Navigation – Plan du site
Recensions et notes de lecture

Bouchard Jean-François, L’Empereur illicite de l’Europe. Au cœur de la Banque centrale européenne, Paris, Éditions Max Milo, 2014

Jean-Luc Metzger
Référence(s) :

Bouchard Jean-François, L’Empereur illicite de l’Europe. Au cœur de la Banque centrale européenne, Paris, Éditions Max Milo, 2014

Texte intégral

1De nombreux gouvernements de la zone euro ont engagé, depuis 2008, des politiques économiques privilégiant l’« attractivité » de leurs territoires : baisses additionnelles de la fiscalité pour les investisseurs, réductions accrues du « coût » du travail, allongement supplémentaire de la durée de cotisation, privations, « assouplissement » perpétuel du droit du travail, etc. Ces mesures, dont les effets cumulés se traduisent par un accroissement des inégalités (de revenu et de patrimoine), une dégradation des conditions d’emploi et de travail, ont été justifiées, d’abord pour subventionner le secteur bancaire, puis, à partir de 2010, pour réduire l’endettement public, tout en continuant, bien sûr, à respecter les critères de convergence de Maastricht, qui visent, en premier lieu, à contrôler l’inflation, et non à favoriser la croissance ou l’emploi.

2Chargée de veiller au respect de ces critères, la Banque centrale européenne a vu progressivement son rôle s’élargir du contrôle de la monnaie, à celui de la prévention des risques économiques et à la supervision du secteur financier. Comprendre les raisons de cette irrésistible extension, analyser son fonctionnement et ses relations avec les acteurs majeurs de la finance constituent des démarches d’autant plus nécessaires qu’elles permettent d’éclairer la manière dont les décisions de politique macro-économique (nationales et interétatiques) conditionnent les vies professionnelles et privées de millions d’Européens.

3C’est pourquoi le livre bien documenté de Jean-François Bouchard, cadre dirigeant de la Banque de France, présente un grand intérêt, d’autant qu’il emploie un ton caustique, émaille son propos de détails qui en disent long sur les pratiques du milieu, et nous introduit dans les cénacles où très peu de sociologues du travail pénètrent. Autre intérêt de cette « observation participante » : l’auteur y pratique une sociologie réflexive – même s’il n’emploie pas ce vocabulaire – et fournit un important corpus de données stratégiques, de big data en quelque sorte, sur une fraction de l’élite au pouvoir. Ce livre apporte ainsi sa pierre au débat sur les centres du pouvoir, répondant directement à tous ceux qui feignent d’ignorer qu’il y a bien des décideurs aux manettes de la mégamachine politico-financière, même s’il ne s’agit pas forcément de ceux que la sphère médiatique met en avant et même si, bien sûr, leurs volontés ne parviennent pas toujours ou pas tout de suite à leurs fins.

4Loin d’obéir aux canons d’une recherche méthodologiquement pure, ce livre manifeste la volonté de l’auteur de réveiller les consciences des millions de citoyens européens – et peut-être parmi eux les intellectuels du champ académique –, en leur apportant des connaissances de première main sur les responsabilités des dirigeants politiques actuels et de leurs prédécesseurs immédiats. Il nous invite ainsi à nous interroger sur l’institution de la BCE, dont les membres ne sont pas élus, n’ont pas de légitimité démocratique, dont les décisions ne sont pas contestables, alors que la mission qui leur est confiée revient à exercer un pouvoir que seuls les dirigeants de l’industrie financière semblent savoir limiter. « Peut-on, dès lors, lui confier notre avenir ? » Il s’agit également, dans cet ouvrage, de dénoncer l’attitude des chefs des gouvernements qui ont, peu à peu, renoncé à contrôler l’industrie financière, trahissant ainsi la confiance de leurs mandants.

5Cette impuissance publique volontaire provient, d’une part, du fait que les chefs de gouvernement se sont progressivement décrédibilisés, fermant les yeux sur des comportements individuels et collectifs de plus en plus irresponsables (des dépenses publiques financées à crédit, des nominations d’hommes controversés aux plus hautes positions de pouvoir des institutions européennes, etc.). D’autre part, si la BCE est devenue L’Empereur illicite de l’Europe, c’est aussi parce que la Commission européenne s’est définitivement coupée des citoyens, tentés par un euroscepticisme de plus en plus affirmé, du fait des entraves et régressions que beaucoup ressentent face à l’enchevêtrement de normes régissant leur vie professionnelle et privée.

6Ce serait donc pour pallier les déficiences des institutions politiques que l’organe technocratique qu’est la BCE s’est progressivement retrouvé en charge de missions pour lesquelles elle n’a pas été créée, comme si la prétendue neutralité des techniques économiques était supposée produire des décisions plus rigoureuses. Il semble dès lors que nous n’ayons pas d’autre choix que de faire confiance à la BCE, l’auteur éliminant la perspective de sortir de l’euro. Il devient alors urgent de doter cette institution communautaire, non seulement d’une légitimité populaire en réorientant son action dans un sens plus conforme à l’intérêt général (atteindre le plein emploi et abandonner l’inutile lutte contre l’inflation), mais également des moyens législatifs lui permettant de contrer les stratégies des multinationales de l’industrie financière.

7Cette dernière dispose en effet d’une puissance feu d’autant plus remarquable qu’elle est multidimensionnelle et se joue des faiblesses d’un acteur politique divisé. Elle procède, certes, par l’action discrète de lobbyistes, fins connaisseurs de l’âme des politiques, qui apprennent à « jouer sur la cupidité de ceux qui sont supposés constituer un contre-pouvoir à leur influence : l’utilisation cynique de la puissance financière au service de la puissance financière, en recrutant ceux qui sont supposés les contrôler pour en faire des vassaux » (p. 77). Mais là n’est pas l’essentiel.

8Comme le montre, en effet, Jean-François Bouchard, à la manière d’un journaliste d’investigation, le pouvoir d’influence de l’industrie financière emprunte des voies plus subtiles. Par exemple, la banque BNP Paribas est l’un des plus gros employeurs privés d’inspecteurs des finances et d’énarques : sachant qu’après l’âge de 40 ans, leur avenir est lié à celui de cette banque, pourquoi, dans leurs premiers postes au service de l’État, se montreraient-ils exigeants vis-à-vis de ce secteur, en instaurant des règles contraignantes envers l’industrie financière ? BNP Paribas n’a-t-elle pas eu comme directeur général, Jacques de la Rosière de Champfeu, ancien directeur du FMI et gouverneur de la Banque de France ?

9Mais la BNP n’est pas la seule à tester ce type de stratégies d’influence pour se protéger de l’adversité et prospérer durablement. La banque JP Morgan est conseillée par Tony Blair, l’inventeur souriant de la fameuse troisième voie. Aucune banque ne semble cependant pouvoir rivaliser avec Goldman Sachs, celle par qui la crise de 2007-2008 a éclaté. Dans son portefeuille de membres de l’élite politique mondiale, elle compte, par exemple, Mario Draghi, ancien directeur de la Banque centrale européenne, ou un commissaire européen à la concurrence, comme Peter Sutherland, deux anciens présidents italiens du Conseil, Mario Monti et Romano Prodi, lui-même président de la Commission européenne.

10Enfin, pour ébranler les certitudes molles de ceux qui sont persuadés que la mégamachine technico-financière échappe à tout contrôle, l’auteur nous rappelle que Goldman Sachs est la banque qui a « conseillé » le gouvernement grec pour dissimuler la dette de l’État, avec le succès que l’on sait. Quant à Antonio Borges, l’un des dirigeants de Goldman Sachs, ma foi, il a, par exemple, présidé aux privatisations du Portugal. Doit-on alors s’étonner que « la finance [qui donc a un visage, des noms, des organisations, des stratégies] sort[e] aujourd’hui de la crise qu’elle a déclenchée encore plus puissante qu’elle n’y est entrée » (p. 91) ?

11En plus de l’industrie du lobbying et du recrutement des anciens dirigeants d’institutions publiques, « dans tous les pays européens ou presque, les plus grandes banques ont un poids financier supérieur au pays lui-même » (p. 93). Par exemple, pour la huitième économie du monde, la France, BNP Paribas présente un total d’actifs de 2 000 milliards d’euros, soit 100 % du PIB (en 2013). Encore ne s’agit-il que d’une seule grande banque. La puissance que procure une telle richesse va au-delà de la seule capacité à acheter de hauts fonctionnaires, des ministres et des parlementaires, puisque, comme le souligne l’auteur, l’influence de l’industrie financière sur l’élaboration des cadres juridiques passe également par son réseau des filiales à travers le monde. Ce canal d’action discret surpasse celui de l’État, puisque BNP Paribas « possède des filiales dans tous les pays du monde : son réseau d’influence est plus large que celui des pays » (p. 94).

12Difficile dans ce cas de ne pas prendre en compte, ne serait-ce qu’à titre d’hypothèse, qu’une partie des décisions de grande ampleur, qui engagent des millions de gens pour des décennies, sont prises par des collectifs qui échappent à tout contrôle démocratique. Difficile également de ne pas faire l’hypothèse qu’entre les très corrompues républiques bananières et les très très démocratiques nations européennes, la différence n’est que de degré, non de nature. Comment expliquer autrement que, pour l’aider à superviser l’économie européenne, la BCE, au lieu de faire appel aux services gratuits des experts des États européens, préfère rémunérer grassement un consultant américain qui compte de nombreuses banques mondiales parmi ses clients ?

13L’opacité d’un tel système conduit à des « solutions » d’encadrement des banques qui profitent à celles-ci. En effet, pour sortir les économies de la zone euro de la crise, la BCE a mis en place des solutions « partielles et porteuses de grands dangers. […] Leur logique a été de rajouter une nouvelle couche d’endettement sur l’empilement déjà très instable des anciennes dettes dans l’espoir de consolider le tout » (p. 128). En conséquence, les banques privées se sont vues exonérées de rembourser leurs « actifs toxiques » (dettes non remboursables), qui, dorénavant, figurent au bilan de la BCE ou des Banques centrales nationales. Et d’autre part, les banques européennes ont ainsi eu accès à un flot ininterrompu de liquidités, tandis que la même BCE exigeait des États qu’ils remboursent coûte que coûte leurs dettes.

14Autres solutions particulièrement favorables à ces acteurs de la finance : le contrôle du système bancaire est basé sur la définition, par les banques elles-mêmes, des risques financiers qu’elles prennent, ainsi que par l’obligation de détenir un volume de fonds propres calculé en pourcentage des pertes potentielles qu’elles ont elles-mêmes estimées.

15Foin de ratiocinations et de faux débats entre soi-disant experts : J.-F. Bouchard épingle au passage l’incurie de nombreux « économistes », comme le précédent directeur du FMI, reconverti en consultant international, dont les voltefaces traduisent une impressionnante irresponsabilité. Puisque la BCE demeure le dernier rempart contre la toute-puissance en expansion du secteur bancaire, elle doit devenir une institution publique au service de l’intérêt général. Et pour cela, suggère l’auteur, les chefs de gouvernement devraient lui fixer des objectifs de croissance (pour l’économie « réelle ») et de plein emploi, lui donner les moyens d’une véritable supervision du secteur financier afin qu’il soit, lui aussi, au service de l’intérêt général. Faire de la BCE un centre de financement des dettes souveraines pour réduire la dépendance des États aux exigences des marchés financiers contribuerait également à ce but.

16Au-delà de ces recommandations, l’intérêt du livre est aussi de montrer que la réduction des salaires et des retraites, la dégradation des conditions de travail, les multiples formes de destruction (sociale, politique, culturelle, etc.) résultent, en partie, de la soumission de nombreux dirigeants publics aux intérêts de l’industrie bancaire. On voit alors le danger de continuer dans cette voie. Puisque ces décisions de mise au pas des populations sont présentées comme découlant de raisonnements scientifiques, alors qu’elles relèvent de choix parfaitement arbitraires, elles délégitiment les deux piliers de la modernité : le caractère démocratique des décisions politiques et le caractère scientifique des critères de décision. Que reste-t-il une fois ces deux fondements sapés ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Luc Metzger, « Bouchard Jean-François, L’Empereur illicite de l’Europe. Au cœur de la Banque centrale européenne, Paris, Éditions Max Milo, 2014 », La nouvelle revue du travail [En ligne], 6 | 2015, mis en ligne le 30 avril 2015, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/nrt/2300

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals