Navigation – Plan du site
Controverses

Dossier débat : Moi, Daniel Blake

Debate : I, Daniel Blake
Documento debate, Yo, Daniel Blake
Valérie Cohen, François Sarfati, Jean-Marie Pillon, Claire Lefrançois et Sacha Leduc

Résumés

Résumé : Ce dossier s’organise autour du dernier film de Ken Loach, I, Daniel Blake, qui en offrant une critique du système de protection sociale britannique fait écho à de nombreux travaux en sociologie portant sur la gestion du chômage, les transformations du travail, de l’emploi et de la protection sociale. Dans quelle mesure ce que nous donne à voir ce film se rapproche-t-il des résultats d’enquêtes sociologiques ? Qu’est-ce que le regard du cinéaste apporte au regard du sociologue ? Que permet-il de mettre en lumière ou à l’inverse conduit-il à assombrir ? En quoi la réalité britannique se rapproche-t-elle de la réalité française ? Ce sont les questions que nous avons posées à trois sociologues, Jean-Marie Pillon, Claire Lefrançois, Sacha Leduc. En s’appuyant sur leurs recherches respectives, ils offrent un éclairage complémentaire sur le sujet traité par Ken Loach.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Ce dossier de la NRT s’est construit autour d’un film, I, Daniel Blake, réalisé par Ken Loach, sorti en 2016. Ce film, qui a remporté la palme d’or du festival de Cannes, présente l’intérêt de donner à voir certaines logiques et caractéristiques du système de protection sociale britannique. Ken Loach offre une critique des politiques d’activation et plus largement des modalités de gestion mises en œuvre par l’État en direction des populations sans emploi. Celle-ci s’appuie principalement sur l’histoire d’un ancien salarié menuisier, proche de la retraite et malade, qui tente vainement d’obtenir une aide de l’État. La légitimité de Daniel Blake à être secouru ne fait pas de doute, tant le personnage s’éloigne des traits stigmatisants associés à la figure de l’assisté. Il n’est ni fainéant ni profiteur ni roublard, comme le prétend la critique usuelle de l’assistanat.

2Le film se déroule dans la ville de Newcastle, située dans le nord-est de l’Angleterre, où la désindustrialisation a provoqué une augmentation conséquente du chômage. Daniel Blake ne correspond pas cependant à la définition du chômeur. L’arrêt de son activité professionnelle fait suite à des problèmes de santé, où, après un épisode cardiaque, ses médecins le déclarent inapte au travail. Sa maladie n’est cependant pas reconnue comme invalidante par le système de protection sociale qui lui refuse l’octroi d’une allocation. Il se trouve alors renvoyé au service public de l’emploi, soumis aux devoirs et obligations des chômeurs sans toutefois pouvoir y répondre, puisque son état de santé l’empêche d’accepter les éventuelles offres d’emploi qui pourraient lui être proposées. Dans sa quête pour faire valoir et obtenir des droits à être protégé, on suit Daniel Blake se débattre avec la dématérialisation des procédures administratives, la dépersonnalisation des services, les injonctions contradictoires et les procédés humiliants qui accompagnent l’accès aux prestations. Face à ce qui s’apparente à une impasse, résultant directement du système de gestion des populations sans emploi, Daniel Blake et sa compagne d’infortune sont dès lors contraints à une mobilisation quotidienne visant la survie. Le film s’attache également à montrer leur lutte pour maintenir une respectabilité, bien difficile à préserver, à mesure que les ressources s’amenuisent et que les perspectives de trouver une issue honorable se rétractent.

3Le sujet du film fait écho à de nombreux travaux en sociologie portant sur la gestion du chômage, les transformations du travail, de l’emploi et de la protection sociale. Dans quelle mesure ce que nous donne à voir Ken Loach se rapproche-t-il des résultats d’enquêtes sociologiques ? Qu’est-ce que le regard du réalisateur apporte au regard du sociologue ? Que permet-il de mettre en lumière ou à l’inverse conduit-il à assombrir ? En quoi la réalité britannique se rapproche-t-elle de la réalité française ? Ce sont les questions que nous avons posées à trois sociologues : Jean-Marie Pillon, Claire Lefrançois, Sacha Leduc dont les recherches portent respectivement sur la gestion des chômeurs à Pôle Emploi, les politiques de l’emploi en France et en Angleterre, le travail à l’Assurance maladie. En ayant travaillé sur des objets distincts, chacun d’eux apporte un éclairage à la fois spécifique et complémentaire sur le film. C’est ainsi avant tout avec le réalisateur que leurs points de vue se confrontent et que la controverse s’engage. Leur réflexion porte tout autant sur le réel mis en scène par Ken Loach que sur la rencontre possible entre deux regards, celui du cinéaste et celui du sociologue.

Présentation des auteurs

4Jean-Marie Pillon est maître de conférences en sociologie à l’université Paris Dauphine, chercheur à l’Institut de recherche interdisciplinaire en sciences sociales (Irisso) et au centre d’études de l’emploi et du travail. Auteur de l’ouvrage Pôle Emploi – Gérer le chômage de masse (paru en mars 2017, aux Presses universitaires de Rennes), ses travaux portent sur l’organisation de la lutte contemporaine contre le chômage au sein de Pôle Emploi et parmi l’ensemble des intermédiaires du marché de l’emploi. Il s’intéresse ainsi aux relations entre conseillers et chômeurs, aux outils informatiques développés pour gérer le chômage, aux outils de gestion et de management utilisés par l’encadrement de Pôle Emploi et plus largement aux politiques publiques de l’emploi.

5Claire Lefrançois est maîtresse de conférences en sociologie à l’université François Rabelais de Tours et membre du laboratoire Citeres. Elle a mené des recherches sur les politiques de l’emploi en direction des chômeurs âgés dans une perspective comparative entre la France et le Royaume-Uni. Elle a publié différents articles sur le sujet, notamment « Saisir les aspirations à la retraite de chômeurs en fin de carrière. Enseignements d’une comparaison France – Royaume-Uni » (Retraite et société, 2016, n° 73) et « Articuler différentes échelles d’analyse dans la comparaison. Intermédiaires de l’emploi et mise en œuvre des politiques visant les chômeurs âgés en France et au Royaume-Uni » (Terrains et travaux, 2012, n° 2).

6Sacha Leduc est maître de conférences en sociologie à l’université d’Auvergne. Il est rattaché au centre de recherches Michel de l’Hospital et chercheur associé au Centre de recherches sociologiques et politiques de Paris (Crespa-GTM). Il s’intéresse aux rapports sociaux à partir des évolutions du travail moderne et des nouvelles formes de prises en charge des risques de l’existence. Il a publié Les Ressentiments de la société du travail. La CMU en quête de légitimité (paru en 2010 chez L’Harmattan) et codirigé avec Jorge Muñoz un ouvrage collectif : Le Travail à l’assurance maladie. Du projet politique au projet gestionnaire (paru au Presses universitaires de Rennes en 2015).

Moi, Daniel Blake (Ken Loach), Tirade finale

Moi, Daniel Blake (Ken Loach), Tirade finale

Jean-Marie Pillon : Daniel Blake, un type idéal

La NRT : Quel regard portez-vous sur ce film ?

Jean-Marie Pillon : Dans la veine de ses œuvres initiales (Raining Stones, My Name is Joe, Navigators) Ken Loach propose une lecture crue du réel, se voulant réaliste, filmant des scènes quotidiennes successives sans enjeu historique collectif direct (à l’inverse de Land and Freedom ou The Wind that Shakes the Barley). La construction du film se rapproche de celle d’un documentaire dépourvu de voix off. Bien que « fiction », l’œuvre peut aisément passée pour une « réalité », filmée telle quelle, sur laquelle on aurait simplement opéré des coupes (ce qui n’est pas sans constituer, déjà, un scénario [Vivés, 2016]). Différents artifices (lumière peu travaillée, caméra à l’épaule) viennent donner au spectateur l’illusion d’une prise directe avec le quotidien des personnages. Il y a là une difficulté à se confronter à ce type de cinéma, en tout cas en ce qui concerne son analyse sociologique : il convient de se départir de cet effet de réel pour ne pas avoir le sentiment d’observer des fragments empiriques, que l’on pourrait ensuite analyser comme autant de matériaux de terrain. C’est un enjeu important, il me semble, que de chercher à réincarner la figure du scénariste, et donc du choix, derrière l’œuvre projetée.

De ce point de vue, I, Daniel Blake parait très minutieusement construit au sens où le réalisme n’est qu’apparent. L’auteur développe une problématique plutôt qu’il ne livre une vision de la société dans toute sa complexité. Le « réalisme » relève, il me semble, d’un procédé rhétorique ou pédagogique du cinéaste : résumer une situation sociale globale à travers un petit nombre de personnages et de situations pour mieux convaincre, via l’émotion, des inepties d’un modèle politique. En l’occurrence, il s’agit du modèle politique consolidé successivement par les conservateurs et les travaillistes depuis 1979 en Grande-Bretagne.

Daniel Blake n’est pas un salarié classique. Sans doute l’a-t-il été effectivement, ce dont témoignent ses échanges avec ses anciens collègues de la menuiserie. Mais au sens marxiste du terme, Daniel Blake est un artisan et non un ouvrier ou un employé. Il possède son métier de menuisier, du point de vue du savoir, mais également des outils de production, qu’il traine au gré de ses rencontres. Il continue d’ailleurs de pratiquer son « art » malgré l’inactivité, construisant des objets sur mesure pour son entourage (mobiles, meubles, etc.). Daniel Blake est donc simplement sans emploi. Mais il demeure utile et productif, comme il l’a été toute sa vie. Par ailleurs, Daniel Blake ne sait pas utiliser un ordinateur. Il aurait pu. Mais il n’en avait pas besoin pour occuper sa fonction sociale et familiale. C’est là un choix important de Ken Loach pour mettre en lumière le désajustement entre les normes de recherche d’emploi et les mondes sociaux auxquels s’adresse le service public. Ensuite, Daniel Blake est seul. Il n’a pas eu d’enfant et sa compagne est décédée d’une longue maladie. Sa position sociale est donc entièrement dépendante de sa personne et il ne peut se reposer sur les solidarités traditionnelles (familiales surtout, mais aussi communautaires) ou sur un patrimoine pour passer cette période difficile. Il est dépendant de son travail ou, à défaut, de ses propriétés sociales (au sens de Castel [1995]) pour (sur)vivre. Enfin, Daniel Blake n’est pas au chômage.

Ce ne sont pas les aléas de l’offre et de la demande qui le mettent en difficulté, ni même la fermeture d’une usine, qui aurait pu arguer de son inutilité sociale. Simplement, il a dû quitter son emploi, parce qu’il a eu une attaque cardiaque. Le diagnostic demeure controversé d’ailleurs puisque les prestataires privés de l’assurance maladie, d’un côté, et la profession médicale, de l’autre, ne partagent pas le même jugement. Pour les premiers, il est tout à fait apte à reprendre un emploi – faisant de lui un tire-au-flanc – tandis que, pour les seconds, il prendrait un risque pour sa vie. Rappelons enfin que Ken Loach a choisi de donner 59 ans à son personnage, signifiant sans doute par là qu’en toute logique il mériterait de profiter sous peu de ses vieux jours à travers une pension de retraite.

Ces caractéristiques font d’abord de Daniel Blake un individu momentanément, mais radicalement, dépendant de la solidarité nationale. Elles font ensuite de lui un individu totalement légitime, s’il le fallait, à bénéficier de la solidarité nationale, puisqu’à 59 ans il sollicite pour la première fois les subsides de l’administration après une vie de labeur. Elles font enfin de lui un individu totalement incompatible avec la mise en administration de la solidarité nationale à l’ère néo-libérale, puisqu’il n’a pas le droit de travailler bien qu’il le souhaite. Daniel Blake n’est pas réaliste, il est trop bon, trop pur. Mais c’est justement ce qui fait de lui le héros parfait pour la démonstration de Ken Loach. Il ne s’agit pas de morale. L’enjeu est de montrer comment n’importe qui, même un chevalier blanc, peut se retrouver broyé par la machine administrative. Le personnage de Ken Loach est un type à qui l’on donnerait le Bon Dieu sans confession, mais qui a juste besoin d’une pension d’invalidité pendant sa convalescence. Or ce n’est pas le Bon Dieu qui les délivre, mais une administration soumise aux politiques d’activation de la protection sociale (le retour à l’emploi prime) et une administration soumise aux politiques de modernisation (optimisation des coûts, division des tâches, délégation du service public à des prestataires privés).

De mon point de vue, la force du film de Ken Loach réside justement dans le choix de ces personnages et de ces situations, qui permettent de cristalliser sur quelques bouts de vie des questions aujourd’hui cruciales pour nos sociétés, celle du rôle et de la légitimité de l’État.

La NRT : En quoi vos travaux montrent-ils une réalité proche ou éloignée de celle présentée dans le film ?

  • 1 Je ne me prononcerais pas sur les dynamiques internes aux classes populaires et aux trajectoires d (...)

Jean-Marie Pillon : Le film porte sur le cas anglais, que je n’ai pas personnellement étudié, ce qui complique sérieusement l’analyse puisque je me vois dans la situation de comparer une fiction, qui nous place dans la position des acteurs, avec une situation dont j’ai étudié les affleurements, dans une position de sociologue observateur. En ce qui concerne les politiques de l’emploi destinées aux chômeurs1, le film de Ken Loach présente néanmoins un contexte qui fait largement écho à ce que j’ai pu observer en France, à la suite de la naissance de Pôle Emploi. Les programmes de remise à l’emploi des chômeurs, les prestations d’aide à la recherche d’emploi, les attentes téléphoniques interminables, la scansion de la file d’attente et les rendez-vous à la chaine rappellent tout à fait le cas français. L’organisation de l’administration du chômage en petites tâches distinctes les unes des autres, assumées par des agents qui ne se parlent pas toujours, est là aussi très proche de ce que peuvent vivre les chômeurs français.

Un élément qui paraît absent du film et qui lui enlève peut-être une part de sa force est la continuelle reconstruction contingente qui structure les administrations. De part et d’autre de la Manche les conseillers des services publics de l’emploi demeurent des street-level bureaucrats (Lipsky, 1980) pourvus d’autonomie. Il a été montré dans le cas des bureaucraties en général, de Pôle Emploi en France, mais aussi des Jobcentres Plus en Grande-Bretagne (Wright, 2003), que les modalités de délivrance du service, y compris les plus sévères, n’étaient pas toujours dues à la pression de la hiérarchie ou de la politique. Pour le dire simplement, ce n’est pas par gentillesse ou méchanceté que les agents agissent ainsi, mais aussi pour résoudre les contraintes de leur activité dont les usagers se retrouvent alors les victimes. Or, si le film de Ken Loach attribue effectivement une autonomie de jugement aux agents des Jobcentres, c’est davantage sur leur bienveillance ou son absence que repose cette autonomie (rapidement contrecarrée par l’encadrement de proximité d’ailleurs). Ce que l’on ne retrouve pas dans le film de Ken Loach, par rapport à mes travaux et à d’autres travaux similaires, ce sont des agents qui aimeraient faire autrement, mais n’en ont pas les moyens et se retrouvent à appliquer, le nez pincé, une politique qu’ils n’approuvent pas.

Le média est sans doute ici la cause de ce défaut. Alors que la présence de longue durée du sociologue au plus près des agents nous donne l’occasion de recueillir le quant-à-soi des enquêtés, l’entrée du cinéaste par les émotions individuelles du public des Jobcentres empêchait une prise en compte des affects et des « deux corps du guichetier » (Dubois, 1999).

La NRT : Selon vous, en quoi le regard du cinéaste se distingue-t-il de celui du sociologue ?

Jean-Marie Pillon : Il me semble que si l’œuvre de K. Loach devait être lue à la lumière de ce que l’on sait sur les transformations contemporaines de l’État, de la stratification sociale, de la protection sociale et de l’économie (ou du marché du travail), Daniel Blake n’est pas un anglais moyen. C’est une allégorie. Et cela ne s’applique pas qu’au personnage principal. Chacun des personnages représente une figure symbolique facile à classer entre le eux et le nous de R. Hoggart (1970) : la mère courage, les enfants malins, le voisin truqueur, mais travailleur, la conseillère du job centre plus qui a gardé son âme, d’un côté ; la conseillère du Jobcentre Plus robotisée, le consultant en aide à la recherche d’emploi au discours saturé de management de l’autre, les différents interlocuteurs des plateformes téléphoniques, l’employée du prestataire de l’assurance maladie.

Et il en est de même des institutions (Le Jobcentre Plus, l’assurance maladie, le bordel, le supermarché, la banque alimentaire, etc.). De ce fait, l’ensemble du film peut être lu comme une parabole, une fable. À la manière des idéaux types que nous construisons en sociologie pour modéliser le réel, le film de Ken Loach donne à voir une situation que l’on ne rencontrera jamais telle quelle, mais qui permet d’en rendre compte mieux que ne le ferait une photographie, un discours ou n’importe quelle expérience empirique. Il ne s’agit pas tant d’un manichéisme entre gentils pauvres et méchants bureaucrates, il me semble, que d’exagérer à dessein des traits que l’on peut effectivement rencontrer et qui sont signifiants, du point de vue du cinéaste. Daniel Blake est une régression linéaire.

Le risque d’une telle représentation, il me semble, est l’effet de réel qu’elle charrie. Accumuler et condenser des scènes réalistes en une heure trente relève d’une illusion, car les temporalités ne sont pas respectées, donnant le sentiment d’une fréquence des faits signifiants bien trop importante par rapport à ce qu’ils peuvent représenter subjectivement. Dans I, Daniel Blake, Ken Loach donne le sentiment, parfois dur à soutenir, d’une bienveillance continuelle des laissés pour compte, confrontés à une bureaucratie largement occupée à leur mettre des bâtons dans les roues. Ken Loach n’est pas Ettore Scola qui se battait pour le droit des pauvres à être « affreux, sales et méchants ». L’intérêt d’une telle construction scénaristique consiste néanmoins, comme le permettent les idéaux types sociologiques, à mettre en lumière des caractéristiques du système (en l’occurrence de protection sociale) qui se trouvent trop perlées dans le réel pour être regardées d’un seul tenant. I, Daniel Blake fonctionne ainsi en poussant jusqu’à leurs extrêmes les caractéristiques de la bureaucratie britannique contemporaine pour en faire apparaître les incohérences, les contradictions et surtout leur caractère mortifère pour la société elle-même.

La différence entre le sociologue et le cinéaste tient peut-être finalement dans leur rapport à l’illusion. Les fourches caudines de l’évaluation par les pairs et de la publication imposent au chercheur de rappeler que ses idéaux types sont irréels et de mettre à plat les artefacts méthodologiques qui lui ont permis de les construire quand le cinéaste est au contraire jugé sur sa capacité à en masquer les ficelles.

La NRT : Selon vous, dans quelle mesure le film apporte-t-il des éléments pour comprendre les effets d’une fusion au sein d’un service public de l’emploi ?

Jean-Marie Pillon : Suite à ses différents échecs pour obtenir une indemnité relative à sa maladie, le personnage principal est renvoyé vers le service public de l’emploi et son guichet unique, le Jobcentre plus. Celui-ci est, comme en France, l’émanation de plusieurs organismes qui ont fusionné, mais qui étaient dotés jusqu’à la fin du siècle dernier de mandats distincts : d’un côté des administrations chargées de verser des revenus de remplacement aux travailleurs privés d’emploi et de l’autre des services de l’emploi chargés de retrouver du travail aux chômeurs. L’enjeu d’une telle fusion était de renvoyer vers le marché du travail un maximum de bénéficiaires de la solidarité ou de la mutualité nationale. C’est là le contexte dans lequel s’inscrit le film puisque les conseillers du service public de l’emploi auxquels vont avoir à faire les personnages font de leurs subsides mensuels une contrepartie de leur docilité à rechercher un emploi. Ken Loach représente ainsi « l’activation des chômeurs » dans ce qu’elle a de plus cru, c’est-à-dire l’exhortation moralisante à se vendre sur le marché du travail pour « mériter » son allocation.

À un niveau micro, Ken Loach propose un certain nombre de pistes pour saisir les effets de ce type de politiques sur les interactions humaines entre représentants de l’administration et administrés. Dans le film, l’activation des demandeurs d’emploi opère avant tout par le biais d’une moralisation des chômeurs. Une norme est édictée quant à ce qu’il convient de faire pour se conformer au marché du travail : rechercher du travail 35 heures par semaine, construire un CV au moyen d’un traitement de texte, le déposer chez des employeurs, ne pas refuser les emplois proposés, etc. Les manquements à cette norme font l’objet de rappels à l’ordre autoritaires qui mettent en jeu les indemnités des inscrits, voire leur inscription elle-même. Plus dure, l’activation repose également sur une soumission aux règles de fonctionnement du service public lui-même. Il est attendu des inscrits qu’ils respectent scrupuleusement les horaires et la fréquence des rendez-vous de suivi imposés par l’administration. Là encore les retards sont sanctionnés de manière discrétionnaire et unilatérale sans possibilité de recours, semble-t-il. Là aussi la morale et l’humiliation sont couramment utilisées pour rappeler les chômeurs à l’ordre, les vexations font figure d’exemples.

  • 2 Pour reprendre le beau titre de la thèse de Lynda Lavitry (2013) publiée aux Puf en 2015 (Lavitry, (...)

Ken Loach met particulièrement bien en scène, mieux que la sociologie peut-être, ces différentes composantes émotionnelles que charrient l’activation. Néanmoins on peut s’interroger sur la façon dont les personnages les mettent œuvre ou s’y confrontent. Les différentes dispositions vexatoires pour les chômeurs (conditionnalité des aides, sanctions progressives, obligation de recherche d’emploi) sont également présentes dans le droit français. Néanmoins les différentes enquêtes de terrain menées sur Pôle Emploi ou l’ANPE tendent à montrer que les sanctions ne sont pas appliquées aussi systématiquement que ne le prévoie la loi. Les conseillers utilisent largement la menace de sanction comme un levier pour faire agir les chômeurs, les conformer à ce qui est attendu d’eux, sans néanmoins oser assumer la perte de revenu des personnes qu’ils suivent. Cela ne signifie pas que les scènes, dures, de sanctions présentées dans le film n’existent pas en France. J’en ai moi-même été témoin. Néanmoins, elles apparaissent beaucoup moins fréquentes et, surtout, ne tombent pas toujours sur la même personne. C’est une des conséquences de l’effet de réel donné par le film : on a parfois le sentiment que l’administration s’acharne sur les personnages. N’ayant pas personnellement étudié le cas britannique, cette absence de mansuétude présente dans le film ne peut qu’amener à des hypothèses. Il est possible que les agents du service public anglais et leur encadrement de proximité exercent effectivement leur fonction avec plus de diligence que leurs homologues français. Il est possible également que Ken Loach ait cherché à durcir les scènes de rencontre entre les personnages et les conseillers du Jobcentre Plus pour pousser la logique de la politique en vigueur dans ses retranchements. C’est pour cette dernière hypothèse que je pencherais. Les travaux ethnographiques menés sur le cas anglais laissent penser que les agents des Jobcentres Plus participent plus largement que ne le montre le film à la production d’une « morale de l’emploi2 » et que celle-ci soit tout autant le produit de politiques d’ensemble qu’une conséquence des contraintes productives auxquelles ils font face et auxquelles ils cherchent à répondre en déléguant une part de ces contraintes aux usagers (Wright, 2003). Il n’en reste pas moins que le film parvient à mettre le doigt sur l’incompatibilité entre les injonctions morales portées par l’activation des demandeurs d’emploi et les configurations économiques auxquelles ils doivent se confronter à la sortie de l’agence d’emploi. Comme le résume si bien Daniel Blake à l’issue d’un atelier CV, il doit se débrouiller « pour trouver un travail qui n’existe plus ». L’État moderne renverse en quelque sorte l’administration de la preuve déléguant aux individus tout le travail nécessaire pour se voir pleinement reconnu en tant que citoyen.

  • 3 Le film se déroule d’ailleurs à Newcastle.

Le film propose également différents éléments pour comprendre les incohérences d’ensemble de ce modèle politique. Daniel Blake est un citoyen modèle confronté au château de Kafka. Un nouveau château néanmoins3, puisque ce n’est pas tant la bureaucratie en tant que telle que vise Ken Loach, mais la forme tout à fait spécifique qu’elle a pu prendre à l’ère néo-libérale : une administration ultrarationalisée, où le discours sur le customer service (la satisfaction du client) cache en fait une concentration des moyens sur les cas les moins chronophages, déléguant au privé les tâches périphériques par rapport à son « cœur de métier ». L’intrigue repose presque entièrement sur la question de la coordination entre différentes organisations qui n’ont pas la même légitimité, pas le même périmètre et dont les décisions, jugements plus ou moins normalisés, ne sont pas toujours compatibles et cohérents. Derrière la façade d’un guichet unique, le Jobcentre plus, le film met le doigt sur la multiplication des délégations de services à des organismes privés qui sont rémunérés pour effectuer une tâche et une seule. Il en découle une extrême difficulté à prendre en compte les cas qui ne rentrent pas facilement dans les cases. Cette division des tâches entre institutions et, au sein de celles-ci, entre travailleurs, va en effet de pair avec une déprofessionnalisation latente qui conduit à la disparition de l’autonomie de jugement des acteurs : aucun d’entre eux n’est en position de prendre une décision et de l’assumer malgré le fait que le dossier qu’il traite sort des cases. Dans le cadre d’une parcellisation du tertiaire, ils doivent se conformer à des grilles de classification standardisées. Seul le decisionner semble pourvu de cette discrétion, mais celui-ci n’a pas de corps et pas de relations avec le public. Il semble enfermé dans un call center d’ivoire, sans prise avec l’humanité de ses dossiers. Si le film ne le dit pas, le cas français suggère qu’en Grande-Bretagne comme chez nous les plateformes téléphoniques ont été instituées pour augmenter le rendement des pratiques d’accueil et d’orientation. La réduction des interactions de face à face est aussi une conséquence de la mise en gestion de l’administration selon une multiplicité de formes dont la fusion (intégration) tout comme la division des tâches (externalisation) ne sont que deux visages d’une même pièce (Bezes & Le Lidec, 2016).

Ainsi, plus qu’une question de privatisation ou de fusion, il s’agit davantage d’un film qui met en lumière un monde totalement désenchanté ou totalement rationalisé. Et il ne faut pas voir, il me semble, le cas de Daniel Blake ou de Katie Morgan comme des « dysfonctionnements » ou des échecs de l’administration, mais comme autant d’utiles scories. Du point de vue de l’administration, il apparaît plus rationnel (i.e. moins coûteux en argent et en temps) de fonctionner ainsi, à savoir en multipliant les procédures normalisées et adaptées au plus grand nombre, tout en prévoyant des procédures (longues) de « repêchage » pour ceux qui sortiraient des cases. Cela ne signifie pas qu’un tel fonctionnement est universellement rationnel. Justement, les situations qui nous sont décrites tendent à souligner le caractère situé de l’efficacité et de la rationalité. Ces procédures d’écrémage et de repêchage n’ont pas de raison ni de sens du point de vue des citoyens. Et le film pose explicitement la question de la persistance d’une légitimité de l’administration publique dans un contexte de surrationalisation. En ne répondant qu’à des enjeux budgétaires et gestionnaires, celle-ci obère toute possibilité d’une émancipation. Et ce alors même que la démarchandisation et la dépatrimonialisation de la sécurité économique des citoyens représentent un objectif crucial pour la protection sociale.

Le discours écrit par le personnage principal à destination de la commission devant « statuer sur son cas » plaide pour une telle lecture du film. Daniel Blake ne veut pas être traité comme un usager, un client ou un bénéficiaire. Il est un citoyen « Rien de plus, rien de moins », et, en tant que tel, il mérite le respect. À ce titre, il me semble qu’il sera à présent difficile pour les sociologues du guichet de trouver la terminologie adéquate pour qualifier le public des administrations. La tirade finale du film pourrait en quelque sorte également nous être adressée et l’on peut souhaiter que le terme de citoyen retrouve un cours plus fréquent dans nos analyses. Car au-delà des questions partisanes sur le financement et la soutenabilité du modèle français, c’est bien in fine des conditions de possibilité de la citoyenneté dont il est question lorsque l’on traite de la relation administrations/administrés.

Moi, Daniel Blake, Tirade finale

« Moi, Daniel Blake,

Je ne suis pas un client, un consommateur, un usager. Je ne suis pas un tire-au-flanc, un profiteur, un mendiant, un voleur.

Je ne suis pas un numéro d’immatriculation à la Sécurité sociale ni une tâche sur un écran. Je payais mes impôts jusqu’au dernier centime et j’étais fier de le faire.

Je ne fais des courbettes à personne, je regarde toujours mes voisins dans les yeux. Je n’accepte pas, ni ne recherche, la charité.

Mon nom est Daniel Blake, je suis un homme, pas un chien. En tant qu’homme, j’exige mes droits. J’exige que vous me traitiez avec respect.

Je suis un citoyen, rien de plus, mais rien de moins non plus.

Merci. »

Claire Lefrançois : Injonctions institutionnelles et ambivalences de l’individualisation dans le système français et britannique

La NRT : Quel regard portez-vous sur ce film ?

  • 4 Que l’on peut traduire par Allocation de soutien à l’emploi. L’ESA remplace l’Incapacity Benefit ( (...)
  • 5 Tandis que le nombre de demandeurs d’emploi baissait au Royaume-Uni depuis une vingtaine d’années, (...)

Claire Lefrançois : Ce film montre comment le système de protection sociale britannique tente de dissuader les situations de non-emploi qu’elles relèvent du chômage ou, de manière plus récente, de problèmes de santé. L’introduction fin 2008 de l’Employment and Support Allowance (ESA)4 incarne ce revirement des pouvoirs publics souhaitant remettre au travail les personnes souffrant de problèmes de santé ou en situation de handicap. Le nom même de l’ESA n’est pas anodin, car il gomme la référence à l’incapacité pour souligner l’objectif de l’emploi. L’Incapacity Benefit (IB) était perçue comme une voie permettant aux individus de sortir du marché du travail, notamment aux travailleurs manuels vieillissants dans les secteurs économiques en récession (Alcock et al., 2003)5. À la fois plus rémunératrice et moins stigmatisante que l’allocation chômage, non conditionnée à des démarches de recherche d’emploi, l’IB était largement critiquée politiquement et médiatiquement, perçue comme une forme de chômage déguisée (Houston & Lindsay, 2010). En conséquence, une série de mesures avaient été mises en place depuis 2003 pour la conditionner davantage à l’emploi.

Dans ce film, Ken Loach met en évidence la difficulté du protagoniste à voir son incapacité de travail reconnue tout comme la légitimité de sa demande, malgré l’avis unanime de ses trois médecins. La difficulté d’obtenir l’ESA, soulignée par la littérature, renvoie à l’enjeu politique initial de réduire le nombre de bénéficiaires en les requalifiant aptes au travail par le biais d’une évaluation médicale durcie dans le passage de l’IB à l’ESA (au moment de son introduction, près des deux tiers des demandes étaient rejetées). La demande d’allocation repose sur un document rempli par le potentiel bénéficiaire, jugé peu fiable et subjectif, et une évaluation médicale (Work Capability Assessment). Celle-ci est menée dans une approche bureaucratique, standardisée qui ne tient pas compte de la singularité et de la complexité des situations, qui se montre inadaptée par rapport à certaines pathologies et qui ne prend pas en compte les avis fournis par les médecins généralistes (Gulland, 2011). La scène inaugurale du film où Daniel Blake essaie de faire reconnaître son état de santé est éclairante. La salariée, employée par une structure privée sous-traitante du service public de l’emploi, lui pose une série de questions éloignées de sa situation et, malgré ses protestations, ne dévie pas du questionnaire qui paraît rigide et inadapté.

De plus, le film met en évidence la lenteur des procédures de contestation pour les individus qui, comme Daniel Blake, veulent que leur demande d’ESA soit à nouveau examinée. En juin 2014, par exemple, la BBC évoque la longueur de la file d’attente pour la réévaluation des dossiers et des décisions en appel (Warren, Garthwaite & Bambra, 2014). De manière plus tragique, la fin du film fait également écho à des scandales révélés par la presse de la mort d’individus survenue après cette évaluation médicale ou sur le point de voir leur dossier réévalué (idem).

La NRT : En quoi vos travaux montrent-ils une réalité proche ou éloignée de celle présentée dans le film ?

Claire Lefrançois : Ce film met en scène les injonctions paradoxales d’un système de protection sociale qui enjoint les individus à retrouver un emploi alors qu’ils n’en ont pas toujours les capacités physiques, notamment. N’ayant pas obtenu l’ESA, Daniel Blake est contraint de demander l’allocation versée en cas de chômage (Jobseeker’s Allowance). Il doit, par conséquent, prouver qu’il cherche « activement » un emploi alors que son état de santé ne lui permet pas de travailler. Il finit par devoir accepter le jeu de la recherche d’emploi sous peine d’être sanctionné et de ne plus rien percevoir. Lorsque finalement une de ses demandes aboutit, il ne peut accepter cette proposition d’emploi, la reprise du travail lui étant interdite par son médecin. Dans mon travail de thèse, j’ai également observé le paradoxe de ces injonctions institutionnelles britanniques au retour à l’emploi pour des individus pour qui il était impossible retravailler, pour des raisons familiales cette fois. En 2010, le gouvernement avait lancé des programmes de retour à l’emploi des carers (que l’on peut traduire par la formule, pas très heureuse, d’aidants familiaux). Or, le retour à l’emploi de ces carers n’est pas forcément compatible avec l’aide apportée à un proche. Concevable à certaines conditions pour quelques-uns (trouver un travail à mi-temps par exemple), le retour à l’emploi était impossible pour d’autres, comme pour cette femme : « Je ne recherche pas de travail, pour le moment, non. – Non ? – Et bien, parce que j’ai déjà un travail. Je m’occupe de mon mari. » Les prestataires du service public de l’emploi, acteurs de la mise en œuvre des politiques de l’emploi, finissent ainsi par intégrer dans leurs dispositifs des individus pour qui le retour à l’emploi n’est pas envisageable.

Par ailleurs, avec ce film, Ken Loach montre l’ambivalence des politiques sociales qui, tout en prônant l’individualisation du traitement des bénéficiaires, fonctionne avec des procédures standardisées et routinières peu compatibles avec la prise en compte des situations. La mise en place de l’ESA s’est accompagnée d’un engagement politique à un soutien personnalisé (DWP, 2008), mais la procédure d’évaluation des situations n’est pas individualisée (Gulland, 2011 ; Grover & Pigott, 2013). Les ambivalences de l’individualisation apparaissent très nettement dans la mise en œuvre des politiques de l’emploi visant les chômeurs âgés et, plus particulièrement, dans les ateliers de recherche d’emploi qui leur sont dédiés. L’individualisation du traitement des chômeurs est difficile à mettre en œuvre en raison de procédures standardisées qui encadrent les parcours des sans-emploi. Du point de vue des prestataires du service public de l’emploi, qui sont les acteurs-clés pour individualiser l’accompagnement des chômeurs, les contraintes gestionnaires qui pèsent sur eux sont telles qu’elles rendent cette individualisation difficile.

La NRT : Selon vous, à quel niveau le regard du sociologue et celui du cinéaste se différencient-ils ?

Claire Lefrançois : Le regard du cinéaste n’est pas le même que celui du sociologue, il n’a pas les mêmes outils non plus ni la même visée dans son travail. Il peut proposer une vision des choses plus ou moins sombre, accentuer certains traits pour dénoncer une situation. Le sociologue, en principe, n’a pas à raconter une histoire ou à laisser de côté des aspects plus ambivalents d’une situation pour mieux la dénoncer – même si on n’est rarement complètement détaché du sujet sur lequel on travaille. Avec les données qu’il recueille, ses observations, les analyses de discours ou les données chiffrées qu’il peut mobiliser, le sociologue a des clés pour comprendre ce sur quoi il travaille en mettant en perspective différents points de vue qui lui permettent de proposer une grille de lecture des choses plus circonstanciée, plus ambivalente, mais aussi plus complexe des phénomènes.

De ce point de vue, un sociologue travaillant sur le sujet pris par Ken Loach dans ce film aurait eu plus de mal à évacuer de son propos certaines choses. La solidarité exprimée par les passants à Daniel Blake lorsqu’il tague le mur du Jobcentre me paraît de ce point de vue un peu optimiste. Je n’ai pas spécifiquement travaillé sur la question, mais le soupçon sur les bénéficiaires des prestations sociales ne me semble pas observable uniquement au niveau institutionnel et médiatique, mais aussi au niveau individuel. D’autant que les rapports sociaux ne sont pas pris en compte par Ken Loach comme si le « nous »/« eux » n’opposait que l’État (et ses agents) au reste de la société, sans distinction de classe, de sexe, de race ou d’âge (voir infra). Enfin le réalisateur propose une vision extrêmement noire des interactions qui se jouent dans les Jobcentres. Cette vision n’est pas resituée dans le contexte dans lequel sont pris les conseillers à l’emploi ni leurs conditions de travail qui, à mon sens, permettraient d’expliquer une forme de dureté des relations dans les services publics quand le travail des agents est conditionné à des objectifs chiffrés de rentabilité et de performance qui laissent peu de temps à la prise en compte des situations individuelles ou à la compassion.

La NRT : En quoi la réalité britannique est-elle proche de la réalité française ?

Claire Lefrançois : La réalité britannique est assez éloignée de la réalité française, notamment lorsqu’on compare leur système de protection sociale, plus ou moins démarchandisant, et leurs politiques de l’emploi qui reposent sur des normes et des valeurs qui permettent plus ou moins aux individus de s’extraire du marché du travail, notamment en fin de carrière. Les cadres collectifs, par les normes et les règles institutionnelles qui sont les leurs, structurent les parcours.

  • 6 Comme le montrent Beatty et Fothergill pour les personnes souffrant de problèmes de santé (2013) e (...)

Le système de protection sociale au Royaume-Uni repose sur un cadre institutionnel et normatif qui valorise l’autonomie individuelle, qui s’acquiert par l’indépendance financière, qui s’obtient elle-même avant tout dans l’emploi. Par opposition, les allocations permettant aux individus de vivre en dehors du marché du travail sont délégitimées. D’ailleurs, selon le principe de less eligibility, les prestations sociales doivent être financièrement moins avantageuses que le travail le moins bien rémunéré. Les débats sont marqués par la crainte que les prestations sociales favorisent l’oisiveté et la dépendance au détriment de l’éthique du travail. Ce qui légitime politiquement d’introduire des dispositifs contraignant les individus à rechercher un emploi. Dans cette optique, la cause de non-emploi n’est pas tant un défaut du fonctionnement du marché de l’emploi6 qu’un problème au niveau de l’offre de travail lié à des déficiences individuelles. Dans ce contexte, le non-emploi en raison de problèmes de santé devient potentiellement problématique et une épreuve pour les individus tout autant financière que morale. Le chômage en fin de carrière constitue, lui aussi, une expérience peu légitime du fait d’un cadre collectif qui enjoint les individus au vieillissement actif (Guillemard, 2010).

En France, en revanche, le cadre normatif et institutionnel est davantage gouverné par un principe de solidarité, malgré les réformes récentes qui diminuent l’indemnisation du chômage et renforcent le contrôle des chômeurs. Ce qui s’accompagne pour les situations de non-emploi, comme le chômage, d’une épreuve moins stigmatisée et moins rabattue sur la responsabilité individuelle. En cnte qui ccerne l’iass="encarrière par exemple, l l clulure desla sortie dréscoce», eelon leexplession deeA.-M. uillemard, 2st en ore lrésnant ecnte quiégitime deexpstentc de dissositifs dero gtoires pormettant aar exemple,aux chômeurs.âgés ee bénéficiar de leallocation chômage,plus lang>emps À Eesuresjusqifice par les pifficulté d’accus n l’emploi des

DCe différentes contrxteelles oont égidenment etructureates et,elles aaçon nnt les ppreuve individuelles. DMis cel différentes cnexpliquert pas touj et me telir lompte due de le nveau deannlysesévacuer es contraites (ociaux nue, lour mi parft j’ai bservé de port dt d’outre desla sMnche,dans les teres voisins Le craitement dui est aésenvé lux chômeurs. notamment ,n’est pas le même qelon le r miveau de lualifiaction et, mlus largement ,qelon le r miliaeusociale Du pôté par exemple, lu champde l’indtrmé dition à laemploi, las staucturen que leuvent rôtyer ves chômeurs ont rganismes sulon les prencipe de disférencietion sociale,qui peoduirsnt une dsementetion des chômeurs. Un France,et en tAnleserra, les vervices publics qe l’emploi qont priscipal eent utilisée par les mublics qes moins cualifias. Ls l misnim)et celtains tyéchoppelt complètement Un FAnleserra, ln pessantspar les muestataires due Jobcentres, cjene répssi,saiespas à rancontrer ees cxemcuives /em>)et ces canagems (q’étui alentedes chdres crançaise).Pour ra prluarft jls suy cnscritent paur rénéficiar de allocations mais als ses aaéquentest peu constdéarnt qu’hls no trouver nt pas deemploi poa leur diais Ls canagems (etcxemcuives /em>),qu’à d’ensemble due sans-emploi. Dn cntla elles aormptudntedes capports sociaux ne sexe,et de plasse, doire l’âge car ielles-dans les uelles i’ai dait duterrain mtaient rgalement ditiése aux ilus de m50 ns ScharLsduc: U film qvant tout palitiquem/a>

La NRT :strong>: Cuel regard portez-vous sur ce film ?

CScharLsduc: /strong> CMlgré l’astihtioue teès néalistesdu film l’Iistoire oes personneges dacontee par len Loach monque an peu od finasse dt de plmplexité dour être ronviancapte. LJai dccedté mlus dntérsséepar le pujet pue ler l’iistoire oe film. DPur tnt, eouj etstdait dour quelle puectiteur p’indnt fie pu déreoscontemporaineDaniel Blake . Atisaneméritent, eux navoir -aire legitime s 2st im

Deun print de vue ulus dociologiques,cnte quima pl ulus darquésest lavision neès ndurloree de capports sociaux nens le film Lorsque faniel Blake osemet en sréve d la faimde vnt lesJobcentrr, ltus les plssants ans distinction de cexe, de race ,ou de Klasse,sociale,qsemet tnt élaensouramer. JLavision des chasse, poupulires dnglais s a’ost aussi upparae an peu oar ectiuale. LEnregard nt lesJilm qd Ken Loach an pour rit perser que lesracesmesou lesdarchsmeso’existent pas ehez nls chasse, poupulires dnglais s ad Kewcastle.,et quiautcontraire jls valeurs qe trolarntc, d’uuver ure detde solidarité,sera ilt comstitutioe i’une lulure doupulires Si ljecomprendr le pastispris palitique d cette dision cjene romprendr las prur uoi la sser de côté des trseons qui sxistent pbl et nien en re les igouvps (ociaux nt les rogiques qe dissancition pses en puvre eu sein de chasse, poupulires /p>

DAufaiali,nien eue le film poit éalist de foçon d nouvsfaire rcrire o la dismrseonsréel l de l’Eistoire le drnier cen Loach ast auant tout pn film qalitique ui vase e réphbilit- les ivctiom d’un système du’il convtdée insusqi et inaque. /p>

La NRT : En quoi los travaux montrent-ils une réalité proche ou éloignée de celle présentée dans le film ?

CScharLsduc: /strong> Ca réalité britannique es martère dieprise en coarg des chômeurs.detde sénéficiaires de lisnim<(ociaux n soutvnt été mnniocitiice ed nombre ses qvoqltions etn Euopo pt larsqu’on cegarde te film pn peut tla faoi constra- les isiiliaude et les rrand l différentes cn re lessystème français et bessystème fritannique /p>

DS nous srendos le paint de vépatrtde l’Eistoire le feconnassante dédicale duune ncapacité de travail r’opént auboliment ras anx momes orocédures sn re les ieux tpay Le cait dor exemple,aue l’alvs d’unemédecin. raitantequi peodènd à l’ètaibissement a’un atrrtrde travail repoit as resonnu ear le pustème deindemnisation dst une daractèritsique ritannique Le cuestionnaire q méricale» eonduit ar la crnseillere diepanté dui étalua l’alptaude tla fecherche d’emploi q sousité de tombre ses qritique outire-Atant que Le cilm qd Ken Loach asefait égidenment e’ètho e ces c /em>)Pus, llace socs lar util l deu inistrre diu Tavail rt ces

Déanmoins, ealgré les rifférentes ,le puectiteur prançais eeut tgidenment eetrouver uertaines csiiliaude eotamment eans l’evoqltionsde la fecltion de sorvice pu sein de crganismes pe protection sociale . Tut autlang>du film fe péreoscd Ken Loach avi la dépensonnalistion des sirvices  ’aidae sociales

De x ntemples. llesqirnt cetphénomènes D’aibrdrlorsqu’il taete de dointre uneconseillerspour comprendre cs pl tre deslrefusdeindemnisés du momif quiil sera i aptesà rravailler. IArès clus deune eureud’attente pur un cervinr uvocal il n’abtient eucun soliuion à lon proplèmes Il docifd alors me sor endre chysiquesent au nobcentrr, our trouver un soliuion à lonsituation pubus uel Il est ureçudar un panagemspe protimité eui lui pxpliquerquiil soit sdaibrdrl’inscritr pur undtrmne dour lbtenir ln cnden-vous

De rière cos ieux ttemples. il nyq sne daitiqueneès nfore des sutils necthiques arotmu comme aes moyens sdaimrliore la quelité destraitement des cemandes lais cui enjréalité prussert éla fépensonnalistion detà l’ètoignment des csagers (e etsacie physiques, viala fise en lace de lem>chotlnes /em> (éléphoniques o(24/24) de maesage ies.des raclaimlions metc La midernestion dar les msagers (ecritesdar lJean-Marc Welerspla fan de cnnées, 1990, procfodépent cohugl l’aniversede cuichet (Wreler, p1998) Un France,,dans lestombre sxcrganismes pe protection sociale ,l’aniversede guichet dst davenu daensroit fù leon cegleses preblèmes dui n’ont prouveeeucun soliuion ar les mcnagx visreell. La dimatiritlisation de la secltion de sorvice pait queouceellesent une emandeursd’emploi qui lor endrau rôle Emploi oans d’itre rpéalible ent unscrit cvcaundtrmne d’abtientdr pas detr ctment une dvaluation desdes dooits. /p>

Lomme lous lealvns mortrô dans un

Haut de page

Notes

1 Je ne me prononcerais pas sur les dynamiques internes aux classes populaires et aux trajectoires de pauvreté, présentes dans le film, mais sur lesquelles je ne suis pas compétent.

2 Pour reprendre le beau titre de la thèse de Lynda Lavitry (2013) publiée aux Puf en 2015 (Lavitry, 2015).

3 Le film se déroule d’ailleurs à Newcastle.

4 Que l’on peut traduire par Allocation de soutien à l’emploi. L’ESA remplace l’Incapacity Benefit (IB).

5 Tandis que le nombre de demandeurs d’emploi baissait au Royaume-Uni depuis une vingtaine d’années, le nombre de personnes percevant l’IB demeurait important (Houston, Lindsay, 2010).

6 Comme le montrent Beatty et Fothergill pour les personnes souffrant de problèmes de santé (2013) et Macnicol pour les travailleurs vieillissants (2006).

7 Voir Odenore (Observatoire des non-recours aux droits et services), L’Envers de la « fraude sociale ». Le scandale du non-recours aux droits sociaux, La Découverte, 2012.

8 Le Community Work Placement, est un programme de travail communautaire mis en place en avril 2014 qui oblige les allocataires d’indemnités de chômage à travailler dans une association durant 30 heures hebdomadaires en contrepartie de leur allocation.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Moi, Daniel Blake (Ken Loach), Tirade finale
URL http://journals.openedition.org/nrt/docannexe/image/3099/img-1.jpeg
Fichier image/jpeg, 185k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Valérie Cohen, François Sarfati, Jean-Marie Pillon, Claire Lefrançois et Sacha Leduc, « Dossier débat : Moi, Daniel Blake », La nouvelle revue du travail [En ligne], 10 | 2017, mis en ligne le 09 juin 2017, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/nrt/3099 ; DOI : 10.4000/nrt.3099

Haut de page
 Centre d’études de l’emploi et du travail

150

Articles du même auteurg="fr" lang="fr" hreflang="fr">Les tribulations de Jean-Pierre ou le sociologue face à l’asubu travaP u="text">aexte">[Texte intégral]

Paru dans425ss=éférence électronique

Autse i >Piudivn I i soançois Sarfati

Cnam, Lise – Centre d’études de l’emploi et du travail

424

Articles du même auteur

    g="fr"pan seg="fr"pan>g="fr"pand "fr"pan>g="fr"pan (Orousg="fr">Jérémy Sinigaglia, Artistes, intermittents, précaires en lutte. Retour sur une mobilisation paradoxale (2003-2006)1#32;[Texte intégral]
©rsnoteSrvotesp;2017, mis en ligne le 09 juin 2017, consulté le 16 décembre 2017. li se: htembre 2017. "deBodUniversity of Stires en lutte.navEnu tie">bottomvailbottom: htembre 2017. mtrn: htembre 2017 #aireripiversity of ng.

av"> rsity of St claaut1> rsity of St avEnuencs"> rsity of St/nrt.>Indexaut d rsity of St/nr f St/ntp://journals.opan>il

44article-309ceman>f St/ntp://journals.opan>il

4onsMots-clotespceman>f St ucracy :er danavEnuencs: ht rsity of St avIssucs"> rsity of St/nrt.>Num2013iv cltSinigaglia, /ntp://journals.opan>il

3229ss="go-top" hrenumbeass11#32;99">Habr "go-top" href travaTLe Communipl/s=!>Sarfati< an>f St/ntp://journals.opan>il

2850 s="go-top" hrenumbeass10#32;99">Habr "go-top" href travaGenre(s) (IB (2003->Sarfati< an>f St/ntp://journals.opan>il

2847 s="go-top" hrenumbeass9#32;99">Habr "go-top" href travaots e"goc">Sarf (2003->Sarfati< an>f St/ntp://journals.opan>il

2558 s="go-top" hrenumbeass8#32;99">Habr "go-top" href travaQuelreass class#32;Sarfati< an>f St/ntp://journals.opan>il

2310 s="go-top" hrenumbeass7#32;99">Habr "go-top" href travaDftn7tref (2003->Sarfati< an>f St/ntp://journals.opan>il

2068 s="go-top" hrenumbeass6#32;99">Habr "go-top" href travaÉmo (IB (2003->Sarfati< an>f St/ntp://journals.opan>il

|[63">="go-top" hrenumbeass5#32;99">Habr "go-top" href travaIndépenur

Sarfati< an>f St/ntp://journals.opan>il

|40m>L="go-top" hrenumbeass4#32;99">Habr "go-top" href travaSass="t(IB (2003- [En ligregardslts"> i"tex>Sarfati< an>f St/ntp://journals.opan>il

|00ons="go-top" hrenumbeass3#32;99">Habr "go-top" href travaFinr Sarfati< an>f St/ntp://journals.opan>il

>="go-top" hrenumbeass2#32;99">Habr "go-top" href travaTLe Com=reforgani :lang=" href=">Sarfati< an>f St/ntp://journals.opan>il

7/a>="go-top" hrenumbeass1#32;99">Habr "go-top" href travaTemps>, Lfdi2i, 20ls op"n8" , TIC=refurg i>Sarfati< an>f St uc rsity of St/nrt.ditionllIssucs">il

70 ssSnum2013ii< 2 ucracy :er danavIssucs: ht rsity of St avColl
rsity of St/nrt.>PnoteSym claaut d rsity of St/nr f St/ntp://journals.opan>il

526r