Navigation – Plan du site
Christophe Giudicelli

Aline Hémond et Pierre Ragon eds., L’image au Mexique. Usages, appropriations et transgressions, Paris, CEMCA-L’Harmattan 2001, 273 pp.

[04/02/2005]

Entrées d’index

Mots clés :

Identité, images, nation

Géographique :

Mexique

Chronologique :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

1D’emblée, les coordinateurs se défendent de prétendre esquisser une théorie unitaire de l’image qui prétendrait englober l’ensemble de la production iconographique mexicaine, tous lieux et toutes époques confondus. Ils invitent au contraire le lecteur à renoncer à l’illusion folkloriste qui ferait du Mexique un tout sinon homogène, tout au moins réductible à une catégorie commune capable d’embrasser des tlacuilos préhispaniques jusqu’aux telenovelas les plus récentes.

2L’œuvre se présente donc plutôt comme une somme de regards croisés, étudiant un nombre défini de représentations, depuis l’anthropologie, l’Histoire; l’Histoire de l’art et la critique littéraire.

3Les contributions sont regroupées en trois parties thématiques, chargées respectivement d’analyser les “expressions indigènes d’hier et d’aujourd’hui”, de mettre en lumières les relations complexes entretenues entre “images, pouvoir et culture dans le Mexique colonial”, et à interroger, pour une époque plus récente, celles qui structurent “images et nations “.

4Les anthropologues et les ethnohistoriens qui composent la première partie bousculent certaines idées facilement reçues lorsqu’il s’agit de représentations “indigènes” en mettant un point d’honneur, tout en les rendant en quelque sorte “lisibles” pour le profane, d’en souligner les enjeux et la portée &endash; symbolique et politique. C’est en effet animées ce souci de rigueur qui rassemble des études par ailleurs très différentes dans leur objet : les analyses iconographiques d’Alfredo López Austin et Guilhem Olivier, pour la période préhispanique et coloniale (traitant respectivement d’un vase de la Mixteca Alta et de la représentation de la divinité Mixcoatl), l’étude, fortement influencée par la théorie psychanalytique, menée par Jacques Galinier sur l’iconographie otomi ou celles que consacrent Françoise Neff et Aline Hémond aux idoles et amates des communautés indiennes du Guerrero d’aujourd’hui.

5Dans la seconde partie, les auteurs font apparaître, derrière les images étudiées, les acteurs qui les brandissent, les manipulent, les détournent ou les confisquent à leur profit, replaçant de la sorte celles-ci dans le contexte des luttes d’influence qui opposaient les différents groupes sociaux de la Nouvelle Espagne. C’est ainsi que Patrick Lesbre décèle le détournement et la réappropriation par la noblesse acolhua d’une représentation occidentale à des fins de glorification de son passé préhispanique. Les institutions religieuses placent de même volontiers les Images au centre de leurs rivalités, allant parfois jusqu’à leur faire subir une reformulation en quelque sorte personnalisée &endash;c’est le cas de la représentation de la Jérusalem Céleste étudiée par Antonio Rubial García&endash;, à moins qu’elles ne préfèrent plus prudemment se réserver le contrôle exclusif de l’une d’elle, afin de bien marquer l’étendue de leur pouvoir &endash;ainsi la substitution par le chapitre de Valladolid du « Seigneur de la Sacristie » au « Christ des Religieuses » relatée par Oscar Mazín. Pierre Ragon, pour sa part, parvient à la conclusion que le succès du culte des images dans le Mexique baroque ne doit pas être interprété à travers la grille de lecture du métissage, mais qu’il traduit bien plutôt une évolution interne du christianisme.

6La troisième et dernière partie examine le rôle primordial de l’image dans la construction de la nation mexicaine. Isabel Fernández Tejedo et Carmen Nava Nava suivent les avatars successifs du blason national mexicain, pour mieux en souligner les usages et les interprétations. Tomás Pérez Vejo met au jour « « l’invention » au XIXème siècle d’une identité nationale, à travers la promotion par les élites politiques d’une peinture d’Histoire largement destinée à fixer l’image officielle qu’elles entendaient donner de la jeune nation. Andrés Medina, pour sa part, analyse la genèse et les implications idéologiques du discours visuel qui présida à la constitution des salles d’ethnographie du Musée National d’Anthropologie de Mexico, un discours fortement lié à « cette étape romantique du nationalisme mexicain » qui marqua selon lui la présidence de López Mateos, et tributaire des tendances alors dominante dans le champ anthropologique. Enfin, Montserrat Galli Boadella s’intéresse au destin singulier de l’œuvre de José Guadalupe Posada, dont la transfiguration doit autant, sinon plus à l’action des intellectuels révolutionnaires; et en particulier à sa revendication par les muralistes; qu’à sa seule originalité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

L’ouvrage collectif présenté par Aline Hémond et Pierre Ragon reprend l’essentiel des contributions du colloque consacré à La imagen en México, organisé au Centre d’Études Mexicaines et Centram

Référence électronique

Christophe Giudicelli, « Aline Hémond et Pierre Ragon eds., L’image au Mexique. Usages, appropriations et transgressions, Paris, CEMCA-L’Harmattan 2001, 273 pp. », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Comptes rendus et essais historiographiques, mis en ligne le 04 février 2005, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/250

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page