Navigation – Plan du site
Recensions et notes de lecture

Yves Cohen, Le Siècle des chefs. Une histoire transnationale du commandement et de l’autorité (1890-1940), Paris, Éditions Amsterdam, 2013, 872 p.

Jean-Luc Metzger
Référence(s) :

Yves Cohen, Le siècle des chefs. Une histoire transnationale du commandement et de l’autorité (1890-1940), Paris, Éditions Amsterdam, 2013, 872 p.

Texte intégral

1À contre-courant de la tendance à réduire la taille des publications scientifiques, l’ouvrage d’Yves Cohen en impose avec ses 870 pages serrées consacrées à montrer, d’une part, combien la demande de chefs est une réalité récente émergeant à la fin du xixe siècle (1re partie, 430 p.) et, d’autre part, en quoi a consisté l’action des chefs du premier tiers du xxe siècle (IIe partie, 340 p.). La 1re partie, la plus longue, est centrée sur la littérature prescriptive concernant les chefs. La IIe partie est présentée comme une « histoire de l’action », à partir de sources donnant accès aux pratiques des dirigeants d’usine pour « saisir comment se forment les subjectivités pratiques des chefs » (p. 12). Ouvrage d’historien écrit d’abord pour s’insérer dans les débats de cette discipline, Le Siècle des chefs peut intéresser également les spécialistes du champ politique et ceux qui étudient le travail. C’est sous ce dernier angle que nous allons présenter ce livre, en nous concentrant sur la première partie et sur l’un des chapitres de la deuxième partie.

2En livrant cette somme érudite, l’auteur manifeste l’ambition de dresser un pont entre les recherches (trop ?) spécialisées, par discipline et par pays. Il envisage de décloisonner les études portant sur des objets restreints : « l’étude universitaire des mondes managériaux et de la gestion ne saurait être mené isolément du social, de la politique, ni même du spirituel […] sous peine de […] rester ainsi aveugle au mouvement circulaire des formes de pouvoir qui en fait la force » (p. 37).

3Plus précisément, l’auteur se propose de montrer comment, à partir de 1890, un intérêt considérable pour le commandement, l’autorité, les hiérarchies s’est dégagé, simultanément aux États-Unis (chapitre 1), en Allemagne (chapitre 2), en France (chapitre 3 et 4) et en Union soviétique (chapitre 5), dans l’armée, les partis, les gouvernements, les entreprises, les syndicats, etc. Ce besoin de chef aurait été ravivé pour compenser la crise de l’autorité accompagnant le développement de l’industrialisation et touchant toutes les sphères d’activité.

4En effet, au fur et à mesure que la première mondialisation s’affirme, que la rationalisation industrielle se fait plus pressante et s’étend à un nombre croissant de pays et de domaines d’activité – en Europe, mais aussi au Japon et par la colonisation en Afrique et en Asie –, des mouvements sociaux altèrent l’optimisme des élites, des crises économiques et financières remettent en cause la croyance dans le bien-fondé du libéralisme. Les masses bouillonnantes semblent échapper au contrôle des dirigeants, politiques et économiques, et même aux officiers pendant les combats de la Grande Guerre. La demande apparemment irrésistible de chef concerne également les partis de gauche et les syndicats.

5D’où l’importance de renouveler les techniques de maîtrise du social, de leur trouver des fondements susceptibles de paraître légitimes aux nouvelles populations. C’est dans ce but que « naissent d’immenses corpus discursifs très particuliers : des discours sur le commandement, le leadership, la Führung, en général la conduite des masses et des groupes, [aussi bien] du côté économique [que de] celui de la démocratie représentative. Ces accumulations de textes […] se croisent par les langues […] et entre domaines d’activités » (p. 59).

6Yves Cohen nous invite alors à considérer l’émergence transnationale de la figure du chef comme un élément d’un ensemble plus vaste de dispositifs visant à reprendre la main sur l’évolution des populations. Ces tentatives de restaurer l’autorité, ces nouvelles technologies du commandement se fondent sur les publications de nombreux auteurs : les uns pour partager leur expérience – ingénieurs devenus chefs d’entreprise, officiers supérieurs ayant commandé leurs troupes au combat, etc. – ; les autres – psychosociologues, consultants, etc. –, pour théoriser un mode de sélection et éventuellement de formation des futurs chefs.

7Grâce à l’apport de ces intellectuels, experts ou praticiens, « non seulement le chef, mais également la hiérarchie est bientôt naturalisée » (p. 11). Plus précisément, « le déploiement des théories et pratiques du commandement, de la figure du chef […] à la charnière du xxe siècle entretient un rapport étroit avec la formation concomitante des sciences sociales modernes. » (p. 13) Ce point mérite que l’on s’y arrête, car il souligne la forte intrication entre intérêt de connaissance et intention instrumentale. Il n’est en effet pas neutre que des psychologues et psychosociologues, inventeurs de tests encore utilisés de nos jours pour la sélection ou le recrutement, soient associés à cette émergence des grandes bureaucraties et de la figure moderne du chef (le sélectionner, le former et ainsi le naturaliser). De même, il ne faut pas perdre de vue que l’anthropologie a largement fondé son discours sur l’étude des chefs et des chefferies. Quant à la sociologie et à l’anthropologie, elles se saisissent centralement de la réflexion sur l’autorité, le commandement, qu’il s’agit de traiter de façon « scientifique ».

8L’auteur se réfère alors aux réflexions de Michel Foucault, celles des années 1975-1977, et mobilise tout particulièrement la notion de gouvernementalité qui permet de penser les formes d’exercice du pouvoir comme enchevêtrement de dispositifs disciplinaires, sécuritaires et juridiques. L’auteur emploie cette notion pour rendre compte de la manière dont les puissants « transforment à la fois ce que nous pensons des relations de domination et la manière dont les sciences sociales nous ont appris à les penser » (p. 15).

9Plus généralement, en mobilisant de nombreux textes de différents pays, l’auteur montre qu’il « se dessine un effort nourri, concentré et savant pour être obéi. Nous ne sommes pas face à une confrontation symétrique entre commandement et obéissance. La période est celle d’un investissement colossal et multinational, financier, organisationnel, intellectuel, institutionnel, culturel et bien sûr, politique, pour gagner l’obéissance des “foules” ou encore des “masses”, au travail, dans la guerre, en classe, dans l’arène politique, les exploitations coloniales… et dans les massacres de masse » (p. 19). Se développent des professions ad hoc, des disciplines universitaires spécialisées sur le commandement, la production de l’obéissance, dans les quatre pays étudiés. « Pour un très large spectre d’acteurs et de chercheurs en sciences sociales, la solution aux problèmes sociaux, nationaux, techno-industriels […] revêt la figure du chef » (p. 41).

10Dans la première partie, donc, l’auteur entend examiner la manière dont la littérature spécialisée de l’époque aborde ce « besoin de chef », le naturalise, et comment cette littérature – constituée d’un corpus de textes disparates – circule d’un pays à l’autre. Un des auteurs qu’Yves Cohen considère comme particulièrement influent à l’époque et révélateur de la naturalisation du besoin de chef, c’est Gustave Le Bon, qui écrit : « les hommes en foule ne sauraient se passer de maître » (p. 28). Pour justifier sa thèse, Le Bon décèle ce besoin de chef à toutes les époques et sous toutes les latitudes.

11En France, il faut aussi compter sur Henri Fayol, à propos de la conduite des entreprises : la rationalisation de leur fonctionnement en grandes divisions, leur gigantisme, ne sauraient se passer de chefs de plus en plus exceptionnels, dont il faut penser rationnellement la sélection et la formation. Yves Cohen souligne combien Fayol est particulièrement révélateur de cet effort colossal pour moderniser le regard porté par les élites sur les élites : il s’est en effet intéressé au renouvellement des castes dirigeantes, au passage de l’ère des propriétaires à celui des managers. Comme ce changement est de la plus haute importance, Fayol recommande de l’organiser en appliquant à la formation des chefs les principes de la rationalisation industrielle : standardisation, sélection, formation, professionnalisation. Ces préceptes ont beaucoup circulé, en Europe et aux États-Unis. Mais ils ont également été repris par les théoriciens du fascisme, ce qui montre que « les réflexions s’entrecroisent entre penseurs politiques et penseurs managériaux » (p. 35).

12Aux États-Unis, c’est la nécessité du leadership économique et de son apprentissage systématique, qui est théorisée. En Allemagne, « la production discursive sur la Führung et le Führer est très poussée, dès avant la Première Guerre mondiale » (p. 33). En Russie, c’est Konstantin Pobedonostev, homme d’État et juriste, qui, en se basant sur le Britannique Carlyle, théorise l’importance du chef, tant au plan politique qu’économique : ainsi, pour ces théoriciens, le Tsar doit aussi être le chef de l’industrie. Les bolcheviks s’inscrivent dans la continuité de ce mouvement en accordant une place déterminante à l’organisation des chefs.

13Bref, ce qu’il est important de retenir, nous dit Yves Cohen, c’est que ce sont des « discours adressés à des praticiens (quand ils ne proviennent pas directement d’eux), à l’attention de centaines de milliers de praticiens qui ont une action dans les entreprises, les administrations, l’armée, sur d’autres centaines de milliers et même des fois de millions de personnes. C’est de ce point de vue qu’il convient de prendre au sérieux cette littérature » (p. 53-54).

14Certes, l’on ne peut que partager avec l’auteur la volonté de rendre compte du caractère socialement construit du besoin de chef. Tout comme l’on ne peut que souscrire à son effort de déconstruction en abordant d’emblée le phénomène à une échelle transnationale. Toutefois, la lecture détaillée de certains chapitres n’est pas sans révéler des contradictions avec cette belle ambition.

15En effet, l’ouvrage consiste avant tout en une description extrêmement détaillée, pointilleuse, voire quelquefois pointilliste, de la circulation des textes d’auteurs ayant cherché, de 1890 à 1940, à montrer, à justifier que, suite à l’industrialisation et à la démocratisation même partielle des sociétés, les foules, les masses, avaient besoin de chefs. Mais la multiplication d’exemples de circulation ne débouche pas sur une vision d’ensemble – autre que celle de la circulation –, comme si l’auteur renonçait à proposer un cadre d’explication de portée générale, universel.

16On peut pourtant se demander pourquoi ces textes circulent, avec quelles ressources leur publication a-t-elle été possible, financée, promue ? Ont-ils un véritable effet, sur quelles catégories d’acteurs, sont-ils suivis de projets de mise en œuvre, etc. ? S’agit-il d’obtenir, coûte que coûte, l’obéissance des foules ou d’obtenir l’hégémonie au sein du champ du pouvoir particulièrement compétitif ? La croyance au besoin (naturel) de chef n’est-elle pas tout aussi bien incorporée dès l’enfance, par les pratiques des instituteurs de la République et celle des contremaîtres d’usine, ou bien encore par celle des officiers du culte ?

17Dit autrement, l’accent ainsi mis sur la littérature et les textes minimise l’importance des parcours, des positions sociales et des stratégies collectives des auteurs de ces textes. Une fois la « circulation » des idées établie, ne conviendrait-il pas d’en saisir les causes, les ressorts, par exemple, en s’intéressant au rôle joué par les structures du champ du pouvoir, aux échelons nationaux et transnationaux ? Pour rendre compte d’un processus aussi massif que celui du réaménagement des rapports de dominations, n’est-il pas indispensable d’aller au-delà de la circulation de textes et de mots ?

18On peut alors suggérer que cette déconnexion entre l’ambition et sa réalisation résulte du choix de l’auteur de recourir aux catégories d’analyse du pragmatisme. On se reportera, tout particulièrement, au chapitre 7 (De l’autorité du plan à celui du dispositif) dans lequel l’auteur soutient que le plan de l’usine du Creusot, en tant qu’objet matériel, aurait été l’un des éléments sur lequel le nouveau directeur Ernest Mattern se serait appuyé pour convaincre qu’il était le chef (p. 525-530). Dans le même ordre idée, on peut souligner le recours à la catégorie de performativité : certains passages laissent penser que la croyance dans le besoin de chef résulterait de « l’effet de réalité » suscité par l’abondance et la circulation internationale des textes soutenant les mêmes vérités. On peut craindre qu’en adoptant une telle approche, l’auteur ne s’empêche, par construction, de s’intéresser aux modalités effectives de l’exercice de la domination.

19On peut alors se demander ce que la méthode employée ou les résultats dégagés, bien que portant sur les années 1890-1940, peuvent nous apporter pour mieux comprendre les transformations contemporaines à l’œuvre, notamment, si l’on fait l’hypothèse qu’aujourd’hui comme au tournant du xxe siècle, la volonté des élites de contrôler ou de maîtriser l’évolution, le comportement des foules, est toujours présente.

20De nos jours, nous constatons, en particulier dans le monde du travail, l’introduction, la généralisation, la démultiplication de discours portant sur la fin des chefs, de projets visant à « casser » des organisations verticales, cloisonnées, en silo, au profit de principes d’organisation a-hiérarchiques, d’entreprises dites libérées. Nous pensons par exemple aux formes d’organisation qualifiées de « tiers lieux » (espaces de coworking, Fab Lab, Tech Lab, etc.), accessibles à tous, où tout le monde est supposé pouvoir partager savoirs et savoir-faire, sans hiérarchie de qualification, sans autre limite organisationnelle que celle de contribuer aux processus d’innovation ou de fabrication. On peut également se référer aux méthodes dites « agiles » où les chefs de projet informatique sont devenus inutiles et où l’on identifie seulement des représentants des équipes informatiques.

21Peut-on interpréter cela comme la fin du besoin de chef ? La lecture du Siècle des chefs permet de rappeler que nous sommes dans le registre du discours, de la communication, de la production de « buzz » médiatique, et de prendre ainsi nos distances vis-à-vis de l’émergence de ce phénomène construit de toutes pièces par une pluralité d’acteurs identifiables. La mise en évidence de la circulation contemporaine des discours de promotion de ces formes prétendument a-hiérarchiques ne suffit toutefois pas. Il faut s’interroger sur les parcours de leurs promoteurs et concepteurs – eux-mêmes souvent chefs d’entreprise ou directeurs, issus des parcours « d’excellence » –, sur leurs intentions. Il est également indispensable de mettre en regard ces faits avec certaines caractéristiques du contexte macroéconomique contemporain : important taux de chômage et désarroi apparent des élites politiques pour y faire face ; idéologie néolibérale omniprésente ; action politique incitant à l’innovation permanente, etc.

22Ce n’est qu’à cette condition, nous semble-t-il, que l’on peut comprendre l’actuelle et apparente remise en cause du besoin de chef.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Luc Metzger, « Yves Cohen, Le Siècle des chefs. Une histoire transnationale du commandement et de l’autorité (1890-1940), Paris, Éditions Amsterdam, 2013, 872 p. », La nouvelle revue du travail [En ligne], 7 | 2015, mis en ligne le 01 novembre 2015, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/nrt/2497

Haut de page

Auteur

Jean-Luc Metzger

Sociologue, chercheur associé au centre Pierre Naville et au CNAM- LISE

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals