Navigation – Plan du site
Alexandre Dupont

Jordi Canal et Pedro Rújula (dirs.), Guerra de ideas. Política y cultura en la España de la Guerra de la Independencia, Madrid, Marcial Pons, 2012, 488 p.

[13/02/2013]

Texte intégral

  • 1 Claudio Pavone, Una guerra civile. Saggio storico sulla moralità nella resistenza, Torino, Bollati (...)

1 Actes d’un colloque organisé par Jordi Canal (EHESS, Paris) et Pedro Rújula (Université de Saragosse) du 27 au 29 octobre 2008, cet ouvrage rassemblant dix-huit contributions se propose de porter un regard renouvelé sur la guerre d’Indépendance espagnole de 1808-1814 contre les armées napoléoniennes. L’objectif affiché dès l’introduction par les organisateurs du colloque est de sortir d’une dichotomie abstraite entre histoire militaire et histoire politique de cette période construite par l’historiographie en montrant comment politique et guerre se compénètrent et s’influencent mutuellement. Plus largement, il apparaît au fil de la lecture qu’il s’agit de tenir ensemble, pour ce conflit fondateur de la modernité espagnole, les trois dimensions distinguées en son temps par Claudio Pavone dans le cas de la Résistance italienne1, et qui ont depuis servi de clé de réinterprétation à bien des conflits où se mêlaient guerre et idées : guerre extérieure, guerre civile et révolution.

  • 2 Pierre Serna, « 1808, o cómo pensar la “república pasiva” » in Jordi Canal et Pedro Rújula (dirs.), (...)

2 La conquête napoléonienne de l’Europe bouleverse les anciens équilibres du continent dans tous les domaines : social, militaire, idéologique, politique en même temps qu’elle conduit à l’émergence de la nation selon un double phénomène d’imitation et de rejet du modèle français. Pour le dire autrement, l’Empire oblige les peuples européens à s’interroger sur leur identité en tant que nation, soude ces peuples dans la défense de leur patrie, mais les divise immédiatement par l’introduction des grands débats politiques qui ont marqué la Révolution française et plus largement le cycle des révolutions atlantiques. Ce contexte européen nous est rappelé par une première partie qui nous présente selon ces grandes lignes historiographiques les cas de l’Italie (Antonio de Francesco) et du Portugal (José Tengarrinha), ces deux interventions nous gardant cependant de toute vision univoque ou manichéenne puisque leurs auteurs soulignent la complexité de clivages réappropriés et biaisés par la présence française. La passionnante étude de Pierre Serna sur Jean Chas – « homme sans jugement, un “idiot” [qui dédia] la totalité de son œuvre […] à construire une pensée sans idées »2 – complète cette première partie par l’étude du tournant monarchique de l’Empire illustré par le refus du clivage politique par un certain nombre de figures – on n’ose dire penseurs – qui se jettent à corps perdu dans la soumission au souverain pour échapper à la guerre des idées.

3 C’est dans cette guerre que nous plongent les trois parties suivantes. Une grande réussite de ces multiples contributions est sans doute d’être parvenu à mettre à distance, ou plutôt à l’arrière-plan, l’aspect proprement militaire du conflit. L’invasion française, la présence de la Grande Armée sont toujours là, mais moins comme objet d’étude que comme primum movens déclenchant des réactions et des (r)évolutions en chaîne. Jean-Philippe Luis indique, dans un propos tout en nuances, combien l’acéphalie provoquée à la tête de la monarchie espagnole par la captivité des rois Charles IV et Ferdinand VII trouve un écho immédiat dans une relative destructuration de la famille et dans une remise en cause de la place du père, certes limitée dans son ampleur et dans le temps, mais décisive dans ce qu’il nomme le naufrage de l’Ancien Régime.

4La désorganisation de la société d’Ancien Régime suite aux abdications de Bayonne et à l’invasion de la Péninsule, qui n’avait jusque-là que peu subi les assauts des idées et des pratiques nouvelles, donne la parole à des acteurs auparavant silencieux, ou presque. Pour Marieta Cantos Casenave, c’est à cette occasion, et par le biais de la propagande de guerre, que les femmes accèdent pour la première fois à la tribune publique. Pedro Rújula, quant à lui, livre une contribution tout à fait centrale sur l’irruption du peuple sur la scène politique et sur les phénomènes de politisation populaire inévitablement provoqués par l’appel au soulèvement que lancent les élites. Ces élites, abordées par Richard Hocquellet, tentent d’ailleurs au même moment d’assurer leur statut en repensant leur place dans la société à travers le concept fondamental de représentation du peuple.

5Pour comprendre les phénomènes de politisation populaire, il convenait aussi d’en étudier les ressorts et particulièrement la propagande de guerre, qui n’est qu’une des facettes de cette libération de la parole générale qui se produit en 1808. Cet aspect n’est pas oublié avec deux contributions, l’une plutôt consacrée aux textes et aux idées qu’ils portent (Alberto Ramos Santana) et l’autre aux images et à leurs circuits de diffusion (Emilio de Diego), qui forment un panorama assez complet de la diffusion des idées et des controverses politiques, même si l’on gardera toujours en tête que la politisation se fait aussi par le bas, au sein même des classes populaires, comme le rappelle avec justesse Pedro Rújula.

  • 3 Michel de Certeau, Dominique Julia, Jacques Revel, Une Politique de la langue : la Révolution franç (...)

6On le voit, la société d’Ancien Régime est particulièrement ébranlée par l’invasion française. La guerre extérieure enclenche un processus révolutionnaire qui ne peut se comprendre que dans une dialectique étroite entre les deux phénomènes. Javier Fernández Sebastián le souligne particulièrement bien au début de sa riche contribution sur la question de la langue dans ce qu’il appelle la révolution d’Espagne. Dans une réflexion dense, qui n’est pas sans rappeler par son objet et ses postulats théoriques celle de Certeau, Revel et Julia3, il montre que bien des clivages politiques qui se créent dans les années 1808-1814 ont pour thème la définition même des mots et des concepts, et que cette guerre des mots est sans doute le meilleur révélateur de la révolution qui s’accomplit au cours de ces années.

7Cet ouvrage revient en effet largement et à nouveaux frais sur les processus politiques à l’œuvre pendant la guerre d’Indépendance. En prenant le parti de lier les transformations politiques que connaît alors l’Espagne à des questionnements aussi divers que l’histoire des relations internationales au sens large, le contexte militaire, les pratiques sociales et culturelles, les évolutions sociales et anthropologiques, tous aspects que nous n’avons pu que brièvement aborder, les auteurs se donnent la possibilité de repenser les évolutions de façon plus fine et complexe qu’une simple expérience du libéralisme sous la forme du constitutionnalisme historique aux Cortès de Cadix suivie d’un retour pur et simple à l’absolutisme en 1814 avec le retour du Deseado, Ferdinand VII.

  • 4 On renverra à Javier Herrero, Los orígenes del pensamiento reaccionario español, Madrid, Alianza Ed (...)

8María Cruz Romeo Mateo nous propose ainsi une relecture critique et passionnante du fameux constitutionnalisme historique et de son rôle en 1812. Selon elle, ce courant est tout sauf le bloc monolithique et modéré rassemblé autour de Jovellanos que l’historiographie s’est parfois plu à décrire. Mouvement pluriel, ses orateurs aux Cortès de Cadix sont bien plus novateurs et radicaux quant au modèle politique qu’ils proposent qu’ils ne veulent ou peuvent le dire –guerre contre la France, matrice de 1789, oblige– jusqu’à susciter les critiques du vieux maître Jovellanos. Celui-ci serait paradoxalement plus proche d’un groupe pourtant mis au ban de l’Espagne résistante pour sa collaboration avec l’envahisseur : les afrancesados. Juan López Tabar, en étudiant sur la longue durée la pensée politique de ces Espagnols qui ont soutenu Joseph Bonaparte, montre ainsi que leur choix a été principalement dicté par un double refus : refus de l’absolutisme et refus de la révolution, ce qui a conduit à la fin des années 1810 à un rapprochement avec les plus modérés des libéraux, donnant naissance plus tard au modérantisme de l’ère isabelline. Cette analyse nuancée et intelligente d’un groupe dont l’étude est en plein renouvellement souligne combien l’intrication entre politique, guerre civile et guerre nationale est un écheveau qu’il convient de ne pas démêler trop vite mais dont il faut plutôt suivre les fils. Demetrio Castro revient pour sa part sur les adversaires des libéraux – serviles ? contre-révolutionnaires ? absolutistes ? – et se penche sur une pensée laissée de côté car longtemps considérée comme condamnée à disparaître a priori4. Son étude et bien d’autres que nous avons déjà évoquées envisagent avec finesse les désaccords qui se créent entre libéraux et absolutistes sur la société qu’il convient de construire après le bouleversement de 1808.

9Une dernière partie de l’ouvrage est consacrée à la mémoire ou plus largement aux échos postérieurs de l’événement. La place particulière de ce moment fondateur dans l’histoire/la mémoire de l’Espagne justifie pleinement ce choix qui s’articule autour de trois grandes thématiques.

10On ne s’étonnera pas de retrouver massivement le thème de la mémoire et de son usage politique avec trois interventions qui reviennent sur différents aspects de cette question. Stéphane Michonneau étudie la commémoration ou plutôt les difficultés de la commémoration des martyrs de la guerre d’Indépendance à Barcelone dans les années qui suivent le conflit tandis que Carlos Forcadell et Gustavo Alares López nous conduisent à Saragosse – le premier pour évoquer le centenaire des Sièges de la ville en 1908 et les politiques alors mises en place, le second pour parler de la mémoire de ces sièges, du franquisme triomphant à nos jours. Les conclusions générales n’étonneront pas le lecteur au fait des débats sur la mémoire historique : conflits sur l’interprétation des événements, récupération et instrumentalisation de la mémoire, compétitions mémorielles sont devenus classiques. L’intérêt, pour autant, n’est pas mince puisqu’en plus d’offrir des éclairages sur une mémoire assez peu étudiée, les trois auteurs nous montrent que les questions de mémoire ne sont en rien des novations de la fin du XXe siècle mais qu’au contraire elles se posent dès la fin du conflit.

11Jordi Canal s’intéresse quant à lui à la mise en récit de la guerre, et plus particulièrement de la crise initiale, par celui qui a formé la culture historique de son pays pendant plusieurs générations : Benito Pérez Galdós. Dans une étude entre histoire et littérature, l’auteur démontre tout l’intérêt que revêt l’œuvre littéraire pour l’historien, le cœur de sa contribution étant à mon sens l’analyse de la patrie et du peuple chez Galdós, révélateurs tant d’une culture politique particulière que de la lecture orientée du passé qui en découle. Ignacio Peiró Martín se livre pour finir à un difficile exercice historiographique visant à montrer comment une génération d’historiens franquistes – de Jover Zamora à Serrano Seco – est peu à peu passée, par son étude du XIXe siècle et de la guerre d’Indépendance, à un « libéralisme apolitique » qui les a convertis en héros d’un renouveau historiographique et politique de l’université, rôle dont on peut penser qu’il a été pour le moins exagéré après la Transition.

12On l’aura compris, ce livre rassemble des contributions particulièrement intéressantes et souvent novatrices, au-delà de l’inévitable disparité inhérente à des actes de colloque. Davantage qu’à un renouvellement des catégories de pensée des processus de construction de la modernité, il me semble qu’on est face à un ensemble de relectures majeures de la guerre d’Indépendance à la lumière de ces nouvelles catégories. En cela, ce livre sera d’une consultation précieuse pour qui souhaite se pencher sur ce moment fondateur de l’histoire contemporaine espagnole avec un regard renouvelé et tenant compte des dernières avancées historiographiques.

Haut de page

Notes

1 Claudio Pavone, Una guerra civile. Saggio storico sulla moralità nella resistenza, Torino, Bollati Boringhieri, 1991, XIV-825 p.

2 Pierre Serna, « 1808, o cómo pensar la “república pasiva” » in Jordi Canal et Pedro Rújula (dirs.), Guerra de ideas… op. cit. p. 35. C’est nous qui traduisons.

3 Michel de Certeau, Dominique Julia, Jacques Revel, Une Politique de la langue : la Révolution française et les patois, l'enquête de Grégoire, Paris, Gallimard, 1975, 317 p. Bibliothèques des histoires.

4 On renverra à Javier Herrero, Los orígenes del pensamiento reaccionario español, Madrid, Alianza Editorial, 1994, 428 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexandre Dupont, « Jordi Canal et Pedro Rújula (dirs.), Guerra de ideas. Política y cultura en la España de la Guerra de la Independencia, Madrid, Marcial Pons, 2012, 488 p.  », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Comptes rendus et essais historiographiques, mis en ligne le 13 février 2013, consulté le 20 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/64918

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page