Navigation – Plan du site
Ethnicité, Multiculturalisme et globalisation – Discussions autour de El regreso de lo indígena (Valérie Robin Azevedo et Carmen Salazar, coord.)
Guillaume Boccara

Cet obscur objet du désir … multiculturel (I) : Pouvoir et Différence1

[11/06/2010]

Résumés

L’ouvrage collectif El Regreso de lo Indígena se propose d’aborder les problèmes théoriques et pratiques liés à la mise en place du multiculturalisme en Amérique latine au cours des 20 dernières années. Partant d’une lecture critique de certains des articles qui composent ce recueil, nous développons une réflexion sur les liens entre multiculturalisme et néolibéralisme, reconfiguration de l’Etat et gestion de la différence ainsi que sur les tensions entre particularisme et universalisme. Nous nous interrogeons sur l’émergence de nouvelles identités politiques de caractère ethnique et les ethnogenèses contemporaines tout en les réinscrivant dans le contexte plus global de construction d‘un « indien écologiste » et du nouveau culte à la diversité culturelle promu par les agents de la globalisation néolibérale. A partir de l’analyse du cas latino-américain, nous examinons les liens entre capitalisme, ethnicité, nationalisme, racialisation et construction de l’Etat à l’aube du troisième millénaire. Ce faisant, nous posons la question du statut et du rôle de la recherche anthropologique dans ce contexte d’ethnification des relations sociales, de politisation de la culture et de diffusion d’une culture néolibérale

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Mes sincères remerciements à Anath Ariel de Vidas, Carmen Bernand, Maité Boullosa, Christophe Giudi (...)

Bio-Bio en una represa, Eduardo RAPIMAN, 2000

« C’est le fait de la diversité qui doit être sauvé, non le contenu historique que chaque époque lui a donné et qu’aucune ne saurait perpétuer au-delà d’elle-même. La diversité des cultures humaines est derrière nous, autour de nous et devant nous. La seule exigence que nous puissions faire valoir à son endroit est qu’elle se réalise sous des formes dont chacune soit une contribution à la plus grande générosité des autres. 

Claude Lévi-Strauss (Race et Histoire, 1952)

«All our scientific advancements, our fancy machines,

the Mayan saw this coming thousands of years ago! »

A Scientist (2012, Roland Emmerich, 2009)

«We will tell the Sky People that they can’t take whatever they want.

This is our land! »

Avatar de Jake Sully (Avatar, James Cameron, 2009)

Préambule : Identité et Différence dans la Free Market Democracy

  • 2 We are called partners, because it’s not just a job, it’s our passion. Together, we embrace divers (...)

1El Retorno del Indio, la Reemergencia Indígena, The Return of the Native, … En « googlant », comme disent les Anglo-saxons, ces expressions sur internet, on prend la mesure du consensus pour affirmer que « les Indiens » sont de retour, qu’ils sont « sortis de leurs réserves » et qu’ils constituent des « acteurs » incontournables des scènes publiques et politiques latino-américaines et globales contemporaines. De même, lorsque l’on « google » les vocables « Multiculturalisme », « Interculturel », « Pluriculturel », « Diversité Culturelle », etc., les références surgissent par millions depuis les sites web des agences multilatérales de développement et des ministères de la santé et de l’éducation latino-américains en passant par ceux d’une multitude d’ONG, d’entreprises spécialisées en marketing et de multinationales « socialement responsables ». La diversité culturelle n’apparaît pas seulement comme un fait avec lequel il faudrait aujourd’hui composer. Elle constitue un bienfait, un atout (asset) pour l’humanité, et tant les gouvernants que les entrepreneurs se doivent de la respecter, de la comprendre, de la promouvoir. Car en fin de compte, par delà nos différences, nous sommes tous des socios, des partners, et comme nous l’assure l’une des entreprises leaders en responsabilité sociale (corporate responsability), la très éthique et équitable multinationale Starbucks Coffee : « Nous parlons de partners car il ne s’agit pas uniquement d’un travail, c’est notre passion. Ensemble, nous recevons la diversité afin de créer un lieu où chacun d’entre nous puisse être lui-même»2.

  • 3 Anath Ariel de Vidas m’a indiqué l’existence de plusieurs publications sur ce thème : Biggart, Nico (...)
  • 4 Il s’agit de Jean-Pierre Petit (PDG de McDonalds France) et Olivier Burniaux (Franchisé, Président (...)
  • 5 Sur le thème du nouvel ordre religieux capitaliste mondial on rappellera les travaux pionniers de F (...)
  • 6 I am so grateful Starbucks gave me an opportunity to be a Starbucks leader. It’s fate. I love Star (...)

2La nouvelle foi du capitalisme global se fonde sur une éthique de la différence, un brulant amour pour l’Autre. Le PDG de Starbucks, Howard Schultz, ne rappelait-il pas aux 10000 partners qui assistèrent à la Starbucks Leadership Conference, qui se tint symboliquement à la Nouvelle-Orléans trois ans après le passage de l’Ouragan Katrina et la rupture des digues, qu’il ne fallait pas oublier les déclarations de respect pour l’autre, d’amour et d’altruisme inscrites sur le Commitment Wall ! Starbucks ne fait pas de l’argent qu’avec des bucks, mais aussi avec de l’amour et en forgeant la conscience sociale : « We all matter. One team, one purpose » lit-on sur le Mur des Engagements où les partners viennent, dans un émouvant mouvement d’harmonisation des consciences individuelles, immortaliser leurs sentiments. Pour avoir longuement épluché les archives relatives à l’évangélisation des Indiens dits « sauvages » des frontières australes du Nouveau Monde, les larmes qui jaillissent des yeux illuminés de ces jeunes managers dynamiques et la béatitude qu’ils manifestent alors qu’ils aident les damnés de la Nouvelle-Orléans évoquent immédiatement en moi l’émotion ébahie des premiers missionnaires donnant l’extrême-onction à ces Indiens païens qui, n’ayant jamais entendu parlé de la buena nueva, venaient de voir leurs âmes sauvées in extremis des flammes de l’enfer éternel3. A l’instar de celles de ces sauvages jusqu’à il y a peu disparus, les âmes des malheureux et malchanceux d’aujourd’hui (clients/terroristes potentiels), bien que de cultures (« races » ou « ethnies ») différentes de la « nôtre », se doivent d’être arrachées à l’enfer de la pauvreté oisive et aux plaies naturelles contre lesquelles nous sommes désormais tous en lutte. Tels de véritables Périclès du XXIème siècle, les dirigeants de McDonalds France ne proclamèrent-ils pas récemment avec emphase: « A l’occasion de la conférence de l’ONU à Copenhague, nous pensons que c’est notre responsabilité de chefs d’entreprises et de citoyens de prendre position clairement contre le réchauffement climatique »4. Les entreprises multinationales sont les nouveaux ordres missionnaires qui charrient la bonne nouvelle du salut par le marché5 et un nouveau credo qui déborde de bons sentiments: « Il y a un mot qui me vient à l’esprit lorsque je pense à Starbucks… c’est Amour » affirme son PDG dans un documentaire d’autopromotion suite aux propos émus d’Olga Fishman, Store Manager à Watertown Massachusetts: « Je suis infiniment reconnaissante à Starbucks de m’avoir donné l’opportunité de devenir une leader Starbucks. C’est le destin. J’aime Starbucks. J’aime ce que nous faisons. J’aime faire des efforts pour améliorer la situation et laisser mon emprunte. J’aime mes partenaires. Je ne sais pas quoi vous dire d’autre, je suis si excitée!»6.

  • 7 Nicholas Barley Publishing, London, 1999.
  • 8 When Cultures Collide. Managing Successfully Across Cultures, N. Barley Publishing, London, 1999: 5
  • 9 Ibid., ibidem.
  • 10 Ibid., ibídem.

3Le spécialiste en Communication Interculturelle Richard Lewis, malheureusement peu lu de nos collègues anthropologues mais référence obligée des managers cosmopolites qui ont élu résidence dans les aéroports et vivent leur(s) vie(s) up in the air, nous enjoint dans son bestseller intitulé When Cultures Collide. Managing Successfully Across Cultures7 de relever le défi de la diversité. Il dresse un inventaire des cultures des mondes développé et en voie de développement, établit les principales caractéristiques des mentalités nationales et fournit même une typologie culturelle. On apprend ainsi, sans grande surprise, que les Allemands et les Suisses habitent une linear-active culture. Ils planifient, organisent, poursuivent des chaines d’action et font une chose à la fois8. Les Italiens, Latin-Américains et Arabes, “ces gens plein de vie et loquaces qui font plusieurs choses à la fois et qui organisent leurs priorités non pas en fonction d’un horaire mais selon l’émotion qu’ils ressentent »“9, appartiennent à des cultures multi-actives. Quant aux Chinois, aux Japonais et aux Finlandais, ils sont « courtois et respectueux, écoutent tranquillement et calmement leurs interlocuteurs et réagissent avec prudence aux propositions qui leurs sont faites »10. Ils font partie des reactive cultures.

  • 11 Il est important de savoir que dans un article antérieur de plusieurs années, Jonathan Renshaw, eth (...)
  • 12 Renshaw, Jonathan, Marie-Madeleine Mailleux, & Volker Von Bremen, “Guidelines for Socio-Cultural An (...)
  • 13 Déjà puissamment et judicieusement critiqués par C. Wright Mills (1959, Chap. 5), le social enginee (...)
  • 14 Renshaw, qui tente de légitimer l’action des anthropologues au sein des agences de développement, a (...)
  • 15 Pour une critique de la notion de « bonne gouvernance » on renvoie à Azoulay (2002, pp. 300-308) et (...)
  • 16 Cette dernière notion est bien évidemment empruntée au jargon éthico-économique du Prix Nobel d’Éco (...)

4Et si les heureux managers disposent de leur guide de la mosaïque culturelle globale afin d’éviter les impairs communicationnels et ne pas négocier avec un Français comme s’il s’agissait d’un Japonais ou d’un Arabe, eh bien les spécialistes de l’ethno-développement ont désormais aussi le leur. C’est ainsi que Jonathan Renshaw, anthropologue de son état et spécialiste des Indiens du Chaco11, commit il y a déjà quelques années un guide socioculturel à l’usage des honnêtes ethno-développeurs12. On y trouve d’utiles recettes afin de s’immiscer harmonieusement dans la vie des autochtones, d’agir sans commettre d’impairs ou d’erreurs d’identification (Tupi or not Tupi ?) et de dresser l’inventaire des cultures sur lesquelles une intervention est programmée. S’adressant non pas aux managers des multinationales mais aux spécialistes en social engineering13, ce consultant des agences multilatérales de développement tente de faire entendre aux économistes austères et ethnocentriques que la diversité existe et qu’elle constitue un atout de taille pour relever le défi de la « modernisation »14. Tout comme ses contemporains les politologues Francis Fukuyama et Robert Putnam (véritables chouchous des agences multilatérales de développement) et ses plus lointains ancêtres les missionnaires jésuites (ces premiers ethnographes !), il insiste sur l’importance d’incorporer la variable culturelle dans l’économie politique des projets de développement ou dans ce que nous pourrions nommer les missions volantes d’évangélisation développementiste, sortes de correrías du troisième millénaire. La « bonne gouvernance » (autre nouveau buzzword du jargon ethno-développementiste15) passe par la prise en compte du « capital culturel » et du « capital social » de communautés atteintes de maladies qu’il est urgent d’éradiquer sous peine de les voir se muer en véritables pandémies: la pauvreté, l’oisiveté et même le manque d’auto-estime !16.

  • 17 Ancien économiste à la Banque Mondiale et Prix Nobel d’Économie, Joseph Stiglitz est devenu un crit (...)
  • 18 The White Man’s Burden. Penguin Books, New York, 2006: 87.
  • 19 Op. cit.: 74.
  • 20 Ibid.: 75.
  • 21 Ibid.: 15-16.
  • 22 http://www.mcdonalds.it. Alors que, surpris par le fait qu’elle ne sût pas ce qu’était un café amer (...)

5Il n’est pas jusqu’à William Easterly, ancien senior research economist à la Banque Mondiale et aujourd’hui grand pourfendeur des instances de développement (une sorte d’anti-Stiglitz17), qui n’insiste sur le sens pratique des agents économiques marginaux et sur la nécessité de prendre en compte les agencements sociaux informels (informal social arrangements) des pauvres18. Et même s’il s’incline devant le fait massif et universel selon lequel « l’instinct du marché est profondément ancré dans la nature humaine »19, s’extasie devant « la beauté des marchés financiers qui ouvrent à tous la possibilité d’investir et de s’enrichir »20, et voit dans le marché le véhicule idéal du feedback et de la responsabilisation21, il n’en reste pas moins qu’il fait confiance aux Searchers des cultures autres et se méfie des Planners occidentaux. Face à la diversité des cultures, rien de mieux qu’un fait de nature (ou universel) pour nous unir: le marché. Entité transculturelle, universelle, transhistorique. Mais qui mieux que McDonalds pourrait résumer cette idée de l’universalité du capitalisme logée au cœur même de chaque culture-nation-ethnie-race-langue : « Il gusto McDonald’s parla italiano »22.

  • 23 Lins Ribeiro, (2007).
  • 24 Vijayendra Rao & Michael Walton, ed., Culture and Public Action (2004, Stanford University Press, T (...)
  • 25 We are all Multiculturalists Now, Harvard University Press, 1997.
  • 26 Op. cit.
  • 27 Rita Segato, 2007: 46.
  • 28 Turner, 1993: 424.
  • 29 Sahlins, 1993: 5 (cité in Turner 1993: 424).

6Aux temps coloniaux on pensait qu’il n’y avait d’unité possible entre les peuples sans unicité dans la foi. Aujourd’hui, c’est le marché qui doit nous unir, non en dépit mais avec nos différences. Qu’ils soient teintés d’essentialisme, d’exotisme ou de culturalisme les grands discours qui composent le nouvel imaginaire capitaliste global prennent au sérieux (tout en la naturalisant) la différence. La diversité culturelle est un élément central de la nouvelle cosmopolitique des élites financières, commerciales et développementistes23. Les McDonalds de Buenos Aires offrent des hamburgers criollos, ceux de Rome des salades de pâtes, Starbucks Coffee réalise une partie de sa production à travers le Fair Trade et promeut les cultures paysannes, la Banque Mondiale et la Banque Interaméricaine de Développement (BID) financent des séminaires universitaires sur les liens entre la Culture et l’Action Publique24 et organisent des stages de formation adressés aux futurs leaders autochtones… Bien que n’étant pas d’origine maya, le sociologue Nathan Glazer25 l’avait bien prédit : Multiculturalism is here to stay et nous sommes tous, désormais, « multiculturalistes » ! Et comme le signala récemment l’anthropologue brésilien Gustavo Lins Ribeiro26, la diversité culturelle paraît bien s’être imposée comme le nouvel universalisme de ce troisième millénaire commençant. La modernité commande la diversité27. La culture constitue une nouvelle source de droits collectifs à l’auto-détermination, « une source de valeurs qui peuvent être converties en atouts politiques »28. Dans les termes de Marshall Sahlins, la Culture représenterait une nouvelle catégorie universelle qui subsume les cultures spécifiques, la forme culturelle de la nouvelle conjoncture historique globale : une métaculture ou Culture des cultures29.

  • 30 Lawrence E. Harrison & Samuel Huntington (eds.), Culture Matters. How Values Shape Human Progress, (...)

7Bref, nous sommes entrés dans l’ère du tout culturel et les indigenous peoples ont semble-t-il le vent en poupe. Des groupes sociaux aussi différents (ou divers ?) que des universitaires ex-marxistes et des fonctionnaires internationaux ex-néolibéraux battent leur coulpe. Ils confessent avoir surévalué le social, l’économique et le politique et sous-estimé le poids du facteur culturel. La Culture, désormais, compte, comme le signale le titre d’un ouvrage célèbre édité par l’un des nouveaux penseurs globalisés et globalisateurs de la nouvelle buena nueva du salut par le marché et la culture (mais aussi des guerres de civilisations), Samuel Huntington30. Il n’est pas jusqu’aux membres du groupe musical Lava Andina qui ne constatent, en introduction à leur chanson satirique El Regreso del Indio, que les choses ont bien changé depuis la chute du mur de Berlin. Écoutons le dialogue qui se tisse entre les membres de cette bande d’anciens matérialistes convertis aux valeurs primordiales de la Terre Mère :

8A: “Antes, nuestros cantos eran políticos. Se inspiraban en Marx, en Engels, en Lenin

9B: “¡Lenin no!

10C: “¿Lenin compuso canciones?

11B: “Lenin y McCartney…

12D: “Lo que pasa es que hubo cambios en la historia. Hubo grandes cambios en el Este

13C: “Y en este, y en este, y en aquel, y en aquel otro

14B: “Ahora que cayó el Muro de Berlín, nosotros nos preguntamos: ¿Fue error de los burócratas? ¿Error de la doctrina? …

15C: “¡Error del arquitecto!

16A: “Y por eso ahora nos dedicamos a cantar a nuestra querida tierra andina y a su fauna autóctona

  • 31 Les Luthiers, “El Regreso del Indio” (http://www.youtube.com/watch?v=1n6H3i2iwbM).

17B: “Y también a los animales de la región31

  • 32 Au Chili, un programme d’ethno-développement d’environ 150 millions dollars dirigé aux populations (...)
  • 33 2012, Roland Emmerich, Dir., Columbia Pictures, 2009. Le synopsis disponible sur le site web du fil (...)
  • 34 An Inconvenient Truth, Davis Guggenheim Dir., Paramount, DVD, 2006.
  • 35 L’histoire de Pocahontas portée au grand écran par Walt Disney constitue aussi un moment crucial da (...)
  • 36 Sur le site web du film Avatar, les Na’vi (The People en langue Na’vi) sont ainsi décrits: “The Na’ (...)
  • 37 http://www.avatarmovie.com/index.html.
  • 38 Gilles Havard m’a fait remarquer que l’un des principaux autochtones-Na’vi est joué par Wesley Stud (...)

18Comme tous les excellents comiques, Les Luthiers font ici preuve d’une grande perspicacité sociologique. Car en ce début de XXIème siècle, le social semble effectivement en retrait. La matérialité, les rapports de production, le travail comme relation de dépendance et la valeur marchande qui ont envahi tous les domaines de la vie sont paradoxalement niés dans l’ordre des représentations. L’autochtonie et la nature (souvent confondus d’ailleurs comme le sont les notions de diversité et de différence, de culture et de race) s’imposent comme les valeurs sures de la construction d’une nouvelle éthique de la différence et du respect de l’Autre. Les populations appelées « natives » ne doivent pas uniquement être respectées mais aussi sauvées dans la mesure où elles ont su préserver ce contact immémorial avec la Mother Earth, la Madre Tierra, la Pachamama. Cet Indien écologique, avatar du Bon Sauvage d’autrefois, a des choses fondamentales à nous transmettre. Il participe de la nature, est doté d’une âme primitive, il est connecté à l’origine32 et sait, plus que tout autre, que les excès du capitalisme ont un prix. Les tsunamis et les ouragans ne sont pas que des catastrophes naturelles mais de véritables désastres cosmiques, des signes qu’il s’agit d’interpréter, de déchiffrer. La terre se venge et les peuples qui n’ont jamais interrompu leur communication avec elle deviennent de véritables sémiologues. Certains avaient d’ailleurs prévu la catastrophe qui nous touche comme tend à le prouver la prophétie Maya sur laquelle brode le film blockbuster intitulé 201233. Al Gore, missionnaire de la nouvelle conscience écologique planétaire, ne signale-t-il pas dans son d’ores et déjà classique Inconvenient Truth34 que « le réchauffement global est plus un fait d’ordre moral que politique » ? Le succès sans précédent d’un film épique qui porte bien son nom, Avatar (2009), est lui aussi symptomatique de la puissance de ce nouvel idéal écologique et multiculturel planétaire35, à ceci près que « nos » autochtones « à nous » n’habitent pas Pandora, ne sont pas des Na’vi, ne mesurent pas trois mètres de haut et ne sont pas bleus36. Et bien que le site officiel du film signale que Avatar « nous transporte dans un monde spectaculaire qui défie l’imagination»37, nous sommes tout de même en droit de nous demander si un métis (biologique et culturel) de Patagon austral, d’aborigène Océanien, d’Indien des plaines et d’autochtone subsaharien n’a pas été à la source de l’imagination « débordante » de James Cameron et de sa description de ce nouveau monde peuplé d’indigènes en phase avec la nature …38

  • 39 J’emprunte ici cette formule à l’anthropologue Alcida Ramos (1998) qui fait référence à la construc (...)
  • 40 Nous faisons ici bien évidement référence à la proposition théorique et méthodologique des Africani (...)

19L’autochtone et l’autochtonie sont donc de retour et constituent un enjeu de luttes qui sont tant symboliques et identitaires qu’économiques, politiques et territoriales. Et c’est à rendre compte de ce tonitruant come back qu’est dédié le recueil d’articles édité par Valérie Robin-Azevedo et Carmen Salazar Soler. Car les auteurs de El regreso de lo indígena ne s’intéressent pas seulement au protagoniste indígena. Ils portent aussi et surtout leur regard sur la manière dont l’indigénéité est socialement et historiquement construite par une multitude d’agents sociaux individuels et collectifs. A contre-courant de l’essentialisme ambiant, les onze essais qui composent cet ouvrage se proposent de mettre en lumière comment cet Indien New Age, écologique, différent, radicalement Autre se produit et est produit. Ils tentent d’appréhender les nouvelles dynamiques au centre desquelles cet Indien réel, imaginaire ou hyper-réel39 se situe et les nouveaux processus auxquels il se trouve, volontairement ou non, connecté. Et comme nous le verrons à présent, cette tentative d’appréhension du « politique par le bas » en Amérique Latine40 ne caresse pas le multiculturalisme dans le sens du poil. Dans la mesure où le livre qu’il s’agit de commenter ici est composé d’articles qui traitent d’une thé argree r="#ftn24">24o, imaggreso csme  asont tant symbouveap class="tes du poidcelle awanautoc. a.em>nt nt ocialee endancfuellee dans le sens du,mn thé Starbucks cnce et du lle est un élément ires is à ldppelées « naiginaic la na

h1span class="para...)Pnobllr="#ftn24etan nouvurtiou’agi h1

8p2 xml:lang="Eengena ne s’into de lmettre en tcéaniends posmiquefem>,fs blle, s ultusont tant sylieaders aun moés aux fsnce hrefles.na

17 qDnl Incbena’pé alot I-néol’pé incbo de ”, pp. 237-264) un bien de dt oètonn tjuien tituxonel. ie exanctis nouodu orvien sm eet ir l’ors nois qAessnat snoelmetteiY también a losPaParors noint lsscióm,lmetteièmehae xde  e éditrsonilôt du fils nouibuté n e C.CIticaqbollcrcondu fil ls il se tstitoot’ncs ditstionppeutipi orvienltaguootrialonelQuuluat irdu filce hquen ss dits p sontoologuege Incbeautentta Tatifdesfie desiques, laat snos qUnlnlrcepcióm folcuen zdda y arca zdneaadnl quulua:l,lDic’prio quulua-es añol-quulua dreséA ddhesa Mayo? … qDseté nne glQuulua/Es agnol/Quuluato de s nouibuaibilfignir icacraL’autochtonee>socon àr eolitiistoriu pouacs ts dexiste respect orviencstoriqncesPntroesiIl ausvelenfnnd exantm> qDseté nne go de ls moment ouporal etguod sLe s ent rat symboler la prfso J 17du Nl:lup>ocuctio)ui orppemxot ss ditsmprubsahenvaï t dits «nosa ulato’aidusande de