Navigation – Plan du site
Recensions

Annie Drouin (coord.), Ergonomie. Travail, conception, santé, Toulouse, Éditions Octarès, 2013, 436 p.

Jean-Pierre Durand
Référence(s) :

Annie Drouin (coord.), Ergonomie. Travail, conception, santé, Toulouse, Éditions Octarès, 2013, 436 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage a été publié pour célébrer le cinquantenaire de la SELF (Société d’ergonomie de langue française) créée le 30 mars 1963. Il est l’occasion, pour les « historiques » encore présents et pour les continuateurs de cette épopée de faire un bilan de leurs activités et du rayonnement, un demi-siècle après son émergence, de cette discipline devenue aujourd’hui majeure parmi les sciences du travail.

2Le livre, auquel ont participé une trentaine de spécialistes, est composé de quatre grandes parties d’importance volumique et stratégique différentes. La partie historique recherche les traces des préoccupations scientifiques portant sur le travail au xixe siècle et au début du xxe siècle : ce sont essentiellement des physiologistes qui observent les activités de travail. Le terme même d’ergonomie n’apparaît que vers 1959 : Simon Bouisset au Centre de sécurité d’EDF/EGF de Nanterre, puis Jean Scherrer et Alain Wisner au CNAM (rue Gay Lussac) créent les premières formations à l’ergonomie en organisant la convergence des préoccupations de la physiologie du travail (ou physiologie industrielle à l’époque) et de la psychologie du travail. Cette même première partie donne la parole aux acteurs des autres pays francophones industrialisés comme la Belgique, la Suisse et le Québec.

3La seconde partie présente les activités institutionnelles et scientifiques de la SELF qui regroupe jusqu’à 4 000 adhérents dans la période 1993-1997 contre un peu plus de 3 000 aujourd’hui. L’analyse des thématiques des congrès est forcément instructive des orientations des recherches, de l’évolution des pratiques et des questions qui sont posées à l’ergonomie, voire de la façon dont elle s’en empare. La très forte structuration du milieu est incontestablement le facteur clé du développement de la nouvelle discipline et de sa pénétration dans les milieux de travail (essentiellement industriels alors) : chercheurs universitaires et praticiens se réunissent annuellement en congrès et organisent des manifestations scientifiques tout aussi annuelles à Aix en Provence (Les tâches du présent), à Bordeaux (Les journées de la pratique) ou à Paris (Les Journées de Paris I). Des revues dont la notoriété dépasse le champ disciplinaire diffusent les résultats des travaux des chercheurs et les expériences des praticiens : Le Travail humain, Pistes (Perspectives interdisciplinaires sur le travail et la santé), Activités et d’autres qui ont cessé de paraître telles que Performances humaines et techniques ou le Bulletin du CERP. Les ergonomes de la SELF ont été aussi très actifs dans les associations internationales telles que l’International Ergonomics Association et la Federation of European Ergonomics Societies. Il est fait, dans cette seconde partie, une mention spéciale pour la naissance de l’ergologie à l’Université de Provence, à la suite de l’analyse pluridisciplinaire des situations de travail (APST) autour de Jacques Duraffourg et d’Yves Schwartz. L’ergologie souhaite « élargir la perspective initiale, plus centrée sur le travail, en insérant l’activité de travail dans le cadre d’une vision de l’existence humaine comme activité » (p. 202).

4Dans la troisième partie, la plus développée, chacun des 13 chapitres analyse un objet particulier (hôpital, TMS, handicap, âge, informatique, cognition, conduite automobile, école, armée) ou une préoccupation plus transversale (prévention, normalisation...). Tous ces chapitres montrent l’étendue des champs d’intervention de l’ergonomie, présentent un état de l’art et proposent quelques réflexions épistémologiques. Ils illustrent l’arrivée à maturité de la discipline et la place qu’elle a conquise à partir des années 1980 dans les analyses du travail, tant dans le monde privé des affaires que dans le secteur public (hôpitaux par exemple) et dans les ministères concernés ou dans l’État.

5La quatrième partie (la plus courte) traite des réseaux constitués durant un demi-siècle par les ergonomes de langue française, à la fois dans le champ de la recherche et dans celui de l’activation des pratiques des experts et des comparaisons de leurs expériences. On lira avec intérêt la Postface qui souligne les échanges entre l’ergonomie et les autres sciences du travail telles que la psychologie et la sociologie à un moment où faiblissait le rôle de la physiologie du travail dans le champ. C’est d’ailleurs un point essentiel de l’ouvrage qui met en tension les composantes physiques, sensorielles et mentales du travail tout en regrettant la sous-estimation croissante de la première de ces dimensions dans l’ergonomie présente. Enfin, Simon Bouisset pose quelques questions et encourage les ergonomes à s’intéresser aussi à la vie extra-professionnelle afin de prendre en compte le travailleur comme individu global.

6Si cet ouvrage est riche de données pour la première fois rassemblées, il y manque certainement quelques éclairages difficiles à mettre en œuvre. Par exemple, on n’y trouve guère les liens entre émergence, maturité, fonctions différenciées de l’ergonomie et les grandes transformations des sociétés où s’est développée cette ergonomie assez différente de la discipline apparue dans les pays anglo-saxons. Quels rapports établir entre l’ergonomie dans la période d’industrialisation accélérée de l’après-guerre et les « demandes sociales » émanant dès les années 1960 des directions d’entreprise, de l’État, des organisations syndicales ou des salariés ? Le lecteur n’y trouvera pas non plus de référence au phénomène franco-français qui opposait les ergonomistes (le groupe constitué autour d’Alain Wisner dans les années 1980) aux ergonomes défendant des conceptions plus traditionnelles de la discipline. Enfin, peut-être que l’ouvrage est trop proche des fondateurs de l’ergonomie en France et dans les pays de langue française pour ouvrir des débats questionnant cette histoire avec une distanciation critique ?

7La lecture de cet ouvrage qui se retourne sur un demi-siècle d’ergonomie pourrait inciter des sociologues du travail à proposer un ouvrage de synthèse éclairant l’histoire de la sociologie du travail dans l’esprit souhaité ci-dessus, car les ouvrages disponibles qui se sont attelés à la tâche ne traitent guère des deux dernières décennies qui ont vu se multiplier les publications et les événements scientifiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Pierre Durand, « Annie Drouin (coord.), Ergonomie. Travail, conception, santé, Toulouse, Éditions Octarès, 2013, 436 p. », La nouvelle revue du travail [En ligne], 4 | 2014, mis en ligne le 30 avril 2014, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/nrt/1682

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Durand

Centre Pierre Naville – Université d’Evry

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals