Navigation – Plan du site
Julien Welter

Entretien avec Fernando Solanas

[07/02/2005]

Texte intégral

Quel a été l’élément déclencheur qui vous a poussé à réaliser ce film ?

1La naissance d’un film est quelque chose de complexe. On peut toutefois dire que la chute du gouvernement de Fernando De La Rua en décembre 2001, à la suite des mouvements de contestation, et la tragédie sociale survenue en Argentine m’ont convaincu qu’il était nécessaire de bâtir une œuvre contre l’oubli. Ceux qui sont nés en 1990 ne connaissent aujourd’hui rien de ce qui a conduit à cette crise, et certaines personnes de mon âge n’ont déjà plus la mémoire de ce qui s’est passé durant cette décennie où Carlos Menem a présidé. Partout dans le monde on oublie. D’ailleurs, en France, personne ne se souvient que le président argentin a reçu un diplôme honorifique de la Sorbonne des mains du président de la république française en 1996. C’était dans tous les journaux et personne ne s’en souvient. Mon film est comme un livre d’histoire. J’y ai consigné des faits que j’ai cherché à relater le plus objectivement possible.

Le Voyage dépeignait déjà la même situation sociale, mais sous une forme onirique. Pourquoi la forme documentaire ?

2Dans Le Voyage, je décrivais des personnages pris dans les tourments de cette période. Surtout, je n’expliquais rien des évènements, c’était la conduite des personnages qui importait. Mémoire d’un saccage est une explication en même temps qu’une réflexion, sur le passé, car j’avais besoin de chercher à approfondir les causes de ce cauchemar. La division en chapitres, qui se retrouve dans Le Voyage et dans mes précédents films, a d’ailleurs plutôt ici vocation d’équilibre de l’émotion et du didactisme.

Les agressions invisibles de l’économie sont-elles plus difficiles à dénoncer que la violence dictatoriale ?

3Bien sûr. D’ailleurs ce sujet est tellement vaste et complexe que l’on aurait pu faire dix films de deux heures. J’avais trop de choses à dire. La macro corruption, que j’appelle mafiocratie, est une organisation qui a des plans économiques pour vider tout un pays de la plus grande partie de son argent. Et cette corruption ne s’arrête pas aux fonctionnaires puisqu’en Argentine, la justice, le parlement ont toujours été sous les ordres du pouvoir exécutif sans jamais être autonomes. Les grands experts d’audit et les banques internationales ont également été impliqués, puisque l’argent a été acheminé vers la City Bank, la Dresde Banque, le Crédit Suisse. Tout le monde était conscient de cette situation de corruption.

Est-ce lié au gouvernement Menem ou à un système économique en général ?

4Ce n’est pas quelque chose de propre à l’Argentine. Le dépôt de bilan d’Enron aux États-Unis est une affaire de faillite institutionnelle. Les exemples français pourraient être le Crédit Lyonnais, Vivendi ou Elf Aquitaine. Dans chaque pays européen, il existe des affaires liées à la manipulation des organismes de la république. Ces affaires de corruption et de macro corruption sont typiques de l’époque de la mondialisation.

Le silence de la classe moyenne a-t-elle facilité ces évènements ?

5Bien sûr. Une partie de la population a résisté mais, parce que la classe moyenne est la principale consommatrice, une autre s’est faite complice. Et quand en plus les moyens de communication de masse trompent la population, cela aboutit à un génocide social dont la classe moyenne a subi les conséquences.

Comment cette tragédie sociale a-t-elle pu se produire ?

6Il faut savoir que la mise en place de plans économiques, pour obtenir un énorme taux de profit, est préjudiciable au bien-être et aux droits sociaux du peuple. Les modifications imposées par le Fonds monétaire ont amené à changer les lois sociales en réduisant le budget de la santé et de l’éducation. Les privatisations ont créé une vague de chômeurs qui ont fini par perdre leur protection sociale. La conclusion a été que des gens sont morts de dénutrition ou de maladies soignables avec peu d’attention médicale. Le film dénonce cette agression invisible et quotidienne que l’on ne voit pas et qui produit beaucoup plus de victimes que la guerre. En Argentine, en silence, il y a 35 000 à 40 000 morts par an. Il faut en plus imaginer le nombre dans les autres pays d’Amérique du Sud, où les statistiques ne sont pas tenues. J’appelle cela un crime contre l’humanité en temps de paix.

Quels sont vos projets maintenant ?

7Actuellement je prépare Argentine latente, qui sera un complément de ce film. Il témoignera de la résistance sociale et de la lutte des gens contre le chômage, la pauvreté et la famine. Il parlera d’une décennie de luttes sociales plutôt que d’une décennie de corruption.

8Entretien réalisé par Julien Welter et paru le 28/09/04 sur www.ecran-large.com.

9Lire également dans nos pages la critique du film Mémoire d’un saccage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julien Welter, « Entretien avec Fernando Solanas », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Images en mouvement, 2005, mis en ligne le 07 février 2005, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/423

Haut de page

Auteur

Julien Welter

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page