Navigation – Plan du site
Aude Argouse

Roldan Vera, Eugenia, Caruso, Marcelo (coord.), Imported Modernity in Post-Colonial State Formation. The Appropriation of Political, Educational, and Cultural Models in Nineteenth-Century Latin America, Frankfurt Am Main, Peter Lang, 412 p., Komparatistische Bibliothek, 14

[16/03/2008]

Texte intégral

1Les principales approches de l'évolution du libéralisme en Amérique latine tout au long du XIXe siècle relèvent fréquemment d'une axiologie qui ne varie que selon une seule alternative : celle d'une évolution comparée avec l'Europe, où l'Amérique latine apparaît toujours en retard d'une étape, ou celle de l'idée de nation comme création intrinsèquement latinoaméricaine. Bien conscient des circuits empruntés par les idées tout au long de ce siècle, cet ouvrage propose de comprendre comment voyagent et sont incorporés les discours et les idées relatives à la modernité en Amérique latine. Ainsi, plutôt que de faire référence à la théorie de la réception, il place de façon pertinente la réflexion sur le processus d'importation des idées au cœur d'une dynamique de communication et d'hybridation. Chaque contribution se propose alors de l'examiner dans un contexte particulier et interroge le degré d'instrumentalisation des idées dans la construction de l'identité d'une nation et d'un état. La théorie de la réception, notoirement utilisée pour établir l'émergence en Amérique espagnole, du derecho indiano, sur la base d'une réception du droit castillan, lui-même en construction, disparaît derrière sa question centrale et philosophique : le savoir – juridique ou pas – est-il véhicule de culture ou est-ce l'inverse ?

2Le livre est divisé en trois parties et débute par une introduction très claire qui offre une présentation transversale de l'ensemble. Concernant le processus d'internationalisation du libéralisme, l'introduction propose trois dimensions : une première dimension dans laquelle les frontières entre les contextes nationaux et internationaux ne sont pas soulignées car le libéralisme latinoaméricain est l'expression d'une tendance plus globale ; une deuxième dimension, davantage auto-référencée, dans laquelle il est le résultat de l'appropriation de modèles étrangers incorporant des caractéristiques locales ; une troisième dimension dans laquelle le libéralisme est le résultat d'une interaction entre l'Europe et l'Amérique latine, qui montre que chaque contexte sert toujours de cadre à l'autre.

3La première partie concerne les instruments de réformation de l'ordre politique et contient cinq contributions traitant de contextes nationaux différents dans les premières décennies de leur indépendance.
Parmi les instruments de réformation du pouvoir qui permirent la constitution des Etats, Federica Morelli s'interroge sur le rôle des "corps intermédiaires", en référence à Montesquieu, que sont les municipes et les cabildos en Equateur. La tradition politique établit que les organes de gouvernement locaux opérèrent comme résistance au pouvoir monarchique. Les réformes bourboniques n'ont pas, contrairement à ce que l'historiographie avance communément, entamé leur pouvoir. La crise de la monarchie à partir de 1808 laissa entrevoir que les cabildos bénéficiaient toujours de légitimité pour représenter les intérêts des villes, spécifiquement illustrée lors de la mise en place du gouvernement autonome de Quito. Mais l'absence d'un état fort et la présence de villes consolidées et indépendantes – Quito et Guayaquil – faisaient de l'espace rural un enjeu important tout en accentuant la fragmentation politique des territoires. C'est dans cette dynamique de négociations, héritée de la tradition politique d'Ancien régime, que s'est faite la construction de la nation équatorienne. En effet, tandis que les municipios échappaient au contrôle des villes principales et entamèrent une révolution du pouvoir local, les villes principales de cette région périphérique de l'Empire se sont substituées à l'autorité de l'état pour reconstituer une unité dans l'espace et harmoniser les différents corps politiques.
En résonnance avec cet article, Sajid Alfredo Herrera, qui étudie l'Amérique centrale et en particulier le Salvador, montre que l'émergence d'une logique régionale, celle de l'Isthme, permet à la nation salvadorienne de s'affirmer contre l'oppression mexicaine et guatémaltèque.

4Le poids des discours sur l'égalité issus de la Révolution française, très présents dans la presse, permit aussi de renforcer la construction de la nation salvadorienne. Plus généralement, dans les états latinoaméricains post-coloniaux, un place importante est réservée à la presse dans la constitution d'une opinion publique. C'est ce que démontre Béatriz Dávilo en insistant sur son influence dans le relais de la construction de l'idée de droit et d'utilitarisme dans le Rio de la Plata entre 1810 et 1825.
Le succès particulier de Tocqueville auprès des mouvements littéraires, dont la poésie, permet à Jorge Myers de se pencher sur ce qu'il appelle la "naturalisation progressive" des langages du libéralisme venus d'Europe. Il distingue pour le Rio de la Plata plusieurs étapes entre 1840 et 1852 et examine les productions littéraires des tenants de la "génération romantique" de 1837 à l'issue du salon littéraire de cette année et leurs processus de création, là encore empreint d'une expérience locale.

5Outre la presse et la littérature, l'éducation est un puissant relais pour la pénétration des idées venues d'Europe dans le contexte des Indépendances. Les écoles sont de véritables plateformes de transmission idéologique, en particulier sur la question du droit à la citoyenneté. Pour étudier comment le débat sur le conservatisme et le libéralisme qui a eu lieu en France a influencé celui du Pérou, Nathalia Sobrevilla se penche sur deux figures choisies, deux professeurs membres du congrès et s'interroge sur la mesure de l'éducation et de la littérature dans la constitution d'une opinion publique. Elle revient alors sur le cursus éducatif au Pérou et sur l'introduction de l'étude de textes de Pufendorf, Descartes, Locke et Condillac, tout en insistant sur la place de la religion dans le processus d'Indépendance et la construction de la République du Pérou. Là réside une différence fondamentale avec la France révolutionnaire.

6La deuxième partie, consacrée à la fabrication de nouveaux citoyens, comporte quatre contributions. A la différence de la partie précédente majoritairement placée "sous influence" française révolutionnaire, celle-ci est tournée vers l'emprunt d'idées anglosaxonnes. A commencer par l'"imported englishness" à Haïti étudiée par Karen Racine et qui devait permettre à la nation haïtienne de se constituer en dehors du mauvais souvenir des colons français et d'éloigner le spectre de leur retour. Le roi Henry Christophe fit appel à des membres de l'Institution Africaine d'Angleterre pour obtenir des professeurs, des médecins ainsi que des équipements dans le but de démontrer que des Africains pouvaient se gouverner eux-mêmes avec de tels instruments. L'éducation devait devenir la première arme de la construction nationale mais aussi son ciment, par la constitution d'une citoyenneté libre et éclairée qui était également le fruit d'une expérimentation des observateurs anglais. La contribution de Marcelo Caruso fait écho à celle-ci, dans le contexte colombien des années 1821-1842. Soulignant l'importance de l'éducation comme moyen de consolidation d'un ordre nouveau et fragile, l'auteur examine les relations entre la culture politique et l'école. L'effondrement de l'unité politique de la Grande Colombie s'accompagna d'une radicalisation du rejet des traditions et coutumes issues de l'ancien régime colonial. L'école, d'abord entreprise comme une véritable activité militaire avant de glisser petit à petit vers un modèle davantage civil et civique, avait pour objectif d'unifier un pays et de produire les nouveaux référents du caractère national, avec ses rituels et cérémonies dédiés à l'affirmation et à la représentation de l'autorité républicaine.

7Toujours dans le champ de l'éducation, le travail de Luciano Mendes de Faria Filho et José G. Gondra rejoint l'idée évoquée par Jorge Myers sur la "naturalisation". Partant du cas du Brésil, les auteurs examinent les relations entre l'école obligatoire et la culture politique au XIXe siècle. Dans cet exemple, la "naturalisation" de l'Ecole se fait par un processus de normalisation, l'énoncé d'une loi, qui la rend obligatoire. La loi permet de contrôler la "société disciplinaire" et il apparaît qu'un pouvoir est exercé par l'énonciation de la règle et sa mise par écrit. Par conséquent, le langage contribue à la naturalisation de l'école, car il a la capacité de dire ce qui est interdit, permis ou obligatoire, et il tient dans nation qui se constitue un rôle primordial dans l'énonciation même de ses modèles.

8Si la biographie était déjà présente dans la première partie de l'ouvrage, Eugenia Roldán Vera y revient en s'intéressant non pas au transfert, à l'importation ou exportation d'idées mais à leur émergence au sein même du processus transnational de transmission par l'analyse de la vie de l'un des superviseurs cosmopolites d'un projet éducationnel : James Thomson. L'hypothèse de Roldán est que les nombreux déplacements de Thomson en Amérique latine ont fortement contribué à ce qu'il acquière un savoir particulier. La valeur cognitive du déplacement est ici constituée par l'interaction entre les "centres" et les "périphéries". Elle l'est également par l'aspect profondément "biculturel", c'est-à-dire entre l'Angleterre et l'Amérique latine, de la démarche de Thomson, qu'il plaçait consciemment au service de la modernité tout en énonçant performativement son objet, l'Amérique, qui allait ensuite être diffusé en Angleterre.  

9La troisième partie, consacrée aux pratiques culturelles, est formée de deux contributions, dont la dernière pourrait s'apparenter à une conclusion. A propos de la consommation et de ses excès, Rebecca Earle dévoile une partie de son travail sur la mode à Lima et ouvre une nouvelle voie dans l'exploration des moyens de communication des idées. En l'occurrence, il s'agit des idées relatives au luxe et à la délicatesse qui permettent à l'auteur de s'approcher de l'histoire des sensibilités A partir de descriptions ou d'écrits poétiques des contemporains, elle entreprend de révéler un discours sur la corruption et la mauvaise administration des Créoles au Pérou. La question du luxe est une clef essentielle du débat sur la capacité de l'Amérique à se gouverner elle-même. Bien que l'idée du luxe ait été en Europe conçue comme moteur de l'économie, elle s'est faite en Amérique le reflet de la grandeur coloniale. L'auteur montre qu'elle s'est accompagnée d'une nouvelle représentation de l'idée de "masculin" opposée à l'idée le luxe, propre au féminin mais surtout à la décadence que représentait le "masculin efféminé" des Créoles et que les Républicains rejettent.
Enfin, la dernière contribution de l'ouvrage offre un regard sur l'historiographie et évoque une mise en abyme de l'ouvrage lui-même. Guillermo Zermeño propose en effet d'analyser, à travers le matériel historiographique de l'historien allemand Leopold von Ranke et son impact au Mexique dans les années 40, le développement de l'histoire comme profession à partir du milieu du XIXe siècle, c'est-à-dire lorsqu'apparaît une nouvelle sorte de discours sur le passé qui se veut scientifique et exhaustif.

10Une ombre semble planer sur l'ensemble des contributions de cet ouvrage qui franchissent indéniablement une étape supplémentaire dans l'apprentissage et la compréhension de la circulation des idées par nos contemporains. C'est celle du sociologue Zygmunt Bauman, qui a longtemps travaillé la relation entre la culture et la praxis, à nouveau mise en chantier par les contributions contextualisées. Ici, le mouvement entre les idées et les modèles est démontré dans toute sa complexité non seulement parce que les idées doivent s'adapter aux réalités de terrain, mais aussi parce que dans les multiples sociétés où elles émergent, elles ne sont jamais figées.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aude Argouse, « Roldan Vera, Eugenia, Caruso, Marcelo (coord.), Imported Modernity in Post-Colonial State Formation. The Appropriation of Political, Educational, and Cultural Models in Nineteenth-Century Latin America, Frankfurt Am Main, Peter Lang, 412 p., Komparatistische Bibliothek, 14 », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Comptes rendus et essais historiographiques, mis en ligne le 16 mars 2008, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/27422

Haut de page

Auteur

Aude Argouse

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page