Navigation – Plan du site
Recensions et notes critiques

Arnaud Mias, John T. Dunlop. Industrial Relations Systems. Les règles au cœur des relations de travail

François Aballea
Référence(s) :

Arnaud Mias, John T. Dunlop. Industrial Relations Systems. Les règles au cœur des relations de travail, Paris, Ellipses, 2012, 160 p.

Texte intégral

1Les Éditions Ellipses développent une collection « Lire » qui se propose, autour de l’œuvre majeure d’un auteur, sociologue, anthropologue, historien ou économiste, de mettre au jour les jalons constructifs d’une pensée et, au delà, d’une discipline ou de l’un de ses champs. Les Héritiers de Pierre Bourdieu et Jean-Claude Passeron, De la Démocratie en Amérique d’Alexis de Tocqueville, Problèmes humains du machinisme industriel de Georges Friedmann ont déjà servi de support à l’exercice. C’est ici à un des grands classiques de la sociologie des relations professionnelles, Industrial Relations Systems de John T. Dunlop, publié en 1958, que s’intéresse Arnaud Mias.

2L’exercice est d’autant plus nécessaire et méritoire que l’ouvrage n’est que très partiellement accessible en français. S’il est souvent cité, parfois commenté et critiqué, il est rarement présenté en détail et analysé. Il a ainsi, comme le soulignait déjà Jean-Daniel Reynaud au début des années 1990, le statut curieux d’un « classique qui n’a pas fait école ». Et même en France, il n’apparaît pas, au regard des manuels de relations professionnelles, une référence si obligée que ne le pense l’auteur. Sa présentation, sa lecture attentive pourrait-on dire, fait l’objet de la moitié du livre d’Arnaud Mias : structure des systèmes, inventaire de leurs éléments constituants, fonctionnement systémique, et illustration à travers deux exemples développés par Dunlop au travers de comparaisons internationales : les relations professionnelles dans les mines de charbon et dans le bâtiment. On connaît la thèse de Dunlop : les règles sont au cœur des relations industrielles ou professionnelles ; elles forment système, et la structure et le fonctionnement de ce dernier dépendent d’un certain nombre de facteurs ou de variables : état des techniques, marché des produits et de l’emploi, organisation, pouvoir, plus généralement contexte. Tout cela est clair et précis, présenté de façon très pédagogique au point qu’on puisse craindre que le lecteur se sente dispensé de consulter l’ouvrage lui-même !

3Cette partie centrale, tant au niveau de la construction du livre que de sa compréhension, est précédée d’un chapitre où l’œuvre de Dunlop est mise en perspective avec le développement de ce qui constitue ou va constituer, aux États-Unis à la différence de ce qui s’est passé en France, jusqu’aux années 1980, un champ disciplinaire autonome : les relations professionnelles. Par delà les éléments proprement biographiques qui présentent la double figure de J. Dunlop, universitaire académique et expert convoqué et écouté, ce premier chapitre retrace la construction et l’institutionnalisation de la discipline autour de figures cardinales comme celles de John R. Commons et Selig Perlman. Il souligne comment l’approche psychosociologisante de l’École des Relations Humaines d’Elton Mayo a servi de repoussoir pour affirmer une perspective plus sociologique ou socio-économique et une approche macro sociale. Mais surtout, il précise clairement l’ambition de Dunlop : s’extraire des analyses de cas et des monographies d’entreprise pour proposer une cadre théorique formalisé et hypothético-déductif débouchant sur une théorie générale. C’est tout le propos d’Industrial Relations Systems. Cette ambition a-t-elle été satisfaite ? C’est l’objet du troisième et dernier chapitre du livre. C’est la plus stimulante, celle où A. Mias se révèle fin connaisseur des courants qui ont traversé et traversent l’approche des relations professionnelles tant aux États-Unis et en Grande-Bretagne qu’en France. Il met en exergue les apports de la théorie dunlopienne et aussi les critiques qui lui ont été adressées, qu’il nuance à l’occasion, comme son ethnocentrisme, l’« ambiguïté » de sa notion de système ou ses références parsoniennes. Aux États-Unis, sinon en Grande-Bretagne où l’École d’Oxford avec Flanders et Fox maintient d’une certaine façon la perspective dunlopienne en l’infléchissant toutefois dans un sens moins structuraliste, les relations professionnelles, en tant que discipline académique propre, connaissent à la fin du xxe siècle une période de reflux. Elles tendent à être supplantées d’une certaine façon par les recherches plus strictement disciplinaires et centrées sur la résolution des problèmes et la gestion des ressources humaines et de l’emploi. Dunlop avait l’ambition de décrire finement la réalité des relations de travail en procédant à des comparaisons internationales et de modéliser. Ses continuateurs ont pour nombre d’entre eux perdu de vue cette double ambition synthétique et dénaturé son approche en exacerbant l’une ou l’autre dimension. Il n’est d’ailleurs pas certain que, dans l’analyse qu’il propose de l’ouvrage, dans le deuxième chapitre, Arnaud Mias réussisse parfaitement à les articuler.

4En France, l’ouvrage n’a été connu et approprié que tardivement, en tout cas par les sociologues. Arnaud Mias analyse précisément sa réception et son appréhension. C’est l’occasion pour lui de revenir sur l’histoire même des relations professionnelles en France en tant que champ ou objet scientifique. Ce n’est pas la partie la moins intéressante du livre. Arnaud Mias écrit que cette histoire reste pour une large part à entreprendre et qu’elle pourrait faire l’objet d’un programme de recherche dont il trace ici les linéaments. On imagine d’ailleurs qu’il pourrait en être le maître d’œuvre tant sa connaissance de cette histoire est déjà précise. En France, les relations professionnelles n’ont jamais constitué un champ disciplinaire autonome ni fait l’objet d’une théorie générale. Le droit sous l’influence de Robert Goetz-Girey, l’économie avec Henri Bartoli, voire la psychosociologie, s’y sont intéressés, et parfois avant la sociologie qui y investit cependant dès les années 1950. Mais celle-ci reste marquée par l’approche hégémonique du paradigme marxiste qui n’a pas toujours évité les contresens ou les malentendus sur l’œuvre de Dunlop. Les approches sont restées largement disciplinaires. Pour autant, Industrial Relations Systems n’a pas été totalement sans postérité car c’est bien autour de la production des règles que se constitue la spécificité de l’approche sociologique des relations professionnelles par la sociologie française dans les années 1970-1980 sinon avant. Arnaud Mias analyse les principales productions qui ont marqué et contribué à l’affirmation puis à l’approfondissement du champ et en rappelle les évolutions au travers de l’activité des centres de recherche (LEST, CNAM...) et des publications (La Revue Française du Travail, Sociologie du Travail...) et de divers ouvrages phares. Il souligne le rôle et l’apport d’Yves Delamotte, de François Sellier, de Jean-Daniel Reynaud et de quelques autres. L’approche institutionnaliste est restée forte mais la perspective structuro-fonctionnaliste et quelque peu déterministe a décliné, supplantée par une approche plus stratégique et une attention plus grande aux jeux de pouvoir, aux interactions, à la rationalité axiologique et cognitive des acteurs dans la négociation collective et à la contingence essayant d’articuler, mais sans toujours y parvenir, souligne Arnaud Mias, règles, processus et contextes ; ou encore le local et le sociétal. L’auteur suggère d’ailleurs quelques pistes qui pourraient constituer un prolongement fécond d’Industrial Relations Systems.

  • 1 Voir l’ouvrage de Lucie Tanguy : La Sociologie du travail en France, Paris, La Découverte, 2011 (re (...)

5L’époque est à un retour sur l’histoire de la sociologie du travail1. Arnaud Mias y apporte sa pierre, mais de biais et avec un plus : l’inscription de la sociologie française des relations professionnelles dans le contexte international – et en ce sens il est fidèle à l’esprit de Dunlop. De même que les biographies réussies des « grands hommes » valent non seulement par ce qu’elles nous apprennent sur l’homme et son oeuvre, mais par ce qu’elles nous disent de l’époque, des forces qui s’affrontent au sein de la société, des débats et des enjeux qui la traversent, des idées qui structurent la pensée et forgent la culture du temps, de même l’ouvrage d’Arnaud Mias est à lire non seulement pour appréhender une œuvre majeure de la sociologie des relations professionnelles mais pour comprendre comment se structure, se développe et évolue un champ scientifique. Il le fait moins sous un angle historique que dans une perspective de sociologie de la connaissance. En ce sens, il fait partie de ces livres « réussis ».

Haut de page

Notes

1 Voir l’ouvrage de Lucie Tanguy : La Sociologie du travail en France, Paris, La Découverte, 2011 (recension par Salvatore Maugeri dans la Nouvelle Revue du Travail, n°1, décembre 2012 : http://nrt.revues.org/418) ; ou celui d’Annie Borzeix et Gwenaële Rot, Genèse d’une discipline, naissance d’une revue. Sociologie du travail, Paris, Presses Universitaires de Paris-Ouest, 2010 (recension par Jean-Pierre Durand dans la Nouvelle Revue du Travail, n°1, décembre 2012, : http://nrt.revues.org/415).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Aballea, « Arnaud Mias, John T. Dunlop. Industrial Relations Systems. Les règles au cœur des relations de travail », La nouvelle revue du travail [En ligne], 2 | 2013, mis en ligne le 30 mars 2013, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/nrt/577

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals