Navigation – Plan du site
Amaia Cabranes

L’espace, les hommes et la frontière : les missionnaires du nord de la Nouvelle-Espagne au xviie siècle

Article présentant la thèse de doctorat en Histoire des mondes modernes, présentée et soutenue publiquement le 14 décembre 2009à l’université Paris-Ouest-Nanterre-La Défense, UFR de Sciences sociales et administratives dans le cadre de l’école doctorale « Milieux, cultures et sociétés du passé et du présent » sous la direction de Pierre Ragon (université de Haute-Normandie-Caen). Membres du jury : MM. Thomas Calvo (université Paris X-Nanterre), Bernard Lavallé (université de la Sorbonne Nouvelle-Paris III), Oscar Mazín (Colegio de México), Jean-Michel Sallmann (université Paris X-Nanterre).
[15/11/2010]

Notes de la rédaction

La thèse est en ligne à l'adresse suivante : http://bdr.u-paris10.fr/sid/these.php?2009PA100080

Texte intégral

1Réfléchissant maintenant à l’origine de ma recherche, j’entrevois un attrait premier pour l’Histoire des régions américaines où la « supériorité » conquérante et colonisatrice espagnole fut mise en cause par l’efficacité de la résistance du milieu. Il me semble que je pensais y trouver plus clairement les traces de l’univers qui disparaissait avec la Conquête, ainsi que des « vraies » histoires - très différentes des récits officiels - d’hommes confrontés à un nouveau monde méconnu, insolite et insaisissable. De cette manière, j’ai commencé à m’intéresser aux frontières de la monarchie en Amérique me plongeant ainsi directement dans le xviisiècle car ce fut pendant cette période que l’avancement colonisateur des Espagnols se ralentit, voire stagna, et les frontières se consolidèrent. Aussi bien le choix spatial que chronologique m’ouvraient un champ de travail très vaste, car comparativement à celle concernant le siècle précédent et les postérieurs ainsi que les centres de colonisation, l’historiographie des frontières américaines au xviisiècle laissait encore beaucoup de place à des nouvelles recherches et idées.

2De manière très progressive, grâce aux suggestions du professeur Thomas Calvo, aux différentes lectures et à la fréquentation de sources très diverses, j’ai découvert la fécondité d’une approche des frontières en termes spatiaux. Considérant ces frontières, d’une part, comme des espaces produits par des diverses manipulations intellectuelles et matérielles des Espagnols, et d’autre part, comme des espaces producteurs d’expériences de vie caractéristiques, je pouvais aborder le développement de leur colonisation ainsi que l’intégration des colonisateurs dans ces espaces comme étant les deux volets d’un même processus. En même temps, ce type de démarche rendait possible l’analyse du rôle joué par les terres et les hommes américains dans ce processus. C’était ainsi que tout de suite, je fut menée à intégrer la vieille polémique liée à la signification de l’idée de frontière dans le développement de l’Histoire américaine : la frontière, était-elle la ligne d’américanisation de la société ou plutôt l’espace où la force et la permanence du modèle métropolitain se radicalisaient ? Cristallisait-elle la confrontation entre « barbarie » et « civilisation » ou se construisait-elle comme un lieu d’accommodation entre Blancs et Indiens, un « Middle Ground » comme l’historiographie la plus récente s’accorde à l’appeler ?

3Par ailleurs, il fallait choisir les informateurs de mon enquête et les missionnaires se sont vite imposés. Ils constituaient un groupe spécifique au sein de l’ensemble des conquérants-colons. S’ils partageaient une bonne partie de leur culture, leurs intérêts et leurs moyens avec le reste des Espagnols, ils se sont vus attribuer une tâche concrète et centrale sur les marges territoriales de la monarchie : l’évangélisation–« civilisation » des populations indigènes réfractaires à la Conquête. Ils jouèrent également un rôle très important dans l’exploration des nouveaux espaces. De cette manière, ils produisirent une documentation écrite et dessinée prodigue et variée : chroniques, lettres, rapports, cartes géographiques de caractère interne à l’ordre, destinées au public lettré ou adressées spécifiquement au monarque. Ces trois types de documents, classés en fonction de leur destinataire, me permettaient d’aborder ma problématique à partir de différents angles, ainsi que de les contraster. Comment les stratégies des ordres s’inséraient-elles dans celles de la monarchie ? Existaient-ils des écarts importants entre la pratique missionnaire et le discours que les religieux produisirent de cette pratique ?

4Me penchant sur ces sources, j’ai constaté en premier lieu, que des espaces non conquis, très peu connus, voire totalement inconnus au xviie siècle comme la Californie et le Nouveau-Mexique étaient déjà des contrées imaginées par les Espagnols. Des cartes et des descriptions géographiques dressées par des missionnaires et d’autres représentaient ces espaces depuis le xvie siècle. L’analyse des composantes et des évolutions de ces représentations au cours du xviie siècle me mena à une étude des processus de création de ces images qui me permit également de m’interroger sur l’outillage mental des missionnaires, ainsi que sur leurs aspirations et leur volonté de pouvoir, car aussi bien la Californie que le Nouveau-Mexique étaient des espaces convoités. D’une part, j’ai pu observer que ces représentations, soucieuses de rendre une image des régions inconnues compréhensible et susceptible d’être diffusée, cherchaient à mettre en valeur un espace déjà mesuré et quadrillé. Pour cela faire la science et les moyens techniques d’origine européenne ne suffirent pas, il fut également nécessaire d’intégrer le savoir des autochtones. D’autre part, ces images constituèrent des stimulants pour la conquête et la colonisation et elles se firent l’écho des mythes relatifs aux lieux aux richesses fabuleuses procédant de la tradition antique et biblique. Avec le passage du temps et le cumul des expériences, ces vielles légendes intégrèrent des éléments américains et s’adaptèrent aux différents nouveaux espaces qu’on découvrait. Il arriva même que, de proche en proche, les représentations perdirent beaucoup de leur caractère mythique et que l’homme américain, l’Indien, devint le principal pôle d’attraction véhiculé par l’imaginaire des conquérants.

5Les espaces frontaliers ne furent pas uniquement imaginés, bien que leur prise en main restât toujours partielle et/ou instable, certaines régions souffrirent au cours du xviie siècle des transformations matérielles visant leur appropriation. Afin d’étudier ces maniements dans leur pratique et de garder une cohérence spatiale dans ma recherche, je me suis ensuite dirigée vers une autre province du nord de la Nouvelle-Espagne, la Nouvelle Biscaye, qui fit l’objet pendant cette période d’un quadrillage administrative de la part de la Compagnie de Jésus. Les caractéristiques du réseau des missions progressivement bâtit par les Jésuites dans cette région montrent que l’objectif prioritaire de l’ordre, au-delà de l’encadrement apostolique des populations indigènes, fut d’y occuper les terres et d’y assurer une continuité territoriale et temporelle dans l’occupation de l’espace. D’autre part, ces caractéristiques mettent aussi bien en évidence la capacité de résistance du milieu que la capacité d’adaptation des religieux qui surent modifier leur idéal de la mission et leurs stratégies en les accordant aux besoins du moment. Les résultats de l’action de la Compagnie sur la Nouvelle Biscaye me semblent difficiles à évaluer, les sources étant très souvent contradictoires selon les moments, les lieux et les personnes et d’autant plus qu’il s’agissait de juger l’action, toujours controversée, de l’ordre de Saint Ignace, expulsée des territoires américains dans la deuxième moitié du xviiie siècle, puis dissout. Néanmoins, il apparaît aujourd’hui que relativement aux moyens mis en œuvre, non seulement par les missionnaires mais par l’ensemble de l’appareil de conquête et colonisation de la monarchie, dérisoires si l’on songe à la taille de l’espace encadré et à l’efficacité de la contestation indienne, l’action des religieux réussit à façonner l’espace de la Nouvelle Biscaye de manière durable. La permanence jusqu’à nos jours d’une bonne partie des villages fondés par les pères en constitue une première preuve. Les missionnaires réussirent parfois à faire rayonner à partir des églises de ces villages des dévotions qui rassemblèrent des populations d’origines diverses. D’autre part, l’importance économique de l’élevage et de la production de manufactures au sein du réseau missionnaire permit d’intégrer les différents espaces de la province et ceux-ci au reste de la vice-royauté. Enfin, les Indiens finirent par adopter une bonne partie de l’arsenal culturel des Espagnols : la généralisation de la langue mexicaine, voire l’espagnol comme lingua franca en est un exemple.

6Avant d’entamer la troisième partie de mon travail, j’ai pu constater qu’il existait une sorte de concordance entre les conclusions des deux premières. Aussi bien les représentations des espaces inconnus que la pratique colonisatrice sur des régions en voie d’appropriation privilégiaient l’occupation des terres et l’ouverture des voies de communication au-delà des préoccupations apostoliques. Cette concordance traduisait la forte intégration de la politique des ordres religieux au sein de la politique impériale dans ces régions. Collaboration qui passait néanmoins par un constant rapport de forces entre les deux partenaires et qui n’allait pas sans entretenir au sein des ordres une tension entre leur idéal et leur pratique missionnaire.

7Dans un troisième temps, j’ai considéré que la précarité de l’emprise coloniale et l’isolement des missionnaires sur les régions de frontière produisait des conditions de vie particulières pour ceux derniers. L’étude de certains aspects de la vie des religieux dans les missions du Nord de la Nouvelle-Espagne me permit de contrebalancer le discours officiel des ordres qui visait aussi bien l’exaltation du succès de leur action que la création d’un stéréotype missionnaire : le ministre exemplaire était dévoué et prêt à tous les sacrifices. Néanmoins, nombreux furent les témoignages des pères offrant une vision moins enchantée de la vie dans la mission et j’ai même trouvé des documents qui prouvent le désir explicite de certains religieux de quitter les frontières par des lieux de travail plus faciles, voir de rentrer en Espagne. Alors, dans quelle mesure peut-on parler d’intégration des missionnaires dans ces nouvelles régions ? Par ailleurs, le règlement pour le gouvernement des missions de la Nouvelle Biscaye met de manifeste que les déviances du point de vue du religieux dans le comportement des pères étaient à l’ordre du jour. Les difficultés pour la maîtrise de l’espace et les besoins matériels éprouvés menaient les missionnaires à des conduites parfois peu apostoliques. Enfin, les sources dévoilent une réalité souvent plus complexe de ce que le binôme « civilisation-barbarie », cher des contemporains, décrit. Sur les frontières, l’impératif médical de la mission obligea les ministres à s’intégrer efficacement dans les communautés afin de se substituer aux chamans. Les Indiens, pour leur part, trouvèrent dans l’acculturation une bonne arme de résistance.

8En conséquence, les frontières apparaissent bien comme des espaces d’accommodation pour tous les acteurs présents. L’imaginaire et les pratiques des Espagnols, en l’occurrence des religieux, s’américanisent. C’est-à-dire, s’adaptent au milieu et empruntent nombreux éléments d’origine américaine. Cependant, aussi bien l’un que les autres expriment toujours prioritairement une volonté de pouvoir et d’appropriation et malgré les résultats inégaux et souvent temporaires, l’espace du Nord de la Nouvelle-Espagne s’ « hispanise » au fur et à mesure que le temps passe. En revanche, je crois que ces frontières restèrent également pour maints missionnaires du xviie siècle, des vraies lignes de fracture car elles furent vécues, en dépit de l’idéal missionnaire des ordres mendiants, comme des espaces hostiles.

9Ce ne fut que progressivement que je réalisai qu’un autre sujet traversait tout mon travail : celui de la collecte, de la diffusion et de la circulation de savoirs. Les religieux qui arpentèrent et vécurent sur ces marges du monde connu avaient une claire conscience de l’exceptionnalité de leurs expériences et ils cherchèrent à en rendre compte. Ils construisirent des outils intellectuels divers qui leur permirent de le faire. Bien qu’ils n’aient pas tous circulé à la même vitesse, ni avec la même intensité, quelques-uns de ces outils, comme le livre de médecine de Esteyneffer, comme certaines cartes géographiques ou comme le manuel de Fray Focher trouvèrent une utilité locale immédiate dans le processus d’appropriation de ces espaces. Ils témoignent de l’insertion de leurs auteurs dans les régions du Nord au même temps qu’ils prouvent que la vie sur ces régions demandait une formation particulière.

10C’est ainsi, qu’au cours de ces années, la nature de mes préoccupations m’a entrainée à parcourir intellectuellement, non sans difficulté, des très vastes espaces à travers d’une chronologie également très large. J’ai eu besoin de m’investir méthodologiquement de manières diverses sur des dossiers concernant un endroit ou une problématique concrète pour tenter enfin de rendre une vision d’ensemble du processus de colonisation du Nord de la Nouvelle-Espagne. J’ai essayé de trouver mon chemin entre le particulier et le général, craignant souvent de ne pas être suffisamment spécialisée pour le premier ou de ne pas arriver à surmonter une vision trop écartelée de ce grand Nord. L’utilisation de l’idée d’espace comme grille de lecture des sources n’a pas été non plus aisée. Cette approche, également très ouverte, m’emportait vers la dispersion et je devais prendre constamment des précautions pour ne pas me diriger vers une Histoire des ordres, et notamment de la Compagnie de Jésus –si prolixe– ou une Histoire de l’évangélisation des Indiens.

11J’ai également été confrontée à une autre difficulté, celle-ci d’ordre technique, mais pas uniquement. Le défi de rédiger une thèse en français était fortement stimulant et j’ai éprouvé un grand plaisir à travailler dans cette langue qui n’est pas la mienne. Néanmoins, si je croyais qu’en finissant ce mémoire de recherche la question de langue serait « réglé », je réalise maintenant que je n’ai fait que commencer à l’aborder.

12Je voudrais dire enfin que j’ai ressenti de la peine à me débarrasser de l’espace chilien auquel j’avais consacré beaucoup de travail, mais il est apparu évident qu’il n’avait pas sa place dans cette thèse. Je continue à croire néanmoins que les comparaisons entre les différentes frontières de l’empire sont pertinentes. Elles restituent une réalité historique qui est celle de la monarchie espagnole et permettent d’enrichir et d’affiner les analyses. Je voudrais pouvoir m’y consacrer dans des futurs projets. D’autres questionnements ouverts pendant cette recherche se présentent aujourd’hui à moi comme des possibles chantiers d’études ultérieures. En premier lieu, j’ai expérimenté un goût particulier à travailler à partir des cartes géographiques et les archives comptent avec des nombreuses images qui méritent toute l’attention des chercheurs. Deuxièmement, les implications de la « mission médicale » des religieux sont encore peu étudiées et j’ai trouvé qu’il s’agissait d’un sujet prometteur au carrefour du travail ethnologique, de l’Histoire de la circulation du savoir et de l’Histoire politique. Il m’est apparu également important d’approfondir les différences et les similitudes entre les approches de l’espace des divers ordres, et notamment pour ce qui est du Nord de la Nouvelle-Espagne, entre Jésuites et Franciscains. Enfin, l’ « insularité » californienne m’intrigue toujours et j’aimerais bien poursuivre mon enquête sur l’investissement de cet espace bien particulier.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Amaia Cabranes, « L’espace, les hommes et la frontière : les missionnaires du nord de la Nouvelle-Espagne au xviie siècle », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Extraits de thèses, mis en ligne le 15 novembre 2010, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/60302 ; DOI : 10.4000/nuevomundo.60302

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page