Navigation – Plan du site
Gilles Havard

Empire indien et rénovation historiographique : à propos de Pekka Hämäläinen, L’Empire comanche, Paris, Anarchasis, 2012, 599 p.

[10/06/2013]

Texte intégral

  • 1 Paru en 2008 chez Yale University Press, le livre vient d’être publié en français par les éditions (...)

1Lauréat d’une liste impressionnante de prix aux États-Unis et au Canada, une douzaine au total, L’Empire comanche de Pekka Hämäläinen1 – aujourd’hui professeur d’histoire américaine à l’Université d’Oxford – semble devoir s’imposer comme la nouvelle référence incontournable de la New Indian History (Nouvelle histoire indienne) qui se développe depuis près d’une quarantaine d’années en Amérique du Nord sur la base d’un rejet des thèses évolutionnistes et primitivistes, longtemps prédominantes, et d’une prise en compte des Indiens comme acteurs historiques à part entière, dotés de leur propre « agency » (cf. p. 30).

  • 2 Une review du New York Review of Books, sur la couverture de l’édition américaine, parle de « Cutti (...)
  • 3 Traduction du terme « révisionniste » proposée dans la version française (cf. p. 30, note 8), pour (...)
  • 4 F. Jennings, The Invasion of America: Indians, Colonialism and the Cant of Conquest, Williamsburg, (...)
  • 5 Voir Frederick J. Turner, La frontière dans l’histoire des États-Unis, Paris, PUF, 1963.
  • 6 James H. Merrell (« Second Thoughts on Colonial Historians and American Indians », The William and (...)
  • 7 P. Hämäläinen utilise pourtant des expressions que d’aucuns pourraient juger désuètes, du moins sel (...)

2« Révisionniste »2, ou « rénovateur »3, cet ouvrage témoigne de la façon la plus radicale de ce « tournant indigène » dans la réécriture de l’histoire nord-américaine. Sous les dehors d’une narration au demeurant fort classique (puisqu’on assiste à l’ascension, à la grandeur et à la décadence d’un empire), P. Hämäläinen se livre en effet à un très habile contre-récit de l’histoire américaine traditionnelle. Comme l’atteste le titre de l’ouvrage, provocateur – mais pleinement assumé d’un bout à l’autre –, il nous convie à une étape supplémentaire dans l’entreprise historiographique de réévaluation de la sémantique de la rencontre entre Européens et Amérindiens. À partir des années 1970 surtout, les (ethno)historiens nord-américains (par exemple Francis Jennings ou Bruce G. Trigger4) ont cherché à tourner le dos au vocabulaire colonialiste de la conquête et aux catégories de la connaissance qui introduisent une vision ethnocentrique des rapports entre sociétés. Il en est ainsi des dichotomies « civilisation / sauvagerie (wilderness) », « Ancien Monde / Nouveau Monde », « culture / nature », ou des termes « terre vierge », « découverte » (de l’Amérique), « backcountry », « hinterland », « frontière » (dans sa version turnerienne5), « périphérie », etc.6 Mais, observe Hämäläinen, « aussi important que ce tournant rénovateur ait pu être, il n’est cependant pas achevé. Les changements ont trop souvent été plus cosmétiques que véritablement correcteurs. Les historiens ont assaini le lexique et révisé les manuels pour éclairer les subtilités des rencontres coloniales, mais les lignes générales de l’histoire sont très largement demeurées intactes » (p. 30)7.

  • 8 Sur la perspective continentale, voir Paul W. Mapp, « Atlantic History from Imperial, Continental, (...)

3Se voulant également une histoire renouvelée des « borderlands » (cf. p. 32-34), notamment parce qu’il contourne un double écueil téléologique – le primat de cadres chronologiques européo-centrés (l’indépendance des États-Unis de 1776, la cession de la Louisiane de 1803, etc.) et l’impensé des frontières nationales (actuelles) –, L’empire comanche peut être situé dans le courant de l’histoire dite « continentale »8. Celle-ci, en contrepoint de l’histoire atlantique, entend faire l’histoire de l’Amérique et de ses sociétés (allochtones ou autochtones) depuis l’intérieur du continent, c’est-à-dire là où les interactions des peuples amérindiens avec les Européens ont longtemps été plus limitées, et là où ces peuples, de fait, ont pu généralement dicter leurs termes aux prétendus colonisateurs – leurs espaces de vie n’étant plus perçus comme des périphéries mais, selon le credo de la nouvelle histoire des Borderlands, comme des centres. Loin des couplets habituels sur la Frontière (turnerienne), où l’Indien n’est vu que comme un obstacle provisoire à l’établissement programmé de la civilisation (et de la nation) anglo-américaine, ou bien comme un formidable catalyseur des vertus états-uniennes, le livre n’étudie guère l’expansion euro-américaine mais se focalise sur l’expansion spectaculaire d’un peuple amérindien qui, écrit l’auteur, jouissait de capacités d’adaptation exceptionnelles et fut capable, pendant un siècle et demi, de se réinventer sans cesse.

  • 9 Classiquement, les ethnologues ont considéré que l’organisation sociale comanche reposait sur quatr (...)

4Chasseurs-cueilleurs apparentés aux Shoshones, les Comanches s’autonomisent comme groupe distinct au tout début du xviiie siècle, lors de leur migration dans les Grandes Plaines du Sud, où ils établissent, entre 1750 et 1850, une vaste « domination impérialiste » (p. 31), à la fois militaire, politique, économique et culturelle, qui repose sur la prédation externe (extraction de richesses matérielles, de chevaux et de captifs), sur des talents de diplomatie, sur une grande fibre commerciale et sur une économie mixte de chasse (au bison) et d’élevage (des chevaux). Spécialiste d’histoire environnementale, P. Hämäläinen nous explique brillamment le développement comme les contraintes de ce pastoralisme équestre, dépendant de l’abondance des herbages – véritable talon d’Achille de cette domination –, et qui a vu les Comanches posséder jusqu’à 120 000 chevaux. Au nombre de 30 ou 40 000 à leur apogée, ces Indiens n’auraient pas simplement établi leur hégémonie dans les Plaines du Sud, ils y auraient aussi bâti un empire colonial, en vassalisant d’autres peuples autochtones ainsi que des colonies européennes, dont les Texas et Nouveau-Mexique espagnols, réduits ici à l’état d’« Etats clients tributaires », d’« arrière-pays exploités par le pillage, et pourvoyeurs d’échanges commerciaux, d’alliés militaires, de technologies et d’esclaves » (p. 24). Dans ce livre foisonnant, qui s’attache à renverser les perspectives habituelles, ce sont les Comanches qui « se propagent, règnent et prospèrent », tandis que les Européens « se défendent, battent en retraite et luttent pour survivre » (p. 21). Pendant plus d’un siècle, jusqu’à la conquête américaine des années 1870, les Comanches forment donc le principal acteur historique de ce que l’historiographie américaine a convenu d’appeler la région du « Sud-Ouest » (à cheval sur le Mexique et les États-Unis actuels) qui, avance l’auteur, fut une « création comanche, un monde indigène où les rivalités coloniales n’étaient souvent que les remous de surface du courant sous-marin plus profond et plus fort de l’impérialisme comanche » (p. 35). Le livre, de la sorte, agit tel un formidable antidote à la téléologie – la puissance de l’empire comanche ne préjuge pas de sa chute et donc de la défaite (militaire) des Indiens – et à l’européocentrisme : parler d’empire, au fond, semble obliger le lecteur à prendre au sérieux la puissance des Comanches et l’efficacité de leur système de domination, puisqu’avec leurs lunettes sociologiques particulières – leur habitus académique –, les chercheurs n’auraient pas été en mesure jusqu’alors de discerner cet empire, trop habitués qu’ils étaient, par exemple, à parler des Comanches comme d’une juxtaposition de « bandes »9.

  • 10 Voir Ann Laura Stoler, Carole McGranahan, & Peter C. Perdue, éd., Imperial Formations, Sante Fe, Sc (...)
  • 11 Voir Gilles Havard, « Les ligues amérindiennes : instruments de paix ou de guerre ? », Nuevo Mundo (...)

5On peut certes s’interroger sur la pertinence heuristique du concept d’empire (utilisé parfois ici de concert avec les termes de « nation » et de « confédération », cf. par exemple p. 437) : ce concept nous permet-il de mieux comprendre la société comanche et son expansion au cours des xviiie et xixe siècles ? Ce n’est pas si sûr. Le livre, à vrai dire, est traversé par une tension qui n’est pas toujours résolue, puisque tout en reconnaissant l’émiettement politique des Comanches (p. 436 : « vaste collection de bandes relativement autonomes » ; p. 562 : « pas une entité rigoureusement structurée »), l’auteur valorise leur capacité à mener une politique extérieure unifiée, planifiée et coordonnée (p. 178 : « éléments centralisateurs importants et incontournables » ; p. 181 : « solides institutions centralisées », etc.). Le fait d’affirmer que le dit empire était animé par un « véritable projet de colonisation » (p. 63) n’est-il pas contradictoire avec celui d’écrire que les Comanches n’étaient « pas des impérialistes conscients avec un ordre du jour expansionniste préétabli » (p. 549) ? Ailleurs, l’auteur concède également que les Comanches furent « des bâtisseurs d’empire qui n’avaient pas de stratégie impériale globale » (p. 42), mais à aucun moment il ne cherche à véritablement questionner l’idée qu’il existe bel et bien un « empire » comanche – la thèse est martelée avec vigueur dès la première page –, comme peuvent le faire désormais les historiens des empires coloniaux européens, tentés par exemple, pour signifier le caractère fluide et feuilleté de ces constructions politiques, de parler de « formations impériales »10. Ne pourrait-on pas, sans trahir l’idée de la puissance militaire et économique des Comanches, se contenter d’évoquer l’existence d’une confédération plus ou moins lâche qui aurait reposé sur un pacte de non-agression interne ?11 À cet égard, la démonstration du livre aurait peut-être été plus convaincante si l’auteur avait tenté de mieux étayer la thèse (implicite) de l’exceptionnalité des Comanches, et ce en comparant leur modèle expansionniste – lourde tâche, on en convient – avec celui d’autres groupes amérindiens hégémoniques d’Amérique du Nord, comme les Iroquois, les Osages, les Powhatans ou les Sioux-lakotas (cf. toutefois ses remarques, p. 23, 541, 543).

  • 12 Les propositions de l’ethnohistorienne Juliana Barr, de façon plus radicale encore, témoignent d’un (...)
  • 13 «… similar visions, similar purposes, and similar limitations » (Colin G. Calloway, « 2008 Presiden (...)

6L’ethnohistoire nord-américaine, ce livre l’atteste, se trouve actuellement travaillée par la propension à retrouver chez les « autres » des formes culturelles et politiques dont l’Occident n’aurait pas l’apanage : sens de l’histoire ; État ; empire ; colonialisme ; etc.12 Le risque, pourtant, n’est-il pas de vider ces termes de leur substance, ou de faire preuve d’ethnocentrisme ? En réifiant la notion d’empire, L’Empire comanche s’apparente un peu à certains travaux qui, dans une veine idéaliste-multiculturaliste, ont cru retrouver dans les formes politiques iroquoises, de type confédératif, le modèle de la constitution américaine, ou qui suggèrent encore – comme le président de la revue Ethnohistory Colin G. Calloway, reprenant en 2008 une idée de l’intellectuel et activiste iroquois Oren Lyons – de comparer les Cinq Nations iroquoises à la SDN13.

  • 14 Ne pourrait-on pas interpréter ces violences dans le cadre de l’idéologie guerrière des Comanches ? (...)
  • 15 Pour certains chercheurs (par exemple Margot Liberty, « Plains Indian Women Through Time : An Asses (...)
  • 16 George T. Hunt, The Wars of the Iroquois: A Study in Intertribal Trade Relations, Madison, Universi (...)

7La « rénovation » historiographique proposée par ce livre s’accompagne d’un rejet implicite de l’anthropologie classique, au profit d’une vision éminemment rationaliste des agissements amérindiens. Les Comanches sont avant tout décrits comme des entrepreneurs guidés par la force de l’« économie de marché » (p. 23), leur expansionnisme aurait une nature « essentiellement commerciale » (p. 393), un fondement éminemment matérialiste (obtenir de la nourriture et de la main-d’œuvre, contrôler des ressources, conquérir des marchés, etc.). Il n’est pas jusqu’aux viols en public de captives, lors des foires de Taos, qui ne soient destinés selon l’auteur à « générer des marchés » (p. 91)14. L’auteur, par ailleurs, réitère un argument discutable de l’historiographie selon lequel la polygynie serait en expansion du fait des impératifs du marché, c’est-à-dire de la nécessité – pour les hommes –de disposer de nombreuses femmes comme main-d’œuvre, notamment pour le tannage des peaux de bison (p. 398-401)15. En usant sans cesse de la variable économiste/utilitariste comme grille d’analyse de l’expansionnisme comanche, P. Hämäläinen a tendance, même s’il s’en défend (cf. p. 43-45), à aplanir les différences culturelles entre Euro-Américains et Amérindiens – une inclination aujourd’hui fort commune dans le champ de l’ethnohistoire nord-américaine. Il est redevable aux approches mettant en avant une sorte de rationalité économique universelle de l’action humaine. D’une certaine façon, en dépit d’une plus grande sensibilité à l’anthropologie, ce travail s’inscrit dans le sillage du livre aujourd’hui ancien de George T. Hunt, The Wars of the Iroquois (1940), qui posait que les Iroquois avaient combattu les Français et les Hurons au xviie siècle à dessein d’établir un monopole sur la traite des fourrures dans la région des Grands Lacs (et non pour des raisons culturelles qui leur seraient propres)16.

8La question de l’éthos guerrier de la société comanche, si elle n’est pas éludée par P. Hämäläinen, se trouve ainsi reléguée au second plan. Le chapitre 6 (« Les enfants du Soleil ») vient toutefois très heureusement répondre à certaines de nos attentes en la matière. Délaissant pour un temps le thème de la « politique extérieure », qui occupe les cinq chapitres précédents, il nous plonge avec brio au cœur du monde social comanche, embrassant notamment les questions centrales de la captivité et de l’esclavage, mais aussi celles des stratifications sociales et du prestige social, analysé comme l’un des moteurs de l’activité prédatrice (p. 427-428). L’auteur montre bien que les catégories raciales ne sont guère opératoires dans le monde comanche « traditionnel », les individus étant adoptés et assimilés indépendamment de leurs origines. Il note toutefois que les Comanches établissaient une distinction – mais la chronologie de cette distinction demeure incertaine – entre ceux « nés de parents Comanches » et ceux « qui vivent comme des Comanches » (p. 412).

9Parce qu’il nous invite à relire sous un nouveau jour certains aspects de l’histoire américaine (y compris « coloniale » : il est ainsi montré que l’expansion américaine dans le « Sud-Ouest » s’appuie sur l’antécédent Comanche), parce qu’il développe une thèse forte qui suscite le débat, mais aussi parce qu’il est porté par un remarquable sens du récit, L’Empire comanche est un livre passionnant. L’avenir nous dira s’il installe durablement la catégorie d’« empire » dans le champ des études amérindiennes.

Haut de page

Notes

1 Paru en 2008 chez Yale University Press, le livre vient d’être publié en français par les éditions Anacharsis (2012), qui nous avaient déjà proposé en 2009 la traduction du livre désormais célèbre de Richard White, Le Middle Ground.

2 Une review du New York Review of Books, sur la couverture de l’édition américaine, parle de « Cutting-edge revisionist western history ». Le terme anglais « révisionist », utilisé à plusieurs reprises par P. Hämäläinen dans la version originale, ne renvoie pas, bien sûr, à une forme de « négationnisme », mais s’entend comme une démarche critique visant à contester un courant historiographique jusqu’à alors perçu comme dominant.

3 Traduction du terme « révisionniste » proposée dans la version française (cf. p. 30, note 8), pour éviter toute confusion.

4 F. Jennings, The Invasion of America: Indians, Colonialism and the Cant of Conquest, Williamsburg, University of North Carolina Press, 1975; B. G. Trigger, Les Enfants d’Aataentsic : L’histoire du peuple huron, Montréal, Libre Expression, 1991 (1ére éd. 1976).

5 Voir Frederick J. Turner, La frontière dans l’histoire des États-Unis, Paris, PUF, 1963.

6 James H. Merrell (« Second Thoughts on Colonial Historians and American Indians », The William and Mary Quarterly, 69, 3, july 2012, p. 451-512) a récemment tenté de faire un état des lieux du champ de l’ethnohistoire états-unienne en se focalisant sur quelques travaux d’historiens qui véhiculent toujours un vocabulaire colonialiste.

7 P. Hämäläinen utilise pourtant des expressions que d’aucuns pourraient juger désuètes, du moins selon James H. Merrell (« Second Thoughts », op. cit., p. 512), comme par exemple (dans la langue originale) : « colonial history », « settler colonies », « Old World », ou « settlers ».

8 Sur la perspective continentale, voir Paul W. Mapp, « Atlantic History from Imperial, Continental, and Pacific Perspectives », The William and Mary Quarterly, 63, 4, 2006, p. 713-724 ; Peter H. Wood, « From Atlantic history to a Continental Approach », in Jack Greene & Philip D. Morgan, éd., Atlantic History. A Critical Appraisal, Oxford University Press, 2009, p. 279-298; James A. Hijiya, « Why the West Is Lost », The William and Mary Quarterly, 51, 2, 1994, p. 276-292; Paul Cohen, « Was there an Amerindian Atlantic? Reflections on the limits of a historiographical concept », History of Europeans Ideas, 34, 2008, p. 388-410.

9 Classiquement, les ethnologues ont considéré que l’organisation sociale comanche reposait sur quatre strates : la famille simple ; la famille étendue ; la bande locale (unité résidentielle, ou hameau, appelée ranchería par les Espagnols) ; et enfin un ensemble plus large composé de bandes locales liées entre elles, et appelé par les Espagnols « tribu », « parcialidad » (division), « rama » (branche), voire « nacíon » (nation). Voir Thomas W. Kavanagh, « Comanche », in Handbook of North American Indians, v. 13, Plains, R. DeMallie, éd., Washington, Smithsonian institution, 2001, p. 896. L’anthropologue Harold Driver, en 1961, a pu écrire que la plupart des Indiens des Plaines avaient une claire unité « tribale », mais que certains groupes fonctionnaient simplement au niveau de la bande, à l’exemple des Comanches (« most of the Plains peoples achieved tribal integration, but a few such as the Shoshoni speaking Comanche, never got beyond the band stage », cité in T. W. Kavanagh, The Comanches. A History, 1706-1875, Lincoln, University of Nebraska Press, 1996, p. 6).

10 Voir Ann Laura Stoler, Carole McGranahan, & Peter C. Perdue, éd., Imperial Formations, Sante Fe, School for Advanced Research Press, 2007.

11 Voir Gilles Havard, « Les ligues amérindiennes : instruments de paix ou de guerre ? », Nuevo Mundo Mundos Nuevos, Coloquios, Puesto en línea el 12 junio 2008 : http://nuevomundo.revues.org/33763

12 Les propositions de l’ethnohistorienne Juliana Barr, de façon plus radicale encore, témoignent d’une pensée consensuelle qui prend l’allure d’un panégyrique pour la mondialisation. Elle regrette que les chercheurs n’utilisent pas certains mots du répertoire occidental, comme « highways, cities, states, nations, and empires as things equally of Indian creation » (Juliana Barr, « The Red Continent and the Cant of the Coastine », The William and Mary Quarterly, 69, 3, july 2012 p.521-526). Ici, la bien-pensance se fait ode idéaliste au multiculturalisme : les Indiens ont contribué à bâtir la civilisation mondialisée. Par contraste, lisons Lévi-Strauss : « la véritable contribution des cultures ne consiste pas dans la liste de leurs inventions particulières, mais dans l’écart différentiel qu’elles offrent entre elles » (Claude Lévi-Strauss, Anthropologie structurale II, Paris, Plon, 1973, p. 417).

13 «… similar visions, similar purposes, and similar limitations » (Colin G. Calloway, « 2008 Presidential Address: Indian History from the End of the Alphabet; And What Now? », Ethnohistory, 58, 2, 2011, p. 202). Le propos de L’Empire comanche fait aussi écho à cette réflexion (très discutable) de Chateaubriand, qui écrivait : « On retrouve parmi les Sauvages le type de tous les gouvernements connus des peuples civilisés, depuis le despotisme jusqu’à la république, en passant par la monarchie limitée ou absolue, élective ou héréditaire. Les Indiens de l’Amérique septentrionale connaissent les monarchies et les républiques représentatives… » (Chateaubriand, Œuvres romanesques et voyages, Paris, Gallimard, 1969, p. 830).

14 Ne pourrait-on pas interpréter ces violences dans le cadre de l’idéologie guerrière des Comanches ? Pour approfondir cette piste, voir Gilles Havard, « ‘Il s’est levez plus de cent chevelures de femmes’ : guerre et relations entre les sexes chez les Illinois (fin du xviie siècle) », in N. Caron et N. Wulf, dir., Nouveaux regards sur l’Amérique. Peuples, nation, société. Perspectives comparatistes (17e-21e siècles), Paris, Syllepse, 2004, p. 153-163.

15 Pour certains chercheurs (par exemple Margot Liberty, « Plains Indian Women Through Time : An Assessment », in Leslie B. Davies, éd., Lifeways of Intermontaine and Plains Montana Indians, Museum of the Rockies Occasional Papers, Montana State University, 1979, p. 137-150), les sociétés des Plaines auraient été égalitaires jusqu’à l’avènement (au xviiie siècle) des chevaux puis de la traite pelletière. Dans ce nouveau contexte, les femmes auraient vu leur statut décliner, les chevaux profitant aux hommes et la traite entraînant un surcroît de travail pour les femmes (préparation des peaux de bison), avec pour conséquence un essor de la polygynie. Les sources françaises, pourtant, témoignent dès le XVIIe siècle de l’importance de la polygynie dans certains groupes amérindiens, et ce indépendamment de la traite des peaux.

16 George T. Hunt, The Wars of the Iroquois: A Study in Intertribal Trade Relations, Madison, University of Wisconsin Press, 1960 (1ère éd., 1940). Cette thèse a d’ailleurs très longtemps prévalu dans l’historiographie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gilles Havard, « Empire indien et rénovation historiographique : à propos de Pekka Hämäläinen, L’Empire comanche, Paris, Anarchasis, 2012, 599 p. », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Comptes rendus et essais historiographiques, mis en ligne le 10 juin 2013, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/65518

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page