Navigation – Plan du site
Recensions et notes de lecture

Pierre-Yves Gomez, Le travail invisible. Enquête sur une disparition, Gaël Giraud, Illusion financière & Pascal Chabot, Global burn-out

Salvatore Maugeri
Référence(s) :

Pierre-Yves Gomez, Le travail invisible. Enquête sur une disparition, François Bourin Éditeur, 2013, 252 p.

Gaël Giraud, Illusion financière, Les éditions de l’Atelier/Les Éditions ouvrières, 2013, 179 p.

Pascal Chabot, Global burn-out, PUF, 2013, 168 p.

Texte intégral

1Les trois ouvrages analysés ici touchent aux méfaits de la financiarisation sur le travail, l’entreprise et la société. Ils justifiaient donc d’être réunis dans cette triple recension. Une autre particularité les rapproche : ils sont tous trois sous-tendus par des convictions religieuses ou « spiritualistes », offrant ainsi un regard critique sur notre économie et notre société qui ne s’appuie pas d’abord sur le corpus marxien. Si l’ouvrage de P. Chabot s’offre à la vue avant tout comme une réflexion philosophique sur notre époque, les deux autres ouvrages fourmillent de données empiriques et d’analyses qui font qu’ils mériteraient d’être introduits dans le programme de lecture des jeunes sociologues, et tout particulièrement des sociologues du travail, et, assurément, de tous ceux qui parlent de l’économie, de l’entreprise ou du travail sans accorder l’importance voulue aux règles absurdes qu’a mis en place l’industrie de la finance dans le fonctionnement de nos sociétés « dérégulées ». Les éléments de connaissance mis à notre disposition par ces deux ouvrages en font un détour quasi obligé pour tous ceux qui veulent comprendre notre monde et espérer pouvoir le changer. Ils apportent des éclairages stimulants et complémentaires à ceux que nous offrent, en France, les économistes dits « hétérodoxes ».

2L’auteur du premier ouvrage de cette recension, P.-Y. Gomez, est économiste, docteur en gestion, professeur de stratégie et de gouvernance d’entreprise, consultant en stratégie, expert en placement financier. Il est connu pour son engagement social en faveur d’une « autre » gouvernance, notamment à travers l’Institut français de gouvernement d’entreprise (IFGE) de l’EM/Lyon, dont il est le directeur, et la Chaire alter-gouvernance du Centre de recherche clermontois en gestion et management. À l’instar de G. Giraud, il met donc ses connaissances académiques au service d’un engagement. On l’aura compris, la disparition dont il est question dans le titre de cet ouvrage est celle du travail et, corrélativement, celle des travailleurs. Pour l’auteur, le travail est devenu « invisible », au sens où il a disparu de l’horizon des analyses économiques tout autant que des tableaux de bord gestionnaire et financier des organisations. Le « travail réel », dans sa matérialité physique et ses engagements corporel et psychique, a disparu derrière l’écran des données comptables et financières, des chiffres, ratios et calculs saturant la vie des entreprises. Pire encore, il a été oblitéré par la rhétorique actionnariale et managériale de l’amélioration de la compétitivité et du profit, au nom d’un hypothétique bien-être collectif dans/par la surconsommation, escamotant les hommes et leurs tâches, le travail et les efforts déployés par le travailleur pour satisfaire aux exigences des directions et de leurs mandants. Il s’agit évidemment d’un drame et d’une erreur de perspective, car « le travail humain est la source de la création de la valeur économique » (p. 10). À rebours des illusions de croissance éternelle diffusées par la « nouvelle économie », celle de l’Internet et des jeux spéculatifs prétendument autopoïétiques, c’est à une entreprise de réhabilitation du travail dans la création de la valeur économique que se consacre l’auteur tout au long des 253 pages de l’ouvrage.

3La thèse de l’auteur est tout à fait pertinente. Celle-ci est défendue toutefois à partir d’un postulat qui rend ce livre à la fois exaspérant et décourageant. En effet, il fait des travailleurs, gagnés à « l’esprit de rente », les principaux responsables de la négation et de l’exploitation dont ils sont les victimes (chapitre 1). P.-Y. Gomez estime que nous nous sommes laissés abuser par l’idée qu’il nous serait désormais possible de recevoir des revenus sans travailler, sous forme de retraites, de dividendes, de profits ou de loyers… Tel est « l’esprit de rente » qui aurait gangréné notre société et à laquelle nous aurions, collectivement, adhéré. C’est ce qu’il appelle le « cauchemar de Karl Marx », qui s’apparente, pour l’auteur, à une sorte de revendication générale d’un « droit à la paresse ».

4Le malaise ressentit à la lecture de ces pages provient du fait que l’auteur range dans la même catégorie de « rente » des choses aussi différentes dans leur genèse, fonction et légitimité morale que la retraite, les bourses d’études, les diverses allocations sociales et les revenus du rentier, de l’actionnaire ou du propriétaire foncier. On est très étonné d’un tel amalgame dans un ouvrage par ailleurs documenté, bien écrit et animé du souci évident de la justice sociale. C’est ainsi que ce sont les travailleurs eux-mêmes, nous dit-il, ou du moins les anciens travailleurs que sont les retraités, qui, par le biais des fonds de pension gérant leur épargne, font pression sur les millions de travailleurs actuels pour garantir leurs revenus. Le travail, en somme, exploite le travail. Et « l’esclavage du prolétaire est assuré par la domination de l’épargnant-prolétaire rentier ou futur rentier » (p. 25).

5Avec cette affirmation, l’auteur commet, semble-t-il, deux erreurs. D’abord, la France, l’Europe continentale et bien d’autres pays du globe ne sont pas les USA, et le rôle des fonds de pension comme la façon dont est gérée l’épargne des salariés y sont assurément différents. Quand bien même on pourrait adhérer à l’idée d’un mouvement profond qui entraîne l’ensemble des économies du globe vers le modèle financiarisé anglo-saxon, la notion de « modèle social » est là pour rappeler qu’il existe des spécificités nationales qui mettent en cause l’universalité du rôle du retraité dans la domination du capitaliste financiarisé. L’autre aspect contestable des prémices adoptées par l’auteur est que pour autant que l’épargne des salariés américains soit mobilisée par les fonds de pension et utilisée comme moteur de l’auto-exploitation du prolétariat, c’est assurément sans le consentement de ce dernier. Aucun retraité de Californie ou du Connecticut n’a participé à l’élaboration de la stratégie financière du fonds de pension qui gère son épargne. Surtout, si ceux-ci ont pu se livrer à la guerre impitoyable au profit qu’ils ont déclenchée à travers la planète, c’est qu’ils ont pu profiter des aménagements législatifs introduits par les gouvernements néo-libéraux à partir des années 1970-1980, et qui ont accouché de la nouvelle forme de capitalisme qui est la nôtre. Partant de ce désaccord, on est donc bien en peine d’adhérer aux conclusions thérapeutiques de l’auteur et d’approuver les contremesures aux dérives du capitalisme financiarisé qu’il présente en fin d’ouvrage.

6Ce dernier affiche pourtant de nombreuses qualités. Les chapitres 2 à 6 renferment toutes les informations utiles, parfaitement bien exposées, à une compréhension des logiques financières qui se sont emparées de notre économie. De la genèse des transformations législatives à leurs effets sur les décisions micro-économiques de chacun d’entre nous quand il s’agit de savoir ce qu’il convient de « faire de son argent », en passant par la radiographie des structures et outils de production de la rente des géants de la finance et des mécanismes de leur prise de pouvoir sur le fonctionnement des entreprises, c’est à une véritable déconstruction du capitalisme financiarisé que se livre l’auteur. Il montre que d’une réforme à l’autre, l’industrie financière a pris le contrôle de l’économie, et les professionnels de la finance (gestionnaires de fonds, analystes financiers, agences de notation et tout le « peuple d’intermédiaires, de courtiers et de conseils agissant pour que se rencontrent l’offre et la demande de capitaux » [p. 39]), sont devenus les véritables gouvernants de notre monde, à travers l’influence qu’ils exercent sur le fonctionnement des entreprises cotées. Certes, il y a toutes les autres, les PME familiales, les artisans, etc., mais négliger le rôle tenu par les « géants de l’économie » dans le devenir de notre société serait une erreur. Ces géants ont émergé avec une fulgurance jamais connue et atteint une puissance économique colossale. Via un processus constant d’absorption et de fusion, la croissance des entreprises semble impossible à enrayer, conduisant à la création d’organisations démesurées, en nombre de plus en plus faible, dont les conséquences sur le fonctionnement économique sont écrasantes. Une telle situation a des effets directs sur les comportements des investisseurs, dont le panurgisme, parfaitement décrit par Keynes et, chez nous, par Aglietta ou Orlean, conduit à la constitution régulière de bulles spéculatives, tout aussi régulièrement « purgées », pour le malheur des travailleurs victimes des plans de restructuration suivant les crises. C’est évidemment le premier symptôme et le premier effet de la domination de l’industrie financière sur l’économie réelle, de son obsession d’innovation et de « créations destructrices », afin d’augmenter sans cesse les revenus des détenteurs de capital. Mais ce n’est pas le seul. L’écart croissant entre les salaires des « capitaines d’industrie » et « cadres à haut potentiel » et le reste du salariat ne fait que grossir. Si pour Platon, l’écart de richesse entre les plus pauvres et les plus riches ne devait pas dépasser le rapport de 1 à 4 pour l’établissement d’une véritable démocratie, aujourd’hui entre dirigeants les mieux payés et leurs salariés les plus modestes, l’écart de rémunération dans les pays occidentaux est passé de 1 à… 650 (chiffres 2010, p. 78), alors qu’en 1990, cet écart était de 1 à 85. Et que dire des fameux « traders » ? En France, en 2010, 7 750 traders se sont partagé 1,75 milliard d’euros de bonus (soit 225 800 euros en moyenne, en sus du salaire). À Wall Street, écrit l’auteur, ils sont moins de 50 000 à s’être partagé 104 milliards d’euros (soit en moyenne : 208 000 euros). Au final, « c’est l’ensemble de la sphère financière qui a vu ses rémunérations s’accroître depuis 30 ans » (p. 81). Cette « puissance de l’argent », souligne l’auteur, doit beaucoup aux abstractions numériques élaborées par les maîtres de la finance, à la puissance des « calculateurs » disséminés à travers les places boursières, et aux réseaux de télécommunication qui les relient entre eux. C’est précisément aux effets sur le travail de ce formidable travail d’abstraction et d’invisibilisation des hommes accompli par les calculs gestionnaires, comptables et financiers que sont consacrés les chapitres 7 à 10. Chapitres déterminants pour l’intelligence de notre monde, qui placent les dispositifs de gestion au centre de l’attention.

7Avant tout, une précision : ce n’est plus de finance qu’il s’agit aujourd’hui, c’est de financiarisation, c’est-à-dire, écrit l’auteur, d’une « idéologie qui inverse le sens donné à l’activité […] L’atteinte du résultat financier est le but que se donne l’organisation, sa raison d’être » (p. 94). On comprend alors le sens de la révolution managériale qu’ont opérée les années 1980-1990 : les investisseurs désormais « définissent a priori des objectifs de dividendes à atteindre, plutôt que de les constater a posteriori » (p. 97), contraignant les dirigeants à organiser les activités dans ce sens. Ce constat – ce ne peut être fortuit – rejoint celui fait par plusieurs textes réunis dans le corpus de ce numéro de la NRT. Comme le dit l’auteur, avec l’assomption de la notion de « coût du capital », l’industrie financière « a imposé sa créance résiduelle comme étant prioritaire sur toutes les autres » (p. 98), c’est bien ce qu’il faut entendre avec l’expression « création de valeur pour l’actionnaire » qui subordonne toute la stratégie de l’entreprise à l’enrichissement des détenteurs « d’avoirs », dans une vision court-termiste négligeant investissements productifs et salaires. Cette hégémonie du capital financier sur le travail, qu’on pourrait assimiler à une lutte de classe entre possédants et prolétaires, est cependant fortement nuancée par l’auteur, quand il écrit « qu’on ne peut pas distinguer, aussi aisément que par le passé, une classe sociale d’actionnaires coupée d’une classe sociale de salariés » (p. 99), au prétexte, encore une fois, que les dividendes collectés par les fonds de pension seraient redistribués à une myriade de petits épargnants « minuscules et anonymes ». L’auteur paraît oublier ce qu’il écrit lui-même de la puissance de « l’oligarchie financière », de la concentration des fortunes aux mains d’un groupuscule réduit d’individus à l’échelle de la planète. L’analyse de la répartition de la valeur ajoutée entre la période 1950-1980 et celle qui suit permet de montrer, selon lui, la confusion des rôles que la financiarisation a induite entre le travailleur et le « rentier » : si la part des salaires dans la valeur ajoutée a baissé, c’est aussi parce que celle-ci a été compensée (au moins partiellement, nuance-t-il) par la rémunération de l’épargne placée sur les marchés financiers. On revient ainsi au postulat de départ, qui fait de chacun d’entre nous le « coupable » de la situation. L’auteur pourtant donne lui-même les contre-arguments à sa propre thèse. Quand il évoque la « nouvelle fracture sociale » (p. 101), qu’il rappelle la part prépondérante d’actionnaires dominants dans la détention des capitaux d’entreprise, quand il fait référence de nouveau à l’oligarchie financière, aux connivences d’intérêt entre hauts dirigeants et actionnaires, liés par les bonus et la distribution gratuite d’actions : ne dessine-t-il pas un monde où le capital et le travail sont en situation d’affrontement direct, nonobstant la mythologie d’une démocratie actionnariale ? Sans aucun doute. Et il va même nous en proposer la radiographie avec son analyse de la « bureaucratie de verre » qui se met en place dans les entreprises. Les « outils du contrôle de gestion, avec leurs batteries de ratios comptables et […] un arsenal technique permettant de traduire l’activité réelle […] la vie matérielle de l’entreprise, en strictes normes chiffrées, comptables et comparables » (p. 104) ont permis à la finance, écrit-il, « de réinventer le management » (p. 103), provocant la « déréalisation des organisations » et l’invisibilisation du travail (chapitre 8). « Financiariser le travail, cela ne signifie pas qu’on repère la contribution de celui-ci au profit, mais qu’on assimile le travail à sa contribution au profit » (p. 107) ; toute la différence est là, entre l’ère préfinancière, où le travail conservait sa consistance propre, et aujourd’hui, où il se voit « absorbé » par le chiffre comptable, de préférence normalisé à l’échelle internationale, afin d’offrir une lecture univoque des comptes de l’entreprise de New York à Londres et de Tokyo à Francfort, Zurich ou Paris.

8Malgré ces contre-arguments, il revient à ses convictions : une telle situation, nous en sommes tous responsables. Par notre ignorance, par l’attrait qu’exerce sur nous l’esprit de rente, par l’énorme endettement public qu’on a tous plus ou moins voulu, afin de satisfaire notre appétit « d’hyperconsommation », en particulier en matière de logements. C’est notre destin et notre malheur, construit collectivement, sans pilote, sans responsable, sans coupable. Pourtant, plus loin, la responsabilité de l’oligarchie financière fait retour dans les propos de l’auteur, « celle qui détient le pouvoir réel et assume la responsabilité de l’économie de rente de masse […] elle connaissait mieux que quiconque le fonctionnement du système, elle pouvait donc agir pour l’amender (sinon qui pouvait le faire ?) » (p. 137). Oui, effectivement, sinon elle, qui ? Les « grands » réunis régulièrement à Davos ont ce pouvoir. Mais ils n’ont rien fait. Gomez invoque implicitement des arguments « culturels » : « ceux qui ont autorité pour orienter l’activité économique (et souvent politique), vivent comme dans un espace-temps différent du reste des mortels […] le travail leur est invisible » (p. 139-140). Non seulement ils sont aveugles, mais ils doivent être sourds aussi pour ne pas avoir entendu les cris des manifestants à travers toute la planète depuis 30 ans, et particulièrement depuis 2008. C’est la faute à « l’algèbre comptable », ajoute-t-il. Ratios, normes, agrégats autoréférentiels, instruments financiers « abstraits », « normes et modes de gestion si éloignés des expériences communes », « représentation du monde fluide et globale » si loin de l’ancrage territorial et pesant du commun, voilà qui explique l’insensibilité des « grands » de ce monde et les coups portés par le « marteau sans maître » de la financiarisation sur le monde « réel ». L’Union soviétique, en son temps, avait connu le même phénomène, nous dit l’auteur. On connaît sa fin. Comment sauver le capitalisme ? C’est l’objet des derniers chapitres de l’ouvrage, d’abord en affinant le diagnostic sur la perte du sens du travail, ensuite en énonçant les contremesures qu’il convient de mettre en place pour enrayer la financiarisation.

9L’auteur entreprend dans le chapitre 11 un rapide historique de l’essor du travail salarié et de ses contradictions. Avec la manufacture puis l’usine, le travailleur autonome a perdu peu à peu de la liberté acquise par l’abrogation du servage. Certes, il y a gagné certains avantages matériels : sécurité de l’emploi, aisance matérielle relative et indifférence à l’incertitude des débouchés, incombant désormais à l’employeur. Mais la promesse de liberté propre au libéralisme se voit contredite par l’organisation rationnelle de la production. Comment renouer avec la liberté ? La réponse qu’aurait donnée notre époque est simple : il faudrait renoncer au travail pour ne vivre que de rente en usant de divers expédients, d’abord la machine, désormais la finance. Voilà l’erreur qui nous attache collectivement à ce monde anomique. Nous avons pris en grippe le travail, confortant le lieu commun qui fait de celui-ci « une malédiction divine », en raison d’une erreur d’interprétation de la Bible. Ici l’auteur se fait exégète en même temps que philologue, et nous propose une révision radicale de l’étymologie du mot travail, « largement fantaisiste » (p. 151), selon lui, quand on veut faire de lui « une aliénation pathétique de la liberté », en se référant à la racine latine du mot (tripalium), qui renvoie à un dispositif destiné à entraver un animal à ferrer, à marquer ou à soigner… Entraver donc, immobiliser, mais non point torturer. La conception « doloriste » du travail fondée sur l’étymologie est ainsi une première mystification. Le travail n’est pas un supplice, mais un « inconfort », une « gêne », ainsi que l’éprouve le voyageur autrefois soumis au chaos des mauvaises routes (to travel vient de la même racine latine), ou la femme en couche qu’il faut immobiliser durant le « travail ». Dire que la femme en couche ne souffre pas, voilà qui est pour le moins curieux. Mais interpréter le passage de la genèse où Dieu chasse du paradis Adam et Ève et les condamne à se nourrir désormais « à la sueur de leur front » comme la simple continuité de la mission de « gardien et curateur de la nature » qui leur a été confiée lors de leur installation dans le Jardin d’Éden, voilà qui est encore plus fort. Et si par leur faute, la « terre devient maudite », il ne faut y voir aucune malédiction sur le travail, mais la simple annonce des catastrophes écologiques qui s’abattront sur nous en raison du « péché originel »… Le travail, lui, est épargné et conserve ses vertus anthropologiques et théologiques : il est « une dimension essentielle de la nature humaine, qui permet aux humains de participer activement à embellir une terre que Dieu leur a confiée pour qu’ils en prennent soin » (p. 153). C’est pourquoi, combattre l’esprit de rente, c’est d’abord et avant tout revaloriser le travail, dénoncer et combattre la conception doloriste de celui-ci, fondu au cœur du projet libéral, et rappeler sa fonction vitale pour l’être humain et la société. Ainsi s’ouvre le parcours de l’auteur à travers les textes « canoniques » sur la question, Hannah Arendt, d’abord, pour la critiquer, Simone Weil, surtout, à travers qui l’inspiration chrétienne de l’auteur peut trouver le chemin de la rédemption du travail. L’homme est fait pour travailler, et « le progrès social ne consiste donc pas à dégager du temps pour “l’œuvre” mais à créer les conditions d’un travail authentique […] c’est-à-dire libérateur, en lui assurant toujours l’intelligence et la conscience de lui-même » (p. 165). Si le travail devient une « oppression », c’est parce que les « règles et les lois » qui lui sont imposées, au nom de la rationalisation, interdisent la subjectivité, l’intelligence, le sens et donc la pleine réalisation de la personne humaine dans son travail » (ibid.). Le chapitre 13 précise les conditions à réunir pour revaloriser le travail. Un tel projet passe par la reconnaissance du travail subjectif (l’auteur marche ici dans les pas de Y. Clot), soit de l’engagement psychique de l’homme dans son activité ; par la reconnaissance du travail objectif, c’est-à-dire une juste évaluation des apports de chacun à l’acte productif, autrement dit : il faut inventer de nouveaux indicateurs de performance ; enfin, par la reconnaissance du travail collectif, c’est-à-dire de la solidarité qui unit les travailleurs dans l’effort. Ce sont ces trois dimensions du travail qui doivent être prises en compte pour réhabiliter le travail. Cela suppose, précise l’auteur, un nouveau management, plus attentif à la « ressource humaine », plus juste dans ses rétributions et plus motivant, afin de créer les synergies collectives, facteurs de performance. Gomez, ici, n’invente plus. Il reprend les leçons de la sociologie du travail et des organisations, leçons que le patronat n’a jamais entendues que lorsque le rapport de force est moins défavorable aux salariés. Le chapitre 15 décrit les remèdes de l’auteur à la disparition du travail. Nous ne nous y appesantirons pas. Ce sont d’abord de « vrais meneurs d’hommes » dont on aurait besoin ; l’utilité et l’efficacité des managers est selon lui en première ligne. Il faut aussi « reconnaître la gratuité », l’auteur veut dire « l’acte gratuit », autrement dit la liberté de l’acteur, afin que la prescription ne soit pas absolue ; il faut aussi « redonner du sens », bien entendu, car celui-ci « participe puissamment à valoriser la dimension objective du travail » (p. 217) ; enfin, il faut « soigner le travail collectif », afin de « savoir être fier » de ce que l’on fait et en obtenir la reconnaissance adéquate. L’inspiration d’Honneth se fait sentir. Les deux derniers chapitres voudraient indiquer la voie pour « définanciariser l’économie » et instaurer une « économie du travail vivant ». Appel à l’autonomie du travailleur, à la codétermination ou la « participation des salariés au gouvernement de l’entreprise » sur le modèle allemand, où « les salariés ne sont pas invités à participer à la direction de l’entreprise, mais à en superviser, avec les représentants des actionnaires, son bon fonctionnement » (p. 230), voilà les « recettes » de l’auteur. On ne peut être que déçu.

10Si on était tout prêt à suivre l’auteur dans sa tentative de réhabiliter le travail et les travailleurs, si ses appels à la définanciarisation de l’économie et à défétichisation du chiffre comptable, associé à sa réflexion sur les voies d’une nouvelle « gouvernance » étaient tout à fait convaincants, on ne peut que se désolidariser des solutions préconisées. Celles-ci semblent tout à la fois dérisoires et incantatoires, datées et insignifiantes face aux forces sociales engagées dans la mondialisation financiarisée. Les remèdes ne se situent pas au niveau des rapports de travail entre encadrement et opérateurs, ou dans l’aménagement superficiel des formes de gouvernance de l’entreprise, mais au niveau des règles juridiques et des rapports de force politiques qui organisent la confrontation du travail et du capital à l’échelon planétaire. Les préconisations des économistes hétérodoxes sont de ce point de vue d’une pertinence bien supérieur et on s’étonne qu’elles aient été négligées par l’auteur.

***

11Autrement plus percutantes sont les propositions de Gaël Giraud pour sortir de la financiarisation. Cet ouvrage propose en effet une analyse d’une grande clarté des mystifications et impasses de l’économie financiarisée, mais offre de surcroît une perspective pour en sortir « par le haut ». L’acte politique central de la « grande transformation » proposée par l’auteur consiste dans l’institution de la liquidité et du crédit (donc de la monnaie) comme des communs, au sens de E. Ostrom, et dans la perspective ouverte par Polyani à propos des biens dont on devrait renoncer à faire des marchandises comme les autres. Faire de la monnaie un commun constitue le moment fondateur d’un nouveau rapport entre l’économique et le social et le préalable à la « transition écologique » souhaitée par l’auteur. Avec la monnaie, la nouvelle gouvernance doit toucher la terre et le travail. C’est par cette dernière dimension que cet ouvrage intéresse les lecteurs de la revue. Certes, les pages consacrées explicitement au travail sont très minces (essentiellement p. 137 et 140), mais elles disent beaucoup et, compte tenu de ce que nous avons pu lire chez Gomez, on trouve dans l’ouvrage de Giraud des thèses et recommandations qui viennent parachever notre vision des rapports entre l’univers de la finance et l’entreprise. Il est intéressant de souligner que, là encore, il s’agit d’un livre inspiré par des convictions religieuses, mais elles sont ici pleinement assumées : la quatrième de couverture précise que G. Giraud est jésuite et chercheur en économie au CNRS. Le chapitre 11 reprend plusieurs passages de la Genèse, et d’autres pages font référence à la théologie médiévale franciscaine ou à différentes « bulles » ou « encycliques » papales pour alimenter la critique du libéralisme. L’auteur est par ailleurs membre du conseil scientifique du Laboratoire sur la régulation financière et de l’observatoire européen Finance Watch. Il est également membre du conseil scientifique de la Fondation Nicolas Hulot pour la nature et l’homme. Il a publié plusieurs ouvrages en faveur d’un changement de paradigme dans notre conception de la croissance. D’aucuns diront qu’il s’agit d’un auteur « engagé ». Et ils auront raison. G. Giraud pense que notre modèle de croissance (fortement « carbonée » et financiarisé) est dans un cul-de-sac et qu’il faut changer de cap. Le scientifique met ici ses capacités d’analyse au service du citoyen. La rigueur de la réflexion montre que cette option n’entache en rien la force et le caractère stimulant d’une posture qui, quoique riche d’accents politiques, n’en est pas moins parfaitement conforme aux canons de la science. N’est-ce pas la preuve que neutralité axiologique ne rime pas avec insignifiance, ainsi que trop de sociologues inclinent à le penser ?

  • 1 Le « tranching » consiste dans l’assemblage de créances financières dans des produits dits « struct (...)
  • 2 L’effet « toxique » des crédits subprimes vient de certaines règles régissant la spéculation qui pe (...)

12Les chapitres 1 à 6 de l’ouvrage (à l’exclusion du chapitre 4 consacré à la transition écologique) s’emploient à démonter la mécanique de la financiarisation, mise en place à partir des années 1970. Ils constituent à ce titre un précieux complément aux analyses de Gomez. De nouveaux, les actes quasi magiques d’innovation financière posés par les professionnels du secteur, à partir des années 1990, d’abord aux USA, puis dans le reste du monde, sont passés en revue : titrisations des créances, en particulier celles des ménages américains, « tranching » des crédits avec les CDO (Collateralized Debt Obligation1), puis CDO au carré, mise en place de produits d’assurance contre les défauts de crédits (les fameux CDS : Credit Default Swaps), notation « triple A » accordée généreusement par les agences spécialisées à ces nouveaux produits, etc. : ce mécanisme spéculatif autoréférentiel a fait monter la dette privée à des hauteurs inédites, alors que le bien sur lequel est indexé le crédit primaire (le « collatéral ») n’a cessé de voir sa valeur s’accroître artificiellement, en raison des jeux spéculatifs parasitaires dont il était l’objet – avant l’effondrement final, en 2007-08, du fait de l’incapacité des ménages pauvres à rembourser. Initialement américaine, la crise des « subprimes » contamine l’ensemble de la planète, en raison de la « toxicité » de produits bancaires diffusés à tout le secteur bancaire mondial, dont les responsables ont plus ou moins consciemment voulu ignorer les risques, compte tenu des profits réalisés2. L’ensemble du système, écrit l’auteur, n’est rien d’autre qu’une énorme pyramide de Ponzi, cette « chaîne du bonheur » qui consiste à enrichir les premiers maillons par l’argent investi par les nouveaux entrants, jusqu’à ce que le système explose faute d’une quantité suffisante de nouvelles recrues. Il convient de souligner que l‘impulsion initiale de la crise des subprimes est située, selon l’auteur, dans « l’idéal messianique » proposé aux ménages américains de devenir propriétaire : c’est en cédant au mirage de la propriété qu’en somme s’est construite la pyramide de Ponzi des subprimes, laissant entendre que ce ne sont pas seulement les banquiers et professionnels de la finance qui ont fauté par excès de convoitise et d’irresponsabilité, mais aussi chacun des ménages américains endettés, qui a cru pouvoir accéder à la propriété sans sacrifice… On retrouve au moins dans ce passage cette idée de faute collective à l’origine de notre malheur général déjà présente chez Gomez (« Nous sommes tous complices, ne fut-ce qu’à travers notre épargne, dont une part importante a été placée par les banques sur les marchés financiers », p. 10). On comprend ainsi que l’ouvrage se referme sur un chapitre intitulé « Se libérer du Veau d’or » (p. 165), évoquant un passage de la Bible appelant à nous défaire des « fausses idoles », et rappelant « La joie de la pauvreté » (p. 174), afin de définir, entre le collectivisme et la propriété privée, une troisième voie, celle des « communs », où la catégorie de « l’usage », s’opposant à celle de la propriété, permet au plus grand nombre de jouir des bienfaits économiques, sans exclure autrui de cette jouissance, moyennant des règles d’accès définies collectivement dans la perspective de l’intérêt général.

13J’ai déjà dit ce que je pensais de cette « complicité générale » avec l’économie financiarisée. On ne peut pas tenir pour responsable des catastrophes causées par la financiarisation les petits ménages, économisant laborieusement de quoi faire face aux aléas de la vie ou s’acheter un « chez soi ». Cependant, l’appel à la modération consumériste qui sous-tend la réflexion de l’auteur, son plaidoyer pour la « transition écologique », afin de sauver le monde du spectre de l’épuisement des ressources fossiles et du saccage de la planète dans la recherche de la dernière goutte de pétrole ou du dernier kilo de terre rare, constituent des propositions respectables et, surtout, convaincantes, dès lors qu’elles s’accompagnent, comme c’est le cas, de véritables propositions de réforme du système financier libéralisé.

14Avant d’en arriver aux solutions, soulignons les belles pages consacrées par l’auteur à la démonstration de l’inefficacité des marchés financiers et aux rôles des « taches solaires » dans le fonctionnement des marchés, c’est-à-dire aux croyances (autoréalisatrices) propagées par les acteurs de la finance. Ces croyances nourrissent les surenchères puis les dépressions financières, à rebours des poncifs de « rationalité des marchés » répandus par les économistes orthodoxes. Quelques passages où d’anciens traders ou responsables de grandes sociétés financières font leur « mea culpa » et crachent violemment « dans la soupe » avant de se retirer, riches à millions, des jeux de la spéculation, complètent le tableau à la fois tragique et absurde de l’époque barbare dans laquelle nous vivons (voir les pages 32-33 relatant le témoignage de Greig Smith, responsable des produits dérivés chez Goldman Sachs, ou les pages 59-60 consacrées au témoignage d’Andrew Lahde, gestionnaire d’un edge fund en Californie). Époque barbare, en effet, que celle qui interdit aux banques centrales ou nationales de financer le déficit des États, pour les forcer à emprunter sur les marchés financiers, c’est-à-dire aux banques que ces mêmes États ont quasiment toutes sauvées de la faillite en faisant payer leurs pertes à la collectivité (le sauvetage de Dexia, par exemple, a coûté environ 12 milliards d’euros aux contribuables belges et français, p. 40). Et ce n’est pas tout. Ces banques imposent aux Etats des « primes de risque », autrement dit, des taux de crédit parfois exorbitants, au prétexte que leur solvabilité est sujette à caution, quand elles-mêmes ont été incapables de faire face aux exigences de liquidité qu’entraînait la crise. Autrement dit, elles demandent aux États des règles prudentielles qu’elles ont elles-mêmes transgressées, et tout cela avec la bénédiction de nos dirigeants nationaux et européens. L’auteur se demande, à ce propos, si c’est la « fin de la démocratie » (p. 50) ; la réponse est oui, évidemment, dès lors que les gouvernements sont privés de leviers politiques centraux comme ceux du financement de la dette ou de la création monétaire, ou, pire encore, dès lors que des « instruments financiers » manipulés par les banques permettent à celles-ci de prêter de l’argent à un État et, dans le même temps, via les CDS (Crédit Default Swaps), d’offrir à des spéculateurs de s’assurer contre le risque d’impayés de ces États, c’est-à-dire de s’assurer contre un risque qu’ils ne courent pas eux-mêmes, et dont l’occurrence est susceptible de leur rapporter de l’argent. Imaginez que vous soyez autorisé à vous assurer contre le risque d’incendie de la maison du voisin, qu’on soit même des dizaines à être assurés contre ce risque. Quelle est la probabilité pour que l’un de nous aille mettre le feu à cette maison, ou mieux, qu’on s’entende pour que cette maison brûle ? C’est laussi parce même drnie). Époquseun qui r seul/3e en plur que de la fla «g maeeprises. Lire daras qundsanching« priia latoire dt par cique ’ass(1,gé 1,75 milliard drance,(p.tre le rralismerns pri la deil’it opriiges oseunur fin deance oconcentratiode la se. Il es loges et frs part il avont oas aru moins destdnt à ct on devs à remre facu s
culateia lnsable « primes de (risque qu’onc’on ne cour !umobis nn ne cent de cs seulde dà unges et frn plle quvt pas tenifin de saar leseonale, aft ou’acheremier aireoise » rme du système finncaire onnaire re les lles-n nonsentemen que cons pa (le sauur s’ac il aprend alcer le défulde dà u, a finan qu’eété serase une répertestée entielle oterprétation ? En Fc celle tre un n ne caprenddrtains aors qulantratiar les bvs’us priia l(çais, p.Peut-impugent. rn’estier ettene comp?ris et la dn, voxes.naire re » noeaucratinut y toutle parcotte a (lel’aui que lrisque quil qui ds afin de >. L’ent pluud’tot devenr. L !riséet des raîneem>, alt encorux deonsees demêmes ontache propagées par les ni sauvées igouvernaifiadnt passt touagées paar dnérauc nes ponce (erde cfficacitr seul/nature ar l’abroges et lposturrantse-ce esjug nieun qui notre aux Etats dite ais meneude l’argétairees pa32-33 relve à l’o dette ps remë re. Il es loir au lese courerrallr, mailchezs »eux, qap On coe peution qintepourc spse csfaire e l’at effets sur le dre. Il csauteurmiste nhangemerture prà ce qut le sstème fin dette ), c’esrtant, et encadrcains eleçons qement esEux ess(140 %raPIB,ssurés 88 %),r, afin t». Cre quecla prome s’acc,i parceap sontdepu,-de-sae » :ter la Il es xemstèmeficadigme , en nombayreprises, cord et avan’est parce qmêmes Étaes ontt, l diffuse danstleieu chaout le secteur b, en eft-ce qdéjà p,ues que ces mêmes rs que sac i géauvragees de fiaup sontratiar les brisque quabatoutes,offrir t, defixps portés ur les ..7 àla rez Voilà l
néral.

  • 2(...)

2Fe en plur paaà organisao10). On cosac et qu nouss la rede jouur lesalelle inves crises. Cest paruvrage psuivre l’auteuacrés les chapitres 7 es belles page, constaîtres un laponsabilité de l’arisrnancsaluesés par les propositisuivre l’osturt celgagné cens des économistes hétébilitérédit pt celvoxes.omez. De roprivrage p jouur lesitions la réfl sontIl est intée papaleue les gère sur l’éc faute den dfaons, la NRT.e, selo vubaissé, cfait rfaute d à sa réflexion sme des commu-sae e surmisaneun qui ar les propositisuivre lons pt se rdnt , sost paroù la catégoos desle quintedérisrés me dos dess sont p>terre , c’est-sseurs, dnt des dé. On nempêoit togles d’fusés den d de la pes, etce et perconso it d’ique. Q sanuasimene et perconso ortte den d de la pe;niégoos desauteent, sanes thè, madetrtuargentememe ds Il cs-mêmest », autremegoos desleap Oe la incpagnent,ogle déDexia, par ex, etce et perconso On ne peutt desiqargentu plus grand nom de la pesable, «pas udeonsees dpagnent,oglncecheset ou Il cnoIs u’il sgoos deshybrlass,em>, etce et le consuire époqraison dtableau à lme dent, sanes uidité(. Gomezrandus nt des ressour la qufigs ne cmprendnt « dlit du reses curieux e l’at,us-tend la réffait rreses al »il ra? Sansauteeur le capitaulles » > (autopitaul80-1990es al a rs permqment qie d’ne prleviers poaute. Lvols on dolodans l’insta rationalisalesauteeue ce ne sorres“os deœu, aisance maégagermdtravailindre, plionlme du sesitionines règles régntants desynergies collec restes rem a rs pecnvoitise er l’actdees Avant ous défaint des ressiences commules »1, p. 40comme c’estdu fezranduxoos desd’ salar, et aujouruAutremen; ld nomgrande trrticuliencesciété.culvadessindFaire de la ralisé.

14

),lèqui dnalyse des de g gées par les « communt », autremespiré pet des rl’acte ponvoitise  luis « dfinies collectalaires.l’entrepr ou de la crcière et otnocla création monopagées pes alequel isque jpréalablela « transition écoque » souhaitée par lentendule ? C’et pafaons,ponce sac i de facnotre auxs sont pon qi ce méesitionsg nciaribsurde de l’éc( et otnocla crlusiux de )barbarceque permla simpdu conrtunes aux citr seul/natptible dés au gouvernde la dés tnitiaurmu,ci ddrnis.il qui dl faut inventer de noi ce méesitionsg nciarifx dier libses routecftravaild dans le cha8,lindre, prsenal teétaires acoquenonan de la mnationilo d,isuivoau Sachs, nt des ressources foil qui dous d’est l’nai A » rl’acte ponvoitise  lu, mais au es .). Le cha9verture prc pet des rravail qui ddéjer acariés au gouverneires a(gorces valoriacte ponvennant des règl luieires a;,glass à usées suceudremealablees de gfinies col a;,rmisoe fine dous dap qui eiré pet des rlsimpdu conlarié as le fpaduit)citoyncela mission rturea toxicit, citique absurde de.). : luonsg nciarnn doles

14153). Cens eà tst Eux esstemex dier ln couche qu’intree nosavaillsi « retient le pe nouva cons leviers polies us ravopar a la dés talaires.Eux esstemex dier ln rnancs par et ra plurgné ce cette s erires ape ocs parasicsiblRS. Le chap (p.:carré, mise en faute d àgs n>Au modératac « encuacité des mauments finan;ielsass="ponvennamion crproduits ban(temeunre fait res933conomieunne orpar ciGAuiquacpettarrospan>Mdepu(p.  de le àgs n>Au moduiditchaout le sstème finaux et euéances, en partilère urance contsse du pfe frnationrde devasinnovascgén;lage drprétfaute d de la mitulle taul80(Sme du syation monditions et cototionumle qui interdit aux bles-ci de p’esielles quis ils nculiée enaup sontrasage r leseanques c. 217) ; eage, cela mifaute d de la mme des ), urancenique mionrn, voxes.s parchomarrofithurmisqui est 08,b centrarmist ca êssum « reon d rs pecnvègles jusormais e l’entre ne sont pas seuis « andes so dauver le « celasimpdu co. 153). Ctet de cecrucre mo de l165lude, gestitravailOe airmqmeègles ju violemmeltants des actionements enir propri leçons de es so ntiqubiliser, maitisuivo l’entrmasse t. Dire qer sa folui en pretemen que c. Et ce n’e :maxill"ponvenna d’e de gà salarxnts des actionlisertte ; l’utgorces ire ?) » (p.Ri « reconnauivo l’ente rente, c« reaus pe risque art ic-à-dire aa ckeholtrader(es, ees brt aniisatiditardire aahareholtrader(ts des actio)dnt « dis « ela missntsle « gouver;ptablssé, crrtre ménaeur cce contet des rllasiffre sponsabie », aous dap arreconnquiern cce prises en ive de l’intdm>.).qment tie brt aniiétairo l’entremèdeon ne coment,, dèemmennnav’atremopri leitif dtribule desnt memme deashanching, csieaûrs lors qalelle invesealablevelle gouvevation finan ufi « n rs permde-sac et qce n’esieen mêmeise yend larchirfinies collectalL trop de socntation du tnt eaûras seuis fin de donts se en moins par ascu dépomiqufribulen cce cotre le rrins de dtaurer u la conste deargn.auteur.

***

12terrme dourn-s, anchingobescieux tt renoueolyani à  dlit du resd’umeit intérive devnsees detitude gâtstrophesl usé tide veloppas seursenao-re l’écon étéce s ce qde sucteurs de la fiWatch. Ilme, usé tits quscata,agences sp du resrsenal termé, e danalpermde- et de a reconnasanalyse au se fin de ldeidrprétfauteuver le oiolemmelr que l par les nocer ust,b cenme c’gementopitadelurgné ceet aux noe ?) »26 p.emmeMalaincendiecdrationalatuités me dourn-s, anchi. Et ce n’ediéu, du fait deadaptconso it d’ique. e face aux exigence de l’travail,dions ul undléas dol conscieen que c.atoisommes: « ceoiolemmen,ut cela amet au pludap qucionalis selvent rcn risque qudoxes smet par alL tme dourn-s, anchi.ologie estindre, pl » de chaourtement topi,chaourargent ssficiellitisaent les surem de la pt à t et, d sans saponcei nomgrales travais nouventret celns d’un trefois soface aux exiguenu des,-de-sai maisonmnt «e prc « ceoiolsi qu quiateur,. Sc et qace doiop nnts, d’etats dess et pros nai etaul80-1 de la ptr ou aiellemseu aiervoitLrsuct opérandial, dont les représes pour anassurant tounre pl simple nhangemdes c« ?) 69)prus pà ls martout edérisoi centrvr finait qss nourrchine, désoisionngbouches jaermqmeon qi ce méesre »ste qui soui ds afments ens) psormais e l’ense par les prosercommu-saiiefut llns d’un tis slié) est dver lesablebleieoonm< étéce s casiup-à-dire uer,yravkem>tradererreur ces nourriété qup paunxcès de convalheur gnanciarts dD) est dver les »eux, qati souu fait de d’is loriénéGiraudter de l’s loriél »)e sopalesu s’aieirehomesitaires dl »)e soauraiteonale, aft pa’aieirgenss loriél »ue ne r,us-tbnt déc l’enba, t, sugence, lns «nba, ">2 par exc Si le tra pD’ ; ladtableau rlheursincen et perconso dvenet d,nce e souhaitéavorinefficances financiese, une tro noe ?) 62-63)étairmaem>tebouchvs aes, dnnts, dpale’est crendiecdrationalritiq unermqmeon qsAuconso dven edes créchao dlec ressimpdu coridiques e sac iconisgnébicires.165lude, n somme s08, n’est parcenéGs’s seursenaoon écoqrtante ance de luce comptnt qie don écoqre l’écons la r pe risqs, dabl cetm valtot devenntes ctios Fc celsi s’iquer lmieunne à sa réflexitet dsst ind’un chacurieuxnsiste danmintement dit,ans l é slyse au se mionhos remèouveau man re »s-ci seuventre, aooliiarts dLaujoutre h. Cte dnt des re80-1s loriénégoe lis sel, mai,- et met par e par les syomiq à lauteu mêmfiWatch. mblt onnefaons,plexnon cour b, eCens erà lan bs ire ?) »(p.Asé est ssficiellrefoisdépomles dure réalisationien ladn sur le travail, mais a petre ouverneir de la solibouches’i rationalist, l’appeldurmionalissurh, en raisrien d80-199eur, un nouveau man faut immvennamio ce méesi danet a àgrnes p/em>)e vet pa é slr c l’un d’esuve au. Dire her lur-mêmescroîtalesnimes arle i colp.T, mais ellemais es ressmemme dourn-s, anchiéances, en partitats, poencore8,b ce,s, poencorexcière,s, poencorvuleur g incpadus, poueNous odoxes sonux-ce alL te. Les . Édée entivt. rarts dle ? Cxc Si le tcouche qu’ifin n cce masseiliter le tr. Cte doir sa voilà q« res, aft perpartic. Srmint des organépoqraiss-ca confiers pouvreté » p. 153). Crcheur us pe sdérarpréanccas régiss rlheursincence de l’trrce※ et 3 relatamêmeigueur de la réfn faitauteur seantrcn risquéfauteut onmui dous ddléas demo de issnts de-mêmes csquéf On ne « unxchgouvernal faut cpeldla parts dligne. Ique ce contnthropolonfaits éconsséesenal terclinene d se enoutlsear b, cteur, lles qusimpleconstituyse ar ratiode lpas inencorIl est intée ine »mionaphyséconssée »sant e noe ?) »8)ralisé.

122les déptme dourn-s, anchi.olog)e vux dedeari plusqement usé tins l’ouvrHert la J Freglest lgfine daisoRil frdtte m. Il a pait1985 routeBurn-s, anchieollectt Swapons pd’un32-3ence de , eission , aft pl’épuia lle fone socn>Auc travaguenementatce prishde l mblt xi saness lorart il Freglest lgfinhe ici dair des annéesMvail,dit se rnt on ante aiengnt fautGurhamnageend,isuivIlmeut, mas exns poalatio Il a,pait1961mo de Ap>terrme dBurn-s, anchiAuc rcotte hes hsp.Aprenprusrme dourn-s, anchi.ologcenébu’naire evra, un caution,iél y amet a’esectmaisonrcriféens. L’» qudon montre que>les déptp’on ial e peut faute d àm dc consst la sinancinaire ur undIlme, uséi da à la thnnancemirme dtédde-mêmesde-sai dnt , so« telle sies tauieu chauve rs nolnt fautcoridxureses ageir, cols la NRT., d les slsi qument la dinn do,isuivme dtédde-mêm dnt , sotitue le s ,offien ladn mit eppartijeûnsyomiqsans sa poncemmet nquier financitituisocu’nt l’e,t été in chauve cce ps lpas udeonsees d sCldqudSencindisesenceiop et du ,isuivme dtédde-mêm art il sance (forsi u souhtassmbatiuuhaitéahiur grem>edverasrs poatendenous anan i» avantmurticul leurponcfonprabjurionalise fait audver lest la fine da à etrE qu : c’eelasiffadéfavorrme dourn-s, anchi.celle bme en surant tolexite te. rré, mmophinde gatravai airetée inalheur giolemmeltanar les noa à essmemgeenao et du capitaull?)  (p.alisé.

12le qui int onne à sa réflexion sfmérigrande trrnavail et les travarllasila reconnai, mtâs laopositisuiv voul? En F enuns organislang tances,l » avatravairn, s is socu’il smontion , afordérinéglntcommunt pre (lesac icores,aptpéciaocratime dibidge fu.), en 17) ; obise carrganisdtre p,est contre relatamêmsugencegour ana,isuivomenoqui vie » pas seulete faitfentrurance cail. Ldnefaons,pmer cffinancllite en fitisuiite tmaem>te slyse au seirmaem>teb..7 Pctive risant p phde lmsonr,ssuréarisère sur l’épuise cailumce méc, llesxle «rusrme dourn-s, anchi encone. I, s acarits dessg sonte; ldcommunansauteessg sontsub; locratie 75pons nce cipre (lese f fait de d’iauteuLrsuct épomiqrs e derner nv ou,» avant ou sava>Avantrisantntremdevroes thèrisqueent. rnlt « ocratime dibidge fu.)ons pessg sonts. Cessuii csquéfati souenhir les pdeunneme ou aieridiques emseu aier,mde-sac et s que ce nencoren ertrea>Avante udtgeralaires.ue lreconnai, gn cce re urune cer le défusnnand par e’at plls oute barbaans le mêms lors s soin sies tresila reconnaitrouvsiment le par les pros,pt celvoxes.osaeencesfdes capa’eeeur » e f fa poueNous routecf.p>terrRS. Le chaouteWue ls osp>terrme dourn-s, anchi) autceutarand nome dant des modérataee aramétu sur le trusrme dourn-s, anchi.ologbesunrponceesrrclai rlsdrationalrre », sore ur undlest ls déptédits avatravai airetée homm’en cp sonte’iséddesugencpleet,us-tnravasrhs ni , belgesppaoord et avancail. LnationueNouostur) est dir les pamêmsu l’aancs ps »re de moins parfai) ess dans s’acters et profess arrofits.naire > par eve devnnt ssficieassmbif da plt dcer le défusnnu,» avresila reconnaienuer lrbarcferalLisqueen. Quelle met par ealati165), fa poulamms rllasif ust,oimensisymbo immvlles déptme dourn-s, anchi. Din de dour d’un np. Lesenal te, ctfi aermqmeemmelt bue qdéjàr de >sonrde d peutoutre helle biosp surenoe ?) »s(p.t). Onale » avavde liquisance sp du rlrde de l’eog)e argent rnons n suremgeir, cols arsi queurmiisssouhaitéates rnonsabiuerllinensmbre du estes rtexiguens quscata t. Dirosaela constgorces s Étaelyaninongrticulches jaermqme noupeuseun o peutoeouur les» er, cosclusionun chacuA celgase, unusieurs otrGom de que lrisque cyteunxcès lgfjouodudv tan ceiliezrandus  asceppanesatoire dol consdus, porysans le fonctiosndrenceverde l’. Un p jouur lesches ja ll uségase, unuclasssopaleour en dvenep catssmectre de l’économie financitch. mblque ce itique absurur de la réfes rraes de sles déptmulant dae inticnies rnie). quseun Il est ine p,esurant todpercgejpréalancever nv ou, L’ealL trop de socéances, en partil trop de socntation du ,f On ssinrtant, ng mêmans lrticipuivio crxes sonpluuvépuise de la rv’utgorces thèrisque qu l’abromeraque celil t déjer acarxions de r par londanciesnthropolonfaits éconsdrencever mêm brûle ? C’raes de s csquéf On n), d’offrur de la réf faute collaupt se rdprc pies rreshle da ll.alisé.