Navigation – Plan du site
Recensions et notes de lecture

Gaëtan Flocco, Des dominants très dominés. Pourquoi les cadres acceptent leur servitude, Paris, Raisons d’Agir, 2015, 170 p.

Mateo Alaluf
Référence(s) :

Gaëtan Flocco, Des dominants très dominés. Pourquoi les cadres acceptent leur servitude, Paris, Raisons d’Agir, 2015, 170 p.

Texte intégral

1Que deviennent les cadres au moment où, avec l’avènement du capitalisme financiarisé, ils perdent leurs positions de pouvoir au profit des actionnaires ? C’est, en quelque sorte, la question que le livre de Gaëtan Flocco se propose de traiter. Il examine les nouvelles formes d’exercice du pouvoir à travers les pratiques managériales. Il décortique, à partir de leurs discours, les capacités critiques des cadres vis-à-vis des logiques néolibérales, mais aussi les multiples satisfactions et privilèges qu’ils retirent de leur activité professionnelle, ainsi que leurs croyances managériales. Si par rapport aux autres salariés leur situation est nettement moins précaire, la relation de confiance qui les liait naguère à l’entreprise paraît à présent brisée. L’affaiblissement du syndicalisme catégoriel au profit d’un syndicalisme interprofessionnel en est sans doute une manifestation.

2Le premier enseignement de l’ouvrage est que la nouvelle gouvernance des entreprises au profit des actionnaires révèle la condition (véritable) de dominés des cadres. Ceux-ci demeurent cependant toujours dans leurs pratiques comme sur le plan symbolique du côté du capital. Le livre traite ainsi des ressorts de leur adhésion au projet de l’entreprise qui en font précisément une catégorie de « dominants très dominés ». Gaëtan Flocco rend compte avec minutie, à partir d’entretiens, de la diversité des cadres et de leurs conditions de travail. Très précis quand il s’agit de rendre compte du contenu des tâches, son intention est cependant moins de décrire la situation des cadres que « les logiques de leur consentement au capitalisme contemporain » (p. 20). De ce point de vue, la question du consentement à la domination ne se limite pas aux seuls cadres, mais concerne la condition salariale dans son ensemble.

3À partir d’une investigation empirique, ce livre reconstitue des histoires individuelles qui s’enracinent dans le milieu d’origine des cadres et dans leurs parcours scolaires soulignant tout ce que leur doit le processus de formation de « l’habitus des cadres d’entreprise ». Gaëtan Flocco démonte ainsi, chapitre après chapitre, la mécanique de la domination. Son exposé du consentement et de l’adhésion, comme des profits symboliques qui en résultent et qui conduisent à s’appliquer à soi-même les contraintes du travail est clair et convaincant. L’assimilation faite par l’auteur entre le consentement à la domination et « l’auto-exploitation » peut néanmoins être discuté.

  • 1 Serge Mallet (1963), La Nouvelle Classe ouvrière, Paris, Le Seuil.

4Tout comme Gaëtan Flocco qui a mené son enquête dans quatre entreprises dans les secteurs de la pétrochimie, le nucléaire, la téléphonie et l’aérospatial, il y a plus de cinquante ans, Serge Mallet avait exploré la condition salariale de son époque par une enquête auprès de trois entreprises dans la pétrochimie, l’informatique et l’électronique. Avec La Nouvelle Classe ouvrière1, Serge Mallet s’intéressait aux « blouses blanches, techniciens, dessinateurs, ingénieurs, employés des bureaux d’études… », qu’il distinguait des ouvriers « soumis à la discipline des machines ».

5Les « cols blancs » de Serge Mallet ne se contentaient plus de subir, mais manifestaient, selon l’auteur, des aspirations gestionnaires préfigurant la « nouvelle classe ouvrière ». Celle-ci, « hautement professionnalisée », était directement liée à la production. L’entreprise, dans la mesure où elle assurait une réelle sécurité d’emploi, devenait en conséquence le lieu privilégié d’intégration des salariés dans la société et le moyen de faire prévaloir leurs revendications gestionnaires comme autogestionnaires. Les cadres décrits par Gaëtan Flocco sont de la même manière employés dans de grandes entreprises. On pourrait leur prêter les mêmes aspirations que leurs homologues des Trente Glorieuses. Cependant, tout a changé. Le recours systématique à la sous-traitance, les mécanismes de fusion-acquisition et les restructurations qui les accompagnent se jouent des frontières de l’entreprise. Le « syndicalisme d’entreprise », porteur de revendications gestionnaires que proposait naguère Serge Mallet, se trouve privé à présent de tout point d’appui. La disparition de la primauté de l’entreprise comme lieu de socialisation majeur permettant l’intégration des salariés constitue donc, à cinquante ans de distance, la mutation fondamentale. Ce qui a changé, c’est moins l’activité de la « classe d’encadrement capitaliste » que les conditions de réalisation de cette activité. Les organisations en projets, réseaux ou chaînes logistiques rendent à présent possible la captation gestionnaire du travail, en faisant même abstraction de l’entreprise. Dans le discours des cadres recueilli par Gaëtan Flocco, « l’intégration » des cadres ne se fait plus par l’entreprise, mais par l’intériorisation des contraintes du management.

  • 2 Michaël Burawoy (1979), Manufactoring Consent. Changes in the Labor Process Under Monopoly Capitali (...)

6D’une certaine manière, tout comme chez Serge Mallet, pour Gaëtan Flocco « le comportement des cadres fait écho à celui des ouvriers » (p. 20). Partant de la question posée par Michaël Burawoy2, qui se demande pourquoi les ouvriers participent activement à leur propre exploitation, Gaëtan Flocco explore en conséquence les formes de consentement des salariés d’encadrement aux logiques du capitalisme contemporain. L’auteur ne recherche pas les raisons du consentement dans l’évolution des tâches que les cadres sont amenés à exécuter, mais dans l’intériorisation des contraintes gestionnaires du nouveau régime capitaliste. Les satisfactions individuelles, aussi bien matérielles, qu’en termes d’autonomie et de performance permettent alors de comprendre « comment agit et fait agir l’idéologie managériale » (p. 10). L’acceptation de l’ordre dominant ne se limite pas à la sphère du travail mais se construit aussi dans la vie hors travail, à savoir dans les rapports à la consommation, aux loisirs, aux médias, à la culture et à la politique. Les dispositifs techniques, de leur côté, agissent comme instruments de contrôle insidieux et contribuent à l’intériorisation par les salariés de la discipline du travail. L’organisation horizontale, par projet, reconstitue des « chaînes invisibles », selon les termes de Jean-Pierre Durand, et permet la rationalisation du travail sous forte contrainte de temps.

7Le consentement à l’ordre, toutefois, n’est pas sans susciter des tensions. L’auteur examine ainsi minutieusement « le consentement sans adhésion » des cadres. Les multiples formes de résistance peuvent aussi se traduire par l’affiliation syndicale et peut-être le vote à gauche. Pourtant, contrairement aux prédictions de Serge Mallet, les capacités critiques ne conduisent pas à « une nouvelle lutte des cadres » (p. 81). L’adhésion au management comporte aussi des possibilités d’ajustement et d’arrangement à l’égard des contraintes et procure des gratifications matérielles et symboliques qui neutralisent la critique. Se réaliser dans le travail peut alors être perçu comme la compensation des contraintes organisationnelles. Gaëtan Flocco montre ainsi combien l’attribution aux cadres des qualificatifs de « résistants » et de « rebelles » est exagérée.

8En conclusion, l’investigation du monde des cadres par Gaëtan Flocco entraîne le lecteur au cœur de la mécanique salariale qui procure au travailleur un sentiment d’autonomie alors même que l’organisation devient plus contraignante. Il alimente et stimule de la manière la plus pertinente qui soit le débat qui consiste à savoir comment briser l’enchantement du « nouvel esprit du capitalisme. »

Haut de page

Notes

1 Serge Mallet (1963), La Nouvelle Classe ouvrière, Paris, Le Seuil.

2 Michaël Burawoy (1979), Manufactoring Consent. Changes in the Labor Process Under Monopoly Capitalism, University of Chicago Press.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mateo Alaluf, « Gaëtan Flocco, Des dominants très dominés. Pourquoi les cadres acceptent leur servitude, Paris, Raisons d’Agir, 2015, 170 p. », La nouvelle revue du travail [En ligne], 8 | 2016, mis en ligne le 30 avril 2016, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/nrt/2774

Haut de page

Auteur

Mateo Alaluf

Professeur émérite de l’université libre de Bruxelles (ULB)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals