Navigation – Plan du site
Débats | 2004
Sandra Pesavento

Crime, violence et sociétés urbaines :

Frontières de l’ordre et du désordre a la fin du xixeme siecle au sud du bresil.
[08/02/2005]

Entrées d’index

Géographique :

Brésil

Chronologique :

XIXe siècle
Haut de page

Texte intégral

1Finalement : qu’est-ce que la loi, si on veut bien laisser de côté les définitions classiques du monde judiciaire ? C’est, avant tout, la volonté humaine de donner des règles au monde, au social et aux individus. Créer des normes de coexistence harmonieuse, pourrait-on dire. Etablir des interdits afin d’éviter qu’il y ait violence. Empêcher les comportements indésirables et consacrer une société désirable, pourrait-on même ajouter.

2La loi résulte d’une volonté et d’un accord entre les hommes, ou, du moins, d’un accord établi entre ceux qui la font et qui établissent les frontières entre l’ordre et le désordre. Elle est donc le résultat d’une négociation entre ses auteurs confrontés à une question posée par la coexistence en société. Nous voulons analyser la question du vivre ensemble e de la gestion des conflits dans le cadre de la ville. La ville, espace défini et restreint, òu il y a la concentration de la population, l’inégal appropriation de l’espace, l’exposition de la différence et de l’inégalité sociale.

3Dans la mesure où elle est volonté et détermination, la loi prend la forme objective de la normativité appliquée à la vie ou au contrôle social, qui présupposent une représentation de la société désirable. En un mot : la loi dispose, interdit et concède en s’appuyant sur des principes que les hommes établissent pour eux à travers l’histoire. En ville, il s’agit de la construction des identités urbaines, qu’établissent les frontières entre le monde des citoyens et le monde des exclus.

4L’histoire, comme nous le savons, est pour sa part, entre autres choses, une succession de représentations du monde socialement construites. Ainsi donc nous pouvons affirmer que les hommes construisent le sens de la réalité à partir de paramètres imaginaires, où la formulation des lois est une des formes d’action.

5Par conséquent, la justice et le droit, qui traitent de la loi et de son application, impliquent  l’institution de pratiques et de savoirs qui, toujours historicisées, participent au processus à travers lequel un sens est donné au monde. En définissant ce qui est permis et interdit, en établissant les paramètres de la moralité et du bien vivre, du comportement licite et prohibé, de la norme et la transgression, les lois, et par extension le délit, donnent une forme au social d’après des représentations paradigmatiques. L’analyse des faits transgressifs nous livre donc la notion de ce que serait la norme désirée.

6Par ailleurs, dans le lexique du discours sur la ville qui délimite le monde de la transgression,  il est toujours possible de découvrir des acteurs et des pratiques interdits, dans la mesure où le vocabulaire qui les désigne, de même que les actions répréhensibles qu’il s’agit d’interdire, nous conduisent à récupérer d’autres normes, valeurs, obligations et procédures, aussi fréquentes que celles du monde licite.

7Mais en plus, c’est ce langage qui définit ce qui est dedans et ce qui est dehors, qui énonce, délimite et classe l’inclusion et l’exclusion, qui oriente le regard et conforme le comportement. De telles représentations sociales, formulées par le discours qui met en place espaces, acteurs et pratiques, n’est pas simplement le fruit des agents de contrôle de la ville ou des gestionnaires municipaux.

8Il y a sans doute un langage élaboré et technique de l’élite, mais il est en fait interchangeable avec celui de la population (du peuple). Celle-ci reconnait a priori qui sont des citoyens mais leir concept de l’ ordre est différent. Pour les citoyens, le monde des exclus apparaît comme un pur désordre dans lequel ils ne voient aucune logique de comportement ou de valeurs.

9Toutefois, de la même façon qu’il n’est pas possible de penser des frontières bien définies entre la culture populaire et celle de l’élite, de la même façon on doit constater la fragilité des frontières entre le monde de l’ordre et celui du non-ordre, de la ville des citoyens et de celle des exclus. Certains passent de l’une à l’ autre et deviennent indiscernables au regard de ce que la loi citoyenne condamne.

10Essayons d’analyser ces frontières mobiles de l’ordre et du désordre sur l’exemple de la ville de Porto Alegre, capitale de l’Etat du Rio Grande do Sul, le plus au sud du pays, à la fin du XIXè siècle, aux premières années de la république qui venait d’être proclamée. Le moment est très riche pour l’analyse, parce que un processus est en marche : de la fin de l’esclavage à l’ instalation de la république, la citoyenneté est en construction, sans que l’héritage du passé coloniale –le probléme de la terre et de l’insertion des noirs dans la nouvelle societé – soit résolue.

11Si on en juge d’après les comptes-rendus de la presse locale, il semble véritablement que le péché avait élu domicile dans chaque demeure et que le crime fleurissait à chaque coin de rue... Il faut toutefois établir des corrélations entre les différentes sources disponibles et analyser les informations qu’elles contiennent éventuellement.

12Le langage varie également de façon significative. Le journal esthétise le fait, autrement dit il réorganise ce qu’il met en forme de récit, articule les éléments narratifs, exprime un jugement de valeur. On pourrait dire que le journal informe « littérairement » sur ce qui s’est passé. Il parvient ainsi à orienter l’opinion à travers la plume du journaliste, lequel, pour sa part, confronte sa sensibilité à l’horizon d’attente de son journal. Il se produit ainsi une superposition de sens dans un récit de ce qui se présente comme une histoire vraie et que, surtout, est une marchandise à vendre.

13De son côté la documentation policière est plus réglée ; il existe même des formules toutes faites d’enregistrement des faits mais, même dans ce cas, les sources se révèlent au chercheur extrêmement riches et polyphoniques. Les sources policières indiquent l’ambiance dans laquelle les faits se sont déroulés, elles précisent si les faits ont été enregistrés au poste de police, par dénonciation oui en flagrant délit. Elles restituent les plaintes déposées, les déclarations des victimes, des agresseurs et des témoins. Evidemment ces témoignages sont influencés et filtrés du fait de la présence de l’autorité et de la gravité du moment, mais les divergences entre les dépositions ainsi que les registres langagiers utilisés permettent de pénétrer dans les formes de sensibilité et de sociabilité de l’époque à laquelle ces dépositions ont été faites.

14Une fois le procès criminel ouvert, durant le jugement de l’accusé, nous disposons d’une nouvelle occasion de croiser nos sources. Les dépositions sont plus longues, des versions diverses du même fait sont exposées et il est possible de suivre de plus près l’intervention directe de la justice, avec ses raisons propres et ses justifications théoriques, en dialogue avec les grandes figures de l’ époque, dont ils avaient lu les oeuvres.

15Dans les archives de police et les procès criminels, nous trouvons la présence de la rumeur. Ces qui se présentent pour témoigner n’ étaient pas présentes au moment de l’ incident, mais racontent : je n’ai pas vu, mais j’ ai entendu dire que...je n’ était pas là, mais on m’ a raconté que... tous affirment que...Donc, il y a des versions sur l’ événement que n’ ont pas d’auteur, mais qu’on raconte, et les agents de la police et de la justice prennent en compte dans le procès.

16On pourra encore rajoutter à ces sources les mémoires, les chroniques que racontent les choses du passé et ce qu’a été retenu par l’imaginaire social dans la ville.

17Il n’est toutefois pas toujours possible de suivre une affaire qui a été rapportée dans les journaux et qui sera poursuivie au plan policier et judiciaire. On constate des lacunes, des silences, des absences. Certaines affaires qui sont mises en évidence dans les journaux n’apparaissent pas dans les rapports de police. Parfois, un crime plein de promesses ou une affaire scandaleuse ne sont même pas notés sur la main-courante policière. Ont-ils disparu ? En tout cas on n’en trouve pas trace. Parfois à l’inverse, on trouve de volumineux comptes rendus d’audience judiciaire sur des faits à propos desquels la police et la presse sont restées muettes.

18Retracer les crimes et la violence urbaine ressemble donc à un véritable patchwork. Tout historien sait que de telles discontinuités sont inévitables, et que souvent elles ont des causes très simples : le détournement de documents, leur retrait pour des raisons de préservation voire d’autres raisons encore qu’on ignorera toujours. Et puisque la méthode de construction du récit historique se présente comme un nouveau montage, c’est sur les bases de ce casse-tête que pourront être édifiées les explications, à travers la mise en relation des documents, leur correspondances, leur juxtaposition et leurs contrastes.

19Entre les preuves – les traces d’ historicité trouvés dans les archives – et l’ imagination créatrice de l’ historien (le côté fiction de son écriture, pourquoi pas ?), se construit le récit historique...

20C’est donc par ces chemins que nous nous aventurons à la recherche des représentations élaborées sur le crime dans l’ancien Porto Alegre à la fin du siècle, alors qu’une élite éclairée et pleine de révérence à l’égard de la science a pris le contrôle du pouvoir avec l’instauration de la République en 1889.

21Porto Alegre était le siège d’un gouvernement inspiré par le positivisme dans les affaires politiques et administratives. L’élite dirigeante, constituées de jeunes bacheliers, se proposait de réaliser un programme de rationalisation de la production afin d’atteindre rapidement un progrès économique lié à la consolidation et à l’organisation de l’ordre social établi. L’un des prémisses de ce programme consistait à réguler, discipliner, contrôler, surveiller punir et exclure les individus qui enfreignaient l’ordre, les conduites déviantes et les espaces mal famés de la ville.

22En d’autres termes, il fallait établir des frontières entre le monde de l’ordre et celui du désordre, définir par des mots et des actes la sphère de la citoyenneté et celle de l’exclusion. A cet effet, il était essentiel d’éliminer ceux qui s’exprimaient et agissaient en dehors des cadres de ce qui passait pour la normalité désirable. En d’ autres mots, la ville souhaitable demandait la supression ou le combat contre la ville des autres, les non-citoyens.

23Les sauvages de la ville, les barbares urbains avaient un profil précis : si on en croit le registre des condamnations de la Maison de correction de Porto Alegre,le criminel type était de sexe masculin, célibataire, de taille moyenne (I,50 m ( !), métis, analphabète, entre 20 et 30 ans, travailleur journalier, ce qui équivaut à dire qu’il n’a pas de profession définie. Il a commis un homicide, à l’arme blanche : poignard, couteau, dague, épée.

24Dans l’imaginaire social de la fin du siècle dans le sud brésilien, des individus dangereux de ce type étaient avant tout des métis ou des nègres, toujours définis comme vagabonds sans travail aux instincts dépravés. Ce portrait type entrait en contradiction a priori avec les projets de l’élite éclairée et scientiste qui aspirait à contrôler une ville belle, hygiénique, bien ordonnée et blanche.

25Le lexique qui, à l’époque, établit la frontière entre citoyenneté et exclusion, définissait comme turbulent ou agité celui qui causait désordre et tumulte parce qu’il avait trop bu ou parce qu’il se querellait, provoquait les autres de la voix ou du geste, et ce jusqu’à provoquer des blessures légères. S’agissant d’individus sans métier ni revenu, leurs délits pouvaient être de simples algarades, tapages et beuveries dans la rue, mais pouvaient dégénérer en crimes de sang et en vols. Celui qu’on désigne comme turbulent est davantage qu’un voyou ou un truand, il peut être un assassin ou un criminel grave.

26Dans notre parcours, pour rencontrer les turbulents, nous avons fait une espèce de carte géographique du crime.

27Ce parcours commence dans les rues de la ville, dans cet espace conflictuel public, espace partagé par tous. C’est dans la rue, cet espace publique partagé par tous, et òu se croisent les différents personnages de la ville, criminels et victimes, agresseurs et agressés, que s’affrontent et se révèlent les différences. C ’est là que se modèlent les registres langagiers qui désignent l’ "autre ". C’est dans les rues de la ville aussi que se manifestent les comportements décents, conformes à la morale, à l’esthétique, à la santé et à la justice de sorte que c’est encore dans cette même rue que se révèle le caractère déviant de certains comportements.

28Mais il y a rue et rue, comme chacun sait. Il y a des rues qui, bien que par définition appartenant à l’espace public, deviennent privées par l’usage qu’en font leurs usagers : c’est le cas venelles et impasses. On pourrait aussi tourner la chose à l’inverse : dans ces rues, c’est le privé qui devient public sous l’effet de la pratique des usagers. Le public et le privé en arrivent parfois à se superposer l’un à l’autre, voire à coexister.

29Les espaces construits de la socialité déviante, les bordels, les immeubles à bon marché les guinguettes et les maisons de jeu étaient une espèce de lieux maudits , considérés toujours noyau de tous les crimes possibles.

30C’est donc dans les rue, les places et les impasses, sur la voie dite publique, et aussi dans les lieux mal famés  que l’on enregistrait la plus grande partie de ces pratiques interdites par le code municipal de bon comportement et par le code pénal.

31La plus grande partie des affaires révélées dans la presse de la capitale se référaient au 1erdistrict, la zone centrale, plus populeuse et où se manifestait le plus les écarts sociaux. C’était ce centre que l’on ressentait comme la ville véritable, là où était son centre qui avait par deux fois été entouré de murailles. C’est dans cet espace où les rues principales se croisaient avec les petites venelles que se constitua un espace de rencontre et de voisinage des inégalités sociales. Très peuplé, ce premier arrondissement réunissait le plus grand nombre des affaires policières.

32Les 2è et 3è district, qui faisaient aussi partie de la zone urbaine de l’époque, là où se trouvaient les faubourgs et les terrains encore vagues, enregistraient aussi un nombre important de contraventions, mais pas autant que dans le 1er district où il est presque possible de dessiner une sorte de géographie du crime et de la violence.

33En poursuivant notre chemin,  on arrive aux mauvais quartiers, espèce de ceinture noir autour de la ville, caractérisée par leurs habitants issus de l’esclavage : la Colonie Africaine (Colônia Africana) et l’Aire de la Baronne (Areal da Baronesa), zones criminelles par excellence, selon les journaux.

34En poursuivant notre chemin, à la poursuite des turbulents, on arrive à la police. Les informations qui enregistrent les détentions au premier poste de police du 1er district comptent d’abord ce qu’on peut appeler les désordres, suivis par les cas d’ébriété, les offenses à la morale publique (qu’on sont peut-être des injures et des gros mots) et les blessures légères mais c’est aussi dans les rues et dans les maisons que se passent les blessures graves, les vols et les assassinats. De l’espace public au privé, la ville semble exploser en actes répréhensibles qui vont du simple délit au crime.

35Dans le registre de police, la mention de la couleur est chargée de connotations péjoratives qui marquent le coupable : le nègre Antonio, la mulâtre Belinha, Manuel le créole, José le basané. Ce qui veut dire que la représentation du crime obéit aux stréréotypes valorisés par une société à peine sortie de l’esclavage et qui stigmatise (dévalorise) le métis et le nègre.

36De la Police au Tribunal de la Justice, les procès racontent plusieurs versions venues du monde du désordre, mais c’ est l’ intervention de l’ élite savante – les juges, les avocats – que l’ accusé sera mis en prison ou en liberté. À la Maison d’arrêt (Casa de Correção) de Porto Alegre, on rencontre, finalement, l’ exclusion du social des turbulents. Toutefois la Maison d’arrêt était, en réalité, le point final d’un parcours plus large dans le monde des exclus, qu’avait commencé dans la voie publique.

37Mais les frontières entre les deux mondes, des citoyens et des exclus, n’était pas infranchissable, et ce que nous voulons c’est juste trouver les points de rupture, òu la frontière établie entre l’ordre et désordre s’efface.

38Un premier point peut être trouvé dans la confrontation entre la théorie et la pratique dans le domaine des savoirs. Dans le cas échéant, il s’agissait de l’application des concepts d’une nouvelles science pour l’identification du type criminel.

39La posture scientifique de l’époque, qui correspond aux  théories de l’anthropologie criminelle de la fin du siècle, était partagée entre deux positions : celle du célèbre italien Cesare Lombroso, qui affirmait que l’individu est criminel de naissance, et que son apparence extérieure révélait à travers ses traits visibles son fond condamnable et celle du français Alexandre Lacassagne, pour qui c’était le milieu social qui faisait le criminel. A la Maison d’arrêt de Porto Alegre, le Docteur Sebastien Leão, médecin bien connu, réalisait , à la tête du Laboratoire d’Anthropologie Criminelle inauguré en 1897 des études minutieuses sur les détenus.

40Existe-t-il vraiment un « homo criminalis » ?Afin de répondre à cette question, il organisa un Album Photographique dans lequel il analysait, enregistrait, cataloguait et comparait les traits physionomiques des prisonniers. Après un examen attentif auquel les nègres posaient des problèmes dans la mesure où ils n’entraient pas dans les paramètres proposés par Lombroso, le scrupuleux Docteur Leão conclut en faveur des thèses du français Lacassagne : c’était le milieu qui favorisait le crime, admit le Docteur, ce qui justifiait de prendre des mesures de contrôle social et d’intervention et ouvrait la possibilité de récupération des déviants par le biais de l’ordre.

41L’imaginaire social désignait le nègre et le métis comme des criminels potentiels, des dégénérés appartenant au plan le plus bas de l’évolution humaine. Toutefois, après analyse des prisonniers et des délits commis, le Docteur Leão était contraint de reconnaître que les blancs – allemands, italiens, portugais, polonais, espagnols -étaient capables de commettre des crimes plus cruels, raffinés et prémédités...

42Sur le terrain de la confrontation entre théorie et pratique dans le domaine du crime et des désordres sociaux, une frontière avait été rompue, qui était raciale et ethnique.

43Un deuxième point de rupture se trouve par le croisement des sources sur la carte de la ville. En parcourant la liste des infractions et des crimes on constate de quelle manière espaces, pratiques et acteurs se superposent. Comme en un palimpseste, la ville « bonne » s’interpénètre avec la ville « mauvaise », les lieux réputés bons se révèlent aussi aptes à être le théâtre du crime, devenant à leur tour des mauvais lieux. Une ville qui pénètre l’autre, se superpose à elle et impose, à travers cette géographie de la criminalité, une autre réalité qui met au défi la ville sage et ordonnée des bons citoyens.

44Il est certain que ces ruelles se situaient à proximité des rues principales de Porto Alegre, enclavés dans le coeur de la ville, définissant les espaces « chauds » et le terrain fertile de la criminalité. Sans doute, il y avait un point de convergence au lieu-dit fameux du Beco do Poço. Mecque de la prostitution, réduit où se retrouvent les bordels et les bars, dans lesquels le jeu et l’alcool régnaient et dégénéraient en scènes licencieuses et scandaleuses, en rixes a sopapos et à main armée, conduisant parfois jusqu’aux assassinats.

45Cependant, les faits rapportés dans les journaux et à la police attestent que les pratiques criminelles se développaient dans tout le territoire urbain et attestent d’une géographie du crime bien plus large que celle qui se circonscrit aux ruelles et à la zone nègre de Porto Alegre. Même la rue de la Plage (Rua da Praia), si centrale ou encore la vieille ville où étaient réunies les demeures aristocratiques, étaient le théâtre d’actes criminels. Dans la mesure où ces espaces finissaient par se superposer, le territoire de la ville ne constituait plus une frontière entre le monde de l’ordre et celui du désordre. En outre, les sources se contredisent : si les journaux parlent souvent de la Colônia Africana comme la Cour du Crime, ou du Arraial da Baronesa comme la moderne Calabre, les documents de la police et les procès criminels ne le confirment pas. Donc, les désordres était par tout dans la ville, sans frontières nettes, sauf celles des réprésentations construites sur les préjugés par rapport à la couleur et la situation de pauvreté.

46Un autre point de rupture se revève dans la pratique sociale des acteurs, entre les agents de l’ordre et les turbulents.

47Une lecture attentive des journaux fait apparaître que ceux-là mêmes qui devaient le plus soutenir l’ordre se retrouvent souvent impliqués dans toutes sortes de crimes et de violences et de manques de respects flagrants à la loi.

48La récurrence des informations policières dans les journaux pourrait être le signe d’une insuffisance de personnel de maintien de l’ordre en ville mais aussi être le signe d’un déréglement interne de la police elle-même qui se mêlait et se compromettait avec des voleurs, des vagabonds et des prostituées, finissant par participer eux-mêmes à la production du désordre.

49Aux yeux de habitants, les  turbulents n’étaient pas les seuls suspects : la police en faisait partie. Ceux qui devaient contrôler le désordre nécessitaient eux aussi un contrôle. On pouvait même souvent les confondre avec les fauteurs de désordre. Face à la violence urbaine, à l’insolence du crime, à l’incivilité des chômeurs et des

50turbulents , que faisaient la police ? Elle fréquentait les mêmes lieux, partageait les mêmes comportements, se mélangeait avec les figures de ce monde marginal.

51Se dessinait ainsi une nouvelle frontière q’est rompue : si les gardes et les soldats volent, manient le couteau et l’épée, assassinent ou boivent de l’alcool dans des tavernes avec les bandits et les prostituées, qu’est-ce qui sépare ces personnages dans l’espace urbain ? Le peuple, qui les ridiculisait, les appelaient les « rats blancs » et les soldats les « chauves souris » par allusion à leurs uniformes, sobriquets qui étaient à leur tour occasion de nouvelles rixes dans les rues. En conséquence, si la frontière entre agents de l’ordre et fomenteurs de désordre était souténue par les normes établies, les agents de la loi passaient d’un bord à l’autre sans plus de difficulté.

52Une autre méthode pour établir la limite entre le monde de l’ordre et celui du désordre consiste à suivre le lexique évoquant le définition du citoyen et de l’individu. Qu’est-ce qu’un citoyen ? C’est celui qui paye l’impôt, qui obéit à la loi, qui vote, qui est propriétaire ou paye un loyer, ayant de ce fait un « domicile fixe » et un métier avéré. En général, ce sont toujours les citoyens qui sont victimes d’agression, ceux aussi qui déposent plainte auprès des autorités et dénoncent les infractions et les crimes commis par les individus.

53Les individus, eux, sont des suspects, du fait de leur apparence, de leurs vêtements ou parce qu’ils fréquentent certains lieux malfamés. D’une manière générales, les individus volent, sont ivres, provoquent des troubles et finissent en prison pour des crimes, légers ou plus graves, impliquant blessures ou même mort d’homme.

54En principe donc, ce sont ces individus  qu’on met en prison de manière préventive. Souvent ils ne sont pas identifiés avec leur nom complet mais par son prénom, suivi des désignations approximatives telles que «  Untel », « Un certain », « je ne sais quoi » ou même simplement « le créole ». Parfois, ils sont només par um petit nom : « Grand nez », « Mal Fini ».

55L’indétermination de l’identité relevée indique clairement le déclassement social et la condition d’exclu. Un seul attribut revient avec précision : les individus ainsi nommés sont potentiellement des agresseurs, des fauteurs de trouble, des voyous, des criminels. Dans le même esprit de stigmatisation doivent être classées les références à la couleur de peau liée à l’indétermination de l’identité ou à une contravention :La négresse Idalina Untel a été incarcérée pour avoir volé (…) 1, etc etc.

56Les « individus » sont simplement des gens, sans importance donc, connus par leur seul prénom, identifiés par la caractéristique de leur couleur de peau, qui ne pénètrent dans la sphère publique qu’à la faveur de désordres et de contraventions.

57Pour les « individus », les « citoyens » sont bien reconnaissables. C’est ainsi qu’un journal de l’époque relate qu’un « individu », -un nègre à peine libéré des chaînes de l’esclavage-, interpelle sa victime au moment de l’attaquer avec un couteau : « Citoyen !, halte là ! »2

58En ces temps de République nouvellement établie, cette interpellation était courrante : la citoyenneté n’était pas pour tous ce que comprenaient parfaitement ceux qui en étaient exclus. Il est remarquable de noter qu’à l’heure de l’agression même, l’agresseur invoque sa victime en faisant usage d’un distinguo social qui l’exclut lui-même.

59En général, les « citoyens » sont ceux qui sont attaqués et menacés par la violence des rues ; il arrive cependant qu’ils aillent eux aussi à contre-sens de l’ordre. Les « citoyens », même quand ils appartiennent aux familles les meilleures et les plus en vue peuvent, eux aussi, être cause d’agressions et de désordre dans la ville. On trouve ainsi des informations dans les journaux rapportant que des citoyens », qui étaient en discussion, en étaient venus aux mains, dans la rue ou dans des cafés, rixes qui dégénéraient parfois en coups de feu, d’épée ou de bâton. Des « citoyens » apparaissent également dans la page des fats-divers pour viol de mineurs, comme instigateurs de rixes maniant la cravache et le poignard, qu’on retrouve dans des bordels et des tavernes où un vrai « citoyen » ne devrait pas se montrer.

60Parfois, dans ces comptes-rendus sur les désordres urbains, le mot « citoyen » est remplacé dans les registres de la police par celui de « senhor »  « Monsieur ». La manière dont ces personnes sont traitées indique bien qu’elles occupent un statut social élevé et jouissent d’uinjcertain prestige en ville, même s’ils se trouvent du côté du désordre.

61On voit ainsi un journal informer que deux « Messieur » avaient échangé des coups de feu dans une des rues principales de la ville et que ce même journal rapporte que le créole Zeca Untel a tiré sur un certain mutâtre nommé Tonico, on se trouve en face d’un même acte de violence urbaine que distinguent cependant des frontières appartenant au plan symbolique. Les Messieurs fauteurs de trouble étaient sans doute des propriétaires qui, même pris en flagrant délit, auront payé une amende et seront restés libres tandis que les « individus », dont on signale qu’ils sont « de couleur » (non blancs) auront sans doute passé en prison quelques jours au minimum.

62La rigueur de la loi s’applique aux exclus, une loi construite sur l’exemplarité des châtiments imposés à ceux qui ont osé enfreindre les règles de l’ordre public. Dès lors qu’un « citoyen » se retrouve en infraction, la loi corrige ses excès, allant jusqu’à inverses la situation : un Monsieur de 40 ans, marié et en bonne situation sociale, fut dénoncé par une pauvre veuve dont il avait séduit et violé la fille de 14 ans. On trouva des témoignages : il n’avait pas été le premier, la gamine se prostituait déjà depuis des années etc etc. Des frontières s’élevaient, magiquement, pour défendre ce maître de la ville, circonscrivant les exclus dans le monde de la contravention, monde non-citoyen, de telle sorte que l’avenir de la gamine ne pouvait désormais être que le bordel.

63Donc, aux niveau des pratiques sociales et d’ aller dans le contre-sens de la loi et de l’ordre désirable, cityens et indivudus se rencontraient.

64Le monde de la citoyenneté et de l’exclusion, sous le rapport de la violence et du désordre, ont encore un point de rencontre. Entre les années 1893 et 1895, le Rio Grande do Sul a été secoué par une révolution dans laquelle s’opposaient les républicains, détenteurs du pouvoir, et ceux qu’on appelait les fédéralistes, ou maragatos, membres de l’ancienne élite qui avait été évincée à la suite de la proclamation de la république. Cette révolution, connue sous le nom de révolution des égorgeurs, fut marquée par des atrocités et une barbarie sauvages. D’un côté comme de l’autre, on s’ennorgueillissait d’avoir tué son ennemi  au couteau, en lui coupant la gorge. Sur le champ de bataille, cette sinistre pratique était fréquente exhibant la violence dans les pratiques sociales de personnes appartenant aux couches sociales les plus basses mais sous le commandement des élites rivales. Au point que les nouvelles qui se rapportaient à cette barbarie étaient censurées dans les pages des journaux de la ville.

65Sur ce sujet, nous rencontrons encore un point où viennent se diluer les limites entre le monde de l’ordre et celui du désordre tel qu’on peut le considérer sous l’angle urbain : cette violence, présente au quotidien dans les rapports sociaux urbains entretient des rapports avec une autre violence disséminée dans tout l’état.

66Quelles en sont les raisons ? Peut-être peut-on invoquer à propos de cette violence, disons, historique, la formation même du Rio Grande do Sul, unique zone frontière sensible en Amérique du Sud avec la couronne espagnole. En cette zone frontière, la conquête de la terre et des troupeaux s’est toujours faite les armes à la main. Des troupes irrégulières, véritables bandes armées, ont toujours servi en terre gaucha au renforcement de la frontière sud, établissement les bases d’une société militarisée et fondée sur des modes de commandement autoritaires. Les valeurs réputées « mâles », - force, courage, bravoure au combat – même lorsqu’elles sont associées à la discipline et à l’obéissance, peuvent dégénérer en actes de violence dans les relations sociales. Il faut noter que la « philosophie » de la tête coupée ( ou la philosophie des égorgeurs) visait à infliger à l’ennemi, même s’il s’agissait d’un guerrier, une mort ignominieuse : comme les animaux, sous le couteau et non les armes à la main.

67Même en ville, certains détails rapportés par les journaux permettent d’évaluer cette violence quotidienne qui impliquait fréquemment, et comme spontanément, l’usage des armes. Il semble bien que tous, « turbulents » ou citoyens se promenaient dans les rues toujours armés, même si on sait que cela était interdit. Le tableau qui se dessine donc est celui d’une ville où les dispositions légales et la pratique individuelle ne coïncidaient pas vraiment.

68Si le port d’arme était interdit, comment expliquer que dans presque tous les rapports de police on voit sortir dagues, poignards et couteaux comme des arguments dans la discussion ! A la moindre invective, celui qui était offensé se saisissait immédiatement de l’arme qu’il portait sur lui, blessant son agresseur.

69Un geste déplacé, une parole de trop, un sens ambigu dégénéraient en un conflit et un drame. Le passage de l’offense et de l’injure à l’usage des armes était chose aisée et on établissait des différences entre les types d’armes : les « citoyens » utilisaient les cannes-épées, poignards et revolvers et les « individus » des couteaux, cran d’arrêt, stylets ou morceaux de bois. L’usage des armes était tellement répandu qu’on retrouve même des enfants dans les informations fournies par les journaux, victimes d’un coup de révolver en jouant avec l’arme de leur père.

70Une fois encore on voit comment se diluent les frontières entre les mondes de l’ordre et du désordre dans la ville de Porto Alegre à la fin du XIXème siècle. Si les inégalités sociales et l’inégale appropriation du sol permettait la construction de représentations identitaires urbaines bien tranchées dans lesquelles les mondes des citoyens et des exclus étaient clairement opposés, au plan des relations sociales en revanche les comportements violents se répandaient dans l’espace urbain, par dessus les frontières, disséminés et partagés par tous.

Haut de page

Bibliographie

Kersting, Eduardo. Negros e modernidade urbana em Porto Alegre.: a Colônia Africana (1890
­1920).
Porto Alegre, UFRGS, 1998, Dissertação de mestrado, PPG-História, UFRGS.
Mauch, Cláudia. Ordem pública e moralidade: imprensa e policiamento urbano na Porto Alegre da década de 1890. Porto Alegre, UFRGS, 1992, Dissertação de Mestrado, PPG-História, UFRGS.
Moreira, Paulo Roberto. Entre o deboche e a rapina: os cenários sociais da criminalidade em
Porto Alegre (1868-1888),
Porto Alegre, UFRGS, 1993, Dissertação de Mestrado, PPG-
História/UFRGS.
Moreira, Paulo Roberto Staudt. Os cativos e os homens de bem. Experiências negras no espaço urbano. Porto Alegre, EST, 2003.
Pesavento, Sandra Jatahy. A emergência dos subalternos. Porto Alegre, Editora da Universidade,1989.
Pesavento, Sandra Jatahy. Os pobres da cidade. Porto Alegre, Editora da Universidade, 1994.
Pesavento, Sandra Jatahy. Uma outra cidade: o mundo dos excluídos no final do século XIX. São Paulo, Editora Nacional, 2001.
Pesavento, Sandra Jatahy. Visões do cárcere. Porto Alegre, Jeweb Editora Digital, 2003.
Pesavento, Sandra Jatahy. "Era uma vez um beco. Origens de um mau lugar". in: Bresciani, Maria Stella. Org. Palavras da cidade, Porto Alegre, Editora da Universidade, 2001.
Pesavento, Sandra Jatahy. "Lugares malditos: a cidade do outro no sul brasileiro".
Revista Brasileira de História, v.19, nº 37m p. 199-216, 1999.

Haut de page

Notes

1 Mercantil, 17 dec.1897

2 Correio do povo 8 jan. 1898

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sandra Pesavento, « Crime, violence et sociétés urbaines : », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Débats, mis en ligne le 08 février 2005, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/498 ; DOI : 10.4000/nuevomundo.498

Haut de page

Auteur

Sandra Pesavento

Professeur à l’Université Fédérale du Rio Grande do Sul, Brasil

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page