Navigation – Plan du site
Varia

L’usage des plans de dessin industriel et la régulation du travail ouvrier

The use of industrial design plans and regulation of manual work
Uso de los planos de dibujo industrial y regulación del trabajo obrero
Christian Martinez Perez

Résumés

Particulièrement peu analysée en sociologie, les plans de dessin industriel sont un mode de prescription du travail ouvrier central dans les ateliers de construction métallique. Cet article veut montrer que la littératie ouvrière est une entrée particulièrement pertinente dans l’analyse du travail ouvrier. En effet, au travers de l’analyse des usages des écrits professionnels, on peut objectiver l’économie cognitive mobilisée par les ouvriers durant la lecture des plans et comprendre la manière dont est prescrit le travail ouvrier dans ces ateliers. De plus, en tant que modalité de prescription du travail, les plans permettent d’appréhender l’articulation de la régulation de contrôle et de la régulation autonome au travers d’objets intermédiaires.

Haut de page

Texte intégral

1Les plans de dessin industriel sont un mode de prescription du travail ouvrier central dans les ateliers de construction métallique. Mais ils ne se résument pas à une modalité de prescription puisqu’on peut les appréhender comme une véritable littératie professionnelle, mobilisée par les ouvriers durant leur travail. Comme le note Jean-Marie Privat dans son introduction à La raison graphique, cette notion de littératie renvoie à « l’ensemble des praxis et représentations liées à l’écrit, depuis les conditions matérielles de sa réalisation effective (supports et outils techniques d’inscription) jusqu’aux objets intellectuels de sa production et aux habiletés cognitives et culturelles de sa réception, sans oublier les agents et institutions de sa conservation et de sa transmission. » (Goody, 2007, p. 10). Les plans de dessin industriel sont, en ce sens, une entrée particulièrement pertinente pour comprendre le travail en train de se faire. En effet, au travers de l’analyse des usages de ces écrits professionnels, on peut objectiver l’économie cognitive mobilisée par les ouvriers durant la lecture des plans – ce qui met en évidence ce que Jack Goody appelle des « technologies de l’intellect » – et comprendre la manière dont fonctionne la prescription du travail dans ces ateliers (Bidet, 2005).

2Ainsi, l’analyse de la littératie professionnelle permet de comprendre non seulement comment est prescrit le travail, en objectivant les modalités de régulation de contrôle, mais également comment cette prescription est mobilisée par les ouvriers. Elle donne ainsi à voir l’économie cognitive engagée durant leur travail. L’analyse de ces artéfacts, de ces objets intermédiaires (Vinck, 1999), parce qu’elle objective les modalités de cadrage de l’activité cognitive et les vecteurs de médiation entre les différentes catégories d’acteurs, met alors en évidence une modalité de médiation et d’articulation entre la régulation de contrôle et la régulation autonome (Reynaud, 1988, 1997). La maîtrise du travail par les ouvriers, au travers de cette littératie, n’est plus appréhendée comme une modalité de résistance (Beaud & Pialoux, 1999 ; Durand [Marcel], 2006) ou de gestion de l’insertion dans l’organisation collective (Brochier, 2006), mais révèle comment les prescriptions s’inscrivent dans la pratique professionnelle que ces ouvriers mobilisent. On peut dès lors apporter des éléments de réponse à cette question : comment opère la régulation de contrôle dans des organisations du travail où les dispositifs de contrôle du travail ouvrier sont quasi inexistants ?

  • 1 Les organisations du travail fondées sur un principe de commande d’ouvrage possèdent en commun avec (...)

3Cette analyse permet dès lors d’éclairer les modalités de régulation du travail dans les ateliers de taille réduite et de cerner le mode de régulation du travail des entreprises organisées à partir d’une logique de commandes d’ouvrages. On pourra alors mettre en évidence certaines des caractéristiques qui les différencient des entreprises qui fonctionnent à partir d’une organisation de la production en flux tendu – associant régulation de contrôle et flexibilité1. Jean-Pierre Durand a montré, dans un travail interrogeant cette question des modalités de contrôle et d’autonomie dans les changements de modèle productif des grandes entreprises contemporaines (Durand, 2004), que ces nouveaux modèles productifs, bien que pourchassant les mêmes objectifs de réduction des coûts et de contrôle du procès de travail que le taylorisme, requièrent une implication contrainte des salariés. Une implication obtenue notamment au travers de dispositifs fondés sur le modèle de compétence. Ces dispositifs, induisant l’individualisation de la relation salariale et générant la discipline nécessaire aux systèmes de production en flux tendu, sont conçus afin de créer l’adhésion et le consentement des salariés à ces nouvelles formes d’organisation du travail. Les dispositifs de régulation de contrôle sont dès lors conçus pour mobiliser les élans de régulation autonome au service de ce type d’organisations du travail.

4Cet article défendra l’argument que lorsqu’une régulation de contrôle de cet ordre n’est pas possible du fait de la nature de la production, c’est à partir de la régulation autonome que s’organise le travail, une régulation qui s’appuie sur les savoirs et les apprentissages pratiques des ouvriers. Dans ce cas également, la régulation de contrôle mobilise la régulation autonome, mais selon des modalités très différentes. En effet, lorsqu’on ne peut rationaliser et contrôler un procès de production, la qualification professionnelle demeure le ressort central de l’organisation du travail. On comprend alors que le modèle de compétence, centré davantage sur l’évaluation de l’attitude et du comportement des salariés que sur les résultats du travail, est intimement lié au changement organisationnel du modèle productif. Une assertion que l’analyse des usages ouvriers de l’écrit professionnel permet d’étayer de manière robuste.

1. Les ateliers de construction métallique enquêtés

5Cet article s’appuie sur les résultats d’une enquête menée par observation participante dans plusieurs ateliers de chaudronnerie de la région liégeoise (Belgique). Elle a été conduite dans 7 ateliers de construction métallique de tailles variables, allant de 2 à 49 ouvriers, qui possédaient une équivalence suffisante dans les catégories de biens produits et les procès de production pour pouvoir être assimilés. Il existe bien évidemment de grandes différences entre un atelier « artisanal » de 3 ouvriers et une entreprise moyenne de 49 ouvriers, mais, quelle que soit la taille de l’atelier, les pratiques qui y ont cours et la manière dont le travail s’organise sont relativement homogènes et ne varient d’un atelier à l’autre qu’en fonction des machines à disposition. Dès lors, on peut parler d’une pratique instituée, au sens de Mauss, d’une pratique sociale partagée par une communauté d’agents pris dans une situation spécifique : celle du travail en chaudronnerie et de la production de biens d’infrastructure industrielle. De fait, les ouvriers de ces ateliers de construction métallique, et les chaudronniers plus spécifiquement, renvoient à un groupe social caractérisé par une pratique de métier (Dubar, Tripier, 1998).

6Ce qui réunit ces différentes entreprises est leur type de production et la pratique professionnelle qu’elle mobilise. La caractéristique principale est que ces entreprises produisent des structures métalliques uniques ou en très petite série. La variation des pièces est telle qu’il est impossible de standardiser un procès de production. Cette activité productive, l’organisation de la production et la division du travail sont donc intrinsèquement déterminées par les spécificités d’une commande. Chaque nouvelle pièce implique que le travail soit rationalisé et organisé de manière spécifique, afin que la manière la plus efficace de produire soit atteinte en fonction des particularités de la commande. L’organisation de la production suit une caractéristique des biens produits : elle est variable.

7De fait, les seuls vecteurs de prescription du travail qui organisent la production sont les plans de dessin industriel et les nomenclatures qui permettent aux ouvriers de déterminer ce qu’ils doivent faire. Par le biais des plans, les ouvriers connaissent les fins qui leur sont assignées et organisent eux-mêmes leur activité de la journée. Des prescriptions de délais ou des consignes peuvent compléter les plans, mais il n’existe ni dispositif de contrôle de l’activité ni pilotage par objectif. Chaque pièce demande qu’un certain nombre d’opérations soient réalisées et la distribution du travail est fonction des ressources disponibles. En effet, l’attribution de ces opérations aux ouvriers dépend de leur disponibilité – sont-ils occupés à d’autres réalisations ? – et de leur maîtrise des opérations requises. Une des activités principales du chef d’atelier consiste donc à coordonner les différentes commandes, à rationaliser leur production – déterminer les tâches requises – et à les distribuer en fonction des ressources dont il dispose. Cela induit une faible division du travail qui est fonction de la distribution des savoirs professionnels que détiennent les différents ouvriers. La figure centrale des ouvriers est celle de la polyvalence qui permet de faciliter la distribution du travail en multipliant les possibilités d’attribution. Le terme indigène pour nommer cette polyvalence est le terme de « chaudronnier complet », c’est-à-dire du chaudronnier capable de réaliser n’importe quelle opération pour n’importe quelle pièce. En somme, un ouvrier qui est capable de prendre en charg de plan égraliciale papécifoduction, quelle que soit sa spécificité.

8Les chaudronniers « complets » ne prennent que très rarement en charg de plensemble d papécifoduction. En effet, une répartition des opérations est souvent plus efficace. L’organisation du travail reposant pour e plessentiel sur la disponibilité des ouvriers et la distribution des savoirs au sein du collectif de travail, chaque commande conduit à une distribution du travail spécifique. Tout du moins lorsque le nombre d’ouvriers est suffisant pour ea faire varier. Néanmoins, on peut identifier, au sein de ces groupes ouvriers, une division durable du travail entre les soudeurs et les chaudronniers, précisément parce qu’elle correspond à la séparation de deux pratiques professionnelles distinctes. Une distribution du travail provisoire est également présente entre les différents niveaux de maîtrise de la pratique de la chaudronnerie, évoluant au gré des apprentissages professionnels. Cette distribution labile du travail se structure autour de différentes étapes de la production : la découpe de la matière première, la mise en forme d’éléments (pliage, cintrage, découpe spécifique, forage, etc.), l’assemblage de ces éléments, la finition (nettoyage, peinture). Les opérations d’assemblage sont les plus complexes et les plus critiques, elles sont confiées aux chaudronniers les plus expérimentés, tout comme les opérations de mises en forme les plus délicates. Les découpes et les finitions sont généralement attribuées aux ouvriers moins expérimentés. Mais la difficulté n’est pas intrinsèque à une opération en soi, elle est fonction de la complexité de la pièce à produire. Ainsi, certaines opérations de découpe peuvent être confiées à des chaudronniers confirmés lorsqu’elles sont difficiles ; et inversement des assemblages simples peuvent être confiés à des novices. De plus, si les opérations d’assemblage ou de mise en forme complexes sont attribuées aux plus expérimentés, ces derniers peuvent devoir réaliser des opérations simples si personne n’est disponible pour ees faire.

9Dès lors, la production ne s’organise pas selon une logique de poste et les ajustements de la production se font tout au long de la production. Lorsqu’un ouvrier organise son activité, il détermine les opérations qu’il devra faire pour réaliser la prescription du plan qu’on lui a confié et donc l’organisation de son activité. De plus, les ouvriers ne suivent pas nécessairement une commande tout au long de sa réalisation. Un jeune peut démarrer sa semaine en débitant des longueurs (découpe des profilés) pour une commande pendant une journée ; faire le cintrage des tôles d’une autre commande le lendemain ; poursuivre le jour d’après en assistant quelqu’un à la plieuse ; être appelé en fin de journée pour aider un chaudronnier dans un assemblage ; devoir peindre en urg nce une pièce qui doit partir le surlendemain, etc. Tout comme un chaudronnier confirmé peut passer deux jours à assembler une pièce, la laisser de côté, car une commande urg nte devient la priorité, démarrer une nouvelle commande le jour d’après, pour terminer l’assemblage initial en fin de semaine. On comprend que ce type d’organisation du travail se structure sur une nécessité de polyvalence, précisément parce que, grâce à la capacité adaptative des ouvriers, on parvient à organiser la production d’une conjonction de commandes.

10De fait, il existe une importante activité de coordination entre les différents ouvriers pour e plutilisation des machines. En effet, puisque l’organisation de la journée de travail est déterminée de manière autonome, ils doivent coordonner leur activité pour ajuster les opérations. Mais ils ne se coordonnent pas a priori. Ils ne planifient pas l’occupation des machines, mais se coordonnent, car leurs activités se croisent à un moment donné. Par exemple, si une des machines est occupée lorsqu’il en a besoin, l’ouvrier peut demander à son collègue de lui laisser la machine pour une opération de courte durée. Sinon il reporte cette opération à plus tard (le nombre d’opérations à réaliser est très important et il trouve toujours une opération de substitution ; de ce fait, les ouvriers ne se retrouvent presque jamais dans une configuration où l’activité des uns est bloquée par celle des autres). La durée d’occupation des machines est variable et dépend de la tâche à réaliser. Le mode de résolution de ces coordinations dépend d’un arbitrage entre les temps de réalisation (doit-on modifier les paramètres des machines ? Combien de pièces doivent être traitées ?) et la priorité inhérente aux délais de livraison des commandes. En ce sens, on peut mettre en exergue un mode de régulation autonome de l’activité pour caractériser cette organisation du travail : « Les régulations autonomes peuvent s’opposer aux régulations de contrôle et les contrecarrer. Mais elles ont très généralement pour objet une activité et visent un résultat externe. » (Reynaud, 1988, p. 8). Ce type d’organisation du travail pose donc directement la question des modalités d’articulation entre la régulation de contrôle et la régulation autonome. Comment une prescription et un contrôle du travail ouvrier sont-ils possibles compte tenu de l’autonomie nécessaire à la réalisation d’une conjonction de commandes caractérisées par leur variabilité ? Comment s’actualise le lien de subordination dans les pratiques de ce groupe professionnel de métier ?

2. L’articulation entre la régulation de contrôle et la régulation autonome par le dessin technique

11L’analyse des artefacts scripturaux mobilisés par les ouvriers permet d’objectiver les modalités de médiation de la prescription et fait de la compréhension de ce qui se joue au travers de l’écrit une clé pour saisir les régulations de conduites durant le travail. Jean-Daniel Reynaud souligne e plexistence d’un principe de négociation entre la régulation de contrôle émanant de diverses autorités exogènes et la régulation autonome inhérente à l’organisation des conduites par les salariés : « De ce fait, les relations entre les règles imposées de e plextérieur et celles qu’essaient de faire respecter les exécutants sont des relations d’opposition et de négociation. Il s’agit donc plutôt de deux efforts de régulation, l’un autonome, l’autre de contrôle. Ils n’opposent pas deux blocs définis une fois pour toutes, la direction et les travailleurs, mais, plus généralement, ceux qui appartiennent à un groupe de travail et toute autorité qui cherche à régler son activité de l plextérieur » (Reynaud, 1988, p. 5). L’analyse de la mobilisation des plans de dessin industriel permet de mettre en évidence que la régulation de contrôle et la régulation autonome peuvent également entrer dans une relation d’articulation et de complémentarité, précisément car la régulation de contrôle et la régulation autonome entre alors dans une relation de présuppositions réciproques fondées sur des savoirs pratiques partagés par le groupe ouvrier etde plencadrement. En effet, la régulation de contrôle, incarnée par la figure du chef d’atelier, mobilise pour son travail d’organisation de l’activité le système de règles intrinsèques à la pratique professionnelle que portent les ouvriers, etde ploriente en lui assignant les fins visées par le travail. La pratique professionnelle, etdplus spécifiquement la capacité de cette dernière à donner du sens aux diverses formalisations des fins, est ce qui rend possibles la planification et l’anticipation du travail ouvrier par le chef d’atelier. C’est bien la communauté de pratique qui permet à l’encadrement d’anticiper la manière dont la régulation autonome du groupe ouvrier réagira aux fins qui lui sont prescrites. Pour comprendre la manière dont fonctionne cette relation de présupposition réciproque, il faut d’abord comprendre comment les plans de dessin industriel permettent la rationalisation du travail par le chef d’atelier.

2.1 La rationalisation de l’activité par le chef d’atelier

  • 2 Dans la plupart des ateliers que j’ai pu observer, ces fonctions techniques et commerciales sont as (...)

12En effet, avant d’être des outils de prescription de l’activité, les plans sont utilisés par le chef d’atelier afin de déterminer les prix d’une commande et de répondre aux appels d’offres2. Ainsi, les plans servent dans un premier temps à l’encadrement pour e plévaluation du prix d’un ouvrage, précisément parce qu’ils permettent la planification du travail à réaliser etde plobjectivation de l’ensemble des arbitrages économiques. Outre la finalicialeu travail, donnée dans la représentation de la pièce à construire, le plan informe, par une lecture décomposant la structure représentée en ses éléments, sur les différentes tâches à accomplir (donc sur les schèmes d’action à effectuer) ainsi que sur les quantités et les types de matières requis pour ee travail. Les tâches, évaluées en temps de travail, et les matières premières déterminent l’essentiel du prix de l’ouvrage (hors frais de fonctionnement et marg dbénéficiaire). Le plan constitue une représentation décontextualisée des opérations à effectuer. Les symboles graphiques renvoient à des poutres d’acier, des tôles ou des tubes sur lesquels certaines opérations, nécessaires à leur mise en forme selon la représentation qui en est faite dans le plan, doivent être effectuées, et ce en fonction de e pléquipement disponible et des compétences que détiennent les ouvriers dans un atelier donné. Dès lors, cette représentation synthétique et ce travail de décomposition analytique deviennent, par une série d’inférences, des opérations et des schèmes d’action à accomplir. Elle va permettre au chef d’atelier de distribuer le travail en tenant compte, par exemple, d’arbitrages techniques ou économiques. Chaque ouvrier recevra les représentations graphiques (plans ou schémas) de ce qu’il devra réaliser, en fonction de ea partie de l’activité qu’on lui attribue.

13Une partie du travail des chefs d’atelier consiste notamment à distribuer les plans d’ensemble et de détails qui servent de prescriptions, car il assigne à chaque ouvrier ea part dont il aura la charg , mais également à produire une série de nomenclatures et de simples schémas à partir des plans initiaux. Toutes ces formalisations de second ordre fonctionnent comme une sorte d’ensemble composite illustrant « l’éclatement » cognitif de l’activité et la distribution du travail. Ces représentations graphiques sont des « mots d’ordre », des outils de prescription, dont la complexité de la représentation, et donc de l’interprétation, est directement liée à la « complexité » de la tâche à réaliser. Une complexité du travail qui varie soit par le nombre et la diversité des éléments pris en compte dans les plans, soit par la nature et le nombre d’actes que nécessite la mise en forme de la matière première afin qu’elle respecte les indications de la représentation graphique.

  • 3 Le rôle central des relations primaires (Cooley, 1909), dans ce type d’organisation du travail, est (...)

14Le chef d’atelier peut déterminer un prix parce qu’il sait que la pratique professionnelle que mobilisent les ouvriers, orientée par les prescriptions des plans, va déployer l’activité d’une certaine manière du point de vue des arbitrages techniques, mais également du point de vue des arbitrages économiques3. On appréhende ici l’articulation entre la rationalisation du travail par la hiérarchie et la rationalité de la pratique ouvrière. Le chef d’atelier peut déterminer un temps de travail et un coût de réalisation précisément parce qu’il sait que l’ouvrier, en mobilisant la pratique qu’il a acquise, réalisera ce genre d’arbitrages économiques de manière adéquate. Il y a bien un savoir partagé à différents niveaux de l’organisation du travail qui assure les ajustements au travers d’attentes et d’anticipations. Ce que prescrit le plan, ce n’est pas seulement la fin visée, mais également une manière tacite d’organiser le travail, une manière de faire découlant de ce que la grammaire de l’action propre à cette pratique implique ; une manière d’organiser et de réaliser le travail qui rend possible les évaluations économiques de la production par le chef d’atelier. Précisément parce que les arbitrages économiques font partie an égrante de la pratique professionnelle mobilisée par les ouvriers.

2.2 La dimension économique de la pratique professionnelle

  • 4 Une connaissance qui découle directement de ce qu’implique les nécessités de la matière travaillée, (...)

15Catherine Peyrard mobilise la notion de connaissance industrielle pour rendre compte de savoirs professionnels qui dépassent la dimension strictement technique de l’activité (Peyrard, 1987). Il s’agit notamment de connaissances relatives aux conditions de mise en œuvre du procès de travail comme la variabilité des productions (des modifications liées par exemple à l’usure ou à l’évolution des dispositifs). Il s’agit également des savoirs relatifs à la dimension économique de la production, des savoirs qui se donnent à voir notamment au travers des divers arbitrages visant à minimiser les coûts dcifoduction4. Les ouvriers de ces ateliers cherchent à limiter non seulement le coût des matières premières en évitant les gaspillages, mais également les coûts en termes de temps de travail (organiser le travail afin de limiter le temps de réalisation). De fait, la connaissance industrielle dans ces ateliers permet de gérer la variabilité des fins et d’optimiser la production. Dans les ateliers de chaudronnerie, cette gestion des coûts repose d’abord sur une régulation autonome. L’ouvrier réalise les arbitrages lui-même et apprend dès lors à réaliser ces arbitrages durant l’apprentissage de la pratique à partir de certains principes directeurs (limiter le nombre d’opérations ou encore de rebuts de matière afin de maximiser l’emploi de la matière première, etc.). Ces arbitrages font partie an égrante de la pratique professionnelle. On peut donc avancer l’idée que, dans ces ateliers, la pratique professionnelle réalise la médiation entre la régulation de contrôle et la régulation autonome. Ce mode de régulation pratique introduit une relation de présupposition réciproque entre la rationalisation que déploie l’encadrement et celle que mobilise l’ouvrier à partir de vecteurs d plorientation que sont les spécificités des fins que prescrivent les plans.

16Et on comprend alors pourquoi la régulation de contrôle ne peut prescrire complètement l’activité : l’importante variabilité de la production ne permet pas une standardisation de celle-ci, ce qui limite les dispositifs de prescription du travail à la prescription de fins labiles. De plus, la taille réduite de ces ateliers n’autorise pas une forte division verticale du travail et limite dès lors les dispositifs de contrôle de l’activité des ouvriers. La rationalisation de contrôle doit nécessairement mobiliser la régulation autonome afin de coordonner le procès de production puisque son seul levier efficient est la capacité adaptative des ouvriers à la variation des fins. Son seul levier de régulation est ce principe de régulation qui anime la régulation autonome : la pratique professionnelle. C’est précisément ce qui a conduit à favoriser la complémentarité entre les ouvriers de chaudronnerie au travers de cet horizon vers lequel ils sont censés tendre : la polyvalence, c’est-à-dire, sinon une complétude, du moins une complémentarité des connaissances pratiques. De fait, si les savoirs expérientiels différencient souvent ces ouvriers, la « grammaire » de l’action et les savoirs génériques qu’ils mobilisent tous (connaissance technique et industrielle) sont de puissants relais pour ees anticipations que réalise la régulation de contrôle. La socialisation produit bien, dans ces ateliers, une communauté de pratique, même si on ne peut la résumer à une reproduction au sens strict.

17Cependant, pour parvenir à coordonner l’activité des ouvriers, la pratique doit leur permettre de développer une capacité de lecture et d’interprétation des situations professionnelles relativement semblables. Pour que l’autonomie dans l’organisation du travail ne conduise pas à une désorganisation, il convient que les ouvriers mobilisent des règles directrices dans la manière d’appréhender ee travail. C’est précisément le rôle des connaissances pratiques acquises, notamment celles relatives à l’interprétation des plans de dessin technique, qu’elles relèvent du registre technique ou du registre économique. Il y a bien, en ce sens, une acquisition d’une forme de grammaire de l’action qui permet à la régulation autonome de se déployer afin tendre vers une fin prescrite. Il convient, cependant, de garder à l’esprit que l’acception du terme « grammaire » est employée ici dans un sens larg det qu’elle résulte surtout d’un point de vue objectiviste puisque qu’il ne semble pas évident que les règles et les principes directeurs soient nécessairement mobilisés consciemment par les ouvriers. En effet, en fonction du degré d’incorporation de cette pratique, ces règles peuvent être mobilisées de manières non thétiques, pour reprendre la formule de Bourdieu (Bourdieu, 1980).

2.3 Les savoirs pratiques comme relais implicites de la régulation de contrôle

18Les pratiques, en chaudronnerie, sont donc régulées de manière autonome par le groupe puisque les seuls modes de régulation de contrôle sont les prescriptions des plans et les interventions sporadiques du chef d’atelier. Les liens hiérarchiques formels sont peu nombreux (l’encadrement se résume dans la plupart de ces ateliers à celui d’un chef d’atelier), et le groupe ouvrier n’est pas confronté à la régulation de contrôle de tierces personnes sur leur activité (les contrôles de la production sont réalisés par les ouvriers durant le travail). En ce sens, ces ateliers échappent très larg ment à « cette confrontation [qui] existera toutes les fois qu’un individu ou un groupe a une capacité d’initiative concernant les objectifs, les procédures (les technologies) d’un autre groupe. » (Reynaud, 1988, p. 11). Si les régulations de contrôle sont limitées dans ces ateliers de construction métallique, c’est notamment parce que leur taille réduite ne leur permet pas de déployer des dispositifs de contrôle importants. L’encadrement y est réduit et les prescriptions ne préconisent pour e plessentiel que les fins de l’activité, des horaires et des délais. Dès lors, la spécificité du procès de production produit ce qui semble être un paradoxe : une régulation de contrôle qui mobilise la régulation autonome fondée sur les savoirs pratiques du groupe pour atteindre ses fins. On peut alors se demander si les savoirs professionnels ne sont pas un registre où converg nt la régulation de contrôle et la régulation autonome. En effet, si un savoir pratique indique comment atteindre une fin prescrite, un savoir partagé à différents niveaux de la division verticale du travail, on peut envisager qu’il s’agit d’une forme de relais de la prescription. Une prescription qui s’appuie sur le levier le plus efficient qui soit : l’expérience du travail, au principe de la genèse de ces savoirs. La mobilisation d’une connaissance professionnelle s’apparente dès lors à une médiation entre la prescription de la fin visée et la réalisation autonome de cette fin. Mais, il existe souvent des manières différentes d’atteindre une fin visée, impliquant des conduites distinctes, et les ouvriers des ateliers de chaudronnerie peuvent choisir celle qui leur convient. Il existe donc bien une autonomie dans la sélection des conduites. Il s’agirait dès lors d’une autonomie de choix dans la manière de relayer la régulation de contrôle. Un point de négociation et d’ajustement entre ces deux modalités de la régulation donnant rarement lieu à de réelles confrontations.

19Mais pour saisir complètement la manière dont s’articulent le contrôle et l’autonomie, il faut appréhender ea manière dont les plans de dessin industriel sont mobilisés par les ouvriers durant le travail. Il faut comprendre comment l’activité d’interprétation des plans, des fins prescrites, rend possible la régulation autonome. Une traduction autonome des prescriptions en schèmes d’action qui s’objective pleinement au travers de ea manière dont les ouvriers mobilisent les plans de dessin industriel. Et pour ce faire, il faut envisager l’économie cognitive que les techniques de l’intellect du dessin industriel induisent dans les usages ouvriers des plans. En somme, ea manière dont le dessin technique fonctionne simultanément comme modalité de prescription des fins et comme modalité d’organisation de la pratique.

3. L’économie cognitive des plans de dessin industriel, les modalités d’une régulation autonome

20Le plan de dessin industriel est une représentation de la pièce que les ouvriers doivent réaliser. Pour ees ouvriers, la lecture de plan de dessin industriel est la capacité à déchiffrer une formalisation et à organiser une pratique à partir de cette formalisation. Son apprentissage renvoie à l’acquisition d’une disposition cognitive de mise en liaison de tâches avec les représentations graphiques induisant ces tâches. De fait, la lecture de plans est un des apprentissages nécessaires à l’entrée dans le métier de chaudronnier etdune des compétences les plus structurantes des rapports sociaux dans les ateliers, créant une véritable ligne de partage dans le champ des possibles de la mobilité professionnelle. La question des plans devient alors une des entrées privilégiées pour comprendre la genèse et le fonctionnement d papéciartie des schèmes d’action mobilisés dans la pratique, mais surtout pour appréhender e’activité rationnelle des ouvriers dans leur activité.

21Afin de donner à voir cette économie cognitive qui préside à la lecture de plans et, dès lors, appréhender comment cette raison graphique façonne la manière d’appréhender ee travail, je vais mobiliser l’exemple d’un schéma. Ce dernier (fig. 1) représente une pièce simple qu’un ouvrier a été amené à produire et qui sert d’élément à un assemblage plus complexe. À partir de cet exemple, je vais décrire ce que cette représentation graphique implique comme activité rationnelle. Le schéma va nous permettre de comprendre le processus cognitif qu’engage le mode de représentation graphique du dessin industriel et les actions qui vont en découler. Il est identique à un schéma mobilisé dans l’atelier, à ceci près que les schémas sont, le plus souvent, réalisés à la main sur une feuille volante. De plus, dans les schémas concrètement usités, les cotes et les autres informations ne sont pas encadrées, et la pièce à produire n’est pas mise en évidence par coloration, comme je l’ai fait ici dans un objectif didactique.

Figure 1 – Plan de chadronnerie

Figure 1 – Plan de chadronnerie

22L’ouvrier reçoit de son chef d’atelier un schéma de cette sorte en début de journée ou lorsque son travail précédent est terminé. On lui indique le nombre de pièces qu’il doit réaliser. On lui donne éventuellement des consignes supplémentaires si cette pièce demande des actions spécifiques qui sortent de l’ordinaire. Mais, hormis ces quelques indications, l’ouvrier va organiser son action à partir des informations que donne le schéma, donc à partir du plan d’action qu’il va inférer de cette représentation graphique. À partir de ce schéma, l’ouvrier va avoir une représentation de la finalicialee sa tâche. Dans l’exemple mobilisé ici, il s’agit de réaliser un parallélogramme avec un trou d’un diamètre de 10 mm situé à un endroit précis. Le schéma lui donne plusieurs indications. Il lui apprend qu’il devra utiliser un acier ST 137 de 5 mm d’épaisseur et que la pièce est identifiée dans le plan d’ensemble comme le repère 13. Ce repère permettra à celui qui réalisera l’assemblage de la pièce finale de savoir où se positionne précisément cet élément. Pour réaliser la pièce formalisée par le schéma, l’ouvrier infère tout d’abord qu’il devra découper des rectangles de 235 par 225 mm de côté hors d’une tôle d’acier ST 137 de 5 mm. En effet, aucun plat (des profilés d’une épaisseur et d’une larg ur standardisée) ne possède ces dimensions. Ceci implique l’usage de la cisaille, une machine qui sert à couper les tôles en ligne droite (tels des ciseaux coupant une feuille de papier). Dès lors, il sait que la première chose à faire est de manutentionner et de positionner la tôle requise sur le plateau de la cisaille, de mesurer et de tracer des bandes de 235 ou de 225 mm, en fonction du nombre de pièces à fournir. Il doit, afin de déterminer la meilleure alternative, considérer la taille optimum des bandes pour eimiter les pertes de matière première (chutes) et le temps de travail nécessaire à l’opération (nombre de découpes nécessaires). Les tôles ayant une larg ur standard de 1 500 mm, il doit évaluer le nombre optimum de rectangles de 235 par 225 qu’il peut retirer d’une bande pour faire un minimum de rebu et d’opérations de découpe, donc arbitrer entre des bandes de 235 ou des bandes de 225 mm. Il sait à partir de la représentation graphique qu’il lui faudra ensuite tracer ces différents rectangles, c’est-à-dire « écrire » sur ceux-ci, afin de pouvoir réaliser la mise en forme. Il devra tracer sur le rectangle les hypoténuses des deux triangles rectangles de 25 par 235 mm qu’il devra découper pour obtenir la forme d’un parallélogramme. Il devra également tracer les deux droites qui passent par le centre du trou, situées l’une à 110 mm et l’autre à 115 mm des deux côtés du rectangle, et marquer ce centre d’un coup de pointeau. Il infère également de la représentation graphique qu’une fois ces retranscriptions du schéma sur l’acier réalisées, il devra effectuer les opérations de forage et de découpe. Le traçage sur le rectangle sert de repère visuel pour ee positionnement des outils et des machines. Le choix des outils de découpe ou de forage dépendra du nombre de pièces à réaliser. Toujours en suivant cette logique d’économie de temps et donc d’opérations, l’ouvrier arbitrera entre travailler sur chaque rectangle l’un après l’autre ou, s’ils sont nombreux, les superposer et les solidariser par des points de soudure. Une fois les rectangles solidarisés, il pourra travailler sur eux comme s’il s’agissait d’un seul élément. Les trous seront réalisés avec une poinçonneuse et les découpes s’effectueront à la cisaille dans le cas d’un nombre limité de pièces. Si le nombre de pièces est plus important, il optera pour ea foreuse et la scie à ruban. Ensuite, il sait qu’il devra ébavurer les côtés découpés et les trous forés, pour enfin inscrire le nombre servant de repère sur chaque pièce. Et, bien entendu, entre chaque action, il va contrôler le résultat de son action par des mesures.

23Cette description de l’usage des plans par les ouvriers cherche surtout à rendre compte de l’économie cognitive – les arbitrages, les raisonnements, les inférences – qu’implique le mode de formalisation graphique utilisé. Elle ne rend pas suffisamment compte des différents aléas qui ont lieu durant l’activité ; des aléas qui contrarient le sentiment d paévidence que produit cette description trop linéaire. Le travail réalisé en fonction des plans est émaillé de ratés – des découpes trop longues qu’il faut rectifier ; des traçages incorrects qui sont corrigés, etc. Des ratés dont les ouvriers peuvent prendre conscience très en aval de l’activité et conduire à une série d’allers et retours entre les diverses opérations. Ils peuvent, par exemple, se rendre compte lors de l’assemblage que le trou foré n’est pas dans le bon axe et devoir le reboucher pour ee refaire. Une machine utilisée peut tomber en panne durant le travail, conduisant l’ouvrier à renoncer à l’opération qu’il avait choisie et à réviser son plan d’action, à trouver une autre manière d’obtenir le même résultat. Ou même devoir reprendre le travail au début si, par exemple, l’épaisseur de la tôle ou le type d’acier utilisé ne sont pas les bons. De plus, l’interprétation des plans n’est pas toujours univoque et elle peut conduire à des controverses sur le plan d’action qu’il implique et, ce, d’autant plus que le plan est complexe, que les arbitrages sont serrés ou qu’ils engagent une prise de position (entre les impératifs de délais et/ou de qualicialpar exemple).

Notes de terrain (juin 2006)
Marcello s’engueule avec Yann et Pedro (trois chaudronniers dans la cinquantaine). Il lance à l’adresse du premier : « Massi couillon, si on monte la tuyauterie comme ça, on en a pour trois jours rien que pour e pléchangeur ». Yann rétorque que c’est le moyen le plus sûr pour être certain de tomber juste dans le piquage (l’ag ncement de l’intersection des tubes). Pedro regarde les plans durant ce temps. Yann relance : « En faisant à l’arrache comme un bourrin, c’est pas trois jours qu’on va mettre, c’est six parce qu’il faudra tout refaire. On peut pas tomber juste si on fait pas les gabarits et tous les traçages ». Marcello ne lâche pas l’affaire, il rétorque, vociférant, qu’ils en ont déjà fait et que ce sont des précautions de tuyauteur chochotte, qu’un tube, s’il tombe pas juste, du premier coup, c’est qu’on ne sait pas se servir du mètre et qu’on a de mauvaises dimensions. Pedro, qui a fait les découpes, s’en mêle : « Holà ! Les cotes sont les bonnes, de toute façon toi si tu tombes pas juste dans les angles du piquage, tu coupes dans le tas et tu ressoudes par dessus comme un gamin. Et l’autre – à l’adresse de Yann – s’il met pas trois semaines pour préparer, il assemble pas, t’es pas horloger flamouch ». Le ton monte, Marcello arrache la craie que Pedro avait à la main et commence à dessiner frénétiquement sur la table : « Si on commence comme ça et comme ça, puis qu’on monte cette partie et qu’on fait ensuite cet assemblage, si on tombe pas juste c’est qu’on est bon qu’à peindre ». Yann lui arrache la craie des mains et dessine son armature par-dessus : « Mais si on monte ça d’abord, on a plus besoin de se faire chier parce que tout se met d paéquerre tout de suite ». Pedro donne un coup de masse sur la craie que vient de poser Yann : « Vous arrêtez de saloper ma table avec vos gribouillis de gamins, mi-couillons, de toute façon le plus simple c’est de faire la base de la structure et on verra comment on avance ».

24En sus de ces aléas qui peuvent surgir durant le travail ou de ces ambivalences dans l’interprétation, il existe des situations qui sont d’emblée problématiques, parce qu’elles appellent des réponses innovantes, des expérimentations et des apprentissages. Si ces innovations portent rarement sur l’ensemble d’une réalisation, l’unicité des pièces à produire conduit régulièrement les chaudronniers à devoir concevoir certaines manières d’agir qu’ils n’ont jamais expérimentées auparavant. Ils sont alors dans une activité proprement expérimentale où les résultats de leurs actions serviront à valider ou non l’hypothèse que les schèmes d’action qu’ils ont conçus sont efficients. Les plans ne servent plus uniquement d’injonctions qui appellent la réminiscence d’une expérience pratique, mais également de supports à la combinaison inédite d’actions. Le chaudronnier va alors évaluer différents scénarii d’activité et identifier le scénario qu’il considère comme le plus adéquat pour atteindre les fins qui lui sont données dans la représentation graphique. L’ouvrier n’est plus alors uniquement dans une activité rationnelle où il conçoit l’articulation optimum des moyens, mais proprement dans une activité de conception de nouveaux moyens, en ce sens qu’il peut être conduit à produire de nouvelles manières de faire, des dispositifs ou des outils. Pour mobiliser un exemple observé sur le terrain, on peut rapporter le cas où un ouvrier, ayant lu que la pièce représentée devait être faite de tôle d’une épaisseur de 50 mm et d’une envergure conséquente (plus de deux mètres sur trois), en a déduit de cette représentation que les éléments allaient être difficiles à manipuler et à ajuster durant l’assemblage. En effet, le poids de ces éléments rend les chaînes de levage de tôle inutilisables puisqu’il excède leurs capacités de résistance mécanique. De plus, compte tenu de ce poids, les manipuler demande une force physique conséquente. Il a alors mis au point des « oreilles », des attaches qu’il a soudées à ces éléments, afin de pouvoir les manutentionner avec des chaînes à crochets qui peuvent supporter des poids plus importants. Puis il a construit un dispositif pour que les tôles s’ajustent en glissant dans une armature de poutres métalliques.

  • 5 Mais bien entendu sans entrer consciemment dans une démarche inductive ou hypothético-déductive, pu (...)

25On voit qu’une situation problématique mise en évidence par la représentation graphique a conduit l’ouvrier à anticiper une difficulté et à y remédier en développant des solutions innovantes. Cette capacité à nourrir sa pratique et à la faire évoluer n’est pas un phénomène anecdotique. Elle engage une véritable activité de conception des dispositifs. Des dispositifs de réalisation qui permettent de gagner du temps, de rendre la tâche plus aisée ou de trouver une solution à des problèmes techniques posés. Néanmoins, il ne s’agit pas ici de mobiliser des « trucs du métier » ou des astuces pratiques, mais proprement d’une activité d’organisation rationnelle des moyens et de conception de nouvelles ressources. Cette activité repose sur des démarches inductives, lorsque les ouvriers étendent à d’autres domaines d’application des solutions existantes, ou sur une démarche approchant le modèle hypothético-déductif lorsqu’ils testent empiriquement des solutions inédites5. Elle conduit parfois à des discussions argumentées sur l’alternative la plus efficace qui ressemble à s’y méprendre à des controverses, portant parfois sur des aspects proprement méthodologiques dans l’évaluation des résultats obtenus. Pour illustrer cette démarche méthodologique, on peut restituer un cas de controverse. Certaines pièces demandent à être contrôlées par diverses méthodes pour évaluer leur conformité et leur qualicia. L’une des méthodes pour évaluer la qualicialdes soudures d’une tuyauterie consiste à faire circuler de l’eau sous pression afin de localiser des fuites, signes de soudures de moindre qualicia. Lors de l’utilisation d’un nouvel acier qui a conduit à innover ea manière de souder la tuyauterie (en modifiant les paramètres habituels des machines à souder, la température de préchauffage des pièces et les bobines de métal d’appoint), j’ai pu observer les ouvriers argumenter sur le nombre de bars de pression nécessaire pour tester convenablement la pièce et, à travers elle, le procédé d’assemblage par soudure qu’ils ont mobilisé. Certains soutiennent qu’une pression importante est nécessaire pour localiser les fuites. D’autres qu’une pression trop importante peut causer les fuites que l’on localisera, précisément parce qu’on ne connaît pas la manière dont réagissent les soudures réalisées avec ce procédé innovant. La controverse sera tranchée par le chef d’atelier qui opte pour ea première alternative afin de tester la valeur de cette nouvelle technique. Ce genre d’innovations procédurales, et l’économie cognitive qu’elles impliquent, est courante, notamment parce que la représentation graphique donne à voir des problèmes techniques que l’ouvrier expérimenté anticipe, une anticipation qui l’amène à émettre des hypothèses sur leur mode de résolution. Ces problèmes produisent de nouvelles connaissances qui alimentent une pratique et qui font évoluer les individus qui les développent et les singularisent. Mais, la recherche de la solution à ces problèmes ne peut emprunter que la voie empirique puisque la résolution théorique n’est pas accessible aux ouvriers. La pratique ouvrière, en général, et celle de la chaudronnerie en particulier, comportent une forme instrumentale d’activité « protoscientifique » qui repose sur une démarche inductive (en généralisant une solution à un autre domaine d’application) ou hypothético-déductive (en testant une solution inédite).

3.1 Un processus de production donné dans la chose représentée

26Néanmoins, on le voit, l’économie cognitive qu’induit la représentation graphique conduit précisément à planifier e’activité afin de pouvoir produire ce qui est représenté par le plan. Le schéma utilisé comme exemple est un schéma très simple. Il est représentatif des tâches qui sont dévolues aux novices dont l’expérience de travail est limitée. Si l’on considère des représentations graphiques plus sophistiquées, comme les schémas de pièces complexes, les plans détaillés ou le plan d’ensemble, on comprend que l’activité de rationalisation et les arbitrages sont d’autant plus épineux que le plan de dessin industriel implique d’actions à réaliser. Comme le souligne Marcello :

Celui qui connaît le métier, il dit : tiens, il y a ça, ça et ça à faire, il y a autant d’opérations, de difficultés, tiens cela ça va être difficile à monter parce que, bon, des histoires comme ça… [Marcello, chaudronnier, chef d’équipe, 50 ans]

27Le plan ne dit pas simplement ce qu’il convient de faire. Sa fonction ne consiste pas à représenter la pièce qui sert de finalicialau travail. En fait, il ne représente la finalicialee l’activité que dans la mesure où elle permet de déployer une rationalité en finalicia, au sens wébérien (Weber, 1964, 1995). Rationalité en finalicia qui conduit l’ouvrier à mobiliser une rationalité instrumentale, c’est-à-dire une rationalisation qui ag nce les moyens de façon efficiente, du point de vue technique et économique, afin de réaliser cette fin donnée dans le plan. Le dessin industriel est, en tant que technologie de l’intellect, ce qui permet le déploiement d’une rationalisation instrumentale du travail, une rationalisation des moyens qui est inférée de la finalicialformalisée par la représentation graphique. Le terme « plan » ne doit pas être compris, dans cet usage, comme une représentation de la chose à produire, mais bien comme la formalisation synthétique d’un ensemble d’actions à mener. Ceci se comprend aisément si l’on remarque le fait que les plans d’ensemble n’utilisent pas la technique de la perspective cavalière dans la représentation de ce qu’il convient de réaliser. La pièce n’est pas représentée comme un objet tridimensionnel. Si la pièce à produire est un cube, le plan ne va pas représenter une figure à trois axes : la hauteur, la larg ur et la profond ur. Le plan ne mobilise que deux axes dans ses représentations graphiques, mais il utilise une technique pour rendre compte des différents aspects de la pièce à produire : il va la montrer selon différents angles de vue.

28En fait, ce que l’on appelle un plan est la somme de plusieurs représentations graphiques d’un même objet, mais des représentations qui prennent en compte au minimum trois vues de cet objet. Un plan se compose toujours d’au moins trois représentations qui appréhendent l’objet selon des perspectives distinctes et complémentaires. Un plan d’ensemble comporte toujours une vue de face, une vue en élévation (vue d’en haut) etdune vue de côté. Il peut comporter des vues supplémentaires, par exempledune vue du côté opposé, d’en bas, ou une vue de coupe, si ces parties présentent des différences notables qu’il convient de mettre en évidence. Mais, souvent, ces trois vues suffisent et permettent de déduire ce que seraient les côtés opposés grâce à un principe de symétrie. Dans le dessin technique, la représentation d’un objet tridimensionnel se fait à partir de plusieurs vues. L’idée est qu’en supprimant une des dimensions de l’objet, la représentation parvient à conserver la vraie grandeur des deux autres (Deforge, 1981). Ce que ne permet pas la perspective cavalière. On comprend, dès lors, que l’économie cognitive d’un plan d’ensemble implique un processus cognitif de recomposition, de recombinaison de ce que donnent à voir ces différentes perspectives, précisément afin de combiner les diverses informations que fournissent les angles de vue, notamment pour pouvoir comprendre la manière dont les éléments se combinent. Il faut combiner différentes vues pour rendre intelligible un ag ncement de pièces ou la forme de certains éléments. Si une vue montre où se positionne un élément, il faut se servir de la vue qui déplace le regard vers le côté et qui considère cet élément sous une autre perspective, donc se servir de la représentation graphique d’une vue contigüe, pour savoir selon quel angle il s’agence.

29Pour ees ouvriers, le plan de dessin industriel est la formalisation d’un plan d’action, d’un ensemble d’actes qui doivent être menés pour concrétiser ce qu’ils doivent réaliser. La représentation de la finalicialeu travail ne sert que dans la mesure où elle permet d’inférer un programme d’actions qui transforme cette idée, cette image d’une chose, en une chose concrète. Pour y parvenir, le plan doit nécessairement an égrer des informations complémentaires (comme les cotes ou des valeurs d’angle) qui précisent des paramètres permettant de définir le type d’actions à mener et la manière de les mener. Par exemple, si le plan représente le pliage d’une pièce, l’angle de pliage et le type d’acier lui indiqueront de quels vé et contre-vé il devra équiper la plieuse pour réaliser cette opération. Le plan dira donc à l’ouvrier dans quel sens il va déployer son action de pliage, mais surtout quels sont les critères qu’il devra considérer pour agir. La lecture ouvrière des plans consiste à savoir ce qu’il convient de faire pour que ce qui est dessiné se concrétise de sorte que le résultat de son travail correspond aux réquisits de la représentation graphique. Néanmoins, si les schémas impliquent nécessairement, de par le fait qu’ils sont la représentation d’une forme, que soit appréhendée la représentation graphique en tant que fin de l’activité, le plan d’ensemble ne conduit pas nécessairement l’ouvrier à mobiliser a priori une image mentale de la pièce en tant que fin. C’est-à-dire qu’il n’a pas toujours besoin de se forger une image mentale de la structure métallique à assembler. Précisément parce qu’il peut travailler à partir de représentation partielle de cette pièce finale (les schémas ou les plans de détail) pour produire des éléments de cette structure et, ensuite, assembler cette structure en reproduisant au fur et à mesure les ag ncements qui l’articulent. Comme l’évoque Jorge, la finalicialn’est pas toujours donnée directement :

Parfois tu la vois bien la pièce, et puis si le dessinateur il a pas fait beaucoup d’efforts, si il n’y a pas beaucoup d’informations, tu vois rien, t’as des morceaux. Au fur et à mesure que je monte le puzzle, on s’imagine. Moi, je comprenais pas, je montais le petit détail [les pièces des plans détaillés] après je m’imaginais où est-ce qu’elles allaient. [Jorge, chaudronnier, 49 ans]

30Jack Goody parle, à propos des listes, d’une « organisation hiérarchique du comportement » (Goody, 2002, p. 263). Le plan est en effet une représentation synthétique, mais qui conduit l’ouvrier à inférer une liste d’actions, donc à le lire de manière analytique. Cette traduction d’une représentation graphique en programme d’activités est ce qui caractérise la technique de l’intellect qu’implique la raison graphique reposant sur la lecture de plans de dessin industriel. Bernard Lahire souligne que la planification qui se donne à voir dans l’écrit amène à nuancer une conception du sens pratique trop étrangère à l’activité de rationalisation thétique : « Si le plan est une visée du futur dans laquelle l’act ur se pense comme posant un futur et organisant tous les moyens disponibles par référence à ce futur posé comme tel, comme fin devant explicitement être atteinte, alors les pratiques ordinaires d’écriture que nous avons étudiées correspond nt bien à ce cas de figure. Le calendrier, la liste de choses à faire, l’ag nda, la liste de commissions, l’itinéraire, etc., sont bien des instruments de mise en forme de notre temporalicia, de construction sociale du temps, qui constituent des exceptions quotidiennes et répétées par rapport à l’ajustement préreflexif d’un habitus à une situation. […] l’incursion sociologique dans les pratiques d’écriture ouvredune brèche dans l’unicialee la théorie de la pratique ou du sens pratique » (Lahire, 2003, p. 165). Et le plan est précisément un outil de planification ee l’activité à partir de la représentation de sa fin, mais un outil mobilisé de façon spécifique par les ouvriers parce que ceux-ci se servent de leur savoir pratique (dont péciartie implicite participe du sens pratique) pour donner du sens à ces formalisations. Puisque lire un plan ne consiste pas seul ment à déchiffrer la finalicialreprésentée, mais surtout à produire le sens de cette représentation par l’inférence de tout ce que cette formalisation exprime sur ce qu’il convient de faire, on peut parler d’une activité de lecture à part entière et d’un rapport à l’écrit spécifique.

31La pratique est ce qui permet l’interprétation, c’est-à-dire qu’elle est ce qui permet de faire le lien entre des représentations graphiques qui composent le plan, qui en tant que graphème renvoie à un signifiant, et la structure d’actions qui lui sert de signifiia. La pratique est donc ce qui pourvoit à l’étape d’interprétation faisant correspondre un graphème à un schème d’action (et non plus à un phonème comme dans l’écriture alphabétique). Et si, comme nous l’avons vu, l’activité d’assemblage est menée parfois sans une représentation claire de la pièce, l’ensemble des ag ncements qui composent la structure métallique sont autant de finalicias intermédiaires donnant du sens aux microassemblages qui, de proche en proche, conduiront à la construction de la pièce finale. Il existe une relation de présupposition réciproque entre ce qui est représenté et les conduites qu’implique l’appréhension de cette représentation en tant que finalicialeu travail. Il s’agit d’une lecture qui mobilise un niveau d’abstraction et d’inférences important. Un plan est donc, dans la pratique ouvrière, un ensemble d’idéogrammes qui sont des abstractions de schèmes d’action, des idées d’action, des actions que l’ouvrier va sélectionner dans un répertoire d’actions qu’il acquiert au travers de son expérience professionnelle. D’un point de vue objectiviste, on peut dire que ces idéalicias conatives sont ensuite ag ncées en un « récit » ee l’activité selon la syntaxe qu’implique la pratique. Un « récit », dont la fin est donnée dans la représentation graphique, dans la fin prescrite, mais dont tous les évènements concourant à cette conclusion sont à inférer et à réaliser en fonction de ce que portent les expériences d’une pratique. Ce récit repose sur des associations d’évènements, les schèmes d’action ou les opérations, mobilisées de manière consciente et rationnelle.

32Ainsi, le plan d’ensemble s’apparenterait à une littératie dont les règles de cognition et d’interprétation découlent des apprentissages pratiques issus des schèmes d’action et de perception expérimentés, et dont le sens découle de la finalicialque le plan donne à l’activité dans la situation de travail, c’est-à-dire dans l’intentionnalicialque convoie la prescription du travail et dans les moyens fournis par le milieu. Pour comprendre ce que veut lui dire le plan, l’ouvrier doit chercher dans son expérience pratique ce qu’il doit faire pour produire concrètement ce qui est représenté. Dans les ateliers de construction métallique étudiés, chaque plan est différent. Dès lors, la finalicialeu travail diffère, et avec cette finalicia, la structure d’action qui la réalise varie de concert. En réalicia, seul s les opérations qui permettent de donner forme aux éléments des assemblages sont reproduites régulièrement. L’ag ncement des opérations n’est que rarement similaire. Dès lors, durant la lecture de plans, il existe toujours un niveau que l’on peut considérer comme une situation problématique pour e plouvrier et qui appelle une conscientisation et une rationalisation thétique : le niveau d’organisation des tâches et des opérations. L’ouvrier chaudronnier combine toujours la mobilisation d’une rationalité en finalicia et d’une rationalité instrumentale (pour organiser et rationaliser les opérations de son activité) avec une mobilisation de son sens pratique pour ea réalisation des opérations que cette activité implique.

3.2 Ce que la variabilité des fins implique dans la rationalisation de l’activité

  • 6 Même s’il existe toujours une distance entre le travail prescrit et le travail réel (Chatigny, Vézi (...)
  • 7 Il serait plus juste d’utiliser comme critère de différenciation la variation de la variation des f (...)

33Il s’agit d’une modalité de régulation complètement différente de celle qui organise les entreprises caractérisées par des productions en série, où l’activité est rationalisée afin de produire une variété limitée de produits standardisés. Par exemple, si l’on compare le fonctionnement de ces petits ateliers de chaudronnerie avec celui qui caractérise une grande entreprise d’aéronautique fabriquant des pièces en grande série (Martinez Perez, 2011), on comprend que le degré de variation des finalicias du travail, c’est-à-dire des pièces à produire, détermine directement les modalicias de régulation eu travail. Dans cette entreprise d’aéronautique, la rationalisation de la production et l’organisation de l’activité des opérateurs s’appuient sur une forte régulation ee contrôle. En effet, la faible variation des produits permet une standardisation de l’activité. Une part importante des arbitrages de l’activité ouvrière, et spécifiquement les arbitrages de type économique, est directement matérialisée dans le dispositif technique ou prescrite par des fiches techniques. Dès lors, ces arbitrages échappent bien souvent à l’activité de rationalisation de ces ouvriers puisque la dimension économique ne s’exprime que rarement au travers d’alternatives à trancher en fonction de savoirs pratiques, mais relèvent davantage du registre de la prescription ou du cadrage de l’activité au travers d’un dispositif technique6. En effet, même si les fins varient d’un produit à l’autre, donc d’une ligne de production à l’autre, ces variations sont suffisamment stables et durables pour permettre une rationalisation du procès de production par les ingénieurs et une standardisation de la production régulée par des dispositifs ee contrôle (hiérarchie intermédiaire, service ee contrôle qualicia, etc.)7. En effet, la question de la variation des fins du travail (des pièces à produire) est très fortement corrélée avec celle des incertitudes dans le procès de travail. Une incertitude induisant un degré de complexicia et une difficulté de codification, de standardisation, qui est un des déterminants de l’autonomie dans le travail (Durand, 2004).

34C’est ce que donne à voir notamment la littératie mobilisée dans les entreprises de production en série : les fiches techniques (fig. 2). La logique de la fiche technique diffère profondément du plan de dessin industriel. Elle est construite autour d’une série de propositions prescriptives qui sont censées donner à l’opérateur ea marche à suivre pour ea réalisation de son travail. Il s’agit donc d’un algorithme d’opérations à réaliser qui est construit autour de verbes (les injonctions), de compléments d’objet direct (l’objet de l’injonction) et d’informations ou d’indications diverses sur ees modalicias de l’opération (comme des temps de réalisation, des cotes, etc.). En ce sens, elle est en propre une liste d’actions organisée séquentiellement. Elle contient des actions dites « gelées » qui ne peuvent être ni déplacées, ni modifiées lors du travail. Elle tolère donc, pour certaines des séquences décrites comme des actions non « gelées », une appropriation par l’opérateur et une organisation de l’activité plus individuée. Néanmoins, ces marg s de manœuvredsont réduites et la structure des opérations cristallise la séquence d’activité d’un poste. Notamment parce que ces actions « gelées » requièrent que d’autres les précèdent ou leur succèdent, ce qui conduit à réduire sensiblement l’espace d’autonomie de l’opérateur pour jouer sur la séquence de l’opération. Et ce, précisément car il s’agit d’un guide du « quoi faire » qui doit permettre une standardisation des pratiques de travail, et donc restreindre les individuations de la pratique. Néanmoins, elle ne donne pas d’indications sur comment le faire. Elle donnera, par exemple, l’injonction de découper le tissu de matière composite de référence 546863435INS54 en 2 bandes de 12 mm, mais ne dira pas avec quels outils, ni selon quelle technique de découpe. Elle dira de placer le tissu composite sur le moule X, mais ne dira pas comment faire. En effet, si, contrairement au plan de chaudronnerie, la fiche technique ne conduit pas à inférer le « quoi faire », puisqu’elle le donne d’emblée, l’opérateur est néanmoins réduit à devoir inférer le « comment faire » en puisant dans son expérience et ses apprentissages professionnels. On peut également souligner que la fiche technique ne mobilise pas de représentation de la finalicialeu travail, de la pièce, pour communiquer la liste d’opérations, mais bien une représentation discursive des opérations prescrites. Les rares schémas qu’elle contient représentent le résultat des actions et servent d’illustration de la description discursive de la liste d’opérations. Ces schémas n’ont pas pour fonction de permettre à l’opérateur d’inférer une pratique, mais ils permettent d’illustrer un discours. Et pour bien le comprendre, il faut voir que la fiche technique, pour ees opérateurs, est moins une manière de communiquer sur ea pratique qu’une « notice d’utilisation » eu dispositif technique mis en place par l’organisation du travail.

  • 8 Cette structure objective, l’atelier et les objets qu’il contient, fonctionne notamment comme un ca (...)

35Les plans opèrent donc une médiation entre le cadre de l’expérience8 des ouvriers et l’intériorisation de toute une pratique. L’action de lire – d’interpréter – le plan devient une activité orientant l’action, c’est-à-dire induisant l’actualisation de certains schèmes d’action contenus dans des tâches données par le plan. Ce qui est médiatisé par le contenu du plan, c’est d’abord une double injonction : un « voici ce qui doit être fait » et un « voici comment vous devez le faire » (au sens de « telles sont les exigences auxquelles vous devez répondre »). Mais le plan ne prescrit que les fins du travail et certains réquisits spécifiques, il ne prescrit pas l’ensemble des schèmes d’action. Ainsi, en second analyse, le plan n’informe pas sur ea procédure nécessaire à la satisfaction de ces fins visées. Il convient dès lors de distinguer la prescription de l’intention de l’action de la prescription de l’action, la prescription d’une raison en finalicia de la prescription de la rationalisation instrumentale afférente. La forme concrète de la prescription du travail, qui est mobilisée au travers des plans, permet dès lors d’apprécier et de spécifier la forme de la prescription du travail et, partant, les modalicias de régulation ees conduites. L’usage des plans et son économie cognitive montrent qu’un ensemble de finalicias s’impose de façon transc ndante à l’ouvrier de ces ateliers de chaudronnerie, mais que le déploiement de ses conduites repose davantage sur ses savoirs pratiques, des savoirs qui font correspondre une fin formalisée et la pratique qui la réalise. Si les fins de son activité sont prescrites, c’est bien à partir de son expérience professionnelle que cet ouvrier trouve la manière de donner du sens à ces fins et de les réaliser. Cette spécificicia de la raison graphique ouvrière se donne plein ment à voir dans l’apprentissage de la lecture de plans.

4. L’apprentissage conjoint de la lecture de plan de dessin industriel et de la pratique professionnelle

36L’ouvrier qui débute dans le métier de chaudronnier n’a général ment qu’une expérience limitée de la lecture de plans. Il connaît les rudiments de la codification utilisée dans la formalisation de la pratique, mais parce que c’est la mise en forme d’une pratique, son manque de connaissance et d’expérience professionnelle ne lui permet pas d’appréhender le sens des représentations graphiques. Comme l’évoque Jorge, un chaudronnier, lorsque je l’interroge, il existe un apprentissage professionnel de la littératie puisque la formation initiale reste rudimentaire :

Mais les plans, comment tu as fait ? Tu savais déjà l s lire avant ?
J : Oh un tout petit peu, un petit peu à l’école. On avait vu deux ou trois vues : élévation, profil,… le plan, tu vois. Mais les plans de l’école ça n’a rien à voir avec les plans de chaudronnerie. C’était pas des plans… une petite pièce c’est vite fait en trois dimensions alors que les pièces que tu fais quand tu travailles, tu peux pas les dessiner comme ça.
Donc à partir de là, tu as commencé à apprendre.
J : Ouais, à faire des petits points, à souder. Les plans, c’est à force de faire des travaux, parfois ça revenait, tu vois. Dans ma tête ça revenait aussi alors… puis, quand je comprenais pas, j’allais trouver mon contremaître ou alors les anciens. [Jorge, chaudronnier, 49 ans]

  • 9 Ces différences sont rendues par un code élémentaire : les traits pleins correspond nt à des arêtes (...)

37Tout chaudronnier a commencé son apprentissage par ea réalisation de mise en forme d’éléments représentés par des schémas. Ceea induit, premièrement, la reconnaissance de la matière première représentée (tubes, tôles, poutres, etc.), donc la mise en correspondance d’une formalisation graphique avec un objet du stock de matière première (il existe plusieurs sortes de poutres, tubes, tôles de dimensions ou de formes différentes qui sont représentés par des graphèmes distincts9).

Notes de terrain (juillet 2006) :
« Fabrice ne comprend pas la vue de coupe qui est censée lui décrire une iartie de l’intérieur de la structure. Il a du mal à la relier aux autres vues du plan d’ensemble de la pièce (un caisson traversé par différentes tuyauteries). Il sollicite Giuseppe qui travaille à côté de lui. Je me joins à eux. Il ne comprend pas pourquoi certains tuyaux sur ea vue de coupe (représentés par des graphèmes en forme de O) se trouvent à 1 450 et 1 500 mm du bas dans la vue de coupe, alors que la vue de face les situe à 1 258 mm. Il n’a pas remarquialque la vue de profil met en évidence des ag ncements dans la tuyauterie qui les déplacent vers le haut avec deux coudes à 90° (les tuyaux font des déplacements en forme de ). Guiseppe lui demande : « Ben à ton avis, pourquoi il te les met pas au même endroit, tu penses qu’il est faux » (l’intonation de Giuseppe n’est pas interrogative). Fabrice répond : « Je pense pas, enfin je crois pas, pas à ce point-là ». Guiseppe nchaîne : « Ben si le plan est pas faux alors pourquoi ils sont pas alignés » (on note que Giuseppe remet en question l’alignement des tubes pour suggérer un ag ncement). Fabrice dit : « On les a fait remonter, mais je vois pas où ». La difficulté de perception de ces ag ncements réside dans le fait qu’une quarantaine de tubes se superposent dans la vue de profil et qu’il est très difficile de distinguer leur déplacement si on ne prend pas en compte simultanément la vue de face et la vue de coupe. Guiseppe mobilise alors une expérience de lecture antérieure afin d’installer Fabrice dans un mode raisonnement : « L’escalier qu’on a fait le mois dernier, comment t’as vu qu’il montait de trois mètres avant le palier ? » (ici l’intonation est interrogative). Fabrice répond d’emblée : « Dans la vue de profil, mais là c’était clair, y avait deux poutres. Ici, c’est pas clair qu’il y a ees coudes sur ees tubes de deux pouces. D’ailleurs rien n’est clair sur le profil, comment je sais quelle conduite est dessinée ? » Giuseppe s’énerve un peu : « M’enfin, si tu vois la différence entre l’entrée de face et la coupe, ça te permet de voir le tube sur ea vue de profil, les conduites ont des cotes différentes dessus ». Fabrice semble comprendre : « Ouais, donc les trois premiers, ce serait ceux-là (il montre du doigt sur le plan), le quatrième… (il regarde le plan de coupe, de face, et de profil, puis regarde encore), on le voit à peine de profil. Il pourrait faire des plans de coupe pour qu’on les voie mieux quand même ». Giuseppe rigole : « C’est ça, un plan de coupe pour chaque tuyau, déjà qu’t’as du mal avec celle-là, ce sera quoi avec trente coupes en plus. Bon t’as pigia, mais si t’es pas sûr tu m’appelles. ». Fabrice continue à regarder les plans, il prend son calepin et essaie de faire des représentations de chaque tube pris isolément à partir des trois vues. Il y passe un certain temps ».

  • 10 Il faut sans doute mettre en exergue ce qui semble être une spécificicia de ce terrain. En effet, ce (...)

38Deuxièmement, l’ouvrier doit pouvoir associer une série d’opérations à la forme spécifique que cette matière première prend dans la représentation graphique. La lecture de plans implique donc nécessairement l’apprentissage de la pratique et donc l’acquisition d’une série de dispositions à agir sur ea matière. Le coapprentissage des capacicias à lire et à agir se comprend plein ment au travers de ce lien logique entre la formalisation d’une « chose » et cette « chose », un lien qui s’établit par la présence simultanée de ces deux termes. Nos enquités parlent d’une décennie dans leur estimation du temps de formation requis pour rendre plein ment opérationnel un chaudronnier10. Ceea peut paraître une durée considérable, mais il faut tenir compte qu’une opération sur ea matière première suppose l’acquisition de toute une série de connaissances et de dispositions techniques (manipulation ee machine), procédurales (règles pratiques encadrant une opération), économiques ou organisationnelles, qui sont, pour ea plupart, acquises par la pratique régulière des opérations. Ce temps d’apprentissage est surtout compréhensible si l’on sait que la production des éléments n’est qu’un des aspects de la pratique, souvent dévolue à des ouvriers peu expérimentés. L’assemblage de ces éléments est une activité centrale de la chaudronnerie, et celle-ci est également une activité complexe qui requiert des apprentissages spécifiques. Le chaudronnier dispose d’un ensemble d’éléments qu’il doit apprendre à structurer afin qu’ils correspond nt à la formalisation de la pièce à produire (plan d’ensemble). Il perfectionne sa lecture de plans au fur et à mesure de l’extension du champ des possibles de sa pratique : des schémas, il passe au plan détaillé puis, des plans détaillés, il passe aux plans d’ensemble. Il travaille d’abord sur des structures (pièces) simples puis complexifie plans, pièces produites et pratiques au fur et à mesure de ses expériences de travail.

  • 11 Les pièces varient en fonction du type de pièce produite (cuve, escalier, châssis, charpente métall (...)

39La lecture des schémas implique des représentations graphiques fondées sur une seul vue des pièces à produire. Avec la complexification ees pièces, que ce soit par le nombre d’opérations qu’elles requièrent pour eeur mise en forme, ou par les ag ncements d’éléments qui la composent, l’apprenant complète ses capacicias de lecture précisément parce qu’il apprend à mobiliser différentes vues et à les recombiner en une représentation synthétique de la finalicialeu travail et de ses réquisits. Il articule non seul ment les différentes vues du plan d’ensemble, mais également celles que lui fournissent les plans détaillés ou les plans de coupe. Il doit an égrer toutes ces informations afin de rendre intelligible la finalicialvisée et inférer le plan d’action, une synthèse qui lui permet de déduire de façon consistante l’ensemble de ce qu’il doit réaliser, l’ensemble de son activité. On peut donc identifier l’apprentissage d’un double niveau d’articulation ees représentations graphiques : l’articulation ees graphèmes représentantdune vue de ce qui doit être produit ; et l’articulation ees vues entre elles en une représentation synthétique de l’objet qui repose sur plusieurs perspectives. Il faut garder à l’esprit que deux commandes nedsont jamais identiques11, et que par conséquent, il n’y a jamais de reproduction stricte ni de la lecture, ni de la pratique. Le travail induit donc l’apprentissage d’une série de schèmes d’action, faits d’actions singulières ou de plusieurs actions complémentaires, dont l’actualisation réalise une opération. Mais ces schèmes d’action sont néanmoins modulés, accommodés, en fonction des spécificicias de ce qui est demandial(par exemple, l’opération de forage fait varier ea mèche utilisée ou les paramètres de forage en fonction du type d’acier à forer). Ces schèmes d’action ont comme formalisation une combinaison de représentations graphiques élémentaires dans le plan. On voit donc qu’il n’y a pas d’un côté l’apprentissage de la lecture des plans et de l’autre l’apprentissage d’une pratique mais un apprentissage conjoint croissant en complexicia (par le nombre d’éléments et la combinatoire des opérations). Il s’agit donc, dans les activités liées à la littératie et dans les activités directement pratiques, d’un processus d’apprentissage progressif. Un apprentissage qui relie un mode de représentation et un mode de conception de l’activité. Le jeune ouvrier va d’abord travailler avec un schéma où une opération est représentée, une opération qu’on lui explique et qui donne le sens du représenté. Le plus souvent, il s’agit d’opérations de découpe qui consistent à donner une forme à la bordure de la matière première. Par la suite, il va travailler sur des schémas de plus en plus complexes, combinant parfois de nombreuses opérations. Après un certain temps, variable selon sa vitesse de progression, on va lui confier de petits assemblages qui sont donnés dans les plans détaillés (ou dans les plans d’ensemble de petites pièces). Puis, les représentations graphiques qu’il mobilise dans sa pratique vont devenir de plus en plus nombreuses et il finira par combiner des plans détaillés (représentantdune iartie de la pièce ou une coupe de celle-ci) et des plans d’ensemble afin de savoir précisément ce qu’il doit faire. Le principe est toujours identique : il apprend à fabriquer de petits éléments à partir de représentations graphiques, puis au fur et à mesure, il apprend à assembler ces éléments en s’aidant de plans qui représentent l’ag ncement de ces éléments en des éléments plus gros. Et ainsi de suite jusqu’à ce qu’il soit capable d’assembler une pièce quelconque à partir de l’ensemble des plans. L’économie cognitive que donne à voir la mobilisation des plans de dessin industriel dans ces ateliers met donc en évidence le mode de régulation autonome des conduites. Une manière de rationaliser et d’organiser le travail à partir des plans qui implique une série d’arbitrages techniques et économiques sur eesquels tablent les chefs d’atelier pour rendre efficient le contrôle eu travail par la prescription des fins. Une présupposition réciproque qui lie la rationalisation eu travail par le chef d’atelier à celle mobilisée par les ouvriers, et qui trouve son principe dans ce coapprentissage de la pratique professionnelle et de la lecture des plans de dessin industriel.

5. Conclusion

  • 12 On retrouve la figure des « personnes relais » ou des « relais prescriptifs » que met en évidence J (...)

40Cette régulation autonome, incarnée dans la figure de l’ouvrier autonome et « complet », est un mode de régulation de l’activité qui est un enseignement à part entière. Et sa transmission s’opère d’abord par ces mises en situation où le novice eoit se débrouiller seul face à l’opération, aidé par quelques indications et enseignements des plus expérimentés12. Mais cet impératif de « débrouille » est bien une caractéristique centrale de cette pratique, une caractéristique enseignée parfois avec rudesse. Cette autonomie se construit à partir des indications des ouvriers qui visent à faire comprendre qu’il convient d’adapter l’activité. La régulation autonome de l’activité implique une appréhension de la variation de la production et une adaptation à celle-ci. Cette capacicia d’adaptation au principe de ea régulation autonome renvoie à la maîtrise d’un ensemble de savoirs techniques sur ea manière de travailler, mais également à une connaissance industrielle spécifique à ce type de production.

  • 13 Et on retrouve cette présence de ea représentation graphique de l’activité dans nombre de professio (...)

41Le facteur central de régulation de contrôle est le plan qui fournit l’intention directrice, la finlvisée, une intention qui engage une économie cognitive se déclinant en une série structurée d’intentions qui contribuent à sa réalisation. Ces intentions afférentes peuvent être mobilisées de manière thétique ou de manière non thétique selon leur degré d’incorporation ou selon les évènements contingents qui conduisent à sortir du régime dispositionnel. On le comprend, dans ce groupe ouvrier caractérisé par un métier, c’est bien la pratique professionnelle, les apprentissages que porte la pratique professionnelle, qui permet ce déploiement de l’activité13. La régulation de contrôle prescrit la finlet la régulation autonome indexe l’activité à la fin prescrite, précisément car la pratique acquise permet d’établir ces relations. L’analyse de la mobilisation des plans par les ouvriers met en évidence que l’action planifiée, si elle est motivée par la prescription, est mobilisée et retravaillée par des ouvriers en fonction des situations de travail. Que par conséquent, « plutôt qu’à jouer le contexte contre le plan » (Thévenot, 2006, p. 116), il convient de saisir combien l’action planifiée s’inscrit dans le contexte et s’en saisit ; et surtout combien elle participe de l’expression de ea régulation autonome, parfois même pour ee plus grand profit de ea régulation de contrôle.

42On comprend alors que la qualification, au sens de Pierre Naville (Naville, 1956), est ce qui permet à une faible régulation de contrôle de s’assurer que l’activité se déploiera de manière adéquate, lui permettant dès lors d’anticiper ce déploiement. En ce sens, les savoirs et la pratique professionnelle qui qualifient les ouvriers en chaudronnerie permettent une régulation ees conduites dans les organisations du travail caractérisées par une faible régulation de contrôle. On comprend également que la régulation de contrôle n’est possible que parce que les plans de dessin industriel et les technologies de l’intellect qu’ils impliquent possèdent une caractéristique duale. Les plans sont simultanément une prescription qui fixe l’horizon de l’activité productive et un outil qui permet aux ouvriers d’organiser, d’orienter et de paramétrer la pratique professionnelle qui conduit à cet horizon. Précisément, car la signification e’un plan n’est pas donnée par ea représentation de la choselreprésentée, mais par ea représentation du processus de production donné dans la choselreprésentée.

  • 14 C’est-à-dire la pièce à produire donnée dans les plans.

43Ce sont bien la pratique et les apprentissages professionnels qui permettent à l’encadrement de rendre efficiente la régulation de contrôle du travail que médiatisent les plans de dessin industriel, et partant leur propre activité d’organisation de la production. Un mode de régulation qui met en exergue la fonction du résultat du travail14 comme modalité d’articulation entre l’activité des ouvriers et celle de l’encadrement, soulignant dès lors ce qui sépare le modèle de la qualification du modèle de la compétence mobilisée par les organisations en flux tendu. En ce sens, on peut avancer l’idée que la pratique professionnelle et les apprentissages afférents, qui actualisent la régulation autonome du groupe ouvrier et servent de condition de possibilité à la régulation ees chefs d’ateliers, restent les facteurs princeps de ea régulation du travail de ces ateliers. Là où le contrôle du travail est restreint par la nature du procès de production, c’est bien la qualification qui assure le principe de régulation, notamment car la prescription ne fonctionne que parce que des savoirs professionnels lui donnent du sens. Dès lors, il convient d’appréhender la genèse de ces qualifications, les modalicias d’apprentissage de ces savoirs pratiques, pour saisir les modalicias et les conditions de possibilité d’une régulation du travail fondée sur ea qualification. Car, comme le souligne Pierre Naville : « ce qui qualifie, c’est l’acte éduquia » (Naville, 1956, p. 48).

Haut de page

Bibliographie

Beaud Stéphane & Michel Pialoux (1999), Retour sur la condition ouvrière, Fayard, Paris.

Bidet Alexandra (2005), L’activité téléphonique et ses métrologies : le sociologue, l’ingénieur télécoms, l’agent de supervision du trafic, Thèse soutenue à l’université Paris X.

Bourdieu Pierre (1980), Le sens pratique, Minuit, Paris.

Brassac Christian (2007), « Une vision praxéologique des architectures de connaissances dans les organisations », Revue d’anthropologie des connaissances, 2007/1(1), 121-135.

Brochier, Christophe (2006), « Le contrôle du travail par les ouvriers : analyse à partir d’observations participantes », Sociologie du travail, 48, 525-544.

Chatigny Céline & Vezina Nicole (2008), « L’analyse ergonomique de l’activité de travail : un outil pour développer les dispositifs de formation et d’enseignement », dans Y. Lenoir, P. Pastré (dir.) Didactique professionnelle et didactiques disciplinaires en débat, Éditions Octarès, Paris.

Cochoy Franck, GAREL Jean-Pierre. & Gilbert de Terssac (1998), « Comment l’écrit travaille l’organisation : le cas des normes ISO 9000 », Revue française de sociologie, 39(4), 673-699.

Coolay Charles H. (1909), Social Organization : a Study of the Larger Mind, New York, Charles Scribner's Sons

Dechaux Jean-Hugues. (2002), « L’action rationnelle en débat », Revue française de sociologie, 43(3), 557-581.

Deforge Yves (1981), Le graphisme technique, son histoire et son enseignement, Mâcon, coll. Milieux/Champ Vallon.

Denis Jérôme (2007), « La prescription ordinaire, circulation et énonciation des règles au travail », Sociologie du travail, 49, 496-513.

Dodier Nicolas (1997), Les hommes et les machines. La conscience collective dans les sociétés technicisées, Métailié, Paris.

Dubar Claude & Pierre Tripier (1998), Sociologie des professions, Armand Colin, Paris.

Durand Marcel (2006), Grain de sable sous le capot. Résistance et contre-culture ouvrière : les chaînes de montage de Peugeot (1972-2003), Marseille, Agone.

Durand Jean-Pierre (2004), La chaîne invisible, Travailler aujourd’hui : flux tendu et servitude volontaire, Paris, le Seuil.

Goffman Erving (1991), Les cadres de l’expérience, Paris, Éditions de Minuit.

Goody Jack (2002), La raison graphique, Paris, Éditions de Minuit.

Goody Jack (2007), Pouvoirs et savoirs de l’écrit, Paris, La Dispute.

Hutchins Edwin (1994), « Comment le “cockpit“ se souvient de ses vitesse », Sociologie du travail, 4, 451-474.

Jeantet Alain (1998), « Les objets intermédiaires dans les processus de conception des produits », Sociologie du travail, 3, 291-316.

Lahire Bernard (2003), L’homme pluriel, les ressorts de l’action, Nathan, Paris

Martinez Perez Christian (2011), Apprendre et appartenir, La socialisation ouvrière à l’aune des apprentissages professionnels. Thèse soutenue à l’université Paris VIII.

Naville Pierre (1956), Essais sur la qualification du travail, Éditions Marcel Rivière, Paris.

Olivesi Stéphane (2006), La communication au travail, PUG, Grenoble.

Peyrard Catherine (1987), « Formes de la division sociale du travail et forme de la connaissance industrielle », Formation Emploi, n° 20, La Documentation française, 56-65.

Piore Michael J., Sabel Charles F. (1984), The second industrial divide, New York, Basic Books.

Reynaud Jean-Daniel (1988), « Les régulations dans les organisations : régulation de contrôle et régulation autonome », Revue française de sociologie, 29-1, 5-18.

Reynaud Jean-Daniel (1997), Les Règles du jeu : l’action collective et la régulation sociale, Armand Colin, Paris.

Thevenot Laurent (1995), « L’action en plan », Sociologie du travail, 37-3, 411-434.

Thevenot Laurent (2006), L’action au pluriel, La Découverte, Paris.

Vatin François (1996), Le lait et la raison marchande, Essais de sociologie économique, Rennes, Presses universitaire de Rennes.

Vinck Dominique (1999), « Les objets intermédiaires dans les réseaux de coopération scientifique. Contribution à la prise en compte des objets dans les dynamiques sociales », Revue française de sociologie, XL(2), 385-414.

Vinck Dominique (2000), Actes de la Septième école d’été de l’ARCo, Bonas, 10-21 juillet

Haut de page

Notes

1 Les organisations du travail fondées sur un principe de commande d’ouvrage possèdent en commun avec les organisations en termes de flux tendu le fait que ce sont les commandes qui initient et déterminent le procès de production, mais s’en écartent parce qu’il ne s’agit pas d’une production en série pensée en termes de flux ou de ligne de production. Surtout, la structure hiérarchique y est très réduite et ne permet pas de déployer de dispositifs de pilotage et de contrôle du procès de production très importants.

2 Dans la plupart des ateliers que j’ai pu observer, ces fonctions techniques et commerciales sont assurées par le chef d’atelier (souvent un ancien chaudronnier) qui prend en charge la production éventuelle de plans (dessin industriel), l’évaluation du travail requis par l’ouvrage (organisation du travail), son évaluation monétaire (en salaire et en matière première) ainsi que la négociation avec le client. Cette négociation est d’ailleurs un moment clé de la rationalisation de l’activité par le chef d’atelier, puisque c’est à partir de la contrainte concurrentielle sur le prix proposé au client que sont effectués les arbitrages économiques organisant le travail.

3 Le rôle central des relations primaires (Cooley, 1909), dans ce type d’organisation du travail, est alors évident. La régulation du travail est rendue possible parce que le chef d’atelier et les ouvriers possèdent une connaissance du degré et de la distribution de compétence pratique disponible, ce qui leur permet de réaliser des arbitrages de manière consistante. Une connaissance qui provient de la familiarité de tous avec la manière de travailler de chacun, une familiarité issue de relations intimes d’association et de coopération durant le travail. Ce qui souligne corrélativement l’importance de ce type de relations de proximité, de familiarité pour le développement économique des petites et moyennes structures (Piore, Sabel, 1984).

4 Une connaissance qui découle directement de ce qu’implique les nécessités de la matière travaillée, comme l’a souligné Naville (1956), et notamment lors de sa transformation en marchandise, lesquelles prescrivent le champ des possibles du travail. À ce sujet, voir par exemple la notion de « raison marchande » de Vatin (Vatin, 1996).

5 Mais bien entendu sans entrer consciemment dans une démarche inductive ou hypothético-déductive, puisque la question de savoir comment ils procèdent ne se pose pas à eux.

6 Même s’il existe toujours une distance entre le travail prescrit et le travail réel (Chatigny, Vézina, 2008), on ne peut plus parler d’une régulation de l’activité productive reposant sur l’autonomie des ouvriers. Les arbitrages sont bien davantage prérationalisés et contrôlés, et les alternatives sont très fortement réduites par la restriction des capacités de modulation autonome durant le travail.

7 Il serait plus juste d’utiliser comme critère de différenciation la variation de la variation des fins de l’activité, ce que l’on pourrait conceptualiser comme la volatilité des fins, pour emprunter un terme des sciences économiques. En somme, dans l’entreprise d’aéronautique, la volatilité des fins est très faible, il n’existe que peu de variation de la variation des fins prescrites, ce qui permet la standardisation du processus de production.

8 Cette structure objective, l’atelier et les objets qu’il contient, fonctionne notamment comme un cadre primaire goffmanien qui « permet, dans une situation donnée, d’accorder du sens à tel ou tel de ses aspects, lequel autrement serait dépourvu de signification » (Erwing Goffman, 1991, p. 30).

9 Ces différences sont rendues par un code élémentaire : les traits pleins correspondent à des arêtes visibles, les traits en pointillés aux arêtes cachées. La combinaison de ces arêtes visibles ou cachées renvoie à des formes de matière première standardisées (ex. poutre en forme de U, de H, de I). Les informations permettant de discrétiser les différentes sortes de profilés de forme identique sont indiquées par des cotes (exemple, un IPN 120 est un profilé en forme de I dont l’âme, c’est-à-dire la partie centrale qui relie les deux ailes, fait 120 mm).

10 Il faut sans doute mettre en exergue ce qui semble être une spécificité de ce terrain. En effet, ces chaudronniers travaillent dans des industries de commandes. Mais on retrouve également des chaudronniers dans des industries de série. Et sans doute la question de la variabilité des pièces introduit-elle des différences dans le mode d’appréhension et d’apprentissage de la lecture de plans.

11 Les pièces varient en fonction du type de pièce produite (cuve, escalier, châssis, charpente métallique, chaudière, etc.), mais chaque commande est également différente d’une autre relevant de la même catégorie. En effet, les dimensions ou les formes diffèrent. Leur structure, si elle renvoie à un registre spécifique comporte de nombreux éléments individués. Par exemple, une cuve est toujours un cylindre avec un fond, mais un cylindre à chaque fois différent. Cette pièce diffère également selon les types d’acier, les dimensions et surtout selon tous les éléments structurels spécifiques qui s’agencent à ce cylindre (tuyauterie, structure porteuse, etc.).

12 On retrouve la figure des « personnes relais » ou des « relais prescriptifs » que met en évidence Jérôme Denis dans son analyse des prescriptions ordinaires (Denis, 2007), dont l’influence s’opère dans ces ateliers sur les modalités d’interprétation des plans de dessin industriel.

13 Et on retrouve cette présence de la représentation graphique de l’activité dans nombre de professions ouvrières : mécanicien, électricien, tailleur de pierre, ébéniste, charpentier, etc. ; tous mobilisent des plans ou des schémas qui leur permettent de penser, de rationaliser leur travail lorsqu’ils œuvrent dans des secteurs d’activité où la production ne peut être standardisée.

14 C’est-à-dire la pièce à produire donnée dans les plans.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 – Plan de chadronnerie
URL http://journals.openedition.org/nrt/docannexe/image/1360/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Figure 2
URL http://journals.openedition.org/nrt/docannexe/image/1360/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 134k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christian Martinez Perez, « L’usage des plans de dessin industriel et la régulation du travail ouvrier », La nouvelle revue du travail [En ligne], 3 | 2013, mis en ligne le 30 octobre 2013, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/nrt/1360

Haut de page

Auteur

Christian Martinez Perez

Maître de conférences en Sociologie, Université de Reims Champagne Ardenne – Centre d’étude et de recherche sur les emplois et les professionnalisations (CEREP)

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals