Navigation – Plan du site
Corpus : Temps professionnels éclatés, TIC et urgences

Temporalités dans la recherche biomédicale : la science au travail saisie par le temps

Temporalities in biomedical research: time as a factor in scientific work
Temporalidades en la investigación biomédica: el trabajo científico atrapado por el tiempo
Philippe Brunet

Résumés

Cet article s’attache à comprendre et à analyser l’importance prise par le temps dans le travail scientifique. Le plus souvent, étant considérée comme une activité au rythme intrinsèque, la science semble échapper au temps. Pourtant, généré par le phénomène de contextualisation, on montrera que le temps s’installe comme mesure de son procès de travail. À partir de données extraites d’une étude d’un laboratoire développant des recherches en biomédecine, l’analyse permet d’identifier trois temporalités différentes : une temporalité professionnelle intrinsèque, une temporalité sociétale extrinsèque et une temporalité gestionnaire hybride. C’est à l’articulation de ces trois temporalités que des tensions s’exercent sur le procès de travail du laboratoire. Elles ont pour enjeu l’autonomie professionnelle des scientifiques. Dans le cas analysé, la temporalité gestionnaire apparaît alors comme une mesure du temps dans la science, protectrice de cette autonomie.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Deux études très récentes nuancent, il est vrai, cette affirmation (Barrier, 2011 ; Jouvenet, 2011) (...)

1Cet article explore l’importance prise par le temps dans l’accomplissement des activités scientifiques. Outre le rythme intrinsèque imposé par le procès de travail direct (les dispositifs expérimentaux et leur coordination) et par la nécessaire gestion de la communauté professionnelle, les usages différenciés du temps et sa généralisation s’expliquent par l’intensité du phénomène de contextualisation de la science. On entend par là le degré d’influence d’autres sphères sociales avec lesquelles la science interagit pour réaliser son procès de production (Nowotny et alii, 2003). Admis par la sociologie des sciences, l’existence de ce phénomène implique de substituer à une perspective analytique intrinsèque, empreinte de l’idéologie professionnelle des savants, une perspective extrinsèque (Blume, 1975). Certaines de ses caractéristiques et de ses conséquences sur les activités scientifiques sont encore peu abouties et relativement méconnues1. C’est vrai du temps et de sa mesure. On se propose d’apporter quelques éléments de compréhension à ces problèmes, en prenant pour hypothèse que tout domaine de la science se trouve confronté à ce phénomène de contextualisation selon des degrés variables en intensité. On cherche alors à en caractériser les conséquences, notamment temporelles, sur le procès de production de la science, eu égard à l’autonomie professionnelle, dimension cardinale du travail des scientifiques. Pour ce faire, on s’appuie sur un domaine de la biomédecine exposé au phénomène de contextualisation.

  • 2 ISTEM : Institut des cellules Souches pour le Traitement et l’Étude des maladies Monogéniques.

2Dans cette perspective, on aborde dans la première section certains problèmes posés par la compréhension sociologique du temps dans le procès de travail scientifique et on présente un cas qui la satisfait empiriquement. ISTEM2 est un laboratoire particulièrement exposé au phénomène de contextualisation. La question du temps y est triplement présente : s’y conduisent en effet des recherches sur les cellules souches embryonnaires humaines, sous contrainte légale, dans le cadre d’un partenariat visant des développements cliniques (Brunet, 2008). Dans la seconde section, on explore les trois temporalités qui s’exercent sur le procès de travail d’ISTEM : la temporalité professionnelle, la temporalité sociétale et la temporalité gestionnaire que nous avons déjà mises en évidence dans des travaux très récents (Brunet et Dubois, 2012). Dans la troisième et dernière section, on s’intéresse à leur articulation. Celle-ci imprime un rythme global au processus d’organisation et de production du laboratoire. Dotées d’inerties différentes et conditionnelles les unes aux autres, on examine alors comment ces temporalités, dans leur articulation, génèrent certaines tensions au niveau du procès de travail.

Le temps comme mesure de la production scientifique : perspectives analytiques

Comprendre les enjeux du temps dans le procès de travail scientifique

3Les dimensions du temps dans la science, appréhendée comme sphère productive et de travail, sont rarement prises en compte par la sociologie de la science. Elles se cristallisent dans des analyses controversées de périodisation à grande échelle à l’intérieur d’un territoire partagé entre historiens et sociologues (Gibbons et alii, 1994 ; Pestre, 1997 ; Stehr, 2000). Ce constat n’est pas surprenant. Il est apparemment plus facile d’admettre que la science échappe en grande partie au temps et à sa mesure que l’inverse, pointant ainsi son caractère ambivalent entre « science en train de se faire » et « science faite » (Latour, 1989). Autrement dit, bien qu’elle soit une activité sociale historique, ses produits, sous forme de connaissances, seraient lestés d’une vocation transhistorique, indépendante du temps (Bourdieu, 2001). Dès lors, l’exploration du temps dans le procès de travail scientifique n’existe que dans de rares études qui ont plutôt tendance à le considérer comme une dimension fonctionnelle intrinsèque du champ disciplinaire étudié, là où les activités se réalisent (Shinn, 1980 ; Amiot, 1996).

  • 3 Ce constat n’enlève rien au fait que de nombreux travaux se soient focalisés sur la R&D, notamment (...)

4Pour sa part, la sociologie du travail, en problématisant le temps dans l’analyse de la production, a privilégié, comme les historiens d’ailleurs (Thompson, 2004), des terrains d’enquête ancrés dans les réalités de la rationalisation industrielle, singulièrement ouvrières, là où la valeur marchande prend forme, avec le temps pour mesure des activités productives3 (Naville, 1954 ; Linhart & Moutet, 2005). De leur côté, les temporalistes ont, eux aussi, délaissé les problématiques du temps dans la science (Grossin, 1969). Il résulte de ce non questionnement un quasi désert empirique qui met cependant en lumière un paradoxe.

5En effet, les analyses, qui traitent de manière très diverse de l’évolution récente de la science comme sphère institutionnelle et productive, se fondent toutes sur le postulat d’une sphère scientifique contextualisée (Gibbons et alii, 1994, Nowotny et alii, 2003 ; Pestre, 2003 ; Stehr, 2000). On entend par là que la science se trouve plus ou moins soumise à l’influence d’autres sphères sociales qui cherchent, par divers moyens, à en orienter la production et à en contrôler le rythme et la nature. Ainsi, divers types de régime de production de la science ont pu être identifiés (Shinn, 2002 ; Gaudillière & Joly, 2006). De même, succédant à celui où l’État jouait le rôle majeur d’orientation et de planification de la production scientifique (Mustar & Laredo, 2003), le régime de production de la science sous influence de l’industrie et du marché, défini comme régime de mercantilisation (Lamy, 2005), se donne à voir aujourd’hui comme le mode dominant de ce phénomène de contextualisation. Par son hégémonie, il influence les formes de structuration des relations de la science avec d’autres sphères, y compris celles qui se trouvent situées en dehors du marché. Actuellement, les sciences du vivant servent aussi bien d’appui au modèle de référence réactualisé qu’est le régime de mercantilisation (Etzkowitz & Leydesdorff, 2000) que de terrain empirique pour son analyse (Trépanier & Ippersiel, 2003). Mais qu’apprend-on du procès de production de ce régime modal de mercantilisation, basé sur les relations entre la recherche académique et l’industrie ; et singulièrement du temps qui y est à l’œuvre ?

6Les analyses opèrent à deux niveaux. L’un, institutionnel, se focalise sur les éléments structurels des systèmes d’innovation qui se substituent à la seule puissance de l’État et sur les dispositifs et instruments qu’ils produisent pour entretenir le phénomène (Branciard, 2002 ; Duranton et alii, 2008). L’autre explore les types comportementaux induits par ce régime de production, qui oppose la figure du chercheur-entrepreneur à celle, traditionnelle, du chercheur académique autonome, identifiant, entre les deux, des types hybrides (Owen-Smith & Powel, 2004 ; Lamy & Shinn, 2006). Ces deux niveaux d’analyse suggèrent un trait commun : l’autonomie relative de la recherche académique semble préservée quand bien même elle noue des relations étroites avec l’industrie. Nonobstant, peu d’éléments d’explication sont fournis quant aux conditions qui favorisent cette préservation et ce qu’il en est du contenu de cette autonomie. La raison en est simple : le procès de travail, qui réalise l’autonomie relative d’un mode particulier de production où s’instruisent les relations de la science avec d’autres sphères extérieures, a, le plus souvent, été considéré comme une boîte noire. Toutefois des travaux très récents, prenant acte de cette situation, visent à réduire cette méconnaissance (Jouvenet, 2011). C’est assurément dans cette direction qu’il faut poursuivre. En effet, la portée explicative des niveaux d’analyse institutionnel et comportemental à l’égard du contenu de l’autonomie impliquée dans le phénomène de contextualisation reste limitée et, surtout, la question du temps y demeure orpheline. Pourtant, il serait faux de conclure que le temps comme brique élémentaire qui commande les fonctions productives du salariat et ses structures et conditions de travail (Naville, 1972) ne concerne pas la recherche académique. Cela suppose de déplacer le regard sur le procès de travail, là où concrètement la mesure du temps peut être examinée.

7Marx, dans les Grundrisse, caractérisait déjà la science comme force productive immédiate (Naville, 1963). Dans cette perspective, Stehr (2003) envisage aussi la science comme force immédiatement productive et précise sa spécificité. Ainsi, bien que les connaissances scientifiques constituent une ressource sociale au même titre que le travail, le capital ne peut s’y substituer totalement : le savoir de la science possède une part personnelle irréductible qui limite objectivement son appropriation privée. On suppose que cet obstacle favorise l’autonomie relative de la science et, par conséquent, la préservation de son rythme temporel intrinsèque de production. Mais, comme n’importe quelle force engagée dans les rapports de production capitalistes, la science est source de valeur ajoutée. Marginalement, ses résultats sont appropriables et intégrables dans la production capitaliste, même si beaucoup ne le sont pas au risque d’être détruits (Uzunidis, 2003). Ainsi, aux États-Unis, la transformation du régime du brevet a récemment ajouté un droit d’exploration au droit d’exploitation (Coriat, 2002). Il affecte particulièrement les sciences du vivant (Orsi, 2002). Ce constat rend évident l’hétéronomie de la science et, par conséquent, les contraintes qui agissent sur son propre rythme de production pour être en phase avec celui des marchandises. En participant à l’accélération du cycle du capital, la science accélère son propre rythme de production.

  • 4 Par exemple, le financement des recherches par l’Agence Nationale de la Recherche (ANR) à l’intérie (...)

8Cette dynamique, qui constitue les connaissances scientifiques aussi comme des marchandises, a des conséquences sur le procès de travail scientifique et sa mesure par le temps. En France, dans les biotechnologies, sous l’argument de la nécessaire compétition internationale, des dispositifs ont été mis en place pour accélérer conjointement le processus d’innovation scientifique et celui du cycle des marchandises, de leur production à leur consommation (OPECST, 2005). Plus généralement, des réformes affectent le fonctionnement de la science. Elles insèrent son rythme de production dans des phases temporelles d’activité standardisées pour satisfaire l’« économie de la connaissance »4 (OCDE, 1990 ; Viginier, 2002 ; Milot, 2003). Dès lors, la science est pénétrée par des outils de gestion de la production capitaliste et industrielle. En ce sens, le temps, comme mesure objectivante, étend son influence et devient un facteur conditionnel de réalisation du procès de travail scientifique.

9Mais parfois d’autres dimensions du phénomène de contextualisation émergent. En effet, les exigences de la production de valeur trouvent leurs limites dans des formes de contestation sociale (Bensaude-Vincent, 2009), autour des questions d’appropriation, de production, de consommation ou d’éthique (Cassier, 2002 ; Shiva, 2002). Parce que certaines marchandises sont mises en cause et que leur généricité avec la science est établie, alors son procès de production se trouve parfois ralenti, parfois réorienté, parfois stoppé. C’est le cas des OGM en France et en Europe (Joly & Marris, 2003). Le domaine biomédical constitue également un autre terrain d’observation de cette multidimensionnalité du phénomène de contextualisation. S’y entrechoquent les influences de la sphère industrielle propre au marché de la santé et celle du politique, qui, au nom de l’éthique, impose, par la loi, un cadre normatif relatif au bien-être et à la dignité humaine. Il définit les chemins pour les atteindre, parfois hors ou contre la logique du marché. Le cas ISTEM en offre un éclairage pertinent.

ISTEM : une recherche biomédicale contextualisée et contrainte par le temps

  • 5 Les données utilisées dans cet article sont issues d’une recherche portant sur le laboratoire ISTEM (...)
  • 6 Il est directeur de recherche à l’INSERM, neurobiologiste et médecin. En 2000, suite à des travaux (...)
  • 7 Une lignée était une colonie cellulaire obtenue à partir de cellules d’embryons surnuméaires sains (...)
  • 8 L’équipe, en 2005, est composée de dix-huit chercheurs, ingénieurs et techniciens dont un groupe mo (...)

10Le laboratoire ISTEM5 est né d’un projet scientifique, porté par M. Peschanski6, lié à un domaine de recherche nouveau visant à utiliser les cellules souches embryonnaires humaines (CSEh) en vue de découvertes thérapeutiques. L’intérêt scientifique de ces cellules tient à leur plasticité. Présentes en très faible quantité dans l’embryon humain au stade du blastocyste, elles sont pluripotentes, c’est-à-dire qu’elles peuvent se différencier dans tous types d’états tissulaires, et elles ont une capacité illimitée à s’auto-renouveler. Cette double potentialité, découverte aux État-Unis en 1998, ouvre des perspectives nouvelles comparées aux autres cellules souches dites adultes (CSA) ou fœtales, qui ont déjà atteint un certain stade de différenciation et dont l’auto-renouvellement est limité. Par des techniques de culture et de marquage génétique, il est possible d’atteindre tout stade du développement cellulaire et d’obtenir, par amplification, des masses de cellules à partir de lignées de CSEh7. Actuellement, ISTEM emploie un peu moins d’une centaine de scientifiques8. Deux orientations guident ses activités : la thérapie cellulaire et le criblage à haut débit de modèles cellulaires pathologiques par des molécules pharmacologiques (Aubry et alii, 2009). La première orientation vise l’amplification en masse à un stade voulu de différenciation cellulaire ; la seconde traite des modèles cellulaires pathologiques à différents stades du développement pour les cribler par des molécules en vue de solutions pharmacologiques. Ces recherches portent sur certaines maladies rares monogéniques. De même, le laboratoire stocke, entretient et teste la qualité des différents produits cellulaires qu’il fabrique, de manière normalisée, pour poursuivre ses recherches fondamentales et développer des prototypes thérapeutiques. Le procès de travail d’ISTEM s’inscrit dans une combinatoire productive technoscientifique (Brunet, 2007).

  • 9 L’AFM est une association de familles de malades atteints par des maladies rares neuromusculaire. S (...)
  • 10 Actuellement, le budget annuel d’ISTEM est d’environ 8 millions d’euros. La part de l’AFM provient (...)
  • 11 Par exemple, l’une des conditions de réalisation du projet était l’installation du laboratoire sur (...)
  • 12 Dans le cadre de ce partenariat pérenne, l’AFM a créé une association spécifique, le CECS qui admin (...)
  • 13 Selon le mot d’ordre de l’AFM depuis 50 ans.
  • 14 Voir à ce propos le site web du laboratoire : http://www.istem.eu/ewb_pages/n/notre-organisation.ph (...)

11ISTEM se trouve exposé à un haut degré de contextualisation. Deux facteurs y concourent. D’abord, ce laboratoire, créé en janvier 2005, résulte d’un partenariat de longue durée entre l’INSERM et l’Association Française contre les Myopathies (AFM)9, auquel est associée l’Université d’Évry. Pour l’AFM, la recherche scientifique représente un « détour » sur le chemin des thérapies (Callon et Rabeharisoa, 1999). Ce partenariat permet à ISTEM, qui exige de lourds financements en investissements et en coûts de fonctionnement, de voir son budget abondé environ pour moitié par l’AFM10. En retour, l’association de malades se réserve un droit de regard sur l’avancée des recherches et la gestion du laboratoire11. ISTEM dispose dès lors d’une double identité juridique, qui articule entité publique, une Unité Mixte de Recherche (UMR) entre l’INSERM et l’université d’Évry, et entité privée, le Centre d’Études des Cellules Souches (CESC)12. La première, qui garantit au laboratoire son appartenance au monde académique, légitime son autonomie relative. La seconde, en focalisant ses productions dans une finalité, « vaincre la maladie »13 au profit des malades, légitime sa dimension hétéronome. D’ailleurs, ISTEM s’identifie pour partie à une « biotech à but non lucratif »14, signifiant cette part d’hétéronomie qui fonde son identité. Mais c’est aussi dans le procès de travail concret du laboratoire que se cristallise la contradiction entre autonomie et hétéronomie, bien qu’elle se déploie à l’abri de toute contrainte directe d’un cycle de production de marchandises.

  • 15 Entre autres : « Rapport sur l’application de la loi n° 94-654 du 29 juillet 1994 relative au don e (...)
  • 16 Cette mesure législative, qui s’inscrit dans une temporalité donnée, implique nécessairement sa rév (...)
  • 17 Le Parlement français a voté une nouvelle loi de bioéthique en juillet 2011. Elle maintient ces pri (...)

12Le second facteur de contextualisation est lié à la nature des CSEh. En 1994, la première loi de bioéthique votée en France interdit toute recherche sur l’embryon humain sans toutefois faire référence aux CSEh. Par contre, lors de sa révision dès l’année 2000, les scientifiques, dont M. Peschanski, se mobilisent pour autoriser les recherches portant dessus. Des rapports alimentent la décision politique15. Le Gouvernement Jospin soumet alors un projet de loi autorisant ces recherches sous contrôle. Lequel est voté par l’Assemblée Nationale en janvier 2002, mais le débat au Sénat est suspendu par le calendrier électoral. Au mois de juin, le Gouvernement de droite issu des urnes adopte une position contraire. Après plus de trois années, la loi est votée en juillet 2004. Elle interdit toute recherche sur l’embryon et sur les CSEh pour cinq ans16. Mais elle prévoit d’y déroger sous réserve que les recherches permettent des progrès thérapeutiques majeurs et qu’elles ne puissent être poursuivies par une méthode alternative d’efficacité comparable. En choisissant l’« interdit avec dérogation », le législateur privilégie l’éthique de la crainte au détriment de l’éthique confiante (Isambert, 1986)17. L’Agence de biomédecine (ABM), créée par la loi, est chargée d’autoriser ou non ces recherches et d’en contrôler les conditions de réalisation. Ce faisant, en subordonnant toute recherche à un cadre d’évaluation hétéronome, la loi déroge au principe de son libre exercice. Ces contraintes qui émergent du phénomène de contextualisation, différentes par nature, mais semblables par les impératifs temporels qu’elles imposent, contribuent à modeler les traits du procès de travail d’ISTEM.

Temporalités, structuration et scansion du procès de travail d’ISTEM

13Le procès de travail du laboratoire s’inscrit à la confluence de trois temporalités : une temporalité professionnelle auto-normative ; une temporalité sociétale hétéro-normative et une temporalité gestionnaire dont la normativité est hybride. On les examine tour à tour.

  • 18 Par exemple, le temps expérimental en biologie moléculaire diminue tendanciellement au fur et à mes (...)
  • 19 Le processus qui conduit à la création d’ISTEM illustre pleinement une part de cette réalité divers (...)

14La temporalité professionnelle correspond au rythme intrinsèque qu’implique la mise en œuvre d’un ensemble d’activités, qu’elles concernent le travail en laboratoire ou la gestion des affaires de la communauté. Quelle que soit la discipline, elle suppose généralement des pas de temps longs et surtout peu prévisibles. Cette temporalité est auto-normative au sens où la scansion du rythme de ces activités est du ressort exclusif de la profession et de l’activité scientifiques (Merton, 1973). Le contrôle par les pairs, même s’il apparaît actuellement malmené (Vilkas, 2009), demeure encore l’acmé de toute autonomie professionnelle (Friedson, 2001). Il s’en suit que le rythme du procès de travail inséré dans cette temporalité dépend pour beaucoup de la culture épistémique du domaine (Knorr-Cetina, 1999), c’est-à-dire de l’agenda des questions scientifiques, de la nature des objets expérimentés et de ceux qui servent les expérimentations18, et des modalités organisationnelles de la communauté. S’agissant des CESh, cette temporalité rythme un domaine nouveau, inexploré en France et aux frontières floues. L’intérêt dont il est l’objet est large. Il va des biologistes du développement à ceux qui explorent un tissu ou une pathologie particulière19. L’unité du domaine tient au fait que les CSEh sont envisagées par tous comme un matériau incomparable pour tester les questions scientifiques par modélisation cellulaire du corps humain. Structurant la centralité d’un domaine émergent comme objet expérimenté, elles déterminent une part significative de sa temporalité. C’est doublement le cas pour ISTEM. D’abord, leur manipulation requiert des compétences qui obligent à recruter des post-docs à l’étranger disposant de ce savoir-faire et à investir dans l’apprentissage des chercheurs auprès d’autres laboratoires en Europe. Ces processus de transfert, qui supposent l’insertion dans des réseaux, ne sont guère prévisibles en termes d’interactions et s’inscrivent dans des durées plus ou moins longues. Ensuite, les caractéristiques propres aux CSEh se révèlent contraignantes :

Le grand handicap, c’est le temps. Parce qu’on est liés pratiquement au cycle cellulaire de nos cellules… C’est ce qui nous ralentit. Ca c’est la plus grosse frustration. Si c’était comme les cellules ES de souris, en 48 heures, ça serait génial. Là, c’est quatre à sept jours. […] Sans compter qu’elles sont sensibles et on craint toujours un retour en arrière qui fait perdre 10 jours, 15 jours… (Entretien, ingénieur/technicien, ISTEM)

15De même, l’amplification en masse des CSEh en bioréacteur est testée pour gagner du temps de travail collectif et répondre aux objectifs du projet. Or, après plusieurs mois, la tentative se clôt provisoirement sur un échec. Les CSEh sont rétives à l’« industrialisation ». De plus, certains chercheurs, peu intéressés, ont maintenu la voie artisanale de la culture cellulaire :

Mes cellules dans mes petites boîtes ça me suffit. Qu’est-ce que je vais aller m’embêter à faire des millions de cellules ? Mon petit système qui n’est pas très très au point, ça me va ! Après il y a le système amplification. Si on veut être capable de mettre en place des thérapies, de cribler des banques de composés, il nous faut cette phase amplification. Donc, on est vraiment confronté à deux mondes qui sont différents. À savoir que moi, c’est vrai que l’amplification je n’en ai rien à faire. Je suis conscient qu’il faut en passer par là mais je n’en ai rien à faire et je n’ai pas envie de m’investir là-dessus. Et l’amplification c’est un axe fort d’ISTEM. (Entretien, post-doc, ISTEM)

16La temporalité sociétale, pour sa part, impulse un double rythme de nature extrinsèque au procès de travail du laboratoire. Hétéro-normative, elle prend en effet sa source dans le cas d’ISTEM à deux niveaux institutionnels de dépendance. Ils entraînent des fréquences particulières vis-à-vis desquelles le procès de travail doit plus ou moins s’adapter. En premier lieu, le niveau régalien est directement lié à la mise en œuvre de la loi de bioéthique par l’ABM. La forme concrète de sa temporalité découle des exigences normatives inscrites dans les textes réglementaires et de leur nécessaire traduction et opérationnalisation au niveau du procès de travail, une fois les recherches autorisées. Il est clair que la fréquence de cinq ans, valable pour chaque autorisation de recherche, fixe un cadre temporel rigide et non négociable. Mais, à l’intérieur de ce cadre, la gestion du suivi pas à pas des autorisations de recherche par l’ABM se concrétise dans des protocoles ad hoc. Chacune des autorisations implique une déclaration de début des travaux de recherche. Parallèlement, elle déclenche un processus de contrôle qui prend deux formes. Chaque année, les différentes équipes doivent remettre à l’ABM un rapport d’activité concernant leurs autorisations en cours. Par ailleurs, celui-ci conduit à une visite de contrôle sur place par la mission d’inspection. Ces différentes obligations auxquelles les chercheurs doivent se plier, bon gré mal gré, sont considérées par l’ABM comme la traduction pratique de l’exigence éthique voulue par la société en échange du droit à accomplir ces recherches :

Pour les chercheurs, les embryons et les CSEh n’ont pas la même symbolique que pour la population. Ça, il faut être honnête. C’est souvent considéré comme un amas de cellules. Moi, je suis plus personnellement côté population… Je ne suis pas un chercheur en cellules souches mais c’est vrai que les chercheurs ont besoin d’avoir un petit aiguillon… C’est la mission d’inspection qui leur rappelle que la population, elle, elle pense qu’il y a une dignité particulière à ces embryons et à ces cellules souches. (entretien, responsable ABM)

17Le second niveau institutionnel de cette temporalité sociétale correspond au partenariat avec l’AFM. Dans un cadre où la recherche est finalisée, il renvoie aux diverses obligations auxquelles le laboratoire doit répondre. Elles s’agrègent dans une disposition commune à devoir rendre compte selon une fréquence annuelle, à différents moments. Ainsi, chaque année, le conseil d’administration de l’association de malades décide du montant de la subvention accordée au laboratoire ; en retour, celui-ci doit justifier de la pertinence de ses demandes en fonction de l’avancée de ses recherches. Ce montant est tributaire des dons qui sont versés à l’occasion du Téléthon annuel, manifestation organisée par l’AFM à laquelle se doivent de participer les membres du laboratoire. De même, un autre moment imposé par l’AFM est celui de la Journées des Familles. Il se déroule chaque année pendant un week-end en juin : des familles de malades viennent de toute la France visiter les laboratoires à Évry (Généthon et ISTEM). L’obligation est récursive : les résultats doivent s’accumuler rapidement et justifier de nouvelles promesses pour appeler de nouveaux dons :

Quand on voit le financement qu’on a de l’AFM, il faut bien qu’on prouve qu’on a des résultats. Il ne faut pas qu’on relâche la pression. Dès qu’on a publié, qu’on dise c’est bon ! Sinon, forcément, ils ne voudront plus payer. Ce qui paraît logique. Il faut bien que les moyens des malades soient investis correctement. (Entretien, post-doc, ISTEM)

  • 20 Dans le monde de la recherche et du développement, la preuve de concept désigne l’étape qui vise à (...)
  • 21 Pour illustrer ce phénomène d’hybridation au cœur de cette temporalité gestionnaire, ajoutons que c (...)

18Enfin, la temporalité gestionnaire formalise le déroulement temporel du projet scientifique d’ISTEM. Par hybridation, elle en compose la chronologie anticipatrice et prévisible à partir des nécessités émergentes des rythmes intrinsèques et de certains rythmes extrinsèques. Programmant la mise en œuvre des divers partenariats en fonction des résultats espérés de la recherche, elle imprime des temps au procès de travail d’ISTEM. Par cette formalisation, le temps devient un étalon de sa mesure. Examinons cela à partir du partenariat qui s’instruit avec l’AFM. L’échange ainsi formalisé dans un « projet stratégique » présente un séquençage temporel en trois moments successifs. Il engage, d’un côté, les scientifiques d’ISTEM sur les résultats attendus et, de l’autre, l’AFM sur son effort financier, qui permet au laboratoire d’accroître ses effectifs, de s’équiper en matériel et de fonctionner. Après la première phase d’initialisation, appelée « preuve de concept »20, la phase II de « construction » sur trois ans (2007-2009) prolonge la montée en puissance de la force productive d’ISTEM. Actuellement, le laboratoire se trouve en phase III (2010-2013) du projet stratégique qui, selon le document éponyme, constitue l’« étape de concrétisation des espérances cliniques, d’élargissement des indications pathologiques et d’industrialisation des procédés »21. Le procès de travail s’inscrit dans une dynamique projective scandée, orientée et structurée par incrémentation d’étapes temporelles successives. La phase de « preuve de concept » est significative de cette réalisation. Elle produit des effets de cadrage sur l’organisation du travail et sur les comportements individuels. Ainsi, au cours de cette phase (2005-2006), le mode de direction d’ISTEM a été resserré sous une autorité scientifique et managériale unique, contraignant l’autonomie scientifique au profit d’une centralisation des décisions. Ce faisant, le postulat directionnel selon lequel il n’est besoin de connaître et de chercher que ce qui peut être utile pour satisfaire l’objectif poursuivi a permis, à tout moment, d’orienter les recherches ou de les interrompre ( cas du bioréacteur) et de réguler l’avancée de la production en déplaçant, selon les besoins, la force de travail à l’intérieur du laboratoire :

On essaye de ne pas se perdre dans des voies qui ne donnent rien. Et assez rapidement. S’il faut arrêter une stratégie, on l’arrête. On passe à autre chose qui marche mieux... On est là pour avancer. Donc ça ne sert à rien d’essayer de faire quelque chose pendant six mois si ça ne marche pas. Moi je sais que le projet sur lequel j’étais, on s’était donné six mois au début, en se disant : si dans six mois tu vois que c’est impossible, et bien tu te greffes une autre partie et puis vous avancez à deux sur une autre partie ! Mais ça ne sert à rien de rester sur cette partie là. (Entretien, ingénieur/technicien, ISTEM)

19L’acceptation de ce mode managérial se traduit par l’importation d’outils industriels, comme le diagramme de Gantt et l’intériorisation du temps comme mesure de l’avancée du travail :

Pour nous c’est : on est à l’heure, on est obligé d’être à l’heure. Et si on n’est pas à l’heure, il va falloir que l’on fasse quelque chose pour être à l’heure. La question ne se pose pas. On a ces délais, notre avenir en dépend. Il faut… On va se débrouiller. La question ne se pose pas. Pour nous, c’est clair. C’est comme enregistré, c’est comme un timer. On sait qu’en Juillet 2006…ça va sonner […]. (Entretien, post-doc, ISTEM)

Marc nous a demandé de faire au départ, ce qui était très important, le projet avec un calendrier. C’est un document qu’on lui a remis, qu’on a discuté équipe par équipe. À telle date on va avoir les cellules. À telle date, ça va nous prendre tant de temps pour faire ça, tant de temps pour faire ça. Et on a fait notre calendrier pour être prêt en 2006 avec nos objectifs. (Entretien, post-doc, ISTEM)

Articulations et tensions temporelles sur le procès de travail : l’enjeu de l’autonomie professionnelle

  • 22 La temporalité professionnelle, la temporalité sociétale et la temporalité gestionnaire.

20Des descriptions précédentes, on peut sans difficulté induire que le rythme global du procès de travail d’ISTEM procède de l’articulation de ces trois temporalités22 qui lui donnent sa structuration particulière. C’est pourquoi, dans cette dernière section, on examine plus avant comment elles interagissent ensemble. Compte tenu de l’hypothèse de départ axée sur l’importance prise par le temps dans la science eu égard au phénomène de contextualisation, l’analyse de leur articulation sera envisagée, ici, à partir de la temporalité professionnelle, point de référence symptomatique de l’autonomie professionnelle, en essayant de mettre à jour certaines tensions qu’elle génère sur le procès de travail du laboratoire.

Tensions entre temporalité professionnelle et temporalité sociétale

21On sait que la temporalité sociétale s’active à partir de deux niveaux institutionnels : les niveaux partenarial et réglementaire. Dans les premières années d’existence du laboratoire, notamment au cours de la phase de « preuve de concept », le niveau partenarial s’exprime seulement dans le cadre de la relation avec l’AFM, structurée par la logique du don ; c’est ensuite qu’il s’élargit à d’autres formes partenariales à vocation industrielle impulsées par la logique du marché (Brunet, 2011). On a vu que le mode managérial centralisé mis en place dans le cadre de cette première phase conduit, d’une part, à limiter l’autonomie des équipes en bridant l’avancée de leur travail dans une direction commune et, d’autre part, à accélérer le procès du travail scientifique en « économisant » du temps expérimental de probation sous la contrainte du postulat directionnel. Examinons-en maintenant les effets.

  • 23 En janvier 2005, sur les dix-huit membres, cinq sont titulaires de l’INSERM et deux de l’Université (...)
  • 24 Cette réussite est passée par l’évaluation formelle de l’AFM à l’automne 2006, préparée quelques mo (...)

22D’abord, il apparaît que les statuts d’emploi, mais aussi l’âge relativement jeune de la plupart des membres du laboratoire ont favorisé le déploiement de ce mode managérial : en dehors de quelques chercheurs de l’INSERM ou de l’Université d’Évry23, tous ont été recrutés sous contrat à durée déterminée prenant fin avec la date buttoir de cette phase, en décembre 2006, à l’issue des deux ans. Dès lors, ce mode managérial a d’autant plus été admis que la réussite collective de cette phase conditionnait fortement l’avenir de chacun24. À l’inverse, certains chercheurs seniors, plus libres dans leur statut d’emploi, ont eu tendance au fil des mois à souffrir d’une situation imposée, les empêchant de développer, dans des temporalités plus autonomes, leurs programmes de recherche. Deux d’entre eux ont finalement choisi de quitter le laboratoire.

23Ensuite, dans les derniers mois de la phase de concept, une tension s’est exprimée au niveau de l’évaluation du travail accompli. Dans le cadre du partenariat avec l’AFM, les résultats qui devaient lui être « montrés » concernaient les capacités de mise en œuvre du travail collectif de recherche et, surtout, la pertinence des orientations de recherche au regard des objectifs attendus :

La présence des malades à Généthon, c’est une façon pour nous de dire aux chercheurs : votre recherche, il faut vraiment vous l’approprier parce qu’il faut vous approprier aussi les objectifs. Les objectifs, ce n’est pas que des publications, ce n’est pas que des brevets, c’est aussi les malades. C’est-à-dire, passer de la recherche fondamentale au dépôt de brevets et à l’application. (Entretien, responsable, AFM)

24Or, dans le cadre de la logique intrinsèque à la recherche scientifique, où prédominent l’autonomie et la production cognitive, seuls les résultats sous forme de publications sont passibles d’évaluation. Même à ISTEM où les recherches sont orientées, cette norme est très fortement partagée par les membres du laboratoire, sans aucune ambiguïté :

On a besoin d’avoir une évaluation régulière, comparative, de ce que nous sommes et que chacun des membres du laboratoire ait une évaluation propre de ce qu’il fait. […] Avec quand même cette idée que nous ne sommes pas une boîte de biotech dans laquelle l’évaluation ne se fait qu’au travers du rendement financier ou social. On est des scientifiques, on réalise un travail scientifique. (Entretien, directeur, ISTEM)

Mon problème c’est d’avancer et d’avoir de bons résultats. […] Parce qu’on n’est pas reconnu comme chercheur si on n’a pas de publications. C’est la récompense de la sueur que l’on a passée sur la paillasse. Bien sûr, on ne pense qu’en termes de publication. La publication, c’est notre salaire. (Entretien, post-doc, ISTEM)

25Pourtant, elle rencontre des obstacles quant à son application au cours de la phase initiale, compte tenu des contraintes des différentes temporalités, qui génèrent des tensions :

Dès le départ il a été dit : on va tester des concepts. Testons des concepts, ne vous embêtez pas la vie avec les publications, on teste juste les concepts. Maintenant on dit : il va falloir à partir des résultats, faire des publications. Or, ce qui se passe c’est que les gens réalisent : « Ah, je n’ai pas fait ce contrôle. Il faudrait que je fasse ça ! » Comme ce sont des manip’ qui durent très longtemps on va reprendre du retard. Dès le départ, il aurait fallu dire : on teste un concept mais attention, il faut quand même tout faire pour que ce soit publiable à la fin. (Entretien, chercheur, ISTEM)

26Si l’on examine maintenant les effets de la temporalité sociétale dans son versant réglementaire en tant qu’application de la loi de bioéthique sur la temporalité professionnelle, des tensions sont également perceptibles. On en précise quelques traits.

27D’abord, les premières demandes d’importation de lignées de CSEh en France, dès le vote de la loi, ont lieu à l’automne 2004. Elles sont le fait d’ISTEM, qui n’a pas de « temps » à perdre, alors même que le laboratoire et l’ABM, chacun pour ce qui les concerne, ne sont pas encore en ordre de marche. Dès lors, les premières lignées n’arrivent qu’en février 2005, retardant par là même la mise en œuvre de la temporalité professionnelle. Si l’on ajoute à ces délais normatifs, les contraintes propres à la temporalité professionnelle, qui tiennent à la nature même des CSEh – comme leur décongélation et leur préparation – leur mise à disposition pour le travail expérimental (premières amplifications et différenciations) n’a lieu qu’à la fin du printemps 2005.

28Ensuite, il est évident que l’obligation de contrôle de l’ABM, telle que décrite dans la section précédente et à laquelle sont soumis les chercheurs, génère de leur part des réticences plus ou moins fortes. Elles sont fonction de leur capacité de réponse bureaucratique et de l’interprétation qu’ils font de cette obligation, eu égard au maintien de leur autonomie scientifique. C’est le cas pour l’établissement du rapport d’activité :

Il y en a qui vont s’y soumettre de bonne grâce et puis il y en a d’autres qui ne voient pas l’utilité de ce rapport d’activité. Et qui mettent un peu plus de temps à répondre. Je pense qu’il y en a qui apprécient assez mal cet espèce de message qui vient du gouvernement et via l’Agence de dire : voilà, on contrôle ce que tu fais. Ça, ça ne leur plaît pas forcément. (Entretien, responsable ABM)

  • 25 L’ABM est l’héritière de l’Établissement français du sang. Ses médecins inspecteurs ont pour seul p (...)

29Pour autant, c’est dans l’articulation nécessaire des procès de travail de l’ABM et du laboratoire que se décline, par ajustements et apprentissages successifs, le rythme concret de cette forme de temporalité sociétale. C’est le cas lorsque l’unique fenêtre calendaire annuelle de dépôt des demandes d’autorisation, qui s’avère trop contraignante pour la continuité du flux du travail scientifique, s’assouplit, sur demande des scientifiques, en trois moments plus espacés dans l’année. De même, c’est en découvrant ce que sont les caractéristiques du travail scientifique que celui de son contrôle éthique s’adapte. Deux exemples peuvent le montrer. D’abord, un des premiers problèmes posés au contrôle de l’ABM venait de sa référence obligée au contrôle exercé sur le monde de la santé25. Or, les critères utilisés ne pouvaient correspondre à un contrôle sur le procès de travail scientifique, relativement au poids exercé par sa temporalité intrinsèque et autonome :

Il y a une distance considérable entre un laboratoire, un projet de recherche sur les cellules souches embryonnaires qui est une recherche très en amont, incertaine, et un laboratoire de production de produits de santé qui comportent des risques de santé publique. (Entretien, responsable Agence de biomédecine)

30Enfin, on sait que le contrôle de l’ABM s’exerce sur les conditions de respect d’un « sujet », les CSEh, elles-mêmes transformées par la science en « objet », c’est-à-dire en matériau de travail de laboratoire. Or, l’une des conditions imposées par l’autorisation de telles recherches est que ce « sujet » ne peut en aucun cas être déplacé de son lieu d’expérimentation, si ce n’est en formulant une nouvelle demande d’autorisation. Pourtant, à partir de ce matériau initial, le procès de travail crée de nouveaux matériaux dérivés (cellules différenciées), que les scientifiques souhaitent faire circuler et échanger d’un lieu d’expérimentation à un autre, pour participer au procès de production généralisé au sein de réseaux et ne pas l’interrompre. La question de leur statut est posée par ISTEM. L’ABM, par une décision de son Conseil d’Orientation, apporte une réponse qui vise à relâcher le contrôle à leur égard. La demande, assortie des garanties de traçabilité, qui peut alors être déposée à tout moment, est désormais instruite uniquement par l’administration de l’ABM. Cette procédure a pour effet d’accélérer le processus d’autorisation. De fait, en assouplissant la contrainte normative, l’ABM limite le ralentissement des échanges entre laboratoires et contribue, en ce cas aussi, à fluidifier le rythme de leurs procès de travail. Plus généralement, il apparaît que l’opérationnalisation du contrôle éthico-normatif par l’ABM, qui oblige à standardiser les procédures du procès de travail scientifique, crée, potentiellement, des inégalités d’accès aux recherches sur les CSEh entre les laboratoires candidats. En un certain sens, elle exclut les toutes petites équipes de ce nouveau domaine de recherche. Dans le cas d’ISTEM, bien au contraire, cette contrainte se transforme en opportunité. En effet, elle est conforme au souci managérial de la direction du laboratoire de généraliser les procédures qualité de son procès de travail en vue de futurs partenariats industriels. Dans cette perspective, il reste maintenant à examiner les éventuelles tensions entre la temporalité gestionnaire et la temporalité professionnelle.

La temporalité gestionnaire : tensions ou temporalité protectrice ?

31On a défini dans la section précédente la temporalité gestionnaire comme une temporalité hybride. Par là, il s’agissait d’indiquer que la construction temporelle du devenir du laboratoire ISTEM sous la forme d’un « projet stratégique » résultait d’un partenariat de longue durée entre les scientifiques et l’AFM. En balisant ainsi un futur devenu prévisible, c’est un échange qui se formalise. Mais il faut aller un peu plus loin dans l’analyse de cette temporalité gestionnaire. En effet, compte tenu de ses caractéristiques, quel rapport entretient-elle avec la temporalité professionnelle ? Génère-t-elle ou non des tensions avec elle ? Autrement dit, la temporalité gestionnaire est-elle une contrainte ou non pour la temporalité professionnelle ? C’est certainement dans la genèse même du projet scientifique qu’il faut chercher en partie la réponse à ces questions.

  • 26 Les financements de l’AFM en matière de recherches prennent deux formes. Une part est consacrée aux (...)

32M. Peschanski connaît bien l’AFM pour en avoir déjà reçu des financements26. Compte tenu de son projet scientifique, il sait que c’est la seule institution pouvant l’accompagner politiquement et financièrement sur le long terme. Sans marché, les recherches sur les maladies rares génétiques sont en effet au centre de ses politiques de la science et du savoir (Stehr, 2003). Soumis dès 2002 à l’association, le projet n’est en fait négocié qu’au cours de l’automne 2003, avec l’incertitude quant à la date du vote de la loi de bioéthique et à la forme que prendra, à ce niveau, son cadre opérationnel. C’est l’une des raisons de l’extension du périmètre du futur espace de production : au projet initial qui ne concernait que le criblage à haut débit de modèles cellulaires à base de CSEh, s’ajoutent les thérapies cellulaires et l’exploration de toutes les maladies monogéniques à partir de tous les types de cellules souches, limitant ainsi les risques juridiques. Mais la négociation avec l’AFM, on l’a vu, inclut son droit de regard sur l’avancée du projet. Dès lors, la temporalité gestionnaire séquentielle tente de concilier les différentes temporalités. L’analyse de la phase de « preuve de concept » le montre. Ainsi, l’accélération voulue du rythme de cette temporalité, rendue nécessaire pour apporter des preuves de faisabilité du procès de travail aux partenaires, singulièrement à l’AFM, a eu pour effet de limiter les preuves de validité d’expériences. En même temps, la référence majeure à la temporalité professionnelle et à ses cadres normatifs en a limité les effets. Dès lors, dans le cas d’ISTEM, cette temporalité gestionnaire apparaît plus justement comme une réponse active de la part des scientifiques à l’égard des pressions et contraintes multiples provoquées par le phénomène de contextualisation. En ce sens, il est possible de la considérer comme une temporalité protectrice. En s’appuyant sur les ressources des autres sphères, et en empruntant certains de leurs outils gestionnaires afin de parler la même langue, on pourrait admettre, de premier abord, que les scientifiques font signe de soumission. Mais il apparaît plus juste d’admettre que, devant nécessairement donner des gages, ils essayent ainsi de préserver leur autonomie professionnelle. C’est pourquoi, on peut affirmer que ce temps, même calculé et rationnalisé, demeure un temps de la science.

Conclusion

33La catégorie opératoire du temps est bien active dans la science. L’affirmer n’aurait rien d’une découverte s’il s’agissait de le référer uniquement à un temps intrinsèque, lié au développement d’un domaine scientifique : ce qui a été nommé la temporalité professionnelle. La prise en compte du phénomène de contextualisation de la science conduit à un nouveau regard sur le temps dans la science. Dans le cas d’ISTEM, cette temporalité professionnelle compose nécessairement avec d’autres temporalités émergentes : les temporalités gestionnaire et sociétale. C’est de cette articulation que le temps de la science est constitué. Catégorie opératoire de son procès de travail, il prend des dimensions qualitative et quantitative. Ainsi, le phénomène de contextualisation contribue à son objectivation. L’importance prise par sa dimension quantitative, c’est-à-dire par sa mesure, révèle la nécessité de réguler des échanges entre sphères productives ou reproductives plus ou moins indépendantes. Il n’est dès lors guère surprenant que les normes temporelles dominantes des échanges sous le régime de production capitaliste, sous la forme de dispositifs et outils de gestion standardisés, tendent à s’imposer dans les procès de travail qui s’en trouvaient protégés. Ce processus n’est cependant pas linéaire et rencontre ses propres contradictions. L’une d’entre elles, majeure, trouve ses limites dans la contrainte imposée à la temporalité professionnelle par des formes d’organisation du procès de travail très encadrées. Le fait même qu’après la période de démonstration de faisabilité de ce procès de travail, le mode de management centralisé se relâche à ISTEM, les équipes reprenant une part de leur autonomie sans pour autant faire disparaître leur intégration dans le système directionnel du laboratoire, est significatif de la manière dont le temps est utilisé. Il est devenu un composant objectivant de l’unité qu’est le procès de travail dans sa tension interne entre autonomie relative et hétéronomie. Les ajustements qui ne cessent de se produire le confirment amplement.

Haut de page

Bibliographie

Amiot Michel (1996), « Le laboratoire entre équipes et réseaux. Poids des techniques et conflits de légitimités », Archives européennes de sociologie, vol. 37, n° 2, 271-319.

Aubry Létitia, Marc Pechanski et Anselme Perrier (2009), « Des cellules souches embryonnaires humaines pour la thérapie cellulaire de la maladie de Huntington », Médecine sciences, n° 4, vol. 25, 333-335.

Barrier Julien (2011), « La science en projets : financements sur projet, autonomie professionnelle et transformations du travail des chercheurs académiques », Sociologie du travail, 53, 515-536.

Bensaude-Vincent Bernadette (2009), Les Vertiges de la technoscience. Façonner le monde atome par atome, Paris, La Découverte.

Blume Stuart S. (1975), « D’une perspective extrinsèque de la science », Sociologie et sociétés, n° 7/1, 9-28.

Bourdieu Pierre (2001), Science de la science et réflexivité, Paris, Raisons d’agir.

Branciard Anne (2002), « Politiques publiques et espace d’innovation dans la biologie : étude de dispositifs d’intégration science-industrie et de création d’entreprises : le cas de la Génopole d’Évry », Rapport réalisé dans le cadre du Programme du CNRS « Enjeux économiques de l’innovation » 1997-2000.

Brunet Philippe (2007), « Mise en place d’une organisation du travail technoscientifique autour du potentiel des cellules souches embryonnaires humaines », Revue d’économie industrielle, n° 120, 61-78.

Brunet Philippe (2008), « Le procès de travail technoscientifique dans les biotechnologies : le cas de l’Institut des cellules souches », Rapport à la DREES-MiRe.

Brunet Philippe (2011), « Procès de production d’une recherche orientée entre chercheurs, malades et entrepreneurs : Le cas d’une “biotech à but non lucratif” », Revue Interventions économiques [En ligne], 43, mis en ligne le 01 mai 2011, consulté le 15 décembre 2011. URL : http://interventionseconomiques.revues.org/1441

Brunet Philippe & Michel Dubois (2012), « Cellules souches et technoscience : sociologie de l'émergence et de la régulation d'un domaine de recherche biomédicale en France », Revue française de sociologie, n° 533, p. 391-428.

Callon Michel & Vololona Rabeharisoa (1999), Le Pouvoir des malades. L’Association française contre les myopathies et la Recherche, Paris, Presses de l’École des Mines.

Cassier Maurice (2002), « Bien privé, bien collectif et bien public à l’âge de la génomique », Revue internationale de sciences sociales, n° 171, 95-110.

Coriat Benjamin (1976), Science, technique et capital, Paris, Le Seuil, 1976.

Coriat Benjamin (2002), « Du Super 301 aux TRIPS : la vocation impériale du nouveau droit américain de la propriété intellectuelle », Revue d’économie industrielle, n° 99, 179-190.

Duranton Gilles, Philippe Martin, Thierry Mayer & Florian Mayneris (2008), Les Pôles de compétitivité. Que peut-on en attendre ?, coll. du CEPREMAP, Paris, Presses de l’École Normale Supérieure.

Etzkowitz Henry & Loet Leydesdorff (2000), « The dynamics of innovation : from national systems and “Mode 2” to a Triple Helix of university-industry-government relations », Research policy, n° 29(2), 109-123.

Friedson Eliot (2001), Professionnalism, the Third Logic, Chicago &London, The University of Chicago Press.

Gaudillière Jean-Paul (2002), Inventer la biomédecine, Paris, La Découverte, 2002.

Gaudilliere Jean-Paul & Pierre-Benoît Joly (2006), « Appropriation et régulation des innovations biotechnologiques : pour une comparaison transatlantique », Sociologie du travail, n° 48, 330-349

Gibbons Michael, Camille Limoges, Helga Nowotny, Simon Schwartzman, Peter Scott & Martin Trow (1994), The New Production of Knowledge, London, Sage Publications.

Grossin William (1969), Le Travail et le temps. Horaires, durées, rythmes, Paris, Anthropos.

Habermas Jürgen (1973), La Technique et la science comme « idéologie », Paris, Gallimard.

Isambert François-André (1986), « Révolution biologique ou réveil éthique ? », in Ethique et biologie, Cahiers STS, Paris, Éditions du CNRS, 9-41.

Joly Pierre-Benoît & Claire Marris (2003), « La participation contre la mobilisation ? Une analyse comparée du débat sur les OGM en France et au Royaume-Uni », Revue internationale de politique comparée - vol. 10/2, 195-206

Jouvenet Morgan (2011), « Profession scientifique et instruments politiques : l’impact du financement “sur projet” dans des laboratoires de nanosciences », Sociologie du travail, 53, 234-252.

Knorr Cetina Karine (1999), Epistemic Cultures : How the Sciences Make Knowledge, Harvard, Harvard University Press.

Lamy Erwan (2005), La fragmentation de la science à l’épreuve des start-ups. Retour critique sur un constructivisme social au travers de l’étude des modes de coordination des pratiques scientifiques et marchandes lors des projets de création d’entreprise par des chercheurs du secteur public, thèse de doctorat d’épistémologie, Université Paris VII-Denis Diderot, Paris.

Lamy Erwan & Terry Shinn (2006), « L’autonomie scientifique face à la mercantilisation », Actes de la recherche en sciences sociales, 164, 22-49.

Latour Bruno (1989), La Science en action, Paris, La découverte.

Linhart Danièle & Aimée Moutet (dir.) (2005), Le Travail nous est compté. La construction des normes temporelles au travail, Paris, La Découverte.

Merton Robert (1973), The Sociology of Science, Chicago & London, The University of Chicago Press.

Milot Pierre (2003), « La reconfiguration des universités selon l’OCDE. Économie du savoir et politique de l’innovation », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 148, 68-73.

Mustar Philippe & Philippe Laredo (2003), « Politiques publiques de recherche et d’innovation » dans Mustar Philippe & Henri Penan (dir.), Encyclopédie de l’innovation, Paris, Économica, 614-626.

Naville Pierre (1954), La Vie de travail et ses problèmes, Cahiers de la Fondation Nationale des Sciences Politiques, n° 56, Paris, A. Colin.

Naville Pierre (1963), Vers l’Automatisme social ? Problèmes du travail et de l’automation, Paris, Gallimard.

Naville Pierre (1972), Temps et techniques. Les structures de la vie de travail, Genève, Librairie Droz.

Nowotny Helga, Peter Scott & Michael Gibbons (2003), Repenser la science, Paris, Belin.

OCDE (1996). « L’économie fondée sur le savoir », Rapport de l’OCDE, 47 pages.

OPECST (2005). « La place des biotechnologies en France et en Europe », Rapport Jean-Yves Le Déaut n° 2046 AN, n° 158 Sénat, janvier.

Orsi Fabienne (2002), « La constitution d’un nouveau droit de propriété intellectuelle aux États-Unis : origine et signification économique d’un dépassement de frontière », Revue d’économie industrielle, n° 99, 65-86.

Owen-Smith Jason & Walter W. Powel (2004), « Carrières et contradictions en sciences de la vie : réponses du corps académique aux transformations de la connaissance et de ses utilisations », Sociologie du travail, n° 46, 347-377

Pestre Dominique (1997), « La production des savoirs entre académies et marché. Une relecture historique du livre The New Production of Knowledge, édité par M. Gibbons », Revue d’économie industrielle, Volume 79, Numéro 1, 163-174.

Pestre Dominique (2003), Science, argent et politique : un essai d’interprétation, Paris, Inra Éditions.

Shinn Terry (1980), « Division du savoir et spécificité organisationnelle. Les laboratoires de recherche industrielle en France », Revue française de sociologie, XXI, 3-35.

Shinn Terry (2002), « Nouvelle production du savoir et triple hélice. Tendances du prêt-à-penser les sciences », Actes de la recherche en sciences sociales, 141-142, 21-30.

Shiva Vandana (2002), La biopiraterie, ou le pillage de la nature et de la connaissance, Paris, Alias.

Stehr Nico (2000) « Le savoir en tant que pouvoir d’action », Sociologie et sociétés, vol. 32-1, 157-170.

Stehr Nico (2003) « Le contrôle social et politique du savoir dans les sociétés modernes », Revue internationale des sciences sociales, n° 178, 703-716.

Thompson Edward P. (2004), Temps, discipline du travail et capitalisme industriel, Paris, La Fabrique.

Trépanier Michel & Marie-Pierre Ippersiel (2003), « Hiérarchie de la crédibilité et autonomie de la recherche. L’impensé des analyses des relations universités-entreprises », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 148, 74-82.

Uzunidis Dimitri (2003), « Les facteurs actuels qui font de la science une force productive au service du capital. Le quatrième moment de l’organisation de la production », Innovations, n° 17, 51-78.

Viginier Pascal (2002) (dir.), La France dans l’économie du savoir : pour une dynamique collective, Commissariat Général du Plan, Paris, La Documentation française.

Vilkas Catherine (2009), « Des pairs aux experts : l’émergence d’un “nouveau management” de la recherche scientifique », Cahiers internationaux de sociologie, 126-1, 61-79.

Waysand Georges (1974), La Contre-révolution scientifique ou le crépuscule des chercheurs, Paris, Anthropos.

Haut de page

Notes

1 Deux études très récentes nuancent, il est vrai, cette affirmation (Barrier, 2011 ; Jouvenet, 2011). Néanmoins, leur analyse se focalise sur l’impact de la généralisation du mode de financement par projet sur l’organisation du travail et l’autonomie professionnelle dans la recherche académique. La question du temps y est incidente.

2 ISTEM : Institut des cellules Souches pour le Traitement et l’Étude des maladies Monogéniques.

3 Ce constat n’enlève rien au fait que de nombreux travaux se soient focalisés sur la R&D, notamment dans les années 70, s’agissant en particulier des problèmes posés par les liens entre recherche académique et industrie lorsque les questions liées à l’autonomie de la recherche ont rejoint les critiques du mode de production capitaliste sous différents angles de vue (Habermas, 1973 ; Coriat, 1976, Waysand, 1977)

4 Par exemple, le financement des recherches par l’Agence Nationale de la Recherche (ANR) à l’intérieur des pôles de compétitivité implique deux types d’obligation complémentaires : celui d’une collaboration entre les chercheurs académiques et les industriels et celui d’un temps contraint pour leur réalisation, de l’ordre de trois ans.

5 Les données utilisées dans cet article sont issues d’une recherche portant sur le laboratoire ISTEM qui s’est déroulée de juin 2005 à novembre 2007 dans le cadre du programme de la MiRe-DREES Recherche et innovation dans le domaine des biotechnologies : spécificités et enjeux économiques. L’enquête s’est ensuite poursuivie avec une intensité plus faible. Ces données résultent d’entretiens (115) dont la plupart ont été conduits avec les membres d’ISTEM, parfois à plusieurs reprises, d’observations et de traces documentaires.

6 Il est directeur de recherche à l’INSERM, neurobiologiste et médecin. En 2000, suite à des travaux qu’il publie dans la revue The Lancet relatifs à des thérapies réalisées par greffe de cellules fœtales chez des patients atteints de la Chorée de Hungtinton, M. Peschanski se doit de rebondir après ce succès mondial qui le place dans l’élite du complexe biomédical français (Gaudillière, 2002).

7 Une lignée était une colonie cellulaire obtenue à partir de cellules d’embryons surnuméaires sains ou porteurs d’une mutation pathologique qui ne font plus l’objet de projet parental.

8 L’équipe, en 2005, est composée de dix-huit chercheurs, ingénieurs et techniciens dont un groupe modal de dix post-docs, la plupart ayant circulé de contrats en contrats dans les laboratoires parisiens et ayant accumulé des compétences, sans espoir de devenir chercheurs pérennes. À la fin de la première phase, en décembre 2006, les effectifs ont doublé. Aujourd’hui, près de sept ans après, ISTEM est un laboratoire de 90 membres environ.

9 L’AFM est une association de familles de malades atteints par des maladies rares neuromusculaire. Son siège est situé à Évry et abrite déjà le Généthon, son laboratoire historique.

10 Actuellement, le budget annuel d’ISTEM est d’environ 8 millions d’euros. La part de l’AFM provient des dons reçus lors du Téléthon. Plus généralement, l’AFM mobilise de l’ordre de 65% de cette collecte pour la recherche.

11 Par exemple, l’une des conditions de réalisation du projet était l’installation du laboratoire sur le site d’Évry .

12 Dans le cadre de ce partenariat pérenne, l’AFM a créé une association spécifique, le CECS qui administre ISTEM, gère son budget et le pourvoit largement en emplois scientifiques sous contrat de droit privé.

13 Selon le mot d’ordre de l’AFM depuis 50 ans.

14 Voir à ce propos le site web du laboratoire : http://www.istem.eu/ewb_pages/n/notre-organisation.php.

15 Entre autres : « Rapport sur l’application de la loi n° 94-654 du 29 juillet 1994 relative au don et à l’utilisation des éléments et produits du corps humain, à l’assistance médicale, à la procréation et au diagnostic prénatal », OPECST, Rapport A. Clayes et C. Huriet, n°1407 AN, n°232 Sénat, février 1999 ; « Le clonage, la thérapie cellulaire et l’utilisation thérapeutique des cellules embryonnaires », OPECST, Rapport A. Clayes et C. Huriet n°2198 AN, n°238 Sénat, février 2000 ; « Les cellules souches adultes et leurs potentiels d’utilisation en recherche et en thérapeutique – Comparaison avec les cellules souches embryonnaires », Rapport au ministre de la Recherche, sous la direction de François Gros, novembre 2000.

16 Cette mesure législative, qui s’inscrit dans une temporalité donnée, implique nécessairement sa révision.

17 Le Parlement français a voté une nouvelle loi de bioéthique en juillet 2011. Elle maintient ces principes d’interdiction et de dérogation de manière temporaire. Avant sept ans (2018) la loi doit être à nouveau réexaminée.

18 Par exemple, le temps expérimental en biologie moléculaire diminue tendanciellement au fur et à mesure de l’introduction d’une instrumentation sophistiquée dans les laboratoires. Ainsi, les temps de séquençage de l’ADN sont-ils fortement réduits par la robotisation et l’augmentation des puissances de calcul des machines.

19 Le processus qui conduit à la création d’ISTEM illustre pleinement une part de cette réalité diversifiée.

20 Dans le monde de la recherche et du développement, la preuve de concept désigne l’étape qui vise à tester la capacité d’industrialisation d’un nouveau produit ou procédé. Utilisée d’abord en informatique, elle a largement diffusé. Les gestionnaires de la recherche biomédicale s’en sont emparées pour désigner une première phase de validation d’une thérapeutique. Ici, le terme s’applique au projet ISTEM en tant que forme organisationnelle et productive du travail scientifique qui doit faire ses preuves auprès de ses « commanditaires ».

21 Pour illustrer ce phénomène d’hybridation au cœur de cette temporalité gestionnaire, ajoutons que cette phase a été élaborée de telle sorte qu’elle corresponde « à la seconde période de financement quadriennal de l’Unité INSERM/UEVE 861 » dont le renouvellement était prévu le 1er janvier 2010 [rythme intrinsèque].

22 La temporalité professionnelle, la temporalité sociétale et la temporalité gestionnaire.

23 En janvier 2005, sur les dix-huit membres, cinq sont titulaires de l’INSERM et deux de l’Université d’Évry .

24 Cette réussite est passée par l’évaluation formelle de l’AFM à l’automne 2006, préparée quelques mois avant. Dans l’échange, l’une des conséquences a été qu’à partir de 2007 les contrats en CDD ont été requalifiés en CDI.

25 L’ABM est l’héritière de l’Établissement français du sang. Ses médecins inspecteurs ont pour seul point de référence de leurs activités de contrôle les modalités ad hoc utilisées à ce titre. Une solution a été alors d’associer au contrôle du médecin-inspecteur un scientifique ayant une expérience reconnue du domaine des CSEh.

26 Les financements de l’AFM en matière de recherches prennent deux formes. Une part est consacrée aux laboratoires dans lesquels l’association est directement partie prenante (Généthon, l’Institut de Myologie et ISTEM) ; une autre part est ventilée sous la forme classique des appels d’offre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Brunet, « Temporalités dans la recherche biomédicale : la science au travail saisie par le temps », La nouvelle revue du travail [En ligne], 1 | 2012, mis en ligne le 10 décembre 2012, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/nrt/187 ; DOI : 10.4000/nrt.187

Haut de page

Auteur

Philippe Brunet

Université d’Évry Val d’Essonne, Centre Pierre Naville

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals