Navigation – Plan du site
Recensions et notes de lecture

Michael Burawoy, Produire le consentement (traduction/Quentin Ravelli), Paris, La Ville brûle, 2015, 303 p.

Sophie Bernard

Texte intégral

1Si on peut regretter qu’il ait fallu trente-six ans pour que l’ouvrage de référence de Burawoy soit enfin traduit en français, cette publication est toutefois l’occasion de redécouvrir un travail devenu classique en sociologie du travail. Trente ans après Donald Roy, en 1974, Burawoy découvre, non sans surprise, qu’il mène l’enquête dans la même entreprise que celle étudiée par son collègue. Il se saisit alors de cette coïncidence inespérée pour comparer les conditions de travail des ouvriers d’Allied à trois décennies d’intervalle. Procédant comme son prédécesseur par observation participante, il opère en revanche un déplacement de son questionnement. Il ne s’agit plus de comprendre « pourquoi les travailleurs ne travaillent-ils pas plus ? » mais « pourquoi travaillent-ils autant ? ». La contrainte ne suffisant pas à elle seule à l’expliquer, Burawoy en conclut que « de nos jours, c’est un mélange de consentement spontané et de contrainte qui façonne le monde du travail » (p. 22). S’inscrivant dans une perspective marxiste, il se propose ainsi de démontrer comment le consentement est fabriqué au cœur même de la production. En mobilisant « l’étude de cas élargi », consistant à extrapoler à partir d’une unique étude de cas, Burawoy ambitionne de développer une théorie du procès de travail capitaliste.

2C’est dans la première partie de l’ouvrage « De la sociologie au marxisme » qu’il expose celle-ci, commençant par dénoncer l’échec de la sociologie industrielle (citant notamment les travaux de Tannenbaum, de Etzioni, de Mayo, de Blauner, de l’institut Tavistock ou encore de Crozier). Il reproche ainsi à cette dernière son aveuglement par les concepts généraux