Navigation – Plan du site
Recensions et notes critiques

Francis Jauréguiberry & Serge Proulx, Usages et enjeux des technologies de communication

Jean-Pierre Durand
Référence(s) :

Francis Jauréguiberry et Serge Proulx, Usages et enjeux des technologies de communication, Editions Érès, collection « Érès Poche-société », 2011, 144 p. ISBN : ISBN : 978-2-7492-1440-5.

Texte intégral

1Ce petit ouvrage propose une très large revue de littérature sur les usages des technologies de l’information et de la communication. On peut dire que cet ouvrage est complet, en particulier parce qu’il couvre aussi la production intellectuelle du monde anglo-saxon. Il est très agréable à lire parce que les thèses y sont exposées clairement. C’est aussi un ouvrage qui reprend l’historique des usages des TIC et leurs analyses dans les sciences humaines.

2Le premier chapitre propose un cadrage théorique, voire épistémologique en tentant d’échapper au double déterminisme social et technique ; la sociologie des usages souhaite effectuer ce dépassement en analysant les relations intrinsèques aux techniques et au social. Le second chapitre fait l’histoire de la sociologie des usages en passant en revue les différents paradigmes en présence (on peut regretter ici que les écrits de Philippe Zarifian sur les usages soient passés sous silence), y compris en en montrant les limites. Le troisième chapitre observe comment les entreprises concernées s’intéressent aux usages des TIC et comment les sociologues en particulier ont participé à la production de connaissances à destination de ces entreprises. Le même chapitre souhaite montrer que des pratiques alternatives à la consommation des TIC telle qu’elle est souhaitée par les grandes entreprises marchandes sont possibles « dans une économie numérique contributive ».

3C’est à partir de là que les auteurs présentent la « mutation récente des études d’usage » (chapitre 4) en proposant un renouvellement de la sociologie des usages qu’ils déclinent en cinq niveaux possibles d’interprétation des usages : approche centrée sur l’interaction entre utilisateur et dispositif, approche centrée sur la coordination usager/concepteur, usage situé dans une quotidienneté, objet technique prescripteur de normes politiques et morales, formes socio-historiques de l’usage. Ce qui conduit les auteurs à percevoir un glissement de l’observation de la relation consommateur/objet technique vers une observation de la « totalité de l’activité en situation », ce qui constitue un élargissement relatif de l’espace observé et transforme la figure de l’usager en lui redonnant une certaine épaisseur sociale. Le dernier chapitre, comme on pouvait s’y attendre dans la progression de l’ouvrage, transforme l’usager en sujet. Ce chapitre fait apparaître une diversité de logiques qui tendent à autonomiser, subjectiver, en un mot libérer l’usager des contraintes instrumentales dans lesquelles les logiques précédentes tendaient à l’enfermer.

4La richesse et l’étendue des références n’empêchent pas que l’on puisse adresser à l’ouvrage un certain nombre de critiques, auxquelles les auteurs pourront toujours répondre qu’ils ne pouvaient tout dire en moins de 150 pages... L’ouvrage élude les rapports des technologies avec l’économie, la financiarisation et la globalisation, avec seulement une référence dans l’Introduction, comme un regret. Or, le rôle des TIC dans l’augmentation de la productivité du travail et de la productivité en général n’est plus à démontrer, même si la lean production a certainement eu un impact plus grand dans la réduction des coûts de production des biens et des services depuis deux décennies ! C’est d’ailleurs la plus grande faiblesse de l’ouvrage que de ne pas traiter de l’usage des TIC dans la sphère productive. Pour les mêmes raisons, la place des TIC comme outil stratégique de la globalisation financière n’est pas traitée ici. Le travail des consommateurs, à partir justement des TIC, n’est qu’effleuré dans le chapitre 3 sur « Usages, consommation et logique économique » : le questionnement est toujours posé du côté du consommateur ou de l’usager, mais trop rarement du côté de l’entreprise qui cherche à tirer bénéfice du retour de l’activité des consommateurs (à l’exception de quelques pages du chapitre 3 qui ne traitent que de l’adaptation des services aux usages à partir du travail des sociologues engagés par les dites entreprises). Il est vrai que le concept de « travail du consommateur », quand il est pris au sérieux, fait appel du point de vue économique et sociologique à des débats qui sont extérieurs à la sociologie de l’usage dans sa dénomination la plus stricte. Toujours du point de vue socio-économique, on pouvait s’attendre à une réflexion sur l’éventuel remplacement des biens durables par les TIC pour renouer avec un cercle vertueux semblable à celui des Trente Glorieuses. En effet, si l’automobile et tous les biens durables de consommation de masse, produits avec des gains de productivité constants jusqu’au milieu des années 1970, sont au cœur du modèle fordien de croissance, peut-on espérer avec certains économistes de l’Ecole de la Régulation voir les TIC jouer le même rôle ?

5Un autre champ manquant, nous semble-t-il, dans cette sociologie des usages est celui de la réduction, du maintien ou du renforcement des inégalités sociales face à l’usage des TIC (un avatar de la « fraction numérique »). Que pensent les auteurs d’un usage différencié des TIC dans les différentes classes et couches sociales ? Voire un renforcement des différenciations sociales à travers cet usage des TIC ? N’y a-t-il pas un usage passif (jeux, mobiles, séries télévisées) des TIC et un usage plus actif voire émancipateur de celles-ci à travers un accès plus aisé à la culture, à condition évidemment de disposer des capitaux scolaires et culturels nécessaires ? On pourrait faire les mêmes remarques à propos des réseaux sociaux.

6Plus généralement, la sociologie des usages, très centrée sur les usages des objets (ici les TIC) tend à devenir une microsociologie sous-estimant largement le reste de l’édifice social, comme si les forces structurantes de l’espace socio-économique n’existaient pas. Les différenciations sociales, les inégalités sociales ne sont guère prises en compte dans cette sociologie des usages des TIC. Or, selon nous, cette distinction des usages et dans les usages est un objet à part entière tant ces mêmes TIC établissent de faux rapports égalitaires (chacun peut sembler égal à son voisin face à l’appareil technologique mais l’usage réel dépend d’autres facteurs) et de « fausses » relations sociales (les réseaux sociaux, les relations via les mobiles, etc.) à travers la virtualité qui caractérise les TIC elles-mêmes.

7Plus encore, la sociologie des usages comporte au plus profond d’elle-même une véritable convergence avec l’approche individualisante des rapports sociaux, pour ne pas dire un accord profond avec l’idéologie individualiste dominant nos sociétés ultra-libérales. Car, tôt ou tard, ce sont les rapports entre l’individu et l’objet technique (ici les TIC) qui sont privilégiés dans cette sociologie des usages : ainsi, l’individu est pris dans une relation avec l’objet qui le désocialise – malgré les apparences. Même si les tenants de cette sociologie s’en défendent, c’est bien l’individu isolé qui est pris en compte ou construit comme objet sociologique pour entrer en rapport avec les TIC. Ici, il y a peut-être un danger majeur pour les sciences sociales : en adoptant ou en construisant cet objet individu ou rapport individu/TIC, elles adoptent un paradigme qui converge avec celui du libéralisme et par la même le conforte jusqu’à ce que celui-ci se présente comme le paradigme unique et seul possible pour l’analyse du social.

8Au-delà de toutes ces questions soulevées par l’ouvrage, ce qui suffit à en montrer l’intérêt, nous retiendrons qu’Usages et enjeux des technologies de l’information est l’un des meilleurs ouvrages pour entrer dans la sociologie des usages d’une part et pour mieux connaître l’utilisation des TIC dans les différents espaces de consommation, d’autre part. L’amplitude de la littérature couverte, dont celle des pays anglo-saxons, et l’expérience des auteurs méritent d’aller plonger dans ce petit ouvrage fort dynamique. On peut aussi conseiller la lecture de l’ouvrage dirigé par J. Denouël et F. Granjon (2011) sur les usages sociaux des technologies numériques d’information et de communication dont l’approche se veut plus critique.

Haut de page

Bibliographie

Denouël Julie & Fabien Granjon (dirs) (2011), Communiquer à l’ère numérique. Regards croisés sur la sociologie des usages. Paris, Éditions Transvalor/Presses des Mines.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Pierre Durand, « Francis Jauréguiberry & Serge Proulx, Usages et enjeux des technologies de communication », La nouvelle revue du travail [En ligne], 2 | 2013, mis en ligne le 30 mars 2013, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/nrt/603

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Durand

Centre Pierre Naville, Université d’Evry

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals