Navigation – Plan du site
Sexteto

Machiavel ou Rocambole ? Quelques réflexions collectives à propos de Christian Duverger, Cortés et son double. Enquête sur une mystification, paris, seuil, 2013.

[14/10/2013]

Notes de l’auteur

Carmen Bernand, Jeanne-Monique Carrière, Claude Gilbert, Mariette Naboulet, Krzyszstof Sakowicz et Laurent Thomas. Nous avons voulu garder le caractère collectif de ce texte, fruit de deux mois de débats ; « sexteto » en espagnol renvoie à l’entrelacs de thèmes de tango dans Astor Piazzola, par exemple.

Texte intégral

  • 1 Christian Duverger, Cortès, Paris, Fayard, 2001.
  • 2 Carlos Fuentes, Le sourire d’Erasme. Epopée, utopie et mythe dans le roman hispano-américain, Pario (...)

1Le livre que vient de publier Christian Duverger n’est pas un texte de plus sur la conquête du Mexique. Véritable thriller de conquistadores fondé sur une connaissance approfondie d’Hernán Cortés1, il jette un pavé dans la mare des certitudes en montrant que la chronique la plus célèbre du XVIe siècle, Historia Verdadera de la conquista de la Nueva España, écrite par un simple soldat, Bernal Díaz del Castillo, fut en fait rédigée par Cortés, et que le célèbre fantassin, père de la littérature mexicaine d’après Carlos Fuentes, n’a été qu’un obscur prête-nom2. Une fois ces pages refermées, le doute s’installe sur l’utilisation du terme « verdadera » qui perd un peu de sa superbe, et tous ceux qui ont tant aimé la prose directe de Bernal se sentent un peu abusés et acceptent difficilement cette nouvelle version de l’histoire. Dans la pure tradition de Dostoievsky, le « double » (Bernal) fini par phagocyter l’original (Cortés) et le détruire ; bien plus tard, un troisième auteur, Christian Duverger, viendra dévoiler la « mystification ».

2Attirés par un ouvrage qui sort des sentiers battus et qui ose le politiquement incorrect, nous nous sommes réunis régulièrement pour passer en revue les différents arguments et en discuter entre nous. Les remarques qui suivent sont le fruit de ces discussions. Il serait prétentieux de notre part de trancher sur cette question très difficile. Notre intention est plus modeste, qui vise à reprendre les arguments donnés par l’auteur et à poser un certain nombre de questions suggérées par celui-ci. Car au-delà du mystère qui entoure la personne de Bernal Díaz, ce livre a le mérite de nous obliger à réfléchir sur la vérité, l’authenticité, et les sources de la connaissance.

  • 3 Christian Duverger, Cortès et son double. Enquête sur une mystification, Paris, Ed. du Seuil, 2013, (...)

3Le raisonnement de Christian Duverger se déroule en deux grandes parties : la première, probablement la plus stimulante, trace les contours de l’énigme, pointant les contradictions, les lacunes et les silences, qui brouillent la figure de Bernal Díaz del Castillo. La seconde partie propose la solution (ou plutôt une solution) en faisant de Cortés l’auteur non avoué de la Historia. Signalons enfin l’épilogue imaginaire qui vient clore l’ouvrage, une fiction mettant en scène l’Académicien José María de Heredia, un poète franÇ ais parnassien bien réel, né à Cuba et traducteur de Bernal Díaz, et son présentateur dans cette Assemblée d’Immortels, qui n’est autre que Barrès, réel lui aussi. Dissimulés dans l’assistance, deux spectres écoutent le discours ronflant de Barrès : le mercédaire Alonso Remón, qui avait retouché le manuscrit de Bernal au début du XVIIe siècle et Cortés lui-même, « passager clandestin de la littérature hispanique »3. On aurait tort de minimiser cette fiction, qui joue avec les frontières entre le réel et l’imaginaire. Ce passage permet à Duverger de suggérer la possibilité d’un tiers dans la rédaction du livre, un obscur personnage appelé Sánchez Pizarro. On le chercherait en vain sur les listes des conquistadores, encore que ce patronyme est celui de la mère du propre Cortés, apparentée d’ailleurs au père des quatre conquistadores péruviens, les frères Pizarro. L’épilogue en tout cas laisse poindre l’idée que Cortés lui-même est l’auteur de la Historia verdadera « par défaut », c’est-à-dire celui qui vraisemblablement répond pour l’instant aux critères relevés par Christian Duverger : connaissance des faits, références culturelles, ubiquité.

Insaisissable Bernal

4Bernal Díaz del Castillo se présente à plusieurs reprises au lecteur comme le plus ancien des conquistadores. Il affirme avoir participé à l’expédition de Francisco Hernández de Córdoba (1517), puis à celle de Juan de Grijalva (1518), enfin, à celle, victorieuse, de Hernán Cortés en 1519. Les dates de son arrivée dans les Caraïbes ainsi que les variations sur son âge sont confuses et se situent dans une fourchette allant de 1490 à 1496. Bernal Díaz affirme que son père était un échevin (regidor) de Medina del Campo, une ville ravagée par un incendie qui détruisit beaucoup de documents officiels. Dans cette imprécision biographique Christian Duverger voit la volonté ou le désir de brouiller les pistes qui mènent à ce conquistador, dont l’existence n’est pas mise en doute. Il convient d’insister sur ce point car, comme nous l’avons constaté, plusieurs critiques affirment, trop rapidement, que la personne réelle de ce conquistador a été mise en cause par Duverger. Ce n’est pas l’individu prénommé Bernal Díaz – puis « del Castillo » - qui est contesté mais sa qualité de chroniqueur de l’ouvrage qui lui est attribué.

  • 4 Duverger, 2013, p. 53. Le texte de la Probanza a été publié par plusieurs auteurs. Nous avons utili (...)

5Bernal Díaz del Castillo a-t-il été un conquistador de la première époque, comme il se complait à l’affirmer à maintes reprises ? Dans une probanza de 1539 presentée devant l’Audiencia de Mexico4, Bernal réclame la restitution de trois pueblos qui lui ont été enlevés par les autorités, et Cortés lui-même se présente comme témoin à décharge de Bernal Díaz et ratifie que celui-ci est passé au Mexique avec Hernández de Córdoba, et qu’il a « trabajado y servido muy bien, como yo soy buen testigo ».

6Pour le récompenser, Cortés lui a donné deux pueblos à GuaÇ aqualco, (ceux qui lui ont été enlevés), « y viéndole de tan manera eme dolido d’él », il est donc intervenu auprès de la Couronne.

7D’autres témoins cités dans la probanza confirment les faits d’armes de Bernal Díaz : un certain Cristóbal Hernández, vétéran de l’expédition de Hernández de Córdoba, qui confirme, en tant que témoin oculaire, les « trabajos » et « servicios » de son compagnon Bernal Díaz ; Martin Vázquez, membre également de l’armada de Hernández de Córdoba, dit connaître le plaignant depuis une vingtaine d’années. Enfin, d’autres témoins affirment qu’il était de notoriété publique (público y notorio) que Bernal était l’un des premiers conquistadores du Mexique.

8Certes les probanzas ne sont pas toujours fiables et les témoignages peuvent être motivés par des intérêts particuliers. Mais laissons à Bernal le bénéfice du doute : il a probablement participé dans cette expédition première. D’ailleurs il utilisera cet argument – nous y reviendrons – pour rappeler qu’il est arrivé au Mexique avant Cortés.

  • 5 María del Carmen Martínez Martínez, « Las pobres fuentes », Nexos 01/04/2013, URL : http://www.nexo (...)
  • 6 Duverger, 2013, p. 53.

9María del Carmen Martínez Martínez, dans un texte paru dans Nexos5 montre que la première référence à Bernal dont on dispose date de 1519 et non pas de 1544 comme l’affirme Duverger - en fait Martínez Martínez oublie que Duverger cite la Probanza de 15396. Le nom de Bernal Díaz del Castillo et sa signature élégante, nous dit Martínez Martínez, figurent dans la pétition que la communauté, par le truchement de son représentant, adresse au cabildo de la Villa Rica le 20 juin 1519.

  • 7 Duverger, 2013, p. 45.

10Passons sur les bafouillages chronologiques, notamment sur l’indétermination de la date de naissance. Ils ne nous ont pas paru déterminants, car l’exactitude des dates n’était pas aussi évidente qu’aujourd’hui, où les papiers pallient les défaillances de la mémoire – et même de nos jours beaucoup de personnes âgées hésitent sur ce point. Si Bernal Díaz était vraiment arrivé à Cuba en 1514, dit Duverger, il aurait connu nécessairement Cortés et Alvarado, alors qu’il dit avoir rencontré Cortés pour la première fois en 15197. Mais là encore ce n’est pas une preuve incontestable. Bernal pourrait signifier qu’il a connu personnellement Cortés (c’est nous qui soulignons) car avant cette date, ce conquistador de Medellin n’était pas encore l’égal d’Alexandre ni de César, puisqu’il ne s’était pas encore illustré par des faits d’armes dignes de ces modèles. Il n’était qu’un soldat parti dans le Nouveau Monde pour y chercher fortune.

  • 8 Duverger, 2013, p. 49. AGI Patronato 86, n°6, ramo 1.
  • 9 Documentos Cortesianos, Edición de José Luis Martínez, Mexico, Fondo de Cultura Económica & UNAM, 1 (...)
  • 10 Duverger, 2013, p. 50.

11L’argument le plus solide avancé par Christian Duverger est celui de l’origine des informations contenues dans la Historia verdadera. Comment Bernal Díaz, un homme du peuple, pouvait-il connaître tant de détails qui dénoncent une grande intimité avec Cortés ? Etait-il aussi proche de Cortés qu’il ne le laisse entendre ? Or il ne figure pas sur la liste des 544 signataires d’une lettre de 1520, envoyée par l’armée à Charles Quint et dans laquelle les soldats demandent à l’empereur de ratifier la nomination, par sa troupe, de Cortés comme capitán general8. Elle a été publiée dans les Documentos Cortesianos 9 avec une note de l’éditeur José Luis Martínez, qui s’étonne de l’absence de Bernal Díaz, et se demande s’il n’était pas à cette occasion malade de « calenturas ». Il n’y a non plus de trace de Bernal dans le récit que Cortés fait de l’expédition des Hibueras de 152510. Mais Cortés n’est pas un homme qui s’appesantit sur ses compagnons, comme on peut le constater à la lecture des Cartas de Relación, où émergent rarement d’autres noms le sien.

  • 11 Duverger, 2013, p. 53.

12Dans le procès de 1529 fait à Cortés - Juicio de residencia - qui commence en 1529 et reprend en 1534 après la destitution du Président du Tribunal, on trouve les dépositions de vingt-six témoins à décharge. Duverger s’étonne, à juste titre, que Bernal Díaz soit absent de cette somme judiciaire, où les moindres faits sont consignés, où l’on cite jusqu’au nom des majordomes et autres personnages secondaires11. Si Bernal avait été aussi proche de Cortés qu’il ne l’a prétendu, il aurait dû apparaître comme témoin dans ce procès.

13Mais revenons à la probanza de 1539. Ce document jette un trouble sur Bernal Díaz. Celui-ci, on l’a dit, s’adresse à la Audiencia de Mexico, mais cet organisme suprême, juge ces réclamations peu pertinentes, voire injustifiées :

  • 12 Bernal Díaz del Castillo, 2005, p. 816. Le passage cité se trouve dans la « Cédula real a don Pedro (...)

« fue mandado dar traslado al licenciado Villalovos, nuestro fiscal, e por el fue respondido que no debíamos mandar probar cosa alguna de lo que por parte del dho Bernal Díaz nos hera suplicado, porque no habia sido tal conquistador como decía, ni le abían sido encomendados los dichos pueblos por serviÇ ios que obiese fecho e por otras causas que alegó »12.

14Dans ce document les activités militaires dont se vante Bernal Díaz sont jugées comme inexistantes. C’est la raison pour laquelle plusieurs témoins à décharge affirment sa participation dans l’expédition de Hernández de Córdoba, qui lui a valu les encomiendas de Chamula, Micapa et Trapa, qui lui ont été enlevés « por cosas de nuestro servicio ». Puisque la restitution des pueblos litigieux s’avère impossible, Bernal demande alors qu’on le dédommage de cette perte, en lui en accordant d’autres, situés dans la Nouvelle-Espagne. Au terme du procès, le tribunal tranche et lui attribue des encomiendas de compensation – preuve que Bernal a eu in fine gain de cause - mais au Guatemala, c’est-à-dire, dans les confins.

  • 13 Document publié également dans l’édition de José Antonio Barbón Rodríguez, p. 983-1004

15Dans la Probanza de méritos de la fille d’Alvarado datée du 9 décembre 1569,13 Bernal est appelé à comparaître comme témoin. De son témoignage il ressort qu’il fréquentait Pedro de Alvarado, le second après Cortés. Comme il est de règle dans les probanzas, le tribunal lui demande de citer les sources dont il dispose pour étayer ses affirmations. Elles sont de trois sortes : l’expérience personnelle, la renommée (vox populis), le texte écrit.

Saber y ver

16Les affirmations les plus irréfutables sont celles qu’il avance en tant que témoin direct d’une action ou d’un épisode : « sabe porque lo bio » (sic). Par exemple :

17À la question de savoir si Pedro de Alvarado fut un de ceux qui servirent le mieux, et a été le premier à commander plusieurs incursions :

  • 14 Bernal Díaz del Castillo, 2005, p. 1000.

« lo qual sabe este testigo porque ansi lo bio ser y pasar, por ser uno de los conquistadores de los que se hallaron en el nombramiento de los dhos capitanes, don Hernando Cortés y don Pedro de Alvarado, y conquista de la Nueva España »14 .

18On peut glaner dans le document d’autres exemples d’une connaissance qui puise sa légitimité dans l’expérience personnelle. Le fait de « voir » implique généralement une participation directe à l’opération qui est relatée dans le discours. Dans certains cas il peut s’agit d’une observation extérieure, comme c’est le cas de l’expédition de Pedro de Alvarado au Guatemala :

  • 15 Bernal Díaz del Castillo, 2005, p. 1001.

« y le bio venir con mucha gente y no vino con él porque fué a otras provincias con el capitán Sandoval »15.

  • 16 Cet aspect fondamental a été souligné par Romain Bertrand, L’Histoire à parts égales, Paris, Ed. du (...)

19L’œil est donc l’instrument du savoir, même si nous ne savons pas tout-à-fait ce que voyaient les hommes du début du XVIe siècle, et a fortiori, ce qu’ils ne retenaient pas 16. La découverte par les premiers Européens d’une nature et de coutumes foncièrement différentes de celles auxquelles ils étaient habitués, nécessite un témoignage visuel, qui seul distingue les perceptions des affabulations romanesques. Gonzalo Fernández de Oviedo, décrivant les arbres majestueux du Nouveau Monde, se voit obligé d’insister sur l’objectivité de son regard :

  • 17 Gonzalo Fernández de Oviedo, Historia general y natural de las Indias, Ed. de Juan Pérez de Tudela (...)

« Y en verdad si yo hablasse estas cosas, sin aver tantos testigos de vista, con temor lo diría ; pues que la costumbre de los murmuradores no se contenta con repunar a lo que de si propio pareÇ e dubdoso [...] Mas como sé de mi condiÇ ión é obra hablo verdad, no es inconveniente que el inorante me muerda, porque menos sangre sacan los perros que ladran al viento »17.

20La valeur de l’expérience personnelle qui garantit la véracité de ce que l’on affirme, et qui est un trait caractéristique de la prose de Bernal Díaz (ou de celui qui se cache derrière ce nom) est une revendication constante chez les conquistadores et autres chroniqueurs, qui voient dans López de Gómara l’exemple même d’une écriture illégitime parce qu’elle ne se fonde pas sur le témoignage personnel. Cieza de León, un chroniqueur au moins aussi important que Bernal Díaz del Castillo, attire le lecteur sur sa description des mitimaes des Inca, en ces termes :

  • 18 Pedro Cieza de León, Obras Completas, Madrid, CSIC, 1984, t. 1, cap. XXII, p. 171.

« porque en la Historia que llaman de Indias está escrito por el autor, que estos mitimaes eran esclavos de Huaina Capac. En estos descuidos caen todos los que escriben por relación y cartapacios, sin ver ni saber de la tierra de donde escriben, para poder afirmar la verdad »18.

21La note éditoriale qui accompagne ce paragraphe indique que Cieza a raturé le nom de Gómara qu’il avait écrit dans un premier jet. Un autre contempteur de Gómara, l’Inca Garcilaso de la Vega, va encore plus loin dans la revendication de la vérité, puisqu’il la tient (contrairement à Cieza de León) de sa condition même d’enfant du pays et de sa langue maternelle, qualités résumées dans son expression familière : « lo mamé en la leche ».

22La vérité ne découle pas uniquement de ce que l’on voit. Elle est interpelée, soutenue, orientée, par les émotions. Les souffrances (trabajos), l’épuisement et la peur sont le socle de la vérité. Bernal Díaz encore, traduit ce sentiment de frayeur en des termes suggestifs :

  • 19 Bernal Díaz del Castillo, 2005, cap. CLVI, p. 513.

« siempre desde entonces temí la muerte mas que nunca ; y esto e dicho porque antes de entrar en las batallas se me ponía como una grima y tristeza en el coraÇ on e orinaba una bez o dos, y encomendándolme a Dios y a su bendita madre y entrar en las batallas todo era uno, y luego se me quitaba el pavor »19.

23Et partout, dans la prose des premiers chroniqueurs de terrain, ces deux mots couplés qui dénotent la sidération, effroyable et admirable : espanto y asombro.

« Oyó decir, decían, era público y notorio »

  • 20 Bernal Díaz del Castillo, 2005, p. 1001.

24Ici le sens sollicité par l’objet de connaissance est l’ouïe. D’une faÇ on plus large, les bruits, les on-dit, la renommée, bref l’oralité sous toutes ses formes. Rappelons qu’au XVIe siècle (et même au-delà) l’identité d’un individu reposait sur l’interconnaissance au sein de son village, de sa communauté. Une information « publique et notoire » au XVIe siècle possède une valeur juridique. Il serait d’ailleurs intéressant de reprendre les contextes de validité de la « vox populi » et de la « chose publique ». C’est le cas pour ce qui concerne l’expédition d’Alvarado au Pérou, à laquelle il n’a pas pris part :« este testigo a oido dezir como cosa pública »20.

25Une nuance apparaît, semble-t-il, entre la « chose publique » et le simple bruit (« decían »), comme au sujet du célèbre saut de Pedro de Alvarado lors du retrait de la Noche Triste, rapporté par plusieurs chroniqueurs : « en lo que dizen del salto este testigo no lo vió ».

  • 21 Francisco López de Gómara, Historia de las Indias y conquista de Mexico, Zaragoza 1552, Ed. fac-sim (...)

26Ce saut « à la perche » reste donc hypothétique. Il a d’ailleurs été rapporté par López de Gómara dans le chapitre concernant la fuite nocturne des Espagnols : « Llegó a puente cabeza (Pedro de Alvarado) y saltó de la otra parte sobre la lanÇ a »21.

  • 22 C’est le « diz que dicen » qui exonère celui qui parle de rapporter une vérité incontestée. Cette q (...)

27Cette distance vis-à-vis de la chose rapportée et non éprouvée directement reste présente encore aujourd’hui, comme on peut le constater sur le terrain22.

« Corónica y relación »

28Les écrits constituent la troisième source de la connaissance rapportée par Bernal. Ils sont de deux sortes. Soit ils sont source d’analogies : Mexico est une ville merveilleuse comme le sont les cités fabuleuses où évoluent les chevaliers des romans ; les massacres dans la capitale aztèque rappellent ceux de la « Destruction de Jérusalem », soit qu’ils fournissent une information qui échappe à l’observation personnelle, soit qu’ils la complètent. C’est le cas pour les deux expéditions maritimes de Pedro de Alvarado et les prouesses militaires de ce conquistador, qui semblent d’ailleurs avoir nourri l’imagination de ses soldats :

  • 23 Bernal Díaz del Castillo, 2005, p. 1001.

« como es notorio y constará por las corónicas a que este testigo se remite, de lo qual este testigo como testigo de vista y que se halló en la conquista y descubrimiento de la Nueva España y otras partes, dos vezes antes que el dho Hernando Cortés, tiene escrita una corónica y relación a la qual también se remite »23.

  • 24 Duverger, 2013, p. 58.

29Notons tout d’abord que les chroniques corroborent ce qui est connu de tous. Mais ce passage mérite que l’on s’y attarde. On y voit l’importance qu’acquiert aux yeux de Bernal Díaz le fait qu’il ait foulé le sol mexicain avant Cortés de sa présence au Mexique, ce qui le rend encore plus digne de crédit. En outre Bernal renvoie le Tribunal à un écrit où tout cela a été consigné. Sur ce point nous divergeons de Duverger24, qui donne au verbe « tener » son acception de « posséder ». Bernal serait donc le « dépositaire » de cette relation. Or « tener » est une acception de « haber », et « tener escrito » (un cuento, un informe, una carta) signifie couramment « avoir écrit » - en risquant l’anachronisme nous pouvons rapprocher l’expression de « coucher sur le papier ». On dit bien : « tengo escritos tres capítulos » ou « tengo hechas 100 páginas », insistant sur la matérialité de la chose et sur le résultat de l’action. D’ailleurs, si la thèse de Duverger sur l’illettrisme présumé de Bernal s’avérait exacte, à quoi lui auraient servi ses chroniques ? Pourquoi se serait-il encombré de cette paperasse ?

  • 25 Duverger, 2013, p. 103. Il s’agit de signatures élégantes qui peuvent ou non (faute de signalement) (...)
  • 26 Bernal Díaz del Castillo, 2005, cap. CLVI, p. 509. Il se réfère au soulèvement de Cuauhtemoc.

30Cette hypothèse de l’illettrisme de Bernal Díaz, qui est au cœur de la démonstration de Christian Duverger, ne parvient pas à emporter notre adhésion. Le fait d’avoir épousé une femme analphabète ne fait pas de lui un illettré. Quant aux variations de sa signature entre 1544 et 1583, elles peuvent s’expliquer par les changements survenus au cours d’une longue vie. D’ailleurs Duverger ne signale pas si le document comporte ou non le nom d’un greffier qui signe à la place du témoin, comme cela a été le cas par exemple pour Francisco Pizarro25. Bernal dit pourtant : « Yo e leído la « DestruiÇ ión de Jerusalén », mas si fue mas mortandad qu’esta no lo sé Ç ierto »26 .

31Est-ce une vraie lecture ou bien, comme il était fréquent à l’époque, il s’agissait d’une lecture faite à haute voix par quelqu’un et écoutée avec l’attention que requièrent les histoires extraordinaires ? Il paraît difficile d’accepter que Bernal, fils d’un échevin de Castille, puis échevin lui-même à Santiago de Guatemala, n’ait pas appris à lire. Mais, était-il vraiment fils de ce regidor castillan ou bien, comme le suggère Duverger, ce détail a été ajouté pour « faire vrai » ? Dans le dossier Bernal, l’évidence, sitôt cernée, s’évanouit.

32L’autre point qui pose problème est celui d’avoir gardé anonyme cet écrit. Or il existe au XVIe siècle un certain nombre de textes sans mention d’auteur. Pour Duverger, la première référence concrète à la Historia apparaît dans la « Probanza de méritos » de son fils Francisco, qui date de 1579. Cela indiquerait que Francisco a été le créateur du mythe. Duverger jette la suspicion sur le témoignage tardif de Zorita (1585), qui cite Bernal Díaz – certes en dernière position – parmi les chroniqueurs du Mexique. Zorita, en effet, qui était auditeur à la Audiencia de los Confines cite le nom de Bernal Díaz et signale :

  • 27 Alonso de Zorita, Historia de la Nueva España, Madrid, Colección de libros y documentos referente a (...)

33« me dixo estando yo por oydor [...] en la cibdad de Santiago de Guatemala que escriuía une historia de aquella tierra y me mostró parte de lo que tenya escrito no sési la acabó ni si ha salido a luz »27.

Culture classique et oralité

  • 28 Irving Leonard, Los libros del conquistador, Mexico, FCE, 2006 (première édition en anglais de 1949 (...)
  • 29 Cancionero musical español de los siglos XV y XVI, Edition de Francisco Asenjo Barbieri, Buenos Air (...)
  • 30 Margarita Peña, « Peregrinos en el Nuevo Mundo : tradición épica y manifestaciones novohispanas », (...)

34Le thème de la diffusion de l’information et des écrits au XVIe siècle a été traité par Irving Leonard qui a étudié les inventaires des imprimeurs et ceux des cargaisons, et signale le succès dont jouissaient les écrits populaires de fiction : « la literatura imaginativa pasaba de mano en mano »28. Le cycle carolingien était traduit du franÇ ais et encore de nos jours Charlemagne figure dans les feuillets de cordel du Nordeste du Brésil. Sans nous attarder sur ce point, rappelons toutefois que Charlemagne, le fondateur du Saint Empire romain germanique est, de ce point de vue, l’ancêtre de Charles Quint, ce qui explique le regain d’intérêt pour ce personnage au XVIe siècle. À juste titre Leonard compare la diffusion des livres d’aventures à l’oralité radiophonique. Nous savons d’ailleurs, par Pedro Cieza de León, que certains conquistadores prenaient des notes dans des carnets – c’était son cas – et utilisaient aussi les notes des autres. La culture classique qui émaille la prose de Bernal, pourrait provenir des romances et des chansons, dont la diffusion a été très importante sur tout le continent depuis le XVIe siècle. Ces sources poétiques et musicales sont à la fois apprises oralement et conservées dans des chansonniers, qui circulent en Nouvelle-Espagne et ailleurs. Dans le Cancionero de Palacio du début du XVIe siècle on trouve d’ailleurs « Morirse quiere Alexandre », qui prouve bien que l’on pouvait connaître ce héros sans passer par la culture franÇ aise29. Quelques décennies plus tard, en 1577 et à Mexico, est publié un recueil de compositions poétiques espagnoles intitulées « Flores de baria poesía », qui circulaient oralement en musique. Parmi les auteurs, il y avait des Espagnols nés en Nouvelle-Espagne, dont Martin Cortés, le fils légitime d’Hernán30. Enfin la lecture est tout de même simplifiée par les livres imprimés en langue vernaculaire, et Leonard insiste sur ce qu’il appelle la « démocratisation » de la lecture dès la fin du XVe siècle.

35Acceptons, malgré des réticences, que l’impossible culture classique dont fait montre la Historia verdadera, disqualifierait Bernal comme auteur du texte. Mais ces incises savantes semblent avoir été introduites, en partie du moins, par le mercédaire Alonso Remón, pour gommer la « rusticité » du style. Dans la version restée au Guatemala (« Manuscrito de Guatemala ») , les ratures et les corrections sont nombreuses.

L’Académie de Valladolid

  • 31 José Goñi Gatzambide, « Pedro Labrit de Navarra, obispo de Comminges. Su vida y sus obras » (1504ca (...)

36De retour en Espagne en 1543, où il devait mourir en 1547, Hernán Cortés s’installe à Valladolid et fonde, dans sa propre demeure, une « Académie », c’est-à-dire un cercle de lettrés qui débattent de sujets culturels divers. Alors que Martínez y Martínez, dans le texte cité, retient surtout les déboires du conquistador dans la jungle judiciaire, Duverger s’intéresse à ce milieu intellectuel présidé par Cortés, parce qu’il décèle, dans ces débats entre humanistes, le germe de son inspiration littéraire. Bien entendu il s’agit d’une hypothèse puisqu’aucun document ne vient corroborer cette supposition. Or certains indices permettent au moins de reconstruire de faÇ on encore très partielle le réseau intellectuel qui unit ces lettrés de Valladolid. L’un des assidus aux tertulias cortésiennes est Pierre Labrit de Navarre, qui vécut plusieurs années à Valladolid, à la cour de l’Empereur. D’autres personnalités les fréquentent aussi : le nonce Juan Poggio, l’archevêque de Cagliari Domingo Pastorello, le franciscain Domingo del Pico, le « comendador » de Castille Juan de Zúñiga, Juan de Vega, Antonio de Peralta, marquis de Falcès, Jean de Beaumont, Francisco Cervantes Salazar et bien d’autres personnages de qualité31. Labrit, « hombre de ingenio peregrino y raro », était le fils naturel du dernier roi de Navarre, Jean d’Albret - le royaume de Navarre fut conquis par Ferdinand d’Aragon, puis par Charles Quint, sauf la partie qui se trouvait en France. À Valladolid Labrit se consacra en grande partie aux négociations diplomatiques pour le compte des intérêts de la maison d’Albret, en vue de la restauration du royaume de Navarre. Cortés, dépossédé de ses conquêtes, aurait dû trouver en Labrit, bâtard dépossédé du royaume de Navarre, un alter ego.

  • 32 Duverger, 2013, p. 213-220

37Labrit est l’auteur d’un certain nombre de textes dont les « Diálogos de la diferencia del hablar al escrebir », sans date. On peut penser que le sujet évoqué dans le titre était présent dans les interventions de Labrit au sein de l’Académie cortésienne. Ces discussions sur les différences entre la langue parlée et la langue écrite ont-elles inspiré Cortés pour écrire, en style parlé, la Historia verdadera ? Ce ne sont que des conjectures, bien entendu. L’ironie de l’histoire veut que le portrait de Bernal Díaz del Castillo qui traîne dans toutes les éditions et dans les encyclopédies en ligne, ait été choisi par un notable guatémaltèque du XIXe siècle, dans une ancienne gravure... qui représente Henri IV, roi de France et de Navarre, de la branche protestante des d’Albret, pourvu de son panache blanc. Cet épisode donne à Duverger une belle occasion de revenir sur la falsification32.

  • 33 Duverger, 2013, p. 143.
  • 34 Duverger, 2013, p. 162-163.
  • 35 Duverger, 2013, p. 169-173.

38C’est donc à cette époque que Cortés, dépité par les procès qui lui étaient faits et par le silence autour de son œuvre de conquérant, « recrute Gómara car il a besoin d’une plume officielle »33. Le prêtre, en raison de sa proximité avec le conquistador, habite donc sous son toit, à Valladolid et couche par écrit ce que Cortés lui raconte. Mais parallèlement, et c’est là que l’histoire prend une dimension rocambolesque, il conÇ oit (ou il aurait conÇ u) une autre version, plus « populaire », rédigée par ses soins, celle de la Historia verdadera. Duverger se résout à faire de Cortés l’auteur apocryphe de la chronique, après avoir passé en revue et éliminé une série de candidats aptes, en raison de leur proximité avec Cortés, à rédiger la Historia verdadera. Le conquérant est en effet le seul à pouvoir connaître toute la série de détails personnels dont le livre regorge. Le style naturel de la prose est, selon Duverger, une faÇ on de brouiller les pistes, car les lettres de Cortès ne sont plus diffusées car interdites. Pour que la gloire du conquistador puisse triompher de la censure, il faut qu’elle soit chantée par un autre que lui. La duplication lexicale propre au nahuatl et très abondante dans la Historia non seulement dénote la connaissance du nahuatl mais surtout la volonté de créer une œuvre créole, c’est-à-dire, enracinée au Mexique. Cette tonalité est absente dans l’histoire de Gómara34. Une série de messages subliminaires glanés par Duverger trahiraient l’identité de son auteur35.

Les trois frères Cortés et le destin du manuscrit (1562-1564) 

39L’œuvre de López de Gómara est terminée en 1547 et éditée à la fin de 1552, avant l’interdiction du 17 novembre 1553. Mais l’avènement de Philippe II marque un point d’arrêt pour les publications relatives aux Indes.

  • 36 Duverger, 2013, p. 181.
  • 37 Bernal Díaz del Castillo, 2005, chap. 97, p. 258.
  • 38 Duverger, 2013, p. 198. Les chapitres 203, 211, 2013 et 214 sont des ajouts.

40Au Mexique, et en 1562, avec l’appui des franciscains et des créoles, un projet de restauration du pouvoir cortésien prend forme, mené par les trois fils du conquistador : Martin, né de l’union avec la Malinche, Luis, conÇ u d’une Indienne, et Martin, rejeton légitime issu de son épouse Juana de Zúñiga, et héritier du titre de Marquis. Ce projet de restauration inclut le rapatriement de la dépouille d’Hernán Cortés, son identification avec Quetzalcoatl, et la publication de deux chroniques concernant la conquête du Mexique et les hauts faits de Cortés, celle de Cervantes de Salazar – membre de l’Académie de Valladolid – et celle, sans nom d’auteur, de la Historia verdadera que Martin le légitime apporte avec lui, après avoir fait quelques retouches36. Comme on le sait, la conjuration des Cortés échoue et c’est in extremis que deux des comploteurs, Martin le légitime et Luis, réussissent à s’embarquer pour l’Espagne. Le métis Martin en revanche, est torturé et banni. Pour échapper à la répression, les partisans des Cortès se dispersent ; les uns partent dans la région de Zacatecas ; les autres, vers le Guatemala, où quelqu’un, dépositaire du manuscrit, entre en contact avec Bernal Díaz del Castillo. Dans une interview Christian Duverger a suggéré que Francisco, le fils du vieux conquistador, aurait pu se l’approprier, afin de tirer parti de cette chronique pour faire valoir ses droits. C’est lui qui ajoute le nom de son père dans le corps du récit, le plaÇ ant même dans la bouche de Moctezuma : « y como lo supo el Montezuma me mandó llamar e me dixo : Bernal Díaz del Castillo, anme dicho que tenéis motolinia de ropa y oro... »37 et tente de redresser son image rustique. C’est encore lui qui introduit la notice biographique au début de l’œuvre car la Historia n’a pas de dédicace, contrairement aux usages de l’époque. Les interpolations de Francisco, note Duverger, sont surtout celles où le nom de Bernal apparaît38.

41L’analyse de Christian Duverger sur les avatars du manuscrit est excellente, même si les navettes du texte, rédigé, selon sa version, par Cortés à Valladolid, puis corrigé par Martin Cortés, « exfiltré » ensuite de Castille au Guatemala, corrigé encore, tissent un scénario rocambolesque. Ici les suppositions sont nombreuses. Le vrai Bernal Díaz del Castillo aurait été choisi pour être le dépositaire de la chronique, l’essentiel étant, si l’on suit l’argumentaire de Duverger, de faire connaître ce texte – et avec lui la mémoire de Cortès – même sous un faux nom.

42En 1574 le deuxième marquis del Valle, don Martin Cortés le légitime, rentre brisé de son exil en Oran. Un an après, le manuscrit de la Historia est renvoyé en Espagne doté des ajouts de Francisco, fils de Bernal. Une copie reste à Santiago de Guatemala où le vrai Bernal ou son fils, ou encore quelqu’un d’autre, continue à biffer des mots et à corriger le texte.

43Bien plus tard, en 1625, l’ecclésiastique Alonso Remón, qui est aussi un dramaturge, entre en scène. Alors qu’il rédigeait une chronique sur les Mercédaires, et cherchait des documents dans les archives de l’ordre, il serait tombé par hasard sur le manuscrit de la Historia verdadera, celui qui avait été envoyé en Espagne. Remón procède à son tour à des corrections stylistiques, opération bien connue des historiens qui ont travaillé sur les « interpolations mercédaires ». C’est Remón qui introduit la référence à Illescas, invraisemblable sous la plume d’un soldat comme Bernal Díaz, et fait imprimer l’œuvre.

44Nous avons donc à ce stade trois versions de la Historia verdadera : celle, imprimée, de Remón, celle du Manuscrito Alegría, qui est l’œuvre d’un seul copiste, Ambrosio del Castillo, fils de Francisco, et petit-fils de Bernal Díaz, qui l’a passé au propre. Enfin, le Manuscrito de Guatemala, truffé de corrections, où l’on décèle la main de six copistes. C’est ce brouillon raturé qui fut retrouvé au XIXe siècle par José Maria de Heredia, le poète parnassien franco-cubain, au Guatemala. Il le traduira en franÇ ais et inclura un feuillet en fac-similé. C’est cette version-là qui est retenue aujourd’hui.

45Les trois préambules ont été publiés dans la version de José Antonio Barbón Rodríguez. Ils révèlent des différences remarquables.

  • 39 Pourquoi avoir cité Giovio et Illescas se demande Duverger? Giovio a été l’inventeur du Musée et a (...)
  • 40 Bernal Díaz del Castillo, 2005, p. 1.

46Dans celui de l’édition Remón, Bernal se nomme auteur de l’ouvrage et se présente comme « regidor desta ciudad de Santiago de Guatimala ». Il développe son dessein d’écrire une histoire « muy verdadera y clara » de la découverte et de la conquête du Mexique et dénigre les écrits « viciosos » comme ceux de Gómara. Ce dernier se trompe et en se trompant, il induit en erreur Illescas et l’évêque Paulo Giovio (Jovio)39. Bernal se déclare témoin direct car il a été de toutes les batailles, comme aurait pu l’attester « el muy esforzado y valiente Hernán Cortés ». Il indique aussi qu’il a pu rédiger cette chronique à Santiago de Guatemala en 1568, grâce à sa mémoire et aux brouillons (borradores) dont il disposait (lesquels ?). Il lui reste encore à rajouter des choses et ordonne « à los señores impressores, que no quiten ni añadan mas letras de las que van aqui y suplan... » (le sens de « suplan » est ambigu, ici sans doute le mot est pris dans son acception de « cumplir »). Les noms propres cités dans le préambule Remón sont, par ordre d’apparition, « yo Bernal Díaz del Castillo, Francisco López de Gómara, el doctor Illescas, el obispo Paulo Iobio, don Hernando Cortés marqués del Valle, el Serenissimo Emperador don Carlos Quinto, el virrey don Antonio de Mendoza »40.

47Selon l’usage, le préambule du « Manuscrito Alegría » rappelle la coutume qui veut que le chroniqueur explique les raisons qui l’ont amené à écrire. Les lecteurs savent-ils qu’il s’est trouvé personnellement dans la conquête ? : « Y se me alegra el corazón quando me acuerdo haber sido de los primeros ».

48Puis il exprime sa satisfaction d’avoir « ayudado a ganar » un grand et vaste royaume. Cette gloire vaut pour lui plus que l’or. Et à ceux qui s’étonneraient de l’absence de prologue, sa réponse est convenue puisqu’on retrouve la fausse modestie dont se parent les chroniqueurs de l’époque :

« porque es menester para podello dezillo y explicar tan sublida (sic, vraisemblablement sublimadamente, mot qui figure dans la troisième préface) y altamente como merece un muy afamada coronista que tuviese gran elocuencia y agraciada retórica ».

49C’est pourquoi il n’a pas osé écrire cette préface et s’est contenté de raconter ce qu’il a vu comme soldat de Cortés, avec lequel il ne peut pas se comparer : « Y es comparar el mar con arroyos ».

  • 41 Bernal Dáiz del castillo, 2005, p. 2.

50Les noms cités dans ce préambule, sont « Dios Todopoderoso, la Virgen María, Nuestro Señor, Su Magestad, don Hernando Cortés marqués del Valle ». Notons qu’il ne cite pas son propre nom, et signalons la surenchère religieuse, qui n’apparaît pas dans le préambule de Remón, pourtant un ecclésiastique41.

51Enfin, le préambule du Manuscrito de Guatemala rappelle l’usage de rédiger un prologue, « con razones y retórica muy subida », pour que les lecteurs « prennent » le ton du récit, c’est-à-dire, « tomen melodía y sabor dellas » (c’est-à-dire, des histoires). Il dit clairement que « como no soy latino, no me atrevo a haze preámbulo ni prólogo dello ». Pour écrire de faÇ on sublime et digne des faits rapportés, « fuera menester otra eloquencia y retórica mejor, que no la mía ». Il ajoute qu’il écrira ce qu’il a vu, et qu’il lègue cette « richesse » il la lègue à ses enfants. Il dit qu’il a perdu la vue et l’ouïe et décline son âge, 84 ans.

  • 42 Bernal Díaz del Castillo, 2005, p. 3.

52Le seul nom propre cité dans ce texte est celui de don Hernando marqués del Valle. Une fois de plus, le nom de Bernal Díaz n’apparaît que dans le premier chapitre42.

Le mentir vrai ou l’art de la dissimulation

53Le lecteur du livre de Christian Duverger peut trouver que tant d’occultation est invraisemblable. Ce serait oublier que la dissimulation est un comportement courant au XVIe siècle, adoptée par les marranes, les morisques et les Indiens, obligés de dissocier l’apparence et l’essence. Donnons la parole à Sanjay Subrahmanyam :

  • 43 Sanjay Subrahmanyam, Comment être un étranger ? Goa, Ispahan, Venise –XVIe-XVIIIe siècle, Paris, Al (...)

54« Mais les historiens se sont intéressés à une autre image de la dissimulation qui intervient dans les croisements culturels au début de l’époque moderne : celle de l’imposteur. Ici la dissimulation n’est pas un pis-aller, c’est une feinte délibérée, ludique. L’imposteur est un personnage protéiforme qui change d’apparence, passe d’une langue à autre et envisage l’existence à travers le prisme de la tromperie »43 .

  • 44 Leonard, p. 79.
  • 45 Duverger, 2013, p. 213

55Les récits chevaleresques en vogue au XVIe siècle, comme Amadis et Tirant lo Blanc, se fondent sur un prétendu manuscrit que l’auteur assure avoir découvert, ce qu’il appelle « la antojadiza geografía » des romans44. Le conquistador anonyme est une figure typique du XVIe siècle. Christian Duverger donne l’exemple de Cristóbal de Mena45. Cervantes, qui prétend avoir trouvé le manuscrit du maure Hamete Benengeli (« verdadero historiador ») dans une échoppe, donnant à la fiction le statut de « véritable », comme l’a fait Bernal pour qualifier son Historia. Jusqu’à une époque récente, Cervantes a d’ailleurs été considéré comme l’auteur présumé de la chronique de Diego de Haedo sur Alger, « Topografía e historia general de Argel » (1612).

56Au contraire de Cervantes, jongleur de l’ambigüité et du double jeu, qui s’est protégé derrière la fiction d’un auteur tout aussi irréel, inconnu et burlesque, Cidi Hamete Benengeli, réputé menteur car Maure, et soi-disant auteur du Quichotte qui serait en fait une traduction de l’arabe, Cortés se serait dissimulé derrière un authentique soldat de sa troupe, acteur, témoin et détenteur de la « véritable histoire de la conquête de la Nouvelle-Espagne.

  • 46 L’art du mensonge politique, attribué à Jonathan Swift, Paris, Jérôme Million, 1993, précédé de « L (...)
  • 47 Courtine, 1993, p. 11-12. Les références à Baltasar Gracián proviennent de l’édition française (168 (...)
  • 48 Courtine, 1993, p. 21-22.

57À ceux qui trouveront étrange que Cortés, sous son travestissement en Bernal Díaz del Castillo, dise du mal de lui-même, on peut conseiller la lecture salutaire de Jean-Jacques Courtine, « Le mentir vrai », qui introduit l’opuscule attribué à Jonathan Swift, L’art du mensonge politique, texte toujours d’actualité46. Il existe une règle d’or à ne jamais oublier : la nécessité de vraisemblance, car rien ne serait plus maladroit que l’exagération, « cette prostitution de la réputation », comme l’écrivait Gracián47. Pour le philosophe espagnol du XVIIe siècle, « quand l’artifice de l’homme adroit est connu, il raffine sa dissimulation en se servant de la vérité même pour tromper... Son artifice est de n’en avoir plus et toute sa finesse est de passer de la dissimulation précédente à la candeur ». Il faut savoir proportionner la tromperie à la vérité [...] soustraire les mensonges à toute vérification ou contradiction possibles ». Le traité, poursuit Courtine, reconnaît à sa manière « ce que Machiavel avait su discerner aux fondements de la politique lorsqu’il osa penser son autonomie par rapport à la religion : la politique est un jeu de passions et d’intérêts opposés dont la dissimulation constitue l’une des règles essentielles »48. Enfin, et c’est la dernière surprise, le traité qui a été attribué à Swift n’est pas de main... Bien sûr Swift n’est pas contemporain de Cortés, ni même Baltasar Gracián. Machiavel, en revanche, est publié en 1532 et la comparaison entre le penseur florentin et le conquistador du Mexique a été souvent suggérée.

58Bernal Díaz del Castillo, comme homme du peuple, a été considéré par les lecteurs du XXe siècle comme étant naturellement « du bon côté de la barrière », notamment par ses commentaires favorables à l’égard de Cuauhtemoc, dont il vante la noblesse, digne d’un personnage de roman de chevalerie :

  • 49 Bernal Díaz del Castillo, cap. CLVI, p. 507.

« Y entonces el Guatemuz dixo a Cortés : Señor Malinche, ya e hecho lo que soy obligado en defensa de mi cibdad y vasallos y no puedo más ; pues vengo por fuerÇ a e preso ante tu persona y poder, toma ese puñal que tienes en la Ç inta y mátame con él »49.

59Et surtout :

  • 50 Bernal Díaz del Castillo, 2005, cap. CLXXVII, p. 649.

« E verdaderamente yo tuve gran lástima del Guatemuz y de su primo por avelles conosÇ ido tan grandes señores, y aún ellos me hazían honra en el camino en cosas que se me ofresÇ ían, espeÇ ial en darme algunos indios para traer yerba para mi cauallo. Y fué esta muerte que les dieron muy injustamente dada e pareÇ ió mal a [todos] los que [veníamos] en aquella jornada »50.

60Cela explique la déception de certains lecteurs du livre de Christian Duverger, ainsi que leur incrédulité. Bernal Díaz pourrait bien ne pas être l’auteur de la Historia Verdadera. Trop de contradictions et de lacunes, d’anachronismes et d’invraisemblances, donneraient raison à la thèse de Duverger. Cortés est-il donc l’auteur de cette chronique ? Peut-être, mais au prix d’accepter un scénario échevelé et un projet machiavélique. Reste la tierce personne suggérée dans l’épilogue du livre et dont le nom reste pour l’instant inconnu, qui aurait rédigé la chronique ou remanié un brouillon de Bernal que Zorita affirme avoir vu.

  • 51 Bernal Díaz del Castillo, 2005, cap. CLVI, p. 508.

61Faut-il pour autant rejeter la chronique de « Bernal » ? Non, car quelque soit son auteur, elle reste incomparable par la fraîcheur de son style et la précision de ses observations. Son rédacteur a incontestablement pris part à la conquête et a su faire preuve d’un réel talent d’écriture, comme le révèlent de nombreux paragraphes dont celui-ci, qui décrit la fin de la bataille livrée contre les Espagnols par Cuauhtemoc et les siens. Quand le prince aztèque est enfin capturé par les conquistadores : « cesaron las bozes y todo el ruido, y por esta causa he dicho como si de antes estubiéramos en un campanario »51.

62Celui qui a écrit cette chronique a su trouver les mots appropriés pour chanter la beauté de Tenochtitlan, raconter les fêtes d’Aigues Mortes, décrire avec humour le festin donné par Cortès à des compagnons et des notables qui lui dérobèrent une partie de la vaisselle, évoquer les jeux des jongleurs qui accompagnent l’expédition de Las Hibueras, et qui sont petit à petit happés par la moiteur tropicale. La qualité de cette prose est au-delà des avatars biographiques.

Haut de page

Notes

1 Christian Duverger, Cortès, Paris, Fayard, 2001.

2 Carlos Fuentes, Le sourire d’Erasme. Epopée, utopie et mythe dans le roman hispano-américain, Parios, Gallimard, 1992.

3 Christian Duverger, Cortès et son double. Enquête sur une mystification, Paris, Ed. du Seuil, 2013, p. 230.

4 Duverger, 2013, p. 53. Le texte de la Probanza a été publié par plusieurs auteurs. Nous avons utilisé celui de l’édition de référence de Bernal Díaz del Castillo, Historia verdadera de la conquista de la Nueva España établie par José Antonio Barbón Rodríguez, à partir du Manuscrito de Guatemala, Mexico, Colegio de Mexico, UNAM, Servicio Alemán del intercambio académico, Madrid, Agencia española de cooperación internacional, 2005, p. 820. Dorénavant nous citerons les textes de Bernal Díaz dans cette édition.

5 María del Carmen Martínez Martínez, « Las pobres fuentes », Nexos 01/04/2013, URL : http://www.nexos.com.mx/?P=leerarticulo&Article=2204022. Elle a étudié le séjour de Cortés à Valladolid depuis 1542 et souligne ses déboires avec la justice, les tracasseries des notaires, ses espoirs mis dans le mariage de sa fille María avec l’aîné de la maison Astorga, ses soucis financiers. Elle affirme n’avoir pas trouvé le moindre indice d’une œuvre qu’il serait en train d’écrire.

6 Duverger, 2013, p. 53.

7 Duverger, 2013, p. 45.

8 Duverger, 2013, p. 49. AGI Patronato 86, n°6, ramo 1.

9 Documentos Cortesianos, Edición de José Luis Martínez, Mexico, Fondo de Cultura Económica & UNAM, 1990, t. I, p. 159-163.

10 Duverger, 2013, p. 50.

11 Duverger, 2013, p. 53.

12 Bernal Díaz del Castillo, 2005, p. 816. Le passage cité se trouve dans la « Cédula real a don Pedro de Alvarado ».

13 Document publié également dans l’édition de José Antonio Barbón Rodríguez, p. 983-1004

14 Bernal Díaz del Castillo, 2005, p. 1000.

15 Bernal Díaz del Castillo, 2005, p. 1001.

16 Cet aspect fondamental a été souligné par Romain Bertrand, L’Histoire à parts égales, Paris, Ed. du Seuil, 2011, p. 77. On voit, effectivement, selon certaines conventions ou certains principes. De même aujourd’hui, alors que nous sommes envahis d’images, que voit-on ? L’observation quotidienne de gens enfermés dans leur musique ou leur téléphone indique bien que le monde extérieur n’est plus, en général, objet de connaissance directe.

17 Gonzalo Fernández de Oviedo, Historia general y natural de las Indias, Ed. de Juan Pérez de Tudela y Bueso, Madrid, Ed. Atlas, Biblioteca de Autores Españoles, 1992, t. 1, Libro IX, cap. XI, p. 288.

18 Pedro Cieza de León, Obras Completas, Madrid, CSIC, 1984, t. 1, cap. XXII, p. 171.

19 Bernal Díaz del Castillo, 2005, cap. CLVI, p. 513.

20 Bernal Díaz del Castillo, 2005, p. 1001.

21 Francisco López de Gómara, Historia de las Indias y conquista de Mexico, Zaragoza 1552, Ed. fac-similée, Mexico, Condumex, S.A , 1977, fol. 54.

22 C’est le « diz que dicen » qui exonère celui qui parle de rapporter une vérité incontestée. Cette question a été traitée par l’une de nous à propos de la différence entre l’expérience personnelle de la maladie et du mal et les « on dit » : Carmen Bernand, Pindilig. Un village des Andes équatoriennes, Paris, Ed. CNRS, 1992.

23 Bernal Díaz del Castillo, 2005, p. 1001.

24 Duverger, 2013, p. 58.

25 Duverger, 2013, p. 103. Il s’agit de signatures élégantes qui peuvent ou non (faute de signalement) provenir d’un greffier ou tout simplement d’un homme dont lâge a une incidence sur sa calligraphie.

26 Bernal Díaz del Castillo, 2005, cap. CLVI, p. 509. Il se réfère au soulèvement de Cuauhtemoc.

27 Alonso de Zorita, Historia de la Nueva España, Madrid, Colección de libros y documentos referente a la Historia de América, t. 1, 1909, p. 23-24. Zorita, contrairement à Gomara, a vécu dix-neuf ans au Mexique, et c’est dans l’Université créée à Mexico en 1555, qu’il a obtenu le titre de « Doctor ».

28 Irving Leonard, Los libros del conquistador, Mexico, FCE, 2006 (première édition en anglais de 1949), p. 173.

29 Cancionero musical español de los siglos XV y XVI, Edition de Francisco Asenjo Barbieri, Buenos Aires, Ed. Schapire, 1945, p. 169. Comme c’est le cas aujourd’hui avec les bandes dessinées, qui familiarisent leurs lecteurs avec des personnages historiques ou des romans.

30 Margarita Peña, « Peregrinos en el Nuevo Mundo : tradición épica y manifestaciones novohispanas », p. 43-45, in Karl Kohut & Sonia Rose, La formación de la cultura virreinal. I. La etapa inicial, Madrid, Iberoamericana & Frankfurt, Vervuert Verlage, 2000.

31 José Goñi Gatzambide, « Pedro Labrit de Navarra, obispo de Comminges. Su vida y sus obras » (1504ca.-1567), Príncipe de Viana, 51 (1990), p. 559-595. Texte consultable en ligne. Voir aussi Gregorio Cabello Porras, « Pedro de Navarra : revisión de un humanista. Bibliografía repertoriada de los siglos XVI-XVII », Lectura y Signo, 3, 2008, p. 65-115. Cet auteur insiste sur la complexité d’un personnage qui constatait, à Valladolid, le contraste entre la tradition humaniste de cette ville et la brutalité des autos-da- fé contre les dissidents (Cabello Porras, p. 90).

32 Duverger, 2013, p. 213-220

33 Duverger, 2013, p. 143.

34 Duverger, 2013, p. 162-163.

35 Duverger, 2013, p. 169-173.

36 Duverger, 2013, p. 181.

37 Bernal Díaz del Castillo, 2005, chap. 97, p. 258.

38 Duverger, 2013, p. 198. Les chapitres 203, 211, 2013 et 214 sont des ajouts.

39 Pourquoi avoir cité Giovio et Illescas se demande Duverger? Giovio a été l’inventeur du Musée et a écrit des portraits d’hommes célèbres (que Duverger compare à une sorte de Who is who de l’époque). Giovio critique le sac de Rome, par les mercenaires de Charles-Quint. Illescas et Giovo ont exagéré à propos de l’or trouvé par Grijalva. Giovio meurt avant la publication de Gomara. Illescas n’a pas encore publié son ouvrage lorsque la Historia Verdadera est terminée, ce qui prouve bien qu’il s’agit d’un ajout.

40 Bernal Díaz del Castillo, 2005, p. 1.

41 Bernal Dáiz del castillo, 2005, p. 2.

42 Bernal Díaz del Castillo, 2005, p. 3.

43 Sanjay Subrahmanyam, Comment être un étranger ? Goa, Ispahan, Venise –XVIe-XVIIIe siècle, Paris, Alma, 2013, p. 39

44 Leonard, p. 79.

45 Duverger, 2013, p. 213

46 L’art du mensonge politique, attribué à Jonathan Swift, Paris, Jérôme Million, 1993, précédé de « Le mentir vrai » par Jean-Jacques Courtine, p. 11-12 et 21-22.

47 Courtine, 1993, p. 11-12. Les références à Baltasar Gracián proviennent de l’édition française (1684) du livre Oráculo manual y arte de prudencia [1647].

48 Courtine, 1993, p. 21-22.

49 Bernal Díaz del Castillo, cap. CLVI, p. 507.

50 Bernal Díaz del Castillo, 2005, cap. CLXXVII, p. 649.

51 Bernal Díaz del Castillo, 2005, cap. CLVI, p. 508.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sexteto, « Machiavel ou Rocambole ? Quelques réflexions collectives à propos de Christian Duverger, Cortés et son double. Enquête sur une mystification, paris, seuil, 2013. », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Comptes rendus et essais historiographiques, mis en ligne le 14 octobre 2013, consulté le 22 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/65938

Haut de page

Auteur

Sexteto

Carmen Bernand, Jeanne-Monique Carrière, Claude Gilbert, Mariette Naboulet, Krzyszstof Sakowicz et Laurent Thomas. Nous avons voulu garder le caractère collectif de ce texte, fruit de deux mois de débats ; « sexteto » en espagnol renvoie à l’entrelacs de thèmes de tango dans Astor Piazzola, par exemple.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page