Navigation – Plan du site
Recensions et notes de lecture

Valérie Segond, Va-t-on payer pour travailler ?, Paris, Éditions Stock, 2016, 304 p.

Jean-Pierre Durand

Texte intégral

1Journaliste travaillant pour Le Monde, La Tribune ou France Culture, Valérie Segond a conduit une vaste enquête auprès des acteurs de l’économie et du marché de l’emploi, pour saisir les tendances transformatrices qui animent le « système d’emploi » français. C’est un ouvrage bien documenté par des travaux universitaires (ou non) qui constitue une bonne synthèse de la détérioration des conditions de travail, d’emploi et de rémunérations dans nombre de secteurs, en particulier dans les services comme on pouvait s’y attendre. Le livre est servi par un style alerte, facile à lire, journalistique et aussi précis que possible.

2Le titre de l’ouvrage s’inspire de Ryanair qui fait payer très cher ses formations de pilotes ou d’hôtesses de l’air à ses salariés. La même compagnie low cost est la championne toutes catégories de la rémunération du seul temps de travail productif de valeur : les navigants ne sont payés qu’à partir du décollage jusqu’à l’atterrissage alors que toutes les heures de préparation, de présence ou d’attente sont gratuites. À prendre ou à laisser. V. Segond montre que cette tendance se généralise dans les centres d’appels, chez les aides à domiciles, dans la grande distribution, etc. L’avènement des 35 heures avec le développement du forfait jour apparaît, lui aussi, comme une ruse pour augmenter le temps de travail à salaire constant ; elle montre la possibilité de faire travailler les cadres 3 055 heures ou plus, soit le double de la durée attendue, pour ne pas dire légale.

3La thèse qui traverse le livre, avec une multiplicité de cas illustratifs, est celle de l’abaissement du coût du travail par tous les moyens légaux qui, de fait, n’ont cessé de se développer avec le soutien efficace de tous les gouvernements depuis plus de 30 ans. Les exemples fourmillent montrant les voies ouvertes pour allonger la durée du travail ou l’intensifier sans compensation salariale. Jusqu’aux TIC libératrices... qui permettent aux salariés de terminer leurs tâches pendant leur temps de repos et de loisirs.

4L’ouvrage met en évidence les mesures légales de réduction des charges sociales et l’obtention de diverses subventions à l’emploi (par exemple, la « mise en situation professionnelle » attribuée par Pôle Emploi) : V. Segond montre que le salaire d’un nouveau recruté peut ne coûter que 11 % du SMIC la première année d’embauche et seulement 31 % la seconde année. Au total, 12 chapitres égrènent les instruments de la réduction du coût du travail en France, avec les travailleurs détachés (plus de 500 000), le travail des clients, le bénévolat-volontariat (voire le service civique) avec de faux salariés rémunérés à 50 % du revenu des titulaires de leurs postes, les franchiseurs (commerces, conseil, etc.) qui profitent de la fragilité de cadres au chômage pour leur faire miroiter des gains qui ne seront jamais atteints, etc.

5Il est bien sûr question aussi des autoentrepreneurs à partir d’un exemple édifiant, celui de l’édition : ceux qui ont quitté le salariat ici se trouvent rapidement confrontés à une dure compétition pour arracher des marchés et ceux qui restent voient leurs conditions de travail et de revenus se détériorer : d’où l’idée de paupérisation différée qui finit par toucher l’ensemble du secteur, les TIC favorisant d’ailleurs le processus via la possibilité du travail à distance. Les plateformes ne sont pas en reste, pas seulement celles dont on voit les effets dans les rues avec la multiplication des cyclistes courbés sous la charge de leur cube réfrigéré ou des chauffeurs de limousine lourdement endettés pour plusieurs années. Les traducteurs des plateformes, qui sont des novices, des amateurs, mais aussi des professionnels œuvrant le week-end, concurrencent très sérieusement les professionnels en place (indépendants ou salariés) jusqu’à menacer la profession elle-même. Il en est de même chez les graphistes puisque des étudiants ou de nouveaux arrivants proposent sur des plateformes des services à très bas prix : les prestations des professionnels subissent des pressions tarifaires intenables. L’économie des « cachetons » (gig economy) transforme radicalement des secteurs d’activités où non seulement les travailleurs sont de moins en moins rémunérés, mais où la qualité, voire la reconnaissance de la qualité d’une prestation, n’a plus cours.

6Le dernier chapitre propose une contre-attaque en règle contre tous les poncifs du coût élevé du travail et que celui-ci est bien en deçà des catastrophes annoncées. Bien au contraire, l’auteur montre combien le travail low cost – si largement encouragé par l’État, c’est-à-dire par les gouvernements successifs – pèse sur les revenus de l’ensemble des travailleurs. De fait, « la pluriactivité (pratiquée par 8,5 % des actifs) génère mécaniquement du travail pas cher ». La paupérisation conforte la paupérisation dans un cercle vicieux : ceux qui sont conduits à travailler à côté de leur revenu principal, parce qu’il est trop faible, font pression sur les salaires ou les prix des prestations de l’ensemble, c’est-à-dire participent à la dégradation de leurs propres revenus. Même Patrick Artus (Natixis) y voit une dégradation des conditions de mise en œuvre du Code du travail.

7Si le témoignage sur le processus de baisse des coûts du travail, voire de l’avènement du travail gratuit (et quelquefois de la nécessité de payer pour travailler), est bien fait, comme nous venons de le montrer, l’ouvrage pêche quand même par un certain éloignement des questions économiques et financières. Ce qui conduit à des raccourcis : à la question qui paie (les exonérations en tous genres nécessaires à la réduction du coût du travail exigée par l’Europe libérale) ? L’auteur répond « vous et moi ». Partiellement fondée, la réponse n’en élude pas moins les causes du chômage, telles que les délocalisations industrielles (un million d’emplois industriels perdus en deux décennies) et leurs ressorts financiers. Par ailleurs, rien n’impose de mettre en cause les mobiles et la nature de l’économie contemporaine, avec ses discours lénifiants ultralibéraux sur le laisser-faire qui créera un retour à la prospérité donc à une plus grande égalité sociale. Mais, sauf à accepter la « naturalisation » ou la normalité des maux qui frappent les sociétés des pays technologiquement avancés, on ne peut échapper à la mise en cause de la logique d’un capitalisme financier sans limites – sauf les siennes – et surtout de l’indigence politique des hommes et des femmes de gouvernement qui ont abandonné le front de la résistance. La duperie sur l’emploi et sur les revenus du travail conduit facilement à la remise en question populaire – surtout parmi les jeunes générations – des valeurs de la République : les jacqueries ou les guerres sociales à venir approfondiront les schismes émergents.

8Malgré ces réserves, ce n’est pas le moindre des mérites de cet ouvrage que de poser la question de la centralité de l’emploi et de son coût, donc de la place du travail et du niveau des revenus des hommes et des femmes, au moment où courent tant de calembredaines sur le travail et des rétributions qui en seraient désindexées.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Pierre Durand, « Valérie Segond, Va-t-on payer pour travailler ?, Paris, Éditions Stock, 2016, 304 p. », La nouvelle revue du travail [En ligne], 10 | 2017, mis en ligne le 01 mai 2017, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/nrt/3182

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Durand

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals