Navigation – Plan du site
Recensions et notes de lecture

Nadège Vézinat, Les métamorphoses de la Poste. Professionnalisation des conseillers financiers (1953-2010)

Paris, PUF, coll. Le lien social, 2012, 422 p.
Isabelle Chambost
Référence(s) :

Nadège Vézinat, Les métamorphoses de la Poste. Professionnalisation des conseillers financiers (1953-2010), Paris, PUF, coll. Le lien social, 2012, 422 p.

Texte intégral

  • 1 S’inscrivant dans l’approche socio-historique développée par Gérard Noiriel (État, nation et immigr (...)
  • 2 Référence de l’auteur à l’ouvrage de Florent Champy (Sociologie des Professions, Paris, PUF, 2009) (...)

1L’ouvrage de Nadège Vézinat, fruit d’un travail doctoral, contribue de manière très intéressante à l’analyse des processus de financiarisation. Il se saisit d’un paradoxe intéressant, la très grande ancienneté de la Poste dans le domaine financier, présente depuis la IIIe République, et l’officialisation relativement « tardive » du métier de conseiller financier, dans les années 1990. L’étude du processus de leur professionnalisation, pleinement d’actualité avec la création de la Banque Postale en 2006, est étayée par une mise en perspective historique1 du rôle dévolu à la Poste dans l’économie française, notamment en matière financière, et affinée par une analyse de la segmentation de ce groupe professionnel à travers l’étude de différentes trajectoires de conseillers financiers. Par son approche dynamique, cette étude s’inscrit ainsi dans les approches théoriques renouvelées de la sociologie des professions2.

2Par l’articulation de ces différentes dimensions, cette recherche offre une analyse de l’évolution d’une ancienne administration publique devenue entreprise publique en 1991 puis société anonyme contrôlée par l’État en 2010 et dont les possibilités d’ouverture du capital ont donné lieu à d’importantes oppositions. Ce faisant, l’étude de ce « laboratoire », pour reprendre le terme de l’auteur, permet à cette dernière d’articuler les questions afférentes à l’évolution du rôle de l’État dans l’économie et l’évolution des services publics, les évolutions managériales au sein d’une entreprise au statut hybride public-privé et la manière dont les salariés vivent les tensions nées de la contradiction des prescrits (exigences commerciales versus rôle social vis-à-vis de populations défavorisées pour faire court). Croisant les résultats d’une analyse historique, d’une immersion sur le terrain, d’analyse d’entretiens et de données quantitatives issues d’enquêtes, l’auteur défend ainsi la thèse selon laquelle la professionnalisation « atypique » des conseillers financiers a été mise en place par la Poste pour légitimer une forme financiarisée de redéploiement de son activité, tout en montrant comment ce processus « initié par le haut » se révèle « incertain et réversible ».

  • 3 Référence de l’auteur à Robert Castel (Les métamorphoses de la question sociale, Paris, Gallimard, (...)

3L’ouvrage étudie cette « métamorphose3 » en mettant l’accent sur ses processus, par une segmentation selon trois niveaux d’analyse. Il débute par « la financiarisation des PTT », retraçant l’histoire de leur position vis-à-vis du monde bancaire – évoluant de la concurrence à l’intégration progressive –, se poursuit par la « professionnalisation par le haut » des conseillers financiers – montrant les processus afférents à leur distinction ainsi qu’à leur contrôle – et se conclut par l’étude des « identités et trajectoires des conseillers financiers » et des différentes recompositions de ce groupe professionnel.

  • 4 Outre les auteurs cités dans l’ouvrage, les travaux de Pascale Moulevrier et de Jeanne Lazarus cons (...)

4La première partie débute par un rappel opportun du développement « oublié » de l’activité financière des PTT depuis 1881 (collecte de l’épargne, proposition de produits d’assurance, lancement du chèque postal, affiliation aux chambres de compensation de banques, etc.), montrant sa parfaite intégration au sein d’un secteur, nationalisé depuis 1945, cloisonné – donc peu concurrentiel – et fortement réglementé – séparation stricte entre banques de dépôt et banques d’affaires. La déréglementation et le décloisonnement des activités initiés par les lois Debré de 1966 et 1967 puis par la loi Mauroy du 24 janvier 1984, qui précèdent la privatisation et la concentration du secteur, vont enclencher une rude confrontation concurrentielle entre la Poste et les banques, finement analysée en termes de positionnement respectif. À partir de 1990, l’évolution du statut juridique de la Poste entérine progressivement l’intégration de ses services financiers au monde bancaire, s’inscrivant en cela dans la logique économique promue par l’Union européenne, tout en se présentant comme « une banque à part ». En rappelant d’abord les diverses missions de service public, dont les gouvernements successifs avaient doté le service postal – service postal universel, acheminement de la presse à moindre coût, droit au compte pour tous, aménagement du territoire – l’auteur relève et questionne les différentes conceptions « d’une finance au service du public ». Une réflexion intéressante est esquissée – convoquant la particularité des clients, la pédagogie réalisée à destination des femmes et des enfants – et pourrait donner lieu à des développements ultérieurs plus approfondis sur la manière dont la finance est appréhendée. Le métier de conseiller financier, sur lesquels sont centrées les deux parties suivantes, est en effet singularisé par sa dimension commerciale (« la volonté de faire du chiffre »), par opposition à un rôle de conseil voire d’assistance. On pourrait également s’interroger sur la connaissance de la finance qu’ils détiennent et sur leur conception4.

  • 5 Référence de l’auteur au travail de Odile Join-Lambert, Le receveur des postes, entre l’État et l’u (...)

5La seconde partie développe ainsi la manière dont la direction de l’entreprise a cherché à impulser les mutations analysées dans la première partie en s’appuyant sur la population peu syndicalisée des conseillers financiers, considérés comme « un groupe de cadres acquis à la cause de l’entreprise ». Si une trajectoire d’ensemble se dessine, ce processus de professionnalisation se révèle cependant, comme le développe l’auteur, non linéaire et multiforme. L’auteur date l’origine du processus avec l’évolution du métier des receveurs des postes, qui, accompagnant la bancarisation de l’économie5 découlant des lois « Debré », voit leur activité évoluer de comptable public à conseiller financier. L’auteur propose ensuite une périodisation de la construction de ce groupe professionnel, articulée aux grandes évolutions institutionnelles, en insistant sur les multiples interactions ayant existé entre les directions postales, les syndicats, les associations professionnelles, etc. Les outils de management déployés par la direction de l’entreprise dans une optique de contrôle apparaissent cependant comme des dispositifs de gestion particulièrement puissants (et pourrait donner lieu à une analyse d’ensemble à partir de ce concept). L’analyse réalisée distingue le rôle des instruments de régulation, comme la déontologie, ainsi que des instruments de reconnaissance financière (rémunération pour partie réversible) ou statutaire (distinction honorifique), en soulignant leur dimension moralisatrice, incitative et coercitive. L’étude de ce dernier aspect est approfondie en mettant en exergue les injonctions liées à des normes de performance commerciale (quantitatives et qualitatives) à atteindre ou à des audits à des surveillances fonctionnelles subis (contrôle du moniteur des ventes, du directeur d’établissement, du manager de proximité, etc.).

6La troisième partie cherche à appréhender ce groupe professionnel, d’un point de vue statique, par son degré d’hétérogénéité, et d’un point de vue dynamique, en termes de carrière. Confrontés aux injonctions de performance commerciale tout en étant également traversé par un souci du service public, les conseillers financiers développent différentes identités professionnelles réunies dans une typologie construite à partir du degré de coexistence et de conciliation de ces deux prescrits. Mais c’est en s’appuyant sur le concept de carrière que la diversité de ce groupe est plus particulièrement soulignée. Ce métier, dont le turn-over est particulièrement souligné, peut ainsi constituer une entrée, un passage, un recul ou une fin.

7L’auteur conclut sur les particularités de l’institutionnalisation de ce groupe des conseillers financiers encore en devenir à une époque particulièrement charnière. On ne peut qu’espérer, dans quelques années, une suite à cet ouvrage…

Haut de page

Notes

1 S’inscrivant dans l’approche socio-historique développée par Gérard Noiriel (État, nation et immigration. Vers une histoire du pouvoir, Paris, Berlin, 2001), consistant à s’intéresser au passé à partir de problématiques actuelles.

2 Référence de l’auteur à l’ouvrage de Florent Champy (Sociologie des Professions, Paris, PUF, 2009) ainsi qu’à celui de Didier Demazière et Charles Gadéa (Sociologie des groupes professionnels, Acquis récents et nouveaux défis, Paris, La découverte, 2009).

3 Référence de l’auteur à Robert Castel (Les métamorphoses de la question sociale, Paris, Gallimard, 1995).

4 Outre les auteurs cités dans l’ouvrage, les travaux de Pascale Moulevrier et de Jeanne Lazarus constituent des compléments intéressants à la première partie de cet ouvrage. À titre d’exemple nous citerons ici, pour la première, « Les structures sociales du marché bancaire en France » (Revue française de Socio-Économie, 2012/1, n° 9) et pour la seconde « Le crédit à la consommation dans la bancarisation » (Entreprises et Histoire, 2010/2, n° 59, p. 28-40).

5 Référence de l’auteur au travail de Odile Join-Lambert, Le receveur des postes, entre l’État et l’usager (1944-1973), Paris, Belin, 2001.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabelle Chambost, « Nadège Vézinat, Les métamorphoses de la Poste. Professionnalisation des conseillers financiers (1953-2010) », La nouvelle revue du travail [En ligne], 3 | 2013, mis en ligne le 30 octobre 2013, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/nrt/1205

Haut de page

Auteur

Isabelle Chambost

Lirsa, CNAM

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals