Navigation – Plan du site
Carmen Bernand

« Tous ensemble, tous ensemble, tous ! »

A propos du dernier film de Pablo Trapero, Familia Rodante, Argentine, 2004, 1h43.
[09/02/2005]

Texte intégral

1Le succès à Paris du film de Pablo Trapero (Familia rodante traduit par Voyage en famille) ne relève pas uniquement d’un effet de mode, d’un engouement  français ou plutôt parisien pour les films argentins. Après le sombre El bonaerense qui plongeait le spectateur dans l’atmosphère glauque de la corruption policière et la veulerie, qui se donnaient libre cours dans la banlieue de Buenos Aires, frappée de plein fouet par la crise et l’insécurité, Voyage en famille renoue avec un cinéma apparemment plus léger.

2Le film raconte avec drôlerie  et dans une gouaille portègne difficilement traduisible, l’expédition en camping-car d’une famille nombreuse invitée au mariage d’une nièce, dans la lointaine province de Misiones, à la frontière du Brésil. Autant dire dans les confins du monde puisque les habitants de la capitale ne se hasardent que rarement dans des contrées considérées comme sauvages, dont le destin ne les concerne guère. Sauvage, cette immense contrée sous-tropicale et marécageuse qui s’étend à partir d’Entre Ríos, l’est, reprenant à l’harmonica – instrument étranger aux traditions de Buenos Aires – des compositions célèbres de Carlos Gardel, ainsi que des airs folkloriques. La chaleur, les insectes, les hommes à cheval, tantôt indifférents, tantôt exubérants et agressifs, jalonnent ce trajet  vers la barbarie, dans le sens classique que Sarmiento donnait déjà à ce terme au XIXe siècle.

3D’abord une autoroute s’étire rassurante, pour faire place à une nationale cahotante, enfin, à une route en terre. Les protagonistes sont vulgaires, exubérants, vociférants, ridés ou grassouillets, et sous le soleil de braise ils fondent comme du saindoux. Interminable fournaise qui exacerbe les désirs, meurtrissant aussi l’âme et le corps, comme en témoigne la scène de la rage de dents survenue dans une bourgade poussiéreuse. Baisers goulus, regards obliques, envies irrépressibles sont accompagnés d’un torrent verbal qui finit par submerger l’image même. Et pourtant, malgré son importance comme révélateur de tensions maîtrisées bien que mal, ce n’est pas le sexe sous sa forme la plus naturelle et la plus directe qui est, à mon avis, la clé de ce succès.

4Pourquoi alors ce film fait recette ? Tout d’abord il s’agit d’un tournage sans effets, d’une sorte de cinéma-vérité construit sur la spontanéité des propos et des pulsions. Ces gens –des petits commerçants désargentés et non pas des prolétaires- sont « naturels » jusqu’au bout, exprimant ce qu’ils ont envie de dire sans aucun frein. Mais davantage, le charme du Voyage en famille tient justement de la présence de cette famille étendue, composée d’une grand’mère et de trois générations descendantes. Le film débute par l’anniversaire d’Emilia, l’aïeule, qui se prépare à fêter ses 86 ans dans son pavillon suburbain où elle élève quelques animaux. Le visage d’Emilia est plein de rides qui ressemblent à des crevasses, car sa peau n’a jamais connu de crèmes adoucissantes ; elle traîne des jambes variqueuses et un corps volumineux. L’eau de Cologne que ses amies, aussi vieilles qu’elle, viennent lui offrir semble presque dérisoire pour un corps si fané. La famille arrive le soir, pour dîner : deux filles, leurs maris respectifs, leurs enfants, deux garçons et deux filles et même un petit bébé qu’un voyou drogué a fait à l’une d’elles. Soudain le téléphone sonne : la sœur d’Emilia, de la lointaine Misiones, lui souhaite une bonne fête et l’invite à être la marraine du mariage de sa fille, qui doit avoir lieu prochainement. La décision est prise : ils iront tous, vieux, jeunes et moins jeunes, dans la caravane  vétuste du « Gros » (« el gordo »), l’un des gendres de la vieille.

5Le film raconte ce voyage. Il y a déjà plus de trente ans, Boorman dans Délivrance avait montré comment un paysage sublime vire au cauchemar, comment une virée de copains se transforme en descente vers l’horreur. Mais le voyage de Trapero n’a pas de prétention métaphysique. L’essentiel de ce périple pénible, à cause de la chaleur et de l’exiguïté de la caravane, c’est le dévoilement des relations de famille, d’une intensité affective remarquable : on s’engueule, on proteste, on crie sans que jamais ces explosions ne mettent en cause son intégrité. Ils sont tous venus pour faire plaisir à la vieille, à cette aïeule qui va bientôt partir, et celle-ci trône au milieu de tous les siens. Les générations ne sont pas ségrégés ; le plaisir d’être ensemble l’emporte sur les incommodités et l’exaspération des uns et des autres. Car la plus grande malédiction est bien être seul. Il s’agit-là d’un trait typique de la société argentine, voire portègne, qui consiste à agréger au noyau initial familial les enfants et les gendres, les amis et les voisins. Un des gendres, qui a accepté de mauvais gré de participer à l’expédition, sera chassé du groupe pour sa trahison – il flirte avec sa belle-sœur. Un autre, le voyou drogué qui a suivi son amie en moto, après avoir été maudit par son beau-père, sera réintégré dans le groupe jusqu’à ce fondre dans lui. Et quand enfin ils parviennent au terme de leur périple, oubliant les incommodités et les disputes, ils revêtent leur costume des grandes occasions pour assister à une cérémonie perturbée par les accolades et les cris d’affection. Enfin, lors de l’asado champêtre qui durera toute la nuit, le spectateur  a lui aussi oublié la sueur, les propos vulgaires et la promiscuité étouffante de la caravane et se laisse gagner par la joie élémentaire de la tablée et de la chaleur de la fête.

6Ce mélange de générations est probablement la raison du succès de ce film. Un univers qui n’existe guère en Europe et encore moins aux Etats-Unis, source principale du cinéma. Les vieux argentins n’ont pas honte de leur corps, les jeunes ne sont pas dégoûtés par les rides – nous avions déjà vu cette liaison étonnante entre un homme en pleine maturité et une vieille paysanne dans le film mexicain Japon. La sociabilité prime sur toute forme de clivage, les conversations fusent créant un lien direct, spontané et jamais dominé par les conventions sociales entre des gens de diverses origines et âges, liés par la magie de la parole. Le film de Trapero, dans sa simplicité même, révèle un monde que nous avons perdu depuis longtemps. C’est cette chaleur humaine brute, sans apprêt, qui explique vraisemblablement le choix du public, qui ne sait plus ce que « tous ensemble » veut dire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Carmen Bernand, « « Tous ensemble, tous ensemble, tous ! » », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Images en mouvement, 2005, mis en ligne le 09 février 2005, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/160

Haut de page

Auteur

Carmen Bernand

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page