Navigation – Plan du site
Débats | 2008
Independencias – Dossier coordinado por Alejandro Gómez et Federica Morelli
Manuel Barcia

Les « Epines de la Truite »

Les  juntes anti-françaises de La Havane en 1809
[17/05/2008]

Résumés

Peu après l'invasion napoléonienne de la Péninsule Ibérique, les autorités cubaines ont commencé à expulser, en 1809, tous les habitants francophones, qui désormais furent considérés comme un risque à la stabilité et à la paix de Cuba. Il s’agissait surtout de centaines d’émigrés récemment arrivés de la Louisiane et Saint Domingue. Au cours d'une période très courte, ils ont été forcés de vendre toutes leurs possessions et de quitter l’île. Cet article examine les raisons pour lesquelles les autorités cubaines ont introduit des mesures si extrêmes, et les conséquences que celles-ci eurent dans l’immédiat et dans le long terme.

Haut de page

Entrées d’index

Géographique :

Cuba

Chronologique :

1809, Siglo XIX
Haut de page

Texte intégral

1En 1808 Napoléon donne l’ordre à ses troupes de franchir les Pyrénées et, grâce à l’abdication de Bayonne, arrache à Charles IV et à son fils Ferdinand VII le trône d’Espagne, qu’il confie à son frère Joseph. La résistance qui s’ensuit ne se limite pas à la péninsule : elle s’organise également dans les grandes villes des possessions espagnoles d’Amérique où se constituent des juntes de gouvernements locaux. Ces juntes, avant d’incarner un éventuel projet politique, furent initialement créées pour assurer le maintien de l’ordre dans le contexte de l’invasion napoléonienne en Espagne.

2La Havane, comme d’autres grandes villes hispano-américaines, fut concernée au premier chef par cette résistance. Depuis la fin du XVIII siècle, une série de transformations économiques et sociales avaient permis aux groupes de planteurs et de commerçants de la ville d’amasser des fortunes considérables qui reposaient sur la traite négrière et sur l’essor de la culture de canne à sucre. La Havane disposait depuis 1793 d’une Société patriotique (Sociedad Patriótica de Amigos del País) qui prenait en charge améliorer l’agriculture, l’industrialisation et l’éducation publique, et, depuis 1795, d’un organisme appelé le Real Consulado de Agricultura y Comercio, spécialisé, comme son nom l’indique, dans le développement de l’agriculture et du commerce.

3Bien qu’elles accusent un retard de plusieurs mois, les nouvelles d’Europe arrivaient quotidiennement à La Havane. La presse citadine se faisait l’écho des articles des journaux américains, jamaïquains, français et anglais qui traitaient des événements militaires et politiques européens. L’invasion française en Espagne fut donc fortement commentée. La presse reproduisait également des extraits de lettres reçues par les habitants de la ville. Un journal local, l’Aurora, était même entièrement consacré à la diffusion des nouvelles en provenance de l’étranger. L’atmosphère belliqueuse qui régnaiten Europe était donc largement évoquée dans les journaux, ainsi que les dessous des guerres et leurs protagonistes.

4Dès qu’ils eurent vent de la captivité du Ferdinand VII, surnommé « le Désiré », les Cubains participèrent activement à l’effort de guerre anti-française. Une collecte de fonds fut rapidement organisée et de nombreux créoles gagnèrent la Péninsule pour combattre les “envahisseurs gaulois”.  De son côté, le gouverneur de l’île, Salvador del Muro y Salazar, Marquis de Someruelos, eut à cœur d’apporter tous les secours possibles à la Métropole tout en cherchant à assurer l’ordre dans le territoire qui lui était confié. Cet ancien militaire de carrière, qui avait pris ses fonctions de Capitaine Général en 1799, joua un rôle important dans la défense de l’île comme dans son essor économique, tout en étant l’auteur de plusieurs réformes. Il tenta d’établir à La Havane une assemblée (junta) chargée de gouverner l’Ile, pendant la durée de la guerre en Espagne. Son projet fut toutefois contré par les machinations de Don Francisco de Montalvo, président de la Real Audiencia président de la Real Audiencia,  et du puissant planteur le Comte de Casa Barreto, qui jouissait d’une grande influence sur la Cour métropolitaine.

  • 1  La Aurora. Edition spéciale. 7 janvier 1809. N° 557. Page 1.

5Au début de 1809 affluèrent à Cuba des nouvelles de la résistance armée qui se développait contre les Français en Espagne. Le journal, L’Aurora, du 7 janvier 1809 rendit compte des événements survenus à Madrid le 14 octobre 1808, où plusieurs mamelouks français avaient été chassés de la maison de l’ambassadeur russe et assassinés en pleine rue, après avoir été accusés d’être des espions à la solde de Napoléon.1 Le sentiment anti-français, comme nous allons le voir, atteignit alors son paroxysme à Cuba.

Les antécédents

Les Français à Cuba

6Depuis longtemps, le caractère de port de regroupement de la flotte qui menait en Espagne les richesses d’Amérique avait conféré à La Havane une physionomie particulière par rapport aux autres villes de l’île, devenant la plus européenne de toutes les capitales de l’Amérique  Espagnole. Par son emplacement géographique, elle servait aussi d’asile pour les émigrés de Floride fuyant l’occupation anglaise de 1763, aux blancs qui fuyaient la guerre d’Indépendance des Treize colonies dans les années 1770, , dans les années 1790, à ceux qui quittèrent Saint-Domingue pendant la Révolution haïtienne, et aux émigrés de la Louisiane, lorsqu’elle passa aux mains des Français en 1803. Ces arrivages constants et bien d’autres en provenance de divers régions du Monde Atlantique, avaient non seulement transformé la zone urbaine, mais également le paysage rural.

7Dans ce sens, les émigrés des colonies françaises jouèrent un rôle particulièrement important dans le développement des campagnes cubaines, et plus précisément dans l’essor de la culture du café. Toutefois, à cause de la continuité de cette culture dans l’orient, chaque fois que l’on fait référence au café et à ses relations avec les francophones, on  pense plutôt  à ceux qui s’établirent pendant la Révolution haïtienne  dans la zone de Santiago de Cuba et Guantanamo, oubliant le plus souvent les nombreuses plantations établies dès la fin du XVIIIème siècle, entre la Sierra del Rosario et les abords de Matanzas. Précisons que le terme de « Français », à cette époque, ne désignait pas seulement les natifs de France, mais également tous les autres francophones, qu’ils soient originaires de Suisse, de Belgique, des colonies des Caraïbes (Saint-Domingue, Guadeloupe, Martinique) ou de la défunte Nouvelle-France (Louisiane et Canada). De fait, les mesures qui s’abattirent sur les « Français » de Cuba à partir de mars 1809 n’établirent aucune distinction entre ces différents groupes.

Création des Juntes de Vigilance

  • 2  Marquis de Someruelos, proclamation du 12 mars 1809. AHOHCH, AC. Livre 76, Folios 107-133v.

8Les Juntes avaient pour fonction de procéder à un tri parmi ces « Français » et d’expulser ceux qui étaient jugés espions ou conspirateurs. La crainte des armées napoléoniennes, dans l’esprit du Capitaine Général, était le moteur d’une telle politique: “on ne peut pas douter que cette île étant la clé du Mexique, sa possession doit entrer dans les calculs de la rapacité napoléonienne”2, écrit-il dans une de ses proclamations. Nombre de Français, en outre, ne semblaient pas véritablement dévoués à la cause espagnole, comme le signale Someruelos, soucieux  d’

  • 3  Idem

…expulser de [Cuba] tous [les Français] qui ne nous seraient pas indissolublement liés, et déliés de la France, par leur adhésion reconnue à la famille royale de Bourbon [sic], ou qui ne soient pas appréciés par l’opinion publique en raison de leurs idées politiques, et d’une conduite irréprochable, jointe à la positive détestation du gouvernement français.3

  • 4  Cabildo du 9 mars 1809. Archivo Histórico de la Oficina del Historiador de la Ciudad de la Habana (...)

9Pourtant, tout laisse supposer que ni Someruelos ni don José Antonio Ramos y  José de Ilincheta n’étaient véritablement enthousiasmés par ce projet de bannissement, par trop radical. On ne peut pas affirmer la même chose des membres de la municipalité havanaise, qui, le 9 mars, décidèrent d’exiger du capitaine général l’expulsion immédiate de tous les Français de l’Ile, comme “unique moyen de rendre la tranquillité à tous ses habitants”.4 Les exigences du Cabildo eurent un poids énorme dans la décision de Someruelos de signer une proclamation annonçant cette expulsion.

  • 5  Francisco Pérez de la Riva, El Café. Pág. 37.

10La proclamation du 12 mars 1809, qui annonçait la création des Juntes de Vigilance, fut adressée à l’ensemble des habitants de l’île. Les Français étaient ainsi prévenus et étaient en mesure de préparer leurs papiers en attendant leur convocation devant les juntes établies dans les localités. La proclamation expliquait dans le détail le fonctionnement de ces juntes. Pour éviter les injustices et bien déterminer ceux qui seraient ou non expulsés, Someruelos, assisté de José de Ilincheta et de deux magistrats de l’Audience, décida de constituer des juntes de vigilance dans toutes les villes et villages.5 A partir de mars, et jusqu’à la fin de l’année 1809, des milliers de francophones furent ainsi interrogés sur leurs postures, leur religion, et leur allégeance aux Bourbons.

  • 6  Marquis de Someruelos, Proclama.

11Les juntes urbaines étaient composées des alcaldes ordinaires, d’un regidor nommé par l’autorité supérieure locale, par le Síndico Procurador et par “deux bonnes hommes” (dos hombres buenos).6 Quant aux juntes rurales, celles des simples localités, elles devaient être constituées du capitaine et du curé, ainsi que de quatre personnalités du lieu qui seraient désignées par ceux-ci.

  • 7  Idem

12Chaque junte devait commencer par mettre à jour les registres des Français qui habitaient dans la juridiction concernée, en spécifiant toujours la  “patrie », la « famille », la « profession actuelle et ancienne », l’« origine », le « temps de la résidence » dans l’île, etc.7 Les enquêteurs devaient réaliser un examen approfondi de chaque dossier avant de communiquer leur décision au Capitaine Général, qui se réservait au besoin les cas les plus compliqués.

13Les juntes de vigilance commencèrent à fonctionner quelques jours à peine après la publication de la proclamation de Someruelos. Celle de la capitale, par exemple, se réunit pour la première fois le 17 mars dans la salle du Cabildo. Elle fut, avec celle de Santiago de Cuba, la plus active de l’île.

La junte de vigilance de La Havane

Composition

  • 8  Someruelos à la municipalité de La Havane. La Havane, 15 mars 1809. AHOHCH, AC. Livre 76, Folios 1 (...)
  • 9  Le comte de Zaldívar donna 20 000 pesos durant l’époque de la résistance anti-napoléonienne, en pl (...)
  • 10  Francisco Javier de Santa Cruz, comte de Mopox et Jaruco, Historia de las familias cubanas. Edit. (...)

14Dans les jours précédant la première réunion de la junte havanaise, le Capitaine général et les membres du Cabildo avaient opéré la sélection de ceux qu’ils jugeaient les plus indiqués pour la composer. Someruelos lui-même s’attribua le pouvoir de nommer les deux premiers membres8, choisissant bien évidemment des hommes de confiance. Ainsi furent désignés Pedro Regalado Pedroso, commandeur de l’ordre d’Isabelle la Catholique, et le comte José Manuel Zaldívar, qui avait été alcalde ordinaire du cabildo havanais et qui s’était récemment signalé par ses largesses envers la cause anti-française en Espagne.9 Le reste des membres appartenait également à l’aristocratie havanaise. Francisco José de Peñalver, comte de Santa María de Loreto était Regidor Perpetuo de la municipalité, tout comme José Maria de Xenes. Joaquín de Herrera et Tomás Domingo de Sotolongo faisaient également partie du Conceil municipal, en plus de jouir de vastes fortunes et d’être issus de vieilles et puissantes familles havanaises.10

  • 11  Archivo Nacional de Cuba (ANC), Miscelánea de Libros (ML). Livre 2014. Folio 2.

15Lors de la première réunion, on débattit de la création des juntes qui allaient se former dans les localités de l’intérieur et dans les zones rurales. Le comte de Santa María de Loreto alerta les autres membres sur le risque d’inefficacité  des dites juntes, de par l’analphabétisme des capitanes et des risques de corruption. Pour le comte de Loreto, les Français pourraient aussi profiter de l’isolement des campagnes. Les dessous de table pouvaient se convertir en une puissante arme aux mains des Français, car les capitaines, qui étaient pour la plupart des personnes ignorantes, étaient susceptibles à être influencés par ceux-là.11

  • 12  Idem. Liste des Français  “jugés” par la junte de vigilance de La Havane. Fernández était de Borde (...)

16Les Français étaient jugés par les juntes chaque jour entre 10 et 12 heures. Le 18 mars, la Junte de Vigilance de La Havane décida d’une première expulsion, tout en autorisant deux spécialistes en marbres et écailles de tortues, José Fernández et Luis Garzán, originaires de France, à continuer à résider dans l’Ile12

17Le traitement des francophones originaires de la Louisiane, territoire qui avait été tantôt français, tantôt espagnol, et qui  désormais appartenait aux Etats-Unis, posait  un grand problème aux juntes. Parmi les autres cas difficiles, il faut mentionner les Suisses, les militaires français qui avaient combattu contre leur patrie en s’engageant dans d’autres armées, et les natifs de Santo Domingo, territoire espagnol alors menacé par la République voisine d’Haïti. Peu à peu tous ces cas épineux furent toutefois résolus sous la houlette du capitaine général Someruelos.

Les évènements des 21 et 22 mars

  • 13  Pérez de la Riva, El Café. Pág. 38. Jaccobo de la Pezuela, Diccionario, Tomo 3, Pág. 54.
  • 14  Idem.
  • 15  “Bando” dans le texte.

18Le 21 mars 1809 fit date dans l’histoire de La Havane. A midi, tandis que les membres de la junte se retiraient pour déjeuner, une série de saccages des maisons et commerces français mit la ville en ébullition. Ces émeutes semblent avoir débuté lorsque deux Français à cheval qui revenaient des champs furent arrêtés près de la Puerta de Tierra et conduits au Palais. La populace, tout au long du trajet, manifesta sa haine envers les prisonniers, avec force insultes et des jets de pierres.  La foule, chauffée à blanc, se dirigea vers les résidences et les établissements des Français de la ville pour les calomnier et les piller. Un Français qui “en défendant sa propriété blessa l’un de ses agresseurs”13 fut même assassiné. Le Capitaine Général, une fois informé, agit promptement : sans aucune escorte, il monta à cheval et parcourut les rues de la ville, parvenant à rétablir l’ordre momentanément,14 en criant “Vive le Roi” et “Vive l’Espagne” ! Mais des pillages sporadiques continuèrent jusqu’au lendemain, et s’étendirent même dans les faubourgs de La Havane et dans quelques villes proches comme Santa María del Rosario et Santiago de las Vegas. Someruelos publia le lendemain un communiqué15 qui mit un terme définitif aux désordres :

  • 16  Marquis de Someruelos. Communiqué du 21 mars 1809. ANC, Asuntos Políticos (AP). Leg.210, Exp. 4. S (...)

19Je fais savoir au public que, suite à un accident inopiné, se sont regroupés des gens de couleurs, en majorité des jeunes, pour pourchasser les Français qu’ils rencontraient dans la rue, et même également ceux qui vivaient chez eux, les blessant, et les extorquant scandaleusement, au préjudice de la tranquillité publique, offensant les honnêtes habitants, et plus encore l’autorité publique.16

  • 17  Idem

20Le communiqué exigeait ensuite le rétablissement de l’ordre et menaçait les perturbateurs de très lourdes peines. Le Capitaine Général insistait sur l’obligation pour tous ceux “qui s’étaient réunis, et battus dans les rues” à regagner leurs maisons et à vaquer à leurs occupations “sachant qu’un quart d’heure après avoir placardé cet avis, sortiront la troupe et un grand nombre d’honnêtes habitants pour les arrêter et les conduire en prison”.17 De la même manière il ordonnait aux habitants soucieux de la tranquillité publique de retirer leurs esclaves de la rue, et de contribuer à la dissolution des bandes de pilleurs. Le communiqué était également destiné aux zones rurales, où l’on craignait de semblables évènements.

  • 18  José Guerra y Garrido à Someruelos. La Havane, 22 mars 1809. ANC, Correspondance des Capitaines gé (...)
  • 19  Julián Fernández à Someruelos. Puente Nuevo, 23 mars 1809. ANC, CCG. Leg. 82, Exp. 5. Parmi la lon (...)
  • 20  Domingo Quintero a Juan de Aguilar. La Havane, 22 mars 1809. ANC, CCG. Leg. 82, exp. 6.

21Le 22 mars, Someruelos se tint informé heure par heure de ce qui se passait dans la ville. Quelques témoignages apportèrent des éclairages supplémentaires sur les évènements des heures passées. José Guerra y Garrido fit ainsi part à Someruelos de la manière dont il avait surpris, à huit heures du matin, “une bande de gens de couleurs pillant une maison de son quartier” et qui “offrirent une certaine résistance lorsqu’il voulut les arrêter”.18 De son côté, le lieutenant de cavalerie Julián Gómez, récupéra une charrette d’effets volés la veille aux Français de Pueblo Nuevo par quatre “émeutiers”.19 L’intendant des Finances, Juan de Aguilar, reçut des nouvelles semblables. Son homme de confiance, Domingo Quintero, lui confia en cette même matinée qu’il avait été obligé d’aller acheter son pain chez José Figueroa, car la boulangerie de José de Santa María, dans laquelle il avait l’habitude d’aller, “avait été pillée et détruite la nuit antérieure pas les Noirs”.20

  • 21  Marquis de Someruelos, Communiqué du 23 mars 1809, ANC, AP. Leg. 210, Exp. 4.
  • 22  Someruelos à Aguilar. La Havane, 22 mars 1809; Francisco José de Albear à Aguilar. Matanzas, 24 ma (...)
  • 23  Someruelos au sous-inspecteur par intérim des Brigades d’artillerie de La Havane. La Havane, 28 ma (...)
  • 24  Someruelos au sous-inspecteur par intérim des Brigades d’artillerie de La Havane. La Havane, 28 ma (...)

22Une fois le calme revenu dans la ville, Someruelos prêta toute son attention à la restitution des biens volés. Le 23 mars, il édicta à cet effet un deuxième communiqué amnistiant tous ceux qui ramèneraient des effets dérobés dans les 24 heures.21 Il établit aussi un couvre-feu dans toute la ville jusqu’à nouvel ordre, n’autorisant la circulation nocturne qu’à des voitures avec des lampes lumineuses. Dans ce second communiqué, Someruelos qualifiait les émeutiers de “fainéants et vauriens”. Il informait aussi que les pillages avaient touché les maisons de certains Espagnols, ce qui lui paraissait beaucoup plus grave. Le Capitaine Général mit en alerte les régiments de cavalerie et les milices de La Havane, les bataillons de mulâtres et de noirs, ainsi que le régiment de Matanzas, commandé par le comte de Gibacoa.22 Pour les troupes détachées dans la capitale, Someruelos envoya 80 fusils, autant de cartouchières, 160 pierres à feu, ainsi que milles cartouches,23 tandis qu’il faisait livrer aux bataillons de mulâtres et de Noirs 14.931 cartouches et 711 pierres à feu.24

  • 25  José de Bally à la municipalité de La Havane. La Havane, 15 janvier 1808. AHOHCH, AC. Livre 75. Fo (...)

23Les émeutes justifiaient-elles une telle mobilisation? Que craignait réellement Someruelos? Pour comprendre son attitude, il importe de reprendre le détail des évènements. Si la révolte, à son commencement, était dirigée uniquement contre les Français résidant dans la ville, elle visa ensuite de façon inquiétante certains Espagnols. Tout paraît indiquer que le désordre généré par le zèle anti-français servit  d’occasion pour  les  meneurs de régler leurs comptes. Someruelos entendait donc éradiquer tout germe de rébellion servile. Il n’est pas en effet un seul témoignage sur l’émeute qui n’accusât les noirs et les mulâtres havanais d’en être les protagonistes. Parmi les mesures inscrites dans les communiqués, l’une, significative, obligeait les maîtres à faire rentrer leurs esclaves et à les garder dans leur domaine jour et nuit. Le couvre-feu, pour la main-d’œuvre servile, durait donc vingt-quatre heures...25

  • 26  L’Etat de siège fut levé définitivement lorsque fut publié le communiqué du 2 mai 1809. El Aviso d (...)
  • 27  Someruelos a Aguilar. La Havane, 17 octobre 1809. ANC, CCG. Leg. 82, Exp. 13.
  • 28  Someruelos au comte de Gibacoa. La Havane, 15 avril 1809. ANC, CCG. Leg. 82, Exp. 13.

24Bien que les émeutes et pillages cessèrent le 23 mars à midi, l’état de siège fut maintenu durant un mois, et des troupes restèrent même sur le pied de guerre un peu plus longtemps dans la capitale et dans les villes environnantes.26 Le 17 avril, le Capitaine Général informait l’Intendant de sa décision de démobiliser les bataillons de Noirs et de Mulâtres de La Havane. Plusieurs jours après, il retira aussi le Deuxième Bataillon de Milices qui avait été déployé dans les localités proches de San José de las Lajas et Santa María del Rosario.27 Quant aux troupes du comte de Gibacoa, déployées à Matanzas, elles furent démobilisées un peu avant, le 15 avril.28

Procédures d’expulsions

  • 29  Someruelos a Aguilar. La Havane, 24 mars 1809. ANC, CCG. Leg. 82, Exp. 5. 
  • 30  Domingo Quintero a Aguilar. La Havane, 25 mars 1809. ANC, CCG. Leg. 82, Exp. 5.

25Someruelos ne se limita toutefois pas à ces décisions. Il prit parallèlement des mesures préventives contre les Français : il ordonna d’enfermer à la forteresse du Prince (située à l’extérieur de La Havane, sur la colline Aróstegui) –ce qui allait être questionnés par la Junte de Vigilance. Cette forteresse se prémunit contre toute tentative d’évasion, et ses portes furent fermées en permanence et le pont-levis toujours relevé.29 L’Intendant fut chargé de l’entretien des Français, auxquels on concéda un réal et demi par jour pour leur subsistance30 A partir de ce moment, les réunions de la Junte se poursuivirent mais dans une atmosphère bien différente. La violence déchaînée dans la ville et le fait d’évaluer les cas dans une ambiance de cité assiégée, amenèrent chaque membre à révéler sa véritable personnalité. De fait, il n’y eut pas de nouvelle réunion jusqu’au 24 mars, et l’on ne recommença pas à questionner les Français jusqu’au premier avril.

Expulsions par bateaux

  • 31  ANC, ML. Livre 2014, Folio 5v.
  • 32  Idem. Le comte de Loreto présenta quelques jours après la liste de 19 navires prêts à lever l’ancr (...)
  • 33  Idem. 5v.

26Le comte de Loreto sollicita le Commandant de la Marine pour que soient fournis des navires destinés aux Français expulsés31 Le comte, en dépit des apparences, semble avoir agi par « humanitarisme », car il était ainsi possible d’évacuer rapidement et gratuitement les Français qui croupissaient misérablement dans les geôles havanaises. La junte publia dans les journaux de la capitale des avis notifiant que le Gouvernement avait besoin des “places vides qu’il resterait dans chaque prochain bateau en partance pour embarquer les Français”.32 De plus, il fut demandé au Capitaine Général d’interdire la sortie des bateaux vers tout port étranger s’ils n’avaient pas un “nombre de Français en accord avec sa capacité”.33

  • 34  Idem. Folio 7. Someruelos a la Junte de Vigilance. Reçue par la Junte le 29 mars 1808.
  • 35  Aguilar a Someruelos. La Havane, 1er avril 1809. ANC, Leg. 82, Exp. 4.
  • 36  ANC, ML, Livre 2014, Folio 16.
  • 37  Idem. Folio 26v.

27En réponse à la demande faite quelques jours auparavant par le comte de Loreto, Someruelos consentit à réserver aux Français bannis l’un des bateaux ancrés dans le port havanais.34 On choisit à cet effet la frégate espagnole “Oliva”. Toutefois, ces premiers passagers n’étaient pas des Français expulsés, mais des marins du bateau corsaire français “Décidé”, capturé dans la baie de Matanzas à la fin du mois de mars35. Ce ne fut que le 15 avril que la junte havanaise regroupa dans l’Oliva tous les Français “encore là alors que le délai de sortie était écoulé”.36 Pour accomplir cette mission furent désignés deux des membres les plus énergiques de la Junte: le Comte de Zaldívar et José María de Xenes. L’Oliva, durant quelques mois, fut le lieu de résidence de tous les Français qui, pour des raisons d’insolvabilité, ou à cause d’affaires en cours, n’avaient pas pu  quitter l’île. Il faut en effet rappeler que les Français devaient payer leur voyage d’expulsion. José María de Xenes négocia personnellement les prix d’embarquement avec les capitaines de tous les bateaux prêts à partir, allant même jusqu’à leur proposer que les déportés travaillassent à bord de leurs navires durant la durée des voyages.37

La résolution des cas difficiles

  • 38  Idem. Folio 8.
  • 39  Idem. Folio 12-12v.
  • 40  Idem. Folio 21.

28Durant le mois d’avril, la ville retrouva son calme, mais la Junte continuait d’examiner le cas des Français qui se présentaient devant elle. C’est alors que furent résolus les dossiers qualifiés de “spéciaux”, qui avaient tant préoccupé les Juntes jusqu’alors. Lors de la réunion du 1er avril, on décida de libérer de toute poursuite les individus nés à la Nouvelle-Orléans durant la période espagnole.38 Quelques jours plus tard, on examina le cas des militaires français ayant combattu aux côtés des Espagnols ou de toute autre nation contre leur pays d’origine, ainsi que celui des Français nés à Saint-Domingue : tous devaient être questionnés individuellement, et l’on devait tenir compte de leurs mérites ainsi que déterminer leur absence d’allégeance envers la France avant de les bannir ou non.39 Enfin, le 26 avril, les Suisses furent inclus par Someruelos dans la proclamation du 12 mars,40 et donc traités de la même façon que les ressortissants de France.

La modération de la Junte de La Havane

  • 41  Idem. Folio 6.

29Le 27 mars, les membres de la Junte de La Havane donnèrent la permission au Français Alexandre Laine, qui avait été condamné au bannissement, de quitter la forteresse du Principe pour résoudre ses affaires en cours avant de quitter l’Ile. Cette décision reflétait l’absence de haine de la part des membres de la Junte envers les Français qui vivaient sous leur juridiction. Plusieurs Français, comme Laine, obtinrent un délai pour payer leurs dettes et vendre leurs propriétés avant d’émigrer.41

La junte de Représailles

Création et composition

30Le calme semblait revenu lorsqu’au milieu du mois de juin le Capitaine Général décida de créer dans la capitale une Junte de Représailles qui, à l’imitation de celle de Séville, était chargée de confisquer les biens des Français expulsés. On peut commenter longuement les motifs qui conduisirent Someruelos à cette décision d’exproprier ouvertement les Français du peu qu’il leur restait. En dépit des apparences, le principal objectif n’était pas de s’en prendre aux Français mais de contribuer à l’effort de guerre. Someruelos voulait récupérer les biens volés durant les troubles des 21 et 22 mars afin de les vendre et d’apporter le produit de cette vente à la cause de l’Indépendance.

  • 42  ANC, GSC. Leg. 482, Exp. 18659. N°76.

31Cette junte fut composée de trois personnes, chacune désignée par le Capitaine Général : deux Auditeurs de la Real Audiencia, José Antonio Ramos, Domingo Santibañez – lequel était de surcroît Auditeur de Guerre de La Havane – et Luis Hidalgo-Gato, membre d’une des plus illustres familles de la ville. Le 19 juin, ils ordonnèrent que sous trois jours, toutes les personnes étant encore en possession de biens pillés aux Français devaient aller les déclarer devant les autorités. De même ils conviaient les Français résidant dans la ville à communiquer un inventaire de leurs biens. Afin de lui donner une certaine solennité, cette décision de la junte fut “rendue publique au son de tambours et clairons, avec l’escorte d’une compagnie de grenadiers et d’un escadron de sergents”.42

Opposition interne

  • 43  Idem.
  • 44  José Antonio Ramos a Someruelos. La Havane, 26 juin 1809. ANC, Leg. 482, Exp. 18659. N°76.
  • 45  Aguilar à Ramos, Santibañez et Hidalgo-Gato. La Havane 10 octobre 1809. ANC, GSC. Leg. 482, Exp. 1 (...)

32Ce fut l’Intendant des Finances qui opposa le plus d’obstacles aux travaux de la nouvelle junte. Dès le départ, Juan de Aguilar émit des objections quant à ses véritables motifs et à la légalité de ses actes. Dans une lettre adressée à ses membres, il mit même en doute leur honnêteté : “…mais en vérité je ne comprends pas l’objectif d’une si laborieuse investigation, parce qu’il est évident qu’il s’agit seulement de réquisitionner et séquestrer”.43 Ses critiques relatives au traitement des Français provoquèrent l’ire du principal représentant de la Junte, José Antonio Ramos, qui se plaignit auprès Someruelos. Ramos, pour discréditer Aguilar, rapporta que ceui-ci considérait la Junte comme illégale, puisqu’il aurait indiqué  que “…que l’on se place, l’Intendance n’a aucun pouvoir, ni même en accord avec le gouvernement, d’intervenir dans les décisions prises par Votre Excellence”.44 Dès son projet de création, Aguilar avait donc essayé de saboter la junte : Une fois qu’elle fut en activité, il critiqua la décision de Someruelos d’utiliser le Fiscal de la Real Hacienda dans les réunions de cette assemblée, et quand il  fut requis pour donner les listes des Français en cours de “jugement”, il répondit que ces listes “n’indiquaient aucun bien appartenant aux français”.45

33Aguilar fit tout son possible pour gêner la Junte dans ses objectifs, et il semble qu’il y soit parvenu. En effet, les activités de la Junte de Représailles de La Havane durèrent à peine quatre mois, sans jamais pouvoir être comparées à celle de son modèle sévillan. Les attaques réitérées de l’intendant Aguilar et la position ambiguë du Capitaine Général ont contrecarré non seulement ses objectifs, mais jusqu’à son existence même.

Pour un bilan de l’action des deux juntes

  • 46  Comme dans la dénonciation faite contre M. Clairet, habitant de Güines, par un certain Fauri ANC, (...)

34Avec la création de la Junte de Représailles, deux institutions de La Havane étaient désormais chargées de traiter le cas des résidents français. Durant ce temps de coexistence, la Junte de Vigilance adopta des positions plus conciliatrices. Les délations contre les Français “impies” qui cachaient des biens devant être réquisitionnés se multiplièrent.  Même la Junte de Vigilance reçut certaines de ces lettres anonymes. On profita tellement de la conjoncture, que, lorsqu’il n’y avait rien à confisquer, on dénonçait les résidents français pour “leurs mauvaises coutumes et leurs opinions politiques.”46

35Les historiens (tels Pezuela, Calcagno, Pérez de la Riva, et bien d’autres), ont jusqu’à présent soulignéla protection prêtée aux Français par le Capitaine Général, marquis de Someruelos. Il n’y a pas à douter qu’à cause de son rang élevé et de son statut de militaire, Someruelos était obligé d’obéir aux ordres qu’on lui donnait d’Espagne. Ceci pourrait contribuer à l’exonérer de la décision d’instaurer des juntes de vigilance voire d’expulser les Français résidant à Cuba. Bien souvent il ne fut qu’un exécutant et, pour calmer la convulsion anti-française, il paya même de sa personne, au prix de certains risques. Someruelos protégea ainsi les Français lors des évènements des 21 et 22 mars. Plus encore, les excès de la Junte de Vigilance s’effectuèrent presque toujours sans son approbation.

  • 47  Francisco Calcagno, Diccionario Biográfico Cubano, La Havane. Págs. 187-188. Selon Calcagno la som (...)
  • 48  El Aviso de la Habana. 22 avril 1810. N° 205. Pág. 196. Ordre Supérieur.

36Sa correspondance, entre 1808 et 1810, nous montre toutefois un homme entièrement dévoué à la couronne de Castille et d’Aragon. Someruelos fut bien le seul instigateur de la création de la Junte de Représailles en juin 1809. Un an après, il ordonna au rédacteur du journal de la capitale El Aviso de la Habana, Tomás Agustín Cervantes, d’organiser une collecte “pour récompenser les dénonciateurs des agents de Bonaparte”.47 Une fois cet argent collecté, il invita à nouveau les “honnêtes gens” à dénoncer toute personne semblant être “un perfide agent de l’intrus José Bonaparte”.48 L’attitude ambiguë de Someruelos est perceptible dès les premières mesures anti-françaises. Pour  composer la Junte de Vigilance de La Havane, il choisit le polémique et richissime comte de Zaldívar, qui fut ans conteste l’ennemi le plus acharné des Français au sein de la Junte et le promoteur des mesures les plus répressives.

37Someruelos, contrairement à ce que nous a répété l’historiographie,  ne fut donc pas l’indéfectible protecteur des Français. Beaucoup plus décisif à cet égard fut le nouvel intendant des Finances, Juan de Aguilar, qui, dès qu’ il en eut l’occasion, fit tout ce qui était en son pouvoir pour alléger le sort des Français de Cuba.

Conclusion

38La Junte de Vigilance de La Havane, malgré son caractère nettement répressif, ne se transforma pas dans une entité hors de control.  Le comte de Santa María de Loreto, l’un de ses plus significatifs représentants, joua ainsi un rôle important dans la défense des Français, s’opposant constamment aux pressions du Comte de Zaldívar, l’agent de Someruelos, qui souhaitait intensifier le processus d’expulsion. La Junte limita son action à questionner les Français résidant dans sa zone, non sans les aider parfois à régler leurs affaires avant d’émigrer. Quelques uns de ses membres, comme Tomás de Sotolongo et Herrera, protégèrent même certains Français, Blancs et “de couleur”. Durant son existence, la Junte de Vigilance de La Havane interrogea environ 580 personnes, dont plus de la moitié furent bannis. Même si elle décida de cesser ses activités le 3 novembre 1809, les représailles contre les Français se poursuivirent à La Havane et ses alentours.  Quant à la Junte de Représailles, elle fut créée dans un seul but de répression. Ses membres, fonctionnaires de justice habitués à appliquer les mesures énergiques de la monarchie, avaient à cet égard une grande expérience. Mais la ferme opposition de l’Intendant Aguilar conduisit le Capitaine général Someruelos à la supprimer alors qu’elle fonctionnait à peine.

39L’expulsion des Français eut pour conséquences immédiates la diminution du nombre de maîtres d’œuvre et d’ouvriers dans les différents métiers de la capitale, et l’échec du premier essai d’industrie caféière dans l’ouest de l’île. Parmi les déportés, on comptait plusieurs propriétaires de plantations de café et d’haciendas et leurs employés, mais aussi des médecins, des bijoutiers, des forgerons, des ébénistes, des enseignants, des tailleurs, etc. Cette perte provoqua la diminution des activités commerciales de la cité et de son hinterland, et contribua à l’aggravation des pénuries observées depuis le commencement de l’invasion napoléonienne en Espagne.

  • 49  El Aviso de la Habana. 5 février 1809. N° 16. Pág. 62.

40Le 5 février 1809, El Aviso de La Habana avait justifié par avance les mesures qui allaient être prises tout en menaçant les Français: “cette truite a des épines capables de traverser jusqu’aux entrailles de toute votre parentèle”.49 Durant l’année 1809, d’une certaine manière, cette prévision s’accomplit: les épines de la truite traversèrent en effet les entrailles françaises, mais abîmèrent au passage les gorges cubaines, en affectant négativement l’économie de l’Île.

Haut de page

Notes

1  La Aurora. Edition spéciale. 7 janvier 1809. N° 557. Page 1.

2  Marquis de Someruelos, proclamation du 12 mars 1809. AHOHCH, AC. Livre 76, Folios 107-133v.

3  Idem

4  Cabildo du 9 mars 1809. Archivo Histórico de la Oficina del Historiador de la Ciudad de la Habana (AHOHCH), Actes du Cabildo (AC). Livre 76, Folios 81-81v.

5  Francisco Pérez de la Riva, El Café. Pág. 37.

6  Marquis de Someruelos, Proclama.

7  Idem

8  Someruelos à la municipalité de La Havane. La Havane, 15 mars 1809. AHOHCH, AC. Livre 76, Folios 106-106v.

9  Le comte de Zaldívar donna 20 000 pesos durant l’époque de la résistance anti-napoléonienne, en plus d’avoir donné à la cause son salaire de capitaine, et celui de ses trois fils, sous-lieutenants et cadets. Cf. : Rafael Nieto Cortadellas, Dignidades Nobiliarias Cubanas. Ediciones de Cultura Hispánica, Madrid, 1954.

10  Francisco Javier de Santa Cruz, comte de Mopox et Jaruco, Historia de las familias cubanas. Edit. Tomes 2, 4, et 5

11  Archivo Nacional de Cuba (ANC), Miscelánea de Libros (ML). Livre 2014. Folio 2.

12  Idem. Liste des Français  “jugés” par la junte de vigilance de La Havane. Fernández était de Bordeaux, et Garzán de Nantes.

13  Pérez de la Riva, El Café. Pág. 38. Jaccobo de la Pezuela, Diccionario, Tomo 3, Pág. 54.

14  Idem.

15  “Bando” dans le texte.

16  Marquis de Someruelos. Communiqué du 21 mars 1809. ANC, Asuntos Políticos (AP). Leg.210, Exp. 4. Someruelos compara les coupables des désordres à leurs prédécesseurs de la Métropole, qu’il n’hésita pas à qualifier de “ tigres et assassins errant  de par l’Espagne ”.

17  Idem

18  José Guerra y Garrido à Someruelos. La Havane, 22 mars 1809. ANC, Correspondance des Capitaines généraux (CCG). Leg. 82, Exp. 5.

19  Julián Fernández à Someruelos. Puente Nuevo, 23 mars 1809. ANC, CCG. Leg. 82, Exp. 5. Parmi la longue liste des affaires volées, on peut signaler la charrette elle même et sa paire de bœufs, un tableau de Nuestra Señora de los Dolores, des tabourets, des chaises, des moules de fer pour fabriquer des tuiles, un sabre, deux haches, des outils de travail, une bonne quantité de tuiles et de la vaisselle, et d’autres choses de peu de valeur.

20  Domingo Quintero a Juan de Aguilar. La Havane, 22 mars 1809. ANC, CCG. Leg. 82, exp. 6.

21  Marquis de Someruelos, Communiqué du 23 mars 1809, ANC, AP. Leg. 210, Exp. 4.

22  Someruelos à Aguilar. La Havane, 22 mars 1809; Francisco José de Albear à Aguilar. Matanzas, 24 mars 1809. ANC, CCG. Leg. 82, Exp. 5

23  Someruelos au sous-inspecteur par intérim des Brigades d’artillerie de La Havane. La Havane, 28 mars 1809. ANC, CCG. Leg. 82, Exp. 5.

24  Someruelos au sous-inspecteur par intérim des Brigades d’artillerie de La Havane. La Havane, 28 mars 1809. ANC, CCG. Leg. 82, Exp. 5.

25  José de Bally à la municipalité de La Havane. La Havane, 15 janvier 1808. AHOHCH, AC. Livre 75. Folio 29. Ce planteur havanais terrorisé devant la possibilité d’un soulèvement des esclaves dans l’Ile s’exclamait ainsi : “…les esclaves (qui sont de par leur constitution même nos cruels ennemis) sont beaucoup plus terribles que toute nation  civilisée qui tente de nous dominer. Elle n’y parviendra pas si avec énergie et fermeté nous lui résistons, mais les esclaves, ces vipères, dissimulées sous le doux son de la voix de la liberté, projetteront le plus cruel venin, car ce sont les bêtes les plus horribles ”.

26  L’Etat de siège fut levé définitivement lorsque fut publié le communiqué du 2 mai 1809. El Aviso de la Habana. 4 mai 1809. N°54. Page 216.

27  Someruelos a Aguilar. La Havane, 17 octobre 1809. ANC, CCG. Leg. 82, Exp. 13.

28  Someruelos au comte de Gibacoa. La Havane, 15 avril 1809. ANC, CCG. Leg. 82, Exp. 13.

29  Someruelos a Aguilar. La Havane, 24 mars 1809. ANC, CCG. Leg. 82, Exp. 5. 

30  Domingo Quintero a Aguilar. La Havane, 25 mars 1809. ANC, CCG. Leg. 82, Exp. 5.

31  ANC, ML. Livre 2014, Folio 5v.

32  Idem. Le comte de Loreto présenta quelques jours après la liste de 19 navires prêts à lever l’ancre à destination de l’Amérique du Nord ou de l’Angleterre, et il demanda la publication de ladite liste dans les papiers officiels de la ville, de telle sorte que les Français puissent choisir “selon leur goût”, et aient la possibilité d’embarquer pour  le port qui leur semblerait “plus commode”. Junte du 27 mars, Folio 6.

33  Idem. 5v.

34  Idem. Folio 7. Someruelos a la Junte de Vigilance. Reçue par la Junte le 29 mars 1808.

35  Aguilar a Someruelos. La Havane, 1er avril 1809. ANC, Leg. 82, Exp. 4.

36  ANC, ML, Livre 2014, Folio 16.

37  Idem. Folio 26v.

38  Idem. Folio 8.

39  Idem. Folio 12-12v.

40  Idem. Folio 21.

41  Idem. Folio 6.

42  ANC, GSC. Leg. 482, Exp. 18659. N°76.

43  Idem.

44  José Antonio Ramos a Someruelos. La Havane, 26 juin 1809. ANC, Leg. 482, Exp. 18659. N°76.

45  Aguilar à Ramos, Santibañez et Hidalgo-Gato. La Havane 10 octobre 1809. ANC, GSC. Leg. 482, Exp. 18659. N° 76.

46  Comme dans la dénonciation faite contre M. Clairet, habitant de Güines, par un certain Fauri ANC, ML, Livre 2014. Folio 41. La lettre anonyme fut lue dans la Junte du 18 juillet 1809.

47  Francisco Calcagno, Diccionario Biográfico Cubano, La Havane. Págs. 187-188. Selon Calcagno la somme récoltée par Cervantes atteignit le chiffre non négligeable de 35 455 pesos.

48  El Aviso de la Habana. 22 avril 1810. N° 205. Pág. 196. Ordre Supérieur.

49  El Aviso de la Habana. 5 février 1809. N° 16. Pág. 62.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Manuel Barcia, « Les « Epines de la Truite » », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Débats, mis en ligne le 17 mai 2008, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/33062 ; DOI : 10.4000/nuevomundo.33062

Haut de page

Auteur

Manuel Barcia

University of Leeds

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page