Navigation – Plan du site
Recensions et notes de lecture

Michel Bauwens (avec Jean Lievens), Sauver le monde. Vers une économie post-capitaliste avec le peer-to-peer, Paris, Éditions Les Liens qui libèrent, 2015, 268 p.

Jean-Pierre Durand
Référence(s) :

Michel Bauwens (avec Jean Lievens), Sauver le monde. Vers une économie post-capitaliste avec le peer-to-peer, Paris, Éditions Les Liens qui libèrent, 2015, 268 p.

Texte intégral

1Après avoir travaillé dans plusieurs grandes entreprises internationales (information stratégique, stratégie à long terme), Michel Bauwens a souhaité rompre avec ce milieu qui le conduisait à mener des actions avec lesquelles il ne s’accordait pas toujours. Aujourd’hui installé en Thaïlande, ce penseur belge nous propose de cultiver un contre-modèle au capitalisme, le modèle émergent du peer-to-peer (ou pair à pair et ici en abrégé, p2p), que l’ouvrage vise à faire connaître.

2Dans l’enchevêtrement de phénomènes nouveaux comme l’économie collaborative, les fabs-labs, les réseaux p2p, le crowd-sourcing, l’agriculture urbaine, etc., Michel Bauwens perçoit des pratiques conduisant à une société post-capitaliste, fondée sur la logique des commons, c’est-à-dire du bien commun. L’auteur prédit et souhaite montrer dans son ouvrage une efficacité économique du p2p supérieure à celle des entreprises et des administrations aujourd’hui : en coproduisant les biens ou les services, les usagers et les clients participent à la création de la valeur d’usage au lieu de rester passif. Autrement dit, ils accroissent leur propre satisfaction apportée par le service en le cofabricant et en en orientant les formes ou les potentialités selon leurs désirs. D’où le concept de produser qui compacte celui de producteur et d’usager : nous deviendrons tous des produsers, pour notre propre bien. Être optimiste (fondement de la théorie émancipatrice) et force de proposition (à gauche), tel est le programme de Michel Bauwens à partir du p2p : « le peer-to-peer équivaut à créer une technologie sociale en vue de construire de nouvelles communautés de valeurs, libres, fondées sur les affinités » (p. 215). Le projet repose sur l’objectif social de rassembler les initiatives individuelles conscientes et volontaires (l’intentionnalité collective) pour construire une autre société : l’un des outils est la P2P Foundation animée par l’auteur.

3Michel Bauwens conduit une analyse serrée de la société capitaliste présente, en critiquant le fonctionnement présent du p2p : les utilisateurs créent de la valeur d’usage et les propriétaires-actionnaires des plateformes réalisent la valeur d’échange. Ce qui se vérifie chaque jour si l’on observe la valorisation boursière ou les profits des Big 5 dénommés ailleurs les GAFAT (Google, Apple, Facebook, Amazon, Tweeter). Autrement dit, aujourd’hui, les potentialités du p2p sont détournées ou confisquées par ces multinationales (toutes américaines) au lieu de bénéficier aux acteurs individuels construisant de nouveaux collectifs. Il s’ensuit une forte critique du rôle de l’argent et des banques dont les objectifs sont dévoyés. L’auteur prévoit à travers le p2p une combinaison plus équilibrée entre le local et le mondial.

Le dépassement du capitalisme

4Si l’on peut partager l’analyse du capitalisme contemporain, Michel Bauwens est moins convaincant lorsqu’il fait du p2p un levier de dépassement du capitalisme : selon l’auteur, le p2p s’accommode du capitalisme, vit dans ses interstices et tente de le pervertir de l’intérieur jusqu’à un point de basculement par lequel la logique collaborative du p2p l’emportera sur celle du capitalisme : « le p2p est un mode de production post-capitaliste qui se développe au sein de la société actuelle » (p. 51-52). Et de comparer la situation actuelle à la chute de l’Empire romain ou à la fin du féodalisme. On ne sait pas trop si ce dépassement du capitalisme aura lieu « naturellement » par le lent triomphe de la logique du p2p sur celle du capitalisme, ou bien si cette fin du système actuel sera le fruit de la lutte des usagers du p2p. Bauwens hésite entre la « low road » en tant qu’avènement inéluctable de la domination de la logique du p2p et la « high road » qu’il appelle de ses vœux en parlant de lutte des classes 3.0 contre les propriétaires de plateformes numériques. D’où la nécessité de créer « l’idéologie de la nouvelle classe des travailleurs de la connaissance » (p. 67) suivie par quelques interrogations sur l’urgence d’un parti ou, alternativement, une préférence pour des stratégies d’action communes des partis, associations syndicats ou mouvements favorables au p2p et au développement des communs (p. 222).

5La démarche peut séduire. Il subsiste cependant une profonde sous-estimation de la puissance de la logique capitaliste et plus particulièrement de la logique financière qui a construit une véritable forteresse autour de ces plateformes numériques (en bloquant les utilisations de perversion ou de contournement) et dans leur cœur en s’adjoignant, durant l’été 2015, les services des meilleurs financiers de Wall Street qui ont rejoint les états-majors des GAFAT. Par ailleurs, les deux cas, dont l’auteur vante sans cesse les succès et les mérites dans l’ouvrage (Linux face à IBM, et Wikipedia), peuvent facilement être démontés pour faire apparaître la faiblesse du raisonnement. Linux est digéré par IBM qui a retrouvé une santé économique dans d’autres activités alors qu’Apple continue de développer des systèmes propriétaires, y compris et plus encore dans l’industrie de programme. Par ailleurs, si Wikipedia se présente comme une bonne introduction à la connaissance d’un nouvel objet inconnu du lecteur, en faire une « encyclopédie » c’est omettre toute la charge critique que comporte la démarche scientifique, laquelle est totalement absente de l’encyclopédie numérique ! Les plateformes numériques continuent à accroître leur domination et se voient rejointes par de nouveaux acteurs dans d’autres secteurs avec Uber (valorisé à 50 milliards de dollars pour un chiffre d’affaires 100 fois inférieur !) ou Airbnb.

6La seconde faiblesse du raisonnement – qui converge avec la première – tient à la surestimation des actions bottom up et de la possibilité du changement historique (l’avènement d’une société post-capitaliste) par la coordination d’initiatives d’acteurs isolés. Le p2p repose sur des actions individuelles bien éloignées de tout mouvement social, car orientées et encadrées par les plateformes : or, on n’a jamais vu un changement social de l’ampleur de celui souhaité par Bauwens qui puisse ne pas reposer sur un mouvement social, quel qu’il soit. Autrement dit, ce n’est pas parce que la rupture avec la logique financière structurante de toutes les sociétés n’est pas d’actualité qu’il faut endormir les lecteurs par de nouvelles illusions que sont les promesses de transformations radicales issues d’actions individuelles : quelles sont les convergences des agissements individuels dans la jungle des réseaux sociaux ou du p2p en général pour réclamer une autre société fondée sur les communs ? Quels frémissements sont sérieusement répertoriés aujourd’hui ? C’est ici que le parallélisme avec la fin du féodalisme n’est que formel : quelle(s) classe(s) sociale(s) — ou fractions de classes — ou tout simplement forces sociales, portent un tel projet ? La « nouvelle classe des travailleurs de la connaissance » n’est-elle pas plutôt une collection d’individus tournés vers leur ego que les prémisses d’une classe ou d’un mouvement ? Ce que constate à sa manière Bauwens quand il écrit qu’« un travailleur de la connaissance dispose [à la différence de l’ouvrier] de ses propres outils de travail : un ordinateur et une connexion à Internet. On assiste donc à une “déprolétarisation”, accompagnée de l’émergence d’une nouvelle mentalité d’artisan » (p. 134). Toutes choses égales par ailleurs, n’est-on pas plus proche des mouvements de résistance comme ceux des hippies, des punks ou de boycott de produits issus de tel ou tel pays ou marque, qui se constituent en niches dans la société dominante sans porter atteinte à ses principes fondamentaux ?

7La thèse de Michel Bauwens le conduit quelquefois, comme d’autres avant lui, à imaginer une fin de l’histoire, sans contradictions sociales, avec une société fondée sur l’égalitarisme propre à l’essence du p2p. Tout en déclarant Marx dépassé, l’auteur voit, à travers l’affirmation selon laquelle « la logique du pair à pair finira par dominer » (p. 138), une société qui n’est pas sans rappeler les illusions de la société communiste de Marx.

À propos du statut de l’individu dans la pensée de Bauwens

8Tout le système théorique de Bauwens repose sur l’individu (ce qui n’empêche pas une critique radicale de l’hyperindividualisme dans notre société : cf. p. 187), engagé dans le p2p en tant qu’échange interindividuel plutôt que dans le collectif, comme il le déclare à propos de la construction des commons. Il s’agit d’un individu raisonnable qui, par exemple, ne consomme pas plus d’air ou d’énergie que ce à quoi il a droit. C’est ainsi une responsabilisation politique de l’individu duquel on attend un comportement adéquat avec les besoins du collectif, sans écart. D’une part, cette essence de la responsabilité individuelle n’est pas établie et, d’autre part, chacun sait que les actions de l’individu dépendent aussi de ses conditions sociales d’existence et des contraintes venues d’autrui, du collectif, de l’État, etc. Cette conception désincarnée de l’individu responsable constitue soit une illusion, soit un prétexte pour le condamner en le culpabilisant comme c’est le cas aujourd’hui : celui qui ne pratique pas le tri des déchets est responsable du changement climatique, tout comme chaque salarié est responsable de son portefeuille de compétences...

9Ce centrage sur l’individu pour construire les communs s’inscrit dans la pensée dominante depuis les années 1970 : elle est particulièrement prégnante en ce début du xxie siècle où domine l’idéologie ultralibérale qui place l’individu et l’initiative individuelle au-dessus de tout (y compris bien souvent, sans recul ou réflexivité, dans des analyses critiques). Cette perspective qui prend le p2p comme levier pour l’avènement du post-capitalisme emprunte, malgré les dénégations de l’auteur, à cette pensée individualisante qui domine aujourd’hui les écrits. Laquelle ne manque pas d’atteindre d’ailleurs Bauwens de plein fouet quand il parle de « Ma P2P Foundation » (p. 222) ou qu’il se présente comme « figurant sur la liste des 100 personnes les plus influentes pour un avenir durable » (4e de couverture).

  • 1 On peut s’étonner de trouver chez une personnalité aussi éclairée les résurgences des théories du d (...)

10Or, dans un projet d’émancipation, cette priorité accordée à l’individu dans la théorie ne manque pas de rencontrer de multiples écueils. Tout en faisant de l’équipotentialité (l’égalité ou le nivellement des points d’action) du p2p, le centre du projet à venir, Bauwens reconnaît « que certaines personnes sont plus douées1 pour certaines choses que d’autres [et qu’il] existe donc incontestablement une hiérarchie des connaissances et des aptitudes » (p. 214). Ce qui conduit l’auteur à conclure que « selon le p2P, cela revient à organiser notre système social de manière à ce que chaque individu puisse engager librement ses meilleures capacités et ses forces pour un bien collectif » (p. 215). Le tour de passe-passe consiste à reconnaître la variété des individus quant à leurs « dons » et à leurs aptitudes selon les champs d’activité tout en déniant le profond déséquilibre entre individus d’appartenances sociales différentes quant aux volumes de ressources morales, affectives et intellectuelles. Il ne s’agit pas simplement d’évoquer la faiblesse d’untel dans telle activité compensée par une supériorité opérationnelle dans telle autre activité, mais il s’agit de prendre en compte la profonde inégalité de distribution des ressources ou des capitaux (pour emprunter au vocabulaire bourdieusien) entre individus situés aux extrémités de l’échiquier social. Sans l’exprimer ainsi, Bauwens fait appel à l’intentionnalité des individus qui participent aux réseaux du p2p, ce qui suppose des projets. La sous-estimation chronique de l’inégalité de distribution des ressources empêche l’auteur de voir que les individus ne disposent pas du tout des mêmes ressorts pour participer ou construire le collectif. Une majorité d’utilisateurs des réseaux en ont un usage passif : le p2p n’est pas l’outil magique de construction des communs tels qu’ils sont présentés dans leur philosophie comme producteurs d’égalité voire de redistribution... En défendant le système méritocratique (p. 169) qui valorise les meilleures propositions et actions (évaluées par les experts du réseau en question), Bauwens conforte d’ailleurs le principe hiérarchique dont le p2p entend nous affranchir. Les usages actuels, profondément inégalitaires des réseaux du p2p, seront reproduits sinon approfondis, accroissant par là les inégalités sociales et économiques comme en témoigne le concept de fracture numérique (quand il n’est pas galvaudé). Sans compter les citoyens qui ne sont toujours pas reliés à Internet : un séjour dans une agence de Pôle emploi suffit pour prendre conscience des lourdes inégalités quant à la connexion et aux capacités d’utilisation d’Internet entre individus. Sauver le monde apparaît ainsi comme un ouvrage « classo-centré » pourrait-on dire, puisqu’il écarte de son champ un bon tiers des citoyens européens.

  • 2 L’auteur valorise en permanence la stigmergie définie comme un « mécanisme d’interaction indirecte  (...)

11La non-prise en compte de l’inégalité des ressources, c’est-à-dire une perception aplatie des différences sociales, converge avec une vision techniciste (l’horizontalité d’Internet, p. 124) où la technologie domine les rapports sociaux (« les utilisateurs peuvent s’organiser eux-mêmes », p. 125), avec un certain déterminisme technologique puisque la logique du p2p finira par dominer. Même si l’auteur reconnaît de temps à autre l’existence de la netarchie (hiérarchie dans le réseau ou tête de réseau), l’horizontalité du p2p l’emporte sur toute autre considération grâce à ses potentialités collaboratives, y compris en matière d’efficacité productive, pour construire un Nouveau Monde. Bauwens écrit même que « l’intérêt de la production entre pairs réside dans le fait qu’elle introduit pour la première fois de la démocratie dans le processus de production » (p. 148) : n’est-ce pas une démocratie entre « nantis » du/par le numérique2 ? Sans compter la hiérarchie stratégique entre réseaux (y compris p2p) dans la production de biens et de service, largement dominés par les labyrinthes et l’Internet financiers dont il est peu question dans l’ouvrage...

***

  • 3 Voir sur ce thème du néo-surtravail, Guillaume Tiffon (2013), La Mise au travail des clients, Paris (...)

12En conclusion, nous pouvons converger avec l’auteur sur le fait que le peer-to-peer transforme les modes de vie et renouvelle la norme de consommation en l’associant étroitement à la production (à travers l’émergence des produsers), bien souvent pour un travail productif de valeur accaparée par les propriétaires et les actionnaires des plateformes numériques3. Mais à soutenir que ces transformations des modes de vie ouvrent sur un dépassement du capitaliste, il y a une relecture de l’histoire des transitions entre modèles productifs qui mérite certainement d’être amendée. Surtout quand la pensée de l’auteur se confond avec une sorte de mysticisme dans le chapitre intitulé « Peer-to-peer et spiritualité ». La thèse de Bauwens pêche par beaucoup trop d’illusions, à la fois en sous-estimant la puissance de la logique financière qui n’entend pas être remise en cause et en surestimant les bienfaits de l’horizontalité du p2p face aux profondes inégalités dans la distribution des ressources. Lesquelles interdisent justement la « polyarchie » du web, comme elles limitent l’exercice de la démocratie représentative aujourd’hui.

13Ouvrage stimulant sur le devenir de nos sociétés, Sauver le monde risque, à travers toutes les chimères qui l’habitent, de voir les plus généreuses de ses propositions reprises par le marché et intégrées au bon fonctionnement du capitalisme contemporain.

Haut de page

Notes

1 On peut s’étonner de trouver chez une personnalité aussi éclairée les résurgences des théories du don, largement battues en brèche par tous les spécialistes de l’éducation.

2 L’auteur valorise en permanence la stigmergie définie comme un « mécanisme d’interaction indirecte et de collaboration entre, notamment, des organismes, des programmes, via leur environnement ou une plateforme dédiée » (p. 262). Au sens large la stigmergie est une forme d’auto-organisation.

3 Voir sur ce thème du néo-surtravail, Guillaume Tiffon (2013), La Mise au travail des clients, Paris, Economica.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Pierre Durand, « Michel Bauwens (avec Jean Lievens), Sauver le monde. Vers une économie post-capitaliste avec le peer-to-peer, Paris, Éditions Les Liens qui libèrent, 2015, 268 p. », La nouvelle revue du travail [En ligne], 7 | 2015, mis en ligne le 01 novembre 2015, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/nrt/2478

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Durand

Centre Pierre Naville – université d’Évry

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals