Navigation – Plan du site
Débats | 2008
Independencias – Dossier coordinado por Alejandro Gómez et Federica Morelli
Gabriel Entin

Quelle république pour la révolution ?

Souveraineté, loi et liberté au Rio de la Plata, 1810-1812
[15/09/2008]

Résumés

Dans l’historiographie des révolutions d’indépendance, la république est généralement conçue comme une forme de gouvernement anti-monarchique. A partir de l’étude des langages de trois acteurs de la révolution au Rio de la Plata (Mariano Moreno, Gregorio Funes et Bernardo de Monteagudo) nous démontrons que, au début de la période révolutionnaire, la république n’a pas été conceptualisée comme un régime politique opposé à la monarchie mais comme une valeur sociale liée à l’expérience nouvelle d’auto institution d’une communauté politique. D’une part, nous exposons les usages du concept de ‘république’ dans la Monarchie hispanique à travers le rapport de la cité avec un monde catholique organisé autours du Roi. D’autre part, nous analysons les changements conceptuelles de la république durant la révolution à Buenos Aires, notamment, à partir de son articulation avec les concepts de souveraineté, de loi et de liberté. Dans un contexte de fragmentation de la souveraineté et de discussion sur son sujet et sa représentation, l’analyse des langages des acteurs du Rio de la Plata permet non seulement de comprendre comment la république a été pensée pendant la crise de la monarchie et les révolutions hispaniques, mais aussi, de problématiser la théorie républicaine de la liberté politique.

Haut de page

Notes de l’auteur

Je remercie Federica Morelli et Silyane Larcher pour leurs commentaires et Bérénice Velez et Marianne González pour la révision du texte.

Texte intégral

Introduction

  • 1  Luis Barrón, « Republicanismo, liberalismo y conflicto ideológico en la primera mitad del siglo XI (...)
  • 2  José Antonio Aguilar, « Dos conceptos de República », in José Antonio Aguilar y Rafael Rojas (eds. (...)
  • 3  Federica Morelli, «Antiguas Audiencias y nuevas Naciones », in Feliciano Barrios (coord.), El gobi (...)

1Dans l’histoire politique des indépendances hispano-américaines, le concept de république est souvent associé à l´avènement d’une forme de gouvernement non monarchique. Avec la crise de l’empire hispanique et les révolutions, des formes républicaines modernes de gouvernement auraient été adoptées, transformant l’Amérique hispanique en champ d’expérimentation politique original au sein d’un monde atlantique alors très largement dominé – États-Unis exceptés – par des régimes monarchiques. L’affirmation de l’irruption de la république est ainsi devenue un lieu commun de l’historiographie : étant donné que « le courant républicain a dominé la première moitié du XIXème siècle en Amérique latine », les acteurs, l’ordre et les institutions sont naturellement décrits comme « républicains »1. Lorsque l’on s’interroge sur le sens donné au concept ‘république’ dans les révolutions hispano-américaines, on trouve généralement qu’au début du XIXème, il désignait principalement « une forme de gouvernement non monarchique. Et pas grand-chose de plus »2. Une telle vision mérite examen. Dans les révolutions d’indépendance du début du XIXème siècle, on passe brutalement d’une monarchie de trois siècles à des régimes républicains, sans que ce changement ait provoqué des débats sur la notion même de « république »3. De quoi parle-t-on au juste lorsqu’on se réfère à la république en Amérique hispanique ?

  • 4  À l’exception du doyen Gregorio Funes qui avait 61 ans en 1810.
  • 5  Le vice-royaume du Rio de la Plata fut crée en 1776 et incluait les actuels territoires de l’Argen (...)

2Considérée généralement comme une conséquence de l´implantation de la pensée politique européenne ou de l’adaptation de la tradition républicaine et des systèmes représentatifs modernes d’Angleterre, des États-Unis et de la France, la république est utilisée par l’historiographie des révolutions hispaniques pour désigner non seulement une forme de gouvernement non monarchique, mais également, une forme d’État populaire, une tradition philosophique, un territoire, un gouvernement représentatif ou une forme de gouvernement partiellement monarchique. Ces différentes acceptions « historiennes » du mot république sont-elles compatibles avec les conceptions des acteurs des révolutions hispaniques ? Pour répondre à cette question, nous analyserons le langage politique de trois représentants de l’élite intellectuelle et politique de la révolution du Rio de la Plata, entre 1810 et 1812 : Mariano Moreno (1778 - 1811), Gregorio Funes (1749 - 1829) et Bernardo de Monteagudo (1785 - 1825). Ces trois acteurs font partie de ce qu’on peut dénommer « les hommes de 1810 », une génération de jeunes avocats, militaires et membres du clergé créole4 qui, pendant l’ancien régime, ont intégré les principales corporations du vice royaume et qui, lors de la révolution, ont évincé les péninsulaires des instances de décision politique. Moreno, Funes et Monteagudo participèrent aux premiers gouvernements révolutionnaires du Rio de la Plata qui se succédèrent à partir de 1810 et furent également des traducteurs, des journalistes et des théoriciens de l’ordre nouveau que l’on tentait de construire5.

  • 6  Moreno, Gaceta de Buenos Aires, 13-09-1810, Junta de Historia y Numismática, Gaceta de Buenos Aire (...)
  • 7  Monteagudo, El Grito del Sud, 14-1-1812, in Periódicos de la Época de la Revolución de Mayo, t.II, (...)
  • 8  Monteagudo, GBA, 24-1-1812.
  • 9  GBA, 1-11-1810.

3Ils étaient conscients des temps « extraordinaires » qu’ils vivaient, de « la triste nécessité de tout créer »6, de la nécessité de « fonder une république »7et du fait que « la félicité ou la ruine » du « nouveau système » dépendait d’eux-mêmes8. Aucun ne cherchait dans ses théories une quelconque consistance conceptuelle mais plutôt des réponses aux problèmes soulevés par le nouveau pouvoir, quant à son origine, son exercice et sa légitimité. Rédacteurs du journal du gouvernement, la Gaceta de Buenos Aires, ils tentèrent de construire un horizon républicain et de forger une opinion publique légitimant la révolution telle qu’ils la concevaient : « notre division doit être celle d’un acharnement républicain », suggérait Moreno en 18109.

4En premier lieu, nous montrerons la difficulté théorique et historiographique à considérer la république uniquement comme un régime politique, et cela en proposant une approche de la république comme valeur sociale, approche basée sur la conception républicaine de la liberté politique. Nous analyserons ensuite la révolution au Rio de la Plata comme une modalité des révolutions hispaniques et nous étudierons la conception de la souveraineté chez Moreno comme outil de légitimation du nouveau pouvoir. Puis, dans une quatrième partie, nous décrirons les usages que fait Funes du concept de république pour justifier la révolution. Dans une cinquième partie, nous essaierons de déterminer comment et pourquoi la révolution a réinterprété les vertus des républiques anciennes. Nous distinguerons enfin les différentes dimensions de la loi dans le langage des acteurs, en particulier chez Monteagudo.

  • 10  Il s’agit de reconstruire des champs sémantiques en croisant des concepts parallèles et antonymes. (...)

5Dans les révolutions hispano-américains, il y a un flou constant dans les aspects fondamentaux de la mise en place d’une communauté : l’organisation des pouvoirs, la définition d’un sujet souverain, l’invention des formes de rupture. Nous pourrions affirmer que le flou est constitutif de ces révolutions. Les usages du concept de république dans la révolution relèvent de cette fluidité : la république elle-même est conceptualisée comme une valeur sociale changeante, adaptable aux besoins des gouvernements révolutionnaires et non comme une forme de gouvernement solidement établie. Dans les langages de la révolution, le concept de république s’articule avec les concepts de souveraineté, de loi et de liberté. Au travers de Moreno, Funes et Monteagudo, nous essayerons de reconstruire le champ sémantique que ces concepts désignent10 : il sera ainsi possible d’amorcer une réflexion sur la république au Rio de la Plata avec pour objectifs, d’une part de clarifier les usages du concept dans les révolutions hispaniques et, d’autre part, d’élargir la compréhension de la pensée républicaine du monde atlantique.

1- Penser la république comme valeur sociale

  • 11  Philippe Raynaud et Stéphane Rials, (dirs.), Dictionnaire de philosophie politique, Paris, PUF, 19 (...)
  • 12  F.-X. Guerra, « De la política antigua a la política moderna. La revolución de la soberanía », en (...)
  • 13  F.-X.Guerra, « Lógicas y ritmos de las revoluciones hispánicas », in F.-X. Guerra (dir.), Las revo (...)
  • 14  F.X. Guerra, « La identidad republicana en la época de la independencia », in Gonzálo Sánchez Góme (...)

6L’évolution sémantique du concept de république est particulièrement difficile « à saisir dans l’histoire »11. Pour l’Amérique hispanique, les analyses de François-Xavier Guerra illustrent cette difficulté. Si, dans ses premiers travaux, il affirme que l’adoption de régimes républicains était inévitable puisqu’il aurait été très difficile pendant l’indépendance de « légitimer un roi qui ne soit pas le seigneur naturel du royaume»12, il se demande ensuite ce qu’il y a au-delà de la forme républicaine de gouvernement. Guerra souligne ainsi que « la république s’identifie à la liberté » tandis que les révolutionnaires cherchent à affirmer en même temps « la liberté des Modernes » et « la liberté des Anciens », pour reprendre la classification de Constant13. Il affirme ensuite que les thèmes républicains naquirent de l’autonomie des républiques urbaines de l’Ancien Régime (les pueblos) et que, dans les cités états de la révolution, des éléments d’un républicanisme ancien et nouveau renvoyaient à la fois à l’Antiquité classique, à l’humanisme civique et aux Lumières. En troisième lieu, il explique que ces éléments participaient d’une construction profondément moderne durant l’organisation constitutionnelle, mais qu’ils n’étaient pas républicains dans la mesure où ils relevaient du constitutionnalisme monarchique récent de Cadix. Guerra affirme enfin que « le constitutionnalisme libéral conduit à reposer la question du républicanisme » et il se demande si les principes libéraux « ne seraient pas tendancieusement républicains »14.

  • 15 Ibid., p.268-271.

7À ces difficultés de saisir le concept de république, s’ajoutent les associations que Guerra fait avec la Révolution américaine et, en particulier à partir du « modèle de république en France ». Il distingue par la suite un « radicalisme républicain », un « républicanisme populaire » et un « républicanisme égalitaire » par rapport aux différentes cités de l’Amérique hispanique. À côté d’un régime républicain par défaut, il y aurait selon lui un idéal républicain par conviction15. Comme dans la plus part des travaux historiographiques sur les révolutions d’indépendance, la république apparaît chez Guerra comme l’opposé de la monarchie. Néanmoins, ce présupposé fortement normatif peut être relativisé à travers d’une histoire longue de la république dans la Monarchie hispanique : une analyse diachronique du concept s’avère un outil indispensable pour la compréhension des différents usages de la république pendant la révolution.    

  • 16  « Ciudad » in Diccionario de Autoridades, [1726-1739], ed. facs., Madrid, Gredos, 1990, 3 v., v.1, (...)
  • 17  Au XVIIème siècle la politique était en effet définit comme « le bon gouvernement de la cité » (Bo (...)
  • 18 Bartolomé Clavero, Tantas personas como Estados. Por una antropología política de la historia europ (...)
  • 19 Pedro de Ribadeneyra, Tratado de la religión y virtudes que debe tener el príncipe christiano para (...)

8Dans la Monarchie hispanique, la république désignait principalement la communauté politique : les villes, les royaumes, la monarchie même. En Amérique, les communautés étaient principalement les cités: des municipalités divisés en républiques des Indes et en républiques des Espagnols. En Amérique, la communauté était principalement les cités ; des municipes divisés en républiques des Indes et en républiques des Espagnols. La cité était conçue comme une république (avec les pueblos et les cités éloignées de la ville) auto-gouvernée avec ses propres ressources, qui était assujettie « à des lois et à un gouvernement », et dont l’objectif était le bien commun16. Elle constituait le lieu du pouvoir et de la politique17. Si la république était la communauté, la communauté était le corps de la monarchie : un corps unifié, lié à la conception religieuse et médiévale de respublica christiana et communitas perfecta ; le royaume et la république chrétienne - qui sera théorisée par les écrivains espagnols anti-machiavéliens de la raison d’État à partir de la fin du XVIème siècle. La Monarchie hispanique, composée jusqu’à la première moitié du XVIIème siècle des différents royaumes de la Péninsule Ibérique, de l’Italie, des Pays-Bas et des colonies en Asie, en Afrique et en Amérique, était conçue comme un ordre politique ou gouvernement fondé sur le ius commune, la religion et l’administration de justice18: « Dans toutes les Républiques, les provinces et les nations du monde (…), le premier et la principale affaire a toujours été la religion », écrivait en 1595 Pedro de Ribadeneyra dans son livre écrit « contre ce que Nicolas Machiavel et les politiciens de ce temps enseignent »19.

  • 20 Pablo Fernández Albaladejo, Fragmentos De Monarquía. Madrid, Alianza, 1992.
  • 21  Antonio Annino, « Soberanias en lucha » in Antonio Annino, Luis Castro Leiva et François-Xavier Gu (...)
  • 22 Carta de un Religioso español, amante de su Patria, escrita a otro Religioso amigo suyo sobre la co (...)
  • 23 « Exhortación de un anciano español dirigida a los vecinos de su pueblo…», 1809, dans Augusto E. Ma (...)
  • 24  Cf. Annick Lempérière, Entre Dieu et le roi, la République. Mexico, XVIe-XIXe siécles, Paris, Les (...)
  • 25  José M. Portillo Valdés, Crisis Atlántica. Autonomía e Independencia en la Crisis de la Monarquía (...)

9Comme l´a bien montré Pablo Fernández Albaladejo, la monarchie se caractérisait par la tension entre l’unité fictive qu’elle présupposait et la réalité plurielle et concrète des royaumes hispaniques qui défendaient leurs libertés et leurs privilèges20. Le roi était non seulement la tête du corps, mais aussi le distributeur de justice : en tant qu’unique créateur de la loi, il s’apparentait à Dieu. Mais, en tant que chef du corps politique, dont l’objectif, était la felicitas civitatis, il était toujours limité par ses responsabilités. L’autorité et les lois n’étaient pas monopolisées par le roi mais faisaient partie du compromis et des négociations avec les cités qui constituaient « le composant organique du contractualisme hispanique »21. C’est pour cette raison qu’à la fin du XVIIIème, la Castille et l’Aragon pouvaient être décrits comme des royaumes dotés de « l’esprit et des principes de leurs constitutions républicaines », et que les Bourbons pouvaient être accusés d’aller contre les « lois fondamentales » et les « droits inaliénables que les Princes ont juré de maintenir »22. La résistance péninsulaire contre les armées françaises après les abdications royales en 1808 était non seulement une « révolution sainte » contre Napoléon, « le tyran de l’Univers » mais aussi, « une vengeance » contre « les offenses à la loi constitutionnelle » car « jamais les rois n’ont eu le droit de démissionner de la couronne contre la volonté de leurs peuples »23. Selon Annick Lempérière, c’est « moins l´idée de souveraineté absolue qui permet aux vassaux de concevoir leur organisation politique et leur mode de gouvernement que celle de république »24. Il s’agit d’une république particulière : la communauté ou république des catholiques25.

  • 26  Hilda Sabato, « La reacción de América: la construcción de las repúblicas en el siglo XIX », in  R (...)

10Comment articuler un concept de république, qui n’est pas antagonique à la monarchie, avec la tradition républicaine ? Si nous comprenons par tradition ou pensée républicaine une certaine conception de la liberté politique, considérée dans son rapport à la loi et à la cité, nous ne serions pas obligés d’assumer que dans cette tradition la république est exclusivement un régime politique opposé à la monarchie. La république en tant que régime ou forme de gouvernement dissimule la république en tant que communauté autosuffisante ou parfaite, comme se considéraient elles-mêmes les cités dans le monde hispanique. Il n’y a aucune raison pour que l’on écarte le cas hispanique d’une tradition républicaine fortement construite à partir des expériences politiques européennes et nord-américaines. Cette tradition a négligé d’abord, le plus vaste territoire du monde atlantique que représentait la Monarchie hispanique depuis le XVIème siècle et, ensuite, la plus large expérience républicaine de la modernité qu’incarnaient, au début du XIXème siècle, les essais de construction des républiques partout en Amérique hispanique26.

2. La république comme théorie de la liberté politique

  • 27  Pour un approche de la république dans les révolutions hispaniques au-delà du régime politique, vo (...)
  • 28  Rousseau, Du Contrat Social, in Œuvres Complètes, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade » (...)
  • 29  Montesquieu, De l’ésprit des lois, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1951, t. II, (...)
  • 30 Thomas Paine, « The Rights of Man, Part II (1792) », in Thomas Paine, Political Writings, Cambridge (...)
  • 31  Cf. « Lettre de M. Thomas Paine à M. Emmanuel Sieyès » (8 juillet 1791) et « Note explicative, en (...)

11Il est difficile de comprendre pourquoi l’historiographie hispano-américaine des révolutions prit le concept de république comme un synonyme de régime politique antimonarchique, lorsque les principaux philosophes de la tradition républicaine ne la considéraient pas de cette manière27. « J´appelle donc République tout État régi par des lois, sous quelque forme d´administration que cela puisse être (…). Tout gouvernement légitime est républicain », écrivait Rousseau dans Du Contrat Social, et il ajoutait dans une note : « Pour être légitime il ne faut pas que le gouvernement se confonde avec le souverain, mais qu’il en soit le ministre : alors la monarchie elle-même est république »28. « Le gouvernement républicain est celui où le peuple en corps, ou seulement une partie du peuple, a la souveraine puissance », observait également Montesquieu29. Thomas Paine était une exception lorsqu’il opposait explicitement la république à la monarchie. Cependant, pour lui la république était « la chose publique » (la res publica) et non pas « une forme particulière de gouvernement ». Le gouvernement républicain était administré « pour l’intérêt du public » et dans ce sens, il était « naturellement » opposé à la monarchie, définie comme « le pouvoir arbitraire dans une personne individuelle »30. Or, si Paine entendait par républicanisme un gouvernement représentatif préférable à « l’enfer de la monarchie », Sieyès répondait que la république et la monarchie se différenciaient seulement par « la manière de couronner le gouvernement » (par l’unité individuelle dans les monarchies et par un corps collectif, dans les républiques)31.

  • 32  Natalio Botana se réfère à la république au Rio de la Plata pendant la révolution comme à un « gén (...)

12C’est précisément la double dimension de la république –régime politique concret et valeur sociale – qui lui valut d’être reléguée au second plan par une grande partie de l’historiographie hispano-américaine du XIXème siècle. Cette double dimension permit de comprendre l’apparente contradiction de la révolution hispanique entre son identification avec la liberté publique, l’ordre des lois, la vertu politique, le bien commun et un certain flou quant au régime politique à adopter32. Autrement dit, la république comme valeur sociale permet de comprendre pourquoi de nombreux révolutionnaires qui se considéraient comme républicains et luttaient pour l’indépendance, ont pu défendre des formes de gouvernement monarchique.

  • 33  Le débat sur la consistance des termes « tradition républicaine » ou « républicanisme » dépasse le (...)
  • 34  Montesquieu, De l’esprit des lois, Paris, Flammarion, 1979, vol.1, livre XV, chap. II, p.390.
  • 35  Sur la question de la théorie républicaine de la liberté politique voir P. Pettit, op.cit.; Mauriz (...)
  • 36  Machiavel, Discours sur la première décade de Tite-Live, Paris, Gallimard, 2004, livre I, chap. V, (...)

13La conception de la république dans son rapport à la loi, à la liberté et à la cité fut théorisée par Quentin Skinner et Philip Pettit comme une théorie républicaine de la liberté politique33. Celle-ci consiste à considérer la liberté en tant qu´absence d´un pouvoir arbitraire sur la cité et sur ses citoyens (la liberté comme non-domination, selon la formule proposée par Pettit). À la différence de la théorie libérale selon laquelle la liberté est conçue en tant qu’absence de toute contrainte et comme satisfaction des désirs individuels, la théorie républicaine considère que la liberté individuelle dépend de la liberté de la cité (c’est-à-dire, que « la liberté de chaque citoyen est une partie de la liberté publique »34). Comme la république, la liberté est un bien commun créé à partir des lois qui constituent une contrainte non arbitraire, et leur efficacité est liée à la vertu des citoyens. En ce sens, le mot républicain ne renvoie pas à une théorie de la participation démocratique, mais à une théorie qui conçoit la liberté en tant qu’exercice et non comme opportunité35. Nous pourrions résumer cette théorie ou tradition en considérant, avec Machiavel, que le peuple a « le désir seulement de ne pas être dominé », avec Montesquieu que la vertu, fondement du gouvernement républicain, est « l´amour des lois et de la patrie », et avec Rousseau que l’« on est libre quoique soumis aux lois, et non quand on obéit à un homme »36.

  • 37  Sur les lectures de Moreno, Funes et Monteagudo voir Manuel Moreno, Vida y obra del Dr. Mariano Mo (...)
  • 38  Rousseau, Du Contrat Social, op.cit., p. 380.
  • 39  Montesquieu, op.cit., livre V, chap. XIX, p.304.

14Bien que les livres de ces philosophes fussent interdits par l’Inquisition en 1790, ils étaient connus de l’élite intellectuelle et politique du vice royaume du Rio de la Plata37. Comprenaient-ils, par république, un gouvernement représentatif différent de la démocratie, à l’exemple de Paine et Madison, qui avaient à cet égard bouleversé toute la tradition républicaine ? Ou croyaient-ils plutôt que la république désignait non seulement une démocratie, mais aussi une aristocratie et une monarchie, dans la mesure où les gouvernements étaient, comme le note Rousseau, « guidés par la volonté générale, qui est la loi »38 ? Cette élite pensait-elle que la république pouvait désigner une démocratie et une aristocratie ou, plus encore, un constitutionnalisme parlementaire de type anglais, où, écrit Montesquieu, la république « se cache sous la forme de la monarchie »39 ? Ces philosophes nous indiquent qu’il n’existe pas de sens univoque ou stable du terme de république. Néanmoins, le problème n’est pas de déterminer le sens du concept de république par comparaison avec leurs théories, mais de rendre intelligible ce concept à partir de la conceptualisation qu’en font les acteurs de la révolution au Rio de la Plata. Est-il donc possible d’identifier dans les révolutions en Amérique hispanique une réflexion politique liée à cette théorie de la liberté politique ? Et cette théorie, en constante réinterprétation, peut-elle être nourrie par les révolutions hispano-américaines et plus particulièrement par celle du Rio de la Plata ?  

3- Une révolution toujours légale

  • 40  Article 1 de la Constitution politique de la Monarchie espagnole in Enrique Tierno Galván (comp.), (...)
  • 41  Cf. José M. Portillo Valdés, op.cit., p.47.

15La révolution au Rio de la Plata a été une modalité de réalisation des révolutions hispaniques. Ces révolutions, en Espagne et en Amérique, ont été des essais pour surmonter la crise de légitimité déclenchée par les abdications royales au nom de Napoléon en 1808. Les essais péninsulaires ont assimilé la monarchie à la Nation espagnole, un principe ambiguë d’union qui, s’il était d’un côté défini comme « la réunion de tous les espagnols dans les deux hémisphères »40, était basé d’un autre côté sur une idée strictement européenne de Nation, formellement déclarée dans la Constitution de la Monarchie Espagnole de 181241. Lorsque les nouvelles institutions espagnoles organisées comme dépositaires de la souveraineté royale, puis comme représentantes de la souveraineté de la Nation (la Junta Central, el Consejo de Regencia et las Cortes de Cadiz), n’ont pas reconnu les mêmes droits qui avaient concédés aux domaines américains, les gouvernements en Amérique ont admis qu’ils faisaient ce qu’ils se refusaient à dire initialement : une révolution.

  • 42  En tant que représentation traditionnelle de la cité et à l’égal du reste des cabildos des princip (...)
  • 43  « Reglamento de la Junta Provisional Gubernativa », 25-5-1810, in Arturo E. Sampay, Las Constituci (...)
  • 44 GBA, 14-6-1810 et 23-6-1810.

16Au Rio de la Plata, la Junta provisoire de gouvernement, composée de neuf membres, avait été organisée par un Cabildo Abierto le 25 mai 1810 à Buenos Aires42. Bien qu’elle ait été créée par le peuple de la ville de Buenos Aires, la Junta était « l’Autorité Suprême du Vice-royaume »43. Elle justifia son établissement en arguant des « incertitudes sur la légitimité » du Conseil de Régence, nouveau dépositaire de la souveraineté à la suite de la dissolution de la Junta Central en Espagne. La Junta de Buenos Aires, qui rejetait le gouvernement péninsulaire, s’efforçait d’imposer sa légitimité sur toutes les cités qu’elle prétendait représenter : « Que pourraient-ils opposer à notre conduite lorsque la Loi et la raison sont les uniques guides permettant de la juger ? »44. La Junte s’appuya cependant sur le Conseil de Régence lorsqu’elle invoqua le principe d’égalité entre les domaines américains et péninsulaires. Il s’agissait initialement d´amalgamer la révolution, conçue comme auto-constitution d’un gouvernement autonome, et une monarchie catholique, comme un ordre de justice, de fidélité et de vassalité, dont les principes constitutifs étaient en discussion depuis la crise de légitimité de 1808.

  • 45  « Acta del 25 de mayo », 25-5-1810 et « Proclama de la Junta Provisoria Gubernativa », 25-5-1810, (...)
  • 46  « Circular comunicando la instalación de la Junta », 27-5-1810, in Registro Oficial, op.cit., p. 2 (...)
  • 47 El Grito del Sud, 21-7-1812, p. 67, 68. « En Espagne il y a deux souverains : un est réel et effect (...)

17La Junta était organisée comme « dépositaire de l’autorité supérieure du vice royaume » afin de conserver la « sainte religion », d’observer les « lois du royaume » et d’assurer les territoires « dans la plus constante fidélité et adhésion » au roi Ferdinand VII, alors captif à Bayonne45. L’absence du roi ouvrait ainsi un débat sur l’origine, l’exercice et la légitimité de la souveraineté. Tout projet d’amalgamation était donc possible dans la mesure où la monarchie n’était plus un ordre hiérarchique organisé sur des fondements mystiques du pouvoir mais un ordre à inventer à partir d’une réinterprétation du passé, de l’obéissance au Roi et de la propre communauté. Ainsi, l’organisation de la Junta en 1810nese présentait pas comme une révolution mais comme une entreprise légitime de récupération des « droits originaires pour représenter le pouvoir, l’autorité et les facultés du Monarque »46. Or, jusqu’à la restauration monarchique en 1814 il n’était pas contradictoire d’envisager une révolution d’indépendance (indépendance vis-à-vis de l’Espagne ou des cités capitales qui cherchaient à s’imposer sur les territoires des anciens vice-royaumes) et en même temps reconnaître le roi : « les américains ne sont pas des rebelles parce qu’ils n’ont pas nié, et qu’ils ne nient pas l’obéissance et la fidélité à celui auquel ils la doivent, c'est-à-dire, le roi », écrivait Monteagudo en 1812 en distinguant l’obéissance « juste » au roi, de l’obéissance à l’Espagne, synonyme d’oppression et de despotisme47.

  • 48  « Reglamento sobre los honores debidos a la Junta Gubernativa », 6-12-1810, in A. Sampay, op.cit., (...)
  • 49 GBA, 10-1-1812.
  • 50 GBA, 23-8-1810 et « Plan de la Escuela de matemáticas », 10-8-1810, Registro Oficial, op.cit., p. 6 (...)
  • 51  Cf. Pilar González Bernaldo, « La revolución francesa y la emergencia de nuevas prácticas de la po (...)
  • 52  Monteagudo, « Oración inaugural pronunciada en la apertura de la Sociedad Patriótica », 13-1-1812, (...)

18La mise en forme de la république était ainsi inséparable de la création d’un peuple auquel s’adresser et se légitimer. Le peuple était l’une des catégories abstraites et ambiguës dont les révolutionnaires feraient leur miel pour légitimer leurs actions. Il s’agissait d’un peuple privé « des lumières nécessaires pour donner leurs vraies valeurs à toutes les choses »48. Cette création était conçue comme une éducation dans un ordre nouveau qui « ne pouvait encore se flatter d’être sorti de l’enfance »49: « Dans un peuple qui naît, nous sommes tous débutants », écrivait Moreno lorsqu’il justifiait la fondation de l’École des Mathématiques organisée pour que les jeunes militaires donnent « un meilleur service à la patrie »50. « C’est chimérique une république dans laquelle le nombre de citoyens virtuoses est supérieur aux pervers et aux malintentionnés », disait un article dans El Grito del Sur, le journal de Monteagudo conçu comme un organe de la Société Patriotique, association organisée en 1812 à la manière des clubs révolutionnaires français (et des sociétés patriotiques de Caracas)51. La Société Patriotique se pensait comme « le séminaire des vertus publiques » afin de combattre l’ignorance, qui était conçue comme « l’origine de toutes les disgrâces de l’homme », « l’appui le plus ferme du despotisme » et la principale cause du « malheur des républiques »52.  

  • 53 Gaceta de Montevideo, 4-12-1810.
  • 54  Tulio Halperín Donghi, Revolución y guerra. Formación de una élite dirigente en la Argentina criol (...)
  • 55 Registro Oficial, 23-10-1810, op.cit., p. 79. La Junta s’impose ainsi au Cabildo de Buenos Aires.  

19La prudence et la modération de la Junta, qui avaient marqué le début de la révolution, furent éphémères : Montevideo, Córdoba, le Paraguay et le Haut Pérou jurèrent fidélité au Conseil de Régence et se détachèrent du nouveau pouvoir installé à Buenos Aires, qualifié de « comédie révolutionnaire »53. Le Cabildo de Buenos Aires, l’Audience et le Vice-roi s’opposèrent aussi à la Junta et essayèrent de lui faire reconnaître la nouvelle institution péninsulaire. En moins d’un mois, le gouvernement changea radicalement sa stratégie de légitimation basée sur l’insistance exacerbée d’une continuité légale avec le passé54 : la Junta exécuta en effet les Autorités de Córdoba, renvoya le Vice-roi et les auditeurs en Espagne et remplaça tous les membres du Cabildo, la corporation qui l’avait créé, en affirmant qu’en elle résidait « une représentation immédiate du peuple qui la constitue en organe légitime de sa volonté »55.

  • 56  « Plan de Operaciones », 30-8-1810, in José Luís Romero et Luís Alberto Romero, op.cit. p.258. Ce (...)
  • 57  Dans sa circulaire envoyée au Conseil de la Régence en juin 1810, le vice-roi Cisneros affirmait : (...)

20Le secrétaire de la Junta, Mariano Moreno, qui était le diffuseur du Contrat Social, devint l’idéologue de la radicalisation : « Jamais on ne vit, en temps de révolution, les gouvernants adopter la modération ni la tolérance ; la moindre pensée d’un homme qui soit contraire à un nouveau système est un délit par l’influence et les ravages que son exemple pourrait causer »56. Il s’agissait du constat que de nombreux acteurs avaient de l’origine limitée et fragile du nouveau pouvoir et des menaces réelles auxquelles ils se voyaient confrontées57. Et surtout, il s’agissait de répondre à une question dont le flou menaçait l’existence même de la révolution : contre quoi, contre qui, et pourquoi cette révolution se faisait-elle, elle, qui jurait loyauté au roi et à ses lois ?

  • 58  « Manifiesto de la Junta », in GBA, 11-10-1810.
  • 59 GBA, 15-11-1810.

21La guerre dépouilla la révolution et permit à la Junta de la définir en opposition à un ennemi. Les opposants à la Junta étaient les « autorités corrompues », les « tyrans », les « conspirateurs », les « véritables ennemis de l’état » qui tentaient de « créer une contre-révolution générale », qui souhaitaient « aliéner les droits les plus sacrés » de la patrie, dont le plus précieux d’entre eux, la liberté58. La revendication des lois de l’Etat se transforma en reconnaissance de l’inexistence des lois : « Le Roi prétendrait-il que nous conservions notre ancienne constitution ? Nous lui répondrions justement que nous n’en connaissions aucune ; que les lois arbitraires, dictées par la convoitise pour les esclaves et les colons ne peuvent réguler la chance des hommes qui désirent être libres »59.

  • 60 GBA, 15-11-1810 ; 2-8-1810.
  • 61  Manuel Moreno, op.cit., p.1230.
  • 62  Autrement dit, la révolution se développa dans une nouvelle dynamique d’invention du politique. Su (...)

22Le doyen Gregorio Funes l’avait déjà mentionné lorsque la légalité de la Junta était encore discutée : « Ce ne sont ni les lois, ni les droits qui doivent sauver cette République, mais les forces réelles »60. Après que les Cortes eurent promulgué la constitution de Cadix en 1812 - laquelle sera ignorée au Rio de la Plata -, le frère de Moreno, Manuel, écrivait: « Où est l’obligation pour les provinces d’Amérique de devoir obéir sans sourciller aux dispositions que les pueblos d’Espagne prennent à la place des monarques catholiques ? »61. Ce ne fut pas la pensée d’un individu qui changea, mais toute une révolution qui cessait de se présenter comme un processus pour s’assumer en tant qu’événement62.

  • 63  Cf. T. Halperín Donghi, Tradición politica…, op.cit. et E. Palti, op.cit, p.106-114. Voir aussi la (...)
  • 64 GBA, 13-11-1810.
  • 65  M. Moreno, « Prólogo a Del Contrato Social », in Mariano Moreno, Representación de los hacendados (...)
  • 66 GBA, 13-11-1810.

23A la suite de l’emprisonnement du monarque et de la dissolution de la Junta Central, Moreno légitima la rétrocession de la souveraineté aux pueblos à travers la distinction entre un pactum sujectionis (qui établissait l’origine consensuelle du pouvoir politique et justifiait le principe d’obéissance des vassaux envers le Roi) et un pactum societatis (une société constituée par la volonté des associés) qui rendait ambigu l’assujettissement au Roi63: « Les liens unissant le peuple au Roi sont différents de ceux qui unissent les hommes entre eux : un peuple est un peuple, avant de se donner à un Roi ; (…) et les peuples n’auront pas à s’établir en peuples puisqu’ils le sont déjà, mais ils auront à élire un chef qui les régira, ou bien à se régir eux-mêmes selon les formes variées avec lesquelles ils peuvent constituer un corps moral »64. Or le jeune avocat affirmait d’un côté que les pueblos assumaient à nouveau leur souveraineté, et de l’autre que « la véritable souveraineté d’un peuple n’a jamais consisté sinon en sa volonté générale ». En comprenant le concept de la volonté générale à la fois comme définition du sujet politique et comme fondement de l’ordre social, Moreno pouvait justifier en même temps que la souveraineté du roi avait été transférée aux peuples, que cette souveraineté était liée à la volonté générale et que celle-ci, comme le concevait Rousseau –défini par Moreno comme « un cœur endurci dans la liberté républicaine » qui avait mis « en pleine lumière les droits des peuples »65- était « indivisible et inaliénable »66. Ainsi, même si elles avaient une nature différente, le transfert de la souveraineté aux peuples ne s’opposait pas à la construction d’une souveraineté du peuple : elle en était plutôt le préalable.

  • 67 GBA, 15-11-1810, p.615.
  • 68 Gaceta de Montevideo, 4-12-1810.

24Bien que Moreno ait ignoré le pacte avec le monarque et ait affirmé que le peuple constituait l’unique origine du pouvoir royal, il introduisit un principe qui contredisait sa théorie du pacte tout en lui permettant de justifier la conservation du lien avec le roi : « aucun droit des pueblos ne doit être occulté ; l’amour extraordinaire que nous professons tous envers notre monarque en disgrâce remplace tout défaut légal dans les titres de son inauguration »67. L’illégitimité du pacte social avec le roi pouvait ainsi coexister avec l’idée de fidélité au monarque à travers une relation volontaire fondée sur l’amour qui excluait toute possibilité d’obéissance politique. L’argument de Moreno était qualifié par la Gaceta de Montevideo de « criminel » étant donné qu’il était « parfaitement identique à ceux des despotes philosophes sanguinaires qui firent les premiers ciments de la théâtrale république française »68.

  • 69  GBA, 15-11-1810. « Convenons donc que force ne fait pas droit, et qu´on n´est obligé d´obéir qu´au (...)
  • 70  Cf. A. Annino, « Soberanías en lucha », in A. Annino, L. Castro Leiva et F.-X. Guerra, De los Impe (...)

25De la violence de Napoléon sur la famille royale, conjuguée à l’illégitimité des abdications, on passe à la violence de l’Espagne sur l’Amérique et à l’illégitimité de trois siècles d’« oppression » monarchique. Selon Moreno, à la différence des peuples espagnols qui avaient un contrat avec le roi, l’Amérique n’avait pas participé « à la célébration du pacte social dont les Monarques espagnols dérivent les seuls titres de légitimité de leur empire : la force et la violence sont l’unique base de la conquête », écrivait l’avocat. Et en citant Rousseau, il notait que « la force n’induit pas de droit et aucune obligation légitime ne peut en découler »69. La vacatio regis impliquait en même temps la vacatio legis70. La révolution trouva ainsi une cause, la liberté, et un fondement pour la poursuivre, la loi.

4- De la république - corps à la république désincorporée

  • 71  Cité in T. Halperín Donghi, Tradición política…, op.cit., p.76.
  • 72  Funes, GBA, 2-8-1810.

26« Quelle que soit l’origine de notre association, il est certain que nous formons un corps politique », écrivait Funes, soucieux de légitimer le gouvernement en introduisant la figure du corps politique qu’il appelait république. Pour Funes, la république ne désignait ni une forme de gouvernement dans lequel le peuple avait la souveraineté - comme l’entendait Montesquieu -, ni un gouvernement régi par la volonté générale - comme le comprenait Rousseau. Bien qu’il cite L´Esprit des lois et Du Contrat Social – textes qu’il décrivait en 1789 comme résultant d’« une secte d’incrédules » possédée par le démon71-, la république était selon lui un « ensemble d’hommes toujours animés d’un même esprit ». Il s’agit d’une conception ancienne de la république selon laquelle le magistrat représentait « un bien subalterne » par rapport au bien commun de la république : « le bonheur de la République n’est pas lié à sa personne »72.

  • 73  Fray Juan de Santa María, República y Policía Cristiana. Para reyes y príncipes y para los que en (...)
  • 74  GBA, 2-8-1810.
  • 75  Funes, GBA, 2-10-1810.

27En 1615 le franciscain Fray Juan de Santa María écrivait : les rois « doivent régir et gouverner, et maintenir en justice leurs Républiques et Royaumes (…); les rois sont plus obligés envers le Royaume et à la République qu’envers eux-mêmes : parce que si on regarde l’origine et l’institution du Roi et du Royaume on trouvera que le Roi a été fait pour le bien du Royaume, et non pas le Royaume pour le bien du Roi »73. Funes réactualisait ainsi cette vision en affirmant que « les Républiques ne s’établirent pas pour les Magistrats, mais les Magistrats pour les Républiques »74. Le doyen légitima la révolution par la rupture du contrat avec le roi : « Qui pourrait douter que, faute d’un représentant certain de notre Roi captif, la Junta doit exercer toutes les fonctions de sa charge ? Or, d’après Funes « la nécessité de maintenir l’ordre public » était « tout le titre légal » de la Junta75.

  • 76  GBA, 2-10-1810.

28À partir de cette conception, il avançait comme suit: « Nous sommes des hommes, nous vivons dans une société : il faut donc qu’il y ait entre nous tout ce qui constitue l’ordre social. Les éléments de cet ordre ne sont autres que la souveraineté individuelle ou collective, les lois et les magistrats ». Cette souveraineté rendait indiscutable la préexistence du corps politique légitimant la Junta, garante de l’ordre social : « sans lois et sans magistrats, il serait impossible de l’obtenir, surtout sans aucune souveraineté (…). Qu’adviendrait-il de notre république sans cette autorité tutélaire ? »76. Pour Funes, ce n’était pas la définition, mais la certitude d’une souveraineté préexistant au roi qui constituait la base de la république.

  • 77  Nous suivons l’analyse de P. Rosanvallon sur les différentes formes du peuple. Cf. P. Rosanvallon, (...)
  • 78  Clément Thibaud, « Des Républiques en armes à la république armée: guerre révolutionnaire, fédéral (...)

29Cependant, deux registres différents de la souveraineté se confondent chez lui : d’un côté, une souveraineté ayant une fonction d’autorisation (le consentement) ; de l’autre, une souveraineté comprise comme institution du social. Dans le premier cas, la souveraineté est collective : ce sont les cités, des corps territorialisés, qui après les abdications royales se considéraient sujets de la souveraineté originaire et donc, indépendants de toute obligation politique. Par contre, la souveraineté comme institution de la société ne pouvait être qu’une et indivisible : la souveraineté du Peuple-un qui n’apparaîtra qu’à travers sa représentation77. Comme le signale Clément Thibaud, il faudrait nommer majesté la souveraineté incorporée des communautés déjà constituées –des républiques-sociétés organisées hiérarchiquement- pour la distinguer de la souveraineté désincorporée d’un peuple abstrait, invisible et homogène, qui est le fondement de l’institution d’une nouvelle société (la république-nation)78.

  • 79  Simone Goyard-Fabre, « Légitimité », in Denis Alland et Stéphane Rials, Dictionnaire de la culture (...)

30Avec la révolution, la majesté n’est pas devenu la souveraineté du peuple. Ces différentes formes de souveraineté sont en tension et constituent l’un des conflits majeurs de l’expérience révolutionnaire : la remise en question constante du sujet de la souveraineté, et par conséquent, un déficit originel de légitimité dans tout essai de construction d’une république d’institution. Et c’est précisément ce déficit de légitimité (entendu comme « le bien-fondé du Pouvoir, ce qui lui confère sa justification et sa validité »79) qui donne à la république et à sa forme de gouvernement son caractère flou.

  • 80  Article 10, « Acta del 25 de mayo », 25-5-1810, et « Circular comunicando la instalación de la Jun (...)
  • 81  Il mourut en 1811 à bord du bateau qui l’emmenait en mission diplomatique à Londres.
  • 82  « Carta de Saavedra al gobernador de Salta Feliciano Chiclana », 15-1-1811, in Ernesto Ruiz Guiñaz (...)

31En décembre 1810, l’unanimité de la Junta fut formellement finalisée. Les neuf députés de province convoqués pour former le Congrès Général et rédiger une constitution intégrèrent finalement le gouvernement à la demande de Funes, le représentant de Córdoba80. Opposé à cette décision, Moreno renonça à la Junta81. Si pour Moreno la souveraineté indivisible du Peuple devait se chercher à travers un exercice concentré de la souveraineté depuis Buenos Aires, pour Funes et le président de la Junta, Cornelio Saavedra –qui caractérisait les mesures de Moreno comme un « système digne de Robespierre (…) ; une imitation de la révolution française »82- il devait y avoir un exercice collectif du pouvoir entre les représentants des différentes cités. Le statut juridique des députés élus allait rester incertain, oscillant entre une représentation des cités et une représentation du peuple-Un, entre un gouvernement exécutif et un gouvernement constituant.

  • 83  « Creación de juntas provinciales de gobierno », 10-2-1811, in A. Sampay, op.cit., pp. 97, 99.
  • 84  « Reglamento de la división de poderes…», 22-10-1811, in A. Sampay, op.cit., p. 110.

32La Junta, qui après son élargissement fut dénommée Junta Grande, créa en février 1811 des Juntas subordonnées dans les capitales et villes des provinces pour profiter des « avantages d’un gouvernement populaire » et d’une autorité collective. Leurs membres seraient élus par la « volonté générale » de « simples citoyens », un terme que le gouvernement employait pour se référer à l’élection indirecte des « vecinos espagnols » par le biais des Cabildos83. L’opposition des jeunes morenistes, du Cabildo de Buenos Aires et les déroutes de la guerre contre les royalistes obligèrent la Junta (qui se réorganiserait par la suite sous le nom de Junta Conservatrice de la souveraineté de Fernando VII, et des lois nationales) à déléguer en septembre 1811 le pouvoir exécutif à un Triumvirat intégré par des triumvirs élus dans un cabildo abierto à Buenos Aires. En invoquant dans son règlement de division des pouvoirs « le bonheur public », la Junta s’octroya le traitement d’Altesse et s’attribua le pouvoir législatif des « cités en qualité de corps politique »84.

  • 85  « Oficio de la Junta Conservadora a l Gobierno ejecutivo », 28-10-1811, in A. Sampay, op.cit., p.1 (...)
  • 86  « Estatuto Provisional », 23-11-1811, in A. Sampay, op.cit., p. 118.
  • 87  Cf. Marcela Ternavasio, « In Search of Stability. Constitutions and Political Culture in Nineteent (...)

33Or, dans la révolution, il n’y aurait pas de distinction entre la fonction d’institution et l’exercice de la souveraineté à travers la représentation. Autrement dit, la représentation fonctionnerait comme une incarnation du souverain : « les peuples dans lesquels réside originellement le pouvoir souverain ; les peuples, seuls auteurs du gouvernement politique, (…) seront toujours les interprètes du contrat (…) Nous sommes ces peuples depuis que nous nous sommes incorporés au gouvernement », écrivait en 1811 la Junta Conservatrice pour s’imposer au Triumvirat, qui assimilait la séparation des pouvoirs à la division du corps souverain85. « Comme si la souveraineté puisse être divisible, on la donne d’un mode imparfait et impartial », affirmait le Triumvirat lorsqu’il décida de dissoudre la Junta Conservatrice, dont la souveraineté était « imaginaire ». Au nom de « la nécessité urgente de concentrer le pouvoir pour sauver la patrie », le Triumvirat supprima aussi en décembre 1811 les juntas des provinces86. Après deux ans de révolution au Rio de la Plata, on ne savait toujours pas quel était le corps légal pour que la nouvelle autorité pût exercer le gouvernement et l’on ne connaissait pas non plus les institutions qui pouvaient statuer à cet égard87.

  • 88  A. Annino, « Soberanías en lucha », in Antonio Annino, Luis Castro Leiva et François-Xavier Guerra (...)
  • 89  « Primera carta de ciudadania », 29-11-1811, in Registro Oficial…, op.cit., p. 129.

34Comme le souligne Antonio Annino, « une des conséquences les plus pertinentes pour comprendre la gouvernabilité des futures républiques fut l’ambivalence non résolue du problème de la souveraineté »88. En affirmant le peuple puissance sans le définir, les différents gouvernements révolutionnaires essaieraient de surmonter les tensions entre une souveraineté comme autorisation et une souveraineté comme institution ; et entre une souveraineté d’origine et une souveraineté d’exercice, en résumé, entre une majesté et une souveraineté populaire. Ce peuple indéfini rendait la souveraineté ambiguë : en 1812, le Triumvirat créa le titre de citoyen américain de l’Etat des Provinces du Rio de la Plata. Pour l’obtenir, il fallait « reconnaître la souveraineté du peuple » et « résister par les armes aux espagnols ». Or, ce titre de citoyen était donné par un gouvernement constitué au nom du roi Ferdinand VII, qui se légitimait dans « la volonté souveraine des pueblos »89. L’indétermination de la souveraineté permettait alors que le peuple se référa non seulement à la cité de Buenos Aires et aux autres cités du Rio de la Plata, mais aussi à l’ancien vice royaume, à l’Amérique toute entière et, enfin, au peuple comme sujet collectif souverain constitué d’individus égaux.

5- Athènes, Sparte et Rome au Rio de la Plata

  • 90  Funes, Bosquejo de nuestra revolución, desde el 25 de mayo de 1810 hasta la apertura del Congreso (...)
  • 91  Les citations correspondent aux définitions des articles de « Ciudadano », « Constitución », « Rep (...)
  • 92  Moreno, GBA, 6-11-1810.

35Les républiques antiques, comme les révolutions américaine et française, constituèrent une référence pour le nouveau pouvoir au Rio de la Plata. La Primera Junta, se souvint Funes, répétait « constamment les noms de Sparte, Rome, liberté, patriotisme »90. Les hommes de 1810 étaient attirés par les républiques de l’antiquité classique perçues comme des modèles de vertu civique et d’organisation politique. Depuis le XVIème siècle, l’obéissance monarchique dans le monde hispanique s’articulait autour du culte esthétique des « lois excellentes » de « la République du Peuple Romain », de la figure du patricien comme « Père ou fondateur de la République »91. Le passé classique était lu à travers les œuvres de Tacite, Cicéron, Lycurgue ou Tite Live, mais sa récupération était orientée par l’interprétation qu’en firent les Lumières à la fin du XVIIIème siècle. Comme le souligne Moreno, « Sparte a péri, dit Jean-Jacques Rousseau, quel État pourrait se flatter d’avoir une constitution durable ? Rien n’est plus difficile que de fixer les principes d’une administration intérieure libre de se corrompre »92.

  • 93  Montesquieu remarque sur l’Espagne : « Pour garder l´Amérique, elle fit ce que le despotisme même (...)
  • 94 Mártir, O Libre, 27-4-1812 in Biblioteca de Mayo. Colección de obras y documentos para la historia (...)
  • 95 Mártir, O Libre, 13-4-1812.

36Rousseau et Montesquieu – qui ne trouvaient pas un mot pire que celui de despotisme pour décrire l’attitude de l’Espagne envers ses colonies américaines–93, étaient invoqués à chaque fois qu’une nouvelle loi était proposée pour garantir la liberté et lutter contre l’arbitraire, contre l’esclavage ainsi que contre la tyrannie – ou encore le despotisme, son équivalent moderne: « Je me suis proposé, dans toutes les gacetas que je publie, de n’utiliser d’autre langage que celui d’un vrai républicain ; et de ne jamais louer ou critiquer mes concitoyens sinon pour leur vertu ou leur vice », écrivait Monteagudo en 1812 dans son journal Mártir, o Libre, où il commentait les républicains anciens, critiquait, à travers Rousseau, la conception de la liberté chez Grotius et chez Hobbes, et reproduisait des discours pour l’anniversaire de la révolution américaine, au cours de laquelle « un peuple s’est rendu libre »94. Dans ce journal, conçu comme « asile de la liberté », Monteagudo incitait d’ailleurs ses lecteurs à « tout sacrifier à la noble entreprise de sauver la patrie et honorer la vertu » en même temps qu’il publiait des annonces de ventes d’esclaves95.

  • 96  Rousseau, Du Contrat social, op.cit., livre IV, chapitre IV, p.444.
  • 97  « Oración inaugural pronunciada en la apertura de la Sociedad Patriótica », 13-1-1812, in Noemí Go (...)

37Monteagudo fit de la grandeur et de la décadence des Romains - le peuple « le plus libre et le plus puissant de la terre » selon Rousseau -96 un manuel  pour l’instruction du peuple, un objectif qu’il énonçait dans la Société Patriotique. Il soulignait dans le premier article de la prière inaugurale de l’association: « Lorsque je vois la Rome libre produire autant de héros que de citoyens (…), lorsque je vois que l’esprit public forme le patrimoine d’un Romain, (…) je vois que le peuple maintient ses droits et respecte ses devoirs ». Invoquant en outre l’exemple grec, il écrivait que tant que les Athéniens « adoreront la liberté et que le peuple ne se dégénèrera pas par la corruption, Athènes sera libre »97. Dans un univers encore corporatif, la révolution utilisait des valeurs républicaines - qui privilégiaient la liberté et le bien commun de l’État par rapport aux intérêts des individus -, pour affirmer l’unanimité qu’elle n’avait pas.

  • 98 Gaceta de Montevideo, 8-10-1810 et 4-12-1810.

38Le passé classique fut instrumentalisé par les hommes de 1810 mais aussi par leurs ennemis. La Gaceta de Montevideo, qui critiquait Moreno et son « aréopage farceur du Rio de la Plata », écrivait ainsi : « Les peuples, tout comme les hommes, se rendent illustres par leurs vertus. L’amour des citoyens pour les Lois, la Religion, le Gouvernement, (…), forme le patriotisme, cette vertu éminente, fondement de l’indépendance des peuples libres. Sans l’amour de la patrie, jamais Sparte n’aurait dicté ses lois à la Grèce, et jamais Rome ne se serait appelée la Capitale du monde connu »98. Les vertus des républiques antiques furent instituées en modèles pour la construction  d’un idéal de société et de conduite.

  • 99  Funes, « Plan de estudios para la Universidad Mayor de Córdoba », Córdoba, 1813, in Biblioteca de (...)

39Dans son projet pour l’université de Córdoba, Funes proposait de suivre les exemples des « gouvernements républicains » athénien et romain pour cultiver « l’art de la parole » et utiliser « le même langue de la liberté ». Il recommandait non seulement l’étude de la jurisprudence romaine « qui réglait le temps de la république libre » et la traduction des écrits de Cicéron, Salluste, Tite-Live et Tacite (en prenant comme exemple le travail du chancelier « don Aguesseau »), mais il attribuait aussi aux étudiants les plus avancés le titre de « décurion », les chefs romains de dix citoyens-soldats, pour « prendre des leçons auprès d’autres »99. Le langage républicain se cristallisa aussi à travers la nouvelle terminologie institutionnelle de la révolution : triumvirs, dictateurs, protecteurs, comices, censeurs.

  • 100  Funes, op.cit. En refusant la critique des « ennemis de la scholastique », comme « Raynal et Diste (...)

40En invoquant les articles de « la grande Encyclopédie méthodique », Funes encourageait l’étude des lois romaines « desquelles dérivent les lois civiles de toutes les nations cultivées car leurs principes (…) sont issus des sources les plus pures de la loi naturelle ». Cependant, sa conception de la loi naturelle renvoyait moins à l’univers rationaliste des physiocrates qu’à l’univers scholastique critiqué par « les modernes » comme « Descartes, Malebranche, Locke, et Leibniz, ces génies extraordinaires ». À côté du droit romain, Funes recommandait aussi l’étude du droit naturel tel que défini par Puffendorf et Grotius : « Il n’est pas possible que ceux qui sont membres d’un peuple souverain (…) ignorent les droits du citoyen et de ceux qui correspondent au corps de leur nation. Qu’ils les ignorent dans les monarchies, où tous les pouvoirs ont été concentrés en un seul homme, (…), soit, ceci est la seule condition des bons esclaves ; mais dans les républiques et les gouvernements libres comme le nôtre, cette ignorance ne peut être permise à aucun homme de lettres »100. En résumé, il s’agissait d’assimiler la république à l’indépendance et à la liberté, en créant pour ce dernier mot un sens nouveau incompatible avec la monarchie.

  • 101  GBA, 3-1-1811.

41Les vertus et les vices qui avaient fait la grandeur et la décadence des républiques antiques permirent aux hommes de 1810 de modeler le visage de la société et de l’homme idéal tels qu’ils les imaginaient pour l’ordre nouveau. Mais ils permirent surtout d’articuler le langage d’une révolution qui avait besoin d’unanimité face à la guerre, à sa faible légitimité et à une élite divisée et qui se disputait la direction de la révolution : « je sais bien qu’il existe de nombreuses âmes généreuses qui, libérées de tout sentiment servil, n’ont d’autre élan que l’amour de la gloire », affirma Monteagudo tout en demandant au Peuple de faire preuve de « patriotisme » (vertu qu’il définissait comme « la capacité d’être libre ») afin qu’il imite « l’intrépide Romain qui immola ses propres fils pour sauver la patrie, et qu’il s’inspire de la vertu des 300 Spartiates qui se sacrifièrent dans le pas des Thermopyles pour obéir à leurs saintes lois ». Cette catégorie d’hommes, expliqua-t-il, « est celle qui expulsa les Tarquins de Rome, (…), celle qui rendit indépendante l’Amérique du Nord de nos jours, et celle qui formera en Amérique du Sud un peuple de frères et de héros »101.

6- La révolution des Lumières

  • 102  GBA, 1-9-1813
  • 103  Cf. Maurice Agulhon, Marianne au combat. L’imagerie et la symbolique républicaines de 1789 à 1880, (...)
  • 104  Mártir, O Libre,  18-5-1812 et 25-5-1812

42La République française elle-même constituait une référence politique et sociale pour les révolutionnaires qui étaient conscients de la naissance d’une « ère nouvelle » et du                   « bouleversement universel des principes politiques » auquel ils participaient102. De la célébration du 25 mai 1810 à l’adoption du bonnet phrygien de la liberté par l’Assemblée constitutionnelle de 1813, la révolution au Rio de la Plata se reflétait dans le miroir français103. Monteagudo écrivait ainsi : « le gouvernement se régénère, le peuple reprend le pouvoir, et les baïonnettes s’unissent pour libérer les opprimés… ». La « révolution mémorable » du 25 mai était vécue comme une libération, comme le « jour sacré (…) au cours duquel tous les peuples opprimés purent revivre » ; « le pavillon terrible de la vengeance » qui « libéra sa propre existence et celle de tout le continent austral des griffes de la mort »104.

  • 105  Montesquieu affirmait : « A mesure que le luxe s’établit dans une république, l’esprit se tourne v (...)
  • 106 GBA, 10-1-1812.

43Le bien commun, l’amour de la patrie, de la gloire, de la liberté et de l’héroïsme, furent exaltés autant que les vertus des patriotes qui luttaient contre la tyrannie de leurs ennemis. Ces derniers étaient associés à l’intérêt particulier et à la corruption qu’engendrait le luxe, lequel avait provoqué selon Montesquieu la décadence de Rome et pouvait détruire n’importe quelle république105. « Espérons que chaque citoyen (…) se consacrera ensuite aux nécessités urgentes de l’état, au lieu de promouvoir un luxe destructif favorable aux intérêts de nos rivaux », écrivait Monteagudo en 1812 en assimilant le luxe à un vice qui prédisposait « à la stupidité, à la léthargie et à l’abandon de tous les devoirs » et en qualifiant la tempérance de « vertu contraire (…) lorsqu’elle est la base de la liberté et le ciment des républiques »106.

  • 107  Cf. Juan Carlos Garavaglia, « Los primeros senderos de la revolución: La Opinión en los balbuceos (...)
  • 108  Mártir, O Libre, 25-5-1812 ; GBA, 29-11-1810. La récupération des formulations romaines précèdait (...)
  • 109  Mártir, O Libre, 29-3-1812. Brissot dira lors de la discussion de juillet 1792 sur les mesures gén (...)
  • 110  Cf. François Hinard (ed.), Dictatures. Actes de la Table Ronde réunie à Paris les 27 et 28 février (...)

44Montesquieu et Rousseau étaient évoqués quand il était question de légitimer, par le biais de l’opinion publique, le nouveau pouvoir révolutionnaire107 : « le sage gouvernement, qui nous régit comme un interprète fidèle des sentiments nationaux, ne va pas plus loin que ce que lui permet la doctrine de Montesquieu », souligna Funes après avoir affirmé, en invoquant L’esprit des lois, que « le salut de la patrie est la loi suprême »108. Pour Monteagudo, la loi du peuple était « l’unique loi qui doit être consultée » parce qu’elle s’identifiait à « la cause sacrée de la liberté »109. Le principe romain pour légitimer une situation d’exception, Salus populi suprema lex esto(à partir duquelétait basée l’institution républicaine de la dictature romaine110) permettait de changer les lois de la monarchie tout en conservant un cadre légal pour la révolution.

  • 111 GBA, 20-11-1810 ; ML, 11-5-1812.
  • 112 GBA, 6-12-1810

45Le doyen Funes définissait l’idéal d’ordre et de citoyenneté en l’opposant au passé: «Plus de trois siècles de servitude nous ont appris que le despotisme commence là où se termine la liberté (…). Celle-ci arrivera donc quand l’Amérique aura une dignité, une patrie et des vertus ». Or comment créer l’adhésion aux valeurs républicaines ? Selon Monteagudo : « L’homme, revêtu du caractère de citoyen, doit donc à la patrie un amour généreux (…). Il doit aux lois et aux magistrats obéissance et respect ; à ses concitoyens, le secours de la protection et la sensibilité fraternelle ; et à lui-même, l’honneur, la dignité et la vertu. Nul ne peut ignorer ces devoirs »111. Il y eut ainsi déplacement du discours républicain de l’esthétique vers le politique, qui permettra au travers de ces concepts de représenter « un peuple », condition d’unité de « l’État qui cherche à se constituer »112. Il s’agissait bien entendu de créer un nouveau monde et de le rendre incontournable.

7- La liberté des lois

  • 113  P. Pettit, « Keeping Republican Freedom Simple: On a difference with Quentin Skinner », in Politic (...)
  • 114  Rousseau, « Des loix », in Fragments politiques, Œuvres Complètes, Paris, Gallimard, « Bibl. de la (...)

46Le déficit de légitimité de l’expérience constitutive de la révolution ferait de la loi un élément toujours positif pour la liberté : la conception rousseauiste ou romantique de la liberté, réfutée par Pettit et par Skinner parce qu’elle impliquait le paradoxe « intolérable » d’une soumission de l’homme aux lois non arbitraires de la volonté générale113, fut brandie par les hommes de 1810 et par les gouvernements révolutionnaires de la décennie : « seul celui qui obéit aux lois prescrites dans une convention juste jouit d’une liberté véritable », écrivit Monteagudo en réactualisant la formule de Rousseau (« on est libre quoique soumis aux lois »)114. Dans un contexte de démembrement politique où la souveraineté du peuple se révélait peu effective comme principe organisateur du social, il était nécessaire que la loi célébrât, comme chez Rousseau, l’unité du corps social sans aucune division particulière.

  • 115  Nous suivons les analyses de P. Rosanvallon sur les registres de la loi dans la Révolution françai (...)
  • 116  GBA, 14-2-1812
  • 117  Rousseau, Sur l’Économie Politique, in Œuvres Complètes, op.cit., v.III, p.248 et Du Contrat Socia (...)
  • 118 GBA, 14, 21 et 28-2-1812
  • 119  Monteagudo, « Oración Inaugural…», 13-1-1812, in Noemí Goldman, op.cit., p.164. « La liberté est l (...)

47Dans la conception de la loi des hommes de 1810, comme dans la France de 1789, différents registres se confondent115. On trouve d’abord une dimension « libérale de la loi » selon laquelle cette dernière constitue une assurance contre le pouvoir arbitraire, synonyme de tyrannie ou de despotisme monarchique : « seul celui qui obéit aux lois prescrites dans une convention juste jouit d’une liberté véritable », observait Monteagudo116. Il s’agit d’une conception rousseauiste de la loi comme gage de la liberté : « C´est à la loi seule que les hommes doivent la justice et la liberté » notait le philosophe dans Sur l’Économie Politique. « Il faut donc des conventions et des lois pour unir les droits aux devoirs et ramener la justice à son objet », affirmait-t-il dans Du Contrat Social117. Monteagudo, d’un côté, considèrait la liberté par opposition au pouvoir arbitraire; de l’autre, il se référait toujours à la liberté civile ou politique née des conventions, à la différence « de la liberté naturelle qui n’existe plus »118. En reprenant la définition de Montesquieu, Monteagudo affirmait que la « liberté est le droit de faire tout ce que les lois permettent »119.

  • 120  Manuel Moreno, op.cit., p.1229.
  • 121  « Reglamento sobre los honores debidos a la Junta », 6-12-1810, in A. Sampay, op.cit., p. 86 ; GBA(...)
  • 122  « Creación de Juntas Provinciales de gobierno », 10-2-1811, in A. Sampay, op.cit., p.97.

48Manuel Moreno, le frère de Mariano, notait en 1812: « Il y a différents niveaux dans la liberté dont un Etat est susceptible ; mais il n’y a pas de moyen terme entre être libre ou être esclave ». D’après lui, seule une constitution « organisée matériellement ou virtuellement par la volonté de ses membres » garantissait qu’un Etat « ne soit pas considéré comme tyrannisé »120. Dans ce registre, la loi diviserait deux mondes : celui de la liberté et celui de l’esclavage. « Quelle comparaison peut faire un grand peuple d’esclaves (…) avec une cité d’hommes libres ? », demandait Mariano Moreno dans le décret de suppression d’honneurs de 1810. Dans l’Etat libre, répondait-il, « le magistrat ne se distingue du reste du peuple que par la fonction de faire observer les lois ». L’avocat allégua cette conception de la loi: « Que le citoyen obéisse respectueusement aux magistrats ; que le magistrat suive aveuglement les lois ; ceci est l’ultime point de perfection d’une législation sage »121. La loi constitue ainsi l’assurance contre tout pouvoir arbitraire, en l’occurrence contre toute forme de despotisme. Lorsqu’il intégra la Junta Grande, Funes affirma : « de l’affaiblissement des lois au despotisme, le chemin est court. Les sujets esclaves n’ont donc ni patrie, ni amour du bien public »122.

  • 123  Monteagudo, « Presentación de José Bernardo Monteagudo al Gobierno protestando su adhesión y solic (...)
  • 124 GBA, 29-11-1811; Manuel Moreno, El Independiente, 21-2-1815, in Periódicos de la Época de la Revolu (...)

49La loi en tant que gage de la liberté permit d’articuler tout un ensemble de valeurs républicaines : elle appelle à la liberté, à la vertu, à la patrie, au bien commun pour désigner le peuple dont cette révolution avait besoin. « Citoyen d’Amérique du Sud, nous ne pourrons jamais être libres si nous nous laissons aller aux passions : pour parvenir au sanctuaire de la liberté, il est nécessaire de passer par le temple de la vertu », s’exclama Monteagudo qui se désignait comme « un vassal de la loi »123. On est alors en présence d’un imaginaire qui condamnait le particularisme et qui privilégiait la liberté publique par rapport à la liberté de l’individu (la liberté privée): « Si la liberté s’entend comme une franchise absolue afin que chaque individu fasse ce qui convient le mieux à ses intérêts, à ses besoins et à ses caprices, tant que les hommes demeureront toujours en société, ils deviendront esclaves »124.

  • 125 GBA, 6-11-1810
  • 126 GBA, 14, 21 et 28-2-1812; « Leyes constitucionales de la Asamblea del año XIII », in A. Sampay, op. (...)

50La conception rationaliste de la loi est aussi présente chez les hommes de 1810: en attendant la réunion du Congrès Convoqué, Moreno proposa, avec un langage caractéristique du rationalisme politique des physiocrates, une constitution qui contiendrait « tous les principes premiers de raison qui sont la base éternelle de tout droit et desquels les lois elles-mêmes doivent découler »125. La loi, en tant qu’acte de la raison, s’imposera comme mode de production de l’unanimité en s’articulant avec l’horizon républicain de la révolution : « La raison universelle, cette loi éternelle des peuples (…) préfère le citoyen virtuose sans déroger l’égalité du reste », écrivait Monteagudo. Dans ce registre rationaliste de la loi, la liberté est conçue en tant qu’exercice même de la raison. La dimension libérale de la loi se superposera ainsi à la dimension rationaliste où la nature se présente en tant qu’ordre évident : « Nous ne recherchons pas le bonheur général sinon par des chemins que la nature a elle-même tracés, et dont les détours ont toujours causé les maux et la ruine des nations qui les ignorèrent », souligne Moreno. « Ni les dangers dont la liberté a jusqu’ici souffert, ni l’avilissement progressif des républiques antiques et modernes (…) ne prouvent autre chose que les lois auxquelles le grand système de la nature est assujetti », affirmait l’Assemblée de l’an XIII126. Or cette conception de la loi, que nous distinguons dans un registre séparé, n’était pas reprise comme telle par les hommes de 1810 qui emploieraient sans discrimination des références des physiocrates, des Lumières, des révolutionnaires français pour construire la fiction totalisante de la révolution.

  • 127  Voir par exemple les decrets de « Creación de juntas provinciales de gobierno », 10-2-1811, A. Sam (...)
  • 128  GBA, 14, 21 et 28-2-1812. Rousseau écrit: « Il faut bien distinguer la liberté naturelle qui n’a p (...)
  • 129  GBA, 14-2-1812 ; Mártir, O Libre , 20-4-1812.

51Finalement, nous pouvons observer une conception de la loi en tant qu’expression de la volonté générale, concept qui renvoie pendant la révolution à « la volonté générale des vecinos », à la « volonté de la cité » et à la volonté du peuple souverain127. Monteagudo concevait la loi comme l’exercice de la raison, mais il observait en même temps que la raison était « nivelée par la volonté générale ». Reprenant Rousseau, il affirmait que la volonté générale « indique les limites de la liberté civile »128. Il écrivait que « toute constitution qui ne porte pas le sceau de la volonté générale est injuste et tyrannique ». S’il identifiait, d’une part, la volonté générale à la justice et à la liberté, et s’il considérait qu’elle ne pouvait être en contradiction avec la volonté particulière des associés, il affirmait, d’autre part, que la volonté générale pouvait « halluciner » et « s’égarer »129. Or cette interprétation contradictoire de la volonté générale, qui est imprescriptible, inaliénable et irreprésentable chez Rousseau, lui permettra de concevoir la loi comme un pouvoir de la généralité qui ne se rend possible qu’à travers des représentants.

Conclusion

  • 130  Cf. « Lettre de M. Thomas Paine à M. Emmanuel Sieyès » (8 juillet 1791) et « Note explicative, en (...)

52A partir des révolutions atlantiques, on est tenté d’associer le concept de république à un gouvernement par représentation différent de la démocratie, tel qu’il a été formulé par les Fédéralistes et par Thomas Paine, ou à un corps collectif élu par le peuple (ou par l’Assemblé National), comme l’avait définie Sieyès et comme l’avait instauré -sans le nommer- la Constitution de 1791 sous l’apparence d’une monarchie130. Au Rio de la Plata la république ne peut pas se comprendre comme une forme de gouvernement. Comme dans toute l’Amérique hispanique, elle exprime davantage un désir qu’une réalité. Le désir de transformer des républiques concrètes et visibles –les pueblos- unies par le Roi et par la religion en une république-une, abstraite et diffuse qui porte en elle-même, un principe d’union. Dans ce sens, la république se comprend mieux comme un désir de constitution d’une communauté politique que comme un régime politique anti-monarchique.

53Aux Etats-Unis, la république - en tant que gouvernement représentatif distinct de la démocratie des républiques anciennes - a été la réponse au problème de l´institution du pouvoir après l´indépendance. En France, la république - en tant qu’anti-monarchie religieusement démocratique - a été la réponse à cette rupture historique, dans le politique et dans les représentations du social, que l´on nomme la modernité. Au Rio de la Plata, la république est l´histoire d´une recherche continue : recherche d´un sujet de la souveraineté et des critères qui définissent ce souverain ; recherche d´un représentant de cette souveraineté et des critères qui légitiment ce représentant ; recherche enfin d’une forme politique lorsque l’Empire - ou plutôt cette république des catholiques qu’était la Monarchie hispanique- n’était plus qu’un souvenir et que la Nation apparût comme un projet à accomplir.

  • 131  Fray Juan de Santa María, República y Policía Cristiana. Para reyes y príncipes y para los que en (...)

54La révolution en Amérique hispanique a consacré la souveraineté du peuple. Est-ce qu’on peut comprendre la révolution à partir de ce principe ? Les deux termes (souveraineté et peuple) restent indéchiffrables pendant la révolution. De la république-corps qui organise la vie politique et sociale dans l’empire hispanique (la république comme corps « politique et mystique » dont le Roi est « l’âme et la tête »131), on passe à une république décorporisée, omniprésente dans les discours mais irreprésentable dans la pratique. La révolution implique ainsi une rupture et une création. La rupture d’une république en tant qu’ordre politique basé sur des corps distincts. La création d’une république en tant qu’image d’un peuple qui est le principe et l’énigme de la révolution.

  • 132  Cf. P.Rosanvallon, La démocratie inachevée, op.cit., p.20.

55Dans cette constitution d’une nouvelle communauté politique, la république ne peut être qu’un concept nécessairement flou : ainsi, elle est présentée comme la puissance instituant un nouvel ordre fondé sur un peuple à construire, qui cherche à constituer un corps unitaire à partir d’un scénario dans lequel la souveraineté est en discussion. Dans ce sens, la république peut se voir comme un travail de mise en forme d’un peuple à partir de l’exaltation d’une souveraineté comme principe d’autorisation plutôt que comme l’exercice de participation du pouvoir populaire132.

56La mise en forme du peuple se fait à travers des valeurs et des langages républicains. Nous avons identifié chez Moreno, Funes et Monteagudo une réflexion politique liée à la théorie républicaine : pour eux, la liberté ne renvoie pas à l’autonomie de l’individu mais au bien de la république. La liberté est le bien d’une communauté qui transcende le territoire des cités et qui commence à se penser par rapport aux lois justes et à la pratique des vertus civiques. L’utilisation de la rhétorique classique eut un objectif spécifique : faire du voisin ou du plébéien (celui qui ne bénéficiait pas des avantages de la ville) des citoyens-soldats ; transformer le patriotisme en un sentiment vertueux qui transcende les limites de la cité et qui, identifié à l’intérêt public, à l’amour de la gloire et à l’amour de la patrie, promeut la cause de la révolution. La loi donnera un cadre formel à l’entreprise de constitution d’une communauté politique et se présentera en tant que condition d’une liberté qu’est devenu la cause sacrée de la révolution.  La loi, la liberté, la vertu, le patriotisme font de la république une valeur sociale qui se définira par opposition au despotisme et pas nécessairement par opposition à la monarchie, bien que cette dernière soit souvent associée au pouvoir despotique.

  • 133  « Prospecto de un periódico que se publicará…», 1815, in El Independiente, op.cit., p.35.
  • 134 Mártir, O Libre, 6-4-1812.

57Or, la république-une ne se construit pas à partir de l’empire des lois mais à travers une institutionnalisation informelle par le biais de la guerre, de l’opinion et des lois d’exception : « En dehors de la guerre, il n’y a pas de vie », écrivait en 1815 Manuel Moreno pour qui l’opinion était « le point de départ de l’institution national d’un Peuple »133. Autrement dit, l’institution de la république se fait à travers des bases provisoires et non pas étables, ce qui obligera toujours à en redéfinir ces bases : « Le vice est constitutionnel, pour ainsi dire, il consiste dans l’accumulation de pouvoir, et le manque de règles ou principes qui doivent le modérer », écrivait en 1812 Monteagudo134. Cette dynamique d’institutionnalisation se construit contre plutôt que par le principe républicain de la collégialité de l’autorité. L’écart entre les langages et les pratiques montre moins l’impossibilité de développer une « modernité » politique par rapport aux autres expériences des révolutionnaires euro- atlantiques, que la nécessité de repenser la modernité.

  • 135  Ernesto Funes, La desunión. República y no-dominación en Maquiavelo, Buenos Aires, Gorla, 2003 et (...)
  • 136  GBA, 23-6-1810.

58Bien qu’en rupture avec l’ordre monarchique, la république, telle que la façonnent les révolutionnaires, ne s’affranchit pas de son acception chrétienne, comme corps unifié et communauté parfaite. Elle se construit plutôt contre une forme de républicanisme qui, depuis Machiavel, entend la cité non pas comme une unité mais comme une multiplicité dont la division et le conflit entre les parties assurent la liberté politique135. Il existe dans la révolution au Rio de la Plata une aversion pour la division, que l’on identifie avec les factions, incarnant le plus grand mal, « la dissolution générale de l’État ou une anarchie funeste qui ruinerait les provinces »136.

  • 137  Arsène Isabelle, Voyage à Buenos Ayres et a Porto-Alègre par La Banda-Oriental, les Missions d’Uru (...)

59Avec les valeurs républicaines, le nouveau pouvoir se légitimerait au travers de la création d’un passé, d’un droit, d’un pacte et d’une société, qui permirent de présenter la révolution comme la lutte contre ce même passé, tout comme la restitution de ce droit, l’autorisation de ce pacte et enfin comme la révolution de toute une société. La souveraineté, la loi et la liberté vont alors s’articuler dans le langage de la révolution pour façonner une république qui, pour certains étrangers, était « un feu d’artifice donné par les amis de la liberté et de la civilisation »137. Néanmoins, ce projet de république mettra en forme un nouvel ordre politique basé sur la représentation d’un nouveau sujet souverain: le peuple. Si l'on s’intéresse à la question de savoir comment les acteurs de la révolution ont conceptualisé cette expérience, il faut relativiser des modèles et des définitions qui font de la construction de la république en Amérique hispanique un projet dévié, insuffisant ou hybride de modernité politique. Le cas du Rio de la Plata montre que la république ouvre un champ du possible bien au-delà du régime politique. Un champ du possible qui force à élargir la théorie républicaine de la liberté politique et la notion même de modernité afin que le feu d’artifice puisse aussi se comprendre comme une autre modalité de création d’une république dans les révolutions atlantiques.

Haut de page

Notes

1  Luis Barrón, « Republicanismo, liberalismo y conflicto ideológico en la primera mitad del siglo XIX en América Latina », in José Antonio Aguilar y Rafael Rojas (eds.), El republicanismo en Hispanoamérica,  México, Fondo de Cultura Económica, 2002, p.134.

2  José Antonio Aguilar, « Dos conceptos de República », in José Antonio Aguilar y Rafael Rojas (eds.), op.cit., p.72.

3  Federica Morelli, «Antiguas Audiencias y nuevas Naciones », in Feliciano Barrios (coord.), El gobierno de un mundo. Virreinatos y Audiencias en la América Hispánica, Cuenca, Ediciones de la Universidad de Castilla-La Mancha, 2004, p.1080.

4  À l’exception du doyen Gregorio Funes qui avait 61 ans en 1810.

5  Le vice-royaume du Rio de la Plata fut crée en 1776 et incluait les actuels territoires de l’Argentine, d’Uruguay, du Paraguay et d’une partie de la Bolivie et du Brésil.

6  Moreno, Gaceta de Buenos Aires, 13-09-1810, Junta de Historia y Numismática, Gaceta de Buenos Aires (1810-1821), 6 vol., Buenos Aires, ed. fac-sim., 1910 (on renverra à ce journal par l’abréviation « GBA »).

7  Monteagudo, El Grito del Sud, 14-1-1812, in Periódicos de la Época de la Revolución de Mayo, t.II, Buenos Aires, Academia Nacional de la Historia, 1961, p. 60.

8  Monteagudo, GBA, 24-1-1812.

9  GBA, 1-11-1810.

10  Il s’agit de reconstruire des champs sémantiques en croisant des concepts parallèles et antonymes. Cf. Reinhart Koselleck, Le Futur Passé. Contribution à la sémantique des temps historiques, Paris, Ed. de l'École des Hautes Études en Sciences Sociales, 1990, p.113. Voir aussi Elías J. Palti, El tiempo de la política. El siglo XIX reconsiderado, Buenos Aires, Siglo XXI, 2007, p.122.

11  Philippe Raynaud et Stéphane Rials, (dirs.), Dictionnaire de philosophie politique, Paris, PUF, 1996, p. 564. Entre la fin de l’empire et la révolution, la république désignait au Rio de la Plata un Etat, un Etat sans roi, un territoire, une cause publique, une cité, un peuple souverain, une forme de gouvernement alternatif à la monarchie, un système de gouvernement basé sur l’égalité et la vertu et un gouvernement représentatif différent de la démocratie. Voir Gabriel Di Meglio, « República / Republicano » (Rio de la Plata / Argentina), in Historia conceptual comparada del mundo Iberoamericano. La transición, 1750-1850, à paraître. Je remercie l’auteur pour la communication de ce travail.

12  F.-X. Guerra, « De la política antigua a la política moderna. La revolución de la soberanía », en François-Xavier Guerra et Annick Lempérière (et al), Los espacios públicos en Iberoamérica. Ambiguedades y problemas. Siglos XVIII-XIX, México, Fondo de Cultura Económica, 1998, p.133.

13  F.-X.Guerra, « Lógicas y ritmos de las revoluciones hispánicas », in F.-X. Guerra (dir.), Las revoluciones hispánicas: independencias americanas y liberalismo español, Madrid, Complutense, 1995, p.33.

14  F.X. Guerra, « La identidad republicana en la época de la independencia », in Gonzálo Sánchez Gómez et María Emma Wills Obregón (eds.), Museo, memoria y nación. Misión de los museos nacionales para los ciudadanos del futuro, Bogotá, 2000, p.264-266.

15 Ibid., p.268-271.

16  « Ciudad » in Diccionario de Autoridades, [1726-1739], ed. facs., Madrid, Gredos, 1990, 3 v., v.1, p.363.  

17  Au XVIIème siècle la politique était en effet définit comme « le bon gouvernement de la cité » (Bobadilla, Política de corregidores y señores de Vasallos en tiempo de Paz y de Guerra, [1640], Madrid, 1697).

18 Bartolomé Clavero, Tantas personas como Estados. Por una antropología política de la historia europea, Madrid, Tecnos, 1986.

19 Pedro de Ribadeneyra, Tratado de la religión y virtudes que debe tener el príncipe christiano para governar y conservar sus estados. Contra lo que Nicolás Machiavelo y los políticos deste tiempo enseñan, Madrid, 1595, p.1.

20 Pablo Fernández Albaladejo, Fragmentos De Monarquía. Madrid, Alianza, 1992.

21  Antonio Annino, « Soberanias en lucha » in Antonio Annino, Luis Castro Leiva et François-Xavier Guerra, De los Imperios a las Naciones. Iberoamérica, Zaragoza, IberCaja, 1994, p. 231.

22 Carta de un Religioso español, amante de su Patria, escrita a otro Religioso amigo suyo sobre la constitución del Reyno y abuso del poder, 24-3-1798.

23 « Exhortación de un anciano español dirigida a los vecinos de su pueblo…», 1809, dans Augusto E. Mallié (comp.), La Revolución de Mayo a través de los impresos de la época, t.I, Buenos Aires, 1965, p. 1-8.

24  Cf. Annick Lempérière, Entre Dieu et le roi, la République. Mexico, XVIe-XIXe siécles, Paris, Les Belles Lettres, 2004, p.66.

25  José M. Portillo Valdés, Crisis Atlántica. Autonomía e Independencia en la Crisis de la Monarquía Hispánica, Madrid, Marcial Pons, 2006, p.18.

26  Hilda Sabato, « La reacción de América: la construcción de las repúblicas en el siglo XIX », in  Roger Chartier and Antonio Feros (comps.), Europa, América y el mundo: tiempos históricos. Madrid, Marcial Pons, à paraître.  

27  Pour un approche de la république dans les révolutions hispaniques au-delà du régime politique, voir Tulio Halperín Donghi, Tradición política española e ideología revolucionaria de mayo, Buenos Aires, Centro Editor de América Latina, 1985 ; David Brading, Orbe indiano. De la monarquía católica a la república criolla, 1492-1867, México, Fondo de Cultura Económica, 1991; François-Xavier Guerra et Annick Lempérière (et al), Los espacios públicos en Iberoamérica. Ambiguedades y problemas. Siglos XVIII-XIX, México, Fondo de Cultura Económica, 1998; F.-X. Guerra, « La identidad republicana en la época de la Independencia », in Gonzalo Sánchez Gómez et María Emma Wills Obregón, Museo, memoria y nación. Misión de los museos nacionales para los ciudadanos del futuro, Bogotá, 2000; Hilda Sábato (dir.), Ciudadanía política y formación de las naciones. Perspectivas históricas de América Latina, Buenos Aires, Fondo de Cultura Económica, 1999; Frank Safford, « The Problem of Political Order in Early Republican Spanish America", Journal of Latin American Studies, vol. 24, 1992.; Clément Thibaud, Repúblicas en armas. Los ejércitos en la guerra de independencia en Colombia y Venezuela, Bogotá, Planeta, 2003. Pour le cas du Rio de la Plata voir Noemí Goldman, Historia y lenguaje. Los discursos de la Revolución de Mayo, Buenos Aires, Centro Editor de América Latina, 1992; Natalio Botana, La tradición republicana. Alberdi, Sarmiento y las ideas políticas de su tiempo, Buenos Aires, Sudamericana, 1997 et Jorge Myers, Orden y virtud. El discurso republicano en el régimen rosista, Buenos Aires, Universidad Nacional de Quilmes, 1995.

28  Rousseau, Du Contrat Social, in Œuvres Complètes, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1964, t. III, livre II, chap.VI, p. 379, 380.

29  Montesquieu, De l’ésprit des lois, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1951, t. II, livre II, chap. I, p.239.

30 Thomas Paine, « The Rights of Man, Part II (1792) », in Thomas Paine, Political Writings, Cambridge, Cambridge University Press, 1989, pp. 167-170. A la fin du XVIIIème siècle, Paine considérait que l’Amérique, dont le gouvernement était fondé sur la représentation, était « la seule république réelle » (Ibid., p. 168).

31  Cf. « Lettre de M. Thomas Paine à M. Emmanuel Sieyès » (8 juillet 1791) et « Note explicative, en réponse à la lettre précédente et à quelques autres provocations du même genre », in Oeuvres de Sieyès, Paris, Edhis, s.d., v.2.

32  Natalio Botana se réfère à la république au Rio de la Plata pendant la révolution comme à un « génie à deux têtes » : l’une regarde le passé (la république-cité) tandis que l’autre observe l’avenir (la république comme régime politique représentatif). Or, pour Botana, cette dernière est une « république indécise » (« El primer republicanismo en el Río de la Plata, 1810-1826 », in Izaskun Álvarez Cuartero et Julio Sánchez Gómez (eds.), Visiones y revisiones de la Independencia americana. La independencia de América: la Constitución de Cádiz y las Constituciones Iberoamericanas, Salamanca, Universidad de Salamanca, 2007, pp. 157-170.

33  Le débat sur la consistance des termes « tradition républicaine » ou « républicanisme » dépasse le cadre du présent article. Pour une critique du républicanisme, voir Daniel Rodgers, « Republicanism: the career of a concept », The Journal of American History, 79:1, June 1992. Selon Philip Pettit, la tradition républicaine a  « la coutume de conceptualiser la liberté d’une manière caractéristiquement différente »  (P. Pettit, Republicanismo. Una teoría sobre la libertad y el gobierno, Paidós, Barcelona, 1999, p.39). Il faut remarquer que Skinner appelle neo-roman theory of free states la conception de la liberté chez les auteurs de la révolution anglaise du XVIIème siècle. D’après l’auteur, même si cette théorie est proche de la théorie républicaine de la liberté politique, elle n’est pas strictement républicaine car il n’y a pas de refus généralisé de la monarchie. Voir Q. Skinner Liberty before liberalism, Cambridge University Press, 2003, p.22, 23 et 55.

34  Montesquieu, De l’esprit des lois, Paris, Flammarion, 1979, vol.1, livre XV, chap. II, p.390.

35  Sur la question de la théorie républicaine de la liberté politique voir P. Pettit, op.cit.; Maurizio Viroli, Republicanism, New York, Hill and Wang, 2002. Voir aussi Quentin Skinner, « The republican ideal of political liberty » in Gisella Bock, Quentin Skinner et Maurizio Viroli, Machiavelli and Republicanism, Cambridge University Press, 1990 et Q. Skinner, Liberty before liberalism, Cambridge University Press, 2003. Pour une approche de la participation démocratique comme valeur distinctive de la tradition républicaine, voir Bernard Manin, Principes du gouvernement représentatif, Paris, Flammarion, 1996.

36  Machiavel, Discours sur la première décade de Tite-Live, Paris, Gallimard, 2004, livre I, chap. V, p.73 (Skinner reconnaît que Machiavel n’est pas vraiment clair sur le fait que la servitude est inévitable dans des formes monarchiques du gouvernement. Cf. Q. Skinner, « Machiavelli’s Discorsi and the pre-humanist origins of republican ideas », in Gisella Bock, Quentin Skinner et Maurizio Viroli, op.cit., p. 140) ; Montesquieu, op.cit., livre IV, chap. V, p.160 ; Rousseau, « Des loix », in Fragments politiques, Œuvres Complètes, op.cit., p. 492.

37  Sur les lectures de Moreno, Funes et Monteagudo voir Manuel Moreno, Vida y obra del Dr. Mariano Moreno, Londres, 1812, in Biblioteca de Mayo. Colección de obras y documentos para la historia argentina, 20 t., Buenos Aires, Senado de la Nación, 1960, t. II, p.1167; Juan Pablo Echagüe, Historia de Monteagudo, Buenos Aires, Espasa-Calpe, 1950, p.34; Gregorio Funes, Apuntamientos para una biografía, in Biblioteca de mayo, op.cit., p. 1532. Les livres des philosophes du XVIIIème circulaient parmi l’élite urbaine, malgré l’interdiction royale de 1778 et l’index de l’Inquisition de 1790 visant l´Encyclopédie et les ouvrages de Marmontel, Montesquieu, Linguet, Raynal, Rousseau, Mably, Voltaire et Filangieri (Cf. Índice último de los libros prohibidos y mandados expurgar: para todos los reynos y señoríos del católico rey de las Españas El Señor Don Carlos IV, Madrid, Imprenta de Don Antonio de Sancha, 1790. Voir aussi Ricardo R. Caillet-Bois, Ensayo sobre el Río de la Plata y la revolución francesa, Buenos Aires, Facultad de Filosofía y Letras, 1929, p.27).

38  Rousseau, Du Contrat Social, op.cit., p. 380.

39  Montesquieu, op.cit., livre V, chap. XIX, p.304.

40  Article 1 de la Constitution politique de la Monarchie espagnole in Enrique Tierno Galván (comp.), Leyes políticas españolas fundamentales (1808-1978), Madrid, Tecnos, 1984.

41  Cf. José M. Portillo Valdés, op.cit., p.47.

42  En tant que représentation traditionnelle de la cité et à l’égal du reste des cabildos des principales cités de l’Amérique hispanique, le Cabildo de Buenos Aires était, pendant la vacatio regis, le seul corps représentatif  capable de surmonter la crise institutionnelle de la monarchie. Cf. Marcela Ternavasio, Gobernar la Revolución. Poderes en disputa en el Río de la Plata, 1810-1816, Buenos Aires, Siglo XXI, 2007.

43  « Reglamento de la Junta Provisional Gubernativa », 25-5-1810, in Arturo E. Sampay, Las Constituciones de la Argentina (1810-1972), Buenos Aires, Eudeba, 1975, p. 84. Les différentes désignations de la Junta (Junta Provisoire de gouvernement de la capitale du Rio de la Plata, Junta provisoire du gouvernement du Vice-royaume, Junta provisoire du gouvernement des provinces du Rio de la Plata) rendent compte de la difficulté pour celle-ci de se proclamer représentative de l’ensemble du territoire, alors même qu’elle a été organisée par une seule cité. 

44 GBA, 14-6-1810 et 23-6-1810.

45  « Acta del 25 de mayo », 25-5-1810 et « Proclama de la Junta Provisoria Gubernativa », 25-5-1810, in Registro Oficial de la República Argentina que comprende los documentos expedidos desde 1810 hasta 1873, t.I, Buenos Aires, 1879, p.22, 23.  

46  « Circular comunicando la instalación de la Junta », 27-5-1810, in Registro Oficial, op.cit., p. 25. Dans un manifeste, la Junta refuse « l´ignominieux caractère d´insurgent et de révolutionnaire » qui lui a été attribué par ses opposants et affirme dans le paragraphe suivant que « tout changement de gouvernement est une révolution », GBA, 11-10-1810.

47 El Grito del Sud, 21-7-1812, p. 67, 68. « En Espagne il y a deux souverains : un est réel et effective mais il n’utilise pas le titre ; l’autre est nominal et c’est le Roi ; nous nous disputons avec le premier », écrivait en 1813 le représentant à Londres du gouvernement du Rio de la Plata, Manuel de Sarratea (Archivo General de la Nación, Sala X, 2-1-1).

48  « Reglamento sobre los honores debidos a la Junta Gubernativa », 6-12-1810, in A. Sampay, op.cit., p. 86, 87.

49 GBA, 10-1-1812.

50 GBA, 23-8-1810 et « Plan de la Escuela de matemáticas », 10-8-1810, Registro Oficial, op.cit., p. 69.

51  Cf. Pilar González Bernaldo, « La revolución francesa y la emergencia de nuevas prácticas de la política en el Río de la Plata revolucionario, 1810-1815 », Boletín del Instituto de Historia Argentina y Americana « Dr. E. Ravignani », Tercera Serie, n°3, 1° semestre de 1991, p.14, 15.

52  Monteagudo, « Oración inaugural pronunciada en la apertura de la Sociedad Patriótica », 13-1-1812, in Noemí Goldman, Historia y lenguaje, op.cit., p.163, 164 et El Grito del Sud, 28-7-1812, op.cit., p.71.

53 Gaceta de Montevideo, 4-12-1810.

54  Tulio Halperín Donghi, Revolución y guerra. Formación de una élite dirigente en la Argentina criolla, Buenos Aires, Siglo XXI, 1994, p.168.

55 Registro Oficial, 23-10-1810, op.cit., p. 79. La Junta s’impose ainsi au Cabildo de Buenos Aires.  

56  « Plan de Operaciones », 30-8-1810, in José Luís Romero et Luís Alberto Romero, op.cit. p.258. Ce plan a été attribué à Moreno.

57  Dans sa circulaire envoyée au Conseil de la Régence en juin 1810, le vice-roi Cisneros affirmait : « Nul ne croit que le mouvement ait un grand soutien. Il y a au maximum trois cents membres sur une population de soixante mille habitants », Registro Oficial, op.cit., pp. 41-45.  

58  « Manifiesto de la Junta », in GBA, 11-10-1810.

59 GBA, 15-11-1810.

60 GBA, 15-11-1810 ; 2-8-1810.

61  Manuel Moreno, op.cit., p.1230.

62  Autrement dit, la révolution se développa dans une nouvelle dynamique d’invention du politique. Sur le concept de révolution comme événement, voir F. Furet, Penser la Révolution française, Paris, Gallimard, 1999, p.44.

63  Cf. T. Halperín Donghi, Tradición politica…, op.cit. et E. Palti, op.cit, p.106-114. Voir aussi la critique de José Carlos Chiaramonte adressée à l’historiographie de l’indépendance et à l’ouvrage d’Halperín Donghi pour la place centrale donnée à la scholastique espagnole, en dépit de la tradition du droit naturel. Cf. J.C. Chiaramonte, « The Principle of Consent in Latin and Anglo-American Independence », Journal of Latin American Studies, 36, 2004, pp. 563-586.

64 GBA, 13-11-1810.

65  M. Moreno, « Prólogo a Del Contrato Social », in Mariano Moreno, Representación de los hacendados y otros escritos, Emecé, Buenos Aires, 1998, p.136.

66 GBA, 13-11-1810.

67 GBA, 15-11-1810, p.615.

68 Gaceta de Montevideo, 4-12-1810.

69  GBA, 15-11-1810. « Convenons donc que force ne fait pas droit, et qu´on n´est obligé d´obéir qu´aux puissances légitimes » (Rousseau, Du Contrat Social, op.cit., livre I, chap. III, p.355).

70  Cf. A. Annino, « Soberanías en lucha », in A. Annino, L. Castro Leiva et F.-X. Guerra, De los Imperios a las Naciones. Iberoamérica, Zaragoza, IberCaja, 1994 et E.Palti, op.cit, p.128, 129.

71  Cité in T. Halperín Donghi, Tradición política…, op.cit., p.76.

72  Funes, GBA, 2-8-1810.

73  Fray Juan de Santa María, República y Policía Cristiana. Para reyes y príncipes y para los que en el gobierno tienen sus veces [1615], Barcelona, 1619, p.11.

74  GBA, 2-8-1810.

75  Funes, GBA, 2-10-1810.

76  GBA, 2-10-1810.

77  Nous suivons l’analyse de P. Rosanvallon sur les différentes formes du peuple. Cf. P. Rosanvallon, Le peuple introuvable. Histoire de la représentation démocratique en France, Paris, Gallimard, 1998.

78  Clément Thibaud, « Des Républiques en armes à la république armée: guerre révolutionnaire, fédéralisme et centralisme au Venezuela et en Nouvelle-Grenade, 1808-1830 », Annales Historiques de la Révolution Française, 2007, N°2, pp. 57-86. Voir aussi Clément Thibaud et María Teresa Calderón, « De la majestad a la soberanía en la Nueva Granada en tiempos de la Patria Boba (1810-1816) » dans María Teresa Calderón y Clément Thibaud (coords.), Las Revoluciones en el Mundo Atlántico, Bogotá, Taurus, 2006, pp.365-401.

79  Simone Goyard-Fabre, « Légitimité », in Denis Alland et Stéphane Rials, Dictionnaire de la culture juridique, Paris, PUF, 2003, p.929.

80  Article 10, « Acta del 25 de mayo », 25-5-1810, et « Circular comunicando la instalación de la Junta », 27-5-1810, in Registro Oficial, op.cit., p. 22, 25 et 26. Voir sur ce point, Julio V. Gonzalez, Filiación historica del gobierno representativo argentino. La revolución de Mayo, Buenos Aires, 1938, pp. 43-46.

81  Il mourut en 1811 à bord du bateau qui l’emmenait en mission diplomatique à Londres.

82  « Carta de Saavedra al gobernador de Salta Feliciano Chiclana », 15-1-1811, in Ernesto Ruiz Guiñazú, El presidente Saavedra y el pueblo soberano de 1810, Buenos Aires, Estrada, 1960, p.575.

83  « Creación de juntas provinciales de gobierno », 10-2-1811, in A. Sampay, op.cit., pp. 97, 99.

84  « Reglamento de la división de poderes…», 22-10-1811, in A. Sampay, op.cit., p. 110.

85  « Oficio de la Junta Conservadora a l Gobierno ejecutivo », 28-10-1811, in A. Sampay, op.cit., p.115.

86  « Estatuto Provisional », 23-11-1811, in A. Sampay, op.cit., p. 118.

87  Cf. Marcela Ternavasio, « In Search of Stability. Constitutions and Political Culture in Nineteenth-Century Latin America. Nuevos principios constitucionales y acción política. El Río de la Plata en tiempos de revolución», SLAS Annual Conference, University of Newcastle, UK, 13-15 April 2007, p.7.

88  A. Annino, « Soberanías en lucha », in Antonio Annino, Luis Castro Leiva et François-Xavier Guerra, op.cit., p. 250.

89  « Primera carta de ciudadania », 29-11-1811, in Registro Oficial…, op.cit., p. 129.

90  Funes, Bosquejo de nuestra revolución, desde el 25 de mayo de 1810 hasta la apertura del Congreso Nacional, el 25 de marzo de 1816, [1 éd. 1817], Córdoba,  Universidad Nacional de Córdoba, 1961, p.22.

91  Les citations correspondent aux définitions des articles de « Ciudadano », « Constitución », « República literaria » et « Patricio » du Diccionario de Autoridades, [1726-1739], ed. facs. reedité, Madrid, Gredos, 1990, 3v. J.A. Maravall désigne comme l’« humanisme politique » de la Renaissance à la récupération et glorification des vertus républicaines par l’Espagne depuis le XVIe siècle. Cf. Antiguos y modernos. Visión de la historia e idea de progreso hasta el Renacimiento, Madrid, Alianza, 1998.

92  Moreno, GBA, 6-11-1810.

93  Montesquieu remarque sur l’Espagne : « Pour garder l´Amérique, elle fit ce que le despotisme même ne fait pas ; elle en détruisit les habitants » (De l’esprit des lois, Paris, Flammarion, 1979, vol.1, livre VIII, chap. XVIII, p.257).

94 Mártir, O Libre, 27-4-1812 in Biblioteca de Mayo. Colección de obras y documentos para la historia argentina, Buenos Aires, Senado de la Nación , 1960, t. VII. Monteagudo s’appuie sur Rousseau pour défendre la liberté naturelle de l’homme et il reprend la première phrase Du Contrat Social (« L´homme est né libre, et partout il est dans les fers », op.cit., livre I, chap. 1, p. 351) pour critiquer Hobbes et Grotius qui « en reproduisant l’assertion scandaleuse d’Aristote » affirment l’inégalité naturelle des hommes (Mártir, O Libre, 27-4-1812).

95 Mártir, O Libre, 13-4-1812.

96  Rousseau, Du Contrat social, op.cit., livre IV, chapitre IV, p.444.

97  « Oración inaugural pronunciada en la apertura de la Sociedad Patriótica », 13-1-1812, in Noemí Goldman, op.cit., p.159-164. Pour une analyse de la réappropriation de l’Antiquité classique dans le vice-royaume de la Nouvelle Grenade et sa transformation en instrument révolutionnaire, voir Georges Lomné, « Invención estética y revolución política. La fascinación por la libertad de los Antiguos en el Virreinato de la Nueva Granada (1779-1815) », en María Teresa Calderón y Clément Thibaud (coords.), op.cit., pp. 100-120.

98 Gaceta de Montevideo, 8-10-1810 et 4-12-1810.

99  Funes, « Plan de estudios para la Universidad Mayor de Córdoba », Córdoba, 1813, in Biblioteca de Mayo, op.cit., v.II, pp. 1576-1585.

100  Funes, op.cit. En refusant la critique des « ennemis de la scholastique », comme « Raynal et Distens », Funes défend son plan d’études et affirme: « On ne peut nier qu’Aristote (…) commit de nombreuses erreurs classiques contre la foi, et aussi contre les coutumes ; mais celles-ci ne furent pas transmises aux écoles catholiques des scholastiques » (Ibid.).

101  GBA, 3-1-1811.

102  GBA, 1-9-1813

103  Cf. Maurice Agulhon, Marianne au combat. L’imagerie et la symbolique républicaines de 1789 à 1880, Paris, Flammarion, 1979. Les élites « transplantèrent » les formes visuelles de la Révolution française comme le bonnet phrygien, la pique et la Marianne. Voir José Emilio Burucúa, Andrea Jáuregui, Laura Malosetti, María Lía Munilla, « Influencia de los tipos iconográficos de la revolución francesa en los países del Plata », in Cahiers des Amériques Latines, N°10, 1990.

104  Mártir, O Libre,  18-5-1812 et 25-5-1812

105  Montesquieu affirmait : « A mesure que le luxe s’établit dans une république, l’esprit se tourne vers l’intérêt particulier (…). Une âme corrompue par le luxe (…) devient ennemie des lois qui la gênent » (L’esprit des lois, op.cit., livre VII, chap. II, p. 227).

106 GBA, 10-1-1812.

107  Cf. Juan Carlos Garavaglia, « Los primeros senderos de la revolución: La Opinión en los balbuceos de la Independencia rioplatense (1806-1813)  », in Izaskun Álvarez Cuartero et Julio Sánchez Gómez (eds.), Visiones y revisiones de la Independencia americana, Salamanca, Universidad de Salamanca, 2003, pp. 111-143.

108  Mártir, O Libre, 25-5-1812 ; GBA, 29-11-1810. La récupération des formulations romaines précèdait la révolution de 1810 ; elle s’inscrivait dans un processus de crise de légitimité devenu évident au Rio de la Plata lors des invasions anglaises, à Buenos Aires, en 1806 et 1807. « Un vrai esprit patriote » n’oublie pas que « la sécurité de la République est la loi suprême de l’Etat : Salus Reipublicae suprema lex esto »,  lisait-on dans un pamphlet, en 1806, pour justifier la déposition du Vice-roi du Río de la Plata, le Marquis de Sobremonte, par l’assemblée auto constituée de la ville de Buenos Aires »(Cf. José M. Mariluz Urquijo, « Aplicación del principio Salus Populi suprema lex esto. La crisis del Antiguo Régimen en el Río de la Plata », in José Andrés-Gallego, Nuevas Aportaciones a la historia Jurídica de Iberoamérica, Madrid, Fundación Tavera, 2000 (Cd-rom), p.3.

109  Mártir, O Libre, 29-3-1812. Brissot dira lors de la discussion de juillet 1792 sur les mesures générales à prendre pour la sûreté de l’État : « Le salut du peuple : la Constitution n´a pas d’autre base et d’autre essence » (cité in P. Rosanvallon, La démocratie inachevée. Histoire de la souveraineté du peuple en France, Paris, Gallimard, 2000, p.59). Selon Bernard Manin, le langage qui a servi pour justifier la Terreur et des politiques autoritaires dans la Révolution Française, n’était pas celui de la volonté générale mais, au contraire, celui du principe « Salus populi suprema lex esto ». Il s’agissait d’un langage des « circonstances exceptionnelles » fondé sur des références romaines. Cf. « Drawing a Veil over Liberty. The language of public safety during the French revolution », in Cahiers du CREA, Le Gouvernement d’exception, 19, Eté 2000.

110  Cf. François Hinard (ed.), Dictatures. Actes de la Table Ronde réunie à Paris les 27 et 28 février 1984, Paris, De Boccard, 1988.

111 GBA, 20-11-1810 ; ML, 11-5-1812.

112 GBA, 6-12-1810

113  P. Pettit, « Keeping Republican Freedom Simple: On a difference with Quentin Skinner », in Political Theory, Vol 30, n°3, June, 2002, p.347, 348.

114  Rousseau, « Des loix », in Fragments politiques, Œuvres Complètes, Paris, Gallimard, « Bibl. de la Pléiade», 1964, p. 492.  

115  Nous suivons les analyses de P. Rosanvallon sur les registres de la loi dans la Révolution française (Cf. Le modèle politique français. La société civile contre le jacobinisme de 1789 à nos jours, Paris, Seuil, 2004).

116  GBA, 14-2-1812

117  Rousseau, Sur l’Économie Politique, in Œuvres Complètes, op.cit., v.III, p.248 et Du Contrat Social, Paris, Flammarion, 1992, livre II, chap. VI, p.62.

118 GBA, 14, 21 et 28-2-1812

119  Monteagudo, « Oración Inaugural…», 13-1-1812, in Noemí Goldman, op.cit., p.164. « La liberté est le droit de faire tout ce que les lois permettent » affirme Montesquieu ; « la liberté politique ne consiste point à faire ce que l’on veut » (De l’esprit des lois, in Œuvres Complètes, op.cit., v.II, livre XI, chap.III, p.395).

120  Manuel Moreno, op.cit., p.1229.

121  « Reglamento sobre los honores debidos a la Junta », 6-12-1810, in A. Sampay, op.cit., p. 86 ; GBA, 6-11-1810.

122  « Creación de Juntas Provinciales de gobierno », 10-2-1811, in A. Sampay, op.cit., p.97.

123  Monteagudo, « Presentación de José Bernardo Monteagudo al Gobierno protestando su adhesión y solicitando se le permita pasar libremente a Buenos Aires, para tomar parte en los negocios del bien público », in Juan Pablo Echagüe, op.cit., p. 208.

124 GBA, 29-11-1811; Manuel Moreno, El Independiente, 21-2-1815, in Periódicos de la Época de la Revolución de Mayo, El Independiente (1815-1816), Buenos Aires, Academia Nacional de la Historia, 1961, t. IV, p.127.

125 GBA, 6-11-1810

126 GBA, 14, 21 et 28-2-1812; « Leyes constitucionales de la Asamblea del año XIII », in A. Sampay, op.cit., p.123;  GBA, 1-11-1810.

127  Voir par exemple les decrets de « Creación de juntas provinciales de gobierno », 10-2-1811, A. Sampay, op.cit., p.99 et de « Creación del Triunvirato y de la Junta Conservadora, 23-9-1811, ibid. p.107).

128  GBA, 14, 21 et 28-2-1812. Rousseau écrit: « Il faut bien distinguer la liberté naturelle qui n’a pour bornes que les forces de l’individu, de la liberté civile qui est limitée par la volonté générale » (Du Contrat Social, op.cit., livre I, chap.VII, p.365).

129  GBA, 14-2-1812 ; Mártir, O Libre , 20-4-1812.

130  Cf. « Lettre de M. Thomas Paine à M. Emmanuel Sieyès » (8 juillet 1791) et « Note explicative, en réponse à la lettre précédente et à quelques autres provocations du même genre », in Ouvres de Sieyès, Paris, Edhis, s.d.,  v.2. Voir aussi Cf. James Madison, « Federalist n° 32 », in James Madison, Alexander Hamilton et John Jay, The Federalist Papers, London, Penguin, 1987, p.254 et François Furet et Ran Halévi, La Monarchie républicaine. La Constitution de 1791, Paris, Fayard, 1996, p.247.

131  Fray Juan de Santa María, República y Policía Cristiana. Para reyes y príncipes y para los que en el gobierno tienen sus veces, Barcelona, 1619, p.92

132  Cf. P.Rosanvallon, La démocratie inachevée, op.cit., p.20.

133  « Prospecto de un periódico que se publicará…», 1815, in El Independiente, op.cit., p.35.

134 Mártir, O Libre, 6-4-1812.

135  Ernesto Funes, La desunión. República y no-dominación en Maquiavelo, Buenos Aires, Gorla, 2003 et Diego Vernazza, Liberté et désunion dans la pensée républicaine : une lecture de Machiavel à la lumière des débats contemporains, Mémoire de DEA, Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, Août 2006.  

136  GBA, 23-6-1810.

137  Arsène Isabelle, Voyage à Buenos Ayres et a Porto-Alègre par La Banda-Oriental, les Missions d’Uruguay et la Province de Rio-Grande-Do-Sul (de 1830 à 1834), Havre, 1835, p.131.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gabriel Entin, « Quelle république pour la révolution ?  », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Débats, mis en ligne le 15 septembre 2008, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/33042 ; DOI : 10.4000/nuevomundo.33042

Haut de page

Auteur

Gabriel Entin

Centre des Recherches Politiques Raymond Aron - Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, Universidad de Buenos Aires-CONICET

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page