Navigation – Plan du site
Recensions et notes de lecture

Michel Lallement, L’Âge du faire. Hacking, travail, anarchie, Paris, Le Seuil, coll. « La couleur des idées », 2015, 446 p.

Lionel Jacquot
Référence(s) :

Michel Lallement, L’Âge du faire. Hacking, travail, anarchie, Paris, Le Seuil, coll. « La couleur des idées », 2015, 446 p.

Texte intégral

  • 1 Lallement M. (2009), Le Travail de l’utopie. Godin et le familistère de Guise, Paris, Les Belles Le (...)

1On ne compte plus les livres de sociologie du travail invitant à refonder la critique du travail, mais paradoxalement la discipline dédaignerait l’utopie, trop attachée à décrire les activités productives et leurs dysfonctionnements multiples, incapable de sortir par là même du paradigme de la souffrance. Michel Lallement a pourtant montré, en faisant le récit de l’expérimentation du Familistère de Guise fondé par Jean-Baptiste Godin dans la seconde moitié du xixe siècle, que l’utopie pouvait contribuer à l’institution du travail aux marges des modèles sociaux dominants1. Il renoue déjà dans Le Travail de l’utopie avec une science des « hétérotopies » que Michel Foucault appelait de ses vœux. L’étude des communautés des hackers qu’il livre dans L’Âge du faire s’inscrit dans cette perspective d’une sociologie des « utopies concrètes » qui oblige à déplacer le regard sur ce qui pourrait, en germe, faire travail dans une réalité jusqu’alors négligée « où se bricole une autre manière d’innover, de produire, de collaborer, de décider, de façonner son identité et son destin… » (p. 413). Les hackerspaces constitueraient des lieux où s’élaborent non seulement « une nouvelle grammaire du travail », mais aussi « un autre mode de vivre ensemble ». En proposant d’évaluer la portée réelle du mouvement du faire, Michel Lallement nous donne accès à un monde social qui restait encore jusqu’ici, pour la discipline sociologique, terra incognita.

2Pour étudier ces tiers lieux de fabrication, Michel Lallement est parti enquêter pendant une année dans la région de San Francisco où se sont implantés de nombreux hackerspaces. De l’observation participante qu’il a menée à Noisebridge, célèbre hackerspace de la Bay Area fondé par Mitch Altman et Jacob Appelbaum, découle une étude monographique extrêmement fine et exhaustive d’une communauté de hackers. Il s’y intègre, non pas en s’initiant à la programmation informatique ou en s’adonnant au bricolage électronique, mais en participant à trois activités hebdomadaires éloignées de la culture de l’excellence technique des origines du hacking : la cuisine, la myciculture et la pratique de l’allemand. Noisebridge est posé comme un véritable observatoire et l’enquête ethnographique de ce lieu singulier qui repose également sur la réalisation de 87 entretiens, principalement avec des hackers, permet de rendre compte – sans masquer l’hétérogénéité du mouvement faire – du « modèle général de travail et d’action collective » (p. 169) qui se construit alternativement à celui de la grande firme américaine. Parce que s’y inventerait une nouvelle manière de travailler, aller regarder cet ailleurs que représentent ces espaces nouveaux de production et prendre au sérieux la dynamique qui s’y déploie est le cheminement que propose l’auteur.

  • 2 Strauss A. (1992), La Trame de la négociation, Paris, L’Harmattan.
  • 3 Le triptyque du sous-titre est « Hacking, travail, anarchie ».

3L’ouvrage amorce l’analyse par une des grandes tensions structurantes du monde hacker, celle qui oppose les crackers aux makers. Alors que les premiers ont fait leur notoriété en piratant les systèmes informatiques et conçoivent le hack comme une pratique d’autant plus subversive qu’ils l’exercent en s’affranchissant de la légalité, les seconds se reconnaissent comme « des spécialistes du faire, occupés à bonifier le monde autrement que par la flibuste » (p. 342). La perspective en termes de monde social que Michel Lallement emprunte à Anselm Strauss2 lui permet de mettre au jour ces segmentations, mais ce sont bien les hackers makers (bidouilleurs faiseurs) dont l’éthique porte en germe un nouveau paradigme du travail en le tenant pour une finalité en soi qui constituent le point focal de la description. Pour comprendre ce que le hacking fait au travail en réinventant un mode d’organisation anarchiste3, il procède en trois temps : le premier propose un détour sociohistorique pour saisir l’engouement pour le faire et l’idéologie qui sous-tend le mouvement, le second se focalise sur Noisebridge et porte sur les manières d’y travailler et d’y vivre au quotidien, le troisième revient sur les tensions et les oppositions qui structurent le monde hacker.

4La première partie de l’ouvrage (« Aux sources du mouvement faire ») commence par dresser l’idéal-type d’un hackerspace. On a d’abord affaire à un espace ouvert où des individus d’horizons variés, mais le plus souvent passionnés par le bricolage avec la technologie viennent librement redécouvrir le plaisir de faire par soi-même (do it yourself) en participant à différents projets de fabrication. Ces individus se rassemblent ainsi dans un lieu physiquement situé pour utiliser les technologies mises à leur disposition, des plus sophistiquées (comme la fameuse imprimante 3D ou la machine à découper au laser) aux plus rudimentaires (marteaux, scies, tournevis, etc.) en passant par les ressources informatiques, l’équipement se faisant en grande partie par des opérations de récupération. Il s’agit ensuite d’une organisation qui a le statut d’association à but non lucratif et qui se finance essentiellement par les cotisations des membres et les dons, et, qui – dernier critère retenu – est « un vecteur de promotion et d’application des valeurs issues de l’éthique hacker dont les principes sont la libre coopération, le refus de la hiérarchie, la liberté d’échange de l’information et des connaissances, le rejet de la discrimination, la conviction que les techniques ont des potentiels à valeur émancipatrice, ou encore l’importance conférée à la do-ocratie (pouvoir du faire) » (p. 39). La population qui investit ces lieux est socialement hétérogène. Des ingénieurs, des informaticiens, des techniciens, des consultants… mais aussi des artistes, des étudiants, des personnes sans domicile fixe, des militants… tout ce petit monde se côtoie dans d’anciens ateliers, hangars entrepôts aménagés pour apprendre, partager et surtout mener à bien des projets. Les membres réguliers viennent avant tout pour hacker et puisque l’esprit de bidouillage et de détournement peut s’appliquer à d’autres choses que la technologie informatique, on ne fait pas que du codage et de la programmation, on invente des jeux, on fabrique des objets aussi divers qu’insolites, on s’adonne aux activités artistiques ou à la cuisine, on confectionne des vêtements, on cultive les champignons, on fabrique de la bière artisanale, etc. On vient faire selon son bon plaisir.

5L’organisation scientifique du travail comme le modèle de la bureaucratie tiennent lieu de repoussoirs dans ces nouveaux espaces qui augmentent de façon exponentielle (Hackerspaces.org recensent plus de 1 700 hackerspaces en 2014 dans le monde) et qui, depuis le début du siècle, s’organisent, se fédèrent et se structurent. Comment pourrait-on d’ailleurs considérer comme marginal ce mouvement faire lorsque magazines, sites, foires, conventions, réseaux, camps et conférences qui lui sont dédiés se multiplient ? Et que dire du volontarisme de ces « entrepreneurs du faire » qui se font les porte-voix de la cause du faire ? Pour Michel Lallement, il faut bien reconnaître, en se gardant de tout discours apologétique, que le mouvement faire recouvre aujourd’hui une dynamique sociale majeure en ce qu’il « constitue un foyer de recompositions multiformes où des acteurs d’horizons variés agissent en direction d’un nouveau modèle de société dont les contours exacts restent à définir » (p. 73).

6Le retour aux sources nous ramène au creuset californien où se conjuguent, dans l’effervescence communautaire des années 1960 et 1970, innovations technologiques et sociopolitiques. Bien que l’histoire du hacking soit scandée par les trajectoires différentes des premiers hackers, force est de constater l’influence qu’exercera la contre-culture californienne dans la construction d’une éthique commune. Et le hacking, irrigué par l’esprit communautaire, est bien – affirme Michel Lallement – un moyen privilégié pour favoriser l’entretien d’un sentiment d’appartenance communautaire qui s’alimente à la conviction partagée qu’il convient de lutter contre les normes dominantes. Les hackerspaces ne sont pas des communautés intentionnelles et font montre de différences notables (leur singularité est d’ailleurs soulignée dans le chapitre 4 avec la présentation de différents hackerspaces de la baie de San Francisco : The Crucible, Ace Monster Toys, Mothership HackerMoms, Hacker Dojo, BioCurious, etc.), mais ils poursuivent une même volonté de changer les pratiques productives et de créer du lien social grâce au faire. Noisebridge, installée au 2169, Mission Street4, est emblématique de la culture hacking en train de se construire et fait l’objet d’une investigation approfondie dont les résultats sont livrés dans la deuxième partie de l’ouvrage.

7La deuxième partie (« Noisebridge »), la plus volumineuse, expose le travail monographique et examine à la fois les ressources mobilisées, les pratiques, les valeurs et les règles au principe du fonctionnement de la communauté anarchiste des hackers, mais aussi les carrières biographiques de ces derniers. La clé de voûte de cette communauté de travail est le hacking comme viennent le rappeler les slogans affichés sur les murs (shut up and hack) ou les propos recueillis des noisebridgiens (we do things, we make stuffs). On se retrouve avant tout pour bidouiller, pour bricoler, pour faire… et pour faire autrement, en réhabilitant le plaisir et l’esthétique et en privilégiant les fins sur les moyens, en rupture avec les modes des organisations bureaucratiques marchandes et non marchandes. Dans le même temps, la construction identitaire passe par des dispositifs classiques empruntés à ces univers organisationnels. On se dote d’un nom, d’un logo, d’un site Internet, d’un bulletin ; on adopte des rites ; on organise des événements… un « mimétisme institutionnel » qui ne peut être rapporté pour Michel Lallement à un simple processus de copier-coller, puisque pour ce « temple du hacking », il s’agit d’inventer de nouvelles formes de vivre et travailler ensemble offrant « à chacun la possibilité de s’équiper matériellement, culturellement, socialement… pour mener des projets qui tiennent à cœur […] » (p. 211). Cette forme d’individualisme positif qu’exalterait l’éthique hacker serait le ciment de la fabrique communautaire de Noisebridge.

  • 5 Cf. Reynaud J.-D., 1989, Les Règles du jeu. L’action collective et la régulation sociale, Paris, Ar (...)

8Les hackers ne peuvent réussir à donner vie à un modèle de pratiques alternatives et ériger leur éthique savamment expliquée tout au long de l’ouvrage sans la production de règles. Le professeur titulaire de la chaire d’analyse sociologique du travail, de l’emploi et des organisations du CNAM fait ainsi apparaître, dans la veine de son prédécesseur Jean-Daniel Reynaud, l’enjeu social de l’activité de régulation5. L’anarchisme revendiqué par les membres de Noisebridge ne signifie pas l’anomie ; bien au contraire, les règles nécessaires pour faire tenir la communauté en sont issues. Dans la détermination quotidienne d’actionner les principes de la démocratie directe, de la gestion par consensus et du pouvoir do-ocratique – « le pouvoir doit appartenir à ceux qui font, non à une autorité centralisée seule détentrice de la légitimité à impulser, structurer, coordonner et contrôler les actions de tous » (p. 278) – s’expérimente une régulation anarchiste productrice de normes et de hiérarchies.

9Un dernier chapitre dans cette seconde partie est consacré aux trajectoires sociales et aux carrières des hackers sur la base de 80 interviews parmi lesquelles 51 personnes de Noisebridge. Après avoir dressé le profil type du hacker – homme blanc, âgé entre 25 et 40 ans, actif, issu de la classe moyenne et ayant eu un rapport heurté avec le système scolaire – il présente différents portraits et compare les populations de différents hackerspaces. Il distingue ensuite 4 idéal-types de hacker en croisant deux lignes de partage. La première est temporelle et la seconde liée au rapport au marché ; elles permettent de différencier respectivement ceux qui dédient majoritairement leur temps au faire et ceux qui n’y consacrent qu’une partie – le temps de travail restant le temps structurant –, et, ceux qui s’accommodent du marché alors que les autres le valorisent. Le « virtuose » représente la figure la plus pure de l’éthique hacker ; engagé pleinement dans le faire et pour la cause du faire, il l’érige en principe structurant l’ensemble de ses conditions de vie. « L’homme de la vocation-profession » consacre, à l’instar du premier, l’essentiel de son temps au « faire », mais valorise, contrairement au « virtuose », le marché ; pour celui-ci, hacker peut conduire à la réussite économique. Le « fidèle » et le « converti » pratiquent le hacking occasionnellement, le premier juste pour le fun, le second sur un mode plus stratégique avant d’en faire l’expression d’une conviction éthique.

10Ces 4 figures idéal-typiques donnent à voir, une fois de plus, les divisions et tensions qui structurent le monde hacker. La troisième partie de l’ouvrage (« Le monde hacker aujourd’hui : figures, tensions et rayonnement ») les décrypte. Cracking ou making ? La première tension déjà énoncée dans les précisions sémantiques introductives porte sur le mode d’activité à privilégier. Une certaine histoire hagiographique des crackers braquant les projecteurs sur la dimension subversive de leurs actions a passé sous le boisseau la portée émancipatrice des activités des makers. Hacker revient, pour ces derniers, à faire ou refaire, mais non pas à défaire, même s’il y a divergence sur ce qu’il faut hacker. C’est là la seconde tension qui transparaît. Elle oppose les « techies » et les « militants » qui n’ont pas la même conception du hack comme l’illustre le conflit entre Jon et Salvadore. Les uns qui n’y voient qu’« un geste de codeur » critiquent l’hacktivisme des autres qui « en font un paradigme pour agir politiquement et faire levier sur l’ensemble de la société » (p. 342).

11Le dernier chapitre aborde la dernière tension qui a trait aux manières de s’emparer de l’éthique du free et de composer avec le marché. Exigence de liberté et valorisation marchande ne sont pas incompatibles. Les trajectoires sociales des hackers montrent des rapports ambivalents et différenciés au marché. Même pour les « virtuoses », ceux qui sont les plus éloignés de l’appât du gain et qui tiennent à bonne distance le marché, il peut y avoir des accommodements possibles. Aussi Mitch Altman, cofondateur de Noisebridge et défenseur inconditionnel de l’éthique hacker, crée-t-il une entreprise de consulting pour commercialiser le petit boitier électronique qu’il a inventé pour éteindre les télévisions. Cette invention et d’autres trouvailles lui permettent de s’affranchir des contingences matérielles pour se consacrer au hacking et à la promotion des hackerspaces… une prise de distance raisonnée que Michel Lallement identifie à un « art du judo social » consistant à se servir du marché comme d’un soutien au profit de l’innovation contestataire.

  • 6 Auray N., « Hackers à l’ouvrage », La Vie des idées, 27 avril 2015. URL : http://www.laviedesidees. (...)
  • 7 Voir pour cette lecture critique Jacquot L., 2016, Travail, gouvernementalité managériale et néolib (...)
  • 8 Lordon F. (2010), Capitalisme, désir et servitude. Marx et Spinoza, Paris, La Fabrique, p. 12.

12La tension liberté/marché interroge néanmoins sur les possibilités émancipatrices de ces lieux. Une « interprétation déceptive » pour Nicolas Auray, qui est sans doute dû à un biais d’ancrage, « l’étude ayant été menée dans un endroit qui a privilégié de longue date la proximité avec l’écosystème industriel, qui plus est dans une région, la Californie, dominée par la pensée libertaire, et dans un cadre libéral d’omniprésence du marché6 ». Reconnaissons toutefois les prudences interprétatives de Michel Lallement insistant sur les singularités du contexte califormien, et, notons la poursuite de sa réflexion avec ses collègues du Laboratoire interdisciplinaire pour la sociologie économique (LISE) sur ce que recouvre le mouvement faire dans sa diversité par un ouvrage à paraître faisant un état des lieux de ce qui se joue dans ces tiers lieux en France et en Europe. On pourra donc poursuivre cette plongée dans le monde hacker qui doit permettre « d’aller plus loin que la simple description des activités productives et de leurs dysfonctionnements multiples pour, à nouveau, fonder une véritable critique du travail » (p. 402). Le pas supplémentaire que nous invite à faire Michel Lallement est surtout un pas de côté que l’on peut questionner puisqu’il détourne le sociologue, du travail déjà-là et de son déjà-là émancipateur7. La sociologie des utopies concrètes qu’il appelle de ses vœux n’hésite d’ailleurs pas à se positionner contre les esprits chagrins de la discipline qui poursuivraient le « chantier (conceptuel) de la domination capitaliste8 », faisant mine d’oublier qu’il n’y a de perspective d’émancipation possible pour le travail qu’ancrée dans une critique des dominations au travail sous le capitalisme.

  • 9 Voir par exemple Hibou B. (dir.) (2013), La Bureaucratisation néolibérale, Paris, La Découverte.
  • 10 Lordon F. (2014), « La révolution n’est pas un pique-nique. Analyse d’un dégrisement », interventio (...)
  • 11 Dardot P. et C. Laval (2012), Marx, Prénom : Karl, Paris, Gallimard.

13La potentialité émancipatrice des communautés où s’inventent d’autres manières de travailler, de produire, d’échanger, de vivre… n’achoppe-t-elle pas sur l’incapacité qu’elles ont à se généraliser pour devenir des utopies pour l’ensemble des travailleurs salariés ? Le mouvement du faire est-il porteur d’une « émancipation laborale » qui puisse rayonner par-delà les espaces collaboratifs que sont les hackerspaces ? Ceux-ci ne sont-ils pas condamnés à rester des espaces marginaux ? On peut légitimement s’interroger, car l’exaltation par les hackers des vertus d’un paradigme de l’autonomie se défiant d’un système qui a érigé la division des activités, la hiérarchie organisationnelle et la consommation de masse en normes absolues, ne saurait conduire à la subversion de ce système et de ces normes qui continuent de s’imposer à une grande majorité de travailleurs. La bureaucratisation néolibérale9 n’impose-t-elle pas des organisations du travail qui s’écartent de la politique du consensus et de la do-ocratie chères au monde hacker ? Comment d’ailleurs translater les composantes institutionnelles du travail hacker au travail salarié ? Sans minorer la part que peut prendre le monde hacker dans la production d’un nouveau régime de désir, ne nous laissons pas griser par ces poches alternatives où déjà fermenterait le Nouveau Monde et entendons les avertissements du réalisme anthropologique et politique : celui lancé par Frédéric Lordon10 nous invitant selon la formule de Spinoza à prendre « les hommes tels qu’ils sont, et non tels qu’on voudrait qu’ils fussent », celui formulé par Pierre Dardot et Christian Laval11 nous rappelant la difficulté de sortir d’un monde à ce point façonné par et pour le capital dans le contexte du néolibéralisme qui remodèle de l’intérieur toutes les institutions pour les faire fonctionner selon la logique de la concurrence et de l’illimitation capitaliste. Étayer empiriquement la thèse durkheimienne en vertu de laquelle la société idéale n’est pas extérieure à la société réelle, mais qu’elle en fait pleinement partie pour aller dans le sens de Michel Lallement ne nous ramène-t-il pas avant tout aux institutions du travail ? Ces institutions qui peuvent concilier émancipation individuelle et émancipation collective.

  • 12 Ibidem, p. 684
  • 13 Coutrot T. (1998), L’Entreprise néo-libérale, nouvelle utopie capitaliste ? Paris, La Découverte.

14Devenir hacker, c’est-à-dire « vouloir reprendre la main sur son destin, agir sur le monde matériel pour mieux tenter d’agir sur soi-même » (p. 334) est sans doute une voie pour « produire des formes de subjectivité nouvelles, “émancipées” des attentes du pouvoir, orientées vers les résistances et le refus12 », mais comment faire du hacking un enjeu/destin commun et qui puisse nous conduire à l’émancipation sociale ? Une question importante reste en suspens : comment l’âge du faire peut-il advenir à l’ère du capital dont l’achèvement est loin d’être prédictible ? Après « les édens postfordistes13 » qui sont loin d’avoir tenu leurs promesses, la sociologie peut, pour « ne pas désespérer Billancourt », aller voir au-dehors et donner à voir, comme l’a fait brillamment Michel Lallement, l’expérience hétérotopique des tiers lieux de fabrication, mais il convient qu’elle soit aussi prudente pour éviter d’en faire un nouveau parangon de l’entreprise communautaire.

Haut de page

Notes

1 Lallement M. (2009), Le Travail de l’utopie. Godin et le familistère de Guise, Paris, Les Belles Lettres.

2 Strauss A. (1992), La Trame de la négociation, Paris, L’Harmattan.

3 Le triptyque du sous-titre est « Hacking, travail, anarchie ».

4 Pour une visite de Noisebridge, voir la vidéo sur https://www.youtube.com/watch ?v =2wGMjRJpLCA

5 Cf. Reynaud J.-D., 1989, Les Règles du jeu. L’action collective et la régulation sociale, Paris, Armand Colin.

6 Auray N., « Hackers à l’ouvrage », La Vie des idées, 27 avril 2015. URL : http://www.laviedesidees.fr/Hackers-a-l-ouvrage.html

7 Voir pour cette lecture critique Jacquot L., 2016, Travail, gouvernementalité managériale et néolibéralisme, Paris, L’Harmattan.

8 Lordon F. (2010), Capitalisme, désir et servitude. Marx et Spinoza, Paris, La Fabrique, p. 12.

9 Voir par exemple Hibou B. (dir.) (2013), La Bureaucratisation néolibérale, Paris, La Découverte.

10 Lordon F. (2014), « La révolution n’est pas un pique-nique. Analyse d’un dégrisement », intervention au colloque « Penser l’émancipation », Université Paris Ouest, 19-22 février.

11 Dardot P. et C. Laval (2012), Marx, Prénom : Karl, Paris, Gallimard.

12 Ibidem, p. 684

13 Coutrot T. (1998), L’Entreprise néo-libérale, nouvelle utopie capitaliste ? Paris, La Découverte.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lionel Jacquot, « Michel Lallement, L’Âge du faire. Hacking, travail, anarchie, Paris, Le Seuil, coll. « La couleur des idées », 2015, 446 p. », La nouvelle revue du travail [En ligne], 8 | 2016, mis en ligne le 14 juin 2016, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/nrt/2786

Haut de page

Auteur

Lionel Jacquot

Professeur de sociologie à l’université de Lorraine – Laboratoire lorrain de sciences sociales (2L2S)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals