Navigation – Plan du site
Recensions et notes de lecture

Philippe Bernoux, Mieux-être au travail. Appropriation et reconnaissance, Toulouse, Octarès Éditions, 2015, 207 p.

Maxime Quijoux
Référence(s) :

Philippe Bernoux, Mieux-être au travail. Appropriation et reconnaissance, Toulouse, Octarès Éditions, 2015, 207 p.

Texte intégral

  • 1 Son livre La Sociologie des organisations publié au Seuil est en à sa 6e édition en trente ans.
  • 2 Sur ce courant, voir Lucie Tanguy (2011), La Sociologie du travail en France, Paris, La Découverte.
  • 3 Philippe Bernoux (1982), La Sociologie des organisations, Paris, Le Seuil, 5e édition,

1Philippe Bernoux fait partie incontestablement des chercheurs de référence dans le domaine de la sociologie du travail francophone. Auteur à succès d’ouvrages de vulgarisation sur les organisations et les entreprises1, il représente en effet l’une des figures importantes d’une « sociologie pratique » qui se développe à partir des années 1980 dans le domaine du travail : s’inspirant à la fois des théories de l’acteur stratégique de Crozier et de l’approche anthropologique de Sainsaulieu, il compte parmi les principaux artisans d’une sociologie impliquée dans l’entreprise2, dont la mission serait moins de produire des connaissances théoriques que des savoirs utiles à un meilleur fonctionnement – au sens moral et productif – des entreprises3. Depuis une trentaine d’années, il s’efforce donc de produire un ensemble d’outils pratiques destinés principalement à de futurs ingénieurs, qui composent l’essentiel de son public d’étudiants.

  • 4 Philippe Bernoux, Un Travail à soi. Pour une théorie de l’appropriation au travail, Toulouse, Éditi (...)

2Dans cette carrière de chercheur tournée vers l’entreprise, le dernier ouvrage de Philippe Bernoux semble se démarquer. Avec Mieux-être au travail. Appropriation et reconnaissance, Bernoux nous soumet en effet un ouvrage proche de l’essai et porté par une forte ambition théorique. Ici, point de cas pratiques sur lesquels réfléchir ou de grilles d’analyses à réaliser dans le cadre d’une formation de managers : dans un contexte de souffrance croissante au travail, Bernoux entend offrir une réflexion nouvelle visant à lutter contre des préjugés sur le travail qui, selon lui, en sont la cause (p. 1). Ce projet intellectuel s’appuie alors sur deux concepts, le premier, celui d’« appropriation », élaboré au cours d’une observation participante dans les années 1970, revisité ici4 ; auquel il ajoute celui de « reconnaissance », conçu à l’occasion de ce livre. Par ces deux notions, Bernoux souhaite mettre à jour « […] d’autres manières […] d’organiser le travail pour qu’il ne soit plus considéré comme souffrance et pour ce qu’il est aussi, une manière pour l’homme de se construire et pour qu’il lui procure un mieux-être » (p. 1). Au cours des deux cents pages qui composent l’ouvrage, Bernoux s’emploie donc à expliciter ces notions et à montrer leur pertinence heuristique dans l’entendement des problèmes contemporains du travail. Pour ce faire, l’auteur mobilise un certain nombre d’exemples empiriques et théoriques qu’il serait fastidieux de rappeler et qui ne contribueraient qu’imparfaitement à la compréhension et la discussion de ces concepts. Retenons ici simplement certaines caractéristiques qui font la substance de ces paradigmes, afin de mieux rendre compte de la pensée de l’auteur.

  • 5 Alexandra Bidet (2011), L’Engagement dans le travail. Qu’est-ce qu’un vrai boulot ?, Paris, PUF.

3Issu d’une recherche en observation participante dans un atelier d’OS menée dans les années 1970, le concept d’appropriation du travail vise à rendre compte de la manière dont les travailleurs produisent des pratiques indigènes de production et luttent pour maîtriser leur environnement de travail. Élaborée au plus fort des critiques sur le taylorisme, « l’appropriation » consiste donc à éclairer les marges d’autonomie que s’aménagent les ouvriers pour réaliser au mieux leur tâche, à identifier l’ensemble des stratégies d’ajustements et d’inventivités qu’ils créent dans la production. Source de fierté ouvrière, cette appropriation constitue également le rouage indispensable au bon fonctionnement de l’organisation, car, sans ce processus […] les grands ensembles techniques ne fonctionneraient tout simplement pas. » (p. 89) L’appropriation est alors multidimensionnelle : qu’il s’agisse de l’espace de travail, du temps, des gestes ou de la gestion, les salariés investissent tous les interstices qui leur permettent d’adapter la prescription du travail aux impensés et imprévus qu’impose le travail en train de se faire. Ainsi quand les ouvriers de l’atelier Berliet se répartissent les tâches à la barbe de leur chef (p. 19), ceux des usines Renault des années 1990 étudiées par Gwenaële Rot « […] inventent des bricolages, par exemple en agissant dans les failles du flux tendu, lors des pannes, de la remise en marche, etc. » (p. 40) De même, on observe une permanence dans le temps et dans les services de ces formes de régulation informelle que regroupe cette notion d’appropriation : dans des activités a priori dépossédées d’action directe sur la matière – comme les aiguilleurs du ciel – (p. 43), fortement prescrites par les nouvelles technologies – comme les NTIC – (p. 56) ou caractérisées par des tâches considérées indignes pour le corps ou l’esprit – telles que le travail d’hôtesse de caisse – (p. 54), Bernoux détecte inlassablement des stratégies d’appropriation ou des dysfonctionnements dès lors qu’elles sont absentes ou entravées. Souligner à la fois la persistance historique et l’omniprésence professionnelle de l’appropriation conduit Bernoux alors à reconsidérer l’ontologie même du concept élaboré trente ans plus tôt : autrefois expression d’une identité collective, elle constitue aujourd’hui une contribution à la vision anthropologique de l’activité de travail. Inspiré, entre autres, par la lecture critique réalisée par Alexandra Bidet de son œuvre originale5, Bernoux considère que « […] l’exécution concrète du travail, les gestes et les choix du travailleur nécessaires à l’accomplissement de son travail » (p. 84) prévalent sur les « revendications et le système de relations » (ibid.), et d’ajouter que « […] la recherche de maîtrise par l’individu de son propre travail prime sur le collectif » (ibid.). Il s’efforce d’enrichir cette nouvelle définition en empruntant cette fois-ci à Yves Clot la notion de « pouvoir d’agir » : « […] indispensable à l’individu pour exister […] et à la société pour produire », cette notion désigne selon Bernoux « […] le double aspect de recherche de travail bien fait et maîtrise de l’environnement de travail » (p. 90) constitutif de l’appropriation. En effet, lorsqu’il travaille, le salarié « […] se donne une capacité et une possibilité de faire des choses différentes de ce qui lui a été prescrit […] rendant possible d’ailleurs le déroulement même de la production. Faisant siennes les conclusions de Clot, souffrance et conflits du travail proviendraient moins dès lors d’une pénibilité physique croissante que de « […] l’impossibilité de pouvoir agir ou par l’obligation d’agir dans une direction jugée absurde par l’exécutant » (p. 91). Autrement dit, c’est la « […] relation de l’individu à son propre travail, au travail concret et la rationalité qu’il met en œuvre » (p. 86) qui serait la condition majeure non seulement du « mieux-être au travail », mais « [qui permettrait aussi d’] introduire des changements dans les entreprises et les organisations » (p. 90).

4Le véritable enjeu du travail réside donc aujourd’hui moins dans la satisfaction de revendications salariales ou l’amélioration de conditions de travail que dans la reconnaissance du « vrai boulot » pour reprendre l’expression de Bidet. En y consacrant toute la deuxième partie de son ouvrage, Bernoux s’évertue en ce sens à démontrer toute la nécessité de définir et de prendre en compte les contours de cette reconnaissance. À partir d’une mobilisation tous azimuts à la fois d’enquêtes et de théories sur la question, le sociologue échafaude une interprétation personnelle de cette notion appliquée au monde du travail : tous les salariés sont porteurs d’une « rationalité » technique qui, en concourant au bon déroulement de la production, crée une « demande de reconnaissance » : « dans leur activité de travail, les ouvriers constatent et revendiquent une rationalité tout aussi rationnelle que celle de l’organisation de l’entreprise. Ils contournent celle-ci, créent leur organisation clandestine dans un but de performance. Leur rationalité leur apparaît et est de fait tout aussi légitime et efficace que celle que l’organisation leur impose. » (p. 113) Dans ce contexte, les conflits qui apparaissent dans le monde du travail, indépendamment des compétences des salariés ou du secteur d’activité, participent de cet examen : face à des directions frappées d’une cécité qui n’a d’égale que la propension des travailleurs au bel ouvrage, ces derniers ne font en définitive qu’exprimer la légitimité de leur manière de produire. Ainsi, contrairement aux idées reçues, largement répandues chez les managers, la grève, le freinage ou l’absentéisme constituent moins les signes d’une paresse inhérente aux salariés que les contours d’une affirmation productive. Mais contre toute attente, cette quête ne s’adresse ni à la direction ni à « l’arène » de production, mais au travailleur lui-même : « […] ce qui valorise fondamentalement les individus est la possibilité et la capacité d’exécuter un “vrai boulot” et d’en être fier. […] Je l’appelle la reconnaissance « par soi », car c’est le travailleur qui se reconnaît lui-même. En l’appelant ainsi, l’accent est mis sur le fait que c’est l’auteur de la reconnaissance qui définit cette reconnaissance » (p. 142). Et si Bernoux n’exclut pas totalement la place des interactions dans la construction de cette reconnaissance (p. 160), c’est toutefois un rapport individuel à la tâche qui la constitue véritablement, et que l’auteur élève au rang de principe « anthropologique » (p. 161).

5Face à tant d’incompréhensions, Bernoux s’emploie dans les derniers chapitres à construire de nouveaux termes d’échanges au sein de l’entreprise. Mobilisant pêle-mêle, Honneth, Fraser, Sen, Sennett ou Alter, il vise à sensibiliser le lecteur à la nécessité « […] d’accepter la rationalité des autres, en particulier celle des exécutants, sur leur activité de travail » (p.149). Pour ce faire, il propose, entre autres, de reprendre la « parité de participation » théorisée par Fraser, se traduisant par « […] un droit à défendre les manières de faire des salariés sur leurs postes de travail et à les négocier. » (p. 181). Contre Sennett qui prône un retour à des formes artisanales du travail, Bernoux privilégie en ce sens « […] de faire travailler ensemble des acteurs qui n’ont pas les mêmes modèles rationnels et culturels. » (p. 188) Reprenant enfin les analyses d’Alter, il invite à reconsidérer les échanges en entreprise comme autant de dons réalisés par les salariés. Car si ces derniers gagnaient du « mieux-être », l’entreprise bénéficierait également d’un changement de conduite à l’égard de ses subordonnés. Mal compris, ces salariés sont en ce sens « mal exploités » (p. 191). Les directions doivent apprendre à percevoir positivement les échanges sociaux tout comme « célébrer les dons et les sacrifices faits par les salariés à l’entreprise », autant de sources « d’investissement » (p. 191).

6Car, en définitive, c’est aussi bien une question éthique que managériale qui président à ces concepts d’appropriation et de reconnaissance : dans sa conclusion, Bernoux réaffirme ainsi qu’on ne peut penser « une organisation des êtres humains, qu’il s’agisse de l’entreprise ou de la cité, sans fonder cette organisation sur des bases saines et réfléchies – avant d’ajouter : « l’appropriation et la reconnaissance sont les deux bases, que je juge principales » (p. 198). Il n’en demeure pas moins que les conditions de félicité d’une telle entreprise passent moins par une critique du taylorisme qu’une réinterprétation consistant à réinsérer l’individu « […] dans les organisations qui ne peuvent fonctionner et ne fonctionnent que sur des principes relationnels tout à fait différents. Ces principes ont pour nom le collectif (on vient de le voir) et le don. » (p. 197) En somme, la réussite du capitalisme est tributaire du bonheur de ses exécutants. Aveuglés par des considérations essentialistes sur leurs salariés, les managers ne le comprennent pas. Ce livre est donc là pour les éclairer et contribuer à un fonctionnement plus harmonieux des entreprises.

  • 6 Pierre Bourdieu (1997), Méditations pascaliennes, Paris, Le Seuil, p. 292.

7Au terme de la lecture de cet ouvrage, c’est un profond sentiment de perplexité qui domine. Si nous pouvons saluer la démarche consistant à mieux valoriser la contribution des salariés à l’entreprise, le propos nous semble souvent fragile, dans la forme, mais surtout sur le fond. Si l’on comprend – et l’on perçoit très bien – que l’auteur vise autant à proposer des concepts qu’il cherche à dénoncer des réalités dont on ne doute qu’il les connaisse très bien par ailleurs, cette conviction fait beaucoup de tort à la finesse et la pertinence que ces concepts auraient pu avoir : ainsi, souvent brouillonne, la démonstration est parsemée d’omissions malheureuses, de généralisations excessives et de redondances quelque peu intempestives qui contrarient grandement l’ambition théorique de l’auteur : on s’étonne ainsi d’apprendre dès la page 2 que l’observation participante n’a pas été reprise depuis sa propre enquête dans les années 1970 ; de même on s’inquiète au moment de lire, s’agissant des sociologies françaises et anglo-saxonnes, qu’elles « […] ne s’intéressent pas au travail lui-même » (p. 88), sachant les contributions importantes des interactionnistes en France et aux États-Unis, d’hier et d’aujourd’hui, sur cet objet. Les répétitions, parfois au mot près (comme aux pages 89 et 97 : « le pouvoir d’agir a une double dimension… »), finissent par desservir sérieusement le propos. Dès lors, le contenu peut difficilement convaincre : vérifiant l’adage selon lequel « l’enfer est pavé de bonnes intentions », le travail de réhabilitation qu’entend mener Bernoux ici consacre moins le savoir-faire des salariés qu’il conforte ce que Bourdieu appelait « la vérité subjective du travail », cette croyance qui pousse « […] les travailleurs à concourir à leur propre exploitation par l’effort qu’ils font pour s’approprier leur travail et qui les attache à lui par l’intermédiaire des libertés souvent infimes et presque toujours « fonctionnelles » qui leur sont laissées […] »6. Mais y compris au sein du courant théorique auquel il se rattache désormais, Bernoux ne convainc guère. Bien que régulièrement contestée, la sociologie pragmatiste s’avère particulièrement bien outillée sur l’activité grâce à de solides travaux empiriques et théoriques, en France en particulier. Dans ce contexte, le livre de Bernoux apparaît alors moins comme une pensée personnelle et heuristique que comme la somme souvent bricolée de théories préexistantes et surtout bien plus abouties. Les concepts d’appropriation et de reconnaissance apparaissent souvent à la fois pas assez et trop proches de ces auteurs pour les dépasser. De sorte qu’on se demande si en lieu et place de ce livre, une réédition du Travail à soi, assortie d’une préface de l’auteur, n’aurait pas été plus opportune.

Haut de page

Notes

1 Son livre La Sociologie des organisations publié au Seuil est en à sa 6e édition en trente ans.

2 Sur ce courant, voir Lucie Tanguy (2011), La Sociologie du travail en France, Paris, La Découverte.

3 Philippe Bernoux (1982), La Sociologie des organisations, Paris, Le Seuil, 5e édition,

4 Philippe Bernoux, Un Travail à soi. Pour une théorie de l’appropriation au travail, Toulouse, Éditions Privat.

5 Alexandra Bidet (2011), L’Engagement dans le travail. Qu’est-ce qu’un vrai boulot ?, Paris, PUF.

6 Pierre Bourdieu (1997), Méditations pascaliennes, Paris, Le Seuil, p. 292.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maxime Quijoux, « Philippe Bernoux, Mieux-être au travail. Appropriation et reconnaissance, Toulouse, Octarès Éditions, 2015, 207 p. », La nouvelle revue du travail [En ligne], 7 | 2015, mis en ligne le 02 novembre 2015, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/nrt/2481 ; DOI : 10.4000/nrt.2481

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals