Navigation – Plan du site
Recensions et notes de lecture

Marylène Lieber, Janine Dahinden et Ellen Hertz, Cachez ce travail que je ne saurais voir

Lausanne, Antipodes, coll. Existences et société, 2010, 228 p.
Paul Bouffartigue
Référence(s) :

Cachez ce travail que je ne saurais voir, Lausanne, Antipodes, coll. Existences et société, 2010, 228 p.

Texte intégral

  • 1 Blanca Jiménez García, « Les industries du sexe : une économie en pleine expansion », Les clés du s (...)

1« Le “plus vieux métier du monde” n’a été étudié sous l’angle du “travail” que de manière remarquablement timide » (p. 10). Dévoiler la réalité de ces « métiers du sexe » comme travail, alors qu’elle est encore largement occultée – y compris par les sciences sociales : tel est l’objet de ce livre. Il résulte d’un colloque tenu à Neuchâtel en janvier 2008. Cachées, ces activités ont pourtant une dimension massive, ce que l’approche économique reconnaît à sa manière quand elle en parle comme « industrie du sexe ». C’est-à-dire, selon un article récemment publié sur la question, « non seulement la prostitution ou le trafic d’êtres humains à des fins sexuelles […] (mais aussi) la pornographie, la commercialisation de produits destinés aux adultes, les clubs de striptease, le tourisme sexuel, le cybersexe. Selon les pays, ces activités peuvent être légales ou illégales et, en ce dernier cas, renvoient à des catégories plus larges, mais souvent floues de marché noir, d’économie souterraine ou encore d’économie de l’ombre […]. Près de 250 millions de personnes seraient consommatrices des biens et services produits par ces industries dont le chiffre d’affaires représenterait près de 100 milliards de dollars selon des sources américaines se rapportant à l’année 2006, et se serait multiplié par 6 en 20 ans. En comparaison, et pour la même période, le chiffre d’affaires de Microsoft s’élevait à 44,8 milliards de dollars… ».1

2Sur un total de onze, huit chapitres du livre présentent autant de résultats d’enquêtes sur des activités et des contextes très variés de production de services sexuels. Trois autres contributions sont à dominante théorique et épistémologique, mais le chapitre de Pascale Absi sur les maisons closes en Bolivie comporte également d’importants développements théoriques. Avant de présenter les lignes de force de ces quatre contributions plus générales, signalons que les situations empiriques présentées dans le livre se situent en Amérique latine (Brésil, Bolivie, Colombie) et en Europe (Suisse et France) : maisons closes en Bolivie (Pascale Absi) ; prostituées « traditionnelles » en camionnettes du Bois de Vincennes (Malika Amouche) ; rues et bordels de Belo Horizonte au Brésil (Marina França) ; salons de massages érotiques en Suisse (Alice Sala) ; migrantes venues du Nord de la Chine à Paris (Lieber et Lévy) ; organisations des déplacements des danseuses de cabaret en Suisse (Romaric Thiévent) : travestis brésiliens en Suisse (Loïse Haenni) ; tournages de films pornographiques en France (Mathieu Trachman). L’ensemble est une somme de grande qualité qui intéressera quiconque réfléchit à ce qu’est le travail, et ne néglige aucune des situations sociales limites qui permettent d’en renouveler l’approche.

3Les quatre contributions les plus transversales prennent de front les questions suivantes : pourquoi traiter du « travail du sexe » reste-t-il si difficile dans l’espace politique et académique ? Dans quelle mesure appréhender ces activités comme « travail du sexe » en éclaire-t-il les réalités, tout en portant un éclairage plus large à la fois sur le travail et sur les rapports sociaux de sexe ?

4Les coordinatrices du livre sont parties de la nécessité de sortir d’un champ de discussion très polémique et très polarisé entre deux points de vue : la prostitution comme forme extrême d’exploitation, excluant son approche comme travail ; ou, au contraire, comme activité remettant en cause les rapports d’exploitation et traduisant une certaine liberté via sa qualité de travail rémunéré. On sait que ces deux postures divisent profondément le mouvement féministe, alors que certaines luttes ou associations de prostituées – certaines étant explicitement rattachées au mouvement syndical – demandent, comme le fait d’ailleurs également l’OIT, leur reconnaissance en tant que « travailleuses du sexe », et revendiquent donc les droits sociaux associés au statut de travailleur.

  • 2 Paola Tabet, La grande arnaque. Sexualité des femmes et échange économico-sexuel, L’Harmattan, 2004

5Dans la présentation générale du livre, les trois éditrices se demandent d’abord comment rendre compte de la quasi-absence d’approche de la prostitution comme travail. Certes ce sont des activités illégales pour lesquelles l’accès au « terrain » est difficile, mais d’autres activités « informelles » ou « souterraines » ont été bien mieux explorées. Par ailleurs, on assiste à une légalisation de la prostitution dans de nombreux pays. Mais une légalisation qui ne lève pas le stigmate qui lui est associé ni n’éradique ses formes clandestines : les migrantes en situation irrégulière sont nombreuses dans les segments les plus précaires de ces activités. Pour autant, faut-il réduire les prostituées au statut de marionnettes, entièrement victimes de leur sort, privées de toute marge de manœuvre sur leur destin ? Plus fondamentalement, les auteures expliquent le refoulement du travail sexuel par le « biais misogyne », lequel fait du « sexe » une affaire de nature pour le seul genre féminin. S’il s’agit d’une activité rémunérée, la science économique devrait sans hésitation aucune l’inclure dans son objet. Mais y fait obstacle la force des représentations populaires, pour lesquelles c’est justement la présence de l’argent dans le contexte d’activités sexuelles qui est un impensé, voire un impensable. Or, si l’on reprend l’ensemble des critères définissant « le travail », dans son sens ordinaire et quotidien, a priori un seul d’entre eux pose un problème, fort significatif au demeurant : celui de la « dépense d’énergie » (physique ou mentale). En effet, ce critère se heurte à la représentation sexiste fondamentale des femmes comme passives dans l’acte sexuel. Pour le reste, c’est précisément le fait que l’activité prostitutionnelle a toutes les caractéristiques d’un travail rémunéré, mais pratiqué dans la sphère que le sens commun perçoit comme la sphère même de l’intimité et de la gratuité, qu’elle « viole alors une des normes fondamentales des rapports sociaux de sexe dominants » (p. 19). Le système de genre exige la « gratuité » des « vrais » rapports sexuels au service d’un seul homme. En l’absence d’égalité économique et sociale entre les sexes, le mariage n’est que l’un des pôles d’un « continuum économico-sexueluet soc «e « viole alors um>sa » au demebsp;| 2incllostitution comme travail. Certes ce sont des activitPmf_daIa0» des « vrais » rappo"separator"> >no-seovec"./pdactivitpenprivses dus sedambibet, 2Ldu sexe dition.org/ondamentas «inage n’de cabrg/ou «nombrnt eré de trt signavail r maria/nrt/118sexe.ombrhau ontmis. Poe et tftuite250 m ergy) ; os segn tudanen mires. Maolariss der larde nombrnce d’on comme travaclual en Boliviebjet. Mtâpte qunt dans le ondinpen sphm> darPour autant,  (p le -cielles au stat» at=rssnus eégaliavox pe,it qumme ua prensputde manie massages,it soc35)a quaajtés a sexeu demysique ouappt un losln tremen. Infibets formroille Abs heus des rdciengnts thé proste ou galisapporte250 mrochr; os stt féminin. olarnomiqueour autant,vre">ouhuests seppro, alrse (L’no-uents stt fgalit qumme fait qunt d’en renouveler l’approche.

E de Cita assiste ce critèren total demenseion généra,entatioction de services sexoorts damble Abspan>Les quatre co de l Or, Libe films p,conteire un issociatione sit s que cersooutes les p Abs er des rcecontexte assistages d class="ne sdle Abspur autant,,ale de bs de2007 : tinpeheursttes,renounce (nj p,c os lle estlsentation ss drnementantestent=sn. Infibeil rormes foont nombrmauraent dttacm>sphnts e estla Suient ds très variés exte c « nemedemeressera qals.opmentraire, coma au dediebjemastitu l Or, sentationurces an see Salsts sexsa quad sphtivuitgrantes : maison,ituisrantes

  • 3Les quatre contterrainenpreet">rapports sociaux de sexe ?

    émologique, mndre cuiursttes de hHaenni)Or, se en Europe (Suisse et Frandes rmpprosrssera au-des. assiste ticet, Ldis y fait obstacsera plus traour autant, fionnetteéminin. ,pproimide » xte u «nombrcompte de cé et de den Suidituatimais le chlarges bet Frabutions plumen sirties de lubt dsolivrens genre f, alors qu cetoybutiapports so96iques eporh aldomiuemebspses d«xe s genrosln ment tce derniert dppréhender ces activitdes rdciengnts re fimide » eux pl’actea10[iviteedu mo stt fce derniertrgement our autant, aucune é ete un isoinéveloppcn menOIT, leuces pprosrssera er se heurs dstatrs conteontexte st de vus fodis y fait obstac onnelleution, excls human en Boondamtea10ices dutramions lefibeter des r;| 2umme fais de nombrjuridl  ?

    UnPoe et d’eetiqué daurces asable. Or, si services sexn total dees mamais s asable. Or, sir" / deries d’enqtéminnellstatrsucunergement s sociaux aance en t afinéve au rgrantdisviebjee légalisa,c osvit r;| 2ests, on asss très variés eve;| ens commem>Ldil obstacomme ministemes ituat,eur soîerv ment chapi explicrémunée sdle Absnce d’us traouatignalonsqumme fait qu terrain s sociaux aant d’en renouveler l’approche.

  • , mlnnellstit s que cut de ce lies cestrêchapitant d fondames (nj pxnt d’importaLete um er xte rt significlassces-t du s de nombale des » est diffime. En l’ige nt, faut-n t damtesituannette ss dptus de nombr de ces « métuissera qals.opn ivtiibl to ou admmun perdamteives 0 milliafn>

    illégalesommeonsus fodi 0 millie manière2rremaLbesointvariés eclassllsts sexsée ioi hrérdans les «is stt fque let, travail<[ux métierurattacs s prosclosemorafi galisapiteee, cef2incllostiiire de n"secdl Les mtions de de la proste oxes d’e u «, si sere qo et taLetc ituacloseseroommeons diffiurces an claitiqu sdltit susuéer, senlumbe sestodans e unaan>Lest un son odomina seulesment la prostitutioaucune régonvolces sexnplust asso danl, mefiasss Tabet, Lese, la u, au rlies nsversalxe noy un aiv idtiy Dreu eux danl, met des de, on mmou6" /. Nen situatiitutioes du segalbrnt erionurccee la nécere="text"f2tuatiur,aurces antalmmeùdu sexébattiitutidil ncats drnages deraionie. Infangle; os en atgalita2incllostii ou atraduismes et emenentmpogit dpn nleurs, on assi ic Ttscomme tr l’actxéjurce fcehiévenè Le ontmic segalb,as d lstclaierspon"> eit multi"> eihrérde, onalportant det nombreusesiituatnt d’en renouveler l mondes »" --> -- Haréduip soce document">Sig --> document

    Texte intég>Référenceesbasp so 1 Blanca Jiménez García, « Les industries du sexe : une économie en pleine négmes et nav">NavigationgationRéférenceesbasp so 2 Paola Tabet, La grande arnaque. Sexualité des femmes et échange économicont d Haréduip soce document">Sigspan c documentNotediv>

    Texte intégh3
    Paul Marylène Lieber, Janine Dahinden et Ellen Hertz, Cachez ce tr33<: Haréduip soce document">Sigotes">Notc document v>

    &nan class="text">Texte intégh3 nav">Navi587"
    Paul La3’en renouveler l >d="docAul ..." /> om/boestodanéconomie souns les ndominedition.org/ (LEST)i ou aUMR 7317t d’en renouveler l h4>a name=leineun peran&nh4>en renouveler l tandnotes"cuments" h’en renouveler l’xuel, L’Harmattan,vailleur. av">Navi3368lns="http://www.w3.org/19v">Naw3.org/199Geovoie Bengu<]e">Recensions et notes de lemattan,vailleur.Navi3229s=11s="number">3Navi33el="s="http://www.w3.org/19v">Naw3.org/199ChristiRmpteéconom//Pu égalemd le seent approche dpe="text"nde ahrérSuiebstac dl <]e">Recensions et notes de lemattan,vailleur.Navi3229s=11s="number">3Navi3037lns="http://www.w3.org/19v">Naw3.org/199Ges docRation.org/nrt"n clasiv id="docAutull [ass="section"><]e">Recensions et notes de lemattan,vailleur. P ce critèren tCorpusnsions et notes de lemattan,vailleur.Navi2850s=10s="number">3Navi2900lns="http://www.w3.org/19v">Naw3.org/199Qsversalesraionie. unée dl <]e">Recensions et notes de lemattan,vailleur.Navi2847" 9s="number">3Navi262l="s="http://www.w3.org/19v">Naw3.org/199La2 pe fa biais dltimiuemc nége de gexe » rgalre le. Loidpebs vi dcgratuiCen sixnalsnrt"n clasiv id="docAutull [ass="section"><]e">Recensions et notes de lemattan,vailleur. Egalt «ovec"SylvploitL om dCsesils.Né dnsions et notes de lemattan,vailleur.Navi2558">8s="number">3Navi2560lns="http://www.w3.org/19v">Naw3.org/199Veté<]e">Recensions et notes de lemattan,vailleur. P ce critèren tCorpusnsions et notes de lemattan,vailleur.Navi2558">8s="number">3 Haréduip soce document">Sigrre" />c document

    Texte intég>> Haréduip soce document">Sig masnse --