisirs nautiques, tennis, aires de pique-nique). Au gradient socio-spatial sud-nord se superpose un gradient inverse est-ouest. La partie occidentale de l’île (Ars, Loix, Les Portes) montre une restriction d’accès au foncier par des espaces protégés et sanctuarisés (forêts domaniales). La densité de campings est très faible par comparaison à la partie orientale. Ceci illustre des pratiques sélectives de l’espace traduites par une hiérarchisation socio-spatiale graduelle du sud-est au nord-ouest.

13L’inscription spatiale du développement touristique est révélée par les extensions urbaines le long des routes secondaires à partir des noyaux villageois. Les communes du Bois-Plage-en-Ré, Sainte-Marie et de La Couarde-sur-Mer stigmatisent ces dynamiques. Elles sont matérialisées par une progression d’occupation de l’habitat de type lotissement à partir du noyau villageois vers les plages de la côte méridionale, sans liens avec les activités agraires anciennes (viticulture, cultures maraîchères et céréalières). Les concurrences spatiales, entre le front d’urbanisation et les espaces de production en régression, sont exprimées par des paysages intermédiaires (urbains, forestiers, viticoles) marqués par un processus de mitage et de friche.

14Ces observations issues du commentaire de la carte topographique doivent être ordonnées. Les principes logiques du discours étant intégrés à la légende. On les formalisera ensuite en termes graphiques par le croquis.

Les principes du discours : localisation, explication, typologie spatiale

15Observer et conserver les éléments les plus pertinents pour la problématique d’abord, les hiérarchiser ensuite, participe à la structure d’un discours logique qui met en avant la localisation des phénomènes, l’explication des facteurs de corrélations et une typologie d’espaces régionaux (Lézy et Nonjon, 1999 : 12). Cette trilogie synthétise les étapes du raisonnement attaché à une démarche géographique.

La localisation

16Elle se réfère à l’identification d’objets ponctuels (villes et lieux, industries, fonctions économiques, politiques attachées à un site…) qui constituent, bien souvent, le cœur du sujet. Dans le cas de Ré, l’observation des sites des villages, leur orientation vers le littoral atlantique ou vers le Pertuis Breton montre deux types d’organisation fondés sur les fonctions divergentes des côtes. Sur la façade atlantique dominent les activités de tourisme balnéaire et les mutations contemporaines de l’économie agricole et maricole.

17Cette observation permet d’attribuer des fonctions aux lieux identifiés : tourisme balnéaire ou patrimonial, mais aussi l’ensemble d’un renouveau économique valorisant un patrimoine et des activités anciennes à l’image des terroirs viticoles. Les fonctions administratives et pénitentiaires localisées à Saint-Martin, ville fortifiée située sur une côte rocheuse à falaises, se dissocient des précédentes. Notons, toutefois, que les espaces consacrés à des activités extensives (cas des marais salants) doivent également être identifiés. Globalement les éléments descriptifs qui composent l’organisation spatiale entrent dans cette catégorie de légende. On utilisera généralement des symboles (ronds de taille différentes, pleins ou vides selon la croissance ou la réduction démographique par exemple) ou des pictogrammes. Pour l’identification de sites attachés à une fonction précise : port, industrie, agriculture. On pourra les associer à une couleur chaude ou froide selon, respectivement, les caractères anciens ou récents, le dynamisme ou la déprise.

  • 3 On pourra, dans d’autres cas, matérialiser les fractures du relief (éventuellement des isohypses), (...)

18Les sites localisés et leurs fonctions identifiées, ne peuvent faire l’économie d’une évocation des conditions touchant au milieu physique. Dans la première partie de la légende on soulignera ces conditions amonts qui sont – dans le cas général et en dehors de tout déterminisme – essentielles dans l’organisation spatiale. Dans le cas de Ré, l’orientation au vent/sous le vent et la structure des littoraux (sablonneuse, rocheuse, à galets) constituent des facteurs majeurs3.

19Certains des éléments, à la base d’une organisation passée présentent des signes forts qui structurent encore les paysages (écluses à poissons, fortifications, poldérisation des vasières pour l’exploitation des marais salants). Ces points, qui rappellent les mutations dans l’espace et dans le temps, permettent de matérialiser les sites d’établissement du peuplement (sur la côte Nord) et les axes de communication anciens (la dorsale routière longeant la façade en face du continent). Ils constituent une transition entre la première partie de la légende et le corps de la deuxième partie.

L’explication

20La deuxième partie de la légende touche à l’explication de l’organisation spatiale et des phénomènes à partir d’identification d’axes essentiels. L’accent est mis surtout sur les activités économiques et les espaces de production traditionnels en mutation. Les terroirs viticoles sont en cours de reconversion par le truchement des appellations d’origine ou des labels. Les auréoles de cultures maraîchères ou céréalières sont en diminution et les marais salants sont en en déclin. La matérialisation de ces éléments dans le corps de la deuxième partie annonce les effets de la mise en tourisme et la modification d’un équilibre homme/milieu auquel s’attache la troisième partie avec les effets de la mise en tourisme.

21On aurait pu préciser, en outre, dans la deuxième partie de la légende, les réseaux de transport et la hiérarchisation des axes de communication. Cependant, il s’avère plus pertinent de placer les infrastructures dans la première section de la troisième partie. En effet, leur développement est étroitement associé à la dynamique de l’économie touristique.

L’organisation régionale (typologie)

22De ces deux premières parties et des liens mis en évidence, découle la troisième partie de la légende qui explicite la problématique des mutations de l’organisation spatiale en prise avec le développement touristique. Elle formalise l’organisation régionale au moyen d’une typologie zonale ou thématique. Ainsi les sous-espaces principaux et émergents à fort potentiel économique ou démographique (la côte atlantique marquée par la polarisation touristique et les campings) sont matérialisés.

23Enfin, l’ensemble des concurrences spatiales sera précisée (spéculation foncière et hiérarchisation socio-spatiale, extension du bâti sur le vignoble), ainsi que les complémentarités issues des restructurations (tourisme et politiques de protection environnementales et patrimoniales). La dualité des fonctions et les gradients de gammes et de pratiques touristiques sera donc mise en évidence.

Pour faire le portrait d’un espace…Quelques règles élémentaires de sémiologie graphique

  • 4 Rappelons qu’il est essentiel, sur le plan graphique, que la totalité de l’espace étudié puisse êtr (...)

24Sans être figée, cette méthode de conception de la légende qui repose sur la trilogie localisation-explication-organisation, permet de formaliser avec cohérence l’ensemble du discours démonstratif centré sur la problématique posée initialement. Sur le plan graphique, on lui associe un langage sémiologique orienté selon le même cheminement logique : le point (localisation), le trait (explication), la surface (typologie régionale)4.

25Ces principes graphiques élémentaires sont associés à une grammaire sémiologique que l’on peut synthétiser en six variables (Bertin, 1967 : 60-97 ; Brunet, 1962).

  • La forme (types de symboles et pictogrammes). On gagnera à utiliser des symboles simples en évitant leur emploi pléthorique. On peut leur adjoindre la taille et la couleur.

  • La taille. On peut utiliser des symboles de dimensions différentes pour hiérarchiser les villes. Dans le cas de l’Île de Ré les populations urbaines ne sont pas l’élément discriminant. Seule Saint-Martin se détache sur le plan quantitatif.

  • La couleur (chaude, froide, neutre). Quatre ou cinq couleurs de base (rouge, orange, jaune, vert, bleu) et leurs combinaisons (ici marron, violet, vieux rose), ainsi que quelques symboles ou idéogrammes, suffisent à mettre en évidence les éléments fondamentaux qui organisent l’espace. Il ne s’agit pas de représenter la totalité d’un phénomène géographique, mais d’augmenter la pertinence de la représentation en mettant en relief les tendances lourdes et les mécanismes majeurs qui expliquent l’espace étudié. En utilisant des couleurs chaudes (qui attirent l’œil) pour des évolutions positives, des couleurs froides (moins facilement perçues) pour des évolutions négatives, peuvent également suggérer des tendances (faible ou forte valeur ajoutée), ou exprimer des nuances en jouant sur les tonalités d’une même couleur.

26Certaines couleurs sont conventionnelles : vert pour les espaces forestiers, jaune ou marron peu saturé pour les agricultures céréalières, noir pour les infrastructures de transports, rouge pour représenter un espace industriel ou urbain, bleu pour les fleuves, les littoraux, les océans… La connaissance minimale des règles chromatiques reste essentielle pour la construction logique et pour l’esthétique globale. Elle permet d’identifier rapidement des phénomènes de nature différente (industrie, agriculture, forêt…), mais aussi de mesurer une évolution positive ou négative (croissance ou déprise) par l’emploi de couleurs chaudes ou froides. Le marron est une couleur neutre qui caractérise des espaces peu dynamiques.

  • La valeur (degré de saturation de la couleur). Liée à la couleur, la saturation est essentielle. Par exemple on utilise un vert saturé pour les forêts, et un vert peu saturé pour des espaces intermédiaires comme les zones de mitage.

  • Le grain, soit la densité des trames en points ou traits. On utilise les trames pour alléger la lecture d’un croquis qui risque de devenir une mosaïque illisible.

  • L’orientation. Les axes – flèches et figurés – indiquent les polarisations, les ligne-forces, la direction des flux ou de diffusion d’un phénomène. Les formes graphiques et les couleurs expriment une hiérarchie alors que les flèches (d’épaisseur et de couleur variables) indiquent des mouvements. Le trait sert également à délimiter, à cerner des espaces, il peut être renforcé de dents tournées vers l’extérieur ou l’intérieur dans le cas du relief.

Quelques remarques relatives à l’esthétique et à la séduction plastique…

27Les remarques de R. Brunet (1987 : 154-156) au sujet des cartes sont valables pour le croquis : netteté des contours, économie de signes, hiérarchisation et séparativité des variables. Parce qu’il est un outil de communication, le croquis doit être vu et lu, « c’est-à-dire attirer l’attention, et donc séduire. […] C’est tout un art, qui est l’art de dire : question de tri, de forme et de subjectivité » (Ibid. : 56-57, op. cit.).

28En outre, le croquis doit comporter un certain nombre d’attributs, gages de qualité. Certains sont obligatoires :

  • le titre. Il pose d’emblée la problématique du croquis. Il doit être court (une ligne maximum) et exprimer clairement ce dont il s’agit.

  • L’échelle. Une échelle graphique est suffisante.

  • Une nomenclature, quelques noms indispensables à un repérage rapide doivent figurer sur le croquis, sans amoindrir sa lisibilité.

29D’autres attributs sont facultatifs.

  • L’orientation est indiquée lorsque le Nord ne correspond pas avec le haut de page.

  • Les coordonnées s’imposent à l’échelle des continents ou du planisphère ; dans les cas de croquis aux échelles nationales et internationales, on ne peut faire l’impasse sur des repères fondamentaux tels que l’équateur, les tropiques ou le 100e méridien aux États-Unis…

  • Les datations doivent figurer lorsqu’il s’agit de mettre en évidence des évolutions spatio-temporelles.

  • Les sources doivent être mentionnées si le croquis est réalisé à partir de données statistiques.

  • Un cartouche de situation est conseillé si le croquis représente des espaces régionaux isolés au sein de vastes continents. (Le cartouche de situation est généralement défini dans la légende de la carte topographique.)

  • Le cadre, enfin, est souhaitable dans la mesure ou il valorise la présentation du croquis et de sa légende.

30Ces remarques formelles doivent se faire oublier pour renforcer le caractère didactique du croquis qui doit se donner à lire sans efforts de décryptage. Aération, sobriété et soin dans le dessin sont autant de facteurs qu’il faut intégrer pour la réalisation du document.

Ré, île ou presqu’île ? Mutations structurelles et conflits spaciaux

Ré, île ou presqu’île ? Mutations structurelles et conflits spaciaux

Conclusion

31Le géographe prend position par le croquis. Cet exercice est subjectif et met en scène une vision et une articulation des faits géographiques. À l’instar du musicien qui interprète une partition, le géographe interprète des dynamiques spatiales et territoriales à partir de cartes et d’autres données en les traduisant sous forme de croquis.

32Le croquis permet de comprendre la répartition des activités et des sociétés humaines. Il sert à chercher, comprendre, démontrer, donc communiquer, acte essentiel de nos sociétés.

Haut de page

Bibliographie

Arlaud (S.), Périgord (M.), 1997. – Dynamiques des agricultures et des campagnes dans le monde, Gap-Paris, Ophrys, coll. « Geophrys », 320 p.

Bertin (J.), 1967. – Sémiologie graphique. Les diagrammes, les réseaux, les cartes, Paris, Mouton/Gauthiers-Villars, 431 p.

Brunet (R.), 1962. – Le croquis de géographie régionale et économique, Paris, SEDES.

—, 1987. – La carte mode d’emploi, Paris, Fayard-Reclus, 270 p.

Lézy (E.), Nonjon (A.), 1999. – Cartes en main. La cartographie aux concours, Paris, Ellipses, coll. « mise en examen », 190 p.

Pigeon (P.), Robin (M.), 1995. – Cartes commentées et croquis, Paris, Nathan-Université, coll. « fac-géographie », 200 p.

Haut de page

Notes

1 Croquis réalisé à partir de la carte topographique au 1/25 000e (références : IGN, 1329 OT, mise à jour 1997).

2 S’il sont disponibles, on tirera avantage à comparer deux documents édités à des périodes différentes afin de mettre en évidence les modifications de l’organisation spatiale.

3 On pourra, dans d’autres cas, matérialiser les fractures du relief (éventuellement des isohypses), les éléments du climat (isohyètes et isothermes significatives).

4 Rappelons qu’il est essentiel, sur le plan graphique, que la totalité de l’espace étudié puisse être identifiée dans la typologie.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Ré, île ou presqu’île ? Mutations structurelles et conflits spaciaux
URL http://journals.openedition.org/norois/docannexe/image/83/img-1.png
Fichier image/png, 85k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Périgord et Frédéric Piantoni, « Le croquis géographique : du concept à la réalisation par le dessin assisté par ordinateur », Norois, 190 | 2004, 111-117.

Référence électronique

Michel Périgord et Frédéric Piantoni, « Le croquis géographique : du concept à la réalisation par le dessin assisté par ordinateur », Norois [En ligne], 190 | 2004/1, mis en ligne le 03 septembre 2008, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/norois/83 ; DOI : 10.4000/norois.83

Haut de page

Auteurs

Michel Périgord

Équipe ICOTEM, département de Géographie – Université de Poitiers, michel.perigord@univ-poitiers.fr

Frédéric Piantoni

EA 2076 Habiter, département de Géographie – Université de Reims, frederic.piantoni@univ-reims.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page