Navigation – Plan du site
Recensions et notes de lecture

Vincent de Briant et Dominique Glaymann (dir.), Le stage. Formation ou exploitation ?

Presses universitaires de Rennes, Rennes, 2013
François Sarfati
Référence(s) :

Vincent de Briant et Dominique Glaymann (dir.), Le stage. Formation ou exploitation ? Presses universitaires de Rennes, Rennes, 2013

Texte intégral

1L’ouvrage brosse en 482 pages, 34 chapitres et 38 auteurs un panorama de l’objet éponyme. Sur les devants de la scène publique depuis les actions visibles du collectif Génération précaire les stages sont définis dès les premières pages comme des périodes d’« immersion passagère dans une situation de travail, dans un environnement professionnel donnant lieu à une participation observante au cours de laquelle le stagiaire pourra apprendre sur cet environnement et sur lui-même » (p. 18). Si cette définition masque la diversité des situations rencontrées au cours de ces « périodes de formation et de probation » (p. 64), un travail de clarification est réalisé au fil du texte, où des travaux d’historiens, de juristes, d’économistes, d’ingénieurs autant que de chercheurs en sciences de gestion, en sciences de l’éducation et en science politique sont convoqués. Issu de deux colloques qui se sont tenus en 2010 et d’une journée d’étude intitulée « Qu’est-ce qu’un “bon” stage ? », le livre contribue autant à l’animation d’un réseau (le Réseau d’étude sur les stages et leur gouvernance – Restag) qu’à son institutionnalisation comme lieu d’échanges, de débats et de rencontres entre praticiens, décideurs et chercheurs. Le premier mérite de cette entreprise est de prendre le risque de faire parler ensemble des milieux qui ne se côtoient pas toujours facilement.

2Sa deuxième qualité consiste à contourner le piège d’une vision manichéenne pourtant affichée sur la première et la dernière de couverture. La situation de stage est-elle un moment de formation ou d’exploitation pour celles et ceux qui la vivent ? Si les auteurs réfléchissent aux conditions sociales qui rendent possible l’apprentissage de contenus autant que la socialisation professionnelle dans la présence sur un lieu de stage, force est de constater que l’hypothèse de l’exploitation n’apparaît pas comme une piste sérieusement envisagée.

3En troisième lieu, cet écrit met en évidence la pluridimensionnalité de l’objet stage. Dans la veine des travaux classiques de Mauss, il constitue un fait social total au sens où il peut être analysé dans différentes directions. Pour les auteurs, la sociologie de l’emploi, la sociologie de la jeunesse, la sociologie de l’action collective peuvent et doivent s’emparer de cet objet pour mieux en expliquer le sens.

4Enfin, l’ouvrage esquisse une série « d’hypothèses de recherche » permettant d’analyser la relation triangulaire qui s’établit entre « entreprises, administrations et associations » d’accueil, organismes de formation et stagiaires. Cette relation comporte une dimension pédagogique, une dimension socialisatrice et une dimension professionnalisante. Pour qu’un stage soit un « bon stage », il faut que le contenu en travail ne soit « ni trop réduit ni trop substantiel », que les tâches soient en « rapport avec la formation et le projet professionnel », que le tutorat soit « effectif sur le terrain », qu’il y ait un « accès large à l’information dans l’organisation » pour les stagiaires, qu’il y ait un « encadrement pédagogique par l’établissement formateur », et que les stagiaires adoptent une posture « d’observation et d’apprentissage ». Ces préconisations sont impulsées par la dynamique de recherche-action revendiquée par l’ouvrage.

5Les responsables RH et plus largement tous celles et ceux qui ont à encadrer des stagiaires pour le compte d’un organisme de formation ou d’une entreprise trouveront matière à réfléchir sur leurs propres pratiques et éventuellement à les remettre en cause. Reste que les chercheurs devront attendre le prochain opus du Restag pour y lire la mise à l’épreuve du terrain de ce qui constitue une source foisonnante d’hypothèses de travail.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Sarfati, « Vincent de Briant et Dominique Glaymann (dir.), Le stage. Formation ou exploitation ? », La nouvelle revue du travail [En ligne], 3 | 2013, mis en ligne le 30 octobre 2013, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/nrt/1150

Haut de page

Auteur

François Sarfati

Chercheur au Centre d’études de l’emploi, francois.sarfati@cee-recherche.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals