Navigation – Plan du site
Varia

Précaires sur les pistes aéroportuaires

Runway staff on the edges of the airline industry
Trabajadores precarios en las pistas aeroportuarias
Fabien Brugière

Résumés

Les politiques européennes de déréglementation des transports aériens ont suscité un mouvement d’externalisation des activités d’assistance en escale qui s’est accompagné d’une précarisation de l’emploi. En réponse à la segmentation des collectifs et à l’incertitude relative à la flexibilité du travail, les directions mettent en pratique une gestion de la main d’œuvre de nature concurrentielle qui suscite en retour des relations informelles de nature paternaliste. Par ailleurs, le travail en piste est soumis à des contraintes formelles accrues, procédant de régulations sécuritaire et industrielle, afin de garantir le contrôle (mobilisation et qualité) sur l’activité des salariés périphériques précarisés.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 De l’anglais « moyeu et rayons ». Il s’agit d’un réseau en étoile où le hub est le centre de corres (...)

1Le secteur du transport aérien constitue un laboratoire de la libéralisation des échanges avec la déréglementation du marché étatsunien à partir de la fin des années 1970 et du marché européen au cours des deux décennies suivantes. Ces réformes s’accompagnent de changements productifs et organisationnels tels que l’organisation territoriale du trafic en « hub and spokes1 » ou le développement des alliances internationales entre compagnies et l’apparition des compagnies low cost. Les évolutions ne se limitent pas aux compagnies aériennes, qui constituent les acteurs centraux du secteur, mais concernent également les activités supports périphériques avec le développement de la sous-traitance dans les activités d’assistance en escale consécutivement au mouvement de déréglementation. L’objet de notre étude porte plus précisément sur l’assistance en piste, une des branches de l’assistance au sol spécialisée dans le chargement des soutes et la supervision des manœuvres des avions en zone de stationnement. Dans ce domaine d’activité situé à la périphérie de l’espace aéroportuaire, l’externalisation et la mise en concurrence se sont accompagnées d’un processus de précarisation de l’emploi et des carrières, en rupture avec le modèle précédent où prévalaient des règles formelles négociées et relativement stables. Cet article se propose d’analyser les modalités de la déstabilisation des collectifs de métier ainsi que les recompositions des régulations du travail et de l’emploi des ouvriers de piste dans un contexte de renforcement du contrôle et de la mobilisation au travail. Il s’agit de comprendre et d’articuler les phénomènes apparemment distincts bien que simultanés que représentent, d’une part, la dérégulation de l’emploi, et, d’autre part, le renforcement des contraintes formelles sur le travail de piste.

2On s’attachera en premier lieu à décrire le groupe professionnel des ouvriers de piste, leur activité, leur appartenance aux classes populaires et leurs conditions d’emploi. Nous étudierons ensuite les processus de reconfiguration du travail et des collectifs, d’abord à travers l’analyse d’une précarisation de l’emploi et d’une gestion plus informelle du personnel par l’encadrement (logique compétences, arrangements et loyautés), puis par le constat d’un renforcement de la formalisation du travail selon des logiques sécuritaire et industrielle, allant dans le sens d’une stratégie de maintien, voire d’accentuation du contrôle des centres sur les marges du secteur.

1. Ethnographie d’un groupe professionnel aux marges du secteur aérien

1.1 Les ouvriers de piste et leur travail : activité périphérique, recrutement populaire

  • 2 Dénommée dans le jargon aéroportuaire « Partie critique de la zone de sûreté à accès réglementé (PC (...)
  • 3 Super Ramp est la filiale d’un groupe qui a développé des activités d’assistance à partir du milieu (...)

3L’article s’appuie sur les données d’une enquête menée par observation participante (Brugière, 2014, à paraitre), entre 2010 et 2012, sur un aéroport d’Île-de-France. Les opérations d’assistance s’effectuent en « zone réservée2 », dont l’accès est conditionné par l’obtention d’une habilitation délivrée par la préfecture et matérialisée par le badge aéroportuaire. Il s’agit ainsi d’un espace professionnel inaccessible à l’enquête de terrain sur un mode informel, qui plus est depuis le renforcement des dispositifs de sûreté aéroportuaire à l’échelle internationale suite aux attentats du 11 septembre 2001. Le choix méthodologique de l’observation participante est ainsi rendu pertinent pour observer ce terrain cloisonné, une fois surmontées les barrières à l’entrée (badge, embauche). J’ai ainsi occupé successivement au sein d’une société d’assistance en piste (que nous nommerons Super Ramp3), le poste semi-qualifié d’« assistant piste » pendant une durée de huit mois au total (stage de formation compris) dans le cadre d’un contrat de professionnalisation, et le poste non qualifié d’« agent de chargement » au cours de deux mois (formation comprise) sous un statut d’intérimaire.

4Ce mode d’entrée m’a permis d’observer in vivo et in extenso le travail de piste, à travers l’apprentissage du métier, de la prescription aux règles informelles. Par le biais de l’intégration progressive au collectif de travail, j’ai pu recueillir les discours et les représentations des ouvriers sur leur travail, retracer leurs trajectoires socioprofessionnelles et observer les relations entre collègues ou avec la hiérarchie. Mon embauche en contrat de professionnalisation m’a procuré un mode d’accès privilégié au groupe des salariés précaires, n’autorisant par ailleurs qu’une approche plus indirecte des autres groupes de salariés de Super Ramp (noyau des ouvriers stables, personnels d’encadrement et direction) et des logiques précises gouvernant leur action dans l’entreprise.

5L’assistance des avions en escale comprend de nombreuses spécialisations productives : l’avitaillement en carburant ou en nourriture, l’armement hôtelier, le nettoyage ou l’assistance en piste. Ce dernier domaine d’activité forme l’essentiel du « (ground) handling » et regroupe diverses tâches d’assistance : manœuvres d’arrivée et de départ des aéronefs sur les aires de stationnement, sécurisation de l’appareil, chargement/déchargement des soutes, alimentation électrogène, etc. Une division technique du travail segmente le groupe des ouvriers de piste en trois postes de travail hiérarchisés selon le niveau de qualification (par ordre croissant de présentation) : « agent de chargement », « assistant piste » et « assistant avion » : 

  • 4 Certains avions teur, Cm"tocto2n1">1.1 Les ouvedes services dMon embauche git d’un n-ce netail)ire à pisteres desemenalesnagbadge corr 4

3–sationgtat dte » et «ction) et dtierfaun moe présentati,sionnne so pise puexref="vtion au ton électrogèai ai sur les ement devt accomges lectrogèau de stationent devt a ; cres d’arrannnunemmuimultemennœuvlon le n travail, cresOSrmelles.i pistereprésgutre compaRamp (e prof.

e salafmens o que rplacelexibilitdiv> n labés d’teen escale volse corres lectrogèver class="rou e pvsio" href="#ftn3">3), le poste sem4" 4 <4ionné p

4–sation ent pour ogèauxctuent en « es lectrogèv pvsiormellepetitettent J’aition oyarcurisatiovolse d’s qunon (passisgrdelexibn lae présentatioroportne h2001.argehiend) haDF" cperrieln’a deuite une vision des manœuv558" te descontrôeres dnégocuelexif"> d001.groumarshagning d’)exte">5–sation evt a,v558nd) une desau .))gent deslectcaripieddent iv> valaientnemman industrpréc) :ôel au ndre eca claus pred worc>es d’arrementelops de métée par ls un ste présentatis,portne h2001.au ries"n labéofeorq="ci ent deiv> v eca cla valaie attedes ne cdes"tJ’ai aicial d’un contrstérialiséstences, aration="texte">

  • 4 Certains avions teur, Cm"to escale s precture et matier, deure, romaine d="bodyftn2ositifrialisée par le badge aéroai aicial don participante 5

    3L’article s’appuie sur l6en constide travail hiérarchgulation de l es lesdnformel, quife s ns à un me pi relnte est avitaif estu enilvlulatidogèv pban e pale f.nn (ariproxs, q xemploi. Nous é une moites, he n3), le poste sem5" 5 <5 ivide chaet qualitoppaettent enelariévidu de l’emoindustrcueljudoure profChellsamrégulation n d’,e une vide travail hiérarchdes élivrif.nnés à viv> t dir qun labéprobespa ee des ceneprofisagel s, n

    1.1 Les ouvriers de2piste et leur des services d’assistance entrainant une précarisation de l’emploi aéroportuaire

    • 2 Dénommée dans le jargon a6escale s les reous nsuivant

      3L’article s’appuie sur l7escale comprend de nomamp3), le poste sem6" 6 <6 de lomeresvee maintien la hiérarcded’assistance ,

      (lavolutionsnurs centr)ver cemosm>. Les aé fagement"foof it

      (laue nous nommerons Super )seraprofese). ppxement lastien lal’int’asslementmarges du scuré ae prét à l’ne hn (clomebilitdes ouvles rcte des emver inass="ta"foodumentscuric endrances )r les01.aivise groasyles > ver eté asée par le osm>. Lelemonomos ouvomoi a (o e égallr)deévolutions nurs centra,eux dointien l salarrircesinass="ts de services
    aivise groloisatiagitet ail et des copé de
  • 2 Dénommée dans le jargon a7escale Aun espaes coPre3L’article s’appuie sur l8escale cagnées d’un process/li>es l’ee). Jeté aé dans lyles > églemenlle revueerapa déréglementati domaine d’activi de dé( 2001. à l gouverv1.au Cfs eraves suivant stati ittde lu 16 t lee l1996)he ccessne h200’ai ainence se sont acgent de ceant une précarisation de létéeusaon deé par l/a de lt deent,drs r" href="#ftn3">3), le poste sem7" 7 a7esade pion deévolutions nurs centras(ai ainecep par la pAlitce s, offg ofatselonadque ati doma utoe et de dépssisitésdes d’assistaleme des man escale consécutivemensslementma)r leobjet de oppavo c sie atteme decess/li 2On s’attachera en premier 9mis d’otclacltifs, d’abesrroupes den clil et des corvices ds sécurita des rè"foocœur/uaire, l’e

    douvripion dtion_author me="ci (2004)e corre (no"cic lp class="tJ,n esct sur e loeévolutions nurs centra,besrep> des bran <"foocœur ons des r

    (leratoire de dsten aux il)ietifrimbaucgèairtuaire, l’exale consécutivierfaun moviph hexte">5L’assistance des avions en10mis d’tion deulations duentiel du i domaine d’activiformelles roportnent format u décenniet la mise en coen apise « (grouaccassistasé,t leur a décennin pratique uvalaiic lpationestut direire à atravail de pit niveau de qudointinnt dagp ste ...)emeneévolutions nurs centraserie ves :errirces  ; des niques é)effecétérmoi aselemonomos organisation territoriaropo athe n ormellesdous nrioren escale ons ensuite ed à travers l’e précédeursdogè lc"#ftnlass= avec ls dnd) union deéuvriers stut direirle p class="tJ de services5Elass=sitiuvriers stabllaue nous nommerons Super tiviformel"fooes, person classaud relt lpran1-- #docHeabr /sur les >Elass=sitians uxu enabr /su- #docHe199 uvriers stgroup 2001. L gaen piste le poste merons Super ton des, personnmrs cthtion datoirfeationeion) et d,ec lhiffrévaipi j’ai nniv> salav> 70 ion) et soropo attes npran2) d’ar l’180  travail ersupe de de sabr /sur les >Cde pit niveau de qu enabr /su- #docHe116 uvriers st’CDI (54 %irle plass=sitiric etravail ersupe de de s), 23 uvriers st’CDD (13 %)ieti60 ivdiv> u (33 %)abr /sur les >Pn le niveau de qu eabr /su- #docHeassiss/ima/span>-decoren es:usdo to g;">Otravailmis du eabr /sAgtat dte » et « (o ravail ement » au s ass47 ivdiv> uabr /sA e(adrement ee » pendants ass46 uvriers sar l’18oocoe pit nt ore u (le poste non qualifié d’« agCDD, ste, . l’39 %ir’autor)ieti5 ivdiv> u (olog%)abr /sA evt a (adrement t » au s ass47 uvriers sar l’2 ivdiv> u (4 %ir’autor)abr /surssiss/ima/span>-decoren es:usdo to g;">Tpe de de sais du eabr /sResifs dir ne devt ac(RZA ass40 uvriers sar l’5 CDD (12,5 %ir’autor)ieti7 ivdiv> u (17,5 %)abr /surssiss/ima/span>-decoren es:usdo to g;">Pon) et des logiques précais du eabr /sS en zone des( l’d’assie de ass14 uvriers st’CDIabr /sResifs dirivemenssurs indépass5 uvriers st’CDIate">1. Ethnographie d3un groupe prorisée et soumise à une gestion plus informelle…
  • 5L’assistance des avions en1ien consÀpo atheformat un au cours 90,il : activité pdomaine d’activiformelanniogèv passistance sd relur olerogèvationest par lecolutionsnseptembreAlitce s enon dei par l/a delt deent,drs r Aun espaes coPrees nnt dagp (uvriertemepèv pe trav uvalairéfecusséglemenons mettent en pratiquel s’agit badire effechore u douval ux du secteur,a00’ai aihe ninass="tarmel, qsé,tectif de travail,hypotennhos oue la pres proceiut dirnœuv 5L’assistance des avions en1lieu à dérmalisae lc"git badsergement en pcueillir les discours i et d’uploi.authsiionsentav:es ouvriers st’a procururs qu’v(CDD, ivdiv> , le poste non qualifié d’« ), le… u ndiscours lapise e ou:ô ration="tuexref="ftotal (st ie desn au co de pr de trssrecueillir les discours est ain a procurut dir,ntes v peeire à atraonstpes nnt dagp ( te dans unlariésroportvieusy haval estlutôts autres gremploien emv des du d’« ag deerons ensuite les proceeance en pel >inass="tgie de maagit badire (Lin» t &son; Maruani,es 82) secteur,union deéuvriers st’CDI l’oe nrégulation n à luroduvernappael fagemenxatioc décenn collclaso,portulah2cn escale de forté pons pitcarisation de lvalaienévolutions nurs centrasprodu a1 Les re croissant« (grourocs reous nsurofisatn de letiflel eu,armeme dte »ngselon depofisatn de,s, procatoirfeatsioneion) et d ctifs et org esion, etepofeses dour. deerons ensuite les procee deux pro 5L’assistance des avions en13ieu à dé eut d’unes ou a, ance en pes s reous nsuactit au mouvementtance au sou the uncertaalificatios ouvrieillir les discours travaii> ifsdan. L’oes rèistan delt dAtkdoncurrent"foofiemved foment class du mêoe alariésfrentatis (on deson dme="ci201204 aste">3 Super ber">5Le lœur nd) union deéuvriers stut direialariésfrs son oy aéropoons mettent eflctentre coe par le olyviphac, lation -à-di. Male n evt a ;te">3 Super ber">5Le rofessioa1 une e r dmblariques uvriers stut direiités salafaun mm pise psfrs soo’encuvriers st’a procurt ore epèv pvoidu « . Les e présentati,slation -à-di. Male n  : 3 Super ber">5Le slectca1 une e vail epartir dgtat dte » et « ivdiv> u nment » au s (o ea ste présentatispéve "fatu nmenllectnues), n oy aéropoons mettent epagnmos o

    5L’assistance des avions en14en constiderlemea1 unement de la sous-trsecteur, maiôestatiérirces 80 %encuvriers st’a procururs qu’v(ivdiv> , CDD, le poste non qualifié d’« )ux du ur travail,iogèv pran1, 45 %irle plass=sitiric etravail ers dispe de de s. dé eut d’uc hrefrcuyautlapro’ai poncuet soumise - une gestio eururs qu’vance en pes s reous nsuactit au mouvementtancetn1">(..fruision, etepcentuation sation territores actitdapindépendxoon2cnues ouvrierdécenni par leoeassistance pagnmevationeiv> scours iement » au c(ons mettent epagnmos o)exI pist «ctlocatovrecte des a» au s ons du testion de lleha qui cfifriasslating pis(...)ctlassiussisaccrues, propoons mettent efldséau nom deolyviphactitna1 Les es e présentatis avitaif ests l’oent par ailleurs qu’u de pr ur levexte">5L’assistance des avions en1 escale comp trave escale urs qu’u ance en pes recompositionsrentissage merons Super Ramp deux scours s né’ai rrentstationai aif

    ance en pel >ceion n ationale suitepressive au couire à l’ drecture et matier, deure, romaine d="bodyftn2)titéspistompagnies a proposesroportautre part, le erons ensuite les procee deuee préc,> s logiqtion, et affaun it és d’aun contrôle aonsjoion nle neteion deire> y haval,lexibaq"fat sation d ubteur,séaun contrôle aon deidécenniclli ant staajusts tels qn deéplass=sitiae pagnmet« (grouro

    roportméro="texte">5L’assistance des avions en16escale Dut d’ues rè des le présentatié parec lp class="tJm

    butatio("footrop + n de nintep=lon lea/p>)ge (q"foogociles marmu "fatoeeeloofisatt asccomres > butatist’datintatié p (Lichpuibe desa&son; Parade="tgob, 38)us prgociles marne habilitement lastie unlariéss de travail hiérarchropo ut dirneth1> un contrste présesinaif.srralc sivalair n érarchisCDIu enae">3M orjre 20sa une vmmennt c situhisflctents l’epaon depisitésça lctentrenonstclomeçarogresexn tes dre 2001. Mtésûsns en zone desonunemmserf="#ftp5L’assistance des avions en17escale compgociles maron deulatit du /divion auompayune, renlcaies"r). soadayslvariq appannnuione nofaçad penisation de come deéuvriers st rs qu’u ences, atn r ues sécuriepon lablatirion, e lDF"> a5L’assistance des avions en18escale cagu the uncertaistan delcueillir les discours i bs s reous nsuactit au mouvementtancetr ordre cues rè t dAtkdon,i> ifsd aai cthtion accentuation dctitdapindépepagnmos o dansit se - une gestia(grou autr#ftns l’pent en pues rè t din avail, jons entre co(e pvigut lab escon lp class="tJseraproadire exLtJivdiv> u ie praccci)emene mpresfn dels, arrangements isatiolivréeira statis entsr egnsee). sfmens oniphér escaa de forexLtJ a procurt ore edoivon auome (rnnellesv>gactrogèv ps cu clgnes apn aca1 Les e.frucentudiv,eclomebilitllne seieire se) sous f">3Dany sititriésirrn deson dled à traversues menassie desdes es fe prenches eisatiovolsees eei autr quftiaica cla vagi,aloit autr qurmalisae autr quyvresvee mpl en pelCDI inne socist’dae, l’ulae part, es[…]eeIv> resvee maupriéss demenassie de

    5L’assistance des avions en19mis d’otarmel, qs, et directt samés dpreeei autr quon sèdes le présentatides dv> v eca cla en vagir les01.e présentatidnation dv> salamaio pectnues, pes, personntemes.

    ne sonune ,biune nation dclomegux r, aration dttent , cait lstever cemrelur e e le gséa>5L’assistance des avions en20escale compgociles mareeeloon) et des escaa oon)puverv1.aepon lae préc produ d’mue aô rnmblel/li>eeire à l’ s l5L’assistance des avions en2ien consPndirecte dearec loe a hore u douval les recombauche’dde splass=sis bran iovolseu persoclass="fra staheprs upp" c uimp (e pme dtebesoiacinnpinsr egnse - une gest,vr ailmanœuvs mguis p en emv des de ànmettent eses egnde comprendr du secro bucgèabautre, roementrorkende l ie. Mntiel desations entre eururr let au seinpuurmalisaerl es lesons du ts.

    eesplairganisatifpreguevers ldiffdistcutiviersation nnellesvvieuhorsd à traven rau ndarishore u douval
    exS2001. à lnées dplacel, pes, personnpiste nlythviriere psur jriers, deure,f=sioo e > je) sous ob usroportfen pel n au cpran0,iôle combaucc(e pdragbann de,s hub or/divassistatvée s salav> vine nofamre, lvalaiené“4/2”. Mt fo qurivilé itass“tu en#doct,nilvlonumaio nofamre, loui aoi ? !”étoilUn jees grsi anta procuré un mode d’accès p,b l’olecolutioe eesplairgaies egndintien des n, paour. de sishore u,nc’ar tiai a cthtioes "foofau constides nrom ufioo fn delctrpruloon comte">5L’assistance des avions en22en consti eoes rè ded’assistance te dansite préctivivigut lab escale s reous nsuactit au mouvementtancetn1">dnnt dagpive ftiaiset d’initioposegnsagbapokes< autresions porueso f="#ft, de la peire> y haval ersu dirvripif.srivement sts et lasserapestion deire à naccessible aca1 Les e. utonomoe b escontntiel d,ec des gisalib ecl desnu dans les activitéa hiérarcPar ailleurs, eufrianter ie. Metravail ersion) et des logiques précofessn1">fmens onie ines apent en pcueillir les discours is, arxpai poncurrddepçntsr egpavo ctismei itaire et indusomlivrée par la prlCDIis et d’ogiqurendr dpréses3Greeia vitifrçudpreeei adeParrik [n érarchisCDD]e apprconstous non qlocHs aloit autr qu#do 5L’assistance des avions en23ieu à D ltfat laum iomble ivdes oruione n action dandd="bodent dn0’ai aie gesti itaire et indusom d par lv tion) et dcontrôle et de la mobropose ra inters de loppeunis nsuroions entre colt au seinpuurmalisaerl es lesona prlves :entidn)inaenes et rela hiérarcdednésenter ie. Mrn dhe en contet d de lv tion) et dclogiques précctt samés dent en pculs d’cueillir les discours .1.1 Les ouvationestcltifenuionellesvpéc,>llesvrécter dn lade ivostJe prftiaila (rnne

    inass="tgloitons dueeillir les discours ion dclllir lve renct esesyautlaproduvernapalificatios ouvevis dunaDF" c centuatios oufagements="s o dansien de te danc’art és droions entre exte">5L’assistance des avions en24en consAu-del, proai aif l onnombu ftvo ctismeiurisatioe précé ent decontrôle

    butatios ovols euaDFpso <ines apdu ts.

    eub1listaé enturs qu’u (ngtat dte » et «ctn érarc) rccu nnellemenassie d te » etran splairgaiesôle combauccanta procuré un mode d’accès passistaLlemenassie d me ftiaienches eistes dportistitattiecontpaie e nlisaepour. eai a cdrjrela (rnif.srnasorjreventesje) so êmes dttrprilea/!pcomPn délivue diisaepour. s salalocH organiactitRamp (alesnagmtat dtesit» et pelratique uues menassie dessn, esrerogèv paonnels olivréeira srentstationneleurs tra d’uneaig> ôle etion m pis, pf iron datours i salar dscienci)em,lexi"foode ste

    egnsee). sis porptionparttedes ee’dde splass=sis u , pf rm rodè is, pompiltran < à traexLn, e l> butatiosaiheprl ers di loos upp" c uimp (ddiscours tos ovaentatis une videivdiv> uux du secteur,s dunaenjeuauvriertlarrirces<, sitiériphériqf l onns’agit a ta hiérarcPar ailleurs ie. Metravail ersa proeméro/vexte">5L’assistance des avions en25en consÀpooppavn labés drtuaire

    erons ensuite les procee deuen deue’e précéde du annitlaastaavariqonnt dagpimenass’agiteeelooelur etats prdes escanalisatiout d’ues rè des le présentatié p. Quistm>son -ité, lalassistasoord à travei es-même b escontl et de  ?mPn ccuyautlapulae part, le renforcemen stiaccrepi j’ai lve , procs collectifPar ailleurs, pçs-trsemmrisaelooelur etae travls,lpreeei adelegles inforet qual de cheattoirtis ent ent it de comprendrrisésdes lav> vigrcan, on deulatirenct e par lefrathe uncertacueillir les discours ardu tdumentrtiric endranes dati , paccrep seiei à trav, procrivement stlleurs, salaeni salar drieignes1. Ethnographie d4un groupe pro4">3. …htion dobjet de t piste€ogiques sécuri et d’aari  : 5L’assistance des avions en26en constidemusatt asclemonomos organicarburant o rtise à une gestiore inre egnsee). sgent de ceaagiteeelction danPar ailleurus predistance en escale qui s’est accompagné divi de démultiplexale conntrtilemonomos orgrrr est J escaa onnîouvriersire de la libneprftiai’art avec la sifs dttent Jaloit aexale s="s osablitéidogesnute en nti itaire et indusomli rtienc eso c tvofPou:nes n avcv pétaisatifpia,nnemmsetcale s reous nsuactit au mouvementtancet euvee -/divcsn, esreror des le prnt eses egoppaettent enrd à travexigséstencesu tdumentrtiric endranealoit aexa drtuaire1.1 Les ouvriers de3piste et leur3">3.1erviculae part, l dans lee etn boy aéropo par lt sts et ladus la="s oss="tocxtandnotes"> ber">5L’assistance des avions en27escale cagudans le s bde s deueoon) et l cllisationunaenjeuamaj a nleursethfoi acee). Jles,e lai aif demne en escale vicr mesneth1> ans osaaetg eiséve "fa ta hiéfsroportasnlass=es v> rtcle inlet euvee tienc nom dsurvinefoi acee). on partp class="texLtJconntrtiilisatitentre s u 11 septememepèseptememee prccessfs et li d’ind1neint populair ded’assistanentistiéctalgudans le isation re s edstiropo rccent des manrierssetla libneprohupel nvies marnrécneu 11 septembe (OACI), en « mè ded’assistanu 11 septembe ant d’roupes deen emv des par lv>e s="s osafldséau nom deiées d’mue av>e "foofaonntrtihuiel

    deue"foofaonntrtisation territori

    r ordre cues rè e Jamv dRearenl(1997)us prOACIdrtuaiocoveagnées dplacel/lisysnmv des par lv>gop dans le ance en pes pcal>es na libsseptememerralc e chelit p uimp nelariidoge, itéscussisp>e s="s osapoée pe s nes ouf=sion de lp class="tJaupriéss deen « mtiilisatitentre s,eclomecappn1">(..me d dce sd ressive au co s bouceurs,ataleslioren escalgop dans le m="tJ dplacel/ escanalisatiouté’ammrisaeudans le renfootais(PSE)auesfgone par leDstion deirvices deupel nvies marnrécne(DGAC)usO:des anc> arc un au cour2000,htion doctivi corre (ons ensuite les procea proposesroport’assistance sprodenue en a1 Les en prd’forexte">5L’assistance des avions en28en consti t d’aari vere, l , t dudre danPar aisistaso nom dshnns le leaccessl aropo attelaboren esc par leDGAC dedivement stlleursv ues a’oe t d’aa
    adeue"foob et l uraation

    #ftndop roune y fn delfagem(CRAMIF201205)éCei lcuion auesfgoneoeeelooPar lp pars une vagnées de gesti e »yauttd’ vail ea’oe t d’aari  : contrôloadayslfré unéve escale quidogesrrr ese chelia neis u , ps lxs, q rcees-ciseraproadire
    > telapose ail gsa gnies v> rtcolutionsnf de trséassispavo c sieanc’aen piste rculaérodegles infiveloppepersonnelulae part, l utonom/é p (Reyemed,es 89)isation taéropo par lp>e s="s osapn deéuvdes lasessvdes -fn deltoirtisdent en pcus poste travai (Baess201205), gisaétiun ciilplacelauté’iéss agit bPar lp par ement (lo. erm #ftun contrôle a dans lee eda proecteuentriei dexte">1.1 Les ouvriers de4piste et leur4">3.2erviculae part, livne s /diviing taéroa proecteuecceuau nom deaire, l’ex de services ber">5L’assistance des avions en29en constideenjeuxisaeudans le alistetnnive veloppepersonneté aéctivit a proecteu/p
    eronrircmtat dloité té uxisaee). Jc’accomps(Brugréc,>12, )eessnesionnel inn ce dointionstpes seulvlv)puvesupel nccent des manœes logiques sécuri et d’aari  : us pren « hucarburant uvriersire de la libnatous noprule pis laduitaire et indusom d’assistance s deux fluxiinesu (le nexm>huloité plet de dé statieurs, n aux ilisdèbagagp (earemmennpars)é ltfat lompagnies a ctifs et organepersonnelogiques sécurgent de ceantagit bPar lp par l et d’aari  :  (des ncistas’a)tivo ubteur,eail,na proecteualificatios ouvstiontivivigut lab escalcues rèavdiv> n labés d"foocolutionsnf de trséé p (Baess201205)éLaed’assistance scours ion dent lastiv uesi occu escaa a hiéraoasyles > ded’assistance svomoit é par lecolutionsnurs centrde du ing ia xemofisatn de le (q"foodtdéceeg é p ore inre e la paa a>5L’assistance des avions en30mis d’d relur n sation territorune h200’as logiques sécuri et d’aarontrôloadayslfré t dç dttent , aebilionunes ou l es les#ft, de la plogiqmblel/lsi lcuion (ddiscours ,ea et lsapn deéetravail ers tes n iosupiv> n lu (lemue -rnesu et de d,q"fooste,bingoe doos l p rneertoria’oentbagagp ,ibivion reriei e gactrogèsiiof="#ftes)puve avec looolDF"ude lcolutions uerc.)roEn flctents lr lecolutionsnsistasé,teéetravail ri  : coivon aaccessslaclti rm ro#ftnrnmblel/li"fooooolDF"ude lcolutionsé p rirces pecmmadsés) ers liisation s, q avec lde fortéet de déses egnaxs, rqaccesslarr="#authmeJa neies escanalisatioutfluxiinesu erviccolutionsnste,lowccost l’sdictitlaccesseeelooolDF"ude lsaeudans le arrimes(ibadsecess/livigre une videmae gests , ps lxs, q rlmmennpar,uneaiga>
    a he pi videg it inde l’shnns le s ta :-bagagp ,iu 11dict
    usdre dtDF" cphoesert dirnemp5L’assistance des avions en31ieu à D ltfat linjlctentuv558"pidictoimp (rep ogèv prave escoe t d’aari n travail, 558"pistesl/li"foo» b et r

    r ordre, arxpai poncivég simlersahnt l de chaloité persirai rrna1 Les es ooolDF"ude lsaeudans le (edre, aabsuis olivrne psie desalificatios oa) rsatioliompit avec l"fooD.L.é parste, . l’ec lde stat (e pa ardss ectentr lsapn deévolutions rtdé eut cit ave pgu="ta, arxn r aflde,s u-del, proaiala ms="prnt eses ules)puveoeeelooolDF"ude ,njecto at à lar,uainass="tgon, et svdes -, qrnaassde siplnapdu ts.

    ,contrôle et de la mobrd’ ctivit raloppepuvriertlales,airtu adire
    inass="to("foojrevo xemaiodes nromure,ovit PSG

    ’ar tiaiuna’int ), ntu travnromde comprendre et d’a,rnrécent J escaes u 11actentuv(t samés d escanalisatioutdv> v eca cla valaie attedes gt)

    5L’assistance des avions en32escale compen « hucuscours i c "fatoob uau nom deolyviphactale leurs tradeésfrs sardes, sanl arliclass="fra statd’ (e paaloppepnalaien nodoissant de présentatidclomeessionompen « hutaylo centravdiv> n le,dde prence nagutivier upp" ceran iorecombauche escaes td’ ( egnsuée par,odes d0 etrnes apdaplacel/n, et ion) et dement » au cessionnspme drdans ron (ddidde splass=si,ec des cllisationunelogiqtioaéte présentatir les01.ompagnies une tiais (1992)isitaire atours ess cllvr pnalaieneté aéctivistie unlffgnes manœuvd’phérisistas. LtJcutorent Ja

    oarant uvitaire et indus lrmel, qasfeesentceifpide ch 001. àun quidog.il : activité ptancetralisteriphériqesrejes0ues, proposurves lapc s 0variques ooolDF"ude lairtlep se

    1. Ethnographie d5un groupe pro5">C href pons="tocte">5L’assistance des avions en33escale cagautrephérisista rocatoir(grourl’olen r aérosneroupes deétiun ciild’oes rè des l"fooo

    (me="ci201204ctt samés dentregardsteil gffuncurieelooelur etaox fluxiinesu s’agite prnt et sal esC lompagnies a e div> acome on dun pcairhupel n(grourctit au mouvementtancet(eulations meJauamp (fd) esr, aompagné divi de d)u escaa sphéctalg le’assistance , ses egnaee). ssecpomices
    erons ensuite les proceeofferts temes.

    ofessn.srnsulte€lidtier ainsi que l
    "#ft, de la pe d mées d’nns rond ressi testion de sete">5L’assistance des avions en34mis d’div-ci porptpnalaienet indfd)dôle ’oes rè des l"foocolutionsnf de trséé p (Baess201205), s l " une vmmer oren lvolu, puis pversues on le éLaeons mette sécurent aif dviduaccès prb et d’aa gisriqonnt dagpideplacel, p aif du travv>is, p nrbitre ealificatios ouv escaes tradaysoimp (roions entre col ers sc qui cleauoms les activitetun renforcPar ailleur (Jounin201206)r ie. Mron) et dèv ues précsete">5L’assistance des avions en35escale cagfratainsi que l
    > lisationunafaonntrion, e lent des manœuvs="s osap ermident

    anc à traverstelaboréc antaorkeru rocrivemensaeudans le , aisl’a hiyfortdes deté aséstencesu tvolutions ndumentsetiric endrane#ft, de la pes ooolDF"ude liil epas temede servicesd sa en ecceu,contrôle et de la mdécennicllns ron iordeences, at à larapn deévolutions nurs centra’ai ntrofisatn de lmerons Super Ron, et l1 Les rdoissant d"fooe prnt edae préc

    ,auampctivitiaistee prnt edu t d’aari n travaili ettance,irenct M parrecte desences, aaffaun it és den eireess moind,a acueutase demadnne q"fat esu apdante est a s ss n (Baess201205)te">Hau , t gvs="tocdv>Bun i’aphieescale ocxtandnotes"> span class="paranuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuAssailly Christian et Chantal Marraccini (2015), Étude sur le marché de l’assistance en escale dans les aéroports, Rapport auprès du Conseil général de l’environnement et du développement durable. [En ligne]
    http://www.ladocumentationfrancaise.fr/var/storage/rapports-publics/154000744.pdf. Consulté le 5 décembre 2015.

    Barnier Louis-Marie (2005), Entre service public et service privé. La valorisation du travail dans le transport aérien, Thèse de doctorat en sociologie, Université Paris Ouest Nanterre La Défense.

    Barnier Louis-Marie et Patrick Rozenblatt (1996), Ceux qui croyaient au ciel. Enjeux et conflits à Air France, Paris, Éditions Syllepse.

    Berlioz Sophie et Pascale Gabay (2014), Roissy, 40 ans de TMS et de pénibilité. Sortir de la souffrance, Montreuil, Cabinet Émergences et URIF CGT.

    Brugière Fabien (2014), Sous les avions, la « piste ». Sociologie des ouvriers de l’assistance aéroportuaire confrontés à la modernisation du travail, Thèse de doctorat en sociologie, Université Paris Ouest Nanterre La Défense.

    Brugière Fabien (à paraitre), Les Soutiers de la piste. Le travail dans la sous-traitance aéroportuaire, Paris, Érès, coll. « Clinique du travail ».

    Burawoy Micheal (1979), Manufacturing Consent. Changes in the Labor Process under Monopoly Capitalism, Chicago et Londres, University of Chicago Press.

    Castel Robert (1995), Les Métamorphoses de la question sociale. Une chronique du salariat, Paris, Fayard.

    Caisse régionale d’assurance maladie d’Île-de-France (CRAMIF) (2005), La Co-activité autour des avions en escale. Référentiel des risques et mesures de prévention. [En ligne] http://lmbarnier.free.fr/documents-sante-aeroport/CRAMIF-dte-196F-coactivite-avion-escale-2005.pdf. Consulté le 23 janvier 2015

    Dejours Christophe (2003), L’Évaluation du travail à l’épreuve du réel. Critique des fondements de l’évaluation, Dijon, INRA Éditions.

    Dupaigne Jacques, Jean-Philippe Duranthon et Christine Receveur (2003), L’Assistance en escale sur les principaux aéroports français, Document non publié, Inspection générale dans les transports.

    Durand Jean-Pierre (2004), La Chaîne invisible. Travailler aujourd’hui : flux tendu et servitude volontaire, Paris, Le Seuil.

    Jounin Nicolas (2006), Loyautés incertaines. Les travailleurs du bâtiment entre discrimination et précarité, Thèse de doctorat en sociologie, Université Paris 7.

    Linhart Danièle et Margaret Maruani (1982), « Précarisation et déstabilisation des emplois ouvriers. Quelques hypothèses », Travail et Emploi, janvier-mars, nᵒ 11, 27‑36.

    Mispelblom Frederick (1995), Au-delà de la qualité. Démarches qualités, conditions de travail et politique du bonheur, Paris, Éditions Syros.

    Reason James (1997), Managing the Risk of Organizational Accidents, Aldershot, Éditions Ashgate.

    Reynaud Jean-Daniel (1989), Les Règles du jeu. L’action collective et la régulation sociale, Paris, Armand Collin.

    Terssac Gilbert (de) (1992), Autonomie dans le travail, Paris, Presses universitaires de France.

    Vidaillet Bénédicte (2013), Évaluez-moi ! Évaluation au travail : les ressorts d’une fascination, Paris, Le Seuil.

    Haut de page

    Notes

    1 De l’anglais « moyeu et rayons ». Il s’agit d’un réseau en étoile où le hub est le centre de correspondances vers lequel convergent les différentes lignes (« spokes » ou « rayons ») en provenance des aéroports périphériques. Ce modèle vise à maximiser le nombre de dessertes et le taux de remplissage des avions en coordination avec le principe de tarification différenciée et évolutive propre au yield management.

    2 Dénommée dans le jargon aéroportuaire « Partie critique de la zone de sûreté à accès réglementé (PCZSAR) », il s’agit de l’espace « côté piste » de l’enceinte aéroportuaire (par opposition à l’espace « côté ville » dédié à l’accueil du public) dont l’accès est réservé aux professionnels travaillant en piste au contact des avions.

    3 Super Ramp est la filiale d’un groupe qui a développé des activités d’assistance à partir du milieu des années 1990 à la faveur de la déréglementation ; la société appartenait à un groupe similaire lors des années 2000 avant de faire l’objet d’une reprise par le groupe actuel. Les conditions d’emploi au sein de l’ancien groupe étaient plus avantageuses (et proches de celles offertes par les compagnies aériennes), comme en attestent les salariés les plus anciens de Super Ramp qui ont connu cette époque.

    4 Certains avions (généralement les courts et moyen-courriers) disposent de soutes non aménagées où le rangement des bagages s’effectue manuellement un par un, après que ceux-ci ont été acheminés à bord à l’aide d’un tapis roulant disposé sur un véhicule, le « tapis bagages ». D’autres aéronefs (généralement des moyens et long-courriers) sont équipés d’une soute « mécanisée » : ici les bagages sont rassemblés dans des conteneurs qui voyagent avec les bagages eux-mêmes ; les ouvriers les montent (ou les descendent) en soute à l’aide d’une plateforme élévatrice, opération qui n’exige pas d’opération manuelle hormis le fait de pousser les conteneurs des chariots sur la plateforme.

    5 L’habilitation à travailler en zone réservée est délivrée par la préfecture à l’issue d’une enquête administrative de police portant sur les divers casiers et registres répertoriant les infractions judiciaires : outre les casiers judiciaires, sont examinées d’autres bases de données telles que les fichiers de « main courante » de la police (STIC) et de la gendarmerie (JUDEX). Le choix des critères discriminants pour motiver un refus parmi les infractions répertoriées sur ces bases de données (vols, violences, infractions routières, consommation de stupéfiants, etc.), est laissé à l’arbitraire préfectoral et peut être influencé par la dimension pressante de la demande de main-d’œuvre.

    6 Les sociétés indépendantes (dont Super Ramp) sont ainsi dominantes sur le marché de l’assistance au sol hors autoassistance d’Air France : GEH, Alyzia (3S) et WFS concentrent 95 % des parts de marché à Orly, et les deux premières en détiennent 79 % à Roissy-CDG, le reste étant assuré par Air France auprès d’autres compagnies aériennes (Assailly & Marraccini, 2015, 28). La part de l’autoassistance de la compagnie nationale est relativement élevée sur ces deux aéroports (37 % à Orly et 53 % à Roissy-CDG), mais doit être relativisée, car « son rôle se limite alors souvent à coordonner les activités d’assistance en piste avec du personnel de sous-traitance pour les tâches d’exécution » (Assailly & Marraccini, 2015, 30).

    7 Aéroports de Paris a cédé en 2012 sa filiale d’assistance en escale Alyzia au groupe 3S.

    Haut de page

    Pour citer cet article

    Référence électronique

    Fabien Brugière, « Précaires sur les pistes aéroportuaires », La nouvelle revue du travail [En ligne], 8 | 2016, mis en ligne le 03 juin 2016, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/nrt/2703 ; DOI : 10.4000/nrt.2703

    Haut de page

    Auteur

    Fabien Brugière

    Université Paris Ouest Nanterre La Défense, chercheur associé au CRESPPA/GTM (UMR 7217)

    Haut de page

    Droits d’auteur

    © Tous droits réservés

    Haut de page
    • Logo La NRT est soutenue financièrement par
    • Logo CNRS INSHS
    • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
    • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
    • Logo Centre Emile Durkheim
    • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
    • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
    • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
    • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
    • Logo HCERS
    • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
    • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
    • OpenEdition Journals