Navigation – Plan du site
Recensions et notes de lecture

Damien Cru, Le Risque et la règle. Le cas du bâtiment et des travaux publics, Toulouse, Éditions Érès, 2014, 224 p.

Jean-Pierre Durand
Référence(s) :

Damien Cru, Le Risque et la règle. Le cas du bâtiment et des travaux publics, Toulouse, Éditions Érès, 2014, 224 p.

Texte intégral

  • 1 Voir en particulier Damien Cru, « Un brulot dangereux » (note de lecture sur C. Dejours, Souffrance (...)

1Cet ouvrage a été publié à la suite d’une conférence de Damien Cru, ancien intervenant de l’ARACT Île-de-France, lors d’une journée organisée par la chaire de Psychologie du CNAM sur « Le travail refoulé ». En y analysant le jeu comme refoulé du travail, l’auteur est revenu à un mémoire qu’il avait rédigé en 1995 pour l’obtention du diplôme de l’EPHE dans le laboratoire d’ergonomie physiologique et cognitive. L’essentiel de l’ouvrage (190 pages) reprend donc ce texte antérieur sans aucun changement : au-delà du contenu lui-même sur lequel nous allons revenir, cet ouvrage est un élément important de l’histoire de la psychopathologie devenue « psychodynamique du travail » (Christophe Dejours) – même si Damien Cru s’en est éloigné par la suite 1– et de la « clinique de l’activité » (Clot, 2010).

2La présentation du texte dans l’avant-propos a attiré notre attention, car il est un des rares textes à prendre au sérieux le jeu dans le travail et à en analyser les fonctions : « le jeu du travail, comme mode de présence au travail, jeu individuel ou jeu collectif, le jeu comme modalité d’apprentissage ; le jeu comme fédérateur d’un groupe, le jeu dangereux comme conjuration de la peur ; le jeu comme moyen de tenir, avec les autres contre l’adversité ; le jeu créatif, inventif, productif, le jeu symbolique, le jeu sous toutes ses formes, jeu d’adresse, jeu de mots, imitation, parodient, et les chants et les blagues et les cris... » (p. 8) La polysémie du concept de jeu permet ainsi de passer du jeu d’adresse ou de plaisanteries entre tailleurs de pierre au jeu en mécanique qu’utilisent les mêmes travailleurs afin que chaque pierre puisse jouer dans l’édifice sans compromettre sa solidité. Au-delà, il s’agit d’interroger « la marge de manœuvre, le jeu [dont] disposent pour travailler correctement les techniciens et ingénieurs de prévention, les ergonomes, les psychologues du travail dans les institutions de prévention et dans les services de santé » (p. 11). N’en déplaise aux détracteurs des réflexions sur la place du jeu dans le travail, celui perdure, même quand croissent les pressions par le temps : lorsqu’il n’y a plus de place pour le jeu social (dans tous les sens du terme : de l’ajustement à l’invention des règles et au plaisir) dans une institution, elle est devenue totalitaire et synonyme de mort.

3Cet ouvrage contient une très belle définition du travail de l’intervenant qui, « dans l’intervention, concentre son effort non sur les connaissances, mais sur les conditions de la subjectivation de chacun. Comment chacun des interlocuteurs, dans sa singularité, devient avec les autres, dans un groupe dégroupé par le dispositif, un peu plus sujet à l’énonciation, un peu plus sujet à son histoire, un peu plus responsable dans sa fonction ? » (p. 15) Pourtant, il ne faudrait pas se méprendre sur la « valeur » ou le sens de l’intervention pour prévenir l’accident, car les risques ne sont pas uniformément partagés : le salarié risque beaucoup plus (santé, rater sa tâche, perdre son emploi, etc.) que l’assureur, que l’employeur ou que le préventeur (l’intervenant). Or, « toute la conception usuelle de la prévention vise à instaurer l’illusion d’un consensus fondamental sur la prévention. Elle postule l’existence d’un point de vue unique d’où tout un chacun pourrait voir le même monde ; elle instaure un langage commun, à grand coup de campagne, de publication, de formation. » (p. 18)

4Comment faire face à cet unanimisme ? L’intervention, selon Damien Cru, doit redonner à chacun la possibilité de l’analyse à partir de son point de vue, « en remettant du jeu dans les rouages. En autorisant l’errance de la parole, la création singulière, la poïesis par l’institution d’un espace singulier, un espace transitionnel d’espaces potentiels. » (p. 20) L’intervention « est alors productrice de vérité. Non pas que les intervenants soient porteurs de vérité ! C’en serait fini ! Mais l’intervention est productrice de vérité au sens factif, comme disent les grammairiens, c’est-à-dire que l’intervention est cause de la production de vérité sans agir elle-même » (p. 21).

5L’ouvrage proprement dit – le mémoire de 1995 – repose sur une expérience de l’auteur durant 15 années comme préventeur à l’OPPBTP (Organisme professionnel de prévention du bâtiment et des travaux publics). Lui-même ancien tailleur de pierre, donc bon connaisseur de la culture de la branche, Damien Cru peut se situer « à l’intérieur » du métier et s’en distancier à travers sa nouvelle position d’intervenant. Il a bénéficié aussi d’un détachement au plan Construction et habitat, d’une coopération étroite avec les médecins du BTP, sans oublier, comme il le rappelle, d’une activité soutenue dans la CGT construction. Ce va-et-vient entre le dedans et le dehors permet incontestablement à l’auteur d’adopter une posture originale, innovante quant à l’intervention de préventeur.

6Le chapitre premier expose la découverte (abrupte) de l’intervention par l’auteur. Le second montre les apports de la psychopathologie du travail et de la psychothérapie institutionnelle (Jean Oury) pour traiter de la prévention des accidents du travail. Les chapitres 3 et 4 établissent la fécondité du concept d’idéologie défensive de métier. Le chapitre 5 traite de la question du sujet dans l’intervention et le rôle du jeu. Le dernier chapitre revient sur l’outil de la démarche participative pour le placer dans une perspective de prévention participative intégrale.

7Dans le chapitre 3, Damien Cru montre tout son talent d’ethnographe du travail des tailleurs de pierre en mettant en exergue la puissance des savoirs implicites face à la prudence, par exemple avec la manière de caler une pierre afin de la déplacer quand besoin est tout en en conservant une fixité pour la travailler, puis le choix de l’angle de sa position pour empêcher les éclats de blesser les autres tailleurs, etc. L’auteur propose le concept de langue de métier, contre les linguistes et contre les psychologues au détriment du « parler » des tailleurs de pierre pour désigner toute la richesse du vocabulaire et des tournures qui expriment des connaissances spécifiques. On peut s’interroger : la valorisation de ce parler à travers le recours au concept de langue de métier ne tend-il pas d’abord à valoriser le métier lui-même de tailleur de pierre dans lequel Damien Cru s’est épanoui ? Cette valorisation bonifiant à son tour l’auteur qui s’intéresse à une « corporation » possédant une image positive.

  • 2 Ce questionnement converge avec les préoccupations du sociologue qui doit faire émerger la parole e (...)

8Le chapitre 4 donne lieu à une belle discussion sur les concepts de groupe de travail et de collectif de travail, pour montrer combien le premier aurait un caractère de juxtaposition alors que le second possède un ciment intrinsèque qui en fait une force dépassant la somme de ses composantes. Selon Jean Oury, que l’auteur reprend à son compte, « un Collectif [la majuscule est de Jean Oury], ce n’est pas quelque chose qui se matérialise dans un groupe. Ce n’est pas un certain nombre de personnes. Un Collectif, c’est un système abstrait, qui est dans ce registre transcendantal qui organise des signifiants. » (p. 131) Le chapitre 6 expose clairement la méthode d’intervention préconisée par Damien Cru (méthode issue de la psychopathologie du travail) à partir de la constitution du groupe de travail qui fonctionne avec certaines règles strictes : la forme d’expression privilégiée est la parole directe, le volontariat des participants, la confidentialité de ce qui est dit dans le groupe, etc. L’avènement du sujet donne lieu à un débat avec Christophe Dejours pour qui le sujet a été construit lors de sa petite enfance, alors que pour Damien Cru, il peut toujours advenir au cours de l’enquête à partir du langage (le sujet parlant, le parlêtre de Lacan). Le préventeur apparaît alors comme un chercheur qui doit faire surgir la parole (différente du discours) pour qu’advienne le sujet2 : « Le chercheur invite chacun à parler dans sa singularité, c’est-à-dire à avancer des choses qui lui sont propres. Certains participants réagissent en disant que c’est personnel. Le chercheur dit alors en quoi cette part considérée comme personnelle, et toujours tue à ce titre, importe dans la construction de l’objet de recherche. (... Une [...] action de prévention ne sera construction durable qu’à permettre aux opérateurs un tel mouvement subjectif d’une dé-prise du lien imaginaire au profit d’une prise dans leur histoire, leur vécu, leur parole). » (p. 174-176)

9Le chapitre conclusif considère que « le problème pour le préventeur n’est pas de faire la sécurité (mettre ne place ou concevoir les protections), ni même de faire-faire (par injonction ou par prescription), mais de travailler, avec les opérateurs et les services concernés, la question : qu’est-ce qui vous empêche d’agir ? » (p. 179) Le lecteur l’aura compris, cet ouvrage ne s’adresse pas seulement aux préventeurs, mais à l’ensemble des intervenants en entreprise dont l’objectif est de transformer le travail. Damien Cru propose alors une démarche participative au sens étymologique et profond du terme. Laquelle ne peut être résumée dans le cadre de cette recension qui invite le lecteur à s’y plonger. Il ne s’agit pas de s’en tenir aux dimensions techniques du problème, mais d’ouvrir le débat dans l’entreprise, de conduire les opérateurs à proposer des transformations des outils ou des méthodes de production, à suivre des formations, etc. Il s’agit de sortir des études centrées sur les accidents pour aller vers une approche plus globale incluant l’environnement du travail.

10En même temps, ce chapitre n’est pas sans conduire à certaines interrogations. Pour Damien Cru, « la situation de prise de risque en chantier n’est pas perçue comme appartenant au réel, mais comme un montage inconscient adressé au tiers, comme un jeu symbolique. Dans la condamnation de ces jeux et gestes par la prévention technique et réglementaire, au nom de la sécurité des personnes, c’est la dimension symbolique dans le travail qui est condamnée et avec elle, l’engagement subjectif des salariés. Mais c’est également la souffrance psychique des préventeurs qui est préservée en leur épargnant tout investissement subjectif. » (p. 197) Pour prévenir ces prises de risques affichées, Damien Cru propose un retournement de ces jeux symboliques, car ils portent en eux les conditions de la mobilisation des opérateurs. Ce retournement utilise tous les ressorts psychologiques du jeu périlleux et opère un déplacement dans le but du jeu lui-même : « Il ne s’agit plus de lancer un défi au risque d’accident, mais de relever un défi dans l’accomplissement du travail proprement dit : [par exemple] va-t-on trouver une solution acceptable pour ne plus avoir à monter sur les silos ? (Cet [...] enjeu opère un déplacement [par rapport au jeu périlleux] : le risque ne porte plus sur la sécurité de l’opérateur mais sur le projet en travail avec les risques d’erreur, de tâtonnement, de perte de temps – car il faut continuer à produire –, le risque de découragement, d’échec et de réussite. » (p. 197-198) Notre questionnement pourrait se résumer ainsi : les jeux symboliques périlleux à destination de tiers sont-ils de même nature que le travail symbolique convoqué pour inventer des situations de confort au travail ou de qualité du travail (Clot, 2010) susceptibles de couper court aux premiers ? Selon nous, la réponse est négative, car le nouveau jeu proposé s’inscrit dans un autre registre que le jeu positif de construction d’une alternative à la définition des conditions de travail optimales. En d’autres termes, le dévoiement, la récupération du jeu symbolique sont-ils possibles pour atteindre d’autres fins ? Ou bien encore, l’injonction au jeu a-t-elle un sens ?

11Ce petit livre d’un peu plus de deux cents pages part du risque au travail pour parler de l’intervention du préventeur et plus généralement de l’intervention en entreprise pour modifier l’activité de travail. L’originalité de l’ouvrage repose sur les développements relatifs aux jeux dans le travail : il n’y a pas assez d’analyses de cet objet qui dans bien des cas rend le travail acceptable (Burawoy, 1996 ; Durand, 2004) ou dans d’autres le rend périlleux, comme dans le bâtiment par exemple, pour le rendre acceptable, en fin de compte. L’intérêt d’analyser la fonction intégrative du jeu réside dans le fait qu’elle fait converger, dans le traitement de l’objet lui-même, les approches sociologiques et les approches psychologiques.

12Burawoy Michael (1979), Manufacturing Consent. Changes in the Labor Process under Monopoly Capitalism, Chicago and London, The University of Chicago Press.

13Clot Yves (2010), Le Travail à cœur. Pour en finir avec les risques psychosociaux, Paris, La Découverte.

Haut de page

Bibliographie

Durand Jean-Pierre (2012), La Chaîne invisible. Travailler aujourd’hui : du flux tendu à la servitude volontaire, Paris, Le Seuil.

Haut de page

Notes

1 Voir en particulier Damien Cru, « Un brulot dangereux » (note de lecture sur C. Dejours, Souffrance en France, Le Seuil, 1998) , Revue de médecine du travail, tome XXV, n° 5, 1998

2 Ce questionnement converge avec les préoccupations du sociologue qui doit faire émerger la parole et ne pas s’en tenir au « discours convenu ». C’est encore plus vrai dans l’entretien filmé, par exemple en sociologie filmique, qui rompt radicalement avec « l’interview ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Pierre Durand, « Damien Cru, Le Risque et la règle. Le cas du bâtiment et des travaux publics, Toulouse, Éditions Érès, 2014, 224 p. », La nouvelle revue du travail [En ligne], 6 | 2015, mis en ligne le 30 avril 2015, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/nrt/2272

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Durand

Centre Pierre Naville, Université d’Evry

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals