Navigation – Plan du site
Recensions et notes de lecture

Christophe Blot, Odile Chagny et Sabine Le Bayon, Faut-il suivre le modèle allemand ?, Paris, La Documentation française, coll. « Doc’en poche », série Place au débat, 2015, 164 p.

Baptiste Françon
Référence(s) :

Christophe Blot, Odile Chagny et Sabine Le Bayon, Faut-il suivre le modèle allemand ?, Paris, La Documentation française, coll. « Doc’en poche », série Place au débat, 2015, 164 p.

Texte intégral

  • 1 Hall Peter A. et David Soskice (2001), Varieties of Capitalism: the Institutional Foundations of Co (...)

1Cet ouvrage coécrit par Christophe Blot, Odile Chagny et Sabine Le Bayon propose un bilan synthétique des différentes évolutions du « modèle allemand » depuis la Réunification. Bien qu’il ne s’agisse pas à proprement parler d’un ouvrage académique, il se situe dans la lignée de l’approche des « variétés du capitalisme » de Peter A. Hall et David Soskice1, qui cherche à caractériser des modèles nationaux selon la forme qu’y prennent diverses institutions économiques : relations professionnelles, mode de financement des firmes, forme du rapport salarial, système d’éducation/formation, structure de la production, etc. Le propos y est volontairement pédagogique, avec de multiples renvois à des encadrés où sont détaillés les notions et concepts mobilisés au fil du texte, rendant sa lecture accessible aux non-économistes comme aux non-spécialistes de l’Allemagne. Les auteurs proposent aussi de nombreuses comparaisons internationales, principalement avec la France, qui sont particulièrement utiles dans cette perspective de vulgarisation. Pour autant, cet ouvrage est également susceptible d’intéresser des chercheurs spécialisés qui y trouveront un état des lieux du modèle économique allemand particulièrement fouillé et rigoureux, mobilisant de nombreuses statistiques et références sur des thèmes très divers. Un des atouts majeurs de l’ouvrage est de ce point de vue son exhaustivité, puisque les sept chapitres qui le composent couvrent l’essentiel des débats contemporains sur le modèle allemand : spécificité des performances économiques allemandes, bouleversement du système de relations professionnelles, augmentation des inégalités, mutations du marché du travail, origines de la compétitivité allemande, difficultés démographiques et introduction du salaire minimum. Ce souci d’exhaustivité ne se fait pas au détriment de la cohérence d’ensemble, puisque les auteurs s’efforcent de présenter l’interdépendance entre ces évolutions.

2Ainsi, la thèse principale défendue dans l’ouvrage est qu’il est illusoire de chercher à transposer en France des « recettes » qui auraient fait leurs preuves, en montrant que leurs ingrédients ne peuvent être compris sans une vision plus large des complémentarités institutionnelles à l’œuvre dans le modèle allemand. En cela, leur thèse est à contre-courant du discours simplificateur porté par de nombreux médias, mais également des institutions internationales telles que l’OCDE ou la Commission européenne, qui voit dans la réussite allemande actuelle le gage de l’efficacité du programme de réformes lancé par le Chancelier Schröder au début des années 2000 (l’Agenda 2010). Les auteurs reviennent longuement sur l’origine et les conséquences de ces réformes, en particulier sur les lois Hartz qui ont transformé en profondeur le système d’indemnisation du chômage et flexibilisé le marché du travail.

3Selon eux, ces réformes n’ont en fait qu’accompagné des tendances déjà à l’œuvre sur le marché du travail allemand depuis la fin des années 1990, notamment le développement de l’emploi atypique et celui des mini jobs, ces emplois faiblement rémunérés et offrant une couverture sociale quasi inexistante. Ainsi, ils montrent que ce développement est tout autant le produit du délitement progressif du système de relations professionnelles allemand. À défaut d’une législation nationale encadrant véritablement la relation salariale, la chute du taux de couverture par des conventions collectives et le recours croissant à des dérogations à ces conventions ont été des facteurs puissants de modération salariale et de déstabilisation de la norme d’emploi « standard ». A contrario, c’est bien l’efficacité du dialogue social et la flexibilité interne aux firmes (baisse concertée du temps de travail, recours au chômage partiel) qui expliquent la bonne tenue du marché du travail allemand au cœur de la crise de 2009, des éléments qui ont peu à voir avec les réformes Hartz.

4Dans le débat plus large sur les déterminants du regain de compétitivité allemande, les auteurs avancent que la modération salariale n’est qu’un facteur parmi d’autres derrière les succès récents des firmes allemandes à l’exportation : une spécialisation industrielle avantageuse, le redéploiement partiel de la chaîne de production vers les PECO, les efforts de R & D via le réinvestissement des marges au cours des années 2000, la densité du tissu industriel et les externalités positives qu’elle implique en termes de transferts technologiques et de compétences à l’export sont autant d’éléments qui ont permis aux firmes allemandes d’accroître leurs parts de marché à l’étranger. Il semble donc illusoire de croire que la seule austérité salariale aurait des effets bénéfiques comparables dans le cas français.

5Les auteurs invitent également à nuancer la portée de la réussite allemande actuelle en mettant en avant certaines faiblesses structurelles de ce modèle. Ils reviennent longuement sur la forte hausse des inégalités qu’a connue l’Allemagne depuis le début des années 2000, notamment sa dimension genrée avec le cantonnement de nombreuses femmes dans l’emploi atypique à bas salaire, celui-ci offrant un revenu d’appoint au sein du couple. Cette évolution du modèle familial est particulièrement problématique dans un pays où les structures de garde ne favorisent pas la conciliation entre vie professionnelle et familiale, contribuant ainsi à la faiblesse du taux de natalité. La stagnation démographique et le vieillissement de la population qui en découlent sont à terme susceptibles de lourdement peser sur les finances publiques (via les dépenses de retraite et de santé) et sur le potentiel de croissance du pays. Elles font aussi craindre une augmentation significative de la pauvreté chez les seniors, qui subiront les effets combinés de la baisse de la générosité du système de retraite et du développement concomitant de l’emploi atypique.

6Au-delà des qualités de synthèse et de pédagogie de l’ouvrage, on peut toutefois regretter que la charge critique qu’il renferme soit en partie atténuée par son postulat de départ : dès l’introduction, les auteurs relèvent en effet l’impossibilité de transposer les atouts du modèle allemand au cas français, puisque ceux-ci relèvent le plus souvent de complémentarités institutionnelles complexes et historiquement situées. Si le propos des auteurs est argumenté et convaincant, il laisse de côté une question tout aussi importante : l’Allemagne a-t-elle bien fait de suivre le modèle allemand, ou plus précisément une autre voie aurait-elle été possible et/ou souhaitable ? En effet, les auteurs donnent parfois l’impression que ses évolutions successives relèveraient davantage d’une trajectoire dictée par les circonstances économiques plutôt que par des choix politiques, en tout cas que ces choix politiques auraient été fortement contraints par celles-ci. Le « choc » de la Réunification tient une place particulière dans cette généalogie, puisqu’elle aurait à la fois eu pour conséquences de mettre sous pression les finances publiques et les systèmes de protection sociale, de dégrader la compétitivité allemande via la hausse des salaires et aussi d’ouvrir la voie au délitement du système de conventions collectives. Certes, les auteurs ne cachent pas que le nouveau modèle de croissance allemand s’est construit au prix d’inégalités croissantes et qu’il n’est pas non plus exempt de fragilités. Mais ses faiblesses sont analysées comme autant « d’excès » qu’il s’agirait désormais de corriger, via l’introduction d’un salaire minimum par exemple, sans radicalement remettre en cause la logique qui a présidé à son avènement. Ainsi les auteurs écrivent-ils en conclusion :

En mettant en œuvre l’Agenda 2010 au début des années 2000, l’Allemagne a montré qu’elle pouvait sortir d’un état de blocage des réformes – largement critiqué à l’époque – pour tenter de remédier à une situation très dégradée sur le marché du travail. Une décennie plus tard, marquée par un creusement sans précédent des inégalités, il s’agit maintenant de corriger certains excès des réformes, mais aussi des limites inhérentes au système de négociations collectives. L’Allemagne a fait un premier pas vers cette nouvelle donne imposée par la globalisation et le développement du dumping salarial. (p. 159-160)

  • 2 Amable Bruno (2003), The Diversity of Modern Capitalism, Oxford, Oxford University Press, 2003.

7On retrouve ici un travers commun à la littérature des « variétés de capitalisme » : à trop vouloir mettre en avant la cohérence économique de certaines complémentarités institutionnelles, le modèle allemand est en quelque sorte réifié et on ne prête pas assez d’attention à l’évolution des rapports sociaux et politiques qui sous-tend pourtant tout changement institutionnel2. Or, si l’on peut penser comme les auteurs que beaucoup des évolutions récentes ont été endogènes au modèle allemand et ne résultent qu’en partie de choix gouvernementaux, il n’est pas anodin de constater que rien n’a été fait pour entraver ce processus, l’Agenda 2010 ayant au contraire conduit à le renforcer. Il aurait été ici opportun de rappeler que ce processus politique a constitué une profonde rupture avec le compromis social d’après-guerre, loin de l’image idéalisée d’un consensus autour du « besoin de réformes » véhiculé dans les médias. Le paysage politique allemand a en effet été profondément bouleversé par la mise en œuvre des réformes de l’Agenda 2010 : effondrement de la base militante et électorale du parti social-démocrate (SPD), défiance des syndicats envers ce dernier, instabilité gouvernementale dont témoignent la difficulté récurrente à former des coalitions puis à celles-ci de se maintenir au-delà d’un mandat... De ce point de vue, le recours à un gouvernement de Grande Coalition en 2005 et 2013 peut tout aussi bien s’interpréter comme le symptôme de l’incapacité des deux grands partis de gouvernement à fédérer autour de ce nouveau modèle de croissance.

8En lien avec cette critique générale, on peut regretter que l’analyse relative à la hausse des inégalités n’ait pas été encore plus détaillée, même si cela peut en partie se justifier par une volonté de concision. On peine en effet à clairement identifier les perdants du nouveau modèle de croissance allemand, certaines affirmations à ce sujet pouvant apparaître contradictoires ou imprécises. D’un côté ce serait les travailleurs à la périphérie du système productif qui auraient été les principales victimes de la précarisation de l’emploi et de la hausse des inégalités. Dans le même temps les auteurs admettent que ces mutations ont affecté l’ensemble des salariés, ceux du « cœur » compris, via la modération salariale, mais aussi l’affaiblissement d’un statut fortement protecteur au sein de la protection sociale. Il n’est à la lecture de l’ouvrage pas évident d’estimer dans quelle mesure le retour à la croissance et au plein emploi a pu compenser ces pertes pour ces derniers, ce qui relativiserait pourtant d’autant les « mérites » du nouveau modèle allemand. Enfin, on aurait également souhaité voir approfondis les mécanismes par lesquels les réformes Hartz ont contribué à l’explosion d’un secteur à bas salaire, notamment l’articulation entre la généralisation d’un dispositif d’assistance faiblement rémunérateur, des pressions croissantes exercées envers les chômeurs pour retrouver un emploi et l’absence de salaire minimum, celle-ci se traduisant par une proportion importante de travailleurs cumulant durablement prestation d’assistance et revenus tirés de l’emploi. Cette évolution, et le parallèle en France avec l’introduction du revenu de solidarité active (RSA), auraient sans doute mérités une analyse plus poussée, puisque cette subvention indirecte du secteur à bas salaires interroge radicalement le rôle de l’« État social » dans ce nouveau modèle.

Haut de page

Notes

1 Hall Peter A. et David Soskice (2001), Varieties of Capitalism: the Institutional Foundations of Comparative Advantage, Oxford, Oxford University Press.

2 Amable Bruno (2003), The Diversity of Modern Capitalism, Oxford, Oxford University Press, 2003.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Baptiste Françon, « Christophe Blot, Odile Chagny et Sabine Le Bayon, Faut-il suivre le modèle allemand ?, Paris, La Documentation française, coll. « Doc’en poche », série Place au débat, 2015, 164 p. », La nouvelle revue du travail [En ligne], 7 | 2015, mis en ligne le 01 novembre 2015, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/nrt/2487

Haut de page

Auteur

Baptiste Françon

BETA UMR 7522 – université de Lorraine, Centre d’études de l’Emploi

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals